Cartographie de l’installation des centrales hydroélectriques en Turquie

Afin de réduire ses importations d’énergie fossile qui pèsent de plus en plus lourdement dans sa balance commerciale extérieure et d’accompagner la demande croissante d’énergie de sa population, le ministère turc de l’Energie et des Ressources naturelles s’est fixé un objectif clair concernant les énergies renouvelables : celles-ci doivent contribuer à l’horizon 2023 pour 30% du mix-énergétique total concernant la production d’électricité. Il est vrai que le potentiel de valorisation des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie) du territoire turc est indéniable. Mais c’est bien le potentiel hydraulique du territoire turc qui a été jusqu’à aujourd’hui le plus mis en valeur, avec actuellement environ 20% de la production d’électricité nationale produite par des centrales hydroélectriques

Depuis 2010, le gouvernement turc mène une stratégie de renforcement progressif des capacités hydroélectriques du pays en autorisant l’installation d’une myriade de petites centrales (HES en turc avec en général une puissance inférieure à 20 MW). Les licences d’exploitation de ces nouvelles infrastructures sont directement accordées à des consortiums industriels privés parmi lesquels figurent notamment les « filiales énergie » des plus importantes holding turques. Dans le même temps et dans ce contexte de libéralisation forcenée du marché énergétique, l’Etat turc se délaisse progressivement de ces anciennes centrales hydroélectriques.

 L’objectif final est d’atteindre 5000 MW de capacité de production supplémentaire à la fin de l’année 2013[1]. Pour cela, c’est quasiment tout le territoire national qui est mis à contribution si l’on se fie au nombre de départements concernés par l’installation d’une centrale hydraulique (69 départements concernés sur 81).TR-depart_HES4

La répartition de plus de 800 autorisations de constructions de centrales délivrées par l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie (EPDK) en 2012 montre cependant que certaines régions s’avèrent quantitativement plus touchées. C’est le cas notamment des provinces de la mer Noire avec les départements de Giresun (53 autorisations), Trabzon (64), Rize (31), Artvin (43) et Erzurum (40). Plus au sud, les provinces d’Adana (43) et de Kahramanmaraş (40) accueilleront également plus de 40 centrales. Au final, la majorité des installations hydroélectriques reste concentrée dans l’est du pays.

La planification étatique de ces infrastructures concentrées à de très petites échelles (la plupart du temps plusieurs centrales dans une même vallée) est souvent source de conflits à l’échelle locale. Les décisions jugées autoritaires et technocratiques font souvent l’objet, quand ils existent, de simples simulacres de processus de concertation auprès des populations locales (comme bien souvent à propos des infrastructures énergétiques en Turquie et ailleurs). A propos du cas particulier des centrales hydroélectriques, un film-documentaire réalisé par Ruya Arzu Koksal intitulé Bir Avuç Cesur İnsan avait bien mis en lumière dès 2011, la longue et courageuse mobilisation de plusieurs groupes villageois de la mer Noire contre l’installation de ces centrales dans les vallées de l’İkizdere et du Şenöz situées toutes deux dans la province de Rize.

Avec les récents mouvements urbains de protestation qui se sont multipliés en Turquie ces derniers mois, il est intéressant de constater que des slogans de même nature que ceux utilisés par ces villageois de la mer Noire (Vadime dokunmayın = Ne touchez pas à ma vallée) sont apparus  dans ces espaces de contestation.

« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »  (Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)
« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »
(Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)

En effet, certains acteurs (associations locales, parti écologique) ont profité de l’ouverture de cette soudaine brèche « révolutionnaire » ouverte dans l’espace public pour greffer leurs revendications environnementales. Un atlas des résistances environnementales créé par un parti écologique turc a été par exemple largement diffusé dans le parc Gezi à Istanbul.

« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) - Source voir ici
« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) – Source voir ici

Il semblerait donc que la rhétorique politique du « patriotisme énergétique » – l’intérêt général de la nation dans sa fuite en avant vers la modernité imposerait naturellement le sacrifice de l’intérêt particulier de quelques territoires – ne suffise pas toujours à convaincre les populations autochtones, héritières et garantes des écosystèmes locaux. Les enjeux environnementaux et énergétiques s’inscrivent donc bel et bien, eux aussi, au cœur des revendications autour d’une plus grande démocratie locale en Turquie.

Pour aller plus loin :

Hamsici M., 2011, Dereler ve İsyanlar, Nota Bene Yayınlar, Ankara


[1] Selon le plan stratégique 2010-2014 du ministère de l’Energie et des Ressources naturelles


4 réflexions sur « Cartographie de l’installation des centrales hydroélectriques en Turquie »

  1. Des aménagements qui ne font pas l’objet d’études d’impact d’apres ce que dit le rapport annuel de l’UE sur la Turquie (chapitre 27: Environnement). Vous confirmez?
    PS: Où trouver ce film-documentaire réalisé par Ruya Arzu Koksal intitulé Bir Avuç Cesur İnsan?

    1. A prendre avec précaution car je ne suis pas spécialiste de la question mais de mémoire les études d’impact sont depuis récemment obligatoires pour des projets d’une certaine envergure. Toutefois, les méthodes utilisées et la neutralité du contenu sont parfois douteuses (par exemple pour la ferme éolienne de Balikesir). Je pense aussi à celle du 3ème pont. Par contre, récemment, c’est l’approbation de l’étude d’impact de la centrale d’Akkuyu qui semblerait retarder le planning du projet (voir ici)

      Pour le film-documentaire, il se trouve facilement sur Istiklal dans certains boutiques multi-média

  2. Le titre est un peu réducteur car il omet toute la réflexion sur la dimension contestataire…
    Et la carte gagnerait à être en symboles proportionnels. Les contrastes territoriaux apparaitraient plus nettement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.