Tous les articles par Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

IFEA’nın 2003-2008 yılları arasındaki müdürü Pierre Chuvin’in ardından

Türkçe çeviri: Nilda Taşköprü
Pierre Chuvin’in makamında çekilmiş, 10 Nisan 2006 tarihli fotoğrafı (IFEA arşivi)

Canlı hatırasının enstitümüzde hâlen yaşadığı, IFEA’nın yakın dönemdeki eski müdürlerinden Pierre Chuvin’in 26 Aralık 2016 tarihindeki vefatı, enstitümüzü öksüz bırakmıştır. IFEA’da uzun süredir çalışan çekirdek kadro, müdürlük görevinden on seneden daha az bir süre önce ayrılan Pierre Chuvin’i tanımıştır ve kendisinin müdüriyet dönemini hatırlamaktadır1. Kendisinin bilimsel ve akademik kariyeri üzerine, konuya bizden daha hakim olanlar elbette eğilmişlerdir ve eğilmeye devam edecektir. Bu yazıda yalnızca, dönemin özenle kaleme alınmış yıllık faaliyet raporları ve IFEA arşivlerinden yola çıkarak, Pierre Chuvin’in müdürlüğünde gerçekleştirdiği icraatleri genel hatlarıyla ortaya koymaya çalışacağız.

Eski Yunan kültürü konusunda sivrilmiş bir uzman olan Pierre Chuvin, hemen her konuya ilgi duyan mizacı ayrıca Anadolu ve Türk dünyası hakkında birçok dönemi kapsayan çok yönlü bilgisi ile kısa sürede kendini kanıtlamıştır. Fransa’nın yurtdışındaki araştırma enstitülerinin ortak noktası olarak karşımıza çıkan, hem birbirinden farklı hem de birbiriyle kesişen alanlarda yürütülen araştırma faaliyetleri sırasında, Pierre Chuvin’in derin bilgisi ve klasik dönem alanındaki yetkinliğinden faydalanılmıştır.

Güncel çalışmalara ilgi duyan Pierre Chuvin, Mart 2005’te hayata geçen Türk Siyaseti Gözlem Merkezi’nin kurulmasına (OVIPOT) büyük destek vermiştir. Açılışından on sene sonra, bugün hâlen faaliyette olan bu gözlem merkezi, bloğu sayesinde IFEA etkinliklerine katkıda bulunmaktadır. Ayrıca Pierre Chuvin, kaybolmayan Orta Asya sevgisini, Anadolu ile ilgili yürüttüğü çalışmalarla harmanlayacağını düşündüğü Kafkasya Gözlem Merkezi projesi için de çok çalışmıştır. Bu gözlem merkezinin Kasım 2003’te açılması için yürütülen çalışmaları yönetmiş ve Aralık 2003’te Türkiye dışına gönderildiği ilk görev yeri burası olmuştur. Hatta Pierre Chuvin, en son görevi için Eylül 2007’de yine burayı ziyaret etmiştir. Ayrıca müdür makamına oturmadan önce, IFEA’da 2003 yazı sırasında geçirdiği süre boyunca, European Journal of Turkish Studies isimli yayını yakından tanımak için, sarf ettiği çaba hâlen hatırlardadır.

Arkeoloji alanında, Pierre Chuvin’in müdüriyeti, İzmir’deki Agora kazısı için önem taşımıştır. Zira Pierre Chuvin, müdüriyetinden önce Ekim 2002’de başlayan kazılara, Fransız petrol şirketi Total’in tam desteğini kazanmak üzere, meslektaşımız Onur Özbek’in de aracılığıyla Çanakkale’de hem Mayıs 2005’te bir seminerin, hem de Ekim 2006’da ise doktora öğrencileri toplantısının düzenlenmesini sağlamıştır. Uzun mesafeler kat etmek üzere, araba kullanmaktan çekinmeyen Anadolu tutkunu Pierre Chuvin, Türkiye’yi çokça gezmiştir. Birçok kereler gittiği İzmir, Çanakkale, Sivas/Divriği, Ankara, Karadeniz Ereğlisi (11-14 Kasım 2006), Trabzon ve Rize, Pierre Chuvin’in severek ziyaret ettiği yerler arasındadır.

Öğreten ve aktaran tarafıyla Pierre Chuvin, elde edilen araştırma sonuçlarının yayımını daima önemsemiştir. L’Histoire isimli Fransız tarih dergisi için yürüttüğü çalışmaları müdüriyeti sırasında aksatmayışı ayrıca tarihin öğretilme biçimlerine ve yere/zamana göre bunların uğradığı değişime2 duyduğu ilginin yanı sıra, Pierre Chuvin’in İstanbul’da düzenlediği iki etkinlik hafızalarda kalmıştır. Bunların ilki  Türk Turist Rehberleri Birliği ile 2005-2006 yılında düzenlenen “Bizans medeniyete çapraz bakış” isimli konferans dizisi ve bunun bir uzantısı olan “Orta Çağ’da Anadolu” başlıklı konferans dizisidir. Diğeri ise Fransa’nın son derece prestijli yüksek öğrenim kurumu Collège de France için Pierre Chuvin’in, Nisan 2005’te İstanbul’daki görkemli Fransız Sarayı’nda verdiği “Collège de France Türkiye’de” başlıklı derslerdir.

Son olarak, Pierre Chuvin’in müdüriyeti boyunca, yönettiği kurumun tarihi ve birbirinden oldukça farklı üç eski IFEA müdürü ile özellikle ilgilendiğini söyleyebiliriz. Bunlardan ilki,  Yapı Kredi Kültür’ün katkılarıyla Pierre Pinon küratörlüğünde Eylül-Kasım 2006’da düzenlenen sergi ile anılan IFEA’nın kurucusu ve 1930-1956 yılları arasındaki müdürü Albert Gabriel; ikincisi, Pierre Chuvin gibi Fransa’nın Limousin bölgesi kökenli eski Yunan kültürü uzmanı ve IFEA’nın 1956-1964 yılları arasındaki müdürü Louis Robert3; sonuncusu ise Temmuz 2005’teki ani ölümünün kendisini derinden sarstığı, enstitünün 1994-1999 yılları arasındaki müdürü Stefanos Yerasimos’tur.

Pierre Chuvin IFEA’nın terasında, 22 Mart 2006 (IFEA arşivi)

Tüm IFEA çalışanları adına, Pierre Chuvin’in ardından, bir kez daha “toprağı bol olsun” diyoruz.

  1. IFEA, 2004 senesi sonunda tamamlanan, Albert Gabriel isimli, zemin katındaki “yeni konferans salonunu” Pierre Chuvin’e borçludur. []
  2. Pierre Chuvin, Notre Dame-de-Sion Lisesindeki “Tarihi birlikte yazmak: Tarih eğitimi ve Avrupa’daki tarih kitapları” isimli çalıştayın 8 Mayıs 2007 günkü açılışında coşkulu bir giriş konuşması yapmıştır. []
  3. Louis Robert Haute-Vienne, Pierre Chuvin ise Creuse isimli Fransız idari birimindendir. []

Disparition de Pierre Chuvin, directeur de l’IFEA (2003-2008)

chu1
Pierre Chuvin à son bureau de directeur, le 10 04 2006 (Archives IFEA)

Le décès de Pierre Chuvin le 26 décembre 2016 a laissé l’IFEA orphelin d’un de ses récents anciens directeurs dont le souvenir est encore très présent et vivant. Il avait en effet quitté cette fonction de directeur en août 2008, il y a moins de dix ans : dans son intégralité, le personnel permanent ou « long séjour » actuel l’a donc bien connu et se souvient de lui1. Notre objectif ici, notamment en relisant ses rapports d’activité soignés et en consultant les archives IFEA de son époque, est simplement d’évoquer à grands traits son œuvre à la tête de notre institut, sans avoir la prétention d’évoquer sa carrière scientifique et universitaire ; ce que d’autres, plus compétents et mieux informés, ont fait ou ne manqueront pas de faire.

chu2Helléniste chevronné, Pierre Chuvin s’est d’emblée imposé comme curieux de tout et comme un généraliste de l’Anatolie et du monde turc, toutes périodes confondues. Son érudition et sa solide culture classique ont été mises au service des approches très diversifiées et transversales, caractéristiques de l’activité des instituts de recherche à l’étranger.

Son attention au contemporain s’est traduite par un soutien sans faille à la création de l’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT), en mars 2005. Toujours en activité dix ans après, cet Observatoire contribue, grâce à son blog, au rayonnement de l’IFEA. P. Chuvin fut également très impliqué dans le projet d’Observatoire du Caucase à Bakou, structure qui semblait faire le lien entre sa sensibilité centre-asiatique persistante et ses horizons anatoliens réactualisés. Il présidera au lancement de cette antenne en novembre 2003 et y consacra ainsi une de ses premières missions hors de Turquie (en décembre 2003)ainsi qu’une de ses dernières, en septembre 2007. On se souvient aussi, qu’il s’était penché avec curiosité sur les fonts baptismaux de l’European Journal of Turkish Studies durant l’été 2003, lors de son passage en Turquie en tant que futur directeur.

Dans le domaine de l’archéologie, les années Chuvin ont été marquées par les grandes heures des fouilles de l’Agora d’Izmir – lancées en octobre 2002, soit avant sa venue à  la tête de l’IFEA – pour lesquels il s’était personnellement engagé (en vue d’assurer le soutien de Total) et par un séminaire (en mai 2005) et une école doctorale (octobre 2006), tous deux organisés à Çanakkale en collaboration avec notre collègue Onur Özbek. Passionné par l’ensemble de l’Anatolie, Pierre Chuvin a aussi beaucoup sillonné le pays, n’hésitant pas à utiliser la voiture pour parcourir de longues distances : Izmir, de nombreuses fois, Çanakkale, Sivas/Divriği, Ankara, Antalya, Héraclée du Pont (11-14 novembre 2006), Trabzon et Rize ont compté parmi ses destinations affectionnées.

Pédagogue, médiateur, Pierre Chuvin a aussi manifesté le souci permanent de la diffusion des acquis de la recherche. Outre son engagement dans la revue L’Histoire qui n’a pas fléchi durant son mandat, et son intérêt pour les façons d’enseigner l’histoire et leurs variations dans le temps et l’espace2, on rappellera deux de ses initiatives stambouliotes : le cycle de conférences « Regards croisés sur la civilisation byzantine » organisé avec l’Association des Guides Touristiques Turcs en 2005-2006, prolongé par les « Conférences sur l’Anatolie médiévale » en 2006-2007 ; et, d’autre part, « Les cours du Collège de France en Turquie », cours délocalisés organisés au mois d’avril 2005 dans le cadre prestigieux du Palais de France.

chu3 chu4Enfin, Pierre Chuvin se distingua tout au long de son mandat par un intérêt particulier pour l’histoire de l’institution qu’il dirigeait et, tout particulièrement, pour trois figures de directeur, assez différentes  les unes des autres : le fondateur, Albert Gabriel (1930-1956), auquel une belle exposition commissionnée par Pierre Pinon fut consacrée en septembre-novembre 2006 – en collaboration avec Yapı Kredi Kültür -, Louis Robert (1956-1964), le maître en hellénisme, limousin d’origine comme lui3, et enfin Stéphane Yerasimos (1994-1999), dont la disparition soudaine en juillet 2005 l’avait profondément affecté.

chu5 chu6Encore une fois, au nom de l’IFEA, toprağı bol olsun.

Cite this article as: Jean-François Pérouse, "Disparition de Pierre Chuvin, directeur de l’IFEA (2003-2008)," in Dipnot, 12/01/2017, http://dipnot.hypotheses.org/1982.
  1. L’IFEA lui doit la “nouvelle salle de réunion” – dite Albert Gabriel -, aménagée en sous-sol et achevée fin 2004 []
  2. Le 18 mai 2007, il a ouvert avec un enthousiasme communicatif les journées « Écrire ensemble l’histoire : Enseignement de l’histoire et manuels scolaires en Europe » au Lycée Notre-Dame-de-Sion []
  3. Louis R., de la Haute-Vienne, et Pierre C., de la Creuse []

Les études sur la laïcité à l’IFEA : bref aperçu

1981_TurcicaSi l’on considère à la fois la programmation scientifique, les thèmes des chercheurs présents à l’IFEA (chercheurs de passage ou non) et les ressources de la bibliothèque et des centres de documentation de l’IFEA, il est possible de retracer sommairement  la « carrière » du thème de la laïcité au sein de cette institution. Pour faire court, trois temps et trois modes d’approche, parfois déployés de concert, ressortent.

  1. Début des années 1980

Le premier temps, qui voit une affirmation de la laïcité comme sujet de recherche correspond au début des années 1980 et aux premières publications de l’Association pour le développement des Etudes turques à travers la collection “Turcica” (P. Dumont et J.-L. Bacqué-Grammont 1981). Les deux perspectives privilégiées sont l’histoire (des débuts de la République) et le droit. Le directeur de l’IFEA d’alors (J.-L. B.-Grammont et un futur directeur (P. Dumont) sont les maîtres-d’œuvre de cet éveil, dans le contexte du centenaire de la mort de Mustafa Kemal Atatürk en 1981.

  1. Début des années 1990

La deuxième vague implique davantage les politologues, à l’instar de Gérard Groc1 – ancien pensionnaire de l’IFEA –  et se déploie en relation avec l’Université de Marmara (le département d’administration publique), la jeune Université de Galatasaray, la revue CEMOTI, l’INALCO (Bozdemir 1996) et Science-Po Grenoble (Marcou & Burdy 1995). Le colloque « Islam et laïcité » (Colloque international à l’Université de Galatasaray, Istanbul, 22/24 septembre 1994) fut à cet égard très révélateur, voire fondateur de ce moment2.

Stéphane Yerasimos, directeur de 1994 à 1999, participe aussi activement en tant qu’historien à cette seconde vague (1994). Dans les années 1990 comme au début des années 1980, les recherches se construisent toujours en référence au paradigme du « modèle français ». Côté langue turque, ces années sont aussi celles de la sortie des travaux de Sezen Yümmi (1993), Nuray Mert (1994), Ahmet Taner Kışlalı (1997) et d’İ. Kaboğlu (2001).

  1. Sociologisation de la question et sortie du paradigme du « modèle français »

Depuis, avec notamment les travaux d’Elise Massicard3 (2005), pensionnaire scientifique de 2010 à 2014, une troisième perspective semble prendre le dessus, qui ne se soucie plus de comparaison franco-turque. C’est celle de la sociologie politique, à travers notamment l’analyse des segments de la société turque qui ne se reconnaissent pas dans une définition de la laïcité à partir d’un point de référence implicite turco-sunnite. En Turquie, les travaux de Cengiz (2010), Haldun (2010) et Hakan (2011) relèvent de cette veine renouvelée. A noter en outre que peu d’études  sur la laïcité autoritaire – dans la lignée des travaux de P.-J. Luizard (2007) et de A. Lamchichi (2000) – ont été conduites par des chercheurs français en Turquie, alors que les publications en langue turque sur la question ont fleuri depuis quelques années.

Sélection d’ouvrages de la bibliothèque de l’IFEA (avec cotes correspondantes)

  • Dumont P. et Bacqué-Grammont J.-L. (1981), « La Turquie et la France à l’époque d’Atatürk », Collection Turcica, I.
  • Altındal A. (1986), Laiklik (Tur Se 222).
  • Kocatürk U. (éd.) (1987), Türkiye Cumhuriyeti’nin temel ilkelerinden lâiklik (Tur Hm 0319).
  • Yümni S. (1993), Türk toplumunun laiklik anlayışı (Tur Se 146).
  • Yerasimos S. (éd.) (1994), Les Turcs : Orient et Occident, islam et laïcité, Paris, Autrement. (Tur Hm 0385).
  • Mert N. (1994), Laiklik Tartışmasına Kavramsal Bir Bakış. Cumhuriyet Kurulurken Laik Düşünce (Tur Cont 049).
  • Marcou J.-M. et Burdy J.-P. (dir.), 1995, « Laïcités en France et en Turquie », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, N° 19, 1995. https://cemoti.revues.org/840
  • Bozdemir M.  (éd.) (1996), Islam et laicité : Approches globales et regionales,  (ISL G 075).
  • Türkmen B. (1996), La redéfinition de la laïcité par les lycéens en Turquie (TEZ 311)
  • Groc Gérard (1996), « Le deuxième âge de la laïcité turque », in M. Bozdemir (éd) : Islam et Laïcité, approches globales et régionales (Colloque de l’ERISM : Islam et laïcité), L’Harmattan, Paris, pp. 215-232  (Tur Cont 031 VIII).
  • Kaboğlu Ö. İbrahim (2001), Laiklik ve demokrasi (H Gén 242).
  • Kışlalı Ahmet Taner (1997), Kemalizm laiklik ve demokrasi   (Tur Cont 092)
  • Yavuz Hakan M. (2011), Erbakan’dan Erdoğan’a Laiklik Demokrasi, Kürt Sorunu ve İslam (Tur Cont 484).

Cite this article as: Jean-François Pérouse, "Les études sur la laïcité à l’IFEA : bref aperçu," in Dipnot, 12/05/2016, http://dipnot.hypotheses.org/1924.

  1. Pour sa bibliographie complète, voir : http://iremam.cnrs.fr/?article34 []
  2. Voir la chronique à chaud d’Ural Manço dans les CEMOTI : https://cemoti.revues.org/1711 []
  3. Voir Massicard (2005),« L’organisation des rapports entre État et religion en Turquie » (rapport CERAPS) : https://www.unicaen.fr/puc/images/crdf0410massicard.pdf []

Le mot de la rentrée

Même si les nouveaux doctorants « AMI » ne sont pas encore installés et même si les archéologues sont juste rentrés de leur terrain estival, permettez-moi de vous souhaiter à tous une bonne rentrée, malgré la situation plus que tendue en Turquie et les pluies diluviennes de fin août au nord-est du pays. À l’IFEA, Boursiers de Courte Durée, doctorants, stagiaires et hôtes de passage – comme Driss Mekouar, responsable de la bibliothèque d’études turques, arabes et islamiques du Collège de France – ont contribué à tisser de nouveaux liens.

Fouille des niveaux Chalcolithiques (6000 BC cal.), Tepecik-Çiftlik, 2015
Fouille des niveaux Chalcolithiques (6000 BC cal.), Tepecik-Çiftlik, 2015

Cet été déjà presqu’achevé a été d’abord archéologique, comme à l’accoutumée. Signalons des développements prometteurs pour l’avenir de la fouille de Porsuk – manière d’être fidèle à Emmanuel Laroche, « père » de Porsuk – et la poursuite des activités bouillonnantes à Labraunda. Parallèlement, de nombreuses missions CNRS et/ou MAEDI d’archéologues français ont eu lieu dans diverses fouilles de Turquie, dirigées par des Turcs ou d’autres « étrangers ».
Plusieurs publications en archéologie sont imminentes, un Varia Anatolica fruit d’une collaboration avec le musée du Louvre et les musées archéologiques d’Istanbul, des Rencontres Archéologiques de l’IFEA et, évidemment, la livraison annuelle d’Anatolia Antiqua.

Paysans de Cappadoce, Jane Laroche
Paysans de Cappadoce, Jane Laroche

L’été a aussi été photographique. Le travail de structuration de notre photothèque, à la fois sur le front de la collaboration avec Salt Research pour la numérisation et la mise en ligne, sur le front de la collecte (j’en profite pour renouveler l’appel aux donateurs !) et sur celui de la mise en place de notre propre interface. L’exposition « X Ailesi«  dont l’ouverture est annoncée pour bientôt à Büyükada comme l’exposition « Nerden geldik buraya » à Salt-İstiklâl et celle d’Emre Arolat à Londres en juin 2015, donnent une visibilité non négligeable à ce fonds et semblent prouver l’utilité sociale d’une telle entreprise. À soutenir et poursuivre !

Signalons que l’Agence de Développement d’Istanbul (İSTKA) a accepté de financer un projet qui permettra de renforcer le réseau des bibliothèques des instituts de recherche de notre environnement proche (« Beyoğlu Araştırma Merkezleri Platformu Ve Kütüphane Toplu Kataloğu »).

L’axe « Migrations et Mobilités » (AMIMO) qui a animé un atelier au Congrès du GIS « Moyen-Orient et Mondes Musulmans » à Paris en juillet 2015, est associé à un programme de recherche ANR principalement porté par des collègues de l’IFPO. Ce programme qui vient d’être sélectionné et va commencer fin 2015, est intitulé LAJEH. Il portera sur les migrations forcées au Moyen-Orient (« Temps des conflits / temps des migrations : Réflexions sur les catégories et la généalogie des migrations au Moyen-Orient »). Ce nouveau projet ANR va permettre de renforcer encore l’axe AMIMO sur une thématique par trop sensible qui fera l’objet d’une communication au colloque « Izmir from past to present » du 4 au 7 novembre 2015 organisé par l’Université d’Égée et le LabeEx TransferS (ENS).

Entretien des parcs et jardins à Istanbul, J.F. Pérouse
Entretien des parcs et jardins à Istanbul, J.F. Pérouse

La rentrée est placée sous le signe du patrimoine (Journées Européennes du Patrimoine le 19 septembre), de la COP21 (séminaire « Environnement » pour 2015-2016 et journée d’études sur « Le changement climatique en Turquie : perspective historique », du 1er décembre 2015) et des problématiques migratoires (outre la nouvelle ANR, mentionnons les journées des 3-4 décembre dans la suite de l’atelier du GIS). La participation au débat d’idées en collaboration avec l’IFI se poursuit sur la thématique « Voix des diasporas anatoliennes de France » (dès le 7 octobre 2015).

En outre, les chantiers d’expositions continuent à nous occuper :

  • exposition pour les dix ans de la disparition de Stéphane Yerasimos,
  • exposition sur la carte de Suphi Bey de Bursa (1862) avec le lycée Saint Benoit
  • exposition « Dardanelles » au lycée Saint-Joseph…

À l’automne 2015 l’IFEA comptera deux nouveaux « AMI » (Julien Boucly et Helin Karaman), outre les anciens reconduits (Ayşe Akyürek et Lydia Zeghmar), un nouveau collègue, historien, détaché de l’Université Lyon-III, en la personne de Philippe Bourmaud (qui partagera son temps entre l’IFEA et l’IFPO/Beyrouth), deux nouveaux contrats doctoraux (dont un, CNRS, explicitement rattaché à l’IFEA), et un collègue en sabbatique. Faruk Bilici a quant à lui achevé ses deux années de délégation à Alexandrie, mais son projet « Alexandrie ottomane » qui l’a amené à séjourner fréquemment en Turquie, n’est pas terminé… De l’INALCO il continuera son entreprise, pilier de la collaboration entre le Centre français d’études alexandrines et l’IFEA, comme le chantier de la publication de ses recherches de mezarologie du début des années 1990. Nous sommes par ailleurs heureux de signaler que deux bourses postdoctorales seront proposées dans quelques semaines grâce à une collaboration avec la FMSH. Le fait que l’IFEA fasse partie des UMIFRE bénéficiaires de ce dispositif en redéfinition est encourageant.

L’été s’est mal terminé. Notre encore si jeune ami et collègue Vangelis Kechriotis est décédé le 27 août 2015 des suites d’une maladie fulgurante. Nous n’oublierons jamais sa gentillesse, son dévouement, son dynamisme à la Tarih Vakfı et son rôle de passeur engagé entre Turquie et Grèce. Il a généreusement partagé avec ses collègues et ses étudiants, alimentant même jusqu’au dernier moment sa page academia.edu. Vangelis avait été boursier de courte durée de l’IFEA du 15 septembre au 15 novembre 2000 alors qu’il était encore doctorant.

dagron
Couverture d’une plaquette extraite des archives de l’IFEA, carton n° 237, année 1995
dagron2
Demande d’hébergement au Palais pour G. Dagron les 10 et 11 juin 1997 ; source : Archives de l’IFEA, carton n° 267, année 1997

Le décès de Gilbert Dagron1 le 4 août – l’auteur de Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451 (Bibliothèque byzantine), Paris, PUF, 1974, 578 p. – a aussi endeuillé cet été. Gilbert Dagron avait été l’hôte de l’IFEA au Palais de France les 10 et 11 juin 1996, « au retour d’un voyage en Crimée » (cf. document 2). Le directeur de l’IFEA, dans la demande d’hébergement au Palais qu’il envoie par fax le 10 septembre 1996 précise « L’âge et la position du Prof. Dagron, le plus éminent des byzantinologues français, justifient un hébergement au Palais » (Année 1997, carton numéro 267).

Qu’il leur soit à tous les deux ici rendu hommage.

Cite this article as: Jean-François Pérouse, "Le mot de la rentrée," in Dipnot, 11/09/2015, http://dipnot.hypotheses.org/1739.

  1. Pour sa biographie et sa bibliographie, voir : http://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article463 ou http://www.cfeb.org/curiculum/mb_dagron.pdf []

Compte-rendu de lecture : Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’histoire

piegedaech

Pierre Jean-Luizard (2015), Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’histoire, Paris, La Découverte.

À l’heure précise où l’Etat Islamique (EI) semble recommencer à s’acharner contre Kobanê (voir carte ci-dessous), on ne peut que très chaleureusement recommander le petit livre (187 p.) de P.-J. Luizard. Il s’agit d’un livre « grand public », écrit par le grand spécialiste français de l’histoire contemporaine de l’Irak (auteur, entre autres, de La Formation de l’Irak contemporain, CNRS Editions, 1991). Sans aucune note, sans jargon ni informations excessives, ce texte donne à comprendre le phénomène EI dans une large perspective historique (d’où le sous-titre) et géographique. L’ouvrage, fondé sur une connaissance, le plus souvent de première main, extrêmement fine, mais subsumée pour ne pas être écrasante, démontre en quoi l’EI est un piège dans lequel les pays voisins comme les puissances occidentales sont tombés. Un piège qui, à la fois, fait rejouer une histoire coloniale et néocoloniale longue et remet radicalement en cause les acquis de cette histoire (à savoir les découpages frontaliers issus de la Première Guerre mondiale).

Le livre convoque donc au moins un siècle d’histoire du Proche et Moyen-Orient – Luizard achève son livre le 28 décembre 2014 ; il ne prend donc pas en compte les changements récents dans les rapports de force sur le terrain syrien – pour donner à comprendre les ressorts profonds et structurels de la rhétorique EI et de la méthode EI de conquête des territoires et populations. Pour résumer, c’est l’absence de légitimité des États de la région – construits « contre leur société » – et l’absence de projets politiques crédibles des puissances étrangères « tutélaires » qui permet d’expliquer l’expansion foudroyante de l’EI. Ces dernières, en confessionnalisant et en ethnicisant à outrance les systèmes politiques dans la négation des dynamiques sociétales locales, ont largement contribué – notamment après le « retrait américain » d’Irak en 2005 –   à construire des antagonismes qui à présent mettent en péril les États considérés. Libre, sans souci aucun du politiquement correct – notamment quand la momentanée ambiguïté kurde irakienne vis-à-vis de l’EI est évoquée -, cette synthèse est stimulante en tant qu’elle aide à sortir des ornières convenues.

Frontière turco-syrienne et lieu de l’explosion mortelle du 25 06 2015 (source Twitter) (en jaune les positions du YPG)
Frontière turco-syrienne et lieu de l’explosion mortelle du 25 06 2015 (source Twitter) (en jaune les positions du YPG)

Si la Turquie n’est pas au centre des préoccupations de P.-J. Luizard – il lui consacre directement une dizaine de pages, pp. 136-146 -, elle est évoquée en tant que pays voisin dont le champ politique interne est « contaminé » par le « processus de communautarisation et de confessionnalisation du conflit syrien » (p. 141). Le durcissement aveuglant et dangereux de l’axe sunnite de la politique étrangère turque est ainsi bien évoqué.

Merci donc à Luizard pour ce modèle de vulgarisation qui n’est rendu possible que grâce à un long travail de terrain, une patiente et incomparable familiarité avec les sources « locales » – ce n’est pas par le truchement de rapports en anglais que l’on peut entrer dans la complexité de ce qui se joue en Syrie et en Irak – et une critique des lieux communs-écrans reproduits par les médias dominants

Akdeniz’in günümüz Türkiyesinde, insan ve toplum bilimlerindeki yeri

1694_Romeyn_De_Hooghe_mer_mediterranée300

Mart 2015

Version française

« Türkiye tarafından bakınca Akdeniz algısı » konusu bizi hâlâ düşündürten bir mevzu olma özelliğini koruyor. 2013’te d’Alembert fonu sayesinde, İzmir Fransız Kültür Merkezi ve Mersin Üniversitesi ile ortaklaşa düzenlediğimiz konferans dizisinin ardından, enstitümüz, kamu yararına çalışan bir oluşum olan Fransız Sürdürülebilir Akdeniz Kentleri ve Bölgeleri Ajansı’nın 28 Ocak toplantısına, MEDİTER seminerine ve 2013’ten bu yana da MEDILEV seminerine katılmıştır. Çiçekoğlu’nun ve Eldem’in 2000 yılında dile getirdikleri net bir gözlemden yola çıkarak başlayalım: Akdeniz, Türkiye’de insan ve toplum bilimleri nezdinde, bir araştırma konusu, araştırmaları şekillendirebilecek bir çerçeve, bir kaynak noktası teşkil etmediği gibi; ortak bir anlam, özdeşleşilen bir payda veya bir geçmişe özlem unsuru da ifade etmez. Türkiye’de Akdeniz, coğrafi bir ideoloji ve araştırmaların alışıldık bir arka planı olarak karşımıza çıkmaz. Türk araştırmacılığı; Osmanlı İmparatorluğu, Müslüman dünya, Türk dünyası gibi, başka coğrafi ideolojiler ile ulusaşırı ölçekteki geçmişe özlem üzerinde durmaktadır. Akdeniz’in bu görünmezliği, gazeteci olsun, siyasetçi, hatta araştırmacı olsun, dışarıdan Türkiye’ye önsel bir Akdenizli kimliği biçme eğiliminde olanları şaşırtabilir. Türk okul kitaplarının ifadesini tekrar edecek olursak, Rodos’tan Suriye sınırına kadar uzanan, Türkiye’nin 1577 kilometrelik hatırısayılır bir Akdeniz sahiline sahip olmasına rağmen ülke, yurttaşlarının ve yöneticilerinin çoğunluğu tarafından bir Akdeniz ülkesi olarak algılanmamaktadır. Yani, dışarıdan, Akdeniz havzasının kuzeybatısındaki ülkelerce beslenen, Akdeniz’in etrafındaki tüm ülkelerin katılmasının beklendiği, sözde « ortak Akdenizlilik paydası », aslında Akdeniz çevresindeki tüm sakinlerin paylaştığı bir siyasal ve bilimsel öncelik teşkil etmemektedir. Örneğin Türkiye için böylesi bir öncelik söz konusu değildir. İmgelemdeki Akdenizlilik fikri, herkes tarafından paylaşılan bir temsilden çok, Avrupa Birliği’nin siyasi amaçları doğrultusunda ortaya çıkmış bir değerler bütünüdür ve Türkiye’de de, birtakım eşitsizlikleri örtmeye ya da bunların devamlılığını sağlamaya yönelik olarak bir araç olarak algılanmaktadır. Akdenizlilik fikri, Roma İmparatorluğu’nun yayılımcılığıyla şekillenmiş, günümüzde de Avrupa’nın sömürgecilik sonrası siyasetiyle yeniden harmanlandığı bir coğrafi ideoloji gibi görünüp içinde bulunulan yere, zamana ve hâle göre, fırsatçı bir şekilde, bir kaynak olarak karşımıza çıkacakmış gibi durmaktadır. Bu nedenle, CNRS’in 1998’de yayımladığı çalışmanın ismini bire bir koruyarak ifade edecek olursak, Akdeniz’in bilimsel icadı denen şeyin Türkiye dahilinde bir gerçeklik ifade etmediğini söyleyebiliriz. Türkiye’de yayımlanan toplum bilimi araştırmalarında Akdeniz kelimesinin İngilizce ya da Türkçe olarak karşımıza çıktığı yerlerin incelenmesi, Akdeniz’e yapılan göndermenin ne denli sınırlı kaldığını anlamamıza yardımcı olmaktadır. İngilizce’den ve Fransızca’dan çevrilmiş eserleri saymazsak, Akdeniz kelimesine özellikle arkeoloji ve jeoloji kitaplarında rastlanmaktadır (Efe, 2008). Bunun yanı sıra, Akdeniz kelimesinin (1942 yılında ülkenin yedi bölgeye ayrılmasından ötürü de) idari düzeni, turizm kaynaklı ekonomiyi, daha nadir olmakla birlikte Rodos, Kıbrıs ve Girit gibi adaları da ifade etmekte kullanıldığını söyleyebiliriz. Yine de zamansal olarak bakıldığında son yirmi yılda, Akdeniz kelimesinin kullanımının bir nebze ilerleme kaydettiği görülebilir, ki Suna ve İnan Kıraç Vakfı’nın 1996’da açtığı Akdeniz Medeniyetleri Araştırma Enstitüsü’nün de bu ilerlemede kısmi bir katkısı vardır. 2000li senelerin başından beri, İzmir’den Antakya’ya Akdeniz kıyısındaki üniversite şehirlerinde, ulusal söylemlerden uzak, daha çok Akdeniz’i temel alan tarihi anlatıların ve hâlihazırda üzerinde çalışılan yerel ve uluslararası gerçeklik ve kaynakların yazılmasını sağlayan yerel girişimlere de tanıklık edilmektedir. Hâl böyleyken, son yıllarda Akdenizliliğe yapılan göndermelerde, ulusal bilim ve kültür politikalarından ziyade yerel ölçekte ve sivil toplum nezdinde bir artış gözlenmektedir. IFEA kitaplığı da söz konusu kırılgan Akdenizliliğe Türkçe dilindeki eserlerinin azlığıyla işaret etmektedir.

Kaynakça:

  • -ALBERA D., BLOK A. et BROMBERGER C. (2001), L’anthropologie de la Méditerranée, Cahors : Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
  • -ALBERA D. et TOZY M. (2005), La Méditerranée des anthropologues, Coll. L’atelier méditerranéen, éd. Maisonneuve & Larose, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Paris, 2005, 385 pages.
  • -ANTOINE S. (1993), « 18 pays riverains dans un même bateau? Le souci de l’environnement et du développement durable, « La Méditerranée Assassinée », Peuples Méditerranéens n°62-63, pp. 255-277.
  • -BAZIN M. (1996), « La protection de l’environnement, enjeu régional pour la Méditerranée orientale? », In : THOBIE J., PEREZ, R. et alii (coord.) (1996), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp.27-32.
  • -BENSIDOUN I. & CHEVALIER A. (1996), Europe-Méditerranée : le pari de l’ouverture. Paris, Economica, « CEPII », 176 p.
  • -BRUMMETT P. (1994), Ottoman Seapower and Levantine Diplomacy in the Age of Discovery, New York, State of New York University Press, SUNY (Series in the Social and Economic history of the Middle East), 285 p.
  • -COUTAU-BERAGIE, H. (1987), « Mare Nostrum : esquisse d’une géostratégie de la Méditerranée », Hérodote, n°45, pp. 31-60.
  • -ÇİÇEKOĞLU  F. &  E. ELDEM,  La Méditerranée turque, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000.
  • -EFE Recep et alii (ed.) (2008), Natural Environment and Culture in the Mediterranean Region, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.
  • -FARRERE C. (1926), Mes voyages en Méditerranée, Paris, Flammarion.
  • -GENTELLE P. (1995), « A propos de la Méditerranée : de la géo- à la néographie », L’Espace Géographique, n°3, pp. 203-208.
  • -« Jeter les bases d’un dialogue euro-méditerranéen », Arabies, juillet-août 1995, pp. 30-31.
  • -KALEAĞASI B. (1994), « Les relations entre la Turquie et l’Union européenne », Ayna, Istanbul, n°3-4, pp. 19-22.
  • -KANCAL S. (1997), « La Turquie méditerranéenne : affirmation régionale et ouverture internationale », communication au colloque d’Antalya, septembre 1997.
  • -KARAOSMANOĞLU A. (1985), « La région sud-est de l’OTAN », Revue Internationale de  Défense, 10/1985, 1569-1576.
  • -KEFELİ E. (2006), Edebiyat Coğrafyasında Akdeniz, İstanbul : 3F Yayınevi.
  • -KITSIKIS  D. (1996), L’Empire turco-grec, Istanbul, İletişim (en turc).
  • -OULD AOUDIA J. (1996), « Enjeux économiques de la politique euro-méditerranéenne », Monde Arabe Maghreb-Machrek, n°153, pp. 24-44.
  • -PARLAR DAL E. (2010), « Le paradoxe méditerranéen de la Turquie », L’Europe en formation, 2010/2, Centre international de formation européenne, p. 87-99. URL : https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=EUFOR_356_0087
  • -Perouse J.-F. (1997), «La « mer Blanche »  des Turcs ou en quoi la Turquie est-elle aussi méditerranéenne?», Hérodote, 90, 1997, p. 163-177. (URL : https://www.ifea-istanbul.net/website_2/images/stories/Perouse_1998_mer_blanche_Herodote.pdf )
  • -Perouse J.-F. (2002), “Istanbul est-elle une métropole méditerranéenne ? Critique d’un lieu commun tenace », dans Cahiers de la Méditerranée, Actes du Colloque Les enjeux de la nouvelle métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen, Grasse 22-24 novembre 2000, R. Escallier (dir.), Nice, 2002, n.64. (URL  : http://cdlm.revues.org/index76.html )
  • -Perouse J.-F. (2001), «La Turquie et la Méditerranée : une appartenance en voie de (re)construction   », In : Vincent Moriniaux (dir.), La Méditerranée en questions, Paris : Editions du Temps, pp. 343-376.
  • -PICARD E. (sous la dir.) (1993), Nouvelle dynamique au Moyen-Orient. Les relations entre l’Orient Arabe et la Turquie, Paris, L’Harmattan, 214 p.
  • -SANGUINETTI A. (1982), « L’intérêt stratégique de la Méditerranée », Peuples Méditerranéens, n°19, avril-juin 1982, pp. 33-38.
  • -THOBIE J., PEREZ R., KANCAL S. (coord.) (1996) Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), 490 p.
  • -VERGIN N. (1996), « Présence et identité de la Turquie en Méditerranée orientale », In : THOBIE, J., PEREZ, R. & KANCAL, S. (coord.), 1996 : Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp. 19-26.
  • -YERASIMOS S. (1984) « Le conflit de la mer Égée », Hérodote, n°32 (« Géopolitiques de la mer »), pp. 123-143.
  • -YERASIMOS S (1988), « Le Sandjak d’Alexandrette : formation et intégration d’un territoire », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée Aix-en-Provence, n°48-49, pp. 198-212.

La Méditerranée dans les sciences sociales et humaines turques : une discrète nouvelle venue ?

1694_Romeyn_De_Hooghe_mer_mediterranée300Mars 2015

Türkçe çeviri

La question de la Méditerranée “vue de Turquie” continue à nous préoccuper. Après le cycle de conférences organisé en commun avec l’Institut Français d’Izmir et l’Université de Mersin en 2013 (financement D’Alembert), l’IFEA participe en 2015 à la fois au GIP “Agence Française des Villes et Territoires Méditerranéens Durables” (conférence du 28 janvier 2015), au séminaire MEDITER (Universités Paris I et Paris VIII, Casa de Velazquez, EfR, EfA…) et au séminaire MEDI-LEV (Efa, Inalco, LAU et IFEA) actif depuis 2013.

Partons d’un constat simple, qui reprend celui de Çiçekoğlu et d’Eldem en 2000 : la Méditerranée n’est pas une évidence pour les sciences sociales et humaines turques, ni comme objet de recherche, ni comme cadre d’organisation de la recherche ni comme référent ; et moins encore comme horizon de sens, d’identification ou de nostalgie. Ce n’est pas une géo-idéologie qui serait un « arrière-plan » habituel de la recherche. D’autres géo-idéologies et d’autres nostalgies transnationales (Empire ottoman, monde musulman ou monde turc…) travaillent la recherche turque. Cette absence de Méditerranée peut surprendre ceux qui, de l’extérieur – qu’ils soient journalistes, politiciens ou même chercheurs -, seraient enclins à procéder à une assignation identitaire en apposant a priori une identité méditerranéenne à la Turquie.

En Turquie, alors même que le pays possède une façade méditerranéenne importante (1577 km de Rhodes à la frontière syrienne, pour s’en tenir à ce que les manuels scolaires turcs considèrent comme la Méditerranée1 ), le pays n’est pas vraiment pensé et vécu par le plus grand nombre de ses habitants et dirigeants comme un pays méditerranéen. Donc la prétendue « évidence méditerranéenne » à laquelle tous les pays du bassin méditerranéen devraient souscrire selon une perspective normative « externe » – alimentée par les pays du nord-ouest du bassin – renvoie en fait à un agenda politique et scientifique non coproduit par tous les riverains du bassin ; un agenda dont la Turquie se sent en fait largement exclue. La communauté (imaginée) méditerranéenne est une représentation inégalement partagée, un paradigme produit de visées politiques européennes, et perçu en Turquie comme destiné à masquer et perpétuer certains déséquilibres. La Méditerranée apparaît comme une géo-idéologie forgée par l’impérialisme romain et réinvestie par le post-impérialisme européen. Elle peut prendre sens opportunément, en tant que ressource.

Pour cette raison, on peut soutenir que l’invention scientifique de la Méditerranée – pour reprendre le titre de l’ouvrage paru en 1998 aux éditions du CNRS – n’a pas eu lieu en Turquie. Analyser les occurrences du terme « Méditerranée » – que cela soit sous sa forme turque, Akdeniz, ou anglaise – dans les titres des recherches en sciences sociales publiées en Turquie, permet de saisir les limites de la référence méditerranéenne. Si l’on met à part les ouvrages traduits de l’anglais ou du français, le terme apparaît surtout dans les ouvrages d’archéologie et de géologie (Efe, 2008), il apparaît aussi en référence au cadre administratif (une des sept régions statistiques définies en 1942 portait le nom de « Méditerrannée »), à l’économie touristique et aux îles de Rhodes, de Chypre et de Crète, dans une moindre mesure. Cependant, un examen diachronique ferait apparaître une montée en puissance relative de la référence méditerranéenne ces vingt dernières années, que la création du Akdeniz Medeniyetleri Araştırma Enstitüsü2 par la Fondation Suna ve İnan Kıraç en mai 1996 a partiellement accompagnée. Depuis le début des années 2000 on assiste en effet à des inventions locales, dans les villes universitaires des côtes de la Méditerranée, d’Izmir à Antakya, qui participent chacune à l’écriture de récits historiques affranchis des récits nationaux, et plus ancrés dans la Méditerranée, « réalité » et ressource à la fois locales et internationales, en cours d’investissement. Ainsi, depuis quelques années on note une recrudescence des références à l’entité méditerranéenne, plus au niveau local et dans la société civile qu’au niveau des politiques scientifiques et culturelles nationales.

La bibliothèque de l’IFEA, en tout cas pour ses titres en langue turque, reflète bien cette faible méditerranéité turque. 

Sélection d’ouvrages

  • -ALBERA D. , BLOK A. et BROMBERGER C. (2001), L’anthropologie de la Méditerranée, Cahors  : Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
  • -ALBERA D. et TOZY M. (2005), La Méditerranée des anthropologues, Coll. L’atelier méditerranéen, éd. Maisonneuve & Larose, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Paris, 2005, 385 pages.  
  • -ANTOINE S. (1993), « 18 pays riverains dans un même bateau? Le souci de l’environnement et du développement durable, « La Méditerranée Assassinée », Peuples Méditerranéens  n°62-63, pp. 255-277.
  • -BAZIN M. (1996), « La protection de l’environnement, enjeu régional pour la Méditerranée orientale? », In : THOBIE J., PEREZ, R. et alii (coord.) (1996), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp.27-32.
  • -BENSIDOUN I. & CHEVALIER A. (1996), Europe-Méditerranée : le pari de l’ouverture. Paris, Economica, « CEPII », 176 p.
  • -BRUMMETT P. (1994), Ottoman Seapower and Levantine Diplomacy in the Age of Discovery, New York, State of New York University Press, SUNY (Series in the Social and Economic history of the Middle East), 285 p.
  • -COUTAU-BERAGIE, H. (1987), « Mare Nostrum : esquisse d’une géostratégie de la Méditerranée », Hérodote, n°45, pp. 31-60.
  • ÇİÇEKOĞLU  F. &  E. ELDEMLa Méditerranée turque, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000.
  • -EFE Recep et alii (ed.) (2008), Natural Environment and Culture in the Mediterranean Region, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.
  • -FARRERE C. (1926), Mes voyages en Méditerranée, Paris, Flammarion.
  • -GENTELLE P. (1995), « A propos de la Méditerranée : de la géo- à la néographie », L’Espace Géographique, n°3, pp. 203-208.
  • -« Jeter les bases d’un dialogue euro-méditerranéen », Arabies, juillet-août 1995, pp. 30-31.
  • -KALEAĞASI B. (1994), « Les relations entre la Turquie et l’Union européenne », Ayna, Istanbul, n°3-4, pp. 19-22.
  • -KANÇAL S. (1997), « La Turquie méditerranéenne : affirmation régionale et ouverture internationale », communication au colloque d’Antalya, septembre 1997.
  • -KARAOSMANOĞLU A. (1985), « La région sud-est de l’OTAN », Revue Internationale de  Défense, 10/1985, 1569-1576.
  • -KEFELİ E. (2006), Edebiyat Coğrafyasında Akdeniz, İstanbul : 3F Yayınevi.
  • -KITSIKIS  D. (1996), L’Empire turco-grec, Istanbul, İletişim (en turc).
  • -OULD AOUDIA J. (1996), « Enjeux économiques de la politique euro-méditerranéenne », Monde Arabe Maghreb-Machrek, n°153, pp. 24-44.
  • -PARLAR DAL E. (2010), « Le paradoxe méditerranéen de la Turquie », L’Europe en formation, 2010/2, Centre international de formation européenne, p. 87-99. URL : https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=EUFOR_356_0087
  • -Pérouse J.-F. (1997), «La « mer Blanche »  des Turcs ou en quoi la Turquie est-elle aussi méditerranéenne?», Hérodote, 90, 1997, p. 163-177. (URL : https://www.ifea-istanbul.net/website_2/images/stories/Perouse_1998_mer_blanche_Herodote.pdf )
  • -Perouse J.-F. (2002), “Istanbul est-elle une métropole méditerranéenne     ? Critique d’un lieu commun tenace », dans Cahiers de la Méditerranée, Actes du Colloque Les enjeux de la nouvelle métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen, Grasse 22-24 novembre 2000, R. Escallier (dir.), Nice, 2002, n.64. (URL     : http://cdlm.revues.org/index76.html )
  • -Perouse J.-F. (2001), «La Turquie et la Méditerranée : une appartenance en voie de (re)construction   », In : Vincent Moriniaux (dir.), La Méditerranée en questions, Paris : Editions du Temps, pp. 343-376.
  • -PICARD E. (sous la dir.) (1993), Nouvelle dynamique au Moyen-Orient. Les relations entre l’Orient Arabe et la Turquie, Paris, L’Harmattan, 214 p.
  • -SANGUINETTI A. (1982), « L’intérêt stratégique de la Méditerranée », Peuples Méditerranéens, n°19, avril-juin 1982, pp. 33-38.
  • -THOBIE J., PEREZ R., KANÇAL S. (coord.) (1996) Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), 490 p.
  • -VERGIN N. (1996), « Présence et identité de la Turquie en Méditerranée orientale », In : THOBIE, J., PEREZ, R. & KANÇAL, S. (coord.), 1996 : Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp. 19-26.
  • -YERASIMOS S. (1984) « Le conflit de la mer Égée », Hérodote, n°32 (« Géopolitiques de la mer »), pp. 123-143.
  • -YERASIMOS S (1988), « Le Sandjak d’Alexandrette : formation et intégration d’un territoire », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, n°48-49, pp. 198-212.
  1. La mer Égée est décrite et perçue comme une mer à part… distincte de la Méditerranée. []
  2. AKMED : http://www.koc.com.tr/tr-tr/faaliyet-alanlari/sosyal-kulturel-faaliyet-alanlari/akmed []

Planification régionale et territoriale en Turquie

photo_prsntr

Décembre 2014

Türkçe çeviri

Le dernier et dixième « Plan quinquennal de développement » (Kalkınma Planı) – qui concerne la période 2014-2018 – a été rendu public au printemps 2013 par le ministère du Développement (Kalkınma Bakanlığı), institution récemment apparue, sans qu’aucune référence n’ait été faite à l’Organisation de Planification d’État (DPT), institution pourtant jusqu’alors centrale dans l’élaboration de ces plans (Akçay, 2007 ; Kansu, 2004). En effet le DPT a été dissout en tant qu’institution autonome en juin 2011, à l’occasion d’une vaste restructuration de l’administration centrale1. On peut parler d’une mort précoce, puisque cette institution avait juste cinquante ans. Après sa fondation en 1961 dans un climat d’exaltation planificatrice et d’élitisme positiviste, le DPT a enregistré tout au long de son existence – et répercuté – les mutations de l’appareil d’État, de l’usage de celui-ci ainsi que celles des rapports de force politiques et sociaux. Avec l’effacement du DPT, on peut dire que le souci étatique de la planification territoriale en Turquie a aussi fortement décliné.
Or la conscience de l’existence de « disparités régionales » existe dans l’appareil d’État dès les débuts de la République turque. On peut même dire que la décision très volontariste de transférer la capitale politique d’Istanbul à Ankara, prise au moment même de la mise en place de la République, est une expression de cette conscience précoce. En effet, pour les promoteurs d’Ankara et dirigeants de la nouvelle République, la capitale avait pour fonction d’être un « pôle de développement » irradiant le progrès au cœur de l’Anatolie. Mais au fil du temps, la mise en formulation politique de ces disparités a varié.
L’expression très française de « disparités territoriales » n’a pas d’équivalent stabilisé dans la langue turque. On parle plutôt d’« inégalité régionale » (bölgesel eşitsizlik) (Sönmez, 1998), d’« inégalité entre les régions » (bölgelerarası eşitsizlik) ou de « déséquilibre entre les régions » (bölgeler arası dengesizlik) (Payzin, 1967). Ces formulations supposent qu’on se fasse une certaine idée de l’équilibre (ou de l’égalité) souhaitable, d’une part, et de la délimitation des régions, d’autre part. En outre, le terme même de territoire est difficilement traduisible en turc : on parle davantage du « pays » (ülke) ou de la « patrie » (vatan), notions assez abstraites et chargées d’un fort affect nationaliste. La foi en l’État et en la nation (unitaire) qui caractérise la culture politique dominante aurait ainsi pour effet de nier les aspérités du territoire, voire même parfois de déplacer les montagnes.
Donc à l’heure où, sous l’impulsion européenne (Loewendahl-Ertuğal, 2005), la Turquie s’est engagée dans une réforme de son système de gestion territoriale – dans le sens d’une certaine décentralisation administrative amorcée par une série de lois adoptées en 2003 et 2004 et prolongée par la mise en place des Agences de développement à partir de 2006 –, faire un point bibliographique n’est pas inutile. Les ouvrages de la bibliothèque de l’IFEA relatifs à ces questions – avec une tradition de recherche initiée notamment par Marcel Bazin (1991, 2000 & 2005) et Stéphane de Tapia (1991), reprise par l’Observatoire Urbain depuis la fin 1988 (même si la planification urbaine a toujours fait de l’ombre à la planification régionale), renforcée par Stéphane Yérasimos (dont l’article paru en 1988 dans la REMM est véritablement canonique) et prolongée par Élise Massicard (2008), Benoît Montabone (2011 et 2013) et d’autres… – sont éclatés entre l’économie, les statistiques, l’histoire contemporaine et l’Observatoire Urbain. Des acquisitions récentes sur l’aménagement de l’espace rural (Bakırcı 2007 ; Geray 2011) sont cependant utilement venues compléter le matériel existant.

Sélection d’ouvrages

-AKÇAY Ü. (2007), Kapitalizmi Planlamak. Türkiye’de Planlama ve DPT’nin Dönüşümü, İstanbul : SAV (Sosyal Araştırmalar Vakfı).
-BAKIRCI M. (2007), Türkiye’de Kırsal Kalkınma. Kavramlar-Politikalar-Uygulamalar, Ankara, Nobel. OBS URB 1684
-BAZIN M. (1991). « Disparités et déséquilibres régionaux », in : DUMONT, P. & GEORGEON F. (dir.) : La Turquie au seuil de l’Europe, Paris, L’Harmattan, pp. 23-45.
-BAZIN M. (2000), “La région, cette inconnue… Réflexions sur l’identité régionale dans le monde turco-iranien”, in : Hommes et Terres d’Islam. Mélanges offerts  Xavier de Planhol (réunis par D. Balland), Tome II, Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), Bibliothèque Iranienne n°53, pp. 345-358.
-BAZIN (2005). « Diversité ethnique et disparités régionales », in S. VANER (dir.), La Turquie, Paris : Fayard, pp. 389-428.
-GERAY C. (2011), Kırsal Gelişme Politikaları, Ankara : Phoenix.
-KANSU G. (2004), Planlı Yıllar (anılarla DPT’nin öyküsü) (Les années planifiées (l’histoire du DPT à travers des souvenirs)), İstanbul, Kültür Yayınları.
-KÖYMEN N. K. (1948), Bölge Plancılığı, Memleket Kalkınması, İstanbul.
Le rôle des statistiques dans la planification du développement, Organisation de la Conférence Islamique, Centre des Recherches Statistiques…., 1988, Ankara. OBS URB 32.
-LOEWENDAHL-ERTUĞAL E. (2005). « Europeanisation of Regional Policy and Regional Gouvernance : The Case of Turkey », European Political Economy Review, Vol.3, N°1 (Spring 2005), pp. 18-43.
-MASSICARD E., 2008, « Régionalisme impossible, régionalisation improbable : La gestion du territoire en Turquie à l’heure du rapprochement avec l’Union Européenne. » Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, 2008, pp.171-203. ˂halshs-00800247˃
-MONTABONE B. (2011), La cohésion territoriale en périphérie de l’Union européenne: les enjeux du développement régional…. , Thèse, 2011. (TEZ 032/2011)
MONTABONE B. (2013) L’Union européenne et la Turquie, Les  enjeux d’un développement régional Tur Cont 517
-MUTLUER M. (2009), « Inégalités interrégionales en Turquie et études de planification régionale », in : Les vertus de l’interdisciplinarité. Mélanges offerts à Marcel Bazin. Les Cahiers de L’IATEUR, N° Spécial, pp. 111-128.
-PAYZIN Z. (1967), Türkiye’de Yerleşim Sorunları ve Bölgeler Arası Dengesizlikler, Ankara.
-SÖNMEZ M. (1998). Bölgesel Eşitsizlik (inégalité régionale), İstanbul : alan yayıncılık.
-TAPIA de S. (1991). « Aménagement hydraulique et aménagement du territoire en Turquie », in : 115ème Congrès National Des Sociétés Savantes, Avignon 1990, Milieux calcaires et politique hydraulique, Paris : CTHS, pp. 159-168.
-YERASIMOS S. (1988), « La planification de l’espace en Turquie », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 50/4,  pp. 109-122.

  1. Qui a vu, entre autres changements, la création d’un ministère de l’économie auquel ont été rattachés certains départements de l’ancien DPT, d’un ministère du développement (auquel ont été rattachés les autres départements) et d’un ministère de l’environnement et de l’urbanisme. []

Türkiye’de bölgesel planlama

photo_prsntrAralık 2014

Version française

2014-2018 dönemine dair, onuncu beş yıllık kalkınma planı, 2013 baharında, T.C Kalkınma Bakanlığı tarafından kamuoyuna duyuruldu. Söz konusu bakanlık, Devlet Planlama Teşkilatı’yla (DPT) hiçbir ilişiği olmaksızın, yakın zamanda hayata geçirildi. Oysa ki o zamana kadar DPT, beş yıllık kalkınma planı çalışmalarının anahtar kurumu olarak karşımıza çıkmaktaydı (Akçay, 2007 ; Kansu, 2004). Şöyle ki bağımsız bir kurum olan DPT, merkezi yönetimin yeniden yapılandırılması çalışmaları1 çerçevesinde Haziran 2011’de dağıtıldı. DPT’nin yalnızca elli senelik bir geçmişe sahip olduğu göz önüne alınırsa teşkilatın ömrünün pek kısa sürdüğünü söylemek yanlış olmaz. 1961’de pozitivist planlamacılığın yüceltildiği bir dönemde kurulduktan sonra DPT, devlet organlarının, bu organların işlevlerinin değişikliğine ve de siyasal ve tolumsal güç ilişkilerinin değişimine tanık olmuş ve bunlardan bizzat etkilenmiştir. DPT’nin dağıtılması sonrasında devletin bölgesel planlamaya gösterdiği özenin bir hayli düştüğü söylenebilir.
Bununla beraber, devlet organları nezdinde “bölgesel dengesizlikler”, cumhuriyetin kuruluşundan beri mevcuttu. Hatta cumhuriyetin ilanıyla aynı zamanlarda başkentin İstanbul’dan Ankara’ya bilerek taşınması kararı da kendini zamanından önce göstermiş bu hassasiyetin bir yansımasıdır. Nitekim Ankara’daki teşebbüsçülerin ve genç cumhuriyet yöneticilerinin gözünde başkentin Anadolu’nun kalbinden ışıyan bir atılım ve kalkınma sahası olmak gibi bir görevi olmuştur. Ancak zaman geçtikçe bu eşitsizliklerin siyasi olarak ifade ediliş biçimleri değişmiştir.
Gerçekten Fransızca’ya has bir ifade olan “disparité territoriale”in Türkçe’de yerleşmiş bir karşılığı bulunmamaktadır. Bu olguyla ilgili Türkçe’de daha çok “bölgesel eşitsizlik” (Sönmez, 1998),  ya da “bölgelerarası dengesizlik” (Payzin, 1967) gibi ifadeler kullanılmaktadır (Mutluer, 2010). Bunlar, bir yandan temenni edilen denge ya da eşitlik fikirleri üzerine, diğer yandan da bölge sınırları hakkında düşünülmesi gerektiğinin altını çizmektedir. Ayrıca, “territoire” kelimesi de Türkçe’ye aktarımı güç bir sözcüktür. Şöyle ki kuvvetli bir milliyetçilik duygusuna işaret eden ve daha soyut kavramlar olan “ülke” ya da “vatan” Türkçe’de daha çok kullanılmaktadır. Egemen siyasi kültürün belirgin bir özelliği olarak karşımıza çıkan ulus-devlet ülküsü, bölgeler arasındaki farklılıkları göz ardı edilerek belirgin fiziki farklılıkların inkarıyla sonuçlanmaktadır.
Avrupa’nın cesaretlendirmesiyle (Loewendahl-Ertugal, 2005) Türkiye’nin bölgesel yönetiminde, 2003 ve 2004’te çıkarılan bir dizi yasa ve bunun devamı olarak 2006’da Kalkınma Ajansları’nın faaliyete geçirilmesi ile yerinden yönetime doğru bir reform hareketine giriştiği göz önüne alındığında bu konuya değgin kaynakçayı tanıtmak yerinde olacaktır. IFEA kitaplığındaki ilgili eserler; ekonomi, istatistik, çağdaş tarih ve kent gözlem merkezi isimli derlemlerde bulunmaktadır. Özellikle Marcel Bazin (1991, 2000 & 2005) ve Stéphane de Tapia (1991) tarafından başlatılan, 1988 sonundan beri Şehir Gözlem Merkezi’nin (her ne kadar bölge planlamacılığı, şehir planlamacılığının hep gölgesinde kalmış da olsa) devam ettirdiği, Stefanos Yerasimos’un sağlamlaştırdığı (ki Yerasimos’un REMM2 süreli yayınındaki 1988 tarihli makalesi gerçek bir kilometre taşıdır), Elise Massicard’ın (2008), Benoît Monatabone’un (2011) ve başka araştırmacıların devamını getirdiği bu eserler, enstitümüzün  araştırmacı geleneğinin açık bir yansımasıdır. Bunların yanı sıra Bakırcı (2007) ve Geray’ın (2011) kırsal alanların düzenlenmesiyle ilgili çalışmalarının halihazırdaki kaynaklarımıza katıldığının da altını çizmek isteriz.

Kitap seçimi

-AKÇAY Ü. (2007), Kapitalizmi Planlamak. Türkiye’de Planlama ve DPT’nin Dönüşümü, İstanbul : SAV (Sosyal Araştırmalar Vakfı).
-BAKIRCI M. (2007), Türkiye’de Kırsal Kalkınma. Kavramlar-Politikalar-Uygulamalar, Ankara, Nobel. OBS URB 1684
-BAZIN M. (1991). « Disparités et déséquilibres régionaux », in : DUMONT, P. & GEORGEON F. (dir.) : La Turquie au seuil de l’Europe, Paris, L’Harmattan, pp. 23-45.
-BAZIN M. (2000), “La région, cette inconnue… Réflexions sur l’identité régionale dans le monde turco-iranien”, in : Hommes et Terres d’Islam. Mélanges offerts  Xavier de Planhol (réunis par D. Balland), Tome II, Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), Bibliothèque Iranienne n°53, pp. 345-358.
-BAZIN (2005). « Diversité ethnique et disparités régionales », in S. VANER (dir.), La Turquie, Paris : Fayard, pp. 389-428.
-GERAY C. (2011), Kırsal Gelişme Politikaları, Ankara : Phoenix.
-KANSU G. (2004), Planlı Yıllar (anılarla DPT’nin öyküsü), İstanbul, Kültür Yayınları.
-KÖYMEN N. K. (1948), Bölge Plancılığı, Memleket Kalkınması, İstanbul.
Le rôle des statistiques dans la planification du développement, Organisation de la Conférence Islamique, Centre des Recherches Statistiques…., 1988, Ankara. OBS URB 32.
-LOEWENDAHL-ERTUGAL E. (2005). « Europeanisation of Regional Policy and Regional Gouvernance : The Case of Turkey », European Political Economy Review, Vol.3, N°1 (Spring 2005), pp. 18-43.
-MASSICARD E., 2008, « Régionalisme impossible, régionalisation improbable : La gestion du territoire en Turquie à l’heure du rapprochement avec l’Union Européenne ». Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, 2008, pp.171-203. ˂halshs-00800247˃
-MONTABONE B. (2011), La cohésion territoriale en périphérie de l’Union européenne: les enjeux du développement régional…. , Thèse, 2011. (TEZ 032/2011)
MONTABONE B. (2013) L’Union européenne et la Turquie, Les  enjeux d’un développement régional Tur Cont 517
-MUTLUER M. (2009), « Inégalités interrégionales en Turquie et études de planification régionale », in : Les vertus de l’interdisciplinarité. Mélanges offerts à Marcel Bazin. Les Cahiers de L’IATEUR, N°Spécial, pp. 111-128.
-PAYZIN Z. (1967), Türkiye’de Yerleşim Sorunları ve Bölgeler Arası Dengesizlikler, Ankara.
-SÖNMEZ M. (1998). Bölgesel Eşitsizlik, İstanbul : alan yayıncılık.
-TAPIA de S. (1991). « Aménagement hydraulique et aménagement du territoire en Turquie », in : 115ème Congrès National Des Sociétés Savantes, Avignon 1990, Milieux calcaires et politique hydraulique, Paris : CTHS, pp. 159-168.
-YERASIMOS S. (1988), « La planification de l’espace en Turquie », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, 50/4,  pp. 109-122.

  1. Bu değişiklikler çerçevesinde, eski DP’nin bazı birimlerinin bağlanacağı bir ekonomi bakanlığı kurulmuş, DPT’nin diğer birimleri de yine yeni kurulan Klakınma Bakanlığı’na dahil edilmiş, bunun yanı sıra, bir de Çevre ve Şehircilik Bakanlığı hayata geçirilmiştir. []
  2. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée []

Arşivlere yaz dalışı

Version française

İstanbul’un oldukça sıcak geçen yazında, birçok misafire ev sahipliği yapan IFEA, kararlı çalışmalara sahne oldu. Cumhurbaşkanının ilk kez sandık başında seçildiği oylamanın 10 Ağustos 2014’teki ilk ayağında belli olmasının ve 17 Ağustos 1999 İzmit-Gölcük depreminin on beşinci yıldönümünün yanı sıra, Suriye ve Irak’taki vahşetin Türkiye’nin bu yazki gündemi sarsmasının ülkedeki yabancı turist sayısının 2013’e oranla % 13 artmasını engellemediğini görmüş bulunuyoruz!

Céline Pierre-Magnani’nin desteğiyle, IFEA’nın fotoğraf arşivinin dijital kısmı ile daha dağınık ve korunmaya daha çok ihtiyaç duyan analog kısmı bir düzene girmeye başladı. Yeniden keşfedilen güzel kareler arasında, 1953-1969 arasında Jane Laroche’un çektiği 150’den fazla fotoğraf ile Yılmaz Kaini’nin objektifinden Mağlova Sukemeri fotoğraflarını sayabiliriz. Kayıt altına alınan ve tasniflenen bu analog görseller, sıraları geldikçe, taranmaktadır. Ayıklanmalarının ve tanımlanmalarının halihazırda devam ettiği elektronik ortama aktarılmış binlerce fotoğrafın kitlesel erişime açılmasını sağlayacak çevrimiçi bir ara yüz üzerinde çalışılmaktadır. Bu derleme fotoğraf bağışı ile ilgili yaptığımız duyurunun güncelliğini koruduğunu belirterek bu çağrıya yanıt verenlere de teşekkürlerimizi gönderiyoruz!

Tüm bunların yanı sıra, Cilia Martin enstitümüzün yavaş yavaş düzene giren arşivlerindeki araştırmalarını, kütüphanemizin tarihi ile -gelecek kasım sonunda eski IFEA müdürü Emmanuel Laroche hakkında düzenlenecek IFEA Arkeoloji Buluşmaları’nın arifesinde- Laroche dönemi (1965-1974) hakkındaki belgelere yoğunlaşarak sürdürdü. Arşiv belgelerinin bir kısmı internet sitemizde şimdiden yayımlandı. Yolu IFEA’dan geçmiş bazı araştırmacıların bıraktığı ilginç izlerle de karşılaştık. Bu belgeler zaman içinde taranarak günümüz araştırmacılarının kullanışına açılmak üzere korunmaya alınmış bulunuyor.

1965’te Fransa ile Türkiye arasında imzalanan işgücü anlaşmasının 50. yıldönümüne ilişkin etkinlikleri düzenleyen sosyolog Elif Aksaz, 9-10 Aralık 2014’te gerçekleşecek Türkiye’deki Suriyeli göçmenler konulu uluslararası konferansın da hazırlığı içindeydi. Söz konusu etkinliğin parçası olduğu, Ortadoğu ve Arap Dünyası Bilimsel Proje Ortaklığı((Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans »)) ile Transfaire Araştırma Programı((ANR Transfaire))’nın maddi desteğini alan ve göç üzerine yoğunlaşan toplumsal bilimlerin karşılaştırmalı tarihini işleyecek seminerler dizisi, 2014-2015 yılı boyunca takip edilebilir.

Paris I Üniversitesi’ndeki görevi nedeniyle aramızdan ayrılan Ségolène Débarre, Transfaire Araştırma Programı’nın İstanbul ayağı sorumluluğunun Anouck Corte-Real’e geçmesi ile ilgili hazırlıkları tamamladı. Diğer yandan da Fransa Ulusal Kütüphanesi (BnF) ile ortaklaşa düzenlenecek bir sergi için İÜ Bilim Tarihi Bölümü ve başka birçok Türk kurumu ile ilişkilerin sağlamlaştırılmasını sağladı.

İstanbul dışındansa Bakü şubemizin bir dipnot metni yayımlandığını ve Milas Labranda kazılarında da bir yazıtın gün yüzüne çıkarıldığını belirtelim. Labranda sit alanının yönetimini Olivier Henry’nin, resmi kuruluş olarak IFEA himayesinde, devraldığını ve sit alanına da artık bir kazı evi kazandırıldığını ekleyelim. Aynı şekilde Niğde Porsuk’taki kazılar için de yeni bir depo hizmete girmiş bulunmakta.

Gidenlerin yakın zamanda geri dönmelerini umuyor, yeni gelenlere de içten bir “hoşgeldiniz” diyerek herkese güzel bir çalışma yılı diliyorum.

Plongée estivale dans les archives….

Türkçe çeviri

L’été stambouliote, passablement chaud, a été un été de labeurs discrets à l’IFEA, qui a vu passer de nombreux hôtes. Outre l’élection au premier tour du premier président de la République turque désigné au suffrage universel direct le 10 août 2014 et la commémoration du quinzième anniversaire du tremblement de terre d’İzmit-Gölcük (17 août 1999), l’été turc a été agité par les atrocités en Syrie et en Irak, qui n’ont pas empêché une progression de 13% par rapport à 2013 de la fréquentation touristique étrangère en Turquie!

Grâce à la contribution de Céline Pierre-Magnani, les archives photographiques de l’IFEA ont commencé à être constituées et réorganisées, avec une composante argentique – la plus menacée et dispersée – et une composante digitale. De belles trouvailles ont été faites : citons, entre autres, une série de plus de 150 photos anatoliennes de Jane Laroche des années 1953-1969 et une série de photos de l’aqueduc de Mağlova par le photographe Yılmaz Kaini datant du début des années 1980. Sauvées, rangées et inventoriées, ces photos argentiques sont peu à peu scannées. Une interface en ligne est à l’étude pour une large consultation des photos numérisées comme des milliers de photographies digitales stockées sur le serveur, objets d’une sélection/description en cours. L’appel lancé à verser certaines de vos photos à ce fonds est permanent (merci à ceux qui ont déjà répondu !).

Parallèlement, Cilia Martin a poursuivi sa descente dans les archives de l’institut – qui peu à peu (re)prennent forme -, en privilégiant celles concernant l’histoire de la bibliothèque et celles relatives à la période d’Emmanuel Laroche (1965-1974) en prévision de l’exposition qui sera consacrée à cet ancien directeur lors des prochaines « Rencontres Archéologiques de l’IFEA » (fin novembre 2014). Des extraits d’archives ont déjà été postés sur le site. De même, des traces parfois passionnantes de chercheurs passés par l’IFEA ont été retrouvées. Progressivement numérisées, elles sont sécurisées pour être mises à la disposition des chercheurs contemporains.

Les différentes activités autour du cinquantenaire de l’accord migratoire franco-turc de 1965 ont été préparées par Elif Aksaz qui a aussi suivi le dossier de la conférence internationale sur l’immigration syrienne en Turquie programmée pour les 9 et 10 décembre 2014. Un séminaire qui bénéficie du soutien financier du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » et de l’ANR-Transfaire va jalonner cette année universitaire 2014-2015 autour de questions d’histoire comparée des sciences sociales de l’immigration.

Enfin Ségolène Debarre, qui nous quitte pour prendre son poste à Paris I, a préparé la transition avec Anouck Corte-Real pour le volet stambouliote de l’ANR-Transfaire, tout en travaillant à la consolidation des relations avec le département d’histoire des sciences de l’Université d’Istanbul… notamment en vue d’une exposition en collaboration avec la BnF et plusieurs autres institutions turques.

Hors d’Istanbul signalons le postage d’une Dipnot par l’antenne de Bakou et du côté des activités archéologiques la découverte d’une belle inscription à Labraunda (dont la direction est passée entièrement sous la responsabilité d’Olivier Henry avec l’IFEA comme institution de référence), site désormais doté d’une nouvelle maison de fouilles, ainsi que la mise en service d’un nouveau dépôt pour la fouille de Porsuk (Niğde).

En souhaitant une excellente rentrée à tous, aux partants de revenir vite et aux arrivants un chaleureux « bienvenue » …

Entrée dans l’été…

2011 10 BenusenDiy
Quartier Ben U Sen, Diyarbakır, JFPérouse, 10/2011
À l’aube déjà chaude de l’été anatolien – moment de dispersion, de migrations, de mobilités, de montée en alpages de tous ordres – nous tenions d’abord à saluer ceux qui vont quitter l’équipe.

Du côté des pensionnaires-MAEDI, nous quittent Élise Massicard (pour le CERI) et Olivier Henry (pour PSL), du côté du CNRS, nous quitte Benoît Fliche, affecté CNRS depuis la rentrée 2012, qui doit rejoindre l’IDEMEC à Aix-en-Provence. De même, Gabrielle Angey, doctorante-AMI (restée deux ans) et Yohanan Benhaim, doctorant-AMI, regagnent la France ; mais ils restent impliqués dans l’ANR-Transfaire et/ou la collaboration IFEA/IFPO autour d’Erbil. Nous savons que tous ces partants seront des ambassadeurs et des relais actifs de l’IFEA. Ils vont contribuer à agrandir la toile des anciens dont nous essayons de mieux apprécier l’étendue et que nous tentons de mieux organiser et activer/mobiliser.
Au sein de l’équipe administrative, un départ est également à signaler. Isabelle Verdier, qui a occupé successivement les fonctions de bibliothécaire, puis, à partir de 2008, de secrétaire à l’IFEA rentre elle aussi en France où elle relèvera de nouveaux défis professionnels.

Ce faisant, nous accueillerons de nouveaux collaborateurs à la rentrée 2014, Clémence Scalbert-Yücel, pensionnaire scientifique affectée à la direction du Pôle contemporain et Martin Godon, pensionnaire scientifique qui prendra la responsabilité du Pôle archéologie, côté MAEDI. Sur le versant des Aides à la Mobilité Internationale (AMI), viennent nous rejoindre Ayşe Akyürek et Lydia Zeghmar ; sachant que deux bénéficiaires de l’AMI lors de la campagne d’attribution de septembre 2013 ont demandé une prolongation de 9 neuf mois supplémentaires (Aziliz Pierre et Katarzyna Papiez). Parallèlement signalons que notre collègue Faruk Bilici (INALCO) a obtenu une prolongation de son affectation auprès du CeAlex d’Alexandrie, pour poursuivre son entreprise « Alexandrie ottomane« . Ce programme garantit un lien fort entre cet institut et l’IFEA.

Nous voulions aussi saluer le succès de jeunes enseignants-chercheurs liés à l’IFEA (parce qu’anciens doctorants ou post-doc) : Juliette Dumas, ancienne boursière, recrutée comme MDC à Aix-Marseille, Ségolène Débarre, ancienne stagiaire-OUI et ancienne post-doc-ANR, recrutée comme MDC à Paris-I, Benjamin Gourisse, ancien doctorant et ancien post-doc ANR, recruté à Paris-I ; et enfin Yoann Morvan, ancien post-doc-CNRS auprès de l’IFEA, qui est entré au CNRS (IDEMEC). Cilia Martin, ancienne doctorante IFEA, a par ailleurs soutenu avec succès sa thèse à l’EHESS ce mois de juin 2014. Nous tenons à féliciter tous ces collègues : ils seront très certainement des collaborateurs forts de notre Institut, dans leurs institutions et environnements respectifs.

 Cette newsletter pré-estivale met à dessein l’accent sur l’archéologie dont la saison « sur le terrain » s’ouvre, après la réunion annuelle de Gaziantep au cours de laquelle les autorités turques ont tenu à rappeler leurs attentes.
Profitons-en pour rappeler la parution d’Anatolia Antiqua XXII et d’un nouveau Dossier de l’IFEA réalisé par Elifnaz Durusoy qui explore les possibilités de création d’une « route culturelle » entre Milas et Labraunda.

Mais en même temps l’IFEA vit la saison des grandes réunions ANR (Neoreligitur / Transfaire / Marges) qui s’enchaînent.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter à tous un bien bel été, que les élections présidentielles d’août en Turquie vont particulièrement animer. Notre plus grand souci concerne nos voisins syrien et irakien (auxquels était consacré le présentoir de juin 2014). Outre les drames humains qui n’en finissent pas – générateurs d’irréversibles failles  et traumatismes dans les sociétés concernées–, les préjudices portés aux patrimoines paraissent d’une gravité exceptionnelle. À ce titre, nous partageons pleinement et relayons le cri de détresse lancé par les collègues spécialistes de ces pays.

Saison de fouilles 2014

Avec les beaux jours commence une nouvelle saison de fouilles.
Deux de ces fouilles sont étroitement liées à l’IFEA, Porsuk et Labraunda. La première puisqu’elle fut initiée sous l’impulsion d’un ancien directeur de l’IFEA, Emmanuel Laroche dont nous fêtons le centenaire cette année ; la seconde puisqu’elle est dirigée par l’actuel pensionnaire scientifique de l’IFEA, Olivier Henry.

Carte_relief_sites_TurquiePorsuk_500La campagne 2014 de la mission archéologique de Zeyve Höyük-Porsuk (Ulukışla-Niğde) se déroulera du 21 juillet au 15 septembre. L’essentiel des travaux de terrain consistera en une campagne de relevé géophysique de l’ensemble du site, grâce à la collaboration d’une équipe de spécialistes de l’Université de Sakarya. D’autre part seront aussi entreprises dans le cadre de la mission, des opérations préliminaires à un projet de conservation du secteur de la « poterne hittite » à l’ouest du site. La mise en valeur des vestiges mis au jour sera poursuivie par la mise en place de nouveaux panneaux didactiques pour les visiteurs, selon le modèle, jugé très satisfaisant (trilingue), déjà utilisé pour deux panneaux en 2012. On procèdera aussi à une amélioration de la sécurisation des sondages profonds. Enfin, l’équipe de base poursuivra l’élaboration de la publication des fouilles antérieures (missions Pelon et Beyer) concernant les phases anciennes du site : PORSUK VI (XVIIe siècle av. J-C) , V (env. XVe-XIVe siècles), IV (Fer Moyen, phase ancienne, env. 9e siècle) et III (Fer Moyen, 8e siècle av. J.-C.)

En ce qui touche le sanctuaire carien de Labraunda (www.labraunda.org), dans le région desanctuaire_de_labraunda_depuis_le_nord_ouest500 Bodrum/Milas, les travaux commenceront le 1er juillet et dureront jusqu’à la fin du mois d’août. Cette année l’accent sera porté sur différents projets de mise en valeur et de restauration qui concerneront principalement la sauvegarde des marbres architecturaux et épigraphiques du site, ainsi que l’un des bâtiments les plus emblématiques de Labraunda, l’Andron A. Outre ces deux projets, nous prévoyons de poursuivre les opérations entamées l’année dernière, à savoir les fouilles du bâtiment hypostyle et de la zone longeant la route d’accès au site, la tombe monumentale et l’acropole. Nous débuterons aussi une nouvelle fouille qui aura pour but de dévoiler l’histoire des bains est placés à l’entrée sud du sanctuaire et qui, s’ils ont été construits dès la période romaine, semblent avoir été profondément remaniés au début de l’époque byzantine. Ces travaux sont rendus possible grâce à la mise en place d’une équipe internationale comprenant plus de 10 nationalités différentes, avec une composante majeure de turcs, français, suédois et américains. Enfin, grâce au soutien financier de l’entreprise ESAN-Eczacıbaşı, nous prévoyons d’acquérir une nouvelle maison de fouille, dans village voisin de Kargıcak, qui permettra dans le futur (et après de sérieux travaux de mises aux normes) d’offrir de meilleures conditions de vie et de travail à l’ensemble de l’équipe.

Ces activités estivales de terrain ne nous font pas oublier la préparation de la rentrée 2014-2015 qui sera riche en événements. En effet, en septembre se tiendra à Istanbul le congrès international de la European Association of Archaeologists. L’IFEA s’associe à cet événement par l’organisation d’une exposition, dans nos locaux, dédiées à la mémoire d’Emmanuel Laroche, ancien directeur de l’IFEA dont nous célébrons le centenaire. E. Laroche sera également au centre de l’organisation des 5èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA dont le programme, en cours d’élaboration, réunira plus de 25 spécialistes internationaux des langues et de l’archéologie hittite, domaine de prédilection de celui qui fut le précurseur de ces études en Turquie.

Enfin nous ne négligeons pas notre activité éditoriale puisque les actes des Rencontres 2012, qui avaient été dédiées à la Cappadoce méridionale, sont en cours d’élaboration et devraient paraître quelques semaines avant le volumes des actes des 4èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA sur la Carie pré-hékatomnide.

La catastrophe de Soma-Eynez (Manisa, Égée) du 13 mai 2014 : la conséquence inévitable d’un productivisme aveugle ?

Le discours du Premier ministre du 14 mai 2014 vers 16 h – soit près de 24 heures après l’accident – a plus visé la presse d’opposition, appelé au recueillement (3 jours de deuil national) et à la résignation1 face à l’horreur ou fait l’éloge de la réaction étatique déployée qu’il n’a fourni des éléments convaincants d’interprétation de ce qui doit désormais être considéré comme la plus importante catastrophe de l’histoire minière de la Turquie par le bilan humain (284 officiellement pour l’instant ; les recherches se poursuivant à l’heure où nous postons cette note2 ).

Soma3, nom d’un arrondissement montagneux du département de Manisa dans la région égéenne (à un peu plus de 100 km au nord d’Izmir), vient en effet d’entrer soudainement dans l’histoire déjà lourde des catastrophes minières, après celle de Kozlu (près de Zonguldak) survenue le 3 mars 1992 (263 morts). Soma est un des bassins houillers de Turquie4 – produisant du lignite principalement utilisé pour le chauffage et les centrales thermiques5 – où travaillaient en mai 2014 environ 10 000 personnes. L’accident a eu lieu sur le site de la mine d’Eynez exploitée depuis 2009 par l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş6. – composante de la Holding Soma7 – par 3000 personnes8. La zone, dont la population est constituée en partie de personnes d’origine caucasienne (Tcherkesses) et balkanique (Pomak) et d’anciens semi-nomades yörük, est très rurale ; l’emploi minier permet de maintenir les hommes sur  place, face au déclin de l’agriculture.

S’il est trop tôt pour analyser les causes techniques de la catastrophe – cela n’est d’ailleurs pas de notre ressort – ou les effets politiques de celle-ci, au-delà des aspects événementiels, il nous semble utile de rappeler quelques éléments qui peuvent permettre de mieux comprendre dans quel contexte celle-ci est survenue.

À l’échelle internationale le renchérissement du prix du pétrole et du gaz surtout depuis dix ans a conduit les États à reconsidérer leurs réserves en charbon et lignite, surtout pour la production d’électricité9. Les recherches sur les modalités de transformation du lignite en gaz – pour le chauffage – sont aussi encouragées par les gouvernements10. On assiste ainsi en Turquie à l’intensification de la prospection et à la réouverture de mines délaissées dans les années 1990, dont l’exploitation est confiée à des entreprises privées, nationales ou étrangères (notamment chinoises). En 2013, le pays a une production annuelle de 73 millions de tonnes11 – lignite + charbon -, contre 85,3 millions de tonnes en 2008. Cependant, alors qu’en 15 ans la production a sensiblement diminué, le nombre des accidents a lui augmenté (tab. 1).

Tableau 1 : Nombre de morts depuis 2008

Année Nombre de morts dans les mines de charbon
2008 43
2009 92
2010 105
2011 117
2012 77
2013 61
2014 8 + 284* + 18*

*Chiffres « officiels » du vendredi 16 mai à 12h. Le chiffre de 18 correspond, selon le ministre de l’Énergie et des Ressources Naturelles aux mineurs encore, trois jours après la catastrophe, prisonniers sous terre.

À l’échelle nationale, le souci croissant des gouvernements turcs de réduire leur dépendance énergétique12 les a poussés à développer un programme très ambitieux de construction de centrales  thermiques consommatrices de charbon ou de lignite. En effet en 2013, charbon et lignite assurent seulement 19% de la production turque d’électricité. Si l’on exclut les combustibles importés, les ressources locales ne représentent que 6% de la production nationale d’électricité. C’est cette part que les autorités veulent résolument et rapidement accroître13. Pour ce, des facilités considérables sont offertes pour rouvrir ou ouvrir des sites miniers aux entreprises qui s’engagent à construire des centrales thermiques à proximité de ces mêmes sites.

Par ailleurs, comme l’ensemble du secteur énergétique depuis la fin des années 1990, l’extraction du charbon est engagée en Turquie dans un processus massif (et relativement tardif) de privatisation  qu’une loi adoptée en 2005 a encouragé14. Ce processus est légitimé par une volonté de comprimer  les coûts d’extraction et d’accroître les volumes produits : le patron de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş., s’était engagé en juillet 2013 à réduire le coût de l’extraction de la tonne de charbon à 25 dollars, alors que celle-ci revenait à 130-140 dollars lorsque le site était exploité par le TKİ – l’Administration des Charbonnages Turcs, qui reste propriétaire du sol et du sous-sol !

Enfin un dernier élément de contexte doit être rappelé qui explique que le puits de mine où la catastrophe s’est produite était remplie de mineurs, c’est l’effondrement de la culture du tabac dans la région de Manisa et l’afflux conséquent de ruraux endettés vers cette unique source d’emplois… Les victimes étaient en majorité des mineurs de la première génération, prêts à faire des heures supplémentaires et à se soumettre à un système de recrutement rappelant Germinal – pour gagner un peu plus que les 1000 Livres Turques, soit moins de 350 euros par mois, consenties par la société exploitante.

De plus, la reprise d’exploitation liée aux facteurs mentionnés plus haut se fait dans d’autres conditions. Une loi adoptée en 2005 a en effet ouvert la voie à la généralisation des formes de gestion caractérisées par la sous-traitance et la location par la puissance publique des sites d’exploitation. L’expression utilisée en langue turque pour décrire ce système généralisé par l’AKP au profit d’entreprises proches du parti est “Redevance”. Il s’agit en fait de la location des sites et de transfert des droits d’exploitation, contre des paiements en nature (l’entreprise qui obtient le monopole de l’exploitation s’engageant à fournir annuellement tant de tonnes de charbon au propriétaire foncier “public”, le TKİ).

Les morts de Soma sont donc des victimes de la “frénésie de profit” qui a embrasé la Turquie ces dernières années et dont l’AKP est un des acteurs et vecteurs les plus saillants. En effet il y a quelques jours (le 29 avril 2014 !) la demande d’enquête déposée le 23 octobre 2013 par le Parti Républicain du Peuple à l’Assemblée nationale  – précisément sur les conditions de sécurité de ce site d’exploitation minière – a été enfin examinée. Mais la requête, on ne peut plus claire, fut rejetée par le parti majoritaire… On dit par ailleurs que ce bassin est un de ceux qui ont le plus alimenté ces dernières années le système de distribution pré-électorale de charbon orchestré par l’AKP. Quoiqu’il en soit, les liens de Soma Holding avec le parti au pouvoir sont clairs. La femme du CEO de la holding impliquée est même – en personne – membre fraîchement élue de l’assemblée municipale de Soma, sous l’étiquette AKP15.

La tour “Spine” au design futuriste qui s’élève dans le quartier d’affaires stambouliote de Maslak au nord de Taksim – elle devrait atteindre 300 m – est l’expression la plus arrogante à la fois des ambitions du groupe et de son ascension rapide dans le ciel de l’économie politique turque. Elle devait abriter le siège de la holding et un parc de logements de haut standing déjà commercialisés à prix forts.

La précipitation dont font preuve les entrepreneurs de la Turquie contemporaine  – qui conduit à court-circuiter la consultation, les procédures de contrôle ou les études d’impact – ne peut pas ne pas avoir pour le pays un coût très lourd, à la fois environnemental et social. Ce, dans des secteurs comme le secteur minier, le secteur énergétique, le Bâtiment-Travaux-Publics ou la construction navale. En outre, le système d’inspection du travail prévalant est présenté par les mineurs comme un leurre, eu égard au nombre restreint d’inspecteurs et au fait qu’il n’y a pas d’effet surprise quand ils arrivent sur un site d’exploitation. Et le décret d’application de septembre 2013 sur la  “Santé et la sécurité au travail dans les entreprises minières” (numéro 28770 au Journal Officiel de la République turque) est demeuré lettre morte.

Les accidents du travail dans les mines16 qui augmentent à nouveau depuis quelques années (tab. 1) ne sont donc pas des fatalités contre lesquelles les pouvoirs politiques ne pourraient rien. Ils sont la preuve la plus tragique du coût du productivisme forcené qui définit l’économie politique de l’AKP. Un coût souvent différé, dénié par les gouvernements et l’opinion qu’ils contrôlent, jusqu’à un certain point….

Hepimizin başı sağ olsun

*Communiqués de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A. Ş. :

*Cartes sélectionnées par l’Atelier cartographique de l’OUI : http://bit.ly/1vepJnW

*Cartes minières de Turquie : http://www.mta.gov.tr/v2.0/default.php?id=il_maden_haritalari

*Rapport sur la production de charbon-lignite en Turquie :

  1. Le discours s’est terminé par : “En espérant que Dieu ne nous fera pas vivre un autre événement d’une telle ampleur”. []
  2. Pour un suivi minute par minute des événements voir : http://www.sendika.org/2014/05/somadaki-maden-kazasindan-dakika-dakika/ []
  3. Déjà le 3 octobre 2013 un mineur était décédé à Soma dans une mine privée. Voir Birgün, 4 octobre 2013, p. 5. []
  4. “Découvert” en 1913, il était considéré, comparativement à d’autres (Ege ou Afşin), de capacité modeste. Mais en 2013, de nouvelles découvertes ont eu lieu, qui ont fait augmenter sensiblement l’estimation des réserves exploitables du bassin… et aiguisé les appétits. []
  5. La plus ancienne centrale thermique de Soma a été construite par Alsthom en 1954 et privatisée en 1995 (EÜAŞ) ;  en outre, en mars 2014 – soit quelques semaines avant la catastrophe – le chantier d’une seconde centrale – d’une capacité de 2,9 milliards de KWh – était inauguré à Soma par la société Hidrojen – composante du groupe, très en vue, Kolin – dans le village de Deniş (au nord-est de Soma). Lors du discours d’inauguration du chantier, le ministre de l’Énergie et des Ressources  Naturelles Taner Yıldız  a rappelé l’objectif d’une production d’électricité assurée au tiers par le charbon à l’horizon 2030. Voir : http://www.enerjigunlugu.net/kolin-soma-termik-santralinin-temeli-atildi_7627.html#.U3XIpvl_uQA (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  6. Société fondée en 1984 et restée modeste jusqu’au milieu des années 2000. Le premier site exploité à Soma est celui de Geventepe ; en 2009 la société récupère le site d’Eynez du groupe Ciner, géant de l’exploitation minière et de l’énergie. Ciner est associé depuis peu à des groupes chinois (comme Harbin Electric Co. Ltd) pour la construction de centrales thermiques au charbon-lignite. []
  7. Pour une présentation de la holding voir : http://www.tilaga.com.tr/kurumsal.html (dernière consultation, 15 mai 2014) []
  8. Voir : http://www.tilaga.com.tr/somabolgesi.html (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  9. Voir “L’aiguille s’oriente vers le charbon pour la production d’électricité, Dünya, 9 mai 2014. []
  10. Voir Dünya, 11 juin 2012, p. 2 et Serkan Ocak « Türkiye kömüre bağlı enerjide ‘lider’ olacak », Radikal, 29 mai 2014 p. 11 []
  11. Soit en 2013, 9 pour mille de la production mondiale. La Turquie  se situe néanmoins à cette date au 13ème rang mondial. []
  12. La facture énergétique turque (coût des importations de produits énergétiques) est passée de 9 milliards de dollars en 2003 à 55 milliards en 2013. []
  13. Voir Mehmet Kara, Dünya, 15 mai 2014, p. 25. []
  14. La dernière mine de Soma à avoir été privatisée, celle de Karanlıkdere, l’a été en 2006 ; cf. Evrensel, 28 juin 2006, p. 8.  Par ailleurs, en novembre 2011, la société incriminée à Soma a bénéficié de la concession d’une importante zone de production de lignite à Zonguldak/Bağlık-İnağzı (contrat avec le TKİ pour une durée de 36 ans). Voir Milliyet, 6 novembre 2011. []
  15. Aux élections locales du 30 mars 2014, alors que le parti d’extrême droite (MHP) a largement remporté la mairie de Manisa, le chef-lieu du département, c’est l’AKP qui a pris le contrôle de la mairie d’arrondissement de Soma, avec 43,3% des voix, contre 28,7 pour l’extrême droite et 22,2 pour le Parti Républicain du Peuple (CHP). []
  16. À l’échelle internationale la Turquie se distingue désormais par un triste record : celui du nombre moyen le plus élevé de mineurs décédés par million de tonnes de charbon extrait. Soit 7,22, par rapport à 2 en Australie, 1,27 en Chine ou 0,001 aux États-Unis. []

Bir bibliyografyadan diğerine… “IFEA dosyası”nın en son sayısı hakkında

IFEABulten 21_K_couv11 Şubat 2014’te IFEA Dosyaları’nın “Bugünkü Türkiye” dizisinin 21. sayısı, internet ortamında yayımlandı. İstanbul bibliyografyası 2000-2013 isimli bu kalın dosya, neredeyse on beş sene önce Ekim 2000’de aynı dizide çıkmış 4 numaralı, İstanbul Megapolü. 1960-2000 dosyasını hatırlatıyor. Bu şekilde dizileştirilen yayınlar, kurumumuzun araştırmacı geleneğinin bir yansıması olarak da algılanabilinir. Bu iki sayıyı, birbirleriyle yarıştırma maksadı olmaksızın ele aldığımızda yirmi sayfalık içeriğiyle ilkinin iki yüz on altı sayfayı bulan ikinci sayının yanında mütevazı kalması, bazı açıklamaları da beraberinde getiriyor diye düşünüyorum.

İki sayı arasındaki bu çarpıcı hacim farkı, biraz da İstanbul hakkındaki araştırmaların 2000 senesinin başından itibaren önem kazanmasıyla da ilgili. Bunun altında da hem yeni kurulan üniversite, vakıf, araştırma merkezleri ile birlikte İstanbul hakkında inceleme yapılan yerlerin çoğalması, kültür ve araştırma ile ilgili etkinliklerin ortaya çıkışı, hem de uluslararası turizm pazarında İstanbul’un rağbet gören bir “kentsel ürün” olarak öne çıkması yatıyor (ikinci sayının 198-201 sayfaları bu noktaya apayrı bir başlık atında parmak basıyor). Türkiye’nin uluslararası görünürlüğünün artması ve İstanbul’a biçilen, başı çeken istisnai şehir rolü, bu sürece hiç kuşkusuz etki etmiştir. İstanbul’un uluslararası gündemlerde bir etkinlik ve turizm merkezi olarak yer almaya başlamasını büyükşehir hakkındaki araştırmalara duyulan ilginin artması izlemiştir.

Diğer yandan, 2000li yılların ilk on senesinde kentsel dönüşüm gibi büyük projelerin hızlanması, mimari ve şehircilik alanında olduğu kadar bazen ağır ve şiddetli olabilen müdahalelerin doğurduğu toplumsal hareketler de dikkatleri İstanbul’a çevirmiştir… Öğrenci çalışmalarının genellikle az işlediği alanlarda araştırmalarını yürüten Eda Güçlü’nün de altını çizdiği gibi, kentsel dönüşüm hareketine karşılık; akademik, eleştirel çalışmaların sayısı oldukça dikkat çekicidir. Aynı şekilde, yaşanan ekonomik, toplumsal ve siyasal gelişmelerle beraber çevre, kültür politikaları, tarihi mirasın korunması ya da mekan üzerinden yapılan ayrımcılık gibi başka konular da kaynakçada önemli bir yer tutuyor. Ayrıca (bu dosyanın da gösterdiği gibi) araştırmaların, İstanbul’un 2010 Kültür başkenti olması gibi birtakım özel bağlamlardan ve değişikliğe uğramaksızın devam eden birtakım yaklaşımlardan etkilendiğini söylemek mümkün.

Ayrıca 2000li yılların ilk on senesini yeni kurulan bazı özel üniversiteler, araştırma merkezleri, yayınevleri (örneğin Timaş) ya da bir hayli görünürleşen yazarların İstanbul hakkında geliştirdiği muhafazakar bakış da damgaladı. Bu bakışın temelinde o zamana kadar İstanbul hakkında üretilmiş bilimsel işlerin üzerinde az durduğu mahalleler, “anıtlar”, dönemler, sosyal gruplar ve figürler hakkında yapılmış çalışmalar bulunuyor.

Öte yandan, 19-27 numaralı sayfalarda sözü edilen yerel çalışmalardaki artışın da altını çizmek gerekir. İlk bibliyografyada 1990lar’dan sonra ortaya çıkan, yerele olan eğilim sezilmiş olsa da burada söz konusu olan kitlesel bir harekettir. Üniversitelerdeki bazı insani bilimler çalışmaları kendilerine yakın ve belirli sahaları incelemeye açıkça yönelmişlerdir. Yakın çevre, başlı başına ve kabul gören bir araştırma konusu halini bu şekilde almıştır.

Diğer taraftan, kent çalışmalarında araştırma şartlarının iyileşmesi konusuna da değinebiliriz. Daha 1990lı senelerde İstanbul’da saha araştırmaları, siyasal olarak son derece değişken ayrıca büyük ve çarpık bir kentleşmenin yaşandığı bir ortamda kolay değildi. İnsani bilimler alanındaki araştırmacılara (sadece yabancı olanlara da değil) kuşkuyla yaklaşılırdı. Bu durumun kesinlikle değiştiğini söyleyebiliriz. Azınlık denince akla Gayrimüslimlerin geldiği resmi anlayış hakim olmaya devam etse de artık araştırmalar, yalnızca bu türden kısıtlamalarla sınırlı kalmıyor. Uzun süredir bastırılmış veya şüpheli görülen etnik boyut da böylelikle araştırmalardaki yerini açık şekilde kazandı.

Ayrıca sözü geçen dönemin, yayın mecralarında değişikliklerin yaşandığı bir zamana denk geldiğinin altını çizmeliyiz. Çevrimiçi yayınların düzene oturması (tıpkı IFEA Dosyaları’nda olduğu gibi), üretim ve dağıtım süreçlerini değiştirdi1. İstanbul araştırmaları da bu değişimlerden nasibini aldı ve yeni ürünler bugün kaynakçalardaki önemli yerlerini aldılar. Maalesef 2000’den sonra birtakım ürünler de kayboldular; Tarih Vakfı’nın yayını İstanbul Dergisi bunlardan biri. 1992 ile 2008 yılları arasında çıkan dergi, yayın hayatının kısalığına rağmen 59 sayılık içeriğiyle halen kıymetli bir kaynak olma özelliğini koruyor.

Son olarak, 2000 tarihli dosyanın girişinde göndermede bulunduğumuz, Şirin Tekeli’nin deyimiyle, “Türk Toplumu’nun kaybettiği değerler dizisi”nin, bu etkileyici kaynakçanın da gösterdiği gibi, yeniden edinilme aşamasında olduğunu söyleyebiliriz. Bu da tarihi, çevreyi, toplulukları ve göz ardı edilmiş mekanları sahiplenerek gerçekleşmekte. İşte bu yüzden, Türkiye’deki akademik üretimi takip edemeyen kesim için, IFEA’nın gözlem merkezleri aracılığıyla, Avrupa araştırmacılığı tarafından ciddi şekilde değerlendirilmesi gereken verileri daha görünür ve ulaşılır kılması büyük önem taşıyor. Hatta, bu kaynakçayı tamamlayıcı öneriler için hususi bir e-posta adresinin işleme konması da yapılmak istenen şeyin tabiatını ortaya koyuyor; internet üzerinden ve mümkün olduğunca çoklu bir work in progress, yani süreci devam eden bir çalışma. Bundan kastımızı ve uzun vadeli isteğimizi IFEA’da üzerinde çalışılan konular hakkında bu türden geliştirilebilir “kaynak kümeleri” oluşturmak olarak dile getirebiliriz.

  1. Bkz. Régis Debray’nin Türkçe’ye çevrilmemiş Le pouvoir intellectuel en France (Fransa’da Entellektüel Güç) adlı eserindeki medya küreleri teorisi (théorie des médiasphères) []