Tous les articles par julien boucly

Quatre raisons pour une inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril

Au début des années 2000, la péninsule historique d’Istanbul a commencé à faire l’objet de débats quant à la nécessité de son inscription sur la liste du patrimoine mondial en péril. Les aménagements urbains effectués dans les différentes zones du site inscrit se révélaient inacceptables au regard des critères de protection de l’UNESCO. Pourtant, après dix ans de négociations mêlant expertise et politique, les projets étaient mis en œuvre sans profondes modifications et le classement du site ne faisait plus l’objet d’aucune remise en cause.

Si j’ai décidé de rappeler l’expérience de la mégalopole turque et une analyse faite de sa situation en 20101, c’est que je trouve plus de pertinence aujourd’hui à rapprocher le cas de Diyarbakır de celui d’Istanbul qu’à l’aborder dans sa condition de patrimoine menacé par des conflits armés. On aurait pu il y a quelques mois envisager d’inscrire Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril au même titre que Palmyre (Syrie) ou la vieille ville de Sana’a (Yémen) : parce qu’il est indiscutable, quels qu’aient été les belligérants, quels qu’aient été les moyens employés, que ces trois sites patrimoniaux ont subi des dégâts irrémédiables dans des contextes de guerre. Mais à ce jour, ce ne sont plus les combats militaires mais bien des décisions civiles, dont la justification par l’urgence et l’insécurité ne peut être reconnue comme fondée, qui menacent le site de Diyarbakır.

Le site du « paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en juillet 2015 sur la base d’un argumentaire et de critères scientifiques2. C’est donc pour des raisons scientifiques et neutres que l’État turc peut envisager son inscription sur la liste du patrimoine mondial en péril3) ; cet acte constituant moins un aveu d’impuissance qu’une recherche responsable des solutions susceptibles de préserver un patrimoine exceptionnel et universel. L’accueil à Istanbul de la 40e session du comité du patrimoine mondial, entre le 10 et le 20 juillet 2016, soulignant l’effort redoublé de la Turquie pour démontrer son engagement vis-à-vis du programme de l’UNESCO, constitue pour l’État turc l’occasion de prouver son souci d’assurer un respect inconditionnel des standards internationaux de protection sur l’ensemble de ses sites patrimoniaux.

1- Parce que les critères d’inscription du site reconnus en 2015 ne sont à ce jour plus justifiés

C’est sur la base d’un travail scientifique, au regard des critères d’évaluation de l’UNESCO, qu’il a été décidé d’inscrire Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial pour ses fortifications colossales et ses jardins luxuriants d’une part, mais aussi et surtout pour la relation exceptionnelle entre la ville fortifiée et les rives du fleuve Tigre entretenue sans interruption par ses habitants. La richesse de ce site a été révélée par l’UNESCO en tant que « paysage culturel », selon des délimitations et définitions strictes4 ; c’est donc en vertu de cette valeur que doivent être évaluées les menaces sur le site inscrit au patrimoine mondial. La question est ainsi de déterminer si le lien entre la vieille ville de Diyarbakır et l’extérieur des murailles, les jardins de l’Hevsel et le fleuve Tigre est à ce jour rompu et s’il est susceptible de l’être durablement.

Indiscutablement, les mesures de couvre-feu et les opérations armées ayant eu lieu entre décembre 2015 et le mars 2016 ont interrompu tout échange entre la ville fortifiée et son environnement extérieur. Dans la situation actuelle, ceci est toujours en partie le cas : les quartiers de Fatihpaşa, Hasırlı, Savaş et Cemal Yılmaz, ainsi que l’ensemble des bastions des fortifications sont formellement interdits d’accès, la circulation via les portes de la ville est soumise au contrôle de barrages de police permanents et les passages piétonniers à travers les murailles ont été littéralement murés par des blocs de béton5. Ces derniers ont rompu toute relation entre la vieille ville et le quartier de Ben U Sen, zone inscrite du site UNESCO faisant le lien avec les jardins de l’Hevsel. Les échanges journaliers entre habitants de la vieille ville, du quartier de Ben U Sen et exploitants des jardins ont été interrompus par des mesures de police ne pouvant finalement pas être justifiées par des préoccupations sécuritaires. Peu de heurts ne sont en effet survenus dans cette zone. Pourtant la levée du couvre-feu et la fin des opérations armées n’ont pas permis la réouverture de ces passages. Ceci laisse à croire en une mesure non pas temporaire mais bien ancrée dans un projet de réaménagement à long terme de cet espace.

Cette rupture physique et symbolique des relations sociales entre la ville fortifiée et son environnement extérieur constitue à elle seule une remise en cause intégrale de la valeur patrimoniale que l’inscription au patrimoine mondial a voulu consacrer en 2015. La crédibilité de la notion de paysage culturel, catégorie patrimoniale que les experts de l’UNESCO ont tenté de renforcer et banaliser au cours des quinze dernières années, ne peut être maintenue si la préservation de tels liens ne représente pas une condition sine qua non du maintien de la valeur universelle exceptionnelle de ses sites.

2- Parce que le site endommagé par le conflit armé est encore davantage menacé par les opérations civiles

Le site UNESCO de Diyarbakır est constitué de deux zones : la zone inscrite comprenant les fortifications et les jardins de l’Hevsel et la « zone tampon », intégrant notamment la ville fortifiée. Si la zone inscrite constitue le lieu révélateur de la valeur du site, il est considéré dans les textes réglementaires de l’UNESCO que l’ensemble des deux zones doit faire l’objet d’une protection spéciale afin de préserver la valeur exceptionnelle universelle du site6). L’endommagement du bâti et la modification radicale du paysage urbain, qu’il soit situé dans la zone inscrite ou tampon, ont des effets directs sur la valeur du site reconnu par l’UNESCO. La situation de détérioration de nombreux édifices classés et la planification urbaine envisagée dans la vieille ville de Diyarbakır ne laissent à ce jour aucun doute concernant l’existence d’une menace avérée sur la préservation du site de Diyarbakır.

Lors des conflits, les fortifications ont été relativement peu touchées (quelques éclats de balles). En revanche, les mesures évoquées précédemment, l’installation de blocs de béton contre les murailles et de postes de police dans les bastions, provoquent un endommagement quotidien de l’édifice, réduisant à néant les mesures de protection ayant justifiés l’inscription à l’UNESCO en 2015. L’aménagement de sanitaires au niveau du « bastion de la chèvre » (Keçi burcu) qui a provoqué des infiltrations dans les remparts, ainsi que les barricades dans le « bastion des sept frères » (Yedikardeş burcu) démontrent sans doute l’incompatibilité d’un respect des normes de protection patrimoniale avec l’installation prolongée de forces de l’ordre sur les fortifications.

Les édifices classés et le tissu urbain historique de la ville fortifiée ont subi des dommages irréversibles. Les destructions les plus dramatiques se concentrent dans la partie est du site : la mosquée Kurşunlu et le hammam Pasha ont été incendiés, l’église catholique arménienne tout récemment restaurée est détruite, la mosquée Sheikh Muhattar et son minaret à quatre piliers et la façade de l’école primaire Nazif Süleyman (dissimulant en ces murs une église latine) ont été fortement endommagés, de nombreux édifices classés monuments historiques ont été rasés et le plan urbain hérité de la ville romaine a tout simplement disparu sous la percée des véhicules militaires. Mais plutôt que de s’attarder sur les blindés, c’est dorénavant sur les machines de déblaiement, sur les projets de nettoyage et de réaménagement urbain, menaces de long terme sur le site, qu’il faut peut être se focaliser aujourd’hui.

Une opération de nettoyage, préfigurant une reconstruction ex nihilo d’une partie des quartiers de Fatihpaşa, Hasırlı et Savaş, est en cours dans la zone où ont eu lieu les combats les plus destructeurs. L’opération se déroulant sur un site urbain protégé (kentsel sit alanı) doit respecter des mesures spécifiques de protection (interdisant notamment l’évacuation inconsidérée de matériaux constituant des édifices classés). Elle requiert de ce fait l’autorisation du comité régional de protection (koruma bölge kurulu), organe lié au ministère de la culture et du tourisme. Le déblayage des édifices partiellement ou intégralement détruits a été pendant une certaine période effectué sans autorisation : dans la phase finale des opérations armées (aucun contrôle du ministère n’étant alors possible), puis quelques jours après la levée du couvre-feu (l’urgence sécuritaire ne pouvant ainsi plus justifier la précipitation). Le 23 mars 2016, une commission d’experts, unique garde-fou institutionnel de principes d’indépendance et de neutralité de l’expertise scientifique, s’est réunie au sein du comité régional de protection pour finalement autoriser l’évacuation des débris, ne prenant aucune des mesures nécessaires à la préservation du tissu urbain historique. Cette décision offre une caution a posteriori à des opérations effectuées sans contrôle préalable et ne laisse préfigurer aucun éventuel freinage des travaux. Les autorités publiques locales, ministère et municipalité, ne semblent ainsi pas disposer des moyens permettant de mettre fin à une politique d’opérations d’urgence à ce jour injustifiée7. Une concertation à long terme ayant pour objectif de définir les mesures à employer afin de sauver un patrimoine qui peut encore l’être serait pourtant envisageable sur le terrain de la ville fortifiée, aujourd’hui désertée par les combats armés. L’assurance d’un tel cadre de collaboration (visite d’experts internationaux, réunions de conseils consultatif et de supervision du plan de gestion du site UNESCO) est notamment une disposition que l’inscription sur la liste du patrimoine en péril permet de faciliter.

3 – Parce que l’engagement de la Convention du patrimoine mondial est un engagement pour la préservation d’un patrimoine vivant

Le 21 mars 2016, alors que prenait fin la phase des couvre-feux, le gouvernement a prononcé une décision d’expropriation d’urgence (Acele kamulaştırma kararı) concernant 6292 parcelles de la ville fortifiée, soit la quasi-totalité des propriétés privées situées dans la zone tampon du site UNESCO (voir notre édition du 3 mai 2016 http://dipnot.hypotheses.org/1896). La chambre des architectes, institution reconnue d’intérêt public par la Constitution turque (art.135) et interlocuteur de longue date des experts du patrimoine mondial, a engagé une procédure juridique contre cette décision. Celle-ci ne peut en effet être, à ce jour et dans la stricte zone concernée, justifiée par l’argumentaire d’une situation urgence, du fait de l’absence de reconnaissance par l’Etat de la permanence du conflit armé (levée des couvre-feux et absence d’instauration de l’Etat d’urgence) et de l’absence de risques majeurs de catastrophe naturelle. L’éventuelle reconnaissance d’une telle situation ne rendrait d’ailleurs que plus indéniable la nécessité d’une inscription du site de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril. Cette décision d’expropriation d’urgence semble finalement s’accorder à un projet de transformation urbaine, projet négocié depuis une dizaine d’années mais suscitant de fortes divergences entre autorités municipales et étatiques.

Si la protection du site de Diyarbakır doit particulièrement attirer notre attention sur ces projets urbains, c’est spécifiquement parce que l’inscription au patrimoine mondial a été justifiée selon une valeur chère à l’UNESCO de représenter un véritable patrimoine vivant, alliant patrimoine matériel et immatériel dans l’espace social du site. Les opérations de transformations urbaines ont déjà eu pour effets (dramatiquement décuplés par les conflits armées) l’expulsion de plusieurs dizaines de milliers d’habitants de la vieille ville. La décision d’expropriation d’urgence laisse envisager, si ce n’est l’intensification de ces expulsions, le renouvellement de la population résidente et une gentrification sous pression économique forte, telle qu’observée dans le quartier de Sulukule sur le site UNESCO d’Istanbul. L’engagement de la Convention du patrimoine mondial pour la préservation d’un patrimoine vivant, pour une protection de l’identité socio-culturelle et des habitants qui font vivre l’histoire des sites UNESCO, ne peut être ignoré à Diyarbakır. Le dossier de candidature présenté par l’Etat turc démontre bien que les habitants de la ville fortifiée, par leur mode de vie et d’habiter, par la préservation de leurs traditions, par leurs activités artisanales et agricoles, sont indispensables à la qualification « valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel ». La préservation du site UNESCO, entre autres motivations, exige finalement que les projets d’aménagements et les politiques d’aide aux populations sinistrées par les conflits armés soient élaborés en coordination avec les acteurs locaux et dans l’objectif de la protection des résidents.

4 – Parce que la liste du patrimoine en péril n’est pas une sanction mais bien une opportunité

Parce qu’en sollicitant dès maintenant l’inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril, l’Etat turc s’offre l’opportunité d’intensifier sa collaboration avec les organes experts de l’UNESCO. L’inscription en juillet 2015 de ce paysage culturel sur la liste du patrimoine mondial a témoigné du succès des efforts de coordination mis en œuvre par le ministère de la culturel et du tourisme, les municipalités locales et les experts internationaux. La liste du patrimoine mondial en péril permettrait de davantage renseigner l’état de préservation du site et offrirait l’opportunité de redécouvrir le climat de dialogue prolifique qu’avait initié le processus d’inscription. L’investissement humain et monétaire déployé par l’Etat turc pour la valorisation du patrimoine mondial ne laisse pas douter des ambitions que la Turquie prête au programme de l’UNESCO. L’inscription du site de Diyarbakır ne ferait qu’intensifier ses échanges avec les experts de l’ICOMOS et du Centre du patrimoine mondial, puisque ceux-ci étudieraient avec attention les rapports que les fonctionnaires turcs leur soumettraient, se rendraient sur le site en question et présenteraient enfin des recommandations scientifiques afin de parvenir collectivement à des solutions. Il faut finalement souligner que ces recommandations ne sont que consultatives et ne constituent en aucun cas un instrument de pression à l’encontre de l’Etat partie. La liste du patrimoine mondial en péril est bien un outil dont la mobilisation témoigne de la capacité d’un Etat à dialoguer avec l’ensemble des parties prenantes de la protection du patrimoine mondial. La requête d’une inscription de Diyarbakır démontrerait ainsi la volonté du ministère de la culture et du tourisme et du ministère des affaires étrangères de profiter de l’ensemble des instruments de gestion proposés par le programme du patrimoine mondial.8

Cite this article as: julien boucly, "Quatre raisons pour une inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial en péril," in Dipnot, 01/07/2016, https://dipnot.hypotheses.org/1949.

  1. PEROUSE, J-F. (2010) « Cinq raisons d’un éventuel déclassement UNESCO », Urbanisme, n°374, p. 66. []
  2. Pour les détails de l’argumentaire d’inscription, voir le dossier de candidature publié sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO : http://whc.unesco.org/uploads/nominations/1488.pdf []
  3. Nous évoquerons des PERILS PROUVES et MISE EN PERIL définis dans les textes fondamentaux de l’UNESCO tels qu’« altération grave des matériaux », « dénaturation grave de la signification culturelle », « menaces du fait de projets d’aménagement du territoire ». Voir : Comité intergouvernementale pour la protection du patrimoine mondial (2015) Orientations devant guider la mise en œuvre de la convention du patrimoine mondial, Paris, UNESCO, pp. 43-44 (paragraphe 179 []
  4. Pour davantage d’informations sur la catégorie définie par l’UNESCO voir : UNESCO (2011) Paysages culturels du patrimoine mondial, Guide pratique de conservation et de gestion, cahier du patrimoine mondial n°26, UNESCO, Paris, 138p []
  5. Pour davantage d’information sur la situation sécuritaire et urbaine dans Sur, voir : GOSSE Mathieu (2016) « La vieille ville de Diyarbakır broyée et remodelée par la guerre », Orient XXI http://orientxxi.info/magazine/la-vieille-ville-de-Diyarbakır-broyee-et-remodelee-par-la-guerre,1335,1335 []
  6. Voir Comite intergouvernementale pour la protection du patrimoine mondial (2015) Orientations devant guider la mise en œuvre de la convention du patrimoine mondial, Paris, UNESCO, p. 22 (paragraphe 104 []
  7. Les informations concernant le processus par lequel a été effectué le déblaiement de la zone ont été transmises lors d’un entretien effectué auprès de la chambre des architectes de Diyarbakır le 09/06/16 12h-13h30 à Diyarbakır. []
  8. Pour davantage d’informations sur la situation actuelle à Sur, Diyarbakır : Consulter communiqués et rapports de  la chambre des architectes de Diyarbakır (TMOBB Mimarlar odası) : http://www.dimod.org.tr/  Dernier événement en date : 18/06/16 Diyarbakır suriçi koruma paneli https://www.facebook.com/diyarbakirmimarlarodasi/photos/pcb.710375952434126/710375812434140/?type=3&theater []

Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa

pres_dmsMai 2016
Türkçe çeviri

Depuis le début des années 2000, les publications culturelles se sont multipliées dans le Sud-est de la Turquie, particulièrement à Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa. Les récits historiques portant sur ces villes se reconstituent sous l’impulsion de redécouvertes patrimoniales et de politiques effrénées de développement du tourisme. On formule de nouveaux discours sur l’identité locale des lieux, ceci à destination des nouveaux publics que constituent les touristes mais aussi les habitants sensibles à un sentiment d’appartenance urbain.

L’analyse des modalités d’écriture et de publicisation des récits historiques et identitaires locaux ne peut se limiter à l’étude d’ouvrages universitaires, de manuels scolaires et de discours officiels de l’Etat. Les matériaux et supports de la production des identités locales se diversifient dans le cadre du développement touristique et territoriale. Prospectus et guides touristiques, documents de promotion de projets institutionnels, publications culturelles, productions artistiques et photographiques méritent ainsi de focaliser notre attention. Ces ouvrages, que l’on trouve autant dans les bibliothèques municipales et dans les administrations publiques que dans les offices de tourismes et les cafés des centres historiques, donne une visibilité nouvelle aux représentations historiques et identitaires.

Considérant ces nouvelles représentations des villes, simplifiées et banalisées par le tourisme, il semble bien qu’une réflexion sur la construction des identités locales ne puisse faire l’économie d’une analyse des productions culturelles et touristiques. C’est ce que nous proposons d’effectuer ici à travers l’étude d’un échantillon de publications relatives aux villes de Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa

Diyarbakır-Amed: forteresse et jardins, « cœur de l’Anatolie » et « capitale kurde »

Le processus d’inscription au patrimoine de l’UNESCO du paysage culturel de Diyarbakır, abouti en 2015, a suscité un véritable engouement patrimonial. L’identité de la ville est plus que jamais imprégnée des descriptions de ses murailles, qui font l’objet de multiples publications universitaires et institutionnelles depuis une quinzaine d’années (notamment par les traductions et expositions relatives aux travaux de l’archéologue Albert Gabriel, premier directeur de l’IFEA). Par ailleurs, les jardins de l’Hevsel sont désignés comme valeur esthétique et culturelle incontournable de la ville dans les guides touristiques et ouvrages photographiques alors même que leur « histoire millénaire » ne fait l’objet d’une redécouverte que très récemment.

Sur ces points, les constructions identitaires et patrimoniales semblent faire consensus. Mais en ce qui concerne la représentation de Diyarbakır (Amed en kurde) comme capitale du Kurdistan de Turquie ou comme « coeur de l’Anatolie » du Sud-est, les divergences sont profondes entre publications de la mairie métropolitaine (acquise au parti kurde) et la préfecture. Le conflit entre Etat turc et mouvement kurde est aussi une question de représentation du territoire et de l’identité locale.

Mardin: ville de la « mosaïque culturelle » et de l' »harmonie confessionnelle »

La profusion de publications culturelles et universitaires, produites par des fondations (religieuses ou non), des organisations publiques et privées, impose progressivement l’évidence d’une représentation de Mardin comme « mosaïque culturelle », où cohabiteraient pacifiquement depuis des siècles arabes, syriaques, turcs et kurdes. L’image du clocher s’alignant sur le minaret, banalisée par les couvertures d’ouvrages touristiques, célèbre une « harmonie confessionnelle » à laquelle les visiteurs comme les habitants de la ville veulent croire mais dont chacun sait qu’elle ne va pas de soi.

Qu’en est-il de la véritable histoire de cette localité, de son paysage urbain et de la vie de ces anciens et actuels habitants ? Plus ou moins détachées du récit fantasmé de la ville de la « diversité culturelle », diverses publications recherchent les identités multiples de la ville, s’attardant sur son architecture turque artukides ou bien parfois sur les patrimoines matériels et immatériels hérités des minorités chrétiennes, syriaques et arméniennes.

Şanlıurfa: la « ville des prophètes » et du Projet d’Anatolie du Sud-Est

Urfa, ou plutôt « Şanlı »urfa (la < glorieuse >, titre consacré en 1983 en référence au rôle des habitants de la ville dans le mouvement de résistance national de 1919), est aujourd’hui systématiquement affublée du qualificatif de < ville des prophètes > (pergamberler şehri). La promotion du pèlerinage vers cette < ville sainte > et la multiplication des infrastructures et publications touristiques se focalisent avant tout sur la légende d’Abraham et des poissons sacrés du balıklıgöl. Le patrimoine d’Urfa, ses héritages architecturaux et confessionnels pourraient, tout autant qu’à Mardin, faire de cette ville une localité de la < diversité culturelle >. C’est pourtant une autre histoire qui nous est raconté dans les publications des fondations locales (telles que ŞURKAV) travaillant en collaboration avec les autorités publiques.

Par ailleurs, l’identité que donne à voir la ville est aussi celle promue par l’administration du projet d’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi, GAP) qui, dès les années 1980, a placé Urfa au cour de son projet de développement. Une de ces publication s’intitulant < Urfa, la ville qui renaît des eaux > (The City Reborn of Water : Şanlıurfa) présente la ville de telle manière à promouvoir les barrages hydroélectriques comme des projets culturels et identitaires. Les récits historiques et culturels sont ici instruments de légitimation d’un projet civilisateur de l’Etat.

Bibliographie

  • AKDEMIR Nejla Akat, KARAMAN Metin, BURTAKAL Fathi (2015) Diyarbakır kalesi ve Hevsel medeniyetler bahçesi, publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 129p.
  • DIKEN Şeymus (2010) Diyarbakır, Editions Turquoise, Paris, 254 p.
  • Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi  (juin 2012-2015) Diyarbakır, travel guide, 3ème édition, Diyarbakır, Boyut, 240p.
  • Diyarbakır valiliği (2011) Diyarbakır, city guide, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed in the scope of the « bridge of civilisations from Mesopotamia to Anatolia » project, Diyarbakır, 119p.
  • Diyarbakır valiliği (2013) Diyarbakır, the heart of Anatolia, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed by « promoting the cultural heritage of Diyarbakır » project applied within the scope of « supporting centers of attraction » of the governorship of Diyarbakır supported by the ministry of development », Diyarbakır, 113p.
  • Diyarbakır valiliği (juillet 2012) Hevsel bir kentin kileri, édité par Recep Tezgel, publié par la préfecture de Diyarbakır, 164p.
  • Diyarbakır valiliği ve Diyarbakır müze müdürlüğü (2011) Diyarbakır kültür envanteri, publié par la préfecture de Diyarbakır, 374p. (Disponible en pdf)
  • Diyarbakır muzesi müdürlüğü (2013) Ilisu barajı ve HES projesi arkeolojik kazıları 2004-2008 çalışmaları, publié par le ministère de la culture et du tourisme, Diyarbakır, 460p.
  • Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Istanbul, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p.
  • Gabriel Albert (2014) Şarki Türkiye’de Arkeolojik Geziler,: Dipnot Yayınları, Ankara, 415p.
  • SÖZEN, M. (1976), Diyarbakır’da türk mimarisi, Diyarbakır’ı Tanıtma ve Turizm Derneği yayını, Istanbul.
  • Union of Southeastern Anatolia region municipalities (2013), Another look at East and Southeast Turkey, 2e édition (1e édition 2009), p.198-257 (Disponible en pdf)
  • Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, Diyarbakır, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p.
  • SARIBIYIK Mustafa (ed.) (Ocak 2015) İslam tarihinin ilk asrında Diyarbakır ve çevresi, Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°16, Diyarbakır, 150p.
  • SOYUKAYA Nevin (ed.) (2015) Diyarbakır fortress and Hevsel gardens cultural landscape, publication de publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 197p.
  • YILDIZ Irfan (ed.) (2011) Medeniyetler mimarısı, Diyarbakır mimarısı,  Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°3, Diyarbakır
  • ERDOĞAN Nihat (ed.) (2014) Anastasiopolis, Dara antik kenti, publication de Mardin Müzesi, Mardin, 40p.
  • BEKIN Doğan (2010) Tarihin Işığında Mardin, Mardin Valiliği Kültür Yayınları ve GENPA, Ankara
  • MARDİN VALİLIĞI VE ÇEKÜL (2013) Mardin Kültür Envanteri, ed. Mardin Valiliği İl Kültür ve Turizm müdürlüğü, Istanbul, 672p.
  • MANER Çiğdem (2006) A traveler’s guide to Mardin, Marev Yayınları, İstanbul, 307p.
  • URBAN İstanbul (2009) Mardin UNESCO’ya Doğru, MAREV Yayınları, İstanbul
  • AKYÜZ Gabriel (1998) Mardin ili’nin merkezinde civar köylerinde ve ilçelerinde bulunan kiliselerin ve manastır, publié par Mardin Kirklar Kilisesi, Mardin, 160p.
  • ÖZDEM Filiz (ed.) (2005) Taşın Belleği Mardin, Yapı Kredi Yayınları, Istanbul
  • ÖZTÜRKTALAY Lâtif (1995) Mardin ve Mardinliler, éd. T.C. Mardin belediyesi doğal ve kültürel koruma araştırma merdinar projeler.
  • SAKIP SABANCI KENT MÜZESI (2012) Mardin’i Dinlerken, Müzeyle Başlayan Değişim, publication SABANCI VAKFI, Mardin, .p.
  • ÇEKÜL VAKFI (2011) Mardin (Kendini Koruyan Kentler), Çekül Vakfı Yayınları, İstanbul, 104 p.
  • AVUKA Adnan (2010) Mardin Hoşgörülerin diyarı, publication Mardin Valiliği, 132p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat (2008) Şanlıurfa 1850-1950, ŞURKAV yayınları n°31, Şanlıurfa, 316p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat, GÜLER Selahaddin (2010) Tarih Turizm şehri Şanlıurfa, ŞURKAV yayınları n°30, Şanlıurfa, 116p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat,  GÜLER Selahaddin, AKALİN Müslüm, KÜRKÇÜOĞLU Sabri (2002) Şanlıurfa Uygarlığın doğduğu şehir, ŞURKAV yayınları n°27, Ankara, .p.
  • ŞANLIURFA PUBLICITY CENTER (2015) Şanlıurfa travel guide DVD, booklet, city map, production ŞANLIURFA VALİĞİ/ ŞURKAV, .p. + DVD
  • ŞANLIURFA MÜZESI (2015) Göbeklitepe tanıtım filmi, production X, DVD
  • ÖNAL Mehmet, KARABULUT Hasan, DERVIŞOĞLU Nedim (2011)  Haleplibahçe mozaikleri Şanlıurfa / Edessa, Arkeoloji ve sanat yayınları, Şanlıurfa belediyesi’nin katkılarıyla, Istanbul, 171p.
  • PEKDEMIR Neslihan, Özbek Ayşegül, Özcan Işılay (ed.) (2015) Haleplibahçe mozaikleri mosaıcs, publication de l’agence de développement Karacadağ en collaboration avec la direction du musée de Şanlıurfa, 97p.
  • KARLIKLI Şaziye (Ed.) (1998) The City Reborn of Water : Şanlıurfa, published by Creative Yayıncılık ve tanıtım supported by Garanti leasing, Istanbul, 359p.
Cite this article as: julien boucly, "Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa," in Dipnot, 12/05/2016, https://dipnot.hypotheses.org/2001.

Güneydoğu Anadolu’nun tarihi ile ilgili hikâyeler ve bölgedeki kültür mirası

pres_dmsMayıs 2016
Version française

Kültür odaklı yayınlarda, 2000li yılların başından itibaren, Güneydoğu Anadolu’da özellikle Diyarbakır, Mardin ve Şanlıurfa’da bir artış gözlenmiştir. Bu şehirlerin tarihi ile ilgili hikâyeler, mevcut kültürel mirasın yeniden keşfi ve sınır tanımayan turizmi geliştirme politikalarının da etkisi ile yeniden şekillenmektedir. Turistlerin oluşturduğu yeni kitleleri olduğu kadar, aidiyet konusuna kayıtsız kalmayan sakinleri de hedefleyen yerel kimlikle ilgili yeni söylemler geliştirilmektedir.

Tarihle ve yerel kimlikle ilgili söylemin yazımı ve yayımı incelenirken, akademik çalışmaların, okul kitaplarının ve devletin resmi söyleminin ele alınmasıyla yetinilemez. Yerel kimliğin imalat ve dile getirilme yöntemleri, turistik ve bölgesel kalkınma alanlarında çeşitlilik göstermektedir. Turistik tanıtım kitapçıkları ve rehberler, kurumsal projelerin reklamları, kültür odaklı yayınlar, sanat ve fotoğrafçılık alanındaki çalışmalar da ilgilenilmesi gereken diğer unsurlardır. Şehir kütüphanelerinde olduğu kadar, idari kurumlar, turizm büroları ve turistik yerlerdeki kahvehanelerde rastlanan bu materyaller, tarihin ve kimliğin temsili konularında yeni bir görünürlük sunmaktadır.

Turizmin şehrin yeni temsillerini basitleştirip, tek tipleştirdiğini düşünürsek; yerel kimliklerin imalatı konulu incelemelerin kültür ve turizm alanındaki çalışmaları görmezden gelerek yapılamayacağı anlaşılmaktadır. Biz de burada incelememizi, Diyarbakır, Mardin ve Şanlıurfa şehirleri ile ilgili seçtiğimiz basılı yayınlardan yola çıkarak yapmaya çalışacağız.

Kalesi ve Hevsel Bahçeleri ile “Anadolu’nun kalbi” ve “Kürt başkenti” Diyarbakır-Amed

Diyarbakır’ın kültür zenginliklerinin 2015 yılında UNESCO’nun Dünya Mirası Listesi’ne alınması, kültürel miras konusuna gerçek bir ilgi uyandırmıştır. Diyarbakır surlarının betimlemeleri, hiç olmadığı kadar şehrin kimliğiyle iç içe geçmiştir. Son on beş senedir, özellikle çeviriler ve IFEA’nın ilk müdürü arkeolog, Albert Gabriel’in çalışmaları sayesinde Diyarbakır’ın surları, birçok akademik ve kurumsal yayına konu olmuştur. Ayrıca şehrin vazgeçilmez bir güzellik ve kültür değeri olarak ifade edilen Hevsel Bahçeleri’nin “bin yıllık tarihi”, ancak yakın zaman önce yeniden keşfedilmiştir.

Bu açıdan, kimliğin ve kültürel mirasın inşasının birbiriyle örtüştüğünü söyleyebiliriz.Fakat Kürtçe ismi Amed olan Diyarbakır’ın Türkiye Kürdistanı’nın başkenti veya Güneydoğu “Anadolu’nun kalbi” olarak temsil edilmesi konusunda Kürt partisinin seçildiği büyükşehir belediyesi ile valiliğin yayınları arasında derin farklılıklar bulunmaktadır. Devlet ve Kürt hareketi arasındaki çekişmeler, aynı zamanda bölgenin ve yerel kimliğin de temsili sorunudur.

“Farklı inançların bir arada yaşadığı”, “kültür mozaiği” Mardin

Dini veya dini olmayan kurumların, özel veya kamu kuruluşlarının, artan kültürel ve akademik yayınları, giderek Mardin’i, Arap, Süryani, Türk ve Kürt halklarının yüzyıllardır barış içinde yaşadıkları bir kültür mozaiği olarak kabul görmesini sağlamıştır. Turistik amaçlı eserlerin kapaklarından artık herkesin tanıdığı, üzerinde minareyle aynı yükseklikteki kilise çanının bulunduğu fotoğraf, farklı inançların bir arada yaşamasına bir övgü gibidir. Oysa ziyaretçiler kadar burada yaşayanlar da buna inanmak isteseler de bunun denildiği kadar kolay olmadığı bilinmektedir.

Bu yerin, şehrin, buranın eski ve yeni sakinlerinin gerçek tarihi nedir? “Kültürel farklılıklar” söyleminden çok da uzağa düşmeyen, çeşitli yayınlar, şehrin Artuklu Türk mimarisine, somut veya somut olmayan ve Süryaniler ve Ermeniler gibi, Hristiyan azınlıklardan kalan mirasa dayanarak şehre türlü kimlikler vermeye çalışmaktadır.

GAP’ın suladığı “peygamberler şehri”, Şanlıurfa

Şehir sakinlerinin 1919’daki milli direnişte oynadığı rolden ötürü 1984 yılından beri  “Şanlı”urfa olarak anılan şehrin isminin önüne, günümüzde “peygamberler şehri” tamlaması gelmektedir. Bu “kutsal şehri ziyaretin özendirilmesi, altyapının ve turistik yayınların gelişmesi, öncelikli olarak Hz. İbrahim’e ve Balıklıgöl’ün kutsal balıkları üzerinde durmaktadır. Urfa’nın sahip olduğu kültür, mimari ve inanç mirası, onu Mardin kadar “kültürel çeşitliliğe” sahip bir şehir yapabilecek seviyededir. Oysa ki Şurkav gibi iktidarla işbirliği içinde çalışan yerel vakıfların yayınlarında bambaşka bir tarihten söz edilmektedir.

Ayrıca şehir, 1980li yıllardan itibaren geliştirme projesinin merkezine Urfa’yı hedef alan GAP’ın hayata geçirilmesi ile de desteklenen bir diğer kimlik daha sunmaktadır. O kadar ki “Suyun yeniden hayat verdiği şehir” isimli yayın, hidroelektrik santralini şehir için bir kültür ve kimlik projesiymiş gibi sunmaktadır. Buradaki tarih ve kültür konulu mevcut söylem, devletin ehlileştirici siyasetini meşrulaştırmasında bir araç olarak karşımıza çıkmaktadır.

Kitap seçimi

  • AKDEMIR Nejla Akat, KARAMAN Metin, BURTAKAL Fathi (2015) Diyarbakır kalesi ve Hevsel medeniyetler bahçesi, publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 129p.
  • DIKEN Şeymus (2010) Diyarbakır, Editions Turquoise, Paris, 254 p.
  • Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi  (juin 2012-2015) Diyarbakır, travel guide, 3ème édition, Diyarbakır, Boyut, 240p.
  • Diyarbakır valiliği (2011) Diyarbakır, city guide, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed in the scope of the « bridge of civilisations from Mesopotamia to Anatolia » project, Diyarbakır, 119p.
  • Diyarbakır valiliği (2013) Diyarbakır, the heart of Anatolia, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed by « promoting the cultural heritage of Diyarbakır » project applied within the scope of « supporting centers of attraction » of the governorship of Diyarbakır supported by the ministry of development », Diyarbakır, 113p.
  • Diyarbakır valiliği (juillet 2012) Hevsel bir kentin kileri, édité par Recep Tezgel, publié par la préfecture de Diyarbakır, 164p.
  • Diyarbakır valiliği ve Diyarbakır müze müdürlüğü (2011) Diyarbakır kültür envanteri, publié par la préfecture de Diyarbakır, 374p. (Disponible en pdf)
  • Diyarbakır muzesi müdürlüğü (2013) Ilisu barajı ve HES projesi arkeolojik kazıları 2004-2008 çalışmaları, publié par le ministère de la culture et du tourisme, Diyarbakır, 460p.
  • Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Istanbul, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p.
  • Gabriel Albert (2014) Şarki Türkiye’de Arkeolojik Geziler,: Dipnot Yayınları, Ankara, 415p.
  • SÖZEN, M. (1976), Diyarbakır’da türk mimarisi, Diyarbakır’ı Tanıtma ve Turizm Derneği yayını, Istanbul.
  • Union of Southeastern Anatolia region municipalities (2013), Another look at East and Southeast Turkey, 2e édition (1e édition 2009), p.198-257 (Disponible en pdf)
  • Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, Diyarbakır, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p.
  • SARIBIYIK Mustafa (ed.) (Ocak 2015) İslam tarihinin ilk asrında Diyarbakır ve çevresi, Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°16, Diyarbakır, 150p.
  • SOYUKAYA Nevin (ed.) (2015) Diyarbakır fortress and Hevsel gardens cultural landscape, Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 197p.
  • YILDIZ Irfan (ed.) (2011) Medeniyetler mimarısı, Diyarbakır mimarısı,  Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°3, Diyarbakır
  • ERDOĞAN Nihat (ed.) (2014) Anastasiopolis, Dara antik kenti, publication de Mardin Müzesi, Mardin, 40p.
  • BEKIN Doğan (2010) Tarihin Işığında Mardin, Mardin Valiliği Kültür Yayınları ve GENPA, Ankara
  • MARDİN VALİLIĞI VE ÇEKÜL (2013) Mardin Kültür Envanteri, ed. Mardin Valiliği İl Kültür ve Turizm müdürlüğü, Istanbul, 672p.
  • MANER Çiğdem (2006) A traveler’s guide to Mardin, Marev Yayınları, İstanbul, 307p.
  • URBAN İstanbul (2009) Mardin UNESCO’ya Doğru, MAREV Yayınları, İstanbul
  • AKYÜZ Gabriel (1998) Mardin ili’nin merkezinde civar köylerinde ve ilçelerinde bulunan kiliselerin ve manastır, publié par Mardin Kırklar Kilisesi, Mardin, 160p.
  • ÖZDEM Filiz (ed.) (2005) Taşın Belleği Mardin, Yapı Kredi Yayınları, Istanbul
  • ÖZTÜRKTALAY Lâtif (1995) Mardin ve Mardinliler, éd. T.C. Mardin belediyesi doğal ve kültürel koruma araştırma merdinar projeler.
  • SAKIP SABANCI KENT MÜZESI (2012) Mardin’i Dinlerken, Müzeyle Başlayan Değişim, publication SABANCI VAKFI, Mardin, .p.
  • ÇEKÜL VAKFI (2011) Mardin (Kendini Koruyan Kentler), Çekül Vakfı Yayınları, İstanbul, 104 p.
  • AVUKA Adnan (2010) Mardin Hoşgörülerin diyarı, publication Mardin Valiliği, 132p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat (2008) Şanlıurfa 1850-1950, ŞURKAV yayınları n°31, Şanlıurfa, 316p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat, GÜLER Selahaddin (2010) Tarih Turizm şehri Şanlıurfa, ŞURKAV yayınları n°30, Şanlıurfa, 116p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat,  GÜLER Selahaddin, AKALİN Müslüm, KÜRKÇÜOĞLU Sabri (2002) Şanlıurfa Uygarlığın doğduğu şehir, ŞURKAV yayınları n°27, Ankara, .p.
  • ŞANLIURFA PUBLICITY CENTER (2015) Şanlıurfa travel guide DVD, booklet, city map, production ŞANLIURFA VALİĞİ/ ŞURKAV, .p. + DVD
  • ŞANLIURFA MÜZESI (2015) Göbeklitepe tanıtım filmi, production X, DVD
  • ÖNAL Mehmet, KARABULUT Hasan, DERVIŞOĞLU Nedim (2011)  Haleplibahçe mozaikleri Şanlıurfa / Edessa, Arkeoloji ve sanat yayınları, Şanlıurfa belediyesi’nin katkılarıyla, Istanbul, 171p.
  • PEKDEMIR Neslihan, Özbek Ayşegül, Özcan Işılay (ed.) (2015) Haleplibahçe mozaikleri mosaıcs, publication de l’agence de développement Karacadağ en collaboration avec la direction du musée de Şanlıurfa, 97p.
  • KARLIKLI Şaziye (Ed.) (1998) The City Reborn of Water : Şanlıurfa, published by Creative Yayıncılık ve tanıtım supported by Garanti leasing, Istanbul, 359p.

(Re)découvrir Diyarbakır. Les entrepreneurs du patrimoine mondial

À ce jour, la candidature de Diyarbakır pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, présentée sous l’intitulé de « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins d’Hevsel », doit être soumise à l’étude des experts de l’organisation internationale. Finalisé par la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakir et transmis au centre du patrimoine mondial en janvier 2014, ce dossier dissimule encore une profonde incertitude concernant ses chances d’aboutir. Rien n’est moins acquis d’avance en effet que l’entrée dans la collection du patrimoine mondial de cette zone urbaine et agricole aujourd’hui menacée d’affectation au statut de réserve foncière.

C’est précisément cette interrogation sur les choix à venir des administrateurs et aménageurs turcs, opposant projets de protection patrimoniale et développement urbain, qui nous incite à questionner l’identité et le rôle des acteurs mobilisés lors du processus d’inscription au patrimoine mondial. Comment a-t-on redécouvert la relation millénaire entre, d’une part, des jardins redevables au fleuve Tigre de leur fécondité agricole et, d’autre part, une ville fortifiée édifiée en harmonie parfaite avec son environnement naturel ? L’insertion de ce site dans la catégorie innovante des « paysages culturels »1 laisse même à supposer une véritable découverte du patrimoine de Diyarbakır. Et considérant cette invention patrimoniale, l’on ne peut se départir d’identifier les acteurs de son élaboration.

Cette mention des implications individuelles vis à vis de la définition du site patrimonial peut paraître anodine mais elle nous permet de souligner un point méthodologique central dans la compréhension du phénomène de patrimonialisation. Elle met en valeur la nécessité d’aller au-delà de l’analyse des discours et des relations institutionnelles afin de percevoir le rôle spécifique des individus (experts, administrateurs et citoyens) dans l’écriture de l’identité et/ou de l’histoire de Diyarbakır. Nous voulons finalement suggérer dans cette note que les initiatives individuelles, au-delà des projets des institutions publiques et privées, détiennent une importance primordiale dans la patrimonialisation du site de Diyarbakır.

En tête de fil des scientifiques ayant contribués à une prise de conscience patrimoniale vis à vis de la ville fortifiée, il nous faut rendre hommage à Albert Gabriel2, archéologue et fondateur de l’Institut Français d’Études Anatoliennes, dont les recherches détiennent encore une influence majeure sur les travaux menés à Diyarbakır. Ce nom est aujourd’hui intrinsèquement lié à la forteresse et à la ville de Diyarbakır. Il est d’ailleurs communément mentionné par les Diyarbakır’lı qui exposent ses photographies au regard quotidien autant dans les cafés que dans les administrations publiques. Albert Gabriel, comme explorateur de la Turquie orientale des années 1930, est ainsi à la fois un personnage de l’histoire de Diyarbakır et un entrepreneur de son patrimoine. La prégnance de son influence peut notamment se percevoir dans le processus d’inscription à l’UNESCO. Que ce soit pour ses matériaux de recherche (cartographie, photographie, schémas) ou ses interprétations concernant la datation des murailles, son ouvrage de référence est constamment évoqué par un dossier qui lui est postérieur de près de quatre-vingts années.

Quoi qu’il en soit l’élaboration du dossier UNESCO concourt avec la période d’une véritable redécouverte du site et d’un renouvellement historiographique dont témoigne la multiplication des publications, d’inventaires et de projets de mises en valeur de l’héritage historique de la ville, allant au-delà des murailles. Dans cette entreprise patrimoniale, l’État et la mairie métropolitaine jouent des rôles de financeurs et éditeurs distincts, mettant en exergue l’existence de préférences patrimoniales parfois divergentes entre ces institutions3. Mais ces publications nous permettent surtout de constater que l’élaboration du dossier UNESCO a pu profiter d’un contexte de productions scientifiques particulièrement riche, alimenté par un certain nombre d’initiatives individuelles.

Aux cotés de ces chercheurs, de nombreux fonctionnaires de la municipalité et de la préfecture sont investis d’une autre manière dans la fabrication du patrimoine. Parmi eux, les membres de l’« unité de gestion du site » (alan yönetim birimi) de la mairie métropolitaine de Diyarbakır sont plus directement responsables de l’invention patrimoniale liée au patrimoine mondial. Ils délimitent les frontières du site à protéger, décrivent les biens patrimoniaux à valoriser et écrivent de cette manière l’histoire à raconter. Mais ceux-ci ne travaillent pas indépendamment du système institutionnel et sont de ce fait contraints de se soumettre à des relations administratives parfois conflictuelles au sein de l’État turc. S’il faut retenir une spécificité de la construction patrimoniale dans le cadre de la procédure UNESCO, c’est qu’il s’agit d’un processus obligeant la rencontre de l’État central, de la municipalité et de l’expert international. Nous ne pouvons que suggérer alors, sur la base de résultats d’entretiens informels à la mairie, les différends ayant pu surgir entre l’unité de gestion du site (municipalité) et la direction générale du patrimoine culturel (ministère) lorsque la première rédigeait le dossier et que la seconde y apportait ses demandes de rectification. La procédure UNESCO offre ainsi à la mairie une opportunité d’initiative de mise en patrimoine tout en réaffirmant le pouvoir de contrôle du Ministère de la Culture et du Tourisme (Kültür ve Turizm Bakanlığı) validant le dossier en dernière instance.

Au-delà de la relation entre les fonctionnaires du ministère et de la mairie, ce sont les échanges entre experts locaux et internationaux qui influent le plus fortement l’élaboration du site du patrimoine mondial. Cette rencontre est à l’origine d’une innovation capitale et d’une toute nouvelle conception patrimoniale : elle institue la protection du paysage culturel de Diyarbakır. C’est au cours de la réunion ICOMOS/ICOFORT d’avril 2013 consacrée à la forteresse de Diyarbakır et aux villes historiques, qu’un expert suggère aux élaborateurs du dossier de candidature d’abandonner l’idée de classer la seule vieille ville, mais d’enrichir le site inscrit en y intégrant les jardins de l’Hevsel. Cet expert international, membre d’ICOMOS international et d’une délégation nationale auprès de l’UNESCO, a fait partager sa connaissance des critères et des nouvelles tendances du patrimoine mondial en tant que consultant. Les standards internationaux promus par l’expert ont alors fait l’objet d’une appropriation et d’une transformation au sein de la mairie. Sous l’impulsion du consultant, l’idée innovante du paysage culturel a d’abord été intégrée dans le dossier. Mais en dernier lieu, ce sont bien les experts locaux qui ont finalisé le dossier. Ceux-ci ont notamment jugé que le texte de « justification pour inscription »4, rédigé à partir de la conceptualisation du consultant étranger, ne mettait pas suffisamment en valeur les spécificités locales du site. Cette partie du dossier a donc subi de nombreuses réécritures. Ainsi, si le lien harmonieux entre la forteresse et les jardins est bien hérité d’une histoire millénaire et que celui-ci suscite depuis quelques années un intérêt scientifique, sa découverte patrimoniale et son intégration dans un projet de valorisation culturelle constitue bien une innovation de la procédure UNESCO.

Nous supposons finalement que cette mise en patrimoine du paysage culturel dépasse le cadre strict de la procédure UNESCO, et ceci encore une fois en mettant en lumière le rôle d’un entrepreneur de patrimoine. La candidature UNESCO constitue à ce jour l’initiative la plus poussée de mise en patrimoine des jardins d’Hevsel dans la mesure où il propose une protection au motif de leur valeur historique, au-delà de leur richesse agricole ou écologique. Les promoteurs du dossier ne sont néanmoins pas les protecteurs exclusifs de ces lieux. Doit-on en effet s’étonner le 1er mars 2014 de voir surgir un important mouvement de contestation lorsque l’arrachage de premiers arbres annoncent un projet urbain susceptible de menacer des zones agricoles ? Doit-on percevoir à travers les vingt jours d’occupation des jardins une mobilisation aux revendications culturelles, ou simplement écologique ? Une enquête menée dans le camp des manifestants nous incite à penser que l’enjeu patrimonial détenait une place centrale dans l’argumentaire des contestataires. Il s’agit de préserver des jardins pour leurs riches vertus agricoles mais aussi de protéger l’intégrité de la ville. Au centre de la tente du « mouvement écologique de Mésopotamie » (Mezopotami ekoloji hareketi), une militante, par ailleurs employée au sein du service d’urbanisme de la mairie de Diyarbakır, a exposé le plan de zonage du site patrimonial. Il se trouve que le premier terrain où s’est attaqué le chantier du Ministère de la Ville et de l’Environnement (Çevre ve Şehircilik Bakanlığı) est situé à l’intérieur de la zone tampon du site UNESCO. L’argument patrimonial et plus spécifiquement l’inscription à l’UNESCO peuvent ainsi être pleinement intégrés dans le discours des manifestants. Il faut par ailleurs noter que l’implication des jeunes militants du Parti de la Paix et la Démocratie (Barış ve demokrasi partısı, BDP ((Parti à la tête de la mairie métropolitaine de Diyarbakır et d’un certain nombre de municipalités à forte population kurde. Cf. notre édition : http://ovipot.hypotheses.org/10150 )) ) dans la mobilisation a pu élargir ses revendications à la protection de la nature et de l’identité kurde dans la région du Sud-Est.

L’occupation des jardins de l’Hevsel au cours du mois de mars a ainsi été l’occasion d’une prise de conscience de leur valeur patrimoniale, ne serait-ce que pour les visiteurs du camp. L’introduction de l’argument de l’inscription à l’UNESCO dans cette mobilisation, conséquence directe de l’initiative d’un employé de la mairie métropolitaine, nous convainc finalement de la nécessité de rechercher les éléments d’une patrimonialisation jusqu’à l’échelle de l’analyse individuelle. Et au-delà des entrepreneurs du patrimoine, il nous faut finalement nous intéresser aux récepteurs de leur travail. Car la construction patrimoniale des jardins de l’Hevsel et de la forteresse de Diyarbakır ne peut aboutir sans que ces biens culturels ne soient appropriés par les résidents de la ville, et que ces derniers exigent que des politiques assurent leur protection.


AMIDAAMIDA est financé par le programme régional ENVI-Med, qui s’inscrit dans la dynamique créée par l’internationalisation du métaprogramme interdisciplinaire et inter-organismes MISTRALS. Le programme est mis en œuvre par la direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats(DGM) du ministère français des Affaires étrangères (MAE) conjointement à la direction MISTRALS et au bureau du CNRS pour la Méditerranée.
  1. Le lien entre nature et culture est au cœur de l’argumentaire soutenu par le dossier de candidature afin de démontrer la « valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel » (Cf. Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi (janvier 2014) Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, nomination for inscription on the world heritage list, fichier électronique PDF) []
  2. Cf. Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p. []
  3. Les conflits d’écriture historique – distinguant « Amed, la capitale kurde de haute Mésopotamie » et « Diyarbakır, le cœur de l’Anatolie orientale » – sont clairement perceptibles dans la comparaison de ces deux ouvrages : Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p. / Diyarbakır valiliği (novembre 2013) 33 medeniyetin dokusuyla, 12 000 yıllık mistik bir Şehir Anadolu’nun kalbi Diyarbakır, publié par la préfecture de Diyarbakır, vol.1-2., 255p /136p. []
  4. Cf. troisième partie du dossier UNESCO : Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi (janvier 2014) Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, nomination for inscription on the world heritage list, fichier électronique PDF, pp.101-122 []