Tous les articles par Erdal Kaynar

Parutions d’avril à juin 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

sultan-ii-mahmut-ve-kazaz-artin-amira

Le livre d’Ara Aginyan et Arsen Yarman Sultan II. Mahmud ve Kazaz Artin Amira [Le sultan Mahmud II et Kazaz Artin Amira], traduit de l’arménien par Tomas Terziyan et édité par la fondation de l’hôpital arménien Surp Pırgiç (505p.), a pour objet la vie de Artin Amira Bezciyan, un conseiller du sultan Mahmud II. Mêlant enquête historique et approche romanesque, le livre dresse le portrait de cet homme qui a assumé des responsabilités différentes dans la transformation de la communauté arménienne au début du XIXe siècle et a pris des initiatives diverses dans les projets de réforme engagés par Mahmud II.

100yilonceermeniler

Osman Köker de Birzamanlar Yayıncılık a publié le livre Orlando Carlo Calumeno Koleksiyonu’ndan Kartpostallarla 100 Yıl Önce Türkiye’de Ermeniler. 2. Cilt. [Les Arméniens en Turquie d’il y a 100 ans à travers les cartes postales de la collection Orlando Carlo Calumeno, vol. 2]. Le catalogue fait suite à un premier volume publié en 2005 qui avait connu un grand intérêt auprès de l’opinion publique en Turquie. Le livre présente la diversité de la vie arménienne à travers des photos utilisés comme cartes postales en suivant la géographie de la Turquie d’aujourd’hui.

1859 OSMANLIISCI.indd Chez İletişim est paru en avril le livre de Kadir Yıldırım Osmanlı’da İşçiler (1870-1922). Çalışma Hayatı, Örgütler, Grevler [Les ouvriers sous l’Empire ottoman (1870-1922). Le quotidien du travail, associations, grèves] (390p.). L’étude revisite un sujet à la mode dans les années 1980 en se basant sur une documentation issue des archives ottomanes, pour présenter une histoire moins centrée sur les têtes du mouvement ouvrier que sur le quotidien de la vie et de la lutte des ouvriers. L’auteur propose une étude sur les conditions de travail et les secteurs ouvriers, la structure de la main d’œuvre, la mise en place d’un cadre légal. Il s’intéresse aussi à l’organisation ouvrière et ses modes opératoires.
Onder_Kocaturk-Osmanli_Ingiliz_Iliskilerinin_Donum_Noktasi_2Cilt Chez Boğaziçi Yayınları est paru le livre d’Önder Kocatürk Osmanlı-İngiliz İlişkilerinin Dönüm Noktası (1911-1914). Sorunları Çözme Çabaları ve İlişkilerin Kopması, 1913-1914 [Le point de bascule dans les rapports anglo-ottomans (1911-1914). Recherche de solution aux conflits et la rupture des rapports, 1913-1914] (628p.). L’auteur se base sur une lecture de la presse ottomane et anglaise pour démontrer la détérioration des rapports entre la Grande-Bretagne et l’Empire ottoman de la veille de la guerre tripolitaine à l’éclatement de la Première Guerre mondiale. Le livre fait suite à la publication d’un premier tome couvrant la période 1908-1911, paru en 2011.
kahirekseriyet

Chez Tarih Vakfı est paru l’étude de Fuat Dündar Kahir Ekseriyet. Ermeni Nüfus Meselesi 1878 – 1923 [La majorité dominante/dévastante. L’affaire de la population arménienne 1878-1923] (344p.). L’auteur suit le développement de la question arménienne du Traité de Berlin de 1878 au Traité de Lausanne de 1923 et analyse la politique de l’État ottoman vis-à-vis des Arméniens en Anatolie. L’étude est une édition revue de la publication du même auteur Crime of Numbers. The Role of Statistics in the Armenian Question (New Brunswick : Transaction Publishers, 2010) et insiste sur l’importance des politiques d’ingénierie démographique dans la construction des États-nations.

sarkistiklalmahkemeleri

Le livre de Mahmut Akyürekli Şark İstiklâl Mahkemesi 1925-1927 [Le tribunal oriental d’indépendance 1925-1927] (185p.) paru chez Kitap Yayınevi en avril a pour objet le tribunal extraordinaire établi par le gouvernement kémaliste à la suite du soulèvement de Şeyh Said en Anatolie orientale. Prenant comme matériau de base les minutes du tribunal, l’auteur analyse de quelle façon le gouvernement d’Ankara a utilisé ce tribunal, composé majoritairement de députés militaires, pour imposer son pouvoir et son projet de réforme dans les régions orientales. Il étudie aussi comment Ankara a utilisé les pouvoirs conférés à ce tribunal pour écarter des voix dissidentes dans l’ensemble de la Turquie, soulignant ainsi l’importance nationale de la révolte régionale de Şeyh Said.

Le Voyage en Asie Mineure de Léon de Laborde. De Constantinople au Taurus et à la côte de Cilicie

laborde_erdalVoyage en Asie Mineure de Léon de Laborde. 
Le Blanc : Amis de la Bibliothèque Municipale du Blanc
2013
978-2-9542107-1-1
20€

L’ouvrage Voyage en Asie Mineure de Léon de Laborde publié par Les Amis de la Bibliothèque Municipale du Blanc (288p.) accompagne l’exposition au Moulin de la Filature dans la ville de Blanc (Indre) sur le voyage de Léon de Laborde en Anatolie (8 juin – 28 juillet 2013).

Laborde était un archéologue et homme politique français. Sa passion de l’histoire et de l’histoire de l’art le mena à exercer les fonctions de conservateur au Louvre (1847-1854), puis de directeur des Archives de l’empire (1857-1868). À la suite de la guerre d’indépendance grecque (1821-1830), l’Empire ottoman devint un objet de grande curiosité et de débat. Stimulant par la suite des Européens lettrés, à l’instar d’Alphonse de Lamartine ou Gérard de Nerval, à explorer les territoires ottomans, Laborde effectua des voyages dans différentes régions de l’Empire ottoman dans les années 1820 et 1830 où il prépara de nombreuses planches, principalement des monuments historiques et des ruines, publiées en 1838. Laborde s’inscrivait ainsi dans la veine orientaliste du romantisme français et il contribua à la connaissance de l’Empire en Europe. Le livre comporte des planches préparées en Anatolie par Laborde. Elles proviennent des fonds de la Bibliothèque du Blanc et sont annotées par Guillaume Cotinat. L’ouvrage comporte aussi plusieurs gravures, dessins et cartes d’autres voyageurs français dans l’Empire ottoman au XIXe siècle. Il fait suite à une publication parue en 2010 qui a regroupé les planches que Laborde a réalisées lors de ses voyages en Syrie, Liban et Palestine. À côté de nombreuses illustrations, le livre est accompagné d’un appareil critique et historique portant sur le sujets suivants : l’histoire de l’Empire ottoman dans la première moitié du XIXe siècle (Erdal Kaynar), le savoir géographique des Européens sur le monde ottoman (Hussein El-Mudarris), les voyageurs occidentaux en Anatolie (Olivier Salmon), analyse de la représentation des autochtones dans le récit de Laborde (Arzu Etensel İldem), l’image de Constantinople dans la littérature romantique française (Sophie Basch), le dessinateur de la Mosquée Sultanahmet Louis-François Cassas (Annie Gilet), les voyages dans l’Empire ottoman d’après les fonds du Musée national de la Voiture et du Tourisme de Compiègne (Jean-Denys Devauges).

Par la richesse de ses illustrations et la diversité des articles qui l’accompagnent, le livre met le parcours de Léon de Laborde dans son contexte historique et représente ainsi plus qu’un simple catalogue d’exposition. Il se présente plus généralement comme un ouvrage sur le phénomène des voyageurs occidentaux dans l’Empire ottoman.

Parutions février et mars 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

osmanliistihbarati Kitap Yayınevi a publié en mars le livre de Ahmet Yüksel II. Mahmud Devrinde Osmanlı İstihbaratı [L’espionnage sous Mahmud II] (568p.). L’auteur étudie l’histoire de l’espionnage dans l’Empire ottoman, motivé principalement par des considérations militaires. Il suit sa transformation au début de l’époque des réformes et analyse comment il répondait à l’aspiration de l’État ottoman de devenir une grande puissance dans l’Europe du XIXe siècle.
dersimdeosmanlisiyaseti Également chez Kitap est sorti le livre de Cihangir Gündoğdu et Vural Genç Dersim’de Osmanlı Siyaseti, 1880-1913 [La politique ottomane à Dersim] (196p.). Le livre tente de définir la politique de l’État ottoman à travers une étude des propositions de réformes (lâyiha) soumis à l’État central concernant la région de Dersim. Les auteurs analysent la perception de Dersim comme une forme d’orientalisme qui aurait guidé les politiques de l’État ottoman dans cette région.
turkromanindaavrupa Kitabevi Yayınları a publié en février l’étude d’Ahmet Koçak Türk Romanında Avrupa (1872 – 1900) [L’Europe dans les romans turcs (1872-1900)] (772p.). Le livre analyse l’image de l’Europe dans la littérature moderniste en langue turque du XIXe siècle à travers une lecture des romans des auteurs les plus connus (Ahmet Midhat Efendi, Şemseddin Sami, Namık Kemal, Samipaşazâde Sezai, Recaizâde Mahmut Ekrem, Mizancı Murat, Fatma Âliye Hanım, Hüseyin Rahmi Gürpınar, Halit Ziya Uşaklıgil, Mehmet Rauf, Nabizâde Nazım, Safvetî Ziya ve Safvet Nezihî). Il propose aussi d’étudier l’impact de cette représentation sur le processus de changement de la société ottomane et turque.
10temmuz Un petit livre de Filiz Çolak traite de la « fête de la liberté » du 23 juillet (10 juillet d’après le calendrier julien) à l’occasion de la proclamation de la constitution ottomane en 1908 par les Jeunes Turcs Osmanlı’dan Cumhuriyet’e 10 Temmuz Hürriyet Bayramı [La fête de la liberté du 10 juillet de l’Empire ottoman à la République] (116p.). L’étude suit l’histoire de la fête nationale jusqu’à son abolition en 1934.
alifuatpasa Chez Paraf Yayınlar est paru le livre İmparatorluktan Cumhuriyete Ali Fuat Paşa [Ali Fuat Paşa de l’Empire à la République] (376p.) par Aksel Keskin. L’étude donne une biographie de l’homme militaire Ali Fuat Cebesoy, fondateur du premier parti d’opposition libérale de la République de Turquie Terakkiperver Cumhuriyet Fırkası (Parti républicain et progressiste). Le livre, basé principalement sur des mémoires, met en avant la dimension militaire d’Ali Fuat en minimisant les divergences de celui-ci avec Mustafa Kemal Atatürk et le CHP.
1929_buhran L’étude d’Alev Gözcü 1929 Dünya Ekonomik Buhranı ve Türkiye [La crise économique mondiale de 1929 et la Turquie] (643p.) est parue chez Libra. L’auteure étudie la mise en place d’une politique économique libérale dès la fondation de la République de Turquie qui cherchait à attirer des investissements étrangers. Elle analyse comment cette politique a été mise à l’épreuve par la crise économique de 1929 et finalement abandonnée au profit d’un programme autarcique. L’étude donne également une large part aux effets sociaux de la crise économique libérale.
1837 TEKPARTI.indd İletişim a publié une nouvelle étude d’Ahmet Demirel sur le CHP Tek Partinin İktidarı. Türkiye’de Seçimler ve Siyaset (1923-1946) [Le régime du parti unique. Élections et politique en Turquie (1923-1946)] (493p.). Le livre porte sur les élections parlementaires et les députés dans la première période républicaine. Il s’agit de la première étude, qui s’intéresse d’une façon cohérente aux profils et aux origines socio-économiques de l’ensemble de députés ayant siégé à Ankara. À travers les résultats de ses recherches, l’auteur vient à une analyse de la façon dont le CHP a imposé son pouvoir et souligne les tensions inhérentes à son projet de pouvoir politique. Pour écouter la présentation que l’auteur a fait de son livre à l’IFEA, cliquez ici

Parutions décembre 2012/janvier 2013 : Histoire ottomane et de la jeune république

Chez Kaynak est sorti en janvier la réédition du livre de Hüner Tuncer Metternich’in Osmanlı Politikası 1815-1848 [La politique ottomane de Metternich] (192p.) Il s’agit d’une courte monographie sur la politique de la monarchie des Habsbourg vis-à-vis de l’Empire ottoman basée sur des documents d’archives autrichiennes et fait état de la Question d’Orient dans la première moitié du XIXe siècle.

İsmail Dervişoğlu a préparé pour l’édition en turc moderne chez Kitabevi les écrits de l’ambassadeur ottoman à Paris de la Belle Époque Münir Paşa Geçmiş Zamanlar. Sultan 2. Abdülhamid’in Paris Sefir-i Kebirinin Diplomasi Yazıları ve Hatıraları [Salih Münir Çorlu : Les temps passés. Les écrits diplomatiques et mémoires de l’ambassadeur du sultan Abdülhamid II à Paris.] (767p.).

En décembre, Birzamanlar Yayıncılık a sorti la traduction turque du livre arménien sur l’histoire de l’imprimerie arménienne Dib u Dar de Teotig Baskı ve Harf. Ermeni Matbaacılık Tarihi [L’imprimé et la lettre. Histoire de l’imprimerie arménienne]. Le livre a été publié en 1912 à l’occasion de l’anniversaire de l’invention de l’alphabet arménien en 512 et celui de la première imprimerie arménienne de 1512 et présente une étude sur l’impact de l’imprimerie arménienne dans l’Empire ottoman et au-delà.

Chez Doğan Kitap est paru en décembre Türkiye’de Milli İktisat 1908-1918 [L’économie nationale en Turquie 1908-1918] de Zafer Toprak (800p). Il s’agit d’une réédition augmentée du livre classique de l’auteur sur la politique économique de l’État ottoman dans les années 1910 à l’occasion du vingtième anniversaire de sa première parution qui présente à cette occasion aussi un essai sur l’évolution de l’histoire économique de l’Empire ottoman.

En décembre, un livre de Hakan Erdem, Gerçek İle Kurmaca Arasında Torosyan’ın Acayip Hikayesi [L’étrange histoire de Torosyan entre vérité et fiction] (Doğan, 400p.), est revenu sur le parcours de Sarkis Torosyan, un officier arménien de l’armée ottomane pendant la Première Guerre mondiale. Le livre se situe par rapport à la republication de ses mémoires de 1948 en août 2012 par Ayhan Aktar (İletişim) et met en doute la véracité de son récit.

Sel Yayıncılık a publié en décembre le livre de Hamit Erdem Osmanlı Sosyalist Fırkası ve İştirakçı Hilmi [Le Parti Socialiste Ottoman et Hilmi du journal İştirak] (342p). L’étude porte sur le Parti Socialiste Ottoman (Osmanlı Sosyalist Fırkası, 1910) et le Parti Socialiste de Turquie (Türkiye Sosyalist Fırkası, 1919) à travers son fondateur Hilmi, rédacteur en chef du journal İştirak.

En janvier, İletişim a publié un livre d’Emel Akal İştirakiyuncular, Komünistler ve Paşa Hazretleri [Les socialistes, les communistes et le Paşa] (559p.). Le livre donne un récit sur les rapports entre les socialistes turcs, les bolcheviques et le mouvement kémaliste, en se concentrant principalement sur les années 1920 et 1921.

Le livre de Metin Çınar Anadoluculuk ve Tek Parti CHP’de Sağ Kanat [L’idéologie de l’anatolisme et l’aile droite du parti unique CHP] (293p.) publié en janvier chez İletişim, suit le développement de l’idéologie anatoliste principalement à travers l’étude des écrits de trois protagonistes du courant. Il analyse comment cette pensée, relativement marginale dans les premières années de la République, s’est établie au cours des années 1920 et 1930 comme une pensée cohérente marquant le parti au pouvoir.


Parutions octobre/novembre 2012 : Histoire ottomane et de la jeune république

Chez KitapYayınevi est paru en octobre le livre de Hayrettin Pınar Babıâli ve Hıdiv İsmail : Tanzimat Döneminde İktidarın Sınırları [La Sublime Porte et le Khédive Ismail. [Les limites du pouvoir à l’époque des Tanzimat, 186p.]. Le livre est une étude essentiellement diplomatique et porte sur la dialectique entre les velléités d’indépendance du khédive Ismail d’Égypte et l’ambition de la Sublime Porte de cantonner celles-ci. Le livre pose la question des limites de la latitude d’action des politiciens pour contribuer à un débat général sur la politique et la gouvernance à l’époque des Tanzimat.
  Tarih Vakfı a publié en novembre une étude d’Erdem Sönmez sur le Jeune Turc Ahmed Rıza Ahmed Rıza. Bir Jön Türk Liderinin Siyasi-Entelektüel Portresi [Ahmed Rıza. Portrait politique et intellectuel d’un leader jeune turc, 163p.]. Le livre donne une présentation générale des idées politiques du leader et idéologue jeune-turc et le situe entre les Jeunes Ottomans et les unionistes de la seconde période constitutionnelle.
  Le livre de Salih Erkek Ethem Nejat. Bir Meşrutiyet Aydını [Ethem Nejat. Un intellectuel de la période constitutionnelle, 337p.], paru en octobre chez Kitap Yayınevi est la première étude sur ce personnage connu pour être le cofondateur du premier parti communiste turc assassiné en 1921 et s’intéresse principalement à son parcours sous la seconde période constitutionnelle avant son adhésion au communisme. L’étude donne une large part aux pensées d’Ethem Nejat sur l’importance de l’éducation.
Kitabevi a publié en novembre un livre de Gültekin Yıldız Mapusâne : Osmanlı Hapishanelerinin Kuruluş Serüveni 1839-1908 [Mapusâne. L’histoire de la fondation des prisons ottomanes 1839-1908, 530p.]. L’étude situe l’émergence de la prison dans l’Empire ottoman au sein de l’ambition de centralisation et de modernisation de l’État ottoman dès l’époque des Tanzimat qui a cherché à remplacer des formes anciennes d’incarcération et de punition par l’institution moderne de la prison, considérée plus humaine et civilisée.
Aras Yayıncılık a publié en novembre la traduction turque du livre de Raymond H. Kévorkian et Paul B. Paboudjian Les Arméniens dans l’Empire ottoman (Paris, 1992) sous le titre 1915 Öncesinde Osmanlı İmparatorluğu’nda Ermeniler (606p.). Le livre se base sur les registres préparés par l’église arménienne et présente des statistiques très riches sur la population arménienne ottomane et ses qualités socio-professionnelles et culturelles, donnant ainsi un aperçu de la diversité de la vie sociale sous l’Empire ottoman.
La maison d’édition İletişim a publié en novembre le livre du politologue Taner Akçam, coécrit avec Ümit Kurt Kanunların Ruhu. Emval-i Metruke Kanunlarında Soykırımın İzlerini Sürmek [L’esprit des lois. Suivre les traces du génocide dans les lois sur les “Biens abandonnés”, 272p.]. Le livre analyse la loi sur les “Biens abandonnés” de 1915 qui représente le cadre légal de la confiscation des biens des Arméniens déportés. Le livre fait suite à un débat dans la revue Tarih ve Toplum entre Taner Akçam d’une part et Uğur Üngör et Mehmet Polatel d’autre part qui ont publié une étude similaire portant sur le même sujet au début de l’année.
Chez Kırmızı Kedi est en novembre paru Savrulanlar : Dersim 1937-1938. Hatta 1939 [Ceux qui ont été dispersés : Dersim 1937-1938. Voire 1939, 288p.]. de Yalçın Doğan. L’étude a pour ambition d’analyser l’insurrection de Dersim (Tunceli) et les activités de l’État central à partir des fonds nouvellement déclassés des archives républicaines.
L’insurrection de Dersim est traitée sous un autre angle dans un livre paru chez İletişim Dersim’in Kayıp Kızları : Tertele Çenequ [Les filles perdues de Dersim : Tertele Çenequ, 608p.] de Nezahat Gündoğan et Kazım Gündoğan. À partir des enquêtes d’histoire orale, les auteurs présentent un récit sur les orphelines et les filles enlevées à leur famille kurde pour être placées dans des orphelinats d’état ou sous la tutelle de familles turques. Voir également à ce sujet la conférence donnée par les auteurs à l’IFEA en juin 2010 dans le cadre du séminaire « La région de Dersim avant et après la république turque »

 

Il faudrait mentionner que l’anniversaire des guerres balkaniques de 1912/13 continue à donner lieu à l’édition en turc moderne d’un grand nombre de récits et mémoires ottomans sur cet événement. Plusieurs ont été publiés en novembre à l’occasion de la foire annuelle du livre d’Istanbul, événement qui provoque traditionnellement un pic de publications dans l’édition turque.