Tous les articles par Aksel Tibet

Halet Çambel : une pionnière de l’archéologie turque

halet_1Halet Çambel, une des pionnières de l’archéologie turque, est décédée le 12 janvier 2014 à l’âge de 98 ans dans sa maison familiale sur les rives du Bosphore à Istanbul. Née en 1916 à Berlin où son père était attaché militaire auprès de l’ambassade de Turquie, elle a fait ses études secondaires à Istanbul au lycée pour filles d’Arnavutköy (Robert College).

Influencée par son professeur d’histoire, elle s’intéresse à l’archéologie et part en France pour faire des études dans ce domaine de 1934 à 1939 en Sorbonne, à l’École Pratique des Hautes Études et à l’École du Louvre.  De retour en Turquie, elle devient l’assistante du professeur Helmuth Theodor Bossert à la faculté de Lettres de l’Université d’Istanbul où elle soutient sa thèse de doctorat en 1944.

 En 1946 avec son professeur elle entreprend des travaux à Karatepe près de Kadirli en Cilicie. Les fouilles commencent en 1947 sous la direction de Bossert sur ce site qui s’avère être l’ancienne cité néo-hittite d’Azatiwataya (VIIIe s. av. J.-C.). Bossert et Çambel y découvrent des inscriptions bilingues en phénicien et en louvite qui permettent une avancée décisive dans le déchiffrement des hiéroglyphes hittites. Çambel, qui prend la direction des fouilles à partir de 1952, y travaillera pendant plus de 60 ans ; elle retournait encore y travailler chaque été pendant plusieurs mois jusqu’à il y a quelques années, malgré son âge très avancé. Elle y met au jour un complexe palatial fortifié au sommet d’une colline qui domine le fleuve Ceyhan (le Pyramos antique), avec un ensemble monumental sculpté remarquable comprenant de nombreux bas-reliefs sur orthostates, des sculptures de lions gardiens de porte et  une statue du dieu de l’orage, qui dénotent un art se distinguant par la variété des thèmes abordés et les différentes influences brassées (hittite, phénicienne, assyrienne). Elle mène une lutte acharnée contre les autorités qui veulent transporter ces pierres sculptées au musée pour que celles-ci soient laissées en place sur site. Elle obtient gain de cause et Karatepe-Aslantaş devient ainsi le premier musée à ciel ouvert de Turquie.

Çambel ne se contente pas de poursuivre des activités uniquement archéologiques dans la région ; très vite, elle va à la rencontre des paysans pour leur apprendre à mieux utiliser les ressources naturelles et le savoir-faire ancestral dont ils disposent. Sur ses conseils, les paysannes se remettent à utiliser des colorants naturels délaissés depuis longtemps et les kilims ainsi tissés sont vendus par le biais d’une coopérative fondée dans ce but. Elle combat aussi pour augmenter le taux de scolarisation des jeunes filles, très faible à cette époque dans la population rurale de la région. Très vite elle devient un personnage très connu et apprécié parmi les villageois, une conseillère et une protectrice à qui on s’adresse volontiers pour résoudre les problèmes.

Un autre site, non de moindre importance, où a travaillé Halet Çambel est Çayönü près d’Ergani (Diyarbakır) dans le sud-est anatolien. Çambel y entreprend des fouilles à partir de 1964 en collaboration avec Robert J. Braidwood de l’université de Chicago. L’habitat préhistorique qui y fut découvert a permis de suivre le processus de néolithisation de la société grâce à une longue séquence stratigraphique comprenant des phases architecturales qui vont du Néolithique précéramique A (PPNA) et B (PPNB) jusqu’au Néolithique avec céramique, avec le passage à la domestication des animaux et l’apparition de l’agriculture. Si les fouilles de Karatepe ont été un exemple précurseur en matière de protection, conservation et mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, celles de Çayönü l’ont été pour l’interdisciplinarité dans les travaux archéologiques : Çambel et Braidwood font appel aux spécialistes de toutes les disciplines impliquées, allant du simple archéologue à l’architecte et au topographe, du paléobotaniste au paléozoologue et au paléoanthropologue, utilisant toutes les possibilités techniques d’analyse et de prospection de l’époque.

Les travaux archéologiques de terrain de Halet Çambel ne sont pas limités à ces deux sites : il faut citer parmi d’autres les fouilles de Yazılıkaya/Midas Şehri (1948-49) en collaboration avec l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul (aujourd’hui IFEA), celles de la nécropole de Birlis et de Söğüt Tarlası (Urfa-Bozova, 1964), de Girikihacıyan (Diyarbakır, 1968-70). Elle a aussi contribué à l’organisation de la prospection archéologique systématique de la région inondable du barrage de Keban en 1966.

Les longues campagnes de fouilles et de prospections archéologiques sur le terrain n’ont pas empêché Halet Çambel de mener une activité au moins aussi foisonnante en tant qu’enseignant-chercheur à l’université d’Istanbul où elle est accueillie comme jeune assistante en archéologie en 1940,  jusqu’en 1984, année de sa retraite. Elle accède au poste de professeur en 1960 et fonde le département de Préhistoire et un laboratoire qui attirera sans tarder, grâce à ses collections de référence venant d’Anatolie, du Proche Orient et des Balkans, bon nombre de chercheurs locaux et internationaux, devenant ainsi un lieu de rencontre privilégié pour les étudiants et spécialistes du monde entier. Toujours dans le domaine de la recherche, elle contribue en 1976 à la fondation d’une unité d’archéométrie au sein du Centre de Recherches Scientifiques de Turquie (TÜBİTAK).

Le portrait de Halet Çambel serait incomplet sans citer son aspect sportif : elle a en effet représenté la Turquie dans la discipline de l’escrime aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, devenant ainsi, avec sa collègue Suat Fetgeri Aşeni, la première athlète olympique féminine turque et musulmane.

halet_2

En guise de conclusion, voici un extrait d’un texte de Yaşar Kemal sur Halet Çambel écrit en août 2011, qui résume très bien sa personnalité  originale :

« Halet était d’une grande famille. Il y avait des grands vizirs parmi ses aïeuls. Son père avait participé à la guerre de libération, il avait été ambassadeur. Il avait beaucoup vécu en Europe. Halet avait fait ses études en Europe, mais elle était parmi ceux qui parlent le  mieux la langue d’Istanbul. Quelques temps après j’ai constaté que la langue utilisée par Halet s’était transformée, elle parlait maintenant avec la langue des Taurus et de la Çukurova, comme si elle était née et avait grandi dans un des villages du Taurus. J’ai aussi constaté qu’elle était devenue la grande sœur (abla en turc) de tous les villageois. Toutes les femmes en difficulté venaient la voir comme étant la meilleure personne de toute la région, celle à qui on a le plus de confiance, celle qu’on aime le plus ».

« En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde « .

Quelques références bibliographiques concernant Halet Çambel qui se trouvent à la bibliothèque de l’IFEA

  • Arsebük, G., Mellink, M.J. et Schirmer (éds.), W., Light on Top of the Black Hill: Studies presented to Halet Çambel / Karatepe’deki ışık: Halet Çambel’e sunulan yazılar, İstanbul 1998 [Préh 038].
  • Çambel, H., « The Southeast Anatolian Prehistoric Project and its Significance for Culture history », Belleten XXXVIII, 1974, pp. 361-377 [HA Ana Gén 141-10 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Chronologie et organisation de l’espace à Çayönü », Colloques Internationaux du CNRS No. 598 : Préhistoire du Levant, Maison de l’Orient, Lyon les 10-14 juin 1980, Paris 1981, pp. 532-553 [HA Ana Gén 141-14 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş, Aslantaş barajı göl alanı ve 1982 dönemi çalışmaları », KST V, Ankara 1984, pp. 153-161 [Ha Ana Si 071 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş ve Domuztepe 1984 yılı çalışmaları », KST VII, Ankara 1986, pp. 271-285 [HA Ana Si 072 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Domuztepe Son Araştırmalar Işığında Yeni bir Değerlendirme », Anadolu Araştırmaları / Jahrbuch für Kleinasiatische Forschung X, 1986, pp. 32-44 [HA Ana Si 053 (tap)].
  • Çambel, H., Arsebük, G. et Kantman, S, Çok Dilli Arkeoloji Sözlüğü / Multilingual Dictionary of Archaeological Terms / Dictionnaire multilingue d’archéologie / Mehrsprachiges archäologisches Worterbuch, İstanbul 1994 [Ar Méth 073].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., İstanbul ve Chicago üniversiteleri karma projesi : Güneydoğu Anadolu Tarihöncesi Araştırmaları / The Joint Istanbul-Chicago Universities : Prehistoric Research in Southeastern Anatolia I, Istanbul 1949 [HA Ana Gén 022].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J.,  » The Çayönü Excavations: Overview Through 1981″, Prehistoric Village Archaeology in South-Eastern Turkey : The eighth millenium B.C. site at Çayönü: Its chipped and ground stone industries and faunal remains, BAR International Series 138, Oxford 1982 [HA Ana Gén 141-13 (tap)].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., « Çayönü Tepesi « , Festschrift für Kurt Bittel : Schritte zu neuen Lebensweisen, Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens, Mainz am Rhein, s.d., pp. 155-156 [HA Ana Si 051].
  • Çambel, H. et Özdoğan, M.,  » 1983 yılı Domuztepe çalışmaları », KST VI, Ankara 1985, pp. 259-272 [HA Ana Gén 141-24 (tap)].
  • Özyar, A. et Çambel, H., Karatepe-Aslantaş Azatiwataya: Die Bildwerke, Mainz 2003 [HA Ana Si 175]

İstanbul Arkeoloji Müzeleri’nin Tophane’de Gerçekleştirdiği Kazılar

8 Temmuz 2013 tarihinde İstanbul Arkeoloji Müzeleri’nin Tophane’de yaptığı kazıyı gezdim. Kazılara konu olan yer, Meclis-i Mebusan caddesinin batı kenarında dar ve uzun ve de eğimli, dikdörtgen bir alan. Bugüne kadar söz konusu alanın kuzey ucundaki yaklaşık üçte birlik bir kesiminde arkeolojik kazılar gerçekleştirilmiş. Geri kalan bölümün kazısına ancak, alanı batıdan sınırlayan yüksek teras duvarının yarattığı statik sorunlar çözüldükten sonra başlanacağı söyleniyor.

Kazıların konumu (Müller-Wiener 2001'den)
Kazıların konumu (Müller-Wiener 2001’den)

Kazı yapılan bölümde, yapı tekniğinden ve taban üstü buluntularından yola çıkarak arkeologların MS 6.-7. yy’a tarihlediği büyükçe bir yapının kalıntıları açığa çıkmış. Gerek oldukça iyi korunmuş bir praefurnium‘un varlığı, gerek çeşitli su künklerinin bulunması, gerekse açığa çıkan birkaç havuz, zemini ve duvarları beyaz mermer döşeli bu mekanların bir hamama ait olabileceğini akla getiriyor. Bunun sivil (konak/saray) ya da dinsel (manastır) nitelikli bir yapı kompleksine ait olduğunu düşünmek pek yanlış olmayacaktır zira alanın 2/3’lük kazısı yapılmamış bölümünde de, yamacın eğimi üzerinde bu yapıların devamına ait benzer yapı tekniği ortaya koyan duvarlar ve tonozlar görülüyor. Yeniden inşası gündeme getirilen İmalat-ı Harbiye Mektebi’nin, bu duvarları yer yer temel olarak kullanmış olduğu gözlemleniyor.

Dikkat çekici bir diğer husus da, « hamam » yapısının arazinin eğimi tarafında yer alan ve dolayısıyla teras duvarı işlevini gören duvarlarından birinin içine gömülü mermer bir Bizans lahtinin bulunuyor olması. Görüldüğü kadarıyla hamam inşa edilirken söz konusu lahit yerinden kaldırılmamış, aksine, yamacın üst tarafındaki toprakların yarattığı yanal yükü iyi karşılayacağı düşünülerek teras duvarının içine dahil edilmiş.

Kalıntıların 1970'lerdeki görünümü (Eyice 1976: Fig. 5)
Kalıntıların 1970’lerdeki görünümü (Eyice 1976: Fig. 5)

Bugüne kadar kazısı yapılmış 1/3’lük kesimde açığa çıkmış olan kalıntılar ve geri kalan bölümde toprak üstünde görülen duvar ve tonozlar, Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi’nce İmalat-ı Harbiye Mektebi’nin yeniden inşa edilmek istendiği alanın tümünde Erken Bizans dönemine ait kapsamlı kalıntıların bulunduğunu ortaya koymakta ve Semavi Eyice’nin 70’li yıllarda ortaya koyduğu görüşleri teyit etmekte (Bizans Devrinde Boğaziçi, İstanbul 1976: s.19-20). Bu durumda söz konusu mektep binasının yeniden inşa edilmesinin bu kalıntıların yok olmasına ya da büyük ölçüde tahrip olmasına yol açacağı kesin. Kaldı ki bu binanın elde doğru dürüst rölöveleri bulunmamaktadır. Ortaya çıkacak olan yapı gerçeği yansıtmaktan çok bir hayal ürünü olmaktan öteye gitmeyecektir. Üstelik binanın önemli bir bölümünün bugünkü tramvay caddesinin geçtiği yerde bulunması nedeniyle, yapının tümünü yeniden inşa etmek mümkün olmayacaktır.

Les fouilles du Musée archéologique d’Istanbul à Tophane

Le 8 juillet 2013 j’ai visité les fouilles effectuées par le Musée archéologique d’Istanbul à Tophane. Les travaux sont conduits dans un terrain vague de forme rectangulaire allongée et en forte pente, situé le long de l’avenue Meclis-i Mebusan du côté ouest. Jusqu’aujourd’hui seul a pu être fouillé un secteur correspondant en gros à 1/3 du terrain à l’extrémité nord. Selon les archéologues responsables le reste sera fouillé une fois que les problèmes statiques créés par le haut mur de terrasse qui domine le terrain du côté ouest seront résolus.

Emplacement des fouilles (d'après Müller-Wiener 2001)
Emplacement des fouilles (d’après Müller-Wiener 2001)

Dans la partie fouillée sont apparus les vestiges en assez bon état d’un grand bâtiment que les fouilleurs datent des 6e-7e s. ap. J.-C. d’après sa technique de construction et le matériel recueilli sur les sols. La présence d’un praefurnium assez bien conservé, les diverses canalisations et tubulures que l’on voit par endroits sous le revêtement de sol, de même que l’existence de quelques bassins rectangulaires pourraient indiquer que ces espaces dallés de marbre et dont les murs étaient revêtus de plaques de marbre blanc -du moins dans leur partie basse conservée-, appartenaient à un édifice thermal. Il ne serait pas faux de dire que ces thermes faisaient partie d’un complexe plus vaste à caractère séculaire (hôtel particulier ou palais) ou sacré (monastère), car au sud, des vestiges de murs et de voûtes qui présentent une technique de construction similaire et qui donc pourraient appartenir au même complexe sont visibles en surface dans le secteur non encore  fouillé. On constate que ces vestiges ont servi par endroits de  fondation aux murs de l’École de manufacture militaire (İmalat-ı Harbiye Mektebi) dont la reconstruction à l’identique est à l’ordre du jour.

Une autre découverte remarquable est constituée par un grand sarcophage byzantin de marbre blanc, incorporé dans l’un des murs de l’édifice thermal situé du côté de la pente et qui donc servait aussi comme mur de terrasse. Le sarcophage n’a apparemment pas été déplacé au moment de la construction des thermes. Il a été au contraire délibérément laissé en place et incorporé dans le mur de terrasse, son poids considérable pouvant aider à contrecarrer la poussée latérale des terres en haut de la pente.

Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)
Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)

Les restes mis au jour dans le tiers fouillé du terrain ainsi que les ruines visibles en surface dans le secteur non encore fouillé montrent que l’emplacement de l’École de manufacture militaire, bâtiment ottoman détruit au milieu du siècle dernier dont la reconstruction à l’identique est projetée par l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan, est occupé dans sa totalité par d’importants vestiges datant de l’époque byzantine, comme le soulignait déjà Semavi Eyice dans les années 70 (Bizans Devrinde Boğaziçi, Istanbul 1976. pp. 19-20). Il est donc certain que la reconstruction de cet édifice entraînera la destruction totale ou partielle de ces vestiges archéologiques. Par ailleurs il faut dire que le manque de documentation (plans, relevés ou photos) ne permettra jamais une reconstruction à l’identique de ce bâtiment ottoman : le résultat ainsi obtenu sera forcément en grande partie le fruit de l’imagination des architectes contemporains. De plus, comme cet édifice détruit empiétait en grand partie sur l’avenue moderne attenante – il a été en fait démoli pour élargir celle-ci -, il est pratiquement impossible de le  reconstruire dans sa totalité.