Tous les articles par Olivier Henry

Archéologue Directeur des fouilles du site de Labraunda (Carie)

Pour une nouvelle approche de l’archéologie en Turquie

Communication présentée lors du colloque « L’archéologie en France et à l’étranger : acteurs et enjeux« , Paris, 14-15/10/2013

Les règlementations qui encadrent l’activité archéologique en Turquie ont été mises à plat par les autorités locales en février 2013. Le but de ces réformes vise à permettre aux acteurs locaux de remettre la main sur leur patrimoine archéologique dont l’exploitation était principalement menée, jusqu’à une date récente, par des équipes étrangères, européennes ou non.

Depuis une dizaine d’année, et la victoire aux élections générales du parti de l’AKP en novembre 2002, on assiste à une réforme en profondeur de la gestion du patrimoine archéologique turc. Cette politique de réappropriation s’accompagne d’un développement exponentiel des moyens. Ainsi, depuis 10 années ce sont plusieurs dizaines de départements d’archéologie qui ont été créés à travers le pays. Le nombre de musées locaux est en constante augmentation. Le nombre de fouilles menées par des équipes turques a presque triplé (tableau 1) tandis que leur budget global, mis à disposition par le ministère de la culture et du tourisme, a été multiplié par 25, passant de près de 2 millions de livres en 2002 à près de 50 millions en 2011 (tableau 2). Les résultats de cette politique se lisent à travers la fréquentation cumulée des musées et sites archéologiques qui est passée de 6 millions de visiteurs en 2000 à près de 30 millions en 2012.

Evolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)

On comprend à la lecture de ces statistiques que nous assistons depuis quelques années en Turquie à un renversement de situation sans précédent qui voit une montée en puissance de l’archéologie turque, menée par des Turcs.

Parallèlement, et durant la même période, on assiste à un tassement de l’activité de fouilles étrangères en Turquie.

Mis côte à côte, les chiffres sont, ici encore, éloquents (tableau 3) : pour l’année 2012 on compte 18 prospections étrangères pour 84 prospections turques ; 39 fouilles étrangères pour 116 fouilles turques, auxquelles il faut ajouter les quelques 151 fouilles de sauvetage menées par les musées locaux au cours de la même année.

Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html
Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html

L’impact de cette politique de développement ne se limite pas à la construction de musées et à la création d’universités dont on comprend qu’il s’agit ici d’un moteur essentiel de la politique de développement menée par le gouvernement. Le but de cette politique n’est pas non plus scientifique, que l’on ne s’y trompe pas, mais répond à des logiques purement économiques et politiques. Cette démarche est par ailleurs totalement assumée par la direction du ministère qui réunit culture et tourisme sous un seul et même chapeau.

Économiquement il s’agit aujourd’hui pour les autorités turques de rentabiliser un patrimoine en y investissant de lourds moyens ; tandis que politiquement la Turquie cherche à s’affirmer sur la scène internationale comme un pays moderne, soucieux de la mise en valeur de son patrimoine et désireux de faire valoir une historicité, une historialité, dont la Turquie moderne est la dépositaire.

Ce mouvement profond n’est pas sans conséquences pour les acteurs de l’archéologie de terrain à qui on impose dorénavant d’intégrer dans leur approche scientifique ces perspectives à la fois économiques et politiques, bien éloignées de leur formation et de leurs préoccupations initiales.

Ainsi, pour l’archéologue de terrain la gestion du patrimoine mobilier ou immobilier mis au jour lors des fouilles devient un véritable casse-tête. Les équipes sont dorénavant évaluées sur leurs capacités à fournir un maximum d’objets aux musées locaux, ainsi qu’à procéder aux mises en valeur, restaurations, conservations et anastyloses des bâtiments découverts. La qualité du travail effectué ne s’estime plus en terme de résultat scientifique mais plutôt en terme de budget, de nombre d’intervenants (archéologues et ouvriers compris) et de temps de fouilles. Les nouvelles directives publiées par la direction générale du patrimoine encadrent de règles très strictes l’activité des archéologues. Les prospections archéologiques ne sont plus accordées que dans la perspective d’un programme de fouilles à venir. On impose aux fouilleurs une présence minimale de deux mois par an sur le terrain, accompagnée d’une activité de recherche au moins égale hors terrain. La présence, aux côtés du directeur des fouilles, d’un adjoint local est devenu une condition sine qua non pour l’obtention du permis, au même titre que la construction ou l’aménagement d’une maison de fouille comprenant laboratoire et dépôt, ou encore l’emploi de gardiens, par l’intermédiaire de sociétés spécialisées. Ce ne sont ici que quelques unes des nouvelles règles imposées aux archéologues.

La gestion des sites archéologiques par les autorités turques semble parfois ainsi calquée sur celle de simples chantiers de construction et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on voit fleurir baraquements et autres préfabriqués en lieu et place des vieilles maisons de fouilles traditionnelles.

Mon propos n’est pas ici de critiquer telle ou telle disposition nouvelle imposée par les autorités turques mais plutôt d’insister sur la nature profonde et radicale des transformations que nous connaissons en Turquie ainsi que sur leurs conséquences. Ces nouvelles directives n’ont d’ailleurs pas eu que des effets négatifs, épongeant notamment nombre d’opérations moribondes ou encore mettant un terme à l’absence criante de programme de protection des vestiges mis au jour, parfois depuis des décennies, et qui étaient condamnés à disparaître avec le temps.

Quoi qu’il en soit, la multiplication des doléances turques ainsi que la mise en place de directives strictes et précises ont eu des conséquences nombreuses pour l’archéologie française en Turquie. Je ne mentionnerai pas ici les problèmes soulevés sur le terrain par la question des demandes répétées des autorités turques de restitution de biens culturels, ni des tensions engendrées par les prises de position de nos hommes politiques sur des questions historiques, deux thèmes sur lesquels les archéologues se sentent souvent pris en otage, entre l’enclume et le marteau.

Une des conséquences les plus directes est la baisse dramatique du nombre de fouilles françaises en Turquie, alors que les fouilles d’autres pays étrangers se maintenaient. En l’espace de quelques années, la France, qui pouvait se targuer d’avoir la direction de certains sites parmi les plus prestigieux (Claros, Zeugma, Xanthos, Letoon), se retrouve en 2012 à la tête d’un unique site, celui de Porsuk en Cappadoce méridionale, la plaçant bien loin derrière ses voisins européens et outre-atlantique (tableau 4).

Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html
Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html

La situation paraît tellement dramatique que de nombreux archéologues français ont préféré s’exiler dans des pays satellites (Bulgarie, Géorgie, Azerbaïdjan), tant il semblait impossible de mettre en place un programme de recherche archéologique en Turquie. Cela n’a pas seulement nui à la représentation française en Turquie, mais aussi et surtout à l’image de l’archéologie française dans la région, considérée comme vieillissante, incapable de s’adapter, de développer, voire même d’assumer d’ambitieux projets.

Cette situation est le résultat très clair non seulement d’un manque de compréhension, ou d’une prise de conscience trop tardive, des transformations à l’œuvre dans le milieu archéologique turc, mais aussi et surtout d’une absence totale de dialogue entre universitaires et tutelles responsables français et turcs. Cette période au cours de laquelle l’archéologie française s’est retrouvée en perte de vitesse correspond aussi à un moment de l’histoire de l’IFEA au cours de laquelle l’archéologie n’était plus une priorité.

Une telle situation montre, une fois de plus, le rôle majeur que jouent de tels instituts dans le dispositif archéologique français à l’étranger, particulièrement dans des contextes politiques compliqués, et à condition, bien entendu, qu’on leur en donne les moyens.

Car l’institut se doit de jouer un rôle de passeur, de transmission, de l’information, de décryptage de situation et assurer le suivi des dossiers dont la gestion est bien souvent difficile depuis la métropole. L’institut se doit aussi d’offrir des solutions lorsque la situation l’impose, jouant de ses contacts et de sa connaissance du terrain et des acteurs locaux. Il se doit aussi et surtout participer à la réflexion commune lorsqu’il s’agit de repenser une activité dont les cadres d’expression ne cessent d’évoluer. Ainsi, depuis 2010, date à laquelle l’IFEA a remis l’archéologie au cœur de ses préoccupations, et bien que ses moyens financiers et logistiques aient été en baisse constante, notre institut s’évertue à mettre en place de nouvelles approches qui permettent à la sphère archéologique française de réintégrer le terrain turc. Soutenus en ce sens par le MAE, dont la commission des fouilles a accepté de revoir ses critères d’attribution des allocations, nous cherchons dorénavant à nous intégrer dans le tissu archéologique turc, plutôt que de tenter de nous y imposer. La démarche est plus lente, plus délicate, et demande de solides collaborations, mais elle porte ses fruits (tableau 5).

Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.
Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.

C’est ainsi que nous avons défendu, avec succès, l’idée de création de missions françaises qui opèrent en collaboration et sous couvert d’une équipe étrangère, fût-elle turque ou autre. Cette approche fonctionne, encore une fois grâce au soutien du MAE qui désormais accepte de financer de telles missions même si le drapeau français n’est plus celui qui trône au sommet de l’acropole. De telles collaborations apportent aussi leur lot d’avantages. En effet, à l’heure où les équipes doivent grossir ou mourir, où les budgets doivent gonfler ou disparaître, où les tutelles institutionnelles ne peuvent désormais plus être les seules pourvoyeuses des missions, seule la réunion d’équipes plurielles, internationales et interdisciplinaires semble offrir une voie de sortie de l’impasse qui s’impose à nombre d’entre nous.

La Carie antique

Türkçe çeviri

Novembre 2013

La Carie est une région de l’Asie Mineure antique, située dans le sud-ouest de la Turquie. Elle est bordée au Nord par la vallée du Méandre, à l’Ouest et au Sud par la côte égéenne et à l’Est par la vallée de l’antique Indos, la rivière du Dalaman.
La Carie antique était peuplée d’une population autochtone parmi laquelle des chercheurs distinguent les premiers occupants, les Lélèges, puis les Cariens proprement dits. Ces derniers avaient développé une culture propre dont les caractéristiques principales se lisent à travers une langue indo-européenne, une architecture particulière et une iconographie locale.
Même si la Caire et les Cariens sont mentionnés dans de nombreuses sources antiques, dont Homère, on connaît encore mal le développement de sa population aux périodes les plus reculées. Les sources archéologiques nous renseignent principalement sur la ‘période d’or’ de la Caire, à savoir le 4e s. av. J.-C. À cette époque, la Carie, qui faisait partie d’une grande satrapie incluant notamment la Lydie et l’Ionie au Nord ainsi que la Lycie à l’Est, était intégrée à l’Empire Perse. Au tout début du 4e s. av. J.-C., le Grand Roi Perse décide de scinder ces régions en autant de Satrapies autonomes, offrant à la Carie, et pour la première fois de son histoire, d’être réunie sous une seule et même bannière. Car le Grand Roi Perse ne s’est pas contenté d’offrir à cette région sa liberté, bien que relative, elle lui a aussi donné une opportunité extraordinaire en ne nommant pas, comme à l’accoutumée, un de ses proches à la tête de la Satrapie, mais en choisissant de promouvoir un dynaste local, originaire de la ville de Mylasa (moderne Milas), Hékatomnos. Ce chef de guerre fonda la dynastie des Hékatomnides dont est notamment issu le fameux Mausole.
Les Hékatomnides tirèrent largement partie de leur double position de satrape de l’Empire Perse et Rois de Carie. Ils mirent en œuvre une double politique d’unification de la région, jusqu’ici découpée en petites principautés, et de développement économique par un accroissement des échanges, avec notamment le déplacement de la capitale de Mylasa vers la ville d’Halicarnasse (moderne Bodrum). Ils tirèrent aussi un large avantage de leur position géographique, entre les blocs Perse et Grec, qu’ils utilisèrent pour entretenir une certaine ambigüité quant à leur appartenance politique. Administrateurs de l’Empire Perse, ils n’en sont pas moins philhellènes et ont souvent été considérés comme les chantres de l’hellénisme.
L’ensemble de ces particularités ont amené les spécialistes, archéologues, numismates, épigraphes et historiens à s’intéresser à cette région et à sa population. Les Français ont fait partie des précurseurs, avec notamment les voyageurs érudits du XIXe s. tels que Ch. Texier qui fut le premier à produire cartes et plans de sites archéologique, ou encore Ph. LeBas dont les travaux furent publiés en 1847 et permirent à la communauté scientifique internationale de découvrir les vestiges extraordinaires que recèle la région. Dans le siècle qui suivit, si les chercheurs français furent vite rejoints par leurs collègues, notamment anglais et italiens, ils n’en restèrent pas moins actifs. Les travaux fondateurs d’Alfred Laumonier sur les Cultes indigènes en Carie, ou encore la très riche bibliographie de Louis Robert font encore autorité.
À la suite de ces travaux pionniers, de nombreuses interventions de terrains se sont développées en Carie. Prospections archéologiques et épigraphiques, fouilles, approches linguistique et géographique révèlent aujourd’hui un pan entier de cette culture carienne, héritière de la période Hékatomnide qui, si elle fut brève (moins d’un siècle), n’en fut pas moins fondatrice pour l’histoire complexe de cette région.

Bibliographie indicative

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Antik Karya

Version française

Kasım 2013

Karya, Ön Asya’da Türkiye’nin güneybatısında bir antik dönem yerleşkesidir. Kuzeyinde Menderes Ovası, batı ve güneyinde Ege Denizi, doğusunda da antik çağ ismiyle İndos ovası ve Dalaman Çayı ile çevrelenmiştir.
Araştırmacılar, Karya’nın ilk sakinlerinin, zamanla Karyalılar diye adlandırılacak olan yerli Leleg halkı olduğunu belirtmektedir. Karyalılar’ın geliştirdiği kendilerine özgü kültürün başlıca örneklerini Hint-Avrupa ailesine mensup dilleri ile mimari, resim ve heykel gibi alanlarda gösterdikleri özgünlükte gözlemlemek mümkündür.
Karya ve Karyalılar’dan Homeros da dahil birçok antik dönem kaynağında bahsedilse bile bu toplumun en eski devirlerdeki seyri pek iyi bilinmemektedir. Arkeolojik kaynaklar, bizi öncelikle ‘Karya’nın altın çağı’ yani MÖ 4.yüzyıl hakkında bilgilendirmektedir. Bu dönemde, Karya, kuzeyde Lidya ve İyonya, doğuda Likya ile beraber büyük bir satraplığa mensup olup Pers İmparatorluğu’na dahildi. MÖ 4.yüzyılın hemen başında Büyük Pers Kralı buraları özerk satraplıklara bölmeye karar verdi ve böylelikle Karya, tarihinde ilk defa kendi ismi altında bir araya gelmiştir. Aslında kral, Karya’ya yalnızca göreceli bir özgürlük vermekle kalmamış, aynı zamanda alışılageldiği gibi satraplığın başına kendi yakınlarından birini atamayıp bugünkü Milas yani Mylasalı yerel bir hanedan olan Hekatomnos’u destekleyerek Karya’ya müthiş bir fırsat sunmuştur. Bu savaş kumandanı, meşhur Mausolos’un da mensubu olduğu Hekatomnos Hanedanlığı’nı kurmuştur.
Hekatomnoslar, hem Pers İmparatorluğu satrabı hem de Karya Kralı sıfatlarını lehlerinde kullanmayı çok iyi becermişlerdir. O zamana kadar küçük prensliklere bölünmüş bölgeyi merkezileştirmek, ilişkileri güçlendirerek ekonomiyi geliştirmek için (bu çerçevede başkent Mylasa’dan Halikarnas’a taşınmıştır) çift koldan hareket etmişlerdir. Siyasal çizgilerini muğlak tutarak Pers ve Grek tarafları ortasındaki coğrafi konumlarından iyi şekilde faydalanmayı bilmişlerdir. Karyalılar, Pers İmparatorluğu yöneticisi olup Helen Kültürü takipçisidir ve çoklukla Helenizm’i övmeleriyle bilinirler.
Tüm bu özellikler ; uzman, arkeolog, nümismat, yazıt bilimci ve tarihçileri bölge ve halkıyla ilgilenmeye sevk etmiştir. Bu konuda Fransızlar, özellikle Charles Texier gibi kazı alanlarını ilk defa haritaya döken ya da 1847’de çalışmalarının yayımlanmasıyla uluslararası bilim sahnesinde bölgenin barındırdığı olağanüstü kalıntıların tanıtılmasını sağlayan Philippe Le Bas gibi XIX. yüzyıl bilginlerinin seyahatleriyle başı çekenler olmuşlardır. Bir sonraki yüzyılda Fransızlara kendileri kadar etkin İngiliz ve İtalyan araştırmacılar katılmıştır. Alfred Laumonier’nin Karya’da yerel inançlar isimli temel çalışması ve de Louis Robert’in son derece zengin kaynakçası halen kabul görmektedir.
Bu öncü araştırmaların ardından Karya’da birçok saha çalışması gerçekleşmiştir. Arkeolojik ve yazıt bilimsel yüzey araştırmaları, kazılar, dil ve coğrafya yönelimli çalışmalar, bugün Karya kültürünün büyük bir parçasını yansıtmaktadır. Yüzyıldan kısa süren Hekatomnos Devri’nin mirasçısı bu kültür bölgenin karmaşık tarihi bakımından bir temel teşkil etmiştir.

Kaynakça

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople

2013 Eclats Orient

M. Poulain, F. Queyrel, G. Paquot (dir.) 
Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople
Armand Colin, coll. "Recherches" Paris, 2013 
ISBN 978-2200287597

Cet ouvrage est paru parallèlement à l’organisation d’une exposition du même nom, organisée à l’occasion du centenaire de la publication, en 1912-1914 à Constantinople, du monumental Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées impériaux ottomans rédigé par Gustave Mendel.

Plus qu’un catalogue, ce livre réunit un nombre d’études portant non seulement sur l’œuvre de Gustave Mendel mais aussi sur l’histoire tant ancienne que récente de la fabrication et de la conservation de son œuvre. C’est également l’occasion de mener une réflexion sur ces premiers photographes d’œuvres antiques et sur la pérennité de leurs travaux, dont notamment ceux de Gabriel Millet.

L’ouvrage comporte quatre sections. La première porte sur Gustave Mendel et l’histoire du musée archéologique d’Istanbul. Elle retrace les péripéties de Gustave Mendel, ses collaborations à Istanbul et l’apport de son travail à la science. La seconde partie aborde la fabrique du savoir et l’image. Il s’agit là de présenter non seulement l’histoire du livre et des catalogues, mais aussi celle des œuvres qui y sont présentées. La troisième partie porte essentiellement sur les questions de conservation, protection et de mise en valeur de ce patrimoine formé par la masse que représente le travail effectué par Mendel. On y mentionne notamment les problèmes liés à la numérisation des photos anciennes tout autant que les nouveaux outils (Internet) qui permettent de donner une seconde vie à cette ouvre. La quatrième et dernière partie comporte le catalogue proprement dit. Il s’agit d’une sélection d’œuvres choisies à partir du travail original de Mendel, sélection enrichie par la présentation d’un matériel qui permet de contextualiser l’activité du photographe : cartes postales d’époques, peinture, échanges épistolaires, etc.

Enjeux et mise en œuvre de la restitution d’œuvres culturelles

Les arts de l’Islam au Louvre – dalbera (flickr.com)

À lire, dans le quotidien Cumhuriyet l’éditorial d’Özgen ACAR (‘Kavşak’) consacré à la question du trafic international d’œuvres culturelles (en pleine expansion sur fond de crise économique), de leurs répercussions sur les relations internationales, de l’importance de la sensibilisation de la population et du rôle joué par les institutions telles que l’UNESCO, du besoin de dialogue entre les pays concernés, au-delà de la convention de 1970 qui visait à mettre à plat le droit international en terme de restitution d’œuvres.

Read More

« Il est trois domaines qui ne souffrent pas de la crise économique : les trafics d’arme, de drogue et d’œuvres culturelles », c’est ainsi que débute le dernier éditorial (27/11/2012, en turc) d’Özgen Acar sur lequel nous rebondissons. La Turquie, dont l’héritage culturel est proverbial, souffre particulièrement de ce dernier type de trafic. Au durcissement de l’arsenal répressif, s’ajoute la multiplication de demandes de restitutions, de la part des autorités turques, d’œuvres aujourd’hui exposées dans divers musées internationaux. Ces requêtes sont à l’origine de nombreuses tensions dont les répercussions se font sentir à tous les niveaux de la coopération internationale.

L’approche de tels dossiers est complexe et nécessite une vraie réflexion, à deux volets. Le premier, international, concerne la restitution d’œuvres importées avant la convention de l’UNESCO de 1970 ; le second touche à la gestion des activités illégales au niveau national.
En effet, si les règles de droit au niveau international sont aujourd’hui assez bien respectées, et les restitutions nombreuses, pour tout objet douteux ayant été acquis par telle ou telle institution après l’entrée en vigueur de la convention de 1970 (ratifiée par la Turquie en 1981), nombreux sont encore les dossiers sources de polémiques. L’article 15 de la convention de 1970, qui précise que « Rien, dans la présente Convention, n’empêche les États qui y sont parties de conclure entre eux des accords particuliers ou de poursuivre la mise à exécution des accords déjà conclus concernant la restitution de biens culturels sortis de leur territoire d’origine, pour quelque raison que ce soit, avant l’entrée en vigueur de la présente Convention pour les États intéressés« , souligne le statut relativement flou des biens exportés avant l’entrée en vigueur de la convention. Dans ce cas précis, les négociations se font souvent au cas par cas, lors d’une négociation bilatérale entre États, au cours de laquelle s’opposent souvent des cadres juridiques nationaux différents, voire opposés, entre pays ‘riches’ aux musées bien achalandés et pays ‘émergents’ ou appartenant aux grandes économies en développement revendiquant le retour de leurs biens culturels. S’il existe aujourd’hui des conventions internationales visant à renforcer le texte initial de 1970 (Unidroit), ils ne traitent cependant pas des dossiers antérieurs à cette date. Il est rare qu’une discussion sereine, nécessaire à la résolution de tels dossiers, puisse être mise en place et les médias, dont le rôle n’est pas négligeable, attisent souvent les braises sur un dialogue fragile et délicat. L’exemple récent de la restitution par l’Allemagne du Sphinx de Boğazköy prouve cependant que des accords bilatéraux peuvent intervenir, même s’ils restent rares. Ce cas précis n’est pas cependant sans soulever un certain nombre de questions tant sur les modalités et les conditions de la signature de cet accord que sur son instrumentalisation par les pays concernés. Quoi qu’il en soit, ce dossier révèle la nécessité d’une médiation que le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale (créé en 1978, indépendant de la convention de 1970 mais visant à la compléter) peut difficilement complètement assumer du fait de sa fonction essentiellement consultative. À cet égard, la conclusion de la présentation générale de la Convention Unidroit, dont nous donnons l’extrait ci-dessous, résonne comme un constat de l’impuissance des accords internationaux s’ils ne sont pas accompagnés du dialogue et de la bonne volonté des parties prenantes, conditions sans lesquelles les relations bilatérales risquent de demeurer heurtées.

Le texte de la Convention d’UNIDROIT est le résultat d’un compromis, et comme tout compromis, il ne satisfait pas pleinement les préoccupations de chacun, mais un examen attentif de la Convention montre qu’aucune partie concernée par la Convention ne devra en pâtir de façon injuste. Cette Convention traduit des efforts véritables déployés par des juristes pour combiner justice et réalisme et pour essayer autant que faire se peut, d’établir une base pour les années à venir. L’expérience prouve cependant qu’il est une chose d’adopter une Convention internationale, et une autre de garantir son application effective. Il faudra donc maintenant répondre aux inquiétudes légitimes de certains, mais il serait dramatique que cet effort ne fût pas compris par ceux qui s’intéressent au patrimoine ou ont des responsabilités de conservation et de protection des biens culturels.

À lire aussi: De la difficile gestion des vestiges archéologiques en milieu urbain (TR)
La rubrique Kavşak d’Özgen Acar dans le quotidien Cumhuriyet