Trabzon

Türkçe çeviri

Décembre 2012

pres trabzon180Nous présentions le mois dernier Kayseri, la ville aux quatre universités (dont deux d’État), ce mois-ci nous présentons Trabzon, la ville portuaire aux huit consulats – dont cinq honoraires, il est vrai (consulats généraux de Géorgie, d’Iran et de Russie, consulats honoraires d’Allemagne, du Panama, de Macédoine, d’Estonie et de Slovaquie)  – qui a récemment rejoint Kayseri au rang de Büyükşehir Belediyesi (loi 6360 du 12/11/2012). Aux marges septentrionales de la Turquie, Trabzon fut longtemps un lieu de passage obligé pour les voyageurs s’aventurant en Asie (y séjournèrent entre autres Xénophon, Evliya Çelebi, Marco Polo, Nicolas Bouvier…), un point nodal du commerce international (ce qui justifia l’ouverture éphémère de consulats français et anglais dans la ville) jusqu’au début du siècle, et le théâtre, lors de la chute de l’URSS, d’un épisodique mais marquant contact avec les anciennes républiques soviétiques du Caucase, connu dans la région comme les phénomènes des rus pazarı (commerce à la valise) et des nataşa (prostitution). Outre le très touristique monastère de Soumela et les ambitions de rouvrir une ligne commerciale Trabzon/Tabriz, la région attire principalement aujourd’hui les commerçants des pays riverains de la mer Noire, les groupes de retraités et de religieux grecs (une messe est célébrée à Soumela pour l’Assomption depuis 2010) et un tourisme climatique venu du Golfe.

L’IFEA possède, avec le fonds Yérasimos – legs de son ancien directeur –, des documents rares, en turc et en grec, sur l’ancienne communauté rum de la ville et sur les conflits armés qui eurent lieu au début du siècle, plaçant Trabzon et sa région dans une autre géographie, celle du dialogue (par propagande interposée, par les armes, par échange de population, par la musique ou les pèlerinages…) entre orthodoxes et musulmans, puis Grecs et Turcs, autour d’un héritage anatolien. Un dialogue dont s’efforce de rendre compte le fonds Yérasimos, comme le fit entre 2007 et 2010, et pour la période contemporaine, le Réseau d’Excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée RAMSES 2 dont un groupe de travail s’est intéressé aux « Mémoires du conflit et réconciliation: acteurs et dynamiques non étatiques », (dirigé par Alexandre Toumarkine et Nikos Sigalas, soutenu par les dispositifs du 6è programme cadre de recherche et développement de l’Union Européenne) qu’accueillit l’IFEA.

Quelques cartes et vues de Trabzon

1700 trabzon sinop 17 trebizonde trabzon harita 1924 trabzon routes-pontique
 Vue panoramique du port de Trabzon, 1735 in Peregrinus in Jerusalem (Fremdling zu Jerusalem), Myller, A. M., Vienna & Nurnberg Engraver: J Hiller, A J Mansfelt, J J Ditzler, J F Fischer et al. Carte du tracé des routes de Trébizonde et des environs établie par le capitaine de corvette Z[adig] Khanzadian, Paris, éd. L. de Bertalot, 1924 Trabzon ili turistik yaylalar haritasi disponible sur le site de la préfecture de Trabzon 1924, Profil des routes de la chaîne pontique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.