Tous les articles par Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

Digitize this!

Digital2Inaugurations

L’année 2014 est celle du tournant numérique pour l’IFEA avec, successivement, la concrétisation du partenariat avec Persée pour la revue annuelle d’archéologie Anatolia Antiqua1 en juin 2014, l’inauguration des Dossiers de l’IFEA et des Rencontres d’Archéologie sur Open Edition Books2 en novembre ainsi que le transfert des vidéos de ses conférences sur Canal-u, toujours en cours et la constitution d’une photothèque numérique encore à l’état de prototype.
D’autres publications sont prévues au programme de mise en ligne, tant sur Persée que sur Open Edition Books et revues.org. Une partie d’entre elles est prise en charge dans le cadre du programme SAN (Soutien À la Numérisation) – 15 000 livres3 et la mise en ligne d’une autre partie incombe au laboratoire.
La convention passée avec Persée fixe quant à elle les devoirs de chacun et règle ainsi le sort des publications restantes.
7353 pages en accès libre sur un total prévu de plus de 30 000, 148 sur 400 vidéos consultables et téléchargeables sur notre webTV, plusieurs dizaines de milliers de clichés analysés pour quelques centaines décrits jusqu’à présent… Les chiffres seuls ne permettent pas de dresser un bilan de cette opération. Les aspects très concrets que sont les moyens disponibles, tant humains que matériels et financiers impactent fortement la durée de réalisation de ces projets. La mise en ligne de documents quels qu’ils soient se fait dans le respect des formats et normes définis pour tenter d’assurer leur pérennité, leur diffusion et leur interopérabilité, mais ces normes constituent des contraintes qui pèsent durement sur un laboratoire de taille modeste tel que le nôtre.
Pour autant, l’IFEA ne renie pas son engagement dans le libre accès aux sources primaires et résultats de la recherche. Au total, notre programme de publication en ligne prévoit la diffusion selon le modèle Freemium4 pour 14% de nos titres5. Trois collections6), soit 40% des volumes prévus seront sous une barrière mobile variant de 1 à 3 ans. Dans les faits, cette barrière ne concerne que les titres les plus récents, soit 5% du total des contenus mis en ligne. Le reste, c’est-à-dire la majorité des publications, est ou sera accessible sans restriction en lecture comme en téléchargement.

À l’échelle des IFRE

Nous rejoignons ainsi un mouvement déjà bien implanté au sein des IFRE (Instituts Français de Recherche à l’Étranger), dont 6 outre l’IFEA se sont lancés dans l’édition numérique avec Open Edition Books7, 13 ont choisi de diffuser une ou plusieurs publications en série sur les portails existants, Persée et revues.org (Cairn dans un cas), avec d’éventuelles passerelles pour garantir l’accès à l’intégralité des collections8.

Zoom arrière : numérisation et valorisation du patrimoine de l’institution

Canal-U

Comme annoncé en ouverture de cette note, il n’est pas question que de publications. L’inauguration de notre webTV9 correspond à une volonté de stocker et diffuser nos contenus multimédia dans un environnement estampillé « enseignement supérieur/recherche », de délester notre bande passante de la charge du streaming et, à terme, notre espace de stockage puisque un projet d’archivage pérenne de Canal-u, déjà hébergé et diffusé par le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur)10 nous permettrait d’envisager la suppression des copies locales.
Notre collection multimédia comporte actuellement environ 500 heures de vidéo et 150 heures d’audio. Pour être versées sur Canal-u, il nous faut procéder au réencodage de tous ces fichiers pour les mettre aux normes de diffusion. Cette étape aurait pu être évitée si nous avions opté pour une autre solution. Certes, mais…

Les alternatives

Des alternatives d’hébergement ont été rapidement écartées : une plate-forme commerciale comme Youtube, Dailymotion ou Google video n’a pas semblé souhaitable pour trois raisons principales. La première est liée aux bizarreries juridiques de ces géants du web au sujet de la propriété des contenus déposés (droits cédés tacitement au diffuseur, possibilité d’exploiter et réutiliser à loisir les contenus et absence de garantie sur leur pérennité). Deuxième argument, l’identité mal définie qu’auraient nos contenus déposés sur Youtube et consorts. Enfin -et cet argument a pesé lourd dans la balance- les autorités turques ont une relation pour le moins complexe avec Internet11 et des blocages à durée indéterminée de plates-formes de partage de vidéos sont déjà intervenus par le passé. Même si des solutions techniques permettent toujours de contourner ces blocages qui sont en général peu sophistiqués, il pourrait être délicat pour un institut lié organiquement aux autorités diplomatiques françaises, opérant physiquement en Turquie, de se retrouver dans une situation de contournement flagrant de la loi.
Le dépôt sur The Internet Archive12 a été également envisagé mais deux inconvénients de taille que sont la lenteur exaspérante du transfert des médias et le problème précédemment évoqué de perte d’identité ont achevé de dissuader. Les Archives Audiovisuelles de la Recherche13 qui proposent des contenus similaires aux nôtres étaient en cours de restructuration profonde14 et quasi moribondes au moment de notre benchmarking. Nous restions également en veille au cas où l’archive ouverte Medi-HAL du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe)15 élargirait son offre d’hébergement aux autres médias comme annoncé un temps.
La somme des constats ci-dessus couplée à une expérience précédente de collaboration réussie avec Canal-u (qui me donne au passage l’occasion de saluer mes anciens collègues d’UNIT et de Fuscia16) ont scellé le sort des conférences en ligne de l’IFEA. Une opportunité de financement plus tard, c’est grâce à Aude Aylin de Tapia que ce patient travail de conversion, de description et de versement s’effectue.

Exploitation des archives

Faire de l’IFEA une institution connaissant et diffusant sa mémoire tout autant que ses richesses passées et présentes est une orientation stratégique définie par Jean-François Pérouse depuis son arrivée à la tête de l’IFEA en 2012. Si le programme de mise en ligne des publications s’y est inséré tout naturellement, il est loin d’en borner l’horizon.
Dans une première phase, ce sont la bibliothèque, le dépôt des livres et le lieu de conservation des archives qui ont fait l’objet d’opérations de réorganisation ayant pour but d’inventorier et de permettre un meilleur accès à nos collections, nos publications et nos archives. Les maîtres-mots du moment étaient alors dépoussiérage, manutention et récolement.
La venue de Béatrice Thouvenot en 2013 dans le cadre d’un stage qui avait pour but l’inventaire raisonné des archives des missions archéologiques depuis la création de l’IFEA en 1930 a permis de mieux en appréhender le contenu. Motivé ensuite par le désir de reconstituer l’historique de la bibliothèque à travers le personnel y ayant travaillé -et si possible, celui de la constitution des fonds documentaires- l’examen systématique des archives a été entrepris par Cilia Martin, recrutée comme vacataire. Issus de ce minutieux travail, des dossiers constitués de documents scannés doivent maintenant être « base de donnéisés » et valorisés. J’y reviendrai.

La nécessité d’une photothèque

Un fonds de photographies, dont on n’avait qu’une connaissance partielle par ouï-dire, a été exhumé des boîtes d’archives17. Ce fonds physique dans un état de conservation préoccupant est venu s’ajouter au projet naissant de photothèque confié à Céline Pierre-Magnani.
Ce projet est constitué de deux volets. Le premier vise à organiser l’accès à la vaste archive de photographies numériques de l’observatoire urbain d’Istanbul. Il s’agit donc de proposer une solution avant tout technique. Le second, prospectif, consiste à susciter le don auprès des anciens chercheurs de l’IFEA. Les documents ainsi récoltés seront décrits et versés à une base de données en ligne qui s’adresse à nos publics naturels que sont les chercheurs et les étudiants. Notre souhait est de permettre le téléchargement et la réutilisation de ces documents, dans le respect des droits d’auteur.

Partenariats

L’impossibilité d’assurer dans nos locaux de bonnes conditions de conservation et d’accès à long terme à des fonds physiques a conduit à penser un partenariat avec un acteur local de premier plan qui possède à la fois l’infrastructure et la compétence nécessaires. Partenaire régulier de l’IFEA, SALT18 a répondu présent à notre appel.
Une solution technique, pour être une vraie solution, doit tenir compte des diverses contraintes pesant réellement sur le projet. Les deux variables pesant le plus sur l’IFEA sont le manque structurel de moyens humains et financiers. Cela suppose donc, à défaut de mécène, un stockage à moindre coût et un logiciel, si possible gratuit19, dont la prise en main ne nécessite pas un investissement de temps trop important. Notre objectif à long terme est en effet de réactiver le dépôt de photographies par les chercheurs20 et les étudiants accueillis au sein de l’IFEA. À la solution technique s’ajoute ainsi la rédaction d’un protocole de versement.
L’inscription de l’IFEA dans la mouvance de l’accès libre et ouvert revendiqué pour ses publications nécessite, on l’a vu plus haut, une description aussi rigoureuse, précise et concise que possible, dans le respect des normes en vigueur. Pourquoi ? Parce que celles-ci sont au cœur de l’interopérabilité entre les systèmes qui permet une bonne diffusion (quel intérêt de mettre à disposition des ressources que personne ne repèrera ?) et, paramètre important, conditionne l’accès aux différentes grilles de services qui sont notre planche de salut pour le stockage, l’hébergement voire éventuellement l’archivage pérenne de nos projets.
Le problème ainsi posé, la solution se laisse entrevoir peu à peu. Medi-HAL évoqué plus haut est difficilement envisageable pour un dépôt massif. Un test mené en 2011 a fait remonter les difficultés suivantes :

  • lenteur de l’interface de HAL, temps de renseignement des formulaires de validation (même si une option bienvenue de traitement par lot a été implémentée, un chargement des métadonnées par document csv, tei, xml nous plairait vraiment beaucoup)
  • nécessité d’effectuer des retouches sur les photographies comportant des visages reconnaissables
  • ajout au cliché d’un macaron à notre avis disgracieux qui ne mentionne que la plate-forme. J’en verrais personnellement l’utilité si c’étaient les crédits photos et les conditions de réutilisation qui étaient apposés en watermark, garantissant ainsi un peu mieux le fair use
  • demande de l’équipe de modération de placement d’une barrière mobile sur des clichés pouvant heurter la sensibilité des associations militant pour les droits des animaux. Medi-HAL est-elle ou non une archive scientifique ? Comment des groupes de pression peuvent-ils induire un tel comportement d’autocensure (et en quoi une barrière mobile règle-t-elle le problème) ?

Des solutions logicielles de type GED (Gestion Électronique du Document) qui peuvent prendre en compte tous types de documents (comptables, administratifs, promotionnels voire dossiers documentaires) et de formats, permettent de gérer finement les permissions d’accès. Mais conçues pour être déployées dans des structures complexes, elles sont malheureusement hors de portée de notre bourse. Les aléas budgétaires ne nous permettent pas davantage de nous tourner vers des logiciels libres proposant des fonctions similaires avec contrat de maintenance. Sans chercher à noircir le tableau, nous n’avons aucun moyen de prévoir l’évolution de notre budget sur 5 ou 10 ans, pas plus que nous ne pouvons maîtriser l’évolution des coûts de maintenance, ni même la durée de vie du partenaire commercial avec lequel nous nous engagerions. Consacrer des ressources précieuses par leur rareté à faire aboutir un projet sous une forme qui devra peut-être changer à court ou moyen terme semble peu raisonnable.
Un hébergement web classique est exclu au vu de l’espace de stockage nécessaire avec les documents déjà en notre possession. Et puisque notre souhait est que cette photothèque se développe (par les dons des anciens tout autant que grâce à la contribution des membres présents et futurs), il est nécessaire de prévoir l’espace dont nous aurons besoin dans les années à venir. C’est donc sans surprise que nous prévoyons de nous tourner vers la TGIR Huma-Num21 dont le nouveau service d’exposition de données Nakala22 semble répondre à nos besoins. Quant au choix du logiciel, c’est la petite étoile montante Omeka23 qui, bien qu’il ne couvre pas la totalité de nos besoins en termes notamment de gestion du multilinguisme (interface et métadonnées), est le meilleur compromis à notre disposition.

Évaluation des projets

Pour conclure sur les contraintes évoquées au long de ce texte, il est frappant de voir que des projets si importants pour l’institution ne peuvent voir le jour qu’à la faveur de financements ponctuels et reposent sur des personnes au statut précaire dont l’implication est à souligner.
La poursuite des efforts en matière de recherche de financements semble la voie à suivre pour garantir la survie et le développement des projets évoqués dans ce texte. Pour cela, il nous faut aussi les présenter et les jalonner en pensant, au-delà des projets eux-mêmes, à leur transmission, leur documentation, leur valorisation.

Valorisation et stratégie de communication

Dans le contexte des instituts de recherche, la valorisation s’entend comme le transfert des résultats de la recherche vers la société en général, avec un focus particulier sur les acteurs économiques24. Selon le rapport de Philippe Adnot au Sénat sur la valorisation de la recherche dans les universités, « valoriser [c’est] “rendre utilisables ou commercialisables les résultats, les connaissances et les compétences de la recherche”. Il [existe] plusieurs procédés de valorisation tels que la recherche partenariale, le dépôt de brevet ou la création d’entreprise »25. L’auteur note toutefois qu’« il est indispensable de reconnaître que les SHS n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes objectifs que les sciences “dures” alors que les processus et les procédures sont construits par ces dernières »26.
À notre échelle, les actions de valorisation menées relèvent davantage de l’expertise et de la diffusion des résultats de la recherche à un large public. La frontière entre valoriser et communiquer se révèle donc parfois assez ténue.
Sous la houlette de Gwenaëlle Dufils, une réflexion devant aboutir à la rédaction d’un guide pratique de la valorisation et de la communication à usage interne est menée en ce moment à l’IFEA.  Gwenaëlle a proposé de partager avec nous ses compétences en matière de valorisation, d’organisation d’événements et de promotion de fonds muséographiques acquise en tant que responsable des galeries d’archéologie et de paléontologie du Musée d’Artenay (Loiret)27.
Rencontre des compétences de son auteur et des retours d’expérience des membres de l’équipe, ce guide que nous voulons évolutif sera un document précieux dans une institution où le renouvellement de personnel intervient régulièrement. Les projets évoqués au long de ce texte seront les premiers bénéficiaires des conseils qu’il contiendra.,

Isabelle Gilles
Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Secrétaire de rédaction de la revue EJTS http://ejts.revues.org
Webmaster du site https://www.ifea-istanbul.net
  1. http://persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/anata []
  2. https://books.openedition.org/ifeagd/ []
  3. http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.69a0f3 []
  4. http://www.openedition.org/7957 []
  5. Les collections concernées sont les suivantes : Passé ottoman, présent turcRencontres d’Istanbulcoédition IFEA/Kitapyayınevi, toutes trois à venir sur Open Edition Books. []
  6. IFEA Çalışmaları, à venir sur revues.org ainsi que Varia Anatolica (Persée/Open Edition Books) et Anatolia Antiqua (Persée/revues.org []
  7. Par ordre alphabétique le CEDEJ, le Centre Jacques-Berque, le CEMCA, l’IRMC, l’IFRA Nigeria, l’Institut français d’études andines et l’IFPO. Le CEFAS est encore en phase de développement. Voir https://books.openedition.org/publishers []
  8. Voir la liste des éditeurs présents sur revues.org http://www.openedition.org/3245? , qui renvoie le cas échéant vers le portail partenaire. Une liste partielle des revues en ligne est également disponible sur le site de valorisation des IFRE http://ifre.fr/index.php/publications/revues-en-ligne []
  9. https://www.canal-u.tv/producteurs/ifea []
  10. https://www.cines.fr/presentation/ []
  11. À ce sujet, on lira avec intérêt Lauranne Liégeois, Le pouvoir turc et la question d’Internet. Que révèle de l’AKP sa politique de gestion du Web, mémoire de Master en sciences politiques à finalité Politique et Société des pays émergents, 2013, OVIPOT http://ovipot.hypotheses.org/9812 []
  12. The Internet Archive est un organisme sans but lucratif créé en 1996 et basé en Californie. Son objectif est d’archiver le web et de garantir un accès pérenne à la connaissance https://archive.org/about/ []
  13. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/fr/ []
  14. L’issue est toutefois heureuse, puisque le projet, rebaptisé Campus-AAR est financé depuis janvier 2014 par l’ANR à hauteur d’un million d’euros pour 36 mois. Voir http://campusaar.hypotheses.org/a-propos et les étapes du projet sur http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-13-CORD-0016 []
  15. https://medihal.archives-ouvertes.fr/ []
  16. L’Université Numérique Ingénierie et Technologie http://www.unit.eu/fr et https://fuscia.info/ repèrent et produisent des contenus pédagogiques en sciences de l’ingénieur. []
  17. Pour plus de détails sur ces fonds photographiques retrouvés et sur les choix opérés dans le traitement des archives, voir http://dipnot.hypotheses.org/822 []
  18. SALT (http://saltonline.org/) est une fondation privée dédiée à l’art contemporain. Fondée et financée par la banque privée turque Garanti, elle a été créée en 2011, résultant de la fusion de la Garanti Gallery (centre de recherche et d’exposition consacré au design, l’architecture et l’urbanisme), le Centre de recherche et d’archives de la Banque Ottomane et Platform Garanti (art contemporain). []
  19. Mais même le gratuit a un coût, souvent négligé et difficile à chiffrer. Charge à l’utilisateur d’installer son produit dans son environnement technique, de le maintenir, d’assurer la sécurité de ses données, de se former à son utilisation, voire de le personnaliser. Le périmètre de compétence et le dynamisme des communautés d’entraide est un facteur crucial dans le choix d’un logiciel libre et gratuit. []
  20. Le passage d’Olivier Givre en octobre 2014 est l’exemple d’une collaboration réussie. Voir la restitution de son terrain sur Dipnot http://dipnot.hypotheses.org/889 []
  21. http://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref []
  22. http://www.huma-num.fr/service/nakala []
  23. « Omeka est une plate-forme de publication web open source spécialisée dans la publication de collections muséales, bibliothèques numériques et éditions savantes en ligne. Omeka est au croisement entre système de gestion de contenus (CMS), gestion de collections et gestion d’archives numériques. Elle est développée par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, Etats-Unis) ». (Projet Plume https://www.projet-plume.org/fiche/omeka) et http://omeka.org/ pour le logiciel en lui-même. La fonctionnalité de création d’expositions virtuelles est un atout majeur d’Omeka. Le choix par l’équipe de développement du set de métadonnées standardisé Dublin Core et l’exposition native de ces métadonnées par OAI-PMH, permettent de s’appuyer sur des infrastructures éprouvées au niveau international. Omeka a été élu « Meilleur logiciel ou suite logicielle pour les humanités numériques » en 2012. Voir http://dhawards.org/dhawards2012/results/ []
  24. Voir à ce sujet la profession de foi du Consortium de Valorisation Thématique de l’alliance Athéna http://www.cvt-athena.fr/qui-sommes-nous/presentation-du-cvt-athena.html []
  25. Rapport d’information n° 341 (2005-2006) de M. Philippe Adnot, fait au nom de la commission des finances, p. 57 http://www.senat.fr/notice-rapport/2005/r05-341-notice.html []
  26. Ibid. p.49 []
  27. http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/pithiverais-beauce/2014/09/05/gwenaelle-dufils-quitte-le-musee_11131858.html []

Workshop – Call for Papers The making of cultural policies in Turkey and the post-ottoman spaces. Circulations, territories, and actors

Institut Français d’Études Anatoliennes & Galatasaray Üniversitesi, Istanbul

 16-17 April 2015

The implementation of public policies for culture is closely related to the construction and consolidation of nation-states (Poirrier 2011). In Turkey too, the young Republic’s first actions in the realm of culture were dictated by the imperative of national construction against the outside environment and inside turmoil both perceived as hostile. Thanks to a strong centralisation, supported locally by the governorates offices, the people houses, etc., the construction and diffusion of a national culture has gone hand in hand with the negation of the non Turco-Muslims identities and the minimisation – or folklorisation – of regional and local specificities (for e.g. Ada & Ince 2009; Öztürkmen). In Turkey as elsewhere (Thiesse 2001), exchanges and circulations played an important role in the construction of national culture and the way of conceiving the role of culture and cultural policies (for e.g. Işiksel & Szurek 2014). This is well illustrated for example in the transformation of Ottoman cultural institutions in republican one, with a firmly Western repertory (Kataoğlu 2009).
Today, the debates on cultural policy are renewed in the context of globalisation or of the negotiations for Turkey’s adhesion to the European Union. These debates take place not only within public institutions but also within the private sector and associative world. With the economic liberalisation from 1980 onwards, state institutions progressively (and partly) withdraw from the cultural sector (Polo & Üstel 2014). This is shown for example by the greater opening towards private actors. In parallel, culture has now a great economic dimension and is more and more used as a tool of development, of growth, or of tourism. The initiatives aiming to encourage ‘democratization’, ‘cultural diversity’, or the localisation of cultural policies also go hand in hand with. One witnesses a diversification of actors involved
in the making of cultural policies (private, associative, international); one also witnesses the circulation of objects, ideas, instruments, or practices and modes of action, bringing together new stakes for culture and cultural policies.
This workshop takes place in the framework of the research project “Trans-Acting Matters: Areas and Eras of a (Post-)Ottoman Globalization” (ANR-12-GLOB-003). In this workshop on the making of cultural policies we wish to question the ways in which the circulations participate in the construction of cultural policies in Turkey today as well as to rethink the earlier cultural policies and actions from the late Ottoman Empire onwards. The workshop aims to rethink the co-production of cultural policies, of their spaces and territories, as well as the plurality of the conceptions of culture carried by cultural policies.
Thinking about trans-acting and trans-action, we aim to take into account in the study of the making of cultural policies in Turkey the multiple forms and uses of circulations. Considering the exchanges beyond the one-way diffusion, the importation, and the imposition, it also brings further the interrogations on the concepts of “Westernization” as “Europeanization”. Focusing on trans-acting is also a way of deconstructing the operations of transfer of policies (Dumoulin and Saurruger 2010) and to question the “models” of cultural policies, the “best practices”, the phenomena of cultural co-operations, or of translations.

1. The co-production of cultural policies

Trans-acting is first heard as an “acting together”. The workshop will focus on the phenomena of hybridity (Abélès 2008, Appadurai 1996), of connections, and associations of various actors (Callon & Latour 1981) which co-produce original forms of cultural policies. The workshop will also pay attention to the resistances and to the places and moments where connections and associations are not made or do not work.

The workshop will focus on the trans-acting actors: how are the tools, the instruments, the individuals, the language, or the ideas that circulate “trans-making” the cultural policies? The workshop will be interested in all the actors involved in the establishment of a cultural action/policy, whether coming from the public sphere (Ministry of Culture and Tourism and dependent agencies, local Directorate, prefectures, municipalities, Türkiye Sanat Kurumu ; Döner Sermaye İşletmesi Merkez Müdürlüğü), the private’s one (families, banks, SALT,
galleries, businesses, publishing houses), associations and foundations (İstanbul Kültür Sanat Vakfı; Anadolu Kültür, local associations; etc.); whether they are collective or individual actors; based in Turkey or abroad.
The workshop will pay attention to the instruments of action and public policies and to their circulations, uses, adaptations, or transformations. The project, the agency, tangible and virtual tools such as Internet, translations (including manuals, guidebooks, or booklets), co- operations, are example of such instruments. The workshop will also focus on moments of trans-action such as festivals, seminars, professionals training, etc.

2. The Conceptions and Uses of Culture

Such focus on the co-production of cultural policies also lead to the study of the impact of trans-action on the conceptions of culture. How do the circulations participate to the redefinition of the conception of culture? The workshop aims to discuss how cultural actions and cultural policies re-define, transform, or reproduce the conceptions and uses of culture. Culture is not used only for national identity construction; it is not limited to a “high culture”. Various forms and uses of culture have taken shape: culture as entertainment, culture for tourism, culture for democratization and cultural diversity, culture for economic or territorial and local development, culture as a mode of governance (Karaca, 2009). How are these conceptions of culture brought together? How do they coexist or hybridize? Where and when?

3. Spaces and territories of cultural policies

Trans-acting is also understood as “acting in a transnational space”. If the transfer involves “a location prior to the release or contact, trans-acting emphasizes the relational configuration itself as part of the action – and hence of the identification of actors” (Aymes & Gourisse).

The study of connections, hybridizations and associations will help to deconstruct the making of cultural policies in a global space of circulation. The workshop will pay attention to the plurality of spaces and scales. It will be attentive both to the ways in which sites and places are connected, and to the question of scales, their productions and interplays. The workshop will focus on the international movement of actors and international standards and norms, their adaptations and appropriations in various sites and places. For example, the workshop will pay attention to the process of “metropolization” of cultural policies or to the development of local cultural policies (for example with the adoption of the Agenda 21 for culture, with the uses by various actors of cultural policies for local development or in the making of territorial identities). It will also focus on the establishment of networks and on the
role of media and of Internet in these circulations. The workshop does not call for so-called “top-down” policies’ analysis; it rather calls for an analysis focusing on the ways the actors, the tools, and the modes of action move from one site to another and interplay; on the way these interplays co-produce cultural actions and policies. The workshop will be attentive to the various movements and circulations, not only in the direction of Turkey, but also from Turkey (for e.g. with the Yunus Emre centres, Tandem projects, and different cultural cooperations, etc.).
We invite the submission of papers that question the ways in which the circulations participate in the construction of cultural policies in Turkey today as well as to rethink the earlier cultural policies and actions from the late Ottoman Empire onwards. Submissions dealing with these issues in the countries of the ex-Ottoman Empire are also welcomed. Papers can focus for example on:
– The role of a / some specific actors in the making of cultural policies
– The study of a specific project/policy/instrument (its making, evolution, circulation, uses) or cultural action or events
– The making of cultural policy locally (actors, uses and conceptions of culture)
– The languages of policy and processes of translation

References

Abélès M., Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, Rivages, 2008.
Appadurai A., Modernity At Large: Cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis: University of Minnesota Press, 1996.
Aymes M., Gourisse B., « Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-) ottomane », Document Scientifique ANR (unpublished).
Serhan A. et Ince H. A. (ed.) Introduction to Cultural Policy in Turkey, Istanbul, Bilgi University Press, 2009.
Callon M., Latour B., « Unscrewing the big Leviathan : how actors macrostructure reality and how sociologists help them to do so » in Knorr Cetina K., and Cicourel A. (dir.) Advances in Social Theory and Methodology : Toward and integration of Micro and Macro-sociologies, London, Routledge and Kegan Paul, 1981.
Dumoulin, L., Saurugger, S., « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, 48/3, 2010.
Işiksel G. et Szurek E. (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle, 1860-1960, Paris, PUR, 2014
Karaca B., “Governance of or through culture? Cultural policy and the politics of culture in Europe”, in Focaal – Journal of Global and Historical Anthropology, Vol. 2009, No.55, p. 27-40
Katoğlu M., “The Institutionalization of High Art as a Public Service in the Republican Era”, in Ada S., Ince A. (eds), Introduction to Cultural Policy in Turkey, İstanbul Bilgi University Press, 2009.
Latour B., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La découverte, 2006.
Öztürkmen A., “The role of people’s houses in the making of national culture in Turkey”, in New Perspectives on Turkey, 1994, 11, p. 159-181.
Poirrier P. (dir.) (2011), Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde. 1945-2011, Paris, La Documentation française.
Polo J-F. et Üstel F., « Les nouvelles orientations de la politique culturelle Turque : à la recherche d’un modèle conservateur alternatif ? », Pôle Sud, 41, 2014, à paraître.
Thiesse A-M., La création des identités nationales en Europe XIIIème-XXème siècles, Paris, Le Seuil, 2001.

Abstracts and proposals

Abstracts should not exceed 500 words. They should include the key questions, the methodology, information about the conceptual approach, and references. They have to be sent before January 15th 2015 to: transcultur@gmail.com
All abstracts should be submitted in English or French. The presentations will be either in English or in French. Acceptance will be notified by early February.
Selected authors will be asked to submit their complete papers by 1 April 2015. Papers shall not exceed 40.000 signs (including spaces, notes and bibliography).

Scientific and Organizing Committee

  • Muriel Girard (ENSA Marseille)
  • Cilia Martin (IFEA-Istanbul)
  • Jean-François Polo (Galatasaray Üniversitesi – Science Po Rennes)
  • Clémence Scalbert Yücel (IFEA-Istanbul & University of Exeter)
  • Füsun Üstel (Galatasaray Üniversitesi)
  • Lydia Zeghmar (IFEA-Istanbul)

Contacts : transcultur@gmail.com

Appel à contribution « Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières »

12èmes Journées Européennes de Galatasaray
organisées par
le Centre de Recherche et de Documentation sur l’Europe (CREDE)
et
le Centre pour la Recherche Sociale
de l’Université Galatasaray

 « Visions croisées autour des frontières européennes :
mobilité, sécurité et frontières »

Université Galatasaray (Istanbul – Turquie)
4-5 mai 2015

Appel à communication [FR] – [EN]

Chaque année, les Journées européennes de Galatasaray deviennent l’occasion de réunir des chercheurs  qui s’intéressent à des thématiques multidisciplinaires en relation avec la recherche sur l’Europe. Le thème des 12èmes Journées européennes, s’intitule « Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières ».

Dans un contexte en pleine évolution, avec des données fortement nouvelles marquées par la crise financière et économique, l’objectif du colloque est d’aborder les frontières et les nouvelles formes de mobilité, aussi que la sécurisation des politiques migratoires. La conférence inaugurale  sera donnée par la Prof. Catherine Wihtol de Wenden, et suivie par les communications des participants sur les sujets suivants :

  • Instruments de coopération et de voisinage
  • Les nouvelles frontières de l’UE
  • Crise économique et ses effets sur les flux migratoires
  • Frontières physiques, frontières imaginaires

Espace de rencontre de nombreuses disciplines (notamment la sociologie, les sciences politiques, les relations internationales, l’anthropologie, l’économie, le droit et autres), le colloque sur les frontières européennes donnera lieu à la présentation de travaux scientifiques pertinents de chercheurs internationaux (doctorants, chercheurs universitaires, personnels institutionnels de l’enseignement supérieurs, professionnels d’ONG spécialisées, etc.). Les présentations basées sur les études de cas ou des recherches empiriques seront prioritaires.

Présentation des résumés et sélection :

Les résumés de communication (max. 250 mots) et les bios des candidats (max. 150 mots) sont à soumettre en anglais, en français ou en turc avant le 31 décembre 2014. À adresser SVP  aux deux adresses suivantes : crede2014.gsu@gmail.com et  ossari@gsu.edu.tr

Le comité d’organisation révisera et sélectionnera les résumés et les résultats de la sélection seront annoncés le 15 janvier 2015.

Les communications peuvent être présentées en turc, en français ou en anglais. La traduction simultanée sera disponible du français au turc et vice versa.
Les textes complets doivent être envoyés avant le 30 mars 2015.

Les Actes du colloque seront publiés par la maison d’édition de l’Université Galatasaray.

Frais d’inscription :

Participants : 100€
Doctorants : 50€

Le paiement des frais d’inscription doit être réalisé par virement au compte bancaire qui vous sera annoncé suite à votre sélection.
Pour toutes informations complémentaires, veuillez contacter : crede2014.gsu@gmail.com et  ossari@gsu.edu.tr

Stage d’archéologie expérimentale mars 2014 / Deneysel Arkeoloji Günleri Buluşması Mart 2014

itu_bmDeneysel Arkeoloji Programı (PDF)

L’Université technique d’Istanbul (İTÜ) et le Centre pour la science (Bilim Merkezi) organise près de Taksim « Les journées de l’expérimentation archéologique 2014 » par le biais d’un stage sur la métallurgie ancienne et la fonte du bronze. Cette rencontre aura lieu les 8-9 et 15-16 Mars et sera conduite par le Dr. Nicolas Gailhard, archéo-métallurgiste invité par l’Université technique d’Istanbul.

Chaque année, un sujet différent sera abordé durant ces journées de l’archéologie expérimentale. Cette année, le thème est « Science et métallurgie dans l’ancienne Anatolie ».

Le programme (TR) de cette formation pratique est le suivant:

  • À la lumière des informations obtenues à partir des fouilles archéologiques en Anatolie des objets en bronze seront créés suivant les techniques anciennes des périodes de l’Age du Bronze et de l’Antiquité.
  • Différentes techniques de fabrication des moules, des outils du bronzier et des fours seront abordées.
  • La réalisation en extérieur, grandeur nature d’un atelier de métallurgiste.
  • Des séminaires seront aussi organisés chaque jour sur l’histoire de la métallurgie en Anatolie, les techniques anciennes et l’expérimentation archéologique.

À la fin des quatre jours, les participants recevront un certificat.

Les frais de participation au programme sont de 300 TL par personne. Les repas ne sont pas inclus.

Tout le matériel utilisé est mis à disposition par le centre pour la Science et ITÜ.

La formation sera ouverte s’il y a au moins 10 participants.

Coordonnées :
Centre pour la  Science d’ITU
Adresse : İTÜ Bilim Merkezi ,İTÜ Taşkışla Kampüsü Taksim, İSTANBUL
Contact Tél: 0212 251 60 130212 251 60 13
E-mail: bilimmerkezi@itu.edu.tr
Site internet: www.bilimmerkezi.itu.edu.tr
Call
Send SMS
Add to Skype
You’ll need Skype CreditFree via Skype

Les plans d’assurance incendie comme source d’histoire urbaine

Türkçe çeviri

Septembre 2013

Les plans d’assurances incendie ont fait l’objet d’un investissement précoce et ont donné lieu à une recherche originale dans le champ des études urbaines pour Istanbul.  La cartographie pour l’assurance des biens immobiliers et mobiliers se diffuse dans les grands centres urbains à la fin du XIXe siècle, témoignant d’une gestion plus élaborée du risque incendie ; la richesse de ses index, de sa légende chromatique, l’image précise, quasi-instantanée, des centres villes ou zones portuaires représentés, font du plan incendie une source très sollicitée, un « trésor » documentaire, et ce, alors qu’il est rarement considéré comme un objet de recherche autonome. Dans un contexte marqué à la fois par l’élargissement des possibilités d’analyse spatiale, avec l’intégration de nouveaux outils de traitement des cartes (SIG), mais aussi par un enrichissement de la connaissance sur ce type d’archive, il semble intéressant et nécessaire de le confronter à la production scientifique. Derrière l’apparent paradoxe d’une archive exposée mais produit d’une histoire peu connue, celle de la branche « incendie » de l’assurance, une dynamique de recherche est observable dont les tâtonnements semblent inhérents aux études urbaines. Ainsi, nous souhaitons proposer, sous la forme du présentoir, quelques pistes de lectures favorables au prolongement de la démarche historienne pour l’investigation de cette source complexe. Deux axes sont retenus, l’un, plutôt méthodologique, rassemble des publications de plans et des études sur l’écriture de l’histoire à partir des cartes, le second ensemble doit permettre de repositionner cette archive dans l’histoire économique et politique de l’assurance dont elle est le produit.    

Le plan d’assurance incendie par son statut incertain entre document technique et image cartographique, mais aussi en raison du manque de distance critique sur l’histoire de l’assurance dans la région, rend difficile son investigation historique. Du point de vue matériel et épistémologique, rares sont les travaux universitaires pour la période contemporaine qui traitent de l’image comme source, la considérant souvent comme une simple illustration, seul le texte demeure porteur d’histoire légitime. Aussi, le plan d’assurance donne-t-il principalement lieu à des études iconographiques enfermées dans des analyses étroitement sémiologiques, et à des études de cas difficilement transposables ou généralisables lorsqu’il n’est pas considéré comme un simple réservoir d’informations fiables pour l’histoire de l’économie urbaine.

C’est l’intégration du corpus stambouliote dans des projets centrés sur les cartes, et plus largement ouverts dans l’espace et dans le temps, qui donne lieu à des études comparatistes et dynamiques de ce type de production cartographique. Ainsi, l’exposition récente « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement / Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık », resitue la cartographie assurancielle dans la ville et dans le temps long des mutations des savoirs géographiques, et atteste des progrès enregistrés pour l’étude de cette documentation. En effet, le plan d’assurance est aussi une documentation complexe par son statut institutionnel. Inégalement reversé dans le domaine public, il parvient au chercheur sous la forme d’archive éparse et isolée, dont la collecte se réalise à l’internationale, ou, lorsqu’il fait l’objet de publication c’est en général sous la forme de produits « maison », portant le nom de la société, sans introduction critique. Dans le cas d’Istanbul, une tendance à la prise en charge scientifique, par la collaboration avec des spécialistes, est observable. La publication des plans réalisés au début du XXe siècle par la société de Charles Ed. Goad Lted, a fait l’objet d’un travail de mise en contexte, de traitement spatial et fournit une bibliographie de référence. La mise en partage de la documentation dans sa double dimension archivistique et patrimoniale, ainsi que l’étude autonome des séries de plan sont des indicateurs forts d’une dynamique dans ce champ d’étude. Le renversement épistémologique ici observable, où le plan d’assurance incendie cesse d’être le reflet d’une réalité impossible à atteindre, s’alimente et entre en résonnance avec d’autres travaux urbanistes et historiques qui permettent de déconstruire le « regard de l’assureur », de progresser conjointement dans l’écriture d’une histoire locale et connectée de l’assurance.   

Il revient à l’équipe d’urbanistes et d’architectes chercheurs animé par Stéphane Yérasimos, d’avoir attiré l’attention sur la spécificité de l’histoire de l’assurance locale et posé certains jalons pour l’administration de ses archives cartographiques. Le plan d’assurance est alors inscrit au cœur d’un programme d’étude fécond, autour du thème de « la ville en feu », mettant en évidence des chaines documentaires, notamment la production légale et règlementaire, et formulant des hypothèses qui demeurent d’une grande actualité, tel que le lien entre l’élaboration des plans d’assurance, l’ingénierie municipale et le processus de cadastration de la terre.

Particulièrement dans le cas des villes de l’Empire ottoman,  l’histoire de l’assurance au XIXe siècle comporte des « trous » archivistiques et certaines limites historiographiques. Les ouvrages consacrés à l’histoire internationale de l’assurance sont peu nombreux, ils adoptent les contours de la profession actuelle, les études étant de plus en plus spécialisées, donnant lieu à une littérature technique de nature juridique, économique et financière, sans oublier les travaux mathématiques et statistiques. À cela s’ajoute un certain prisme évolutionniste dans la compréhension de l’histoire des assurances. La littérature dominante tend à ne prendre en considération que les pays industrialisés et historiquement actifs dans la diffusion de l’assurance et se caractérise par une approche institutionnelle où l’histoire de l’entreprise est appréhendée par l’étude des relations entretenues entre les sociétés et l’Etat. Dans ces conditions, l’histoire de l’assurance turque ou égyptienne se place hors du schéma classique de l’émergence des nouveaux marchés, et a longtemps été considérée comme un phénomène exogène, qui relèverait de la domination coloniale ou impérialiste. Les recherches en cours renversent la tendance en démontrant que le droit islamique n’a pas été un obstacle à la pratique assurancielle et que celle-ci appartient au temps long de l’histoire marchande ; une première étude envisage le développement de l’assurance au sein de l’Empire ottoman, d’autres travaux, du point de vue local et en lien avec les transformations de la propriété foncière.

En conséquence, outre son statut de carte et production culturelle, le plan d’assurance incendie doit aussi être envisagé en sa qualité d’instrument financier directement lié à l’essor du capitalisme ; il permet d’éclairer les articulations entre la réforme du droit de propriété et la prise en compte à la fois économique et politique du risque. Aborder l’assurance par sa production technique est une bonne entrée, cela mobilise une approche socio-historique fine des figures multiples engagées, du courtier à l’ingénieur, avec l’histoire des entreprises, banques et assurances, et ce, sans négliger sa dimension matérielle et architecturale. En conjuguant ces différentes approches, le plan d’assurance incendie devient une archive plus accessible, inscrite dans une tradition et située dans des processus locaux, au prix peut-être, il est vrai, d’une certaine perte de prestige.

Publications présentant des archives :

  • Banque impériale Ottomane : inventaire commenté des archives, Institut Français d’Études Anatoliennes, 1994.
  • Catalogue de l’exposition ‘Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement – Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık’, M. Stern P. Lebouteiller, J-F Pérouse,  Istanbul, Notre Dame de Sion, 2013.
  • Charles Edouard Goad’in Istanbul Sigorta Haritalari (İstanbul büyûkehir Belediyesi, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü),Dagdelen, Irfan ed. 2007.  
  • Jacques Pervitich Sigorta Haritalarında Istanbul, Istanbul : Axa Oyak, Tarih Vakfı Yayını, 2000.

Ouvrages et articles sélectionnés :

  • -Aygün A., Türk Haritacılık Tarihi (Histoire de la cartographie turque), 2 Cilt (vol.), Ankara : Harita Genel Müdürlüğü, 1980.
  • -Arnaud, J.-L., Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Parenthèses, 2008.
  • -Alleaume, G., « La production d’une économie nationale : remarques sur l’histoire des sociétés anonymes par actions en Egypte de 1856 à 1956 », Annales Islamologiques, n°31, 1997, p. 1-16.
  • -Chastagneret, G., Marin, B., Raveux, O. et Travaglini, C. (dir.) Les sociétés méditerranéennes face au risque : Economies, coédition IFAO, Casa de Velázquez, Ecole Française d’Athènes, Ecole Française de Rome, Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, 2012.
  • -Coanus, Thierry et Pérouse, Jean-François (dir.) « Villes et risques. Regards croisés sur quelque cités en danger », Anthropos, 2006. 
  • -Bekkin, Renat I.  « Islamic Insurance: National Features and Legal Regulation », Arab Law Quarterly, Vol. 21, No. 2, 2007, pp. 109-134
  • -Débarre, Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate, l’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1835-1895), (thèse ss dir Tissier), Paris I, 2011.
  • -Deweerdt, Charlotte, « Développement de l’assurance et du marché foncier à Alexandrie durant la seconde moitié du XIXe siècle », in Guéno, Vanessa et Guignard, Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières en Mediterranée, Karthala, 2013.
  • -Dupret, Baudouin, « Vent d’est, vent d’ouest » : l’Occident du droit égyptien », Égypte/Monde arabe,  n°30-31, 1997, (Les visions de l’Occident dans le monde arabe), p. 93-111.
  • -Edney, Matthew, H., Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India, 1765-1843, Univ. Chicago Press, 1997. 
  • -Encyclopédie de l’Islam, Leiden, E.J. Brill, 1965, Tome II, Article Dallâl
  • -Frangakis-Syrett, Elena, « Concurrence commerciale et financière entre les pays occidentaux à Izmir (XIXe-Debut du XXe siècles), In Jacques Thobie, Roland Perez et Salgur Kançal (ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, L’Harmattan, Ifea, 1996.
  • – Fries, Franck et Yerasimos, Stéphane (ed.),  La ville en feu, Actes de la journée du 4 juin 1993 / organisée par le laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».  Cahiers µ, n° 6-7, sept-déc.1993, p.67-86.
  • -Ientile, Damien, Histoire économique des assurances au XVIIIe et XIXe siècles en Europe, P.C Hautcoeur (dir.), ENS, Paris, p.1-17.
  • -Kayah, Fatih, Osmanlı Devleti’nde Sigortacılık, Libra Yayınlari, İstanbul, 2010.
  • -Lemercier, Claire et Zalc, Claire « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Les Editions de l’EHESS,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012 /4.
  • -Lepetit, Bernard et Topalov, Christian (ss dir), « La ville des sciences sociales », Ed. Belin, 2001.
  • -Mazlum, Deniz, 1766 İstanbul Depremi – Belgeler Işığında Yapı Onarımları (Le séisme d’Istanbul de 1766: la réparation des bâtiments à la lumière des documents), Istanbul,  İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, 2011.
  • -Owen, Roger , « The middle East in the world economy 1800-1914 », Londres-New York, Methuen, 1981.
  • -Stanziani,  « Comparaison réciproque et histoire. Quelques propositions à partir du cas russe », in Jean-Paul Zuniga, Pratiques du transnational, Paris, CRH, 2011, pp. 209-231.
  • -Thobie, Jacques, “Conjoncture et stratégie: le groupe financier de l’Ottomane en 1914 », in BACQUE-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul (eds.) Economie et sociétés dans l’Empire ottoman (Fin du XVIIIe-Début du XXe siècle) : Actes du colloque de Strasbourg : 1-5 juillet 1980.
  • -Patrick Verley et Jean-Luc Mayaud, « Introduction. En l’an 2001, le XIXe siècle à redécouvrir pour les historiens économistes ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 23 / 2001, 7-21.
  • -Warner, Nicolas, « Sources for architectural and urban history, Charles Goad & the Fire Insurance Plans of Egypt (1898-1910)” in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie architectures européennes, 1850-1950, CEDEJ-IFAO, 2001.
  • -Yerasimos, Stéphane,  « occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871. Les textes règlementaires comme sources d’histoire urbaine », in Daniel Panzac, Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992, p. 97-119.

Autres liens utiles :

Femmes et genre dans l’Empire ottoman

Türkçe çeviri

Avril 2013

Nées dans les années 1970-80 sous la poussée des universitaires américains, les gender studies et women studies ont connu un fort développement international. Pourtant, aujourd’hui encore, des confusions existent concernant leur objet d’étude respectif. Les women studies ou études des femmes ont pour objectif un travail sur les conditions féminines en particulier – et la frontière entre ces travaux et les études féministes (feminist studies) demeure très fine. Les études sur le genre ou gender studies ont pour vocation d’étudier les relations entre les sexes. La notion de sexe n’est alors pas considérée sous son aspect biologique, mais culturel. La célèbre phrase de Simone  de Beauvoir « on ne naît pas femme, on le devient » résume d’ailleurs parfaitement l’idée : elle entend par là qu’être femme renvoie à tout un univers comportemental codifié, acquis socialement. Partant de cette constatation, les travaux sur le genre cherchent à déterminer les données socio-culturelles qui définissent les comportements des individus, qu’ils soient hommes, femmes, eunuques, transsexuel(le)s, mais aussi riches ou pauvres, bourgeois, prolétaires ou aristocrates, etc. L’accent est mis sur les relations d’un « genre » avec les autres, car chacun se définit par rapport aux autres, tout particulièrement son opposé (être femme ne peut se comprendre que dans un rapport à ce que signifie être homme ; être eunuque, dans une relation avec la condition masculine et la condition masculine, et ainsi de suite).

Le domaine des études ottomanes n’a pas échappé à l’attrait des études sur les femmes et le genre. Les travaux ont été nombreux, mais on peut déplorer l’existence d’inégalités profondes dans la production scientifique faite sous ce label. On reprochera notamment la tendance à voir dans les études sur les femmes et celles sur le genre une équivalence méthodologique qui n’a pas lieu d’être. L’importance relative de la production ne saurait non plus dissimuler le fait qu’elle demeure principalement l’œuvre de quelques universitaires américains ou formés selon ce modèle. Il est fort surprenant d’entendre dire que les women ou gender studies auraient épuisées leurs capacités de production d’un savoir scientifique, alors même qu’elles n’en sont qu’à leur début. De fait, il est remarquable de constater que les travaux se sont concentrés principalement sur certains terrains privilégiés, du fait des sources bien souvent. Ainsi, ce sont surtout les questions de mariages et de divorces, de détention de biens et d’héritages, qui ont bénéficié de la plupart des attentions, grâce à l’usage des registres de cadi ou des compilation de fatwa. On ajoutera à la liste les réflexions sur le rôle politique ou philanthropique et sur l’esclavage. Les ouvrages exposés ce mois-ci en présentoir, qui comptent parmi les contributions les plus significatives dans le domaine (sans prétendre à une quelconque exhaustivité), recoupent les spécificités susdites. 

  • PEIRCE Leslie P.,  The Imperial Harem : Women and Sovereignty in the Ottoman Empire
  • ZILFI Madeline C. (ed.),  Women in the Ottoman Empire : Middle Eastern Women in the Early Modern Era
  • FAROQHI Suraiya,  Stories of Ottoman Men and Women : Establishing Status, Establishing Control
  • DAVIS Fanny, The Ottoman Lady : A Social History from 1718 to 1918
  • PRÄTOR Sabine, NEUMANN Christoph K. (eds.),  Frauen, Bilder und Gelehrte : Studien zu Gesellschaft und Künsten im Osmanischen Reich / Arts, Women and Scholars : Studies in Ottoman Society and Culture : Festschrift Hans Georg Majer : Band / Volume I, Volume II
  • KARAKIŞLA Yavuz SelimWomen, Women, War and Work in the Ottoman Empire: Society for the Employment of Ottoman Muslim Women 1916-1923
  • ZILFI Madeline C.,  Women and Slavery in the Late Ottoman Empire, the design of difference
  • BUTUROVİÇ Amila, SCHICK Irvin Cemil,  Women in the Ottoman Balkans. Gender, Culture and History
  • ŞENOCAK-THYS Lucienne,  Ottoman Women Builders. The architectural Patronage of Hatice Turhan Sultan
  • PEIRCE Leslie,  Morality Tales : Law and Gender in the Ottoman Court of Aintab
  • ESPOSITO L. John,  Women in muslim family law
  • DEAL Roger A.,  Crimes of Honor, Drunken Brawls and Murder – Violence in Istanbul Under Abdülhamid II
  • DURAN Tülay (éd.), Tarihimizde Vakıf Kuran Kadınlar : Hanım Sultan Vakfiyyeleri /  Deeds of Trust of the Sultans Womenfolk / Actes de fondation de Sultane Hanım
  • SÖNMEZ Emel, Turkish Women in Turkish Literature of the 19th Century
  • RUGGLES Fairchild (éd.), Women, Patronage, and Self-Representation in Islamic Societies
  • DURSTELER Eric R., Renegade Women, Gender, Identity, and Bounderies in the Early Modern Mediterranean
  • TUCKER Judith E.,  Women, Family and Gender in Islamic Law
  • KEDDIE N.R., BARON B. (éds.), Keddie, Women in the Middle Eastern
  • MONTAGU Lady Mary, L’islam au péril des femmes : Une Anglaise en Turquie au XVIIIe siècle
  • SAKAOĞLU Necdet,   Bu Mülkün Kadın Sultanları, Vâlide Sultanlar, Hâtunlar, Hasekiler, Kadınefendiler, Sultanefendiler
  • ULUÇAY Çağatay, Harem II
  • ULUÇAY Çağatay, Padişahların kadınları ve kızları
  • AKGÜNDÜZ Ahmet, İslâm hukukunda kölelik-câriyelik müessesesi ve Osmanlı’da harem
  • HANOUM Leïla, Le harem impérial et les sultans au XIXe siècle
  • PENZER N.M., The Harem : An Account of the Institution as it Existed in the Palace of the Turkish Sultans with a History of the Grand Seraglio from its Foundation to the Present Time
  • SCHNEIDER Marcel, EVIN Alpay, Le harem impérial de Topkapı
  • ANHEGGER-EYÜBOĞLU Mualla,  TopkapıSarayında Padişah Evi (Harem) 

Aylin de Tapia (trad.) – Mustafa Tchokaï : Une vie pour l’indépendance du Kazakhstan

Kara Abdulvahap
Mustafa Tchokaï, Une vie pour l'indépendance du Kazakhstan
(traduit du turc par Aude Aylin de Tapia)
L'Harmattan, 2013
La France tient une place particulière dans l’histoire de l’indépendance du Kazakhstan. La cause en est qu’entre 1921 et 1941, Mustafa Tchokaï a engagé sa vie en menant la lutte à Paris pour obtenir l’indépendance d’un futur Kazakhstan hors de l’Union soviétique. Avec la Révolution d’Octobre 1917 et la fin de la Russie tsariste, les peuples bachkir, kazakh, ouzbek, kirghize, tatar et turkmène, ont tenté de créer leur état national alors que naissait en Russie l’espoir d’une construction démocratique. Parmi eux, les Kazakhs, avec le gouvernement national Ala(…) Orda d’Orenbourg, et les Ouzbeks, se sont unis pour former à Khokand le gouvernement du Turkestan. Mustafa Tchokaï y occupa le poste de Premier ministre. Après la chute, provoquée par les bolcheviks, de ce gouvernement et son départ pour l’Europe, sa lutte politique a continué en France aux côtés de démocrates russes comme A. Kerensky et P. Milioukov. La France, en offrant à Mustafa Tchokaï un cadre favorable pour ce combat, est devenu sa seconde patrie jusqu’aux débuts de la seconde Guerre mondiale. C’est pourquoi, alors que la menace nazie se précisait, il n’a pas quitté Paris pour aller aux Etats-Unis comme d’autres réfugiés venus de Russie, préférant partager les difficultés des Français. Mais, arrêté en juin 1941 par les Nazis occupant la France, il est mort à Berlin le 27 décembre de la même année. Le nom de de Mustafa Tchokaï a été donné à un square de Nogent-sur-Marne, où il vécut de 1923 à 1941. L’ouvrage n’est pas seulement utile à ceux qui s’interessent à l’histoire de l’Asie centrale, il s’adresse à toute personne curieuse de faire la rencontre d’une personnalité hors du commun.

Abdulvahap Kara, Professeur d’histoire à l’université Mimar-Sinan d’Istanbul, travaille sur l’histoire de l’Asie centrale et du Kazakhstan ainsi que sur les figures des intellectuels centrasiatiques émigrés vers la Turquie ou les pays d’Europe occidentale. Auteur de nombreux ouvrages, dont des traductions du kazakh au turc, il soutient activement le rapprochement des cultures turque et kazakhe.

Call for papers / Makale Çağrısı

Istanbul 29 Mayıs University is pleased to announce and invite you to the first International Conference on “Istanbul during the Ottoman Period”. The conference will take place at Istanbul 29 Mayıs University, on May 28th and 31th, 2013. The aim is to explore and trace the historical, social, cultural and economic developments that led to the growth of an Ottoman Istanbul. A nexus of multiple cultures, rules and economies, Istanbul, had and still has a pivotal role within academic research projects, and in this “Ottoman Istanbul” meeting we hope to gather scholars working on the city for interdisciplinary contributions and discussions. We are also pleased to announce that we will be providing accommodation and travel costs.
Your participation and contributions would be very much appreciated. In order to organise the details of the conference, we would like to urge you to inform us of your decision at the latest February 11. (your understanding is much appreciated).
Please submit a 250 word abstract by April 1, to the organizing committee. (osmanliistanbulu@29mayis.edu.tr). The abstract should include your name, institutional affiliation, as well as any audio-visual requirements for the presentation.
Finally, we are going to publish contributions in a volume with a small amount of copyright. Each contribution should be submitted to the committee during the conference edited in its final form, including endnotes and bibliography. Submissions should follow Chicago formatting style, in 12-point font, double-spaced.
Papers might consider, but are not limited to, the following sub-themes:
  • Conquest of Istanbul
  • The importance of Istanbul for the Turkish-Islamic World
  • The stance of the city within World History
  • The role of Fatih Sultan Mehmed during the formative years of Istanbul
  • Physical and topographical development of Ottoman Istanbul
  • Istanbul as a multi-cultural city and meeting point of civilizations
  • Istanbul as a big metropolis
  • Istanbul as the center and the capital of the Ottoman Empire
  • City governments and historic and cultural heritage conservation
  • Town planning, architecture and art of Istanbul
  • Social structure, ethnic and confessional communities
  • Science, learning and literature in the Ottoman Istanbul
  • Economic conditions and commercial activities of Ottoman Istanbul
  • Urban Archeology of the Ottoman period
  • The ancient heritage in Istanbul through the eyes of the Ottomans
All up to date information on the conference can be found on the conference website http://osmanliistanbulu.29mayis.edu.tr/
Prof. Dr. Feridun Emecen
Istanbul 29 Mayıs University
Dean of the Faculty of Arts (Humanities)
Tel: (0216) 474 08 60
Fax: (0216) 474 08 74

İstanbul 29 Mayıs Üniversitesi, 29-31 Mayıs tarihleri arasında İstanbul şehrinin Osmanlı İmparatorluğu dönemi hakkında uluslarası bir sempozyum düzenleyecektir. Bu sempozyumun amacı Osmanlı İstanbulunun tarihî, sosyal, kültürel ve ekonomik gelişmesine ışık tutmak ve hangi şartlarda bir Osmanlı şehrine dönüştüğünü tespit etmektir. Bugün bir dünya metropolü hâline gelen İstanbul üzerine çalışan araştırmacıları bir araya getirip disiplinlerarası bir tartışma ve paylaşım zemini sunacağını düşündüğümüz “Uluslararası Osmanlı İstanbulu‒I Sempozyumu”na siz değerli meslektaşımızın da bir bildiriyle katılmasını ümit etmekteyiz. Sempozyuma bildiri ile katılacakların yol ve konaklama giderleri karşılanacaktır.
Toplantıya katılım konusundaki kararınızı en geç 11 Şubat 2013 tarihine kadar bildirmeniz program organizasyonumuz açısından son derece önemlidir. 250 kelimelik bildiri özeti ise 1 Nisan 2013 tarihine kadar, istanbulsempozyum@29mayis.edu.tradresine ulaştırılmalıdır. Bildiri özetlerinde, adınız ve bağlantılı olduğunuz kurumun adı yer almalı; sunum sırasında ihtiyaç duyabileceğiniz ses ve görüntü cihazları da belirtilmelidir.
Bildiriler kitap olarak basılacak, yazarlarına telif ücreti de ödenecektir. Bildiri metinleri, Chicago referans sitilinde, 12 puntoda ve çift aralıklı yazılmalı ve sempozyum sırasında bilim kuruluna yayımlanabilir bir nüsha hâlinde sunulmalıdır. Toplantıların konu başlıkları aşağıdaki gibidir:
  • İstanbul’un fethi
  • İstanbul’un Türk-İslam dünyası açısından önemi
  • İstanbul’un dünya tarihi açısından önemi
  • Fatih Sultan Mehmed’in İstanbul’un gelişimindeki rolü
  • Osmanlı İstanbul’unun fiziki gelişimi ve topografyası
  • Çok Kültürlülük ve medeniyetlerin buluşma noktası olarak İstanbul
  • İstanbul’un büyük bir metropol olarak dünya tarihindeki yeri
  • Osmanlı İmparatorluk merkezi olarak payitaht İstanbul’u
  • Belediyecilik ve şehrin kültürel mirasının korunması
  • İmarı, mimarisi ve sanatsal eserleri.
  • Sosyal yapı, etnik ve dini gruplar
  • Osmanlı İstanbulu’nda ilim, sanat ve edebiyat
  • Osmanlı İstanbulu’nda ekonomik durum ve ticari faaliyetler
  • Kent arkeolojisi
  • Osmanlı İstanbulu’nda antik tarih mirasın değerlendirilmesi
Prof. Dr. Feridun Emecen
İstanbul 29 Mayis University
Edebiyat Fakültesi Dekanı
TEL: (0216) 474 08 60
FAX: (0216) 474 08 74

Call for Papers International workshop « Minorities in the colonial and postcolonial Middle East »

The fragments imagine the nation?

Minorities in the colonial and postcolonial Middle East

Place and date

The Graduate Institute International and Development Studies, Geneva, Switzerland, November 8–9, 2013.

Organizers

The International History Department at Graduate Institute International and Development Studies, Geneva, and the History Department at the University of Birmingham, UK.

Almost a century after the collapse of the Ottoman Empire, scholarship on minorities in the Middle East shows a remarkable continuity. Minority politics have traditionally been considered as a problem, indeed as one of the main reasons for the “unsuccessful” consolidation of the nation-state in the region; they now appear, to many, as an obstacle to broader processes of democratization and liberalization within the context of the so-called “Arab Spring”. As Egypt struggles to elaborate a new constitution that would pave the way for the integration of all segments of its society, Turkey, Syria, Jordan, and Lebanon have witnessed an awakening of ethnic and religious tensions since 2011. Other states such as Iraq seem to be stunned by sectarian conflicts. In the face of these huge challenges, the Middle East is once more portrayed as a region doomed to endless ethnic and religious turmoil and, more importantly, their elites as incapable of getting rid of this “fatality”. And yet perceptions like these assume that such turmoil is primordial: a cause, rather than a symptom, of troubled times. They also, perhaps deliberately, elide the role of any external actors in fostering division and conflict. The rationale of this understanding is based on two complementary premises.

First, Middle Eastern societies are perceived as deeply divided by kin group. Second, from the 1920s onwards, the League of Nations fostered a system that, on the one hand, accepted the nation-state as the norm in international relations and, on the other, opened the door to the protection of minority groups in the “less civilized” societies and “new” states. Consequently, the Mandatory system and the international “protection of minorities” in countries such as Iraq, Syria and Lebanon by European powers led many local political actors to view minority politics as a colonialist tool intended to hamper full national independence of the newly established states. However, reality was, as in most cases, more complex than these interpretations might suggest. Minority claims were neither the “natural” outcome of a historic conflict between religious and ethnic groups nor the consequence of imperialist designs in the Middle East. “Minority” and “majority” groups, international as well as transnational actors interplayed in a triangular relationship for decades prior to the First World War, when the multiethnic and multi-religious dynastic empires collapsed. Thereafter, and historically, two diverging constitutional choices – either the choice of government of the demographic majority (Turkey, Egypt, Israel, Iran, etc) or the choice of “consensus democracy” (Lebanon; Iraq since 2005) – shaped state-society relations differently in each country in the postcolonial Middle East. The former came to dominate the political engineering in the Middle East in the aftermath of the Second World War, when support for legal guarantees of ‘minority rights’ – never popular with indigenous elites – diminished among the international community. The Cold War put minority politics into a deep freeze, so to speak; but its end, and the effects of the globalization process that affect every state without exception, paved the way for a new crisis of identity in the Middle East.

This general overview neglects other significant issues that deserve further attention. Whilst lawmakers and state elites envisioned either “demographic majority” or “consensus democracy” as the two main viable political arrangements in order to meet “national” challenges, diverse indigenous actors (e.g. intellectuals, ulema, political parties, state officials, minority members) at different times sought to put forward alternative solutions to the “minority issue”, drawing from a wide range of schools of thought; from Islamic and Ottomanist to liberal and socialist. Furthermore, as in Europe, from the 1960s onwards identity politics in the Middle East (e.g. Kurdish, Palestinian, Berber, and diverse Islamist as well as diasporic movements) witnessed a revival, compelling state actors and oppositional forces to redefine official state ideologies over the twentieth century. After all, political claims on behalf of minorities have frequently been claims not for separation (administrative or territorial) but for a more liberal politics—with implications for the majority as well. The debate on how the “fragments” of the Middle Eastern societies would fit within the respective “nations” did not close with the accession to political independence of their countries: it remains open today.

Aims of the workshop

We aim to set out a new, historically-aware research agenda on minority politics in the colonial and postcolonial Middle East. We encourage scholars of all levels, from doctoral students to established researchers, to submit abstracts addressing one or more of the following questions: What have been the local political, intellectual, or cultural endeavors to come up with a political contract or a sort of pluralism that would pave the way for a peaceful and egalitarian relationship between “majorities” and “minorities” in the colonial and postcolonial Middle East? To what extent were these endeavors fostered or, on the contrary, undermined by transnational and global dynamics? Can we clearly categorize the main defenders of a smooth accommodation of minority rights within broader nation-states? How did the minorities participate in the political debates about citizenship in their respective countries – or, in other words, how and to what extent did the minorities contribute to imagining the nation? What was the impact of “minority politics” on the “majority” discourse about citizenship? What have been the main obstacles to the peaceful accommodation between “minority” and “majority” groups in the postcolonial Middle East? How have the increasingly powerful transnational lobbies for the protection of minority rights affected both minority and state narratives in the last twenty years? What do other cases in the global south or Eastern Europe tell us about the Middle East experience? And what new sources, archival or other, can lead us to a deeper understanding of these questions?

Please send 250-word abstracts to Jordi Tejel (Jordi.Tejel@graduateinstitute.ch), and Benjamin Thomas White (b.t.white@bham.ac.uk) by 28 February 2013.

We plan to publish selected essays arising out of the workshop as an edited volume or special journal issue. The language of the conference will be English. Please note that travel and accommodation costs will be covered by the organizers.

Akdeniz İİBF Dergisi Édition spéciale sur L’Intégration européenne et l’Administration publique / Avrupa Bütünleşmesi ve Kamu Yönetimi üzerine Özel Sayı

Türkçe

Appel à contribution

Nous demandons aux scientifiques et universitaires intéressés de discuter avec nous sur l’intégration européenne et l’administration publique.

A l’occasion du 10ème anniversaire du Centre dÉtudes européennes (AKVAM) de l’Université Akdeniz à Antalya, une édition spéciale de la revue Akdeniz İİBF Dergisi; est prévue, publiée par la faculté de science économique et administrative.

Cette publication est une revue renommée qui jouit d’une grande réputation dans le domaine scientifique. Elle est peer-reviewed et est nommée par plusieurs index comme IBSS, EBSCO, EconLit.

Le sujet principal de cette édition est “L’Intégration européenne et l’Administration publique” ce qui peut être développé, par exemple, par des questions suivantes:

  • Comment l’administration publique au niveau national se transforme au cours du procès d’adhésion à l’UE?
  • Quels modèles d’organisation et quelles institutions y a-t-il au niveau communal, régional et national, qui s’occupe du procès d’adhésion à l’UE?
  • Quel changement peut-on observer de l’administration publique des états membres après leur adhésion à l’UE?
  • Quel est l’avenir de l’administration publique de l’UE pour un élargissement et un approfondissement sans difficulté et une bonne gestion de crise?

S’il vous plaît envoyez les articles par mail jusqu’au fin février.

Les articles pour l’édition spéciale de la revue Akdeniz İİBF Dergisi, prévu pour mai 2013, seront acceptés en turc, allemand, anglais et français.

Nous vous prions de nous contacter en avance si vous avez l’intention d’apporter une contribution à notre édition spéciale.

Si vous avez des questions n’hésitez pas de nous contacter par téléphone ou par mail.

Directives pour les auteurs

Contact

Nina Jehle nina.akvam@gmail.com TEL : 0090-242-310 6605


Makale Çağrısı

İlgi duyan araştırmacı ve akademisyenleri, Avrupa bütünleşmesi ve kamu yönetimi üzerine birlikte tartışmaya davet ediyoruz.

Akdeniz Üniversitesi Avrupa Birliği Araştırma ve Uygulama Merkezi’nin (AKVAM) 10. Kuruluş Yıldönümü nedeniyle İktisadi ve İdari Bilimler Fakültesi Akdeniz IIBF Dergisi  Özel Sayısı’nın çıkartılması planlanmaktadır. Sözü geçen alan dergisi, bilimsel çevrelerde yüksek prestije sahiptir. Dergi, uluslararası Hakem Kurulu Sürecine tabidir ve IBSS, EBSCO, EconLit gibi uluslararası Indexler tarafından taranmaktadır.

Yukarıda sözü geçen Özel Sayı’nın konusu, „Avrupa Bütünleşmesi ve Kamu Yönetimi“dir. Dergide örneğin aşağıdaki ve benzer konular işlenebilir:

  • Aday ülkelerin ulusal kamu yönetimleri, AB’ye katılım sürecinde nasıl bir değişime uğramaktadırlar?
  • AB’ye katılım sürecini desteklemeye yönelik yerel, bölgesel ve ulusal düzeyde oluşturulan ne tür örgütlenme modelleri ve kurumlar bulunmaktadır?
  • AB’ye katılımından sonra üye ülkelerin kamu yönetimleri alanında ne gibi değişimler gözlenmektedir?
  • Sorunsuz bir genişleme, derinleşme veya başarılı bir kriz yönetimini sağlamak açısından AB’nin kamu yönetimini nasıl bir gelecek beklemektedir?

İstenen makalelerin 2013 Şubat ayının sonuna kadar teslim edilmesi gerekmektedir.

2013 Mayıs ayında tamamlanması planlanan Akdeniz İİBF Dergisi Özel Sayısı makaleleri dört dilde yazılabilir: Türkçe, İngilizce, Almanca ve Fransızca.

Yayın yapmayı planlamanız durumunda mail yoluyla bizi bilgilendirmenizi rica ediyoruz.

Sorularınız olması durumunda telefonla veya mail yoluyla bize ulaşabilirsiniz.

Yazarlara Duyuru

İletişim:

Veli Ercan CETINTÜRK derakvam@gmail.com TEL : 0090-242-310 1547

İsmail Cem KARADUT ikaradut@akdeniz.edu.tr TEL : 0090-242-310 6498

Journal of Ankara Studies Call for Papers / Ankara Araştırmaları Dergisi Makale Çağrısı

Vehbi Koç Vakfı Vehbi Koç ve Ankara Araştırmaları Merkezi (VEKAM), 2013 yılından itibaren, Ankara Araştırmaları Dergisi adıyla düzenli olarak Mayıs ve Kasım aylarında yılda 2 sayı çıkacak olan, disiplinlerarası nitelikte hakemli bir dergi yayımlayacaktır.  Derginin
ilk bölümünde, Ankara’yı merkez alarak hazırlanan özgün araştırma makaleleri  ikinci bölümünde ise bu kapsama giren görüş makaleleri yer alacaktır.

Başkentimizin bu konudaki büyük eksiğini kapatacak olan Ankara Araştırmaları Dergisi’nde hem Türkçe hem de İngilizce makalelere yer verilecektir. Dergimizin bu ilk sayısında makalelerinin yer almasını isteyen araştırmacılar sayfasından yayın ilkelerimiz, yazım kurallarımız ve diğer konular hakkında bilgi edinebilirler.

Derginin Mayıs 2013’te yayımlanacak ilk sayısında yer alacak makaleler için son teslim tarihi 15 Mart 2013 olarak belirlenmiştir.

Vehbi Koç and Ankara Research Center (VEKAM) will publish an interdisciplinary biannual referee journal called the Journal of Ankara Studies regularly in May and November as from 2013. The first part of the journal will contain original research articles centered around Ankara while the second part will feature opinion articles on this subject.
Journal of Ankara Studies will make up for the huge lack of research about the capital by publishing articles in both Turkish and English. Researchers who want to take part the first issue of the journal can be informed about the publishing guidelines, spelling rules and other kind of subjects from our website.
Deadline for the papers that will take place in the first issue of the journal is  March 15, 2013

Dipnot

Le carnet Dipnot, en tant que vecteur des notes et réflexions des chercheurs de l’IFEA se caractérise par un espace géographique de référence large – outre la Turquie, il rayonne aussi sur les pays voisins du côté des Balkans, du Caucase Sud, du Proche et Moyen Orient et de la Méditerranée orientale – et par un spectre disciplinaire étendu. Ce dernier va de l’archéologie préhistorique aux études contemporaines, en passant par les études sur l’Antiquité, Byzance et l’Empire ottoman. Ce carnet vient compléter les deux carnets existants rattachés à l’IFEA, oui.hypotheses.org (études urbaines – Istanbul) et ovipot.hypotheses.org (vie politique turque).