La catastrophe de Soma-Eynez (Manisa, Égée) du 13 mai 2014 : la conséquence inévitable d’un productivisme aveugle ?

Le discours du Premier ministre du 14 mai 2014 vers 16 h – soit près de 24 heures après l’accident – a plus visé la presse d’opposition, appelé au recueillement (3 jours de deuil national) et à la résignation1 face à l’horreur ou fait l’éloge de la réaction étatique déployée qu’il n’a fourni des éléments convaincants d’interprétation de ce qui doit désormais être considéré comme la plus importante catastrophe de l’histoire minière de la Turquie par le bilan humain (284 officiellement pour l’instant ; les recherches se poursuivant à l’heure où nous postons cette note2 ).

Soma3, nom d’un arrondissement montagneux du département de Manisa dans la région égéenne (à un peu plus de 100 km au nord d’Izmir), vient en effet d’entrer soudainement dans l’histoire déjà lourde des catastrophes minières, après celle de Kozlu (près de Zonguldak) survenue le 3 mars 1992 (263 morts). Soma est un des bassins houillers de Turquie4 – produisant du lignite principalement utilisé pour le chauffage et les centrales thermiques5 – où travaillaient en mai 2014 environ 10 000 personnes. L’accident a eu lieu sur le site de la mine d’Eynez exploitée depuis 2009 par l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş6. – composante de la Holding Soma7 – par 3000 personnes8. La zone, dont la population est constituée en partie de personnes d’origine caucasienne (Tcherkesses) et balkanique (Pomak) et d’anciens semi-nomades yörük, est très rurale ; l’emploi minier permet de maintenir les hommes sur  place, face au déclin de l’agriculture.

S’il est trop tôt pour analyser les causes techniques de la catastrophe – cela n’est d’ailleurs pas de notre ressort – ou les effets politiques de celle-ci, au-delà des aspects événementiels, il nous semble utile de rappeler quelques éléments qui peuvent permettre de mieux comprendre dans quel contexte celle-ci est survenue.

À l’échelle internationale le renchérissement du prix du pétrole et du gaz surtout depuis dix ans a conduit les États à reconsidérer leurs réserves en charbon et lignite, surtout pour la production d’électricité9. Les recherches sur les modalités de transformation du lignite en gaz – pour le chauffage – sont aussi encouragées par les gouvernements10. On assiste ainsi en Turquie à l’intensification de la prospection et à la réouverture de mines délaissées dans les années 1990, dont l’exploitation est confiée à des entreprises privées, nationales ou étrangères (notamment chinoises). En 2013, le pays a une production annuelle de 73 millions de tonnes11 – lignite + charbon -, contre 85,3 millions de tonnes en 2008. Cependant, alors qu’en 15 ans la production a sensiblement diminué, le nombre des accidents a lui augmenté (tab. 1).

Tableau 1 : Nombre de morts depuis 2008

Année Nombre de morts dans les mines de charbon
2008 43
2009 92
2010 105
2011 117
2012 77
2013 61
2014 8 + 284* + 18*

*Chiffres « officiels » du vendredi 16 mai à 12h. Le chiffre de 18 correspond, selon le ministre de l’Énergie et des Ressources Naturelles aux mineurs encore, trois jours après la catastrophe, prisonniers sous terre.

À l’échelle nationale, le souci croissant des gouvernements turcs de réduire leur dépendance énergétique12 les a poussés à développer un programme très ambitieux de construction de centrales  thermiques consommatrices de charbon ou de lignite. En effet en 2013, charbon et lignite assurent seulement 19% de la production turque d’électricité. Si l’on exclut les combustibles importés, les ressources locales ne représentent que 6% de la production nationale d’électricité. C’est cette part que les autorités veulent résolument et rapidement accroître13. Pour ce, des facilités considérables sont offertes pour rouvrir ou ouvrir des sites miniers aux entreprises qui s’engagent à construire des centrales thermiques à proximité de ces mêmes sites.

Par ailleurs, comme l’ensemble du secteur énergétique depuis la fin des années 1990, l’extraction du charbon est engagée en Turquie dans un processus massif (et relativement tardif) de privatisation  qu’une loi adoptée en 2005 a encouragé14. Ce processus est légitimé par une volonté de comprimer  les coûts d’extraction et d’accroître les volumes produits : le patron de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş., s’était engagé en juillet 2013 à réduire le coût de l’extraction de la tonne de charbon à 25 dollars, alors que celle-ci revenait à 130-140 dollars lorsque le site était exploité par le TKİ – l’Administration des Charbonnages Turcs, qui reste propriétaire du sol et du sous-sol !

Enfin un dernier élément de contexte doit être rappelé qui explique que le puits de mine où la catastrophe s’est produite était remplie de mineurs, c’est l’effondrement de la culture du tabac dans la région de Manisa et l’afflux conséquent de ruraux endettés vers cette unique source d’emplois… Les victimes étaient en majorité des mineurs de la première génération, prêts à faire des heures supplémentaires et à se soumettre à un système de recrutement rappelant Germinal – pour gagner un peu plus que les 1000 Livres Turques, soit moins de 350 euros par mois, consenties par la société exploitante.

De plus, la reprise d’exploitation liée aux facteurs mentionnés plus haut se fait dans d’autres conditions. Une loi adoptée en 2005 a en effet ouvert la voie à la généralisation des formes de gestion caractérisées par la sous-traitance et la location par la puissance publique des sites d’exploitation. L’expression utilisée en langue turque pour décrire ce système généralisé par l’AKP au profit d’entreprises proches du parti est “Redevance”. Il s’agit en fait de la location des sites et de transfert des droits d’exploitation, contre des paiements en nature (l’entreprise qui obtient le monopole de l’exploitation s’engageant à fournir annuellement tant de tonnes de charbon au propriétaire foncier “public”, le TKİ).

Les morts de Soma sont donc des victimes de la “frénésie de profit” qui a embrasé la Turquie ces dernières années et dont l’AKP est un des acteurs et vecteurs les plus saillants. En effet il y a quelques jours (le 29 avril 2014 !) la demande d’enquête déposée le 23 octobre 2013 par le Parti Républicain du Peuple à l’Assemblée nationale  – précisément sur les conditions de sécurité de ce site d’exploitation minière – a été enfin examinée. Mais la requête, on ne peut plus claire, fut rejetée par le parti majoritaire… On dit par ailleurs que ce bassin est un de ceux qui ont le plus alimenté ces dernières années le système de distribution pré-électorale de charbon orchestré par l’AKP. Quoiqu’il en soit, les liens de Soma Holding avec le parti au pouvoir sont clairs. La femme du CEO de la holding impliquée est même – en personne – membre fraîchement élue de l’assemblée municipale de Soma, sous l’étiquette AKP15.

La tour “Spine” au design futuriste qui s’élève dans le quartier d’affaires stambouliote de Maslak au nord de Taksim – elle devrait atteindre 300 m – est l’expression la plus arrogante à la fois des ambitions du groupe et de son ascension rapide dans le ciel de l’économie politique turque. Elle devait abriter le siège de la holding et un parc de logements de haut standing déjà commercialisés à prix forts.

La précipitation dont font preuve les entrepreneurs de la Turquie contemporaine  – qui conduit à court-circuiter la consultation, les procédures de contrôle ou les études d’impact – ne peut pas ne pas avoir pour le pays un coût très lourd, à la fois environnemental et social. Ce, dans des secteurs comme le secteur minier, le secteur énergétique, le Bâtiment-Travaux-Publics ou la construction navale. En outre, le système d’inspection du travail prévalant est présenté par les mineurs comme un leurre, eu égard au nombre restreint d’inspecteurs et au fait qu’il n’y a pas d’effet surprise quand ils arrivent sur un site d’exploitation. Et le décret d’application de septembre 2013 sur la  “Santé et la sécurité au travail dans les entreprises minières” (numéro 28770 au Journal Officiel de la République turque) est demeuré lettre morte.

Les accidents du travail dans les mines16 qui augmentent à nouveau depuis quelques années (tab. 1) ne sont donc pas des fatalités contre lesquelles les pouvoirs politiques ne pourraient rien. Ils sont la preuve la plus tragique du coût du productivisme forcené qui définit l’économie politique de l’AKP. Un coût souvent différé, dénié par les gouvernements et l’opinion qu’ils contrôlent, jusqu’à un certain point….

Hepimizin başı sağ olsun

*Communiqués de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A. Ş. :

*Cartes sélectionnées par l’Atelier cartographique de l’OUI : http://bit.ly/1vepJnW

*Cartes minières de Turquie : http://www.mta.gov.tr/v2.0/default.php?id=il_maden_haritalari

*Rapport sur la production de charbon-lignite en Turquie :

  1. Le discours s’est terminé par : “En espérant que Dieu ne nous fera pas vivre un autre événement d’une telle ampleur”. []
  2. Pour un suivi minute par minute des événements voir : http://www.sendika.org/2014/05/somadaki-maden-kazasindan-dakika-dakika/ []
  3. Déjà le 3 octobre 2013 un mineur était décédé à Soma dans une mine privée. Voir Birgün, 4 octobre 2013, p. 5. []
  4. “Découvert” en 1913, il était considéré, comparativement à d’autres (Ege ou Afşin), de capacité modeste. Mais en 2013, de nouvelles découvertes ont eu lieu, qui ont fait augmenter sensiblement l’estimation des réserves exploitables du bassin… et aiguisé les appétits. []
  5. La plus ancienne centrale thermique de Soma a été construite par Alsthom en 1954 et privatisée en 1995 (EÜAŞ) ;  en outre, en mars 2014 – soit quelques semaines avant la catastrophe – le chantier d’une seconde centrale – d’une capacité de 2,9 milliards de KWh – était inauguré à Soma par la société Hidrojen – composante du groupe, très en vue, Kolin – dans le village de Deniş (au nord-est de Soma). Lors du discours d’inauguration du chantier, le ministre de l’Énergie et des Ressources  Naturelles Taner Yıldız  a rappelé l’objectif d’une production d’électricité assurée au tiers par le charbon à l’horizon 2030. Voir : http://www.enerjigunlugu.net/kolin-soma-termik-santralinin-temeli-atildi_7627.html#.U3XIpvl_uQA (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  6. Société fondée en 1984 et restée modeste jusqu’au milieu des années 2000. Le premier site exploité à Soma est celui de Geventepe ; en 2009 la société récupère le site d’Eynez du groupe Ciner, géant de l’exploitation minière et de l’énergie. Ciner est associé depuis peu à des groupes chinois (comme Harbin Electric Co. Ltd) pour la construction de centrales thermiques au charbon-lignite. []
  7. Pour une présentation de la holding voir : http://www.tilaga.com.tr/kurumsal.html (dernière consultation, 15 mai 2014) []
  8. Voir : http://www.tilaga.com.tr/somabolgesi.html (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  9. Voir “L’aiguille s’oriente vers le charbon pour la production d’électricité, Dünya, 9 mai 2014. []
  10. Voir Dünya, 11 juin 2012, p. 2 et Serkan Ocak “Türkiye kömüre bağlı enerjide ‘lider’ olacak”, Radikal, 29 mai 2014 p. 11 []
  11. Soit en 2013, 9 pour mille de la production mondiale. La Turquie  se situe néanmoins à cette date au 13ème rang mondial. []
  12. La facture énergétique turque (coût des importations de produits énergétiques) est passée de 9 milliards de dollars en 2003 à 55 milliards en 2013. []
  13. Voir Mehmet Kara, Dünya, 15 mai 2014, p. 25. []
  14. La dernière mine de Soma à avoir été privatisée, celle de Karanlıkdere, l’a été en 2006 ; cf. Evrensel, 28 juin 2006, p. 8.  Par ailleurs, en novembre 2011, la société incriminée à Soma a bénéficié de la concession d’une importante zone de production de lignite à Zonguldak/Bağlık-İnağzı (contrat avec le TKİ pour une durée de 36 ans). Voir Milliyet, 6 novembre 2011. []
  15. Aux élections locales du 30 mars 2014, alors que le parti d’extrême droite (MHP) a largement remporté la mairie de Manisa, le chef-lieu du département, c’est l’AKP qui a pris le contrôle de la mairie d’arrondissement de Soma, avec 43,3% des voix, contre 28,7 pour l’extrême droite et 22,2 pour le Parti Républicain du Peuple (CHP). []
  16. À l’échelle internationale la Turquie se distingue désormais par un triste record : celui du nombre moyen le plus élevé de mineurs décédés par million de tonnes de charbon extrait. Soit 7,22, par rapport à 2 en Australie, 1,27 en Chine ou 0,001 aux États-Unis. []

5 réflexions sur « La catastrophe de Soma-Eynez (Manisa, Égée) du 13 mai 2014 : la conséquence inévitable d’un productivisme aveugle ? »

  1. @ Fabien : j’ai lu dans la presse turque que c’était en 2005.

    Sinon, en ce qui concerne ces mineurs-paysans,pendant la grève des Tekel, j’avais entendu un syndicaliste affirmer que le démantèlement de l’entreprise d’Etat avait commencé avec l’abandon des producteurs de tabac. Mais j’ignore quel lien contractuel existait auparavant entre ces producteurs et Tekel.

    Mais les Tekel (qui n’avaient plus rien à perdre il est vrai) sont descendus à Ankara.Par contre il n’y a eu aucun grand mouvement de mineurs ces dix dernières années. Et à Soma les ouvriers accusent aussi Maden Is.

  2. A quand date la privatisation de la mine de Soma-Eynez? Autrement dit, quand est-ce que l’Etat a cédé le site à Ciner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.