Tous les articles par Elvan Arik

Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

Lire la première partie Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

2. Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

Le subventionnement du gaz comme frein à la libéralisation complète du marché

Lorsqu’en 2001, la loi n°4646 sur le marché du gaz fut votée, l’objectif visait la libéralisation du marché en vue de créer un marché compétitif et satisfaire une demande croissante grâce à l’introduction d’une concurrence privée. Tout en saluant cette avancée législative majeure, le rapport sur lequel se base nos propos, évoque une combinaison d’événements et de facteurs qui ont freiné l’ouverture effective du secteur.

Selon l’auteur, le processus suivait son cours jusqu’en 2009 : les opérateurs privés commençaient à pénétrer l’ensemble des secteurs du marché en ayant obtenu l’autorisation en 2004 d’utiliser les gazoducs de BOTAŞ, en 2008, le système de tarification basé sur la couverture des coûts engagés est adopté et indexé sur l’évolution des prix du baril de pétrole et du taux d’échange extérieur.

Au milieu de l’année 2009, les cartes sont rebattues avec la mise en place d’une politique de subvention et d’un prix du gaz fixé jusqu’en 2011. Les causes de ce revirement soudain ne sont pas mentionnées en détail. L’augmentation des prix d’importation du gaz russe et iranien suffit à justifier cette décision. Il nous semble pourtant que la perspective des élections locales de mars 2009 qui devait permettre au parti AKP de réaffirmer sa popularité locale puisse justifier en partie une telle décision. Les conséquences négatives d’une telle décision seraient nombreuses selon le rapport: 1,3 milliards de TL de pertes pour BOTAŞ en 2011, 606 millions en 2012, 5 milliards de TL de pertes uniquement sur les ventes de gaz aux sociétés de distribution, augmentation de 50% des prix de l’électricité.

Currently, the average pipeline gas price for Turkey is around 435/1000m3 dollars [selon des sources proches du gouvernement]. The price for industrial customers is 359 dollars/1000m3, compared with 390 dollars/1000m2 for households – 45 dollars less than the BOTAŞ purchase price. p.18

Pour faire simple, le gouvernement turc via BOTAŞ subventionne la vente de gaz en direction du secteur résidentiel.  Pour compenser ce manque à gagner, BOTAŞ vend du gaz surfacturé (520 dollars/1000m3) dans le tiers des centrales électriques qu’elle approvisionne et qui sont gérées sous des contrats de type Build-Operate ou Build-Operate-Transfer. Ce système est sans danger pour les opérateurs privés qui disposent de l’assurance de vendre l’intégralité de l’électricité produite à l’Etat (contrat Take-or-Pay) tout en reportant la surcharge du coût d’approvisionnement sur le coût final de l’électricité produite. La logique économique qui sous-tend une telle décision est difficilement compréhensible en l’état : comment justifier une politique de subvention sur le prix du gaz naturel qui est reportée de fait sur celui de l’électricité ? Dans ce schéma, l’État est en effet contractuellement obligé de racheter un coût d’électricité supérieur au prix du marché qui se répercutera en bout de chaine sur la facture de l’usager. A ce stade, au-delà des jeux de péréquations tarifaires entre secteurs qui nous échappent, nous nous demandons si le facteur de la perception des prix de l’énergie par l’usager ne rentre pas en ligne de compte. Les factures d’électricité étant de fait moins importantes que celles du gaz naturel, le gouvernement n’imaginerait-il pas qu’une augmentation du prix de l’électricité a proportionnellement moins de chance de créer un mécontentement par rapport à une augmentation des prix du gaz ? Sans nous convaincre totalement, cette hypothèse doit être complétée, c’est pourquoi nous invitons les lecteurs à donner leurs propres suggestions/réflexions.

En attendant, cette politique de subvention est selon Gulmira Rzayeva source de déséquilibre et d’iniquité pour les acteurs privés qui souhaitaient rentrer dans la course à l’importation de gaz. Le gouvernement semble ainsi être pris entre deux feux car son souhait depuis 2001 de transférer le risque commercial de l’opérateur national sur les acteurs privés est contrecarré par sa stratégie tarifaire interventionniste

Une anecdote est ainsi révélatrice des tensions sur le marché qui auraient pu aboutir à de graves conséquences, à Istanbul en l’occurrence. Fin 2011, un contrat entre BOTAŞ et Gazprom (6 Bm3/an via le gazoduc Ouest arrivant par la frontière turco-bulgare) arrive à expiration. BOTAŞ envisage ainsi de lancer un appel d’offre pour que des sociétés privées puissent prendre le relais. En novembre 2011, l’appel d’offre fut ainsi rédigé, soit 2 mois seulement avant la fin du contrat. 26 entreprises se montrent intéressées mais sont déboutées par… . Gazprom. Conscient de la position de force dans laquelle le géant russe se trouvait face à BOTAŞ contraint par le temps, Gazprom adjoint dans le champ des négociations de nouveaux dossiers : projet South-Stream, défaut de paiement de BOTAŞ, révision des anciens contrats TOP…  L’enjeu du prix du gaz importé était également au cœur du débat : Gazprom devait consentir à baisser son prix de vente (350 dollars/1000 m3) à des acteurs privés ne pouvant se montrer compétitifs face aux 429 dollars/1000m3 que BOTAŞ était en mesure de s’acquitter et de subventionner par la suite. Gazprom ayant effectivement accepté de fournir du gaz à ce prix, 4 entreprises privées (Shell, Bosphorus Gaz, Enerco Enerji et Avrasya Gaz) ont alors pu empocher le contrat à la toute fin 2011. Si ce conflit commercial n’avait trouvé de solutions de dernière minute, une pénurie de gaz naturel aurait pu difficilement être évitée, ce qui aurait conduit les 14 millions d’habitants d’Istanbul à avoir de grosses difficultés pour se chauffer en pleine période hivernale.

Aujourd’hui, 7 sociétés privées ont l’autorisation d’importer directement du gaz russe (9,75 Bm3) au prix évoqué ci-dessus. Toutefois pour s’assurer d’une stabilité pérenne des approvisionnements de Gazprom sur ce prix négocié à la baisse, nombre d’entre elles ont ouvert leur capital à des filiales du géant russe. Ainsi Gazprombank détient 60% du capital respectif de la société Akfel et Avrasya Gaz, Bosphorus Gaz a ouvert son capital à 75% à Gazprom Allemagne…

Cette situation est ubuesque pour les partisans du libre échange et du non-interventionnisme public, comme l’auteur du rapport.

« The liberalization of the domestic natural gas market in Turkey cannot nullify the import risks that state monopolist BOTAS faces, but it can significantly reduce them » p.2

Dans ce contexte, BOTAŞ est présentée comme l’institution cause de tous les maux du marché. Le gouvernement AKP prévoyait suite au vote de la loi de 2001 de réduire les parts de marché de l’institution à moins de 20% d’ici la fin 2009 (contre 80% auparavant). Au côté de ces efforts législatifs qui ont été vains pour l’instant, des stratégies plus informelles (et illégales ?) conduiraient certaines grandes sociétés de distribution de gaz naturel à ne pas s’acquitter en intégralité des factures de gaz acheté auprès de BOTAŞ. Cette stratégie aurait pour finalité d’affaiblir et d’assécher financièrement l’institution.

Les effets attendus de la nouvelle loi de 2014

BOTAŞ ne devrait pourtant pas pouvoir survivre au prochain projet de loi sur le marché du gaz naturel. Une révision de la loi a été préparée en mai 2013 Après l’adoption d’un ultime amendement toujours débattu et non paru dans le journal officiel du parlement, la nouvelle loi devrait être adoptée en 2014. Voici une sélection des principaux changements attendus.

  1. La Turquie est désormais considérée comme un marché dans lequel le gaz peut être échangé librement. Idéalement, à terme, ces échanges seront régulés au sein d’une structure boursière nationale.
  2. BOTAŞ ne devra pas représenter plus de 50% du marché d’importation et de transport.
  3. Une compagnie ne pourra vendre plus de 20% du montant total de gaz naturel consommé nationalement afin d’éviter toute situation monopolistique
  4. Une compagnie de distribution pourra obtenir à partir de 2015 une licence de vente auprès de l’EPDK à condition de posséder une comptabilité séparée pour les activités de distribution et de commerce. L’idéal serait de différencier juridiquement les compagnies
  5. Les compagnies souhaitant importer du gaz naturel doivent garantir une capacité de stockage de 10% du montant annuel importé
  6. Désormais la sélection de la compagnie approvisionnant les compagnies de distribution se fera par appel d’offre. Ceci dans le but de créer une compétition équitable et de prévenir la formation de clusters dans lesquels des compagnies seraient présentes sur tous les secteurs du marché (exemple : Enerji SA, qui est déjà dans la production et la distribution, pourrait obtenir une licence d’importation et de commerce)
  7. La question du maintien des subventions est laissée à la décision du Conseil des ministres.
    « According to the new draft of amendments to the NGML : ‘when subsidies are needed in order to support the consumers in particular regions of for particular purposes, these subsidies will be in the form of reimbursement to consumers, and there will be no price intervention ». This means that the subsidies in Turkey will not be removed in the foresseable future. p.18
  8. D’ici 2015, BOTAŞ sera séparée en 3 entités distinctes (une compagnie de transport, une compagnie de GPL et un opérateur de stockage).

En attendant, le ministre Taner Yildiz annoncera fin février les nouveaux prix du gaz naturel domestique. Reste à savoir lequel des deux facteurs – celui de la rationalité économique préférant un report des effets inflationnistes sur la facture de l’usager, ou celui de l’argument électoral tendant à éviter toute nouvelle fronde sociale à la veille d’importantes échéances politiques pour le pouvoir en place -, pèsera le plus dans la décision finale.

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26 []
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie []
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur » []
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars []
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013 []
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503. []

Cartographie de l’installation des centrales hydroélectriques en Turquie

Afin de réduire ses importations d’énergie fossile qui pèsent de plus en plus lourdement dans sa balance commerciale extérieure et d’accompagner la demande croissante d’énergie de sa population, le ministère turc de l’Energie et des Ressources naturelles s’est fixé un objectif clair concernant les énergies renouvelables : celles-ci doivent contribuer à l’horizon 2023 pour 30% du mix-énergétique total concernant la production d’électricité. Il est vrai que le potentiel de valorisation des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie) du territoire turc est indéniable. Mais c’est bien le potentiel hydraulique du territoire turc qui a été jusqu’à aujourd’hui le plus mis en valeur, avec actuellement environ 20% de la production d’électricité nationale produite par des centrales hydroélectriques

Depuis 2010, le gouvernement turc mène une stratégie de renforcement progressif des capacités hydroélectriques du pays en autorisant l’installation d’une myriade de petites centrales (HES en turc avec en général une puissance inférieure à 20 MW). Les licences d’exploitation de ces nouvelles infrastructures sont directement accordées à des consortiums industriels privés parmi lesquels figurent notamment les « filiales énergie » des plus importantes holding turques. Dans le même temps et dans ce contexte de libéralisation forcenée du marché énergétique, l’Etat turc se délaisse progressivement de ces anciennes centrales hydroélectriques.

 L’objectif final est d’atteindre 5000 MW de capacité de production supplémentaire à la fin de l’année 2013[1]. Pour cela, c’est quasiment tout le territoire national qui est mis à contribution si l’on se fie au nombre de départements concernés par l’installation d’une centrale hydraulique (69 départements concernés sur 81).TR-depart_HES4

La répartition de plus de 800 autorisations de constructions de centrales délivrées par l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie (EPDK) en 2012 montre cependant que certaines régions s’avèrent quantitativement plus touchées. C’est le cas notamment des provinces de la mer Noire avec les départements de Giresun (53 autorisations), Trabzon (64), Rize (31), Artvin (43) et Erzurum (40). Plus au sud, les provinces d’Adana (43) et de Kahramanmaraş (40) accueilleront également plus de 40 centrales. Au final, la majorité des installations hydroélectriques reste concentrée dans l’est du pays.

La planification étatique de ces infrastructures concentrées à de très petites échelles (la plupart du temps plusieurs centrales dans une même vallée) est souvent source de conflits à l’échelle locale. Les décisions jugées autoritaires et technocratiques font souvent l’objet, quand ils existent, de simples simulacres de processus de concertation auprès des populations locales (comme bien souvent à propos des infrastructures énergétiques en Turquie et ailleurs). A propos du cas particulier des centrales hydroélectriques, un film-documentaire réalisé par Ruya Arzu Koksal intitulé Bir Avuç Cesur İnsan avait bien mis en lumière dès 2011, la longue et courageuse mobilisation de plusieurs groupes villageois de la mer Noire contre l’installation de ces centrales dans les vallées de l’İkizdere et du Şenöz situées toutes deux dans la province de Rize.

Avec les récents mouvements urbains de protestation qui se sont multipliés en Turquie ces derniers mois, il est intéressant de constater que des slogans de même nature que ceux utilisés par ces villageois de la mer Noire (Vadime dokunmayın = Ne touchez pas à ma vallée) sont apparus  dans ces espaces de contestation.

« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »  (Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)
« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »
(Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)

En effet, certains acteurs (associations locales, parti écologique) ont profité de l’ouverture de cette soudaine brèche « révolutionnaire » ouverte dans l’espace public pour greffer leurs revendications environnementales. Un atlas des résistances environnementales créé par un parti écologique turc a été par exemple largement diffusé dans le parc Gezi à Istanbul.

« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) - Source voir ici
« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) – Source voir ici

Il semblerait donc que la rhétorique politique du « patriotisme énergétique » – l’intérêt général de la nation dans sa fuite en avant vers la modernité imposerait naturellement le sacrifice de l’intérêt particulier de quelques territoires – ne suffise pas toujours à convaincre les populations autochtones, héritières et garantes des écosystèmes locaux. Les enjeux environnementaux et énergétiques s’inscrivent donc bel et bien, eux aussi, au cœur des revendications autour d’une plus grande démocratie locale en Turquie.

Pour aller plus loin :

Hamsici M., 2011, Dereler ve İsyanlar, Nota Bene Yayınlar, Ankara


[1] Selon le plan stratégique 2010-2014 du ministère de l’Energie et des Ressources naturelles

Territoires de l’éolien en Turquie : exemple de la ferme éolienne de Balıkesir

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, M. Taner Yıldız, a inauguré samedi dernier, la plus grande ferme éolienne de Turquie dans la province de Balıkesir. La médiatisation de l’événement a été une bonne occasion pour cette figure politique de révéler au grand jour la matérialisation des efforts nationaux en vue de la promotion des énergies renouvelables. Cette inauguration tombait à point nommé puisque, quelques jours auparavant, la presse avait fait écho de l’incapacité de nombreuses compagnies privées à développer des centrales éoliennes alors qu’elles avaient auparavant reçu des licences d’exploitation. Sur les 271 licences attribuées par l’EPDK (9,525 MW de capacité), seules 63 centrales éoliennes sont actuellement en opération pour une puissance installée de 2,367 MW (Hurriyet Daily News, « Last call for license return to ‘inactives’ in Turkey’, 29/04/13). Il semblerait que l’engouement de certaines entreprises turques pour les énergies renouvelables ne s’accompagne pas toujours du savoir-faire technique et logistique requis pour mener à bien de tels projets.

balikesir01
Photo : E.A

Concernant la ferme de Balıkesir, la société turque EnerjiSA1 qui détient la licence d’exploitation du site, n’a pas été impliquée dans la construction et l’installation des éoliennes. Le contrat signé par EnerjiSA et un consortium industriel composé de firmes étrangères a permis à l’entreprise de récupérer le projet clé en main. L’entreprise américaine General Electric était chargée de produire les éoliennes2 et les acheminer jusqu’au port de Bandırma, l’entreprise française Cegelec s’est occupée de la partie génie civil (construction des routes, plateformes, câbles et lignes électriques, centrale…) et de la supervision du montage des éoliennes et enfin l’entreprise turque GETSAS s’est occupée des tests pré-opérationnels avant la mise en service. Au total, 153 millions d’euros ont été investis par EnerjiSA. La production d’électricité a débuté dès l’été 2012 avec la mise en service des premières éoliennes. La capacité totale de production des 52 éoliennes s’élève à 143 MW (52 X 2,75MW).

balikesir02
Source: Hurriyet Daily News, « Enerjisa launches largest Turkish wind farm plant », 11/05/13

Suite à la lecture de quelques articles mentionnant l’inauguration de cette ferme éolienne, un élément nous a interpellé. La ferme de Balıkesir est en effet toujours présentée comme un espace de production électrique quasi-désincarné, qui n’agit qu’à et que pour l’échelle nationale, en soutenant la croissance économique du pays. Il n’est jamais fait référence à une territorialité plus locale c’est-à-dire à ces 56 ha de terrains situés à 16 km au nord-est de Balıkesir, réquisitionnés pour l’implantation des éoliennes. Élément symptomatique de cette déterritorialisation, seules des photographies présentant sur une estrade les personnalités importantes conviées à l’occasion de l’événement servent d’illustration aux articles de presse. Pourtant, ici comme ailleurs, c’est à cette échelle que des micro-conflits locaux sont apparus suite aux réagencements des appropriations territoriales.

Afin de profiter au maximum de l’exposition au vent, les éoliennes ont été implantées sur des crêtes collinéennes (Photo : E.A)
Afin de profiter au maximum de l’exposition au vent, les éoliennes ont été implantées sur des crêtes collinéennes (Photo : E.A)
Carte d’implantation des éoliennes  (Source : rapport technique disponible sur http://www.enerjisa.com.tr)
Carte d’implantation des éoliennes (Source : rapport technique disponible sur http://www.enerjisa.com.tr)

L’une des principales sources de conflits semblerait être liée à la question du foncier. 67% des terres retenues dans le périmètre sont des terres de pâturages, 11% des terres privées, 10% des forêts et 12% du foncier dispose d’un statut flou car non enregistré au cadastre. Diversité de la nature du foncier qui traduit également une diversité des statuts juridiques, des valeurs économiques mais aussi des acteurs concernés et des pratiques associés à l’espace. Les propositions de rachat ou les processus d’expropriation menés par EnerjiSA n’auraient vraisemblablement pas toujours satisfait certains bergers-éleveurs-agriculteurs de trois villages situés à moins d’un kilomètre des éoliennes (Eşeler, Karakaya, Ayvatlar). Bien que la contestation locale ne semble pas avoir eu le même impact médiatique que celle d’Hasankeyf (barrage hydraulique) ou de Sinop (centrale nucléaire), ici aussi des formes de protestation – sans doute trop éphémères et esseulées – ont rythmé le quotidien des travailleurs de l’éolien : mise en place de barrages pour bloquer l’accès des camions aux plateformes des éoliennes, vol de câbles, décharges régulières de fientes de poulet à proximité des bureaux de travail.

Berger rencontré sur l’une des routes créées pour relier les plateformes éoliennes (Photo E.A)
Berger rencontré sur l’une des routes créées pour relier les plateformes éoliennes (Photo E.A)

Les villageois ont également fait part de leur mécontentement vis-à-vis de l’impact environnemental du projet. Outre les nuisances sonores et la gène occasionnée par le trafic des camions3, censées être temporaires, la construction d’environ 30 km de routes d’accès aux plateformes éoliennes est accusé par les habitants d’être la cause des inondations subies pour la première fois dans le village d’Eşeler, l’hiver dernier. En effet, l’imperméabilisation des routes souvent construites à flanc de collines a demandé la mise en place d’un système de déversement des eaux de pluie en aval des pentes jusqu’au village situé en contrebas. À la lumière de cet incident et face à l’envergure du projet, c’est la question de l’efficacité des études d’impact qui est posée. La neutralité de ces études commandées par EnerjiSA à un bureau d’étude serait douteuse selon les dires d’un des techniciens rencontrés, tout du moins la manière dont elles ont été dirigées ne serait pas dénuée d’ambiguïtés.

Nouvelles routes construites au premier plan et village d’Eşeler en contrebas des pentes (Photo E.A)
Nouvelles routes construites au premier plan et village d’Eşeler en contrebas des pentes (Photo E.A)

Afin d’anticiper la création d’une mobilisation de plus grande ampleur, dès le début du projet, l’entreprise EnerjiSA avait compris l’importance stratégique de ne pas agir sans intégrer et faire participer les populations locales. Des négociations avec les muhtar des différents villages auraient permis la rénovation d’une mosquée et d’une école, des villageois ont pu également être embauchés sur les sites en tant que gardien de sécurité, cuisiniers ou femmes de ménage.

École rénovée par le groupe EnerjiSA (Photo E.A)
École rénovée par le groupe EnerjiSA (Photo E.A)

À l’heure où les infrastructures énergétiques s’implantent à une allure impressionnante un peu partout sur le territoire turc, la rapide esquisse des rapports de forces institués à la lumière de l’implantation de la ferme éolienne à Balıkesir illustre la nécessité de considérer plus finement ces territoires locaux, en se détachant de la focale d’analyse nationale trop souvent mobilisée. Territoire d’adoption ou territoire d’imposition, suite à l’implantation de telles infrastructures, les altérations sociales et environnementales ne sont de toute façon jamais nulles à l’échelle locale.


  1. EnerjiSA résulte d’un partenariat entre la holding Sabancı et l’entreprise allemande E.On spécialisée dans le secteur de la production électrique. EnerjiSA est déjà exploitant de deux autres centrales éoliennes à Çanakkale (30 MW) et Dağpazarı (39 MW). L’entreprise est par ailleurs exploitante du réseau de distribution d’électricité de la partie anatolienne d’Istanbul, de la province d’Ankara et d’Adana. L’entreprise gère également 5 centrales hydroélectriques (227 MW) et 5 centrales thermiques (1,385 MW) []
  2. Les nacelles ont été produites en Allemagne, les pales au Brésil, les transformateurs en Chine, les tours en Turquie []
  3. Une des sources de tensions a notamment concerné la perte de nombreuses volailles écrasées sous les roues des camions, ce qui peut sembler à première vue être un détail anodin mais qui ne l’est pas pour des villageois aux ressources financières limitées. []

Tour d’horizon de l’actualité énergétique de la Turquie 2012-2013

La feuille de route politique et économique du gouvernement AKP intitulée « Vision 2023 », en référence au futur centenaire de la République turque, se traduit pour le secteur énergétique par une inflation discursive. Ce secteur est d’autant plus stratégique que les perspectives de croissance économique présentées par ailleurs au travers de cette Vision 2023 requièrent de facto une consommation de plus en plus importante d’énergie. Il est attendu en effet que la demande énergétique du pays – qui enregistre déjà le second plus haut taux de consommation énergétique derrière la Chine – double dans la décennie à venir, soit une croissance annuelle prévue entre 6 et 9%. De ce contexte résulte une actualité énergétique très riche dont la présente note sélectionne quelques enjeux.

1) Du hub diplomatique au « deal énergétique »

L’examen d’une géopolitique de l’énergie spécifique à la Turquie se traduit par le recours systématique au qualificatif de hub ou pont énergétique qui traduit le rôle de synapse du territoire turc entre pays producteurs de ressources énergétiques d’un côté et pays consommateurs de l’autre. L’État turc utilise cet avantage géostratégique au service de sa diplomatie et de son émergence politique et économique dans la région. En première main, ce type d’analyse se prête par exemple parfaitement à une lecture du processus d’apaisement engagé par Israël vis-à-vis de la Turquie suite aux excuses officielles de Benyamin Netanyahou présentées le 22 mars dernier à l’encontre de son homologue turc Recep Tayip Erdoğan (voir ici). Durant une récente conférence sur les enjeux énergétiques tenue à Ankara, les propos d’un émissaire israélien spécialement mandaté pour l’occasion, sont explicites : « Peut-on utiliser l’énergie, peut-on utiliser le gaz au-delà de sa valeur commerciale au service de la politique, au service de la diplomatie ? »1. Dans l’optique d’exporter le gaz naturel découvert aux larges de ses côtes en 20092, cette tentative d’apaisement des relations avec la Turquie nous laisse donc penser qu’Israël aurait choisi le terminal de Ceyhan comme débouché d’un pipeline sous-marin. Dès lors, le refus actuel du ministre de l’Énergie turc d’entamer des pourparlers à propos de ce projet tant que les relations diplomatiques ne seront pas officiellement stabilisées, peut s’analyser comme une illustration de la puissance et de la confiance nourries de cette situation géostratégique. Alors que paradoxalement, la Turquie cherche à accroître et diversifier ses importations de gaz naturel, la position de hub énergétique semble effectivement légitimer à elle seule l’assurance affichée par les responsables politiques turcs. Toutefois, ces conjectures géopolitiques ne nous renseignent guère sur les conséquences « collatérales » qu’implique cette situation bipolaire de la Turquie qui est à la fois dépendante de ses voisins pour sa consommation mais dont dépendent ses voisins pour faire transiter leurs réserves. En coulisse ces « deals énergétiques » – accords plus ou moins tacites qui impliquent également des acteurs économiques privés potentiellement proches du pouvoir – ne pourraient-ils pas par exemple contribuer à expliquer les sommes impressionnantes investies en Turquie par SOCAR Turkey Enerji , filiale de la compagnie pétrolière nationale d’Azerbaïdjan (voir ici) et ce notamment à la lumière du projet de gazoduc transfrontalier TANAP. Dernier exemple en date, SOCAR vient de racheter au mois d’avril 2013, le groupe Star Media –  dont font partie le journal éponyme et la chaine télévisée Kanal 24 – propriétaire de l’homme d’affaire Fettah Tamince, également fondateur de la chaine d’hôtel Rixos et connu pour ses proches relations avec le premier ministre turc en personne.

2) Vers une production énergétique décarbonée ?

Malgré une capacité de production d’électricité installée qui a pratiquement doublé en Turquie ces 10 dernières années – de 32000 MW en 2002 à 57000 MW en 2012 – le pays connaît toujours des cycles de tensions électriques notamment l’été. Un pic de consommation a été atteint au mois de juillet dernier (752,7 millions de KW soit 11% de plus qu’en juillet de l’année précédente) du fait notamment de l’utilisation massive des appareils de climatisation. La Turquie s’est vue contrainte d’acheter de l’électricité à la Géorgie et à la Bulgarie en prévention d’éventuelles coupures de courant. Concernant le gaz naturel, cet hiver, un pic de consommation à été atteint (187 millions de m3) dont 1/5 est le seul fait d’Istanbul. En vue de répondre à cette demande croissante, tirer massivement avantage du potentiel des énergies renouvelables encore peu exploitées en Turquie semblerait une solution envisagée. L’autorité régulatrice du marché électrique (EPDK) prévoit ainsi d’accorder d’ici 2023 plus de 3000 MW de capacité de production d’électricité à partir du solaire. La construction de la première centrale à tour solaire vient par exemple d’être achevée à Mersin.

greenway_mersin
Figure 1: 50 millions de $ ont été investis par Greenway pour la 1ère ferme solaire de Turquie (cliché pris en mars 2013)

Les objectifs concernant l’éolien sont de même envergure. Durant les mois prochains, est notamment planifiée l’inauguration de 52 turbines éoliennes à Balikesir – la plus grande ferme éolienne de Turquie – avec une capacité totale de production de 143 MW. Ces investissements doivent conduire la Turquie à produire 30% d’électricité à partir des ENR en 2023. Au même moment, le nucléaire devrait contribuer pour 10% de la production nationale. La centrale d’Akkuyu financée, construite et gérée par les Russes (voir ici) devrait entamer sa production en 2019. Concernant la seconde centrale à Sinop, seuls un consortium franco-japonais (Mitsubishi-Areva) et une entreprise chinoise (Guangdong holding) seraient encore en lice pour remporter l’appel d’offre. Selon les dirigeants politiques turcs, ces choix de production se légitiment notamment par leur faible teneur en carbone. Pourtant, cette ruée vers ces nouvelles énergies ne doit pas cacher une autre réalité dont l’impact environnemental est beaucoup moins flatteur.

couv_hazard
Figure 2 : « Quand le charbon turc sera-t-il découvert? » (Dernier numéro du magasine publié par le Caspian Strategy Institute, think-thank basé à Istanbul dont l’objectif est de développer les connaissances sur la région caspienne autour des sujets spécifiques de la sécurité énergétique et des relations internationales)

Toujours guidée par cette volonté de réduire sa dépendance envers ses voisins – 90% du charbon provient d’Afrique du Sud, Colombie, Russie et d’Ukraine pour un coût estimé à 964 millions de dollars- la Turquie prospecte massivement son territoire à la recherche d’énergie fossile. Une réserve de charbon comptant pour 40% des réserves nationales sera prochainement exploitée par une entreprise des Émirats Arabes Unis dans la province de Kahramanmaraş. 1,8 billions de tonnes de charbons viennent d’être découverts dans la province de Konya, auquel il faut ajouter une découverte d’une possible réserve de 510 millions de tonnes par le ministère de l’Énergie en Thrace. Alors que la Turquie possède également des réserves importantes de lignite de très faible qualité énergétique, l’entreprise nationale TKI, dont l’activité économique a durement été touchée depuis l’utilisation massive du gaz naturel, se reconvertit désormais dans la valorisation du gaz synthétique dans la région égéenne (bassin minier de Manisa et Küthaya). Ces données prouvent que la valorisation des ressources minières est devenue priorité nationale, Taner Yıldız – le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles – ayant officiellement annoncé que le charbon devrait contribuer pour 30% de la production d’électricité en 2023. Les conséquences de cette réorientation de la production énergétique font déjà sentir leurs effets avec une croissance des licences accordées au secteur privé pour construire des centrales à charbon au détriment des centrales thermiques au gaz. Le gouvernement turc s’intéresse également de près au très controversé gaz de schiste en Anatolie centrale dans les provinces d’Ankara, Konya et Kirşehir. A noter enfin qu’une prospection importante concerne les ressources pétrolières dans la province de Diyarbakır ou dans les fonds sous-marins de la Mer noire.

3) Tarification sociale et privatisation des réseaux de distribution énergétique

carte_privatisation_elec
Figure 3: « Turkish government rakes in $3.5 bln in power grid tenders », Hurriyet Daily News, 15/03/13

Après quelques imbroglios juridico-administratifs concernant notamment le réseau de gaz d’Ankara et le réseau d’électricité de la rive européenne d’Istanbul, le processus de privatisation de l’ensemble des réseaux de distribution est désormais abouti.3. Début 2013, la vente des 4 plus importants réseaux a été finalisée. Cela concernait la partie asiatique d’Istanbul, les provinces de Toroslar, Van et Dicle (voir la carte ci-dessus). Il est important de souligner l’hétérogénéité de ces territoires avec des variations importantes concernant le niveau de développement économique, le statut à dominante rurale ou urbaine, le nombre de clients variant entre 458 000 dans la province de Van à 2,4 millions sur la partie asiatique d’Istanbul et un ratio d’électricité piratée variant entre 8% à Istanbul et 70% dans les provinces de l’Est. Au moment où les nouvelles factures délivrées vont commencer à refléter les réorientations stratégiques des entreprises privées, il n’est pas improbable que des tensions apparaissent entre ces dernières et les élites politiques locales, soucieuses de ne pas se couper de leur base électorale si elle venait à subir les effets négatifs de ces nouvelles mesures. Ceci a par exemple conduit à l’annulation en 2010 d’une première tentative de privatisation du réseau de Dicle. Les désaccords portaient essentiellement sur la mesure des pertes d’électricité captées illégalement. Pour éviter un nouvel échec, l’exploitant ayant remporté le récent appel d’offre (Groupe Iskaya Doğu) a présenté sa volonté de mener une étroite collaboration avec les autorités locales concernant ce problème. Ces questions du captage illégal et de la tarification de l’électricité sont particulièrement sensibles en Turquie notamment depuis qu’un projet de loi porté par l’EPDK au début des années 2000 prévoyait d’indexer régionalement les coûts facturés aux usagers selon le taux de captage illégal d’électricité. Par crainte des conséquences impopulaires d’une telle loi à la veille des élections présidentielles de 2007, le gouvernement AKP avait temporairement suspendu cette mesure jusqu’en 2013. Au vu d’une augmentation généralisée des prix de l’énergie depuis quelques années avec des inflexions à la hausse parfois brutales – en septembre 2012, le 1er ministre turc a annoncé une hausse des tarifs du gaz entre 10 et 15% pour les particuliers et de 9% pour l’électricité qui faisait déjà suite à des hausses de même niveau les mois précédents – les conséquences sociales seraient majeures si une telle mesure venait à être finalement adoptée. L’actualité dramatique des derniers mois à l’échelle de la seule métropole d’Istanbul nous rappelle à quel point l’accès sécurisé à des systèmes techniques fournissant un minimum confortable demeure une question non résolue en Turquie. Du fait d’une installation de gaz défectueuse, une famille entière de 5 personnes et 5 Afghans ont été retrouvés morts asphyxiés au monoxyde de carbone respectivement à Gaziosmanpaşa et Zeyntinburnu. Ce mois-ci la mort de 5 enfants à Esenyurt a été provoquée par un incendie déclenché par une lampe électrique chauffante. La réponse apportée à ce problème par l’exploitant du réseau de gaz naturel d’Istanbul parait bien dérisoire en se contentant de diffuser des messages préventifs. L’intérêt économique y est d’ailleurs difficilement masqué avec la crainte d’une réduction de la consommation de gaz naturel au bénéfice d’autres ressources énergétiques.

gaz_ne_tue_pas
Figure 4: « Le tueur silencieux ». Faites attention au monoxyde de carbone. Ce n’est pas le gaz naturel qui empoisonne mais le monoxyde de carbone. N’oubliez pas que le gaz naturel utilisé de manière adéquate est un combustible très sûr » www.igdas.com.tr

4) « Dönüşümle enerjiyi savurmayan binalar yapacağız » ((« Avec le renouvellement urbain, nous allons faire des logements économisant l’énergie », Milliyet, 17/04/13))

Liée à une autre actualité urbaine, celle qui concerne le gigantesque projet de rénovation urbaine lancée à l’échelle nationale par le gouvernement AKP, les questions de maîtrise et d’efficacité énergétique prennent une nouvelle ampleur au sein des agendas politiques nationaux et locaux. Erdoğan Bayraktar, à la tête du ministère de l’environnement et de l’urbanisation, ancien directeur de TOKI, déclare ainsi que 14 millions de logements ne respecteraient pas des critères standard en terme d’isolation thermique ou de revêtement de façade4. Agir sur la maîtrise énergétique à l’échelle du bâti parait légitime si l’on admet que le secteur résidentiel est responsable d’environ 30% des rejets de CO2 dans l’atmosphère en Turquie. Seuls 6% du parc immobilier turc disposeraient d’une isolation en toiture. Après avoir invoqué l’argument d’utilité publique du risque sismique pour légitimer l’ampleur des rénovations urbaines, et sans doute l’arbitraire du processus de mise en œuvre, il n’est pas exclu que celui de l’efficacité énergétique vienne s’adjoindre au précédent. Durant la conférence d’Ekodesign, Erdoğan Bayraktar s’est exprimé en ces termes « Une fois la rénovation urbaine achevée, nous voulons faire de la Turquie un pays très avancé avec des villes modernes dotées d’espaces verts, de transports organisés, de maisons intelligentes économes en énergie, des villes écologiques. Nous travaillons à ce que l’ensemble des constructions de notre pays soit conçu pour économiser l’énergie »5. Une nouvelle niche commerciale se constitue actuellement autour des figures du « bâtiment intelligent », de la « ville écologique », des bâtiments à « énergies positives ». Preuve de cet intérêt naissant, TOKI s’est engagé à produire « des logements zéro carbone » pendant que les entrepreneurs du bâtiment ont sollicité le TSE (Institution en charge d’édicter les standards à l’échelle de la Turquie) pour créer une certification nationale « bâtiment vert ». Cette manœuvre vise à  contourner la dépendance des certifications internationales LEED et BREAM dont les coûts jugés trop importants– entre 5000 et 100 000 dollars en fonction de la taille des projets standardisés – n’auraient pas un effet incitatif au changement des pratiques de construction.

« Güneş ve rüzgarda potansiyel yatırıma dönüşüyor », Dünya, Enerji Sektör Arastırması (supplément n°21), Novembre 2012
« Dönüsümle enerjiyi savurmayan binalar yapacağız », Milliyet, 17/04/13,
« Esenyurt’ta 5’i çocuk 6 kişi yangında öldü », Milliyet, 21/04/13, p.4
« Turkey’s Star Media Group sold to Azeri oil giant Socar: Report », Hurriyet Daily News, 24/04/13
« Urban transformation to make cities ‘greener’ », Hurriyet Daily News 19/02/13
« Israel sees ‘Med-Streams’ in service of regional diplomacy », Hurriyet Daily News, 12/04/13
« Turkish government rakes in $3.5 bln in power grid tenders », Hurriyet Daily News, 15/03/13
« Turkey’s electricity consumption hits a record », Hurriyet Daily News, 12/07/12


 

  1. « Israel sees ‘Med-Streams’ in service of regional diplomacy », Hurriyet Daily News, 12/04/13 []
  2. Pour une vision complète des tensions à l’œuvre dans la région suite à la découverte de plusieurs réserves off-shores, se reporter au récent article « East mediterranean gas : what kind of a game changer ? » de H. Darbouche, L.El-Katiri, B.Fattouh, NG 71, Dec 2012, Oxfort Institute for Energy Studies []
  3. À notre connaissance, seul le réseau de gaz naturel d’Istanbul (IGDAS) ne le serait pas encore. Le flou persiste cependant avec une procédure d’appel d’offre qui serait vraisemblablement en cours. []
  4. « Urban transformation to make cities ‘greener’ », Hurriyet Daily News 19/02/13 []
  5. « Kentsel dönüşümü tamamlanmış, meydanlara, yeşil alanlara sahip ve ulaşımı düzenli modern şehirler, enerji tasarrufu sağlayan akıllı evler ve ekolokik şehirlerle Türkiye’yi ileri bir seviyeye taşimal istiyoruz. Ülkemizin konut stokunun enerjiyi savurmayan binalardan oluşmasi için calışıyoruz » Milliyet, 17/04/13 []