Parutions octobre/novembre 2012 : Histoire ottomane et de la jeune république

Chez KitapYayınevi est paru en octobre le livre de Hayrettin Pınar Babıâli ve Hıdiv İsmail : Tanzimat Döneminde İktidarın Sınırları [La Sublime Porte et le Khédive Ismail. [Les limites du pouvoir à l’époque des Tanzimat, 186p.]. Le livre est une étude essentiellement diplomatique et porte sur la dialectique entre les velléités d’indépendance du khédive Ismail d’Égypte et l’ambition de la Sublime Porte de cantonner celles-ci. Le livre pose la question des limites de la latitude d’action des politiciens pour contribuer à un débat général sur la politique et la gouvernance à l’époque des Tanzimat.
  Tarih Vakfı a publié en novembre une étude d’Erdem Sönmez sur le Jeune Turc Ahmed Rıza Ahmed Rıza. Bir Jön Türk Liderinin Siyasi-Entelektüel Portresi [Ahmed Rıza. Portrait politique et intellectuel d’un leader jeune turc, 163p.]. Le livre donne une présentation générale des idées politiques du leader et idéologue jeune-turc et le situe entre les Jeunes Ottomans et les unionistes de la seconde période constitutionnelle.
  Le livre de Salih Erkek Ethem Nejat. Bir Meşrutiyet Aydını [Ethem Nejat. Un intellectuel de la période constitutionnelle, 337p.], paru en octobre chez Kitap Yayınevi est la première étude sur ce personnage connu pour être le cofondateur du premier parti communiste turc assassiné en 1921 et s’intéresse principalement à son parcours sous la seconde période constitutionnelle avant son adhésion au communisme. L’étude donne une large part aux pensées d’Ethem Nejat sur l’importance de l’éducation.
Kitabevi a publié en novembre un livre de Gültekin Yıldız Mapusâne : Osmanlı Hapishanelerinin Kuruluş Serüveni 1839-1908 [Mapusâne. L’histoire de la fondation des prisons ottomanes 1839-1908, 530p.]. L’étude situe l’émergence de la prison dans l’Empire ottoman au sein de l’ambition de centralisation et de modernisation de l’État ottoman dès l’époque des Tanzimat qui a cherché à remplacer des formes anciennes d’incarcération et de punition par l’institution moderne de la prison, considérée plus humaine et civilisée.
Aras Yayıncılık a publié en novembre la traduction turque du livre de Raymond H. Kévorkian et Paul B. Paboudjian Les Arméniens dans l’Empire ottoman (Paris, 1992) sous le titre 1915 Öncesinde Osmanlı İmparatorluğu’nda Ermeniler (606p.). Le livre se base sur les registres préparés par l’église arménienne et présente des statistiques très riches sur la population arménienne ottomane et ses qualités socio-professionnelles et culturelles, donnant ainsi un aperçu de la diversité de la vie sociale sous l’Empire ottoman.
La maison d’édition İletişim a publié en novembre le livre du politologue Taner Akçam, coécrit avec Ümit Kurt Kanunların Ruhu. Emval-i Metruke Kanunlarında Soykırımın İzlerini Sürmek [L’esprit des lois. Suivre les traces du génocide dans les lois sur les “Biens abandonnés”, 272p.]. Le livre analyse la loi sur les “Biens abandonnés” de 1915 qui représente le cadre légal de la confiscation des biens des Arméniens déportés. Le livre fait suite à un débat dans la revue Tarih ve Toplum entre Taner Akçam d’une part et Uğur Üngör et Mehmet Polatel d’autre part qui ont publié une étude similaire portant sur le même sujet au début de l’année.
Chez Kırmızı Kedi est en novembre paru Savrulanlar : Dersim 1937-1938. Hatta 1939 [Ceux qui ont été dispersés : Dersim 1937-1938. Voire 1939, 288p.]. de Yalçın Doğan. L’étude a pour ambition d’analyser l’insurrection de Dersim (Tunceli) et les activités de l’État central à partir des fonds nouvellement déclassés des archives républicaines.
L’insurrection de Dersim est traitée sous un autre angle dans un livre paru chez İletişim Dersim’in Kayıp Kızları : Tertele Çenequ [Les filles perdues de Dersim : Tertele Çenequ, 608p.] de Nezahat Gündoğan et Kazım Gündoğan. À partir des enquêtes d’histoire orale, les auteurs présentent un récit sur les orphelines et les filles enlevées à leur famille kurde pour être placées dans des orphelinats d’état ou sous la tutelle de familles turques. Voir également à ce sujet la conférence donnée par les auteurs à l’IFEA en juin 2010 dans le cadre du séminaire “La région de Dersim avant et après la république turque”

 

Il faudrait mentionner que l’anniversaire des guerres balkaniques de 1912/13 continue à donner lieu à l’édition en turc moderne d’un grand nombre de récits et mémoires ottomans sur cet événement. Plusieurs ont été publiés en novembre à l’occasion de la foire annuelle du livre d’Istanbul, événement qui provoque traditionnellement un pic de publications dans l’édition turque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.