Archives par mot-clé : archéologie

Les fortifications de la Carie antique

Tours d’Héraclée du Latmos, juillet 2009, Jesper Blid
Tours d’Héraclée du Latmos, juillet 2009, Jesper Blid

Février 2017
Türkçe çeviri

L’étude des fortifications antiques est devenue un champ d’études à part entière avec la parution d’ouvrages fondateurs, à partir des années 1970 (Winter 1971, Garlan 1974, Adam 1982) et l’organisation d’un premier colloque international sur le sujet (Leriche et Tréziny 1986). Archéologues et historiens prenaient alors conscience du fait qu’il était impossible d’étudier des cités et leur territoire sans envisager les efforts consentis par les civilisations méditerranéennes pour assurer leur défense. Cependant, le territoire carien, pourtant connu pour héberger de très nombreuses fortifications, se trouvait presque totalement exclu de ces publications modernes et ce malgré une tradition de recherche ancienne sur le sujet. En effet, dès 1896 Paton et Myres publiaient une carte de répartition et plusieurs plans toujours utiles puis les premières décennies du XXe siècle virent la parution de trois monographies consacrées aux défenses de sites tels qu’Héraclée du Latmos (Krischen 1922) et Milet (von Gerkan 1935). G. Bean, J.M. Cook et S. Hornblower (Mausolus, 1982) ont largement contribué à mettre en lumière les ouvrages fortifiés cariens. Mais il faut attendre 1997 pour que l’on dispose du premier traitement approfondi des murailles cariennes sous la plume d’A.W. Mc Nicoll dans un ouvrage abordant les fortifications de l’Égée à l’Euphrate. La première synthèse centrée sur les fortifications de Carie est celle d’I. Pimouguet-Pédarros (Archéologie de la défense, 2000). Il s’agit de l’ouvrage de réfence sur le sujet. On assiste ensuite à un renouvellement des études sur des sites individuels tels qu’Halicarnasse (Pedersen 2010), Héraclée du Latmos (Peschlow-Bindokat 2005, Hülden 2000) ou Alinda (Ruggendorfer et Konecny 2014). L’ensemble des recherches menées sur plus d’un siècle ont tenté d’établir les différentes phases de l’évolution de la pratique défensive en Carie. Cependant, en l’absence de fouilles archéologiques, les datations envisagées ont essentiellement reposé sur des observations architecturales et des considérations historiques. Ces problèmes chronologiques ont en partie été surmontés grâce aux fouilles de l’équipe franco-suédoise sur le réseau défensif de Labraunda (Karlsson 2007-2013 et Vergnaud 2013-2015). Elles ont permis d’obtenir des datations fiables à l’aide de la céramique découverte en contexte.

La pratique de la fortification en Carie peut être divisée en trois grandes phases dont la période hécatomnide constitue le pivot. Les premières fortifications cariennes pourraient avoir été érigées autour des VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.. C’est ce que suggère l’étude réalisée par W. Radt sur la péninsule d’Halicarnasse (Radt 1970). La défense reposait sur des agglomérations fortifiées et des forteresses de repli en retrait par rapport à la mer. Les agglomérations, telles que Pédasa ou Alâzeytin, présentaient une citadelle en position dominante et un habitat fortifié en contrebas (Radt 1970 ; Rumscheid 2009). Les murs de ces sites étaient constitués d’appareils mixtes mais ils présentent une unité à travers l’emploi du plattenmauerwerk, une méthode de construction qui consiste à empiler des plaques de schiste. L’utilisation de ce matériau est moins un trait culturel carien que le résultat de sa disponibilité sur la péninsule. Le grand changement dans la pratique défensive de la région est à mettre au compte de Mausole (vers 370 av. J.-C.) qui a lancé un programme de fortification axé autour des lieux de pouvoir : les cités (e.g. Alinda, Halicarnasse), les abords des sanctuaires (e.g. Amyzon, Labraunda) et le long de certaines voies de communication importantes. Au IVe siècle av. J.-C., les Hécatomnides créent un maillage étroit qui sert principalement à asseoir leur autorité sur la région (Pimouguet-Pédarros 2000). Ces nouvelles constructions se caractérisent essentiellement par l’utilisation systématique de l’appareil pseudo-isodome à carreaux et boutisses et la présence du système de double boutisses et d’une plumée verticale aux angles de chaque tour (Perdersen 2010, Pedersen et Ruppe 2016). Il s’agit là de l’apparition d’une architecture défensive standardisée qui participe à l’affirmation de l’identité de la dynastie sur le pays carien au même titre que les bâtiments civils et religieux. La troisième phase de la pratique défensive carienne s’inscrit dans la continuité de la précédente et reflète les luttes de pouvoir particulièrement intenses qui ont eu lieu dans la région après la mort d’Alexandre le Grand (Mc Nicoll 1997). Sur le terrain, ces évolutions sont plutôt techniques et se caractérisent notamment par l’apparition de tours d’artillerie de forme ronde, pentagonale ou hexagonale (Pimouguet-Pédarros 2000). La Carie s’inscrit dans la droite ligne des évolutions de la poliorcétique du reste du monde hellénistique, plus encore, la région peut-être vue comme un laboratoire d’expérimentation à en juger par la variété des tours que l’on rencontre sur les périmètres fortifiés. La cité d’Eurômos illustre d’ailleurs parfaitement les évolutions de l’architecture militaire carienne à l’époque hellénistique.

Les chercheurs français appuyés par l’IFÉA ont longtemps sillonné la Carie. Si la recherche était principalement motivée par la quête d’inscriptions, de nombreux sites et leurs murailles sont sortis de l’oubli grâce aux recherches menées par des archéologues et des historiens parmi lesquels Alfred Laumonier (1936), Louis Robert (1935) et Pierre Debord (Debord 2001, Debord et Varınlıoğlu 2010). Le présentoir de l’IFÉA pour ce mois de février permettra de découvrir cette tradition de la recherche française en Carie sans occulter l’apport considérable des chercheurs du nord de l’Europe, britanniques, allemands et danois.

Sélection bibliographique

  • ADAM, J.-P. 1982, L’architecture militaire grecque, Paris. Ac Ar 043/
  • GARLAN, Y., 1974, Recherches de poliorcétique grecque, Paris.   COLL VII 223/
  • LERICHE, P. & H. TRÉZINY, (eds), 1986, La fortification dans l’histoire du monde grec (Actes du Colloque international du CNRS: « La fortification et sa place dans l’histoire politique, culturelle et sociale du monde grec, Valbonne, 1982), Paris.  Ac Ar 048/
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023/
  • CARSTENS, A.M. 2009, Karia and the Hekatomnids: The creation of a dynasty, BAR S1943, Oxford. COLL XIV 1943/
  • DEBORD, P & E. VARINLIOĞLU, 2010, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l’Antiquité, PUR, Rennes. HAM 04/
  • DEBORD, P. et R. DESCAT (éd.), 1994, Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale (Actes de la table ronde CNRS d’Istanbul, 1993), Bordeaux.  P 058/
  • DESCAT, R., 1994, « Les forteresses de Théra et Kallipolis de Carie », REA 96, 205-214. P 058/
  • HORNBLOWER, S. 1982, Mausolus, Oxford. Ac Gén 176/
  • KARLSSON, L., 2011, « The forts and fortifications of Labraunda », in: Karlsson, K. & S. Carlsson (eds), Labraunda and Karia, (Boreas 32), 217-252. HAM 67/
  • KRISCHEN, F., 1922, Die Befestigungen von Herakleia am Latmos, Milet III.2, Berlin. Ac Si Mil 05 B 3-2/
  • MC NICOLL, A.W., 1997, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford. Ac Ar 091/
  • PESCHLOW-BINDOKAT, 2005, Feldforschungen im Latmos: die Karische Stadt Latmos. (Milet, III.6), Berlin. GU 199/
  • PIMOUGUET-PÉDARROS, I., 2000, Archéologie de la défense: Histoire des fortifications antiques de Carie aux époques classique et hellénistique, Presses Universitaires de Franche Comté.  Ac Gén 154/
  • RADT, W., 1970, Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaische Epoche, Tübingen. COLL X A 03/
  • RUMSCHEID, F. (éd.), 2009, Die Karer und die anderen (Actes du Colloque International de Berlin, 13-15 October 2005), Bonn. Ac Gén 211/
  • VERGNAUD, B., 2014(a), « Quelques observations sur la forteresse de Labraunda », in : Karlsson, K., Carlsson, S. & J. Blid Kullberg (eds), LABRYS. Studies presented to Pontus Hellström, (BOREAS 35), 107-122. Mél 132/
  • von GERKAN, A., 1935, Die Stadtmauern, Milet II. 3, Berlin. Ac Si Mil 05 B 2-3/
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023

Généralités

  • ADAM, J.-P. 1982. L’architecture militaire grecque, Paris. Ac Ar 043/
  • FREDERIKSEN, R., MÜTH, S., SCHNEIDER, P. & M. SCHNELLE (éd.), Focus on Fortifikation. New Research on Fortifications in The Ancient Mediterranean and The Near East. Acropolis Museum in Athens, 6-9 December 2012. (Fokus Fortifikation Studies. vol. 2), Oxbow Books, Oxford.
  • GARLAN, Y., 1974, Recherches de poliorcétique grecque, Paris.   COLL VII 223/
  • HELLMANN, M.-Ch., 2010, L’architecture grecque. 3. Habitats et Fortifications. Picard, Paris.
  • KARLSSON, L., 1992, Fortification Towers and Masonry Techniques in the Hegemony of Syracuse 405-211 B.C., Stockholm.
  • LANG, F., 1996, Archaische Siedlungen in Griechenland. Struktur und Entwicklung, Berlin.
  • LAWRENCE, A.W., 1979, Greek Aims in Fortifications, Oxford.
  • LERICHE, P. & H. TRÉZINY, (eds), 1986, La fortification dans l’histoire du monde grec (Actes du Colloque international du CNRS: « La fortification et sa place dans l’histoire politique, culturelle et sociale du monde grec, Valbonne, 1982), Paris.  Ac Ar 048/
  • MAIER, F.G., 1959-1961, Griechische Mauerbauinschriften, Heidelberg. Ep 031/
  • MARDSEN, A.W., 1969, Greek and Roman Artillery, from. 399 B.C. to the 4th Cent A.D., Historical Development, Oxford.
  • OBER, J., 1992, « Towards a Typology of Greek and Roman Artillery Towers: the First and Second Generations (ca. 375-275 B.C.) », in : Van De Maele, S. & J. M. Fossey (eds), Fortificationes Antiquae, 147-169.
  • SOKOLICEK, A., 2009, Diateichismata. Zu dem Phänomen innerer Befestigungsmauern im griechischen Städtebau, Vienne.
  • van de MAELE, S. et J.M FOSSEY (éd.), 1992, Fortificationes Antiquae (Actes du colloque tenu à Ottawa en octobre 1988), Amsterdam.
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023/
  • WOKALEK, A., 1973, Griechische Stadtbefestigungen. Studien zur Geschichte der frühgriechischen Befestigungsanlagen, Bonn.

Sur les fortifications de Carie

  • BEAN, G.E., 1971, Turkey beyond the Meander, London.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK, 1952, « The Cnidia », ABSA 47, 171-213.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK., 1955, « The Halicarnassus Peninsula », ABSA 50, 86-170.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK, 1957, « The Carian Coast III », ABSA 52, 58-146.
  • BENOIT, J. et R. PIEROBON-BENOIT, 1993, « Il terittorio a Nord di Iasos », ANSP 23, 902-919.
  • BENTER, M., 2009, « Hydas, eine befestigte Höhensiedlung auf der Bozburun-Halbinsel », in: Rumscheid, F. (éd.), Die Karer und die anderen, 481-501. Ac Gén 211/
  • BRUN, P., 1994, « Les fortifications d’Hyllarima, Philon de Byzance et Pleistarchos », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA 96, 193-204. P 058/
  • CARSTENS, A.M. 2009, Karia and the Hekatomnids: The creation of a dynasty, BAR S1943, Oxford. COLL XIV 1943/
  • CARSTENS, A.M. et P. FLENSTED-JENSEN, 2004, « Halikarnassos and the Lelegians », in: Isager, S. et P. Pedersen (éd.), The Salmakis Inscription and Hellenistic Halikarnassos, 109-123.
  • COBET, J., 1997, « Milet 1914-1985. Die Mauern sind die Stadt. Zur Stadtbefestigung des antikes Milet », AA, 249-284.
  • DEBORD, P & E. VARINLIOĞLU, 2010, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l’Antiquité, PUR, Rennes. HAM 04/
  • DEBORD, P. (dir.), 2001 (a), Les hautes terres de Carie, Bordeaux.
  • DEBORD, P. et R. DESCAT (éd.), 1994, Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale (Actes de la table ronde CNRS d’Istanbul, 1993), Bordeaux.  P 058/
  • DESCAT, R., 1994, « Les forteresses de Théra et Kallipolis de Carie », REA 96, 205-214. P 058/
  • HELD, W. et alii.,  1999, « Loryma Vorbericht über die Kampagnen 1995 und 1998 », Ist. Mitt. 49, 159-196.
  • HELD, W., 2006, « Loryma », in: Radt, W. (éd.), Stadtgrabungen und Stadtforschung im westlichen Kleinasien: Geplantes und Erreichtes, 187-198.
  • HORNBLOWER, S. 1982, Mausolus, Oxford. Ac Gén 176/
  • HÜLDEN, O., 2000, « Pleistarchos und die Befestigungsanlagen von Herakleia am Latmos », Klio 82, 382-408.
  • KARLSSON, L. 2013, « The Hekatomnid Pottery from the Recent Excavations and the Date of the Forts of Labraunda », in : Brun, P.  et al. (éd.), Euploia. La Lycie et la Carie antiques, 213-224.
  • KARLSSON, L., 2011, « The forts and fortifications of Labraunda », in : Karlsson, K. & S. Carlsson (eds), Labraunda and Karia, (Boreas 32), 217-252. HAM 67/
  • KARLSSON, L., 1994, « Thoughts about fortifications in Caria from Maussollos to Demetrios Poliorketes », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA 96, 141-153.
  • KARLSSON, L. et al. 2012. « Labraunda 2011, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 5, 49–87.
  • KARLSSON, L. et al. 2011. « Labraunda 2010, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 4, 21–67.
  • KARLSSON, L. et al. 2010. « Labraunda 2009, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 3, 61–104.
  • KARLSSON, L. et al., 2009, « Labraunda 2008, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 2, 57-87.
  • KARLSSON, L. et al., 2008, « Labraunda 2008, a preliminary report on the Swedish excavations », Istanbuler Mitteilungen 58, 109-133.
  • KRISCHEN, F., 1922, Die Befestigungen von Herakleia am Latmos, Milet III.2, Berlin. Ac Si Mil 05 B 3-2/
  • MC NICOLL, A.W., 1997, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford. Ac Ar 091/
  • PATON, W.R. & J.L. MYRES, 1896, « Karian sites and inscriptions », JHS 16, 188-271.
  • PEDERSEN, P., 2010, « The city wall of Halikarnassos », in: Van Bremen, R. & J.M. Carbon (eds), Hellenistic Karia, 269-316.
  • PEDERSEN, P. & U. RUPPE, 2016, « The Fortifications at Halikarnassos and Priene – some regional characteristics? », in : Frederiksen et al. (éd.) Focus on Fortifications. : New Research on Fortifications in the Ancient Mediterranean and the Near East, Oxford, 560-580.
  • PESCHLOW-BINDOKAT, 2005, Feldforschungen im Latmos: die Karische Stadt Latmos. Milet, III.6, Berlin. GU 199/
  • PESCHLOW-BINDOKAT, A., 1989, « Lelegische Siedlungsspuren am Bafa See », Anadolu 22, 1981-1983, 79-83.
  • PESCHLOW-BINDOKAT, A. & U. PESCHLOW, 1996, Der Latmos. Eine unbekannte Gebirgslandschaft an der türkischen Westküste, Mainz.
  • PIMOUGUET, I., 1994 (b), « Les fortifications de la Pérée rhodienne », REA 96, 243-271.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 1995, « Défense et territoire, l’exemple milésien », DHA, 21-1, 89-109.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 2010, « Les fortifications de la cité d’Alinda en Carie », in : Aufrère, S.H. & M. Mazoyer (eds), Remparts et fortifications – Du temple d’Edfou au mur de Berlin, 91-110.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 2013, « Existe-t-il un style de construction hécatomnide ? Recherche à travers l’étude des fortifications du sud-ouest de l’Asie Mineure », in : Brun, P.  et al. (eds), Euploia. La Lycie et la Carie antiques, 153-174.
  • PIMOUGUET-PÉDARROS, I., 2000, Archéologie de la défense: Histoire des fortifications antiques de Carie aux époques classique et hellénistique, Presses Universitaires de Franche Comté.  Ac Gén 154/
  • RADT, W., 1970, Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaische Epoche, Tübingen. COLL X A 03/
  • RADT, W., 1978, « Die Leleger auf der Halbinsel von Halikarnassos », in: Akurgal, E. (éd.), The proceedings of the Tenth International Congress of Classical Archaeology, I-III, 330-347.
  • ROBERT, L.,  1935, « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 331-340.
  • ROBERT, J. & L., Fouilles d’Amyzon en Carie I, Exploration, histoire, monnaies et inscriptions, Paris. Ac Si Ili 02-01/
  • RUMSCHEID, F., 2009, « Die Leleger: Karer oder Andere? », in: Rumscheid, F. (éd.), Die Karer und die anderen, 163-193. Ac Gén 211/
  • RUMSCHEID, F., 1999, « Mylasas Verteidigung: Burgen statt Stadtmauer ? », in: Schwandner, E.-L. & K. Rheidt (eds), Stadt und Umland, Neue Ergebnisse der archäologischen Bau- und Siedlungsforschung, (DiskAB 7), 206-222.
  • VARINLIOĞLU, E., 1994, « La fortification hellénistique de Stratonicée, archéologie et épigraphie », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale. Table ronde CNRS, Istanbul 20-27 mai 1993, REA 96, 189-191.
  • VERGNAUD, B., 2016(a), « La forteresse de l’acropole de Labraunda. Rapport préliminaire sur la 4e campagne de fouille (2016) », in Henry, O. et al, Labraunda 2015, Anatolia Antiqua XXIV, 397-412.
  • VERGNAUD, B., 2016(b), « La muraille d’Eurômos 2014-2015 », in Kızıl, A. et al., Euromos : Rapport préliminaire sur les travaux réalisés en 2015, Anatolia Antiqua XXIV, 325-333.
  • VERGNAUD, B., 2015, « La forteresse de l’acropole de Labraunda. Rapport préliminaire sur la 3e campagne de fouille (2014) », in Henry, O. et al, Labraunda 2014, Anatolia Antiqua XXIII, 316-330.
  • VERGNAUD, B., 2014(a), « Quelques observations sur la forteresse de Labraunda », in : Karlsson, K., Carlsson, S. & J. Blid Kullberg (eds), LABRYS. Studies presented to Pontus Hellström, (BOREAS 35), 107-122. Mél 132/
  • VERGNAUD, B., 2014(b), “L’acropole du site”, in : Henry et al., « La mission Labraunda 2013 – rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 22, 280-292.
  • VERGNAUD, B., 2014(c) “Labraunda Lower Acropolis Excavations 2012-2013: Preliminary Notes”, in : Karlsson, L., Blid-Kullberg, J., Vergnaud, B. & A. Freccero, « A preliminary report on the work at the sanctuary with a new reconstruction drawing of the sanctuary by Jesper Blid Kullberg and an appendix by Fredrik Tobin », Opuscula 7, 16-22.
  • VERGNAUD, B., 2013, “L’acropole du site”, in : Henry et al., « Labraunda 2012, rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 21, 285-298.
  • von GERKAN, A., 1935, Die Stadtmauern, Milet II. 3, Berlin. Ac Si Mil 05 B 2-3/
Cite this article as: Baptiste Vergnaud, "Les fortifications de la Carie antique," in Dipnot, 01/02/2017, https://dipnot.hypotheses.org/2015.

L’apparition du palais en Anatolie

10-imagenOctobre 2016
Türkçe çeviri

Symbole par excellence du pouvoir, sans cesse réactualisé, le palais désigne la demeure vaste et luxueuse d’un personnage important, en particulier la résidence d’un souverain. Une visite à l’IFEA, où l’on passe devant le Palais de France le rappelle, mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres à Istanbul (Büyük Saray, Tekfur Sarayı, Topkapı Sarayı, Dolmabahçe Sarayı, Beylerbeyi Sarayı, Yıldız Sarayı, etc.). Le palais associe l’ostentation du luxe architectural avec un aspect fonctionnel, car il sert de lieu de résidence et de centre administratif au pouvoir. Le palais désigne aussi, à partir du 15e siècle ap. J.-C., l’édifice où siègent les différents tribunaux d’une ville (palais de justice). Ces usages sont tout à fait similaires en français et en turc et de nombreux parallèles existent (Palais de l’Élysée / Cumhurbaşkanlığı Sarayı, palais de justice / adalet sarayı). Par ailleurs, l’usage commercial du mot se rencontre fréquemment à Istanbul où Simit Sarayı, Kahve Sarayı, ou Saray Muhallebicisi côtoient des hôtels luxueux appelés également saray sous l’influence de l’anglais palace.

La bibliothèque de l’IFEA possède un fonds intéressant pour remonter à l’apparition du palais, que l’on peut situer à l’âge du Bronze (3000-1200 av. J.-C.). Cette période qui voit la naissance de nombreuses civilisations que l’on appelle parfois « civilisations palatiales » où le monde économique et sociale dépend de la cour. En Mésopotamie, le palais a couramment été désigné par les sumerogrammes « E2-KAL » dans les textes dès le IIIe millénaire av. J.-C., un usage que l’on retrouve en Anatolie au IIe millénaire av. J.-C. lors de la période des Comptoirs de Cappadoce (Garelli 1963) et du Royaume Hittite (Bittel 1976). Précisons pour les enthousiastes d’étymologie que le sumérien « E2-KAL » est devenu en akkadien ēkallum et a été transmis en turc sous la forme de heykel à travers l’arabe هيكل (haykal). À l’origine, le mot qualifie une résidence et par métonymie, il sert à désigner l’ensemble des personnes qui y habitent. Le palais au Proche-Orient ancien n’est donc pas uniquement la résidence de la famille royale mais il sert également de siège au gouvernement. Les palais royaux de la ville de Mari (Syrie, Deir ez-Zor)1 font partie des témoignages les mieux documentés, et de très nombreuses publications sont disponibles à la bibliothèque sur les fouilles et les archives de Mari, tout comme à travers le portail www.Persee.fr (voir les indications bibliographiques ci-dessous). Au IIe millénaire, le palais royal de Mari mesure 200 m par 120 m et abrite 300 pièces au rez-de-chaussée. Ces dernières sont organisées selon une circulation complexe qui différencie les salles dédiées à l’administration du palais et du royaume, les zones de stockage de denrées, les appartements du roi, le harem et les lieux sacrés. En outre, de nombreux indices permettent d’identifier que ce bâtiment disposait d’un étage à présent détruit, doublant la surface et le nombre de pièces disponibles. Tant la documentation épigraphique abondante (quelque 20 000 tablettes d’argiles) que les vestiges très bien conservés (peintures, statues et nombreux objets) renseignent sur l’ostentation du bâtiment et son fonctionnement. C’est un excellent exemple qui montre comment à son origine, le palais sert à la matérialisation du pouvoir du roi et donc de soutien à la propagande et à l’idéologie royale.

L’Anatolie n’est cependant pas en reste d’exemples de palais très bien documentés. Les fouilles d’Arslantepe (à côté de Malatya) révèlent chaque année de nouveaux détails sur l’un des cas les plus passionnants, puisqu’il date de la 2e moitié du IVe millénaire (3500-3000 av. J.-C.), une période charnière qui voit l’apparition des premiers états territoriaux. Les fouilles à Arslantepe ont révélé une partie d’un bâtiment monumental, appelé « complexe palatial », construit en briques crues et dont certains murs mesurent 2 m d’épaisseur. Ce complexe regroupe tout aussi bien des temples que des zones dédiées à l’administration, des cours et des pièces de stockage. Par ailleurs, certaines productions céramiques sont, pour la première fois, produites en masse et deviennent standardisées pour faciliter la gestion des denrées. Il est difficile de parler de palais, puisque aucune pièce pour la résidence n’est connue (mais seule une partie du bâtiment a été fouillée) et les détails de l’organisation politique à cette époque sont inconnus. Néanmoins, les vestiges de nombreux scellés (masse d’argile couverte de sceaux officiels, de manière à ce qu’on ne puisse pas procéder à une ouverture sans briser les cachets), donnent une idée de l’organisation et du contrôle exercés par l’élite pour la gestion du bâtiment et du territoire qu’elle administrait. Ces scellés et l’aspect monumental de l’architecture du « complexe palatial » témoignent de l’autorité et de la position sociale de l’élite dirigeante qui se démarque de plus en plus du commun des mortels.

En revanche, avec l’apparition de l’écriture en Anatolie au début du IIe millénaire, le palais va devenir une constante dans les villes. Les premiers noms de rois (appelés « princes ») apparaissent dans les documents du Bronze Moyen (2000-1700) de Kaniš (moderne Kültepe, à côté de Kayseri). Là, dans les décombres du palais fut découverte en 1955 une lettre adressée à Waršama, prince de Kaniš. Ce palais dit « palais de Waršama », regroupe une soixantaine de pièces, construites de murs en briques d’argile crue reposant sur des fondations en pierres. On connaît également un palais antérieur et les travaux menés actuellement par F. Kulakoğlu sont en train de mettre au jour un complexe monumental du IIIe millénaire, qui pourrait bien être un palais. Le « palais de Waršama » est la résidence du couple princier, mais il abritait aussi un certain nombre de hauts dignitaires en plus de la famille royale et de la domesticité. C’est aussi le siège de l’administration anatolienne chargée de la gestion du territoire (on parle le plus souvent alors de cité-état). En outre, le palais est directement impliqué dans l’activité commerciale. Les caravanes sont redevables de plusieurs taxes, et les autorités usent de leurs prérogatives en matière de droits de préemption. Le « palais de Waršama » est l’exemple le mieux connu, mais toutes les villes devaient posséder un tel bâtiment qui regroupait toutes les fonctions qu’exerçait le souverain. C’est seulement avec l’apparition du royaume hittite au Bronze récent que l’on peut affirmer que le roi endosse aussi le rôle de « vicaire des dieux », même s’il est fort probable que cela était déjà le cas auparavant. Le palais royal de la capitale Hattuša (Boğazkale, Çorum) est l’un des premiers exemples où le palais correspond à un ensemble de plusieurs bâtiments distincts, réunis par des cours et des portiques, l’ensemble étant clairement séparé du reste de l’habitat par un mur de fortification; un schéma qui ressemble à celui de Topkapı.

À la suite de l’Âge du Bronze, le palais ne tiendra plus la place centrale qu’il avait dans les civilisations de l’âge du Bronze, où il était le centre de la vie économique et sociale, même si, en tant que résidence royale, le palais ne disparaîtra jamais. Néanmoins, si le luxe et le raffinement des palais impressionnent encore aujourd’hui et sont des témoins de l’ingéniosité d’une civilisation, il ne faut pas omettre que le palais est avant tout le résultat d’une idéologie destinée à « justifier » des inégalités exacerbées.

Bibliographie

Généralités

  • Aurenche Olivier (Ed.) 1977 Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche-Orient ancien
    COLL XLI b 003/
  • Bittel Kurt 1976 Les Hittites
    BA 04-04
  • Forest Jean-Daniel 1996 Mésopotamie, l’apparition de l’Etat VIIe-IIIe Millénaires
    Or Gén 081
  • Garelli Paul 1963 Les Assyriens en Cappadoce
    COLL I B 19

Palais royal de Mari

  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Architecture
    COLL II 068
  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Peintures murales
    COLL II 069
  • Parrot André 1959
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Documents et monuments
    COLL II 070
  • Parrot André 1974
    Mari capitale fabuleuse
    HA Syr Si 02 I
  • Rouault Olivier 1977
    Mukannisum : L’administration et l’économie palatiales à Mari
  • HA Ass Gén 01 XVIII
    MARI Annales de Recherches Interdisciplinaires
    COLL XIII A 08 Volume 1 à 7

Complexe « palatial » d’Arslantepe

  • Frangipane Marcella 2001
    «Arslantepe-Malatya: A Prehistoric and Early Historic Center in Eastern Anatolia», dans Gregory McMahon and Sharon Steadman (éd), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia: (10,000-323 BCE) https://dx.doi.org/10.1093/oxfordhb/9780195376142.013.0045
  • Frangipane Marcella 1997, A 4th Millennium Temple/Palace Complex at Arslantepe-Malatya. North-South Relations and the Formation of Early State Societies in the Northern Regions of Greater Mesopotamiai, Paléorient 23.1: 45–73
  • Frangipane Marcella (éd.) 2010. Economic Centralisation in Formative States. The Archaeological Reconstruction of the Economic System in 4th Millennium Arslantepe

Palais de Kaniš

  • Cecile Michel 2001 Correspondance des marchands de Kanish au début du IIe millénaire avant J.-C.
  • Özgüç Tahsin 1986 Kaniş II Eski yakındoğu’nun ticaret merkezinde yeni araştırmalar / New Researches at the Trading Center of the Ancient Near East
    HA Ana Si 074
  • Özgüç Tahsin 2003 Kültepe Kanış/Neşa : The earliest international trade center and the oldest capital city
    HA Ana Si 177

Palais de Hattuša et de Tapigga

  • Alp Sedat 1993 Beitrage zur Erforschung des hethitischen Tempels, Kultanlagen im Lichte der Keilschriffexte
    HA Ana Gén 200/
  • Alp Sedat 1991 Hethitische Briefe aus Maşat-Höyük
    HA Ana Si 163
  • Bittel Kurt 1970 Hattusha The Capital of the Hittites
    HA Ana Si 064
  • Neve Peter 1982 Büyükkale die Bauwerke : Grabungen 1954-1966
    HA Ana Si 030
  • Neve Peter 1992 Hattusa-Stadt der Götter und Tempel : Neue Ausgrabungen in der Haupstadt der Hethiter
    HA Ana Si 070
Cite this article as: Néhémie Strupler, "L’apparition du palais en Anatolie," in Dipnot, 03/10/2016, https://dipnot.hypotheses.org/2007.
  1. Sur la situation actuelle, on peut consulter le rapport publié en août 2016 Assessing the Status of Syria’s Tentative World Heritage Sites Using High-Resolution Satellite Imagery par l’American Association for the Advancement of Science https://www.aaas.org/page/ancient-history-modern-destruction-assessing-status-syria-s-tentative-world-heritage-sites-7 []

Le chant du cygne caucasien : 22 ans d’études caucasiennes à l’IFEA

En s’ouvrant dès la fin des années 1980 à l’étude du contemporain, avec la création notamment de l’Observatoire urbain d’Istanbul (OUI), qui demeure jusqu’à présent l’un des moteurs de l’Institut, l’IFEA ne pouvait ignorer les espaces situés au-delà des frontières politiques de la Turquie. D’autant que la dislocation de l’URSS allait bientôt permettre à la Turquie de (re)nouer des relations tant avec l’espace post-ottoman d’Europe centrale et orientale et des Balkans, qu’avec les ex-républiques soviétiques du Caucase et d’Asie centrale, en particulier les États turcophones. Bien entendu, ces relations doivent être jaugées à l’aune de particularités héritées de l’histoire, de la géographie, de l’économie, aussi bien que du culturel et du politique. À cet égard, les documents conservés à l’IFEA sur des supports variés (papier, numérique, site Internet) permettent de retracer près de 25 ans de recherche sur l’espace mer Noire-Caucase-Asie centrale. Ils témoignent à leur façon de l’importance accordée, au sein de notre institut, à l’environnement régional de la Turquie, mais aussi aux dynamiques propres à des espaces, des pays et des sociétés trop souvent observées « de loin », selon des grilles de lecture immuables (hydrocarbures, « Great game », conflits). Ils reflètent aussi la diversité des chercheurs liés à l’IFEA, qu’ils soient en poste à Istanbul ou à Bakou, ou qu’ils lui soient associés par différents biais. On observe ainsi de nombreuses coopérations avec d’autres IFRE (Instituts français de recherche à l’étranger) de la région (Centre français de Moscou, Institut français d’études sur l’Asie centrale de Tachkent puis Bichkek), mais également avec des institutions basées en Asie centrale, dans le Caucase et, bien sûr, en Turquie. À l’heure où le décloisonnement géographique et la transversalité disciplinaire apparaissent cruciaux pour appréhender dans toute sa complexité cet espace charnière et en perpétuelle recomposition, de nombreuses passerelles auront été créées entre mondes turc, post-soviétique, post-ottoman et iranien, consacrant la centralité stambouliote.

Cette note a donc pour objet d’esquisser un bilan des travaux menés à l’IFEA sur le Caucase. En l’occurrence, on s’est appuyé aussi bien sur des écrits produits par les chercheurs de l’IFEA (dossiers, revues de presse, programmes des événements scientifiques organisés) que sur des archives internes (notes, rapports d’activités, etc) et sur le site internet de l’institut. On peut évoquer également un fonds de cartes (en langue russe) qui s’est considérablement enrichi ces toutes dernières années, ainsi que la bibliothèque de l’IFEA et ses désormais nombreux ouvrages sur le Caucase.

Les études caucasiennes gagnent en visibilité au sein de l’IFEA en 1994 avec la création de l’Observatoire de l’Asie centrale d’Istanbul (AOC), fondé par Thierry Zarcone qui en assurait la coordination avec Jean-Louis Bacqué-Gramont, alors directeur de l’IFEA. À l’époque, cet observatoire était articulé autour de deux axes: un axe « voyageurs en Asie centrale » coordonné par François Georgeon et un axe « Caucase » animé par Alexandre Toumarkine. Par la suite, ce second programme s’est autonomisé et, en 2003, délocalisé à Bakou où l’IFEA possédait jusqu’en août 2016 une antenne installée au sein de l’Ambassade de France en Azerbaïdjan, l’« Observatoire du Caucase » (ODC), intégré au Pôle d’études contemporaines. Dirigé les premières années par Bayram Balcı (2003-2007), l’ODC est né de la volonté de rapprocher physiquement l’IFEA du Caucase.

Le programme « Turquie, Caucase, mer Noire » a légué à l’IFEA un ensemble d’articles de dossiers, de revues de presse et de coupures de journaux (en anglais, français, turc et russe) couvrant la période 1992-2003 sur cinq sujets essentiellement : conflits dans le Caucase (1992-2002) ; relations Turquie-Russie et Turquie Asie centrale (1994-2003) ; question arménienne (essentiellement en turc) ; relations turco-arméniennes ; Azerbaïdjan. L’ensemble de ces documents est librement consultable à l’IFEA et fait échos à certains « dossiers de l’IFEA », ainsi qu’à une partie des événements scientifiques organisés, encore fortement structurés jusqu’au milieu des années 2000 autour des relations entre la Turquie d’une part et l’Asie centrale et le Caucase d’autre part : colloque de 2003 à Tachkent Les nouvelles littératures des peuples turciques ; conférence en 2003 Communautés originaires du Caucase et d’Asie centrale en Turquie entre attachement à la République et redécouverte identitaire ; Les Géorgiens musulmans et l’Empire ottoman de la fin du XIX° au début du XX° siècle en 2008 à Tbilissi ;  dossier de l’IFEA La Turquie en Asie centrale. La conversion au réalisme (1991-2000) de Bertrand Buchwalter en 2001.

Si on observe une certaine continuité d’une thématique à l’autre, au fil du temps le Caucase semble s’émanciper et, en quelque sorte, se suffire à lui-même: table-ronde Le Caucase entre la Turquie et l’Iran organisée en 2003 à Istanbul et conférence Looking back and ahead : An insight into the Iranian influence in the Caucasus en 2014 à Tbilissi, par exemple. On citera aussi les dossiers Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : les contacts transfrontaliers entre la Turquie et l’Arménie (Burcu Gültekin) et Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ? (Burcu Gültekin et Bertrand Buchwalter), publiés respectivement en octobre et novembre 2002, qui sont à mettre en perspective avec le dossier rédigé en 2016 par Adrian Foucher et Elshan Mustafayev Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne. Témoignages de terrain.

À partir de 2008 notamment, la plupart des événements scientifiques sont organisés dans le Caucase (à Bakou et Tbilissi) ou en dehors de la région mais sur des thématiques directement en prise avec les terrains caucasiens. Sans prétendre à l’exhaustivité, on pourra citer le panel Soviet Power, Society and Nationalism in South Caucasus organisé par l’ODC en mai 2008 à l’occasion de la convention annuelle de l’Association for the study of Nationalities (ASN-New York)1 ;  le colloque La politique de l’Union Européenne vis-à-vis de la Russie après la guerre en Géorgie (Tbilissi, 2009) ; la table-ronde Democracy and governance in the Caucasus: the legacy of constitutionalist movements (Tbilissi, 2013) ; les « Journées Caucase » au Centre français de Jérusalem avec Yoann Morvan, chercheur à l’IDEMEC et Adeline Braux, responsable de l’ODC (2014-2016)  en novembre 2014 ; conférence Islam and Azerbaijan in an Era of Globalization en partenariat avec l’université Khazar (Bakou, mai 2014) ; Migrations de retour en Azerbaïdjan : processus d’adaptation des enfants d’immigrés azerbaïdjanais de Russie à l’Institut français d’Azerbaïdjan en décembre 2015.

Les études contemporaines ont certes occupé une place de choix au sein de l’ODC, néanmoins un travail de valorisation des fouilles archéologiques menées au Caucase du Sud a été entrepris depuis 2014. La mise en ligne sur le site de l’IFEA d’une carte agrémentée de photos et d’informations a ainsi permis de donner davantage de visibilité aux différents chantiers (treize depuis 1997) répartis entre l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie.

De fait, l’Observatoire du Caucase a surtout été celui du Caucase du Sud même si le Caucase du Nord n’a pas été pour autant négligé : conférences d’Aude Merlin à Bakou en 2011 (Ordres et désordres au Caucase) et d’Aurélie Campana à Istanbul en 2012 (Violences et reconfigurations politiques au Caucase du Nord), workshop From kolkhoz to Jamaat à Istanbul en 2010, travaux de Gilles Authier (responsable de l’ODC, 2012-2013) sur les langues du Caucase oriental. Il est vrai que l’implantation géographique de l’ODC à Bakou a permis de développer au plus près du terrain la recherche sur l’Azerbaïdjan, pays auquel très peu de travaux sont consacrés. Outre les publications en ligne sur le site de l’IFEA (dipnot) et les contributions réalisées par les responsables successifs de l’antenne, un présentoir Autour de la relation Turquie-Azerbaïdjan : considération bibliographique a été réalisé par Elshan Mustafayev (doctorant à l’IEP de Lyon) en octobre 2014. Par ailleurs, des conférences ont eu lieu très régulièrement à l’Institut français d’Azerbaïdjan et avec des universités locales, en particulier Identities on the Move: The Caucasus Between the Local, the Regional, and the Global. With a focus on Azerbaijan en mai 2015 à l’université Qafqaz. Néanmoins, Tbilissi a accueilli un nombre non-négligeable d’événements scientifiques, notamment lorsque Thorniké Gordadzé supervisait les activités de l’antenne de l’IFEA à Bakou (2006-2010). En outre, les responsables de l’ODC se sont tous rendus en Arménie à plusieurs reprises durant leur mandat afin d’y nouer des partenariats avec des institutions locales, d’y conduire des recherches personnelles ou à l’occasion de conférences (sur les de facto states, Sevan-septembre 2014). Ajoutons qu’un stagiaire de l’université Paris I a été accueilli par l’ODC à Erevan en partenariat avec l’ambassade de France et l’Université français en Arménie (UFA).

Enfin, en 2014-2015, l’Observatoire a accueilli quatre stagiaires (trois à Bakou, un à Erevan) : alors que Valentin-Mahou Hékinian effectuait une recherche sur le risque sismique en Arménie à Erevan, Blaise Lefebvre (IEP de Grenoble) se trouvait en Azerbaïdjan pour rédiger un mémoire sur les Jeux européens de Bakou, au premier trimestre 2015. Adrian Foucher (mai-juillet 2014) a quant à lui été associé à Elshan Mustafayev en 2015 pour la rédaction d’un dossier de l’IFEA consacré aux relations informelles entre la Turquie et l’Arménie, tandis que Romain Lefebvre, de l’École d’architecture de Grenoble, a conduit une fructueuse recherche sur l’héritage architectural soviétique de Bakou. Solidement ancrés dans une discipline (géographie, science politique, géopolitique, architecture), ces jeunes chercheurs dotés d’une forte appétence pour le travail de terrain ont produit articles, notes et mémoires accessibles en ligne sur le site de l’IFEA et ainsi pleinement contribué à l’enrichissement des études caucasiennes au sein de notre institut et au-delà.

Cite this article as: Adeline Braux, "Le chant du cygne caucasien : 22 ans d’études caucasiennes à l’IFEA," in Dipnot, 26/08/2016, https://dipnot.hypotheses.org/1955.

  1. L’IFEA y était de nouveau représenté en mai 2015 avec un panel intitulé Nagorno-Karabakh After Donbass? Exploring Ways for a Revived Turkey-Armenia-Azerbaijan Dialogue. []

État de l’archéologie en Turquie pour l’année 2015

Poteries datant du Chalcolithique Ancien, vers 6000 av. J.-C. Site de Tepecik-Çiftlik (Cappadoce), fouilles Université d'Istanbul, collaboration Mission Melendiz du MAE-DI
Poteries datant du Chalcolithique Ancien, vers 6000 av. J.-C.
Site de Tepecik-Çiftlik (Cappadoce), fouilles Université d’Istanbul, collaboration Mission Melendiz du MAE-DI

Annuellement, le Ministère turc de la Culture et du Tourisme publie, sur son site de la Direction Générale des Antiquités et Musées le détail des fouilles et prospections réalisées durant l’année, ainsi qu’un inventaire du patrimoine culturel.

C’est l’occasion, avant le symposium annuel des Fouilles, Prospections et Archéométrie, organisé par le Ministère de la Culture et du Tourisme, (Edirne 23 – 27 mai 2016) et la reprise des activités de terrain pour les fouilles et prospections programmées, de faire le point sur l’activité archéologique en Turquie, l’implication de la France et les enjeux à venir.

Nous en profitons également pour présenter la nouvelle mouture de la directive régissant les activités archéologiques, à télécharger en français ici.

Au début des années 2000, la Turquie a renforcé son arsenal juridique encadrant les activités archéologiques en même temps qu’elle augmentait considérablement les investissements dans les fouilles et les universités.

Cette stratégie visant à investir dans le patrimoine national se reflète de manière spectaculaire dans la politique de la Turquie envers l’UNESCO. Depuis 2000, la Turquie fait partie des 25 donateurs les plus généreux et, après l’arrêt des financements américains en 2012 (22% du budget) suite à la reconnaissance de l’État de Palestine par l’UNESCO, la Turquie a doublé sa dotation à partir de 2013, contribuant ainsi à 2,5% du budget régulier de l’UNESCO (soit quelques 26 millions de dollars sur 653 millions de dollars pour l’année 2014-2015), et accorda en 2013 une contribution supplémentaire volontaire de 5 millions de dollars, en gage de soutien.  La diplomatie turque est mise à contribution dans l’élaboration d’un lobbying feutré grâce au relai efficace de l’Ambassade de Turquie en France, invitant des personnalités politiques et universitaires lors de soirées de présentation animées par des intellectuels et chercheurs turcs francophones et anglophones. Entre 2000 et 2015, pas moins de 63 dossiers de demandes de classement sur la liste du patrimoine mondial matériel ont été déposés, six d’entre eux ont été classés entre 2011 et 2015, ce qui correspond à un succès comparé aux sept autres sites turcs classés entre 1985 et 1998. Au total, la Turquie compte treize sites classés au patrimoine mondial matériel de l’UNESCO dont six ces quatre dernières années, plus deux sites naturels (Parc National de Göreme en Cappadoce et Pamukkale-Hiérapolis).

Les fouilles « programmées »

Par fouilles programmées, entendons les fouilles conventionnelles dirigées par des universitaires, docteurs en archéologie, ayant atteint le grade de maître de conférences ou « doçentlik » requis pour prétendre à la direction d’une fouille. Le permis de fouille est délivré à titre individuel, au nom du directeur des fouilles, mais la responsabilité financière incombe à l’institution qui s’engage à assurer le budget de fonctionnement annuel, permettant de couvrir, au minimum, les frais de logistique, d’aménagements (aires de fouilles et locaux)  et de gardiennage.

Deux catégories d’universitaires susceptibles de diriger une fouille programmée sont distinguées : les nationaux, citoyens turcs rattachés à une institution de recherche turque et les ressortissants étrangers.

Cette distinction est importante à plus d’un titre :

Au plan diplomatique, la relation scientifique dans le domaine de l’archéologie est jugée à l’aune du nombre de permis de fouilles attribué à un pays. La capacité de ses institutions à assurer un financement stable des fouilles qui lui sont accordées, en répondant aux critères de la Direction Générale des Antiquités et Musées (DGAM), est un critère particulièrement important aux yeux du Ministère de la Culture et du Tourisme.

Au plan financier, les fouilles archéologiques disposant d’un permis accordé à un ressortissant turc titularisé dans une université turque bénéficient d’une allocation annuelle du Ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Inversement, le directeur adjoint, obligatoire sur la fouille et obligatoirement de nationalité turque, ne peut bénéficier d’une allocation dudit ministère, même si sa participation aux fouilles est fondée sur une collaboration directe avec son université et qu’il dispose de sa propre équipe de chercheurs et d’étudiants. Il importe donc de comprendre qu’une collaboration avec une université turque n’ouvre pas droit à bénéficier d’un apport financier annuel complémentaire provenant du Ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Pour l’année 2015, le Ministère de la Culture et du Tourisme recense 156 fouilles, dont 36 sous directions étrangères, soit 23% (fig. 1) .

figure 1
fig. 1 Fouilles programmées turques et étrangères (ni=156)

Les périodes concernées vont de la paléontologie jusqu’aux périodes byzantines et ottomanes, ces dernières regroupant des opérations de fouilles souvent inscrites dans le cadre de travaux de rénovation d’un bâti. Les fouilles protohistoriques et classiques se partagent 65% des opérations tandis que les fouilles préhistoriques représentent 10 % des travaux de terrain (fig. 2).

figure 2
fig, 2 Fouilles étrangères par pays (ni=36)

La recrudescence des universités sur l’ensemble du territoire turc, initiée depuis plus de dix ans par le pouvoir en place, a sensiblement bouleversé la répartition universitaire qui prévalait jusqu’alors, majoritairement organisée autour de quelques universités historiques comme les universités d’Ankara et d’Istanbul ou encore de l’Égée à Izmir.

Par exemple, si l’Université d’Istanbul reste un acteur majeur de l’archéologie de la préhistoire récente, une partie des effectifs du département de protohistoire s’est redéployée à l’université Şeyh Edebali de Bilecik.  L’Université d’Ankara conserve son expertise sur le paléolithique mais voit son influence sur l’archéologie classique diminuer, au même titre que celle de l’Université de l’Égée, par la multiplication des départements d’archéologie focalisés sur les périodes classiques.  Dans l’ouest égéen, les universités de Muğla (Sıtkı Koçman), Manisa (Celal Bayar), de Denizli (Pamukkale), d’Aydın (Adnan Menderes) ou encore de Çanakkale (Onsekiz Mart) sont devenues, en l’espace de dix ans, des acteurs incontournables de l’archéologie classique en Turquie.

Cette évolution fut initiée à partir des années 2000 par le transfert des permis de fouilles et des responsabilités administratives s’y rapportant, des musées aux universités. Les musées se voient confier la gestion des fouilles de sauvetage mais n’interviennent plus que comme support logistique (dépôt, représentation du Ministère) dans les fouilles programmées.

Bien que censée favoriser une régionalisation de l’archéologie, cette mesure se traduit par une multiplication des acteurs sans pour autant assouplir la réglementation régissant l’ensemble de l’activité archéologique, qui reste l’apanage du Ministère de la Culture et du Tourisme. Dans ce contexte, fouilles et programmes «étrangers » ont bien du mal à se faire une place tant le coût des opérations devient lourd à assumer tandis que le périmètre géographique des actions archéologiques se retrouve restreint par la superposition de frontières administratives et académiques.  Ce point est d’autant plus sensible pour les prospections car leur multiplication et l’étendue des périmètres accordés à des acteurs dans une région administrative donnée, nécessite l’accord des parties académiques déjà sur place afin d’obtenir qu’un nouveau permis de recherche archéologique soit accordé par le Ministère.

Face à ces difficultés, l’IFEA a développé une politique de collaborations formelles (dans le cas de programmes de terrains) et informelles (ateliers de formation pour étudiants) permettant de bénéficier de relais locaux au sein de multiples universités. Ces relais sont mobilisés afin de faciliter les échanges entre les étudiants et chercheurs français avec le monde universitaire turc et de favoriser les partenariats dans le cadre de fouilles. Car, si la Turquie compte encore 36 fouilles « étrangères » sur son sol, la tendance est à l’insertion des nouveaux programmes étrangers à l’intérieur du cadre de programmes pilotés administrativement par des universitaires turcs.

Les fouilles dites « étrangères »

Les statistiques de la Direction Générale des Antiquités et Musées, fondées sur la nationalité du détenteur du permis de fouilles ou de prospection, ne reflètent qu’une part relativement faible de l’apport des chercheurs étrangers à l’archéologie anatolienne.

figure 3
fig. 3 Répartition des fouilles par périodes chronologiques

Parmi les fouilles étrangères, trois nations cumulent 24 fouilles, réparties entre USA, Italie et Allemagne. La France, avec deux fouilles, arrive en cinquième position avec l’Autriche, juste après le Japon qui compte trois fouilles (fig. 3). Au total, onze pays disposent d’au moins une fouille sur le sol turc.

fig. 4
fig. 4 Prospections turques et étrangères (ni=99)

Pour les prospections, sur quatre-vingt-dix-neuf programmes recensés en 2015, treize étaient menés sous directions étrangères (fig. 4), dont un identifié comme français (fig. 5).

fig. 5
fig. 5 Prospections étrangères par pays (ni=13)

Les deux fouilles identifiées comme « françaises » par les autorités turques sont donc les deux dernières missions françaises détentrices du permis de fouilles accordé par le Ministère turc de la Culture et du Tourisme : Labraunda et Porsuk Höyük.  Comme nous l’avons souligné, la participation étrangère à l’archéologie en Turquie n’est analysée qu’en fonction d’un seul critère, celui du permis de fouilles. Pour autant, ce critère ne reflète en rien la participation réelle que représente la multitude de programmes de recherches organisés en équipes ou de manière individuelle, en collaboration avec les fouilles archéologiques dirigées par des universitaires turcs.

Considérons l’investissement français et ses sources diverses : Le MAE-DI reste un acteur central du dispositif archéologique associé aux fouilles et prospections. Pour l’année 2016, la Commission Consultative des Fouilles du MAEDI accorde des allocations à huit missions archéologiques listées ci-dessous :

  1. AtamTURC (Jean-Yves EMPEREUR, Cealex) Nouvelle mission 2016. Collaboration avec l’Université de l’Égée et l’Université d’Ankara
  2. CLAROS (Jean-Charles MORETTI, MOM-USR IRAA). Collaboration avec l’Université de l’Égée
  3. EOLIDE (Stéphane VERGER, ENS-AOROC-DAI-IFEA). Collaboration avec les universités de l’Égée et de Manisa.
  4. EUROMOS (Koray KONUK, Université de Bordeaux-UMR AUSONIUS). Collaboration avec l’Université de Muğla.
  5. LABRAUNDA (Olivier HENRY, PSL*/ENS-AOROC-IFEA)
  6. LYCIE (Isabelle PIMOUGUET-PEDARROS, Université de Nantes-CRHIA). Collaboration avec l’Université Atatürk d’Erzurum.
  7. MELENDİZ (Martin GODON, IFEA-Cépam) Nouvelle mission 2016. Collaboration avec l’Université d’Istanbul
  8. PORSUK Zeyve Höyük (succession C. BARAT, Université de Valenciennes-IFEA).

Six Missions Archéologiques du MAE-DI sont donc réalisées dans le cadre de collaborations à des fouilles archéologiques disposant d’un permis « turc ».

Le programme régional Envi-Med-Mistrals est une autre source de financement accordée par le MAE-DI qui, dans le cadre de l’archéologie en Turquie, vient en appui aux travaux d’analyse historique du patrimoine antique de Diyarbakır (programme AMIDA, dir. Martine ASSÉNAT Université de Montpellier III-CRISES-IFEA), et aux recherches géologiques sur les interactions entre les évolutions climatiques et les sociétés humaines durant l’Holocène (programme ANAGRAM, dir. Catherine KUZUCUOĞLU, CNRS-LPG).

À ces sources, il convient d’ajouter les financements extérieurs au MAE-DI, directement liés à des opérations de terrains (Chaire d’excellence ArchAnat de PSL*, dir. Olivier HENRY-ENS ; ANR NekroPergeol, dir. Stéphane VERGER-ENS ; ANR GéObs, dir. Damas MOURALIS, Université de Rouen) ou venant en soutien à la recherche (bourses AMI, INSHS ; programmes MSH, Erasmus) sans compter les ressources matérielles et humaines mises à la disposition des chercheurs par l’IFEA.

Soulignons donc le décalage entre la vision purement administrative et diplomatique que revêt le simple décompte des programmes archéologiques en fonction de la nationalité du détenteur du permis et la réalité des programmes archéologiques qui se fondent majoritairement sur des collaborations universitaires internationales et qui dépendent de financements diversifiés.

Il s’avère donc important de redéfinir les modes de communications des missions MAE-DI qui, fidèles aux directives de la Commission des Fouilles du MAE-DI, sont encouragées à développer leur site internet et à communiquer à l’IFEA un petit résumé annuel permettant de mettre à jour les fiches des programmes sur notre propre site. Les missions et programmes archéologiques peuvent également s’appuyer sur notre présence sur les réseaux sociaux afin de diffuser des nouvelles de leurs activités : annonce de colloque, sortie d’ouvrage, exposition, mises à jour des pages internet.

Fouilles de musées, sauvetages et terrains divers

Les terrains archéologiques ne se composent pas exclusivement des fouilles et prospections programmées dans le cadre universitaire. Ces deux catégories représentent à peine 50%, respectivement 29% de fouilles programmées et 18% de prospections (figs. 6 et 7).

Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (ni=545)
fig. 6 Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (ni=545)
Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (numéraire)
fig. 7 Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (numéraire)

Plus de la moitié des interventions archéologiques sont réalisées dans le cadre de la gestion et de l’aménagement du territoire et recouvre des catégories diverses :

Les fouilles de sauvetages, au nombre de 209 (38 % de l’ensemble des interventions), recouvrent des opérations allant d’un simple diagnostic lors de travaux de voirie aux fouilles systématiques pouvant durer plusieurs mois, dans le cas de travaux d’aménagement urbain. L’exemple le plus spectaculaire à ce jour reste celui des fouilles de Yenikapı, initiées en 2004 par la mise en œuvre du gigantesque chantier de la gare de Yenikapı assurant la connexion entre le Marmaray (tunnel ferroviaire reliant les deux rives du Bosphore), le métro, le train de banlieue et le tram, chantier qui pris fin en 2013. Réalisées sous la supervision des musées régionaux, ces fouilles peuvent être menées par des étudiants, des archéologues universitaires et de la DGAM. Dans la cadre de chantiers d’aménagement impliquant des acteurs privés, tout ou partie des frais des fouilles sont à la charge du consortium.

Les « fouilles de musées », au nombre de 54 (10% de l’ensemble des interventions), désignent les sites archéologiques sous la responsabilité directe des musées, sur lesquels des interventions archéologiques ont lieux. Il s’agit majoritairement de fouilles entreprises à la suite d’une décision du cabinet interministériel (Bakanlar Kurulu) ou du Ministère de la Culture et du Tourisme, suite à l’absence d’alternative universitaire sur un site jugé particulièrement important, d’un soutien administratif temporaire à une équipe de fouilles ne disposant pas encore d’une direction de plein droit, ou encore d’un dossier considéré comme d’importance nationale, comme c’est le cas aujourd’hui pour le site de Göbekli Tepe, en attente de classement sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Citons aussi quelques cas particuliers, qui répondent à des législations et à des responsabilités ministérielles diverses :

Les fouilles sous-marines, au nombre de quatre, sont classées à part des fouilles programmées car elles sont encadrées par des règles spécifiques du droit du travail.

Les fouilles liées aux programmes d’aménagements dans le domaine de l’énergie. Nous y trouvons cinq fouilles dépendantes des programmes HES (Hidroelektrik Santral) et autres barrages, comme celui de Doğanpınar dans la région de Gaziantep, dont dépend la fouille de Tilbeşar, anciennement mission française du MAE-DI.

Les opérations archéologiques initiées par des travaux miniers sont également classées à part, avec cinq fouilles en 2015 liées aux mines de charbon sous l’autorité de la Société des charbonnages turcs (Türk Kömür İşletmeleri Kurumu). Le projet de gazoduc TANAP (Trans Anadolu Doğal Gaz Boru Hattı) compte une fouille enregistrée en 2015.

Les fouilles liées aux « investissements publics » (Kamu Yatırım). Ces opérations désignent des fouilles réalisées à l’occasion de grands chantiers publics, généralement après expropriations des populations de quartiers « bidonvilles », destructions du bâti et réaménagement complet. Les treize sites concernés en 2015 sont tous localisés dans l’est de la Turquie, à Diyarbakır, Şiirt, Batman et Şırnak.

Les conflits urbains de ces derniers mois dans les villes de Diyarbakır, Cizre, Silopi et Nusaybin vont probablement accroitre le nombre d’opérations archéologiques de ce type, si l’on en croit la volonté du gouvernement de nationaliser, après expulsion des habitants, un grand nombre de parcelles, ce qui permettrait la recapitalisation de valeurs foncières jusqu’alors occupées par des classes populaires. À moyen terme, l’intérêt vivace du gouvernement actuel pour la rente immobilière, en plus de celle touristique, risque fort d’entraver les efforts du Ministère de la Culture et du Tourisme envers l’UNESCO.

Diyarbakır est un exemple de ce paradoxe, L’UNESCO ayant reconnu en 2015 les murailles et les Jardins de l’Hevsel en tant que paysages culturels faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité, ainsi que le quartier de Sur (intramuros) et le bassin du Tigre en amont et en aval de la ville en tant que zone tampon1 , l’embrasement guerrier à l’intérieur de la ville ces derniers mois débouche sur une vaste opération de réhabilitation du quartier de Sur. Ce quartier populaire reflète plus de deux millénaires de développement urbain et culturel. Sa topographie actuelle témoigne, à l’instar d’une empreinte, du plan de la ville antique d’Amida.

La fin des affrontements en mars dernier sonne le coup d’envoi de cette réhabilitation, dont le premier acte passe par la décision du Conseil des Ministres (21 mars 2016), d’exproprier 6292 des 7714 parcelles du cadastre de Sur, soit une majorité du bâti localisé sur les 158 hectares de la zone tampon. La rapidité avec laquelle les machines-outils et autres camions bennes ont investi ce bâti historique, sans concertation avec la Municipalité ni présentation précise des objectifs, laisse présager une réhabilitation tenant plus de la reconstruction que d’une rénovation.

Directive régissant les activités archéologiques

La nouvelle mouture des nombreuses règles entourant l’activité archéologique en Turquie se caractérise par des ajouts à la marge, une réorganisation des articles et une nouvelle numérotation des documents annexe. Pour les missions « françaises », il est impératif de se reporter à ces nouveaux documents dans l’exercice des démarches administratives. Pour les missions françaises travaillant en collaboration avec des missions turques, la lecture attentive de la directive est également importante. Elle permet de se rendre compte de l’ensemble des frais couverts par le partenaire turc et des contraintes auxquelles il est soumis.

Nous rappelons que les missions doivent soumettre à la DGAM, entre autres rapports et formulaires, un bilan financier de la campagne passée, comparé au budget prévisionnel (article 4-e) ; une notification par écrit du montant  du budget de fonctionnement, émanant de l’institution se prévalant de la direction de la fouille (article 4-f et g) ainsi que l’information quant aux financements provenant d’autres sources (article 11-g) ; que le directeur s’engage à trouver les financements nécessaires à la construction de la maison de fouille et au rachat des terrains sur le site (article 4-ğ). Un récapitulatif des obligations financières est disponible à l’article 11-m.

Cite this article as: Martin Godon, "État de l’archéologie en Turquie pour l’année 2015," in Dipnot, 06/05/2016, https://dipnot.hypotheses.org/1902.

  1. Oliver Martin / Giovanna Piatti (Ed.), 2009.- World Heritage and Buffer Zones Patrimoine mondial et zones tampons. International Expert Meeting on World Heritage and Buffer Zones Davos, Switzerland 11 – 14 March 2008, World Heritage Papers No. 25, France UNESCO World Heritage Centre.

    Définition succincte d’une zone tampon applicable au cas de Diyarbakır, p. 188 :

    “d) World Heritage Buffer Zones are established, where required, in relation to paragraphs 103-106 of the Operational Guidelines and are not regarded as part of the inscribed World Heritage property. However their effectiveness in protecting the outstanding universal value is assessed as part of the evaluation of a nomination and their boundaries are formally registered at the time of inscription (or at the time of modifications noted by the World Heritage Committee) as an integral component of the State Party commitment to the protection and management of the property (Operational Guidelines Paragraph 155);

    e) Major modifications to a World Heritage buffer zone subsequent to acceptance and recording should be approved by the World Heritage Committee (Operational Guidelines Paragraph 107)”. []

L’Archéologie dans la presse magazine turque en ce début d’année 2016

tarih dergi cover smallLa revue #Tarih Dergi (#Revue d’Histoire) propose dans son premier numéro de l’année 2016 (janvier 2016, No. 20), outre un dossier spécial revenant sur la relation étroite entre développements historiques et géographie concernant l’Anatolie, une rétrospective des principales découvertes archéologiques en Turquie durant l’année 2015.

Sous la plume de l’archéologue Şevket DÖNMEZ, maître de conférences à l’Université d’Istanbul-département de Protohistoire, onze sites ayant délivré des témoignages archéologiques remarquables sont évoqués sur deux pages. En voici la traduction presque fidèle, quelques ajouts s’y glissant afin d’éclairer le lecteur sur des aspects chronologiques.

Beyoğlu dans l’Antiquité

(Istanbul, quartier de Beyoğlu, V-VIème siècles). La restauration de la Villa Garibaldi, siège de la société italienne de secours mutuel au XIXème siècle, réalisée  sous la direction du Dr. Sedat BORNOVALI, a révélé sous les fondations une nécropole  remontant à la fin de l’époque romaine et au début de la période byzantine. Les fouilles ont été placées sous la responsabilité du Musée Archéologique d’Istanbul et seront probablement étendues aux parcelles adjacentes.

Un héritage byzantin

(Istanbul, Silivri, XI-XIIème siècles).   Les travaux d’aménagement liés au programme d’implantation d’éoliennes sur la  côte nord de la Marmara ont mis au jour  des restes d’architectures et des tombes datant de l’époque byzantine. Proches de ces vestiges, les fouilles du mur d’Anastase, daté  entre les V et VIIème siècles, effectuées sous l’égide du Musée archéologique d’Istanbul, continuent de révéler les détails de cette barrière défensive gardant le flanc ouest de Constantinople sur plus de 50 kilomètres de la Mer Noire à la Mer de Marmara.

Les graffitis de gladiateurs

(Çanakkale, cité antique de Parion, Ier-IVème siècles av. J.-C.). Les fouilles du théâtre de la cité antique de Parion, en Troade, réalisées sous la direction du Prof. Dr. Vedat KELEŞ de l’Université de Samsun, permirent d’identifier des graffitis gravés sur les murs des coulisses à l’arrière de la skéné, représentant deux gladiateurs en plein combat.

L’autel de Dionysos

(Izmir, cité antique de Téos, Ier-IIème siècle  av. J.-C.).  Des douze cités de l’Ionie antique, celle de Téos est particulièrement connue pour abriter le plus grand temple consacré  au lubrique Dionysos. Les fouilles 2015, sous la direction du Prof. Dr. Musa KADİOĞLU de l’Université d’Ankara, ont permis de découvrir un masque à proximité de l’autel de Dionysos.

Une « gentilhommière» de 5000 ans

(Kütayha, site de Çiledir Höyük, 3000-2500 av. J.-C.). Le site de Çiledir Höyük, localisé dans le bassin charbonnier de Seyitömer, fait l’objet d’une fouille de sauvetage dirigée par le Musée Archéologique de Kütahya.  Les fouilles extensives ont révélé des niveaux datant du Bronze Ancien, sur une séquence continue couvrant près d’un siècle d’occupation.  En 2015, une large structure d’habitat domestique fut mise au jour, témoignage probable de l’aisance financière et du statut social de ses habitants.

Un sarcophage à tête de Gorgone

(Çorum, Kazıklıkaya, II-IIIème siècles ap. J.-C.). Lors de travaux d’excavation dans le village de Kazıklıkaya au sud de la ville de Çorum, un sarcophage datant probablement de l’époque romaine a été découvert. Transporté au Musée de Çorum, ce linceul minéral arborant un remarquable décor représentant une tête de Gorgone, s’avère avoir été taillé dans une pierre locale apparentée au marbre, expression d’un savoir-faire régional.

Apparition de la déesse Kubaba

(Kahramanmaraş-Afşin, IX-VIIIème siècle av. J.-C.). Égarée depuis 1881, la partie supérieure d’une stèle représentant la déesse Kubaba, reine de la cité hittite de Karkemish, a été retrouvée dans le jardin d’une résidence collective d’Afşin. L’analyse détaillée des hiéroglyphes et décors qui l’ornent, réalisée par le Docteur Hasan PEKER, hittitologue à l’Université d’Istanbul,  confirme que cette pièce est la partie manquante de la stèle lacunaire de Kubaba, conservée au British Museum à Londres.

L’un des premiers sites turc

(Erzincan-site de Kemah Kalesi, XIème siècle ap. J.-C.).   Les fouilles de Kemah Kalesi, entreprises par l’Université Atatürk d’Erzurum sous la direction du Prof. Dr. Hüseyin YURTTAŞ, révélèrent un site d’habitat probablement fondé il y a 1000 ans, peu avant ou juste après la guerre de Malazgirt qui marque le tournant de la domination turque en Anatolie.

Textes  cunéiformes sur cylindres

(Gaziantep-site de Karkemish, VIIIème siècle av. J.-C.). Les fouilles du site de Karkemish, à la frontière turco-syrienne, continuent malgré le conflit syrien. Menées par les universités d’Istanbul et de Bologne, les fouilles entreprises en 2015 dans le complexe palatial hittite de Karkemish, conquis en 717 av. J.-C. par le roi assyrien Sargon II, permirent de retrouver, au fond d’un puits de la grande salle, deux cylindres de textes cunéiformes.

Une statuette de taureau en argile

(Samsun, site de Diklimtepe, 3500-2000 av. J.-C.). Les prospections menées dans la région de Samsun par le docteur Atila TÜRKER de l’Université de Samsun permirent de trouver, sur le site de Diklimtepe, une statuette de taureau datant du Bronze Ancien, témoignage des liens culturels entre les côtes de la mer Noire et le plateau anatolien.

Des monnaies mameloukes au nord de l’Anatolie

(Amasya, fouilles de la forteresse d’Harşena et du Palais des jeunes filles, XV-XVIème siècles ap. J.-C.). Menées par le docteur Emine NAZA DÖNMEZ de l’Université d’Istanbul, les fouilles de ces deux édifices symboles de la riche histoire d’Amasya depuis l’antiquité, mirent au jour quatre monnaies d’or frappées du sceaux de la fin de la dynastie mamelouke, sous le règne des sultans cairotes  Kayıtbay  et  Tomanbay. Ces monnaies pourraient repousser plus au nord les dernières frontières d’influences mameloukes, juste avant que les Ottomans en 1516, emmenés par Selim Ier, mettent un terme à près de trois siècles de domination mamelouke sur l’Égypte et la Syrie.

Certes, cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité et le préhistorien que je suis y aurait bien ajouté quelques bifaces et lames de silex ou d’obsidienne mais, comme le souligne l’auteur dans son introduction, elle contraste avec l’arrêt, depuis 2011, de l’activité archéologique en Syrie et la triste routine des annonces de pillages, destructions et commerces illicite d’antiquités vidant la Mésopotamie et le Levant de leur patrimoine.

La Turquie serait-elle, pour autant, préservée de ces destructions ?  Ce serait oublier l’escalade armée qui, depuis l’automne 2015, étouffe l’est de la Turquie, faisant basculer la région dans un état de siège. Outre l’évidente détresse des populations locales, c’est l’économie d’une région qui pâtit de la résurgence du conflit armé, économie particulièrement vitale pour le développement des standards sociaux, des infrastructures scolaires, universitaires, médicales et culturelles grâce aux ressources qui en dérivent et, en temps normal, abondent aux budgets des municipalités.   La ville de Diyarbakır est particulièrement touchée par une récession brutale, comme la manchette du journal Dünya daté du 06 janvier 2016 le souligne : « Diyarbakır’dan Ekonomik Göç », exile économique de Diyarbakır. Le reportage du journaliste İbrahim EKİNCİ mené auprès de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Diyarbakır  et l’interview de son président Ahmet SAYAR sont éloquents (pp. 11-12). Rien que dans le quartier de Sur, épicentre de ce conflit urbain, pas moins de 361 commerces ont fermé. Les investissements privés sont au point mort et une crise du crédit est à craindre sous peu. Les recettes municipales sont exsangues, privées des taxes professionnelles générées par une économie en pleine croissance avant l’été 2015.

Dünya Manchette Diyarbakır smallLe classement des murailles de Diyarbakır et jardins de l’Hevsel sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO le 08 juillet dernier avait fait naitre l’espoir d’un développement touristique caractérisé par des investissements municipaux dans le mobilier urbain et privés dans l’hôtellerie. Les hôtels ont fermés, quant aux divers sites inscrits dans la zone de classement UNESCO, ils subissent les dégradations quotidiennes que les conflits armés infligent aux bâtis. Ainsi, écrit l’historien d’art Hayri Fehmi YILMAZ en pages 14 et 15 de la revue #Tarih, concernant

« Diyarbakır, là où tant de personnes ont déjà perdu la vie, parler des destructions du patrimoine historique peut sembler trivial […] pourtant, cette région, cette ville et ces monuments représentent un héritage culturel partagé entre Turcs, Kurdes, Arabes, Arméniens, Syriaques, Circassiens et Bosniaques dont la destruction porterait un coup fatal au besoin pressant de concorde ».

magma Albert Gabriel smallTriste retournement de situation pour cette ville avec laquelle l’Institut Français d’Études Anatoliennes entretient des liens historiques tissés dès 1932 par son fondateur, Albert Gabriel, auquel Zuhal ÖZEL SAĞLAMTİMUR, maître de conférences à la faculté de Communication de l’Université de l’Égée (Izmir), accorde un bel hommage dans la revue Magma (no. 8, décembre 2015 janvier 2016, pp. 30-32). Sous le titre « Albert Gabriel, l’ami des monuments », son article rappelle le rôle qu’Albert Gabriel joua dans la préservation des murailles de Diyarbakır, alors accusées d’être à l’origine d’un climat suffocant dans la ville, et condamnées à être détruites afin de favoriser une saine aération du dédale de rues.

Huit décennies plus tard, l’IFEA s’est à nouveau penché sur ce patrimoine monumental et naturel en s’associant au programme de recherche Amida (du nom de la cité antique de Diyarbakır), dirigé par Martine ASSÉNAT (Université de Montpellier 3, unité de recherche  CRISES).

Développé en partenariat avec la Municipalité de Diyarbakır et financé par le programme ENVI-Med Mistral du Ministère des Affaires Étrangères, ce programme apporta une contribution scientifique non négligeable au dossier de candidature à l’inscription de Diyarbakır sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Publiés en décembre 2015 grâce à la célérité de ma collègue Isabelle GILLES, les actes du premier colloque Amida, tenu à la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier en octobre 2014, sont consultables sur Open Edition Books.

Plus consensuel s’avère être  le dossier spécial consacré aux fouilles de Çatal Höyük dirigées par Ian HODDER (Université de Stanford), dans la revue Aktüel Arkeoloji (no. 49, janvier-février 2016). Outre une mise à jour des données essentielles à la compréhension de ce site renommé, le lecteur trouvera quelques pages intéressantes, sous la plume de Dominik LUKAS (Université de Stanford), concernant la mise en place d’un système d’archivage global en trois dimensions du site et des données terrain.

Arkeoloji dergisi cover smallOn regrettera la vision restrictive de ce dossier, essentiellement centrée sur le site en lui-même et ne laissant qu’une place mineure à une approche régionale, donnant l’image tronquée d’un site unique isolé au milieu d’un désert culturel et  socio-économique, à l’opposé du foisonnement néolithique caractérisant le plateau anatolien et ses littoraux méditerranéens et égéens entre 7000 et 5500 av. J.-C.

Pour conclure, revenons à la revue Magma où une belle surprise nous attend dans le cahier spécial « Baykuş », du nom de l’oiseau de nuit auquel rien n’échappe, le hibou (Magma Baykuş no. 8).

Magma dossier Baykus smallSous le titre « Logique, Foyer, Outil, Éthique », ce dossier explore les origines de l’homme et les multiples questions qui y sont associées, que posent les développements et lignées multiples depuis plus de 6 millions d’années à nos jours.

Loin d’être un cours magistral sur la paléontologie et le paléolithique, ce dossier, rédigé par l’anthropologue et journaliste Mustafa CEMAL, porte un regard curieux et chargé d’empathie sur l’histoire de l’homme et sa diversité. À n’en pas douter, ces pages susciteront des vocations en plus d’apporter quelques éléments de tolérance et de fraternité que l’on aimerait voir se distiller au-delà de ces lignes.

Cite this article as: Martin Godon, "L’Archéologie dans la presse magazine turque en ce début d’année 2016," in Dipnot, 13/01/2016, https://dipnot.hypotheses.org/1860.

Approches technologiques en archéologie

Novembre 2015
Türkçe çeviri

Les 24 et 25 novembre 2015 auront lieu les Rencontres d’Archéologie de l’IFEA. Le thème en sera les approches technologiques en archéologie.

2015112425_Rencontres

 Par approches technologiques, nous entendons l’étude des « chaînes opératoires » liées  à la réalisation d’un objet. Nous profitons de cet évènement pour débuter une série de billets, notes ou parenthèses bibliographiques, en nous plongeant dans les ouvrages disponibles sur ce sujet dans la bibliothèque de l’IFEA. Comme la notion de chaîne opératoire est le fruit d’une longue histoire des sciences de l’homme, (anthropologie et préhistoire) et recoupe bien des domaines : technologie, cognitifs, environnementaux ou encore économiques, avançons par étapes au gré des rayons.  Soulignons que le Pôle Archéologie de l’IFEA développe ses activités autour des approches liées à la relation entre Techniques et Cultures, répondant ainsi à une attente  de la communauté archéologique en Turquie. L’acquisition d’ouvrages de référence en ces domaines sera donc commentée périodiquement sur nos pages Internet.

Pour le grand public, cette notion de chaîne opératoire peut sembler abstraite, voire rébarbative. Pourtant, c’est elle qui s’applique directement à nos sociétés de production. Elle régit l’économie réelle, fondée sur l’industrie, elle est au cœur des problématiques de l’écologie et du développement durable tant évoqués en ces temps incertains où nos écosystèmes évoluent sans que nous en contrôlions la course.

Son utilisation dans le cadre archéologique est un legs de l’anthropologie française, notamment de Marcel Mauss (1872-1950) qui, au travers de ses travaux sur « les techniques du corps », décrivit  l’influence du contexte culturel sur les processus d’apprentissage, le développement des savoir-faire (Mauss 1935 ; 1947). André Leroi-Gourhan portera ce regard d’anthropologue sur la Préhistoire en proposant  d’étudier le matériel archéologique non plus comme un artefact fini mais comme un témoignage technique et culturel. À l’opposé du déterminisme technique ou environnemental naguère dominant, André Leroi-Gourhan amena la communauté scientifique à se pencher sur la relation entre les techniques et les savoir-faire, l’acquisition de ces savoir-faire dépendant d’un processus cognitif profondément ancré dans la sphère culturelle et social (Leroi-Gourhan 1971, 1973).  Malgré l’engouement pour l’ethnoarchéologie, devenant une discipline à part entière dès les années quatre-vingts, l’étude de la relation entre la technique et la culture reste toujours minoritaire, ancrée dans une tradition francophone n’ayant pas complétement basculé dans le déterminisme climatique tant invoqué de nos jours pour expliquer l’Histoire.

La bibliothèque de l’IFEA, riche d’une longue histoire de recherches archéologiques, abrite en ses rayons quelques témoignages des prémices ayant conduit les études matérielles vers l’analyse des chaines opératoires. Loin des figures patriarcales telles celles d’Henry Breuil (1877-1961), de Marcellin Boulle (1861-1942) ou de Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), quelques ouvrages dans notre catalogue n’en soulignent pas moins le caractère iconoclaste et anticonformiste animant le préhistorien. Rappelons que ce n’est qu’en 1996, sous le pontificat de Jean-Paul II, que le Vatican reconnaîtra que la Préhistoire et le principe d’évolution sont plus qu’une simple hypothèse, position finalement innovante si l’on considère l’emprise du créationnisme dans les débats de société aux États Unis.

En 1936, André Cheynier, médecin notable de Terrasson (Dordogne), préhistorien et futur président de la Société Préhistorique Française, rend un vibrant hommage au Sieur de Jouannet (François René Bénit VATAR-1765-1855), fils d’imprimeurs rennais, rédacteur du « Journal des Hommes libres de tous les pays » qu’il fonda en 1792 avec son cousin René Vatar. Libertaires et subversifs, les cousins n’en connurent pas moins des destins forts différents. Les pamphlets à l’encontre du « citoyen premier consul » Bonaparte vaudront à René VATAR d’être déporté à Cayenne, loin des fraîches dorures de l’Empire. Il s’y illustra à bord d’un navire corsaire, harcelant la marine britannique le long de ces côtes boueuses de la Guyane, drainées par les fleuves Maroni et Oyapok, au nord du delta de l’Amazone. Un boulet anglais lui arracha une jambe en 1806, ce qui ne l’empêcha pas de faire fructifier son négoce maritime jusqu’à sa mort en 1835.  Pour ne pas connaître le destin de son cousin, François René Bénit VATAR en vint à effacer le Vatar de son patronyme en le remplaçant par Jouannet, titre hérité des hauts faits familiaux en tant qu’imprimeurs royaux en Bretagne, durant les deux siècles précédents la révolution Française. Quittant Paris pour Bordeaux, puis Périgueux, il parcourt les campagnes, ses pérégrinations l’amenant à se pencher sur les époques «remontant à la nuit des temps»  (Cheynier, 1936, p.37). Il rédige les Annuaires du Départements de Dordogne et de Gironde et, accessoirement, devient membre de l’Académie de Bordeaux en 1818.   Passons sur ses découvertes majeures que sont les sites de l’Écorne-Bœuf, la grotte de la Combe ou le Pey de l’Azé mais écoutons-le plutôt évoquer trois principes fondateurs de l’archéologie moderne.

1-      La notion de patrimoine et de sa préservation : « nous nous bornerons à désirer que le résultat des recherches […] inspire aux habitants de ce département un peu moins d’indifférence sur les antiquités de leur pays. » (Jouannet, 1814.- Calendrier de la Dordogne : du Périgord sous les Gaulois, cité dans Cheynier 1936, pp. 37).

2-      La notion, encore floue, de temps Préhistoriques : « À quelle époque, dans quel but tout cela s’est-il fait ? Pauvres hommes ! Nous connaissons les comètes et nous échouons à un mauvais trou, au Pey de l’Azé ! » (Calendrier de la Dordogne, 1817, p. 204 ; cité par Cheynier, 1936).

3-      La notion de chaine opératoire, au sujet de bifaces et de haches polies : « J’ai pu juger de la manière dont on s’y prit pour les tailler ». s’ensuit un vocabulaire descriptif fondé sur les techniques, encore d’actualité : pointe mousse, bords latéraux, percussion, arêtes, convexité… (Calendrier de la Dordogne, 1819, suite de la statistique, pp. 3-12 ; cité par Cheynier, 1936).

Bien que le cousin VATAR écuma les mers de Georgetown à Cayenne, illustrant un XIX siècle affirmant l’emprise des empires européens sur l’Orient, l’Asie, l’Afrique et les Amériques, la Préhistoire s’écrivait donc en Europe principalement sur ces terres de Dordogne et du Périgord riches des témoignages que conservent  ses réseaux karstiques, grottes, puits et abris sous-roches.

Un autre ouvrage attire donc notre attention, celui qu’écrivit  Jacques de Morgan (1857-1924) sur « la Préhistoire Oriental ». Archéologue, directeur du Département des Antiquités en Égypte à la fin du XIX siècle, et fin connaisseur de la Mésopotamie et de la Perse où il est nommé délégué général du ministère de l’Instruction publique en 1897, il critique d’une part le nombrilisme européen en matière de Préhistoire, dénonçant l’assimilation  des industries proche-orientales à celles d’Europe, voire à une « chronologie relative française appliquée à l’Univers entier ». Il saisit d’autre part l’ampleur du fossé séparant les « Études Classiques » de la Préhistoire, cette dernière étant « la risée des classiques »  même si, note-t-il, « les croyances religieuses en dépendent et, par suite, tout le système philosophique et moral sur lequel est basée notre civilisation » (avant-propos, page V). Force est de constater que cette césure entre Préhistoire et Histoire Classique est encore d’actualité, en France notamment, réminiscence d’un passé jacobin s’étant accaparé l’Histoire pour l’organiser en de grands corps d’enseignements et de recherches royaux puis républicains. Des cinq académies, regroupées sous la bannière de l’Institut de France en 1795, aucune ne représente la Préhistoire, cette dernière se faisant une petite place dans l’Académie des Sciences ou se glissant au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, situation cocasse à la lecture de Jacques de Morgan qui considérait la Préhistoire comme « une civilisation sans écriture » (avant-propos, p. V). Si cette vision d’une Préhistoire hors de la chronologie peut sembler désuète dans le récit par trop linéaire que nous appliquons aux sociétés humaines, les travaux de Jacques de Morgan n’en soulignent pas moins l’importance de l’ethnographie dans l’étude des sociétés préhistoriques. Il met en garde le préhistorien quant au danger d’une classification culturelle uniquement fondée sur l’outil de pierre, le « non périssable », au dépend d’une analyse culturelle : « pour décréter qu’un changement d’industrie s’est produit à la suite d’une migration, il faut autre chose que l’apparition de quelques formes nouvelles dans l’outillage, il faut un ensemble de conceptions encore inédites, une nouvelle orientation […] (p. 314, tome 1).

Jacques de Morgan, dans les trois tomes consacrés à la Préhistoire orientale, offre au lecteur de 1925 comme d’aujourd’hui, une description méticuleuse des environnements, de la géologie ; une analyse précise des industries lithiques, la reconnaissance d’ateliers de taille (tome II) et des matières premières utilisées, identifiant déjà les problématiques interculturelles liées à la diffusion des obsidiennes d’Arménie vers la Syrie et la Mésopotamie (tome III). Outre cette multidisciplinarité qui illustre la recherche préhistorique, Jacques de Morgan avait un talent de dessinateur et ses planches lithiques sont de vibrants hommages aux travaux des préhistoriens-artistes extrayant de la pierre l’observation technique pour la figer en des dessins du plus bel esthétisme.

A venir : Historique livresque des études lithiques.

Bibliographie et ouvrages choisis dans nos rayons

  • LEROI-GOURHAN (A.), 1943.- Évolution et Techniques (vol. 1 : L’Homme et la Matière; vol. II : Milieu et Techniques), Paris : Albin Michel.
  • Marcel Mauss, 1935.- Les Techniques du corps,  Journal de Psychologie, vol. xxxii, n° 3-4, 15 mars-15 avril 1935, d’après une conférence prononcée par Marcel Mauss, le 17 mai 1934 devant la Société de Psychologie.
  • Mauss, 1947.- Manuel d’ethnographie. Paris : Payot
  • Marcel Mauss (Türkçe Çeviri) : Sosyoloji ve Antropoloji ; 2011 Doğu Batı Yayınları
  • Sur le web : Marcel Mauss Essai sur le don, (1923-1924) collection électronique PDF développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi http://www.congoforum.be/upldocs/essai_sur_le_don.pdf
  •  Marcel Mauss (1934), Les techniques du corps. collection électronique PDF développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi. http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/socio_et_anthropo/6_Techniques_corps/Techniques_corps.html
  •  Cheynier André, 1936.- Jouannet, Grand-père de la Préhistoire. Société Historique et Archéologique du Périgord. Brive : Chastrusse, Praudel et Cie.(ref. IFEA : Préh 5).
  • De Morgan Jacques, 1925.- La Préhistoire Orientale. 3 tomes, Paris : Librairie Orientaliste Paul Geuthner.(ref. IFEA: HA Or Gén 1/I-II-III).
  • PréTech (Préhistoire et Technologie) : Inizan M-L., Reduron Ballinger M., Roche H., & Tixier J., 1995.- Technologie de la pierre taillée, Préhistoire de la pierre taillée tome 4, Meudon : CREP.
  • À noter l’ouvrage de référence suivant, disponible en PDF sur le site internet de l’UMR 7055, http://www.mae.u-paris10.fr/prehistoire/IMG/pdf/Technologie_de_la_pierre_taillee. Espérons que la version anglaise suivra la même voie de l’édition électronique.
  • Puisque nous débutons cette série de notes sur les approches en technologie par des références en accès libre sur Internet, je vous indique le site de la Revue de l’association européenne d’archéologie des techniques : The ArkeoTek Journal qui, depuis 2011 est adossé au laboratoire « Préhistoire & Technologie » :   http://www.thearkeotekjournal.org/
Cite this article as: Martin Godon, "Approches technologiques en archéologie," in Dipnot, 01/11/2015, https://dipnot.hypotheses.org/1774.

Sur les traces d’un voyageur de Carie : quelques lettres d’Alfred Laumonier

par Joy Rivault (doctorante, ex-BCD à l’IFEA)

Les archives de l’Institut Français d’Études Anatoliennes n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, semble-t-il. Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut, a eu la main chanceuse cet été en découvrant dans les archives quatre lettres d’Alfred Laumonier, adressées au premier directeur de l’IFEA, Albert Gabriel1. Il s’agit d’une correspondance2 entre les deux chercheurs qui semblaient entretenir des relations cordiales et amicales, bien que nous n’ayons à notre disposition que les lettres reçues par l’ancien directeur et laissées à l’Institut. Cette documentation nous donne un précieux état des lieux des recherches archéologiques en Carie en 1932. Elle permet de se rendre compte des démarches préliminaires nécessaires à l’élaboration de recherches en Turquie et de la rivalité ambiante entre les chercheurs étrangers, mais aussi Français, sur le territoire au XXe siècle. Il y est également déjà question de l’intérêt  particulier que portait A. Laumonier aux cultes cariens.

Projet de voyage en Carie

La première lettre que les archives nous ont livrée est datée du 11 mai 1932. Écrite sur un papier officiel de l’Université de Toulouse, où A. Laumonier enseignait, elle semble avoir été rédigée, du moins achevée, à l’École Française d’Athènes3. On y apprend qu’il s’agit d’une redite d’une précédente lettre adressée à l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul (IFAI, futur IFEA) et restée sans réponse. N’ayant aucun retour de la part du directeur, il est convaincu que le papier a été perdu, il en résume donc le contenu dans cette nouvelle correspondance.

Il y est question d’un projet de voyage en Carie, formé depuis 1924, sous la direction de Charles Picard, alors directeur de l’École Français d’Athènes, et qui n’a encore jamais pu être réalisé. La première chose qu’il tient à souligner dans la longue liste d’arguments justifiant ce déplacement, est qu’il n’a pas exactement le même objectif que son confrère, Louis Robert. Les rapports entre les deux chercheurs sont alors à leurs débuts et encore très cordiaux. A. Laumonier explique :

« quoique nos études se trouvent en contact sur bien des points, (…) il ne peut naître de cette coïncidence qu’une collaboration, non une compétition ».

Pourtant, quelques années plus tard, il parlera de « fatalité » concernant la simultanéité de leurs études respectives en Carie, qui ne cessera d’être une source de rivalité et de conflit, alimentée par les notes invectives des deux chercheurs dans le Bulletin de Correspondances Helléniques4).
A. Laumonier justifie sa démarche par son travail sur les cultes de Carie5. Une étude de topographie historique lui semble donc indispensable. Il ne demande à effectuer qu’un voyage de reconnaissance par Aidin, Milas, Esthi Hissar-Stratonicée, peut être Moughla et surtout Külük, Bodroum et sa presqu’île. S’il parvient à obtenir un « appui bienveillant 6» d’A. Gabriel, il suppose que le gouvernement turc ne fera pas de difficultés pour le laisser circuler et prendre des photos. La Turquie a en effet subi une longue période de troubles politiques qui compliquent les investigations archéologiques des étrangers sur le territoire. Il écrit donc en parallèle une lettre à Aziz Bey7, compagnon de fouilles à Téos en 1924, qui lui fait espérer une réponse favorable, bien que le directeur de l’IFAI n’ait pas appuyé cette demande de voyage suite à la possible perte de la première lettre.
Il développe ensuite le programme prévu pour son voyage, qui ne peut se dérouler qu’en août. Il souhaite faire des fouilles en lien avec les cultes cariens, soit à Labraunda, soit au temple d’Artémis Kindya8, qui se trouvent près de Milas. Il semble pressé9. Il a besoin de fonds pour cette entreprise et pour l’année en cours. En effet, le Suédois A. W. Persson aurait aussi le projet de fouiller dans la région10. A. Laumonier estime qu’il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer pour que la France prenne les devants dans la course internationale aux découvertes archéologiques prestigieuses. C’est de ce sujet qu’il voudrait s’entretenir avec le directeur.
Le ton de la lettre est poli et courtois, assorti de propositions prudentes : A. Laumonier a besoin de l’appui de l’institut pour donner davantage de poids et de crédibilité à la demande faite préalablement au gouvernement turc. Il n’en va pas moins droit au but : le temps presse, il n’est pas le seul chercheur à s’intéresser à la Carie. Un autre Français, L. Robert, effectuera un voyage dans la région, de la fin de septembre au début de novembre 1932, au frais de l’American Society for Archeological Researches in Asia Minor, et avec l’appui de nombreuses autorités en Turquie11. A. Laumonier a donc besoin de faire jouer quelques relations12 et de trouver un financement pour faciliter la réussite de son entreprise. Il n’est plus seulement question de fierté nationale : les deux Français se lancent chacun dans un véritable cursus honorum. Ainsi,  A. Laumonier n’oublie jamais de rappeler en quoi sa démarche est nécessaire pour lui et pour la recherche française, donc pour l’IFAI.

C’est après sa nomination à la Faculté des Lettres de Toulouse qu’il entamera sa première expédition en Carie, entre août et septembre 1932, à ses propres frais. Il s’intéresse en effet aux cultes de Carie depuis 1923 mais il a dû mettre de côté cette étude en raison des difficultés que présentait ce projet : de 1925 à 1931 il ne disposait pas « d’assez de loisir en été pour faire ce voyage ».
À la suite de ce voyage, Alfred Laumonier publiera en 1933 Notes sur un voyage en Carie13.  Il y décrit et commente les nouveaux documents qu’il a découverts, ainsi que ses observations sur des sites déjà connus.

Demande de fouilles

Athènes, 9 octobre 1932. A. Laumonier est de retour de son voyage en Carie14 au cours duquel il a eu l’occasion d’examiner les nombreuses possibilités de fouilles dans la région Mylasa-Stratonicée, particulièrement les sites de Mylasa, Euromos, Labraunda, Stratonicée et Panamara. Il dresse le bilan de cette expédition au directeur de l’IFAI, sous la forme d’un rapport officieux, tapé à la machine et soigné, auquel il joint pour chacun des sites un croquis d’état des lieux. Selon lui, seuls Mylasa et Panamara seraient exploitables sans trop de crédits. Il espère toujours obtenir un financement et la prise en charge d’une mission archéologique sur place, ce qui ne lui avait pas été accordé la première fois.

Il constate que Mylasa est presque entièrement recouverte par la ville moderne de Milas. Un seul endroit serait intéressant à fouiller, un peu à l’extérieur de la ville : le site présumé du sanctuaire de Zeus Osogoa (d’après P. Le Bas15). Beaucoup d’inscriptions ont été trouvées à proximité du mur « du temple16 ».

Des alignements de marbres cassés lui laissent penser qu’il s’agit de portiques. Il décrit également des dénivellations, des colonnes encore en place, des tambours de colonnes portant des proscynèmes17 et un mur de soutènement d’une longueur de 100 mètres (dessiné par P. Le Bas). Il suppose qu’il est en présence d’un ensemble architectural important et qu’il est fort vraisemblable que ce soit le sanctuaire de Zeus Osogoa18, divinité principale de la cité de Mylasa qui connut un grand succès dès le IIIe s. av. J.-C.

Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA
Croquis n°1 : Mylasa. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA

 Pour mener à bien ce projet de fouilles A. Laumonier propose d’acheter le champ sur lequel se trouvent les vestiges. Il coûte 1000 livres turques, soit 12 000 anciens francs19. Il s’agit d’un champ de blé ce qui ne pose pas de difficultés pour faire des sondages avant l’achat du terrain, c’est-à-dire après la récolte qui a lieu en juillet. Il expose ensuite quels seraient les intérêts de cette fouille. Elle permettrait d’abord d’envisager une étude plus approfondie de la topographie de Mylasa. Elle offrirait également « de grandes commodités (proximité de la ville, confort, appui immédiat des autorités, etc.) » Enfin, elle pourrait se prolonger les années suivantes dans les terrains voisins qui seraient riches en marbres, selon les paysans.

Des fouilles dans le sanctuaire de Panamara ne présenteraient pas les mêmes commodités d’installation. En effet, les ruines se trouvent au sommet d’une montagne (600 mètres), à 2 kilomètres du village de Bayaka, « fort loin de toute autorité et de tout confort ». L’avantage est qu’il n’y a pas de terrain à acheter car le site antique se trouve en pleine forêt de pins. A. Laumonier précise qu’il est très limité et qu’il serait susceptible d’être nettoyé en une seule campagne. Le sanctuaire semble se composer d’une enceinte sacrée, carrée, de 50 à 60 mètres de côté, avec un temple très simple, sans colonnes au centre. Il y a moins de restes de marbres qu’à Mylasa, mais beaucoup d’inscriptions20. Il est certain que la fouille en fournira davantage.

Croquis n°2 : Panamara. Dessin d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Croquis n°2 : Panamara. Dessin d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Il estime qu’un mois de travail serait suffisant, avec 40 à 50 ouvriers pour enlever les pierres, les arbres et la terre qui recouvrent les ruines. Ils seraient payés 1 livre par jour, soit 1500 livres maximum (18 000 anciens francs21). Il ajoute à ces dépenses la moitié de cette somme pour couvrir les frais divers : le salaire et l’entretien d’un gendarme et d’un représentant de l’autorité civile22, ainsi que le voyage depuis Smyrne, l’achat d’outils et de matériel photo.
Les coûts seraient un peu plus élevés pour les fouilles de Mylasa :  les frais divers seraient plus réduits mais il faut prendre en compte l’achat du terrain.

Enfin il s’emploie à expliquer en quoi « l’inauguration de fouilles françaises en Carie serait souhaitable pour plusieurs raisons.» D’abord il se trouve que la plupart des sites évoqués plus haut ont été découverts par les Français :  (Labraunda et les vestiges attribués à Zeus Osogoa par Le Bas et Panamara par Cousin et Deschamps). Il est donc tout a fait logique, selon lui, que les fouilles leur reviennent. L’étude de ces ruines offrirait également « un intérêt considérable pour l’histoire des religions et de la civilisation indigène encore si mystérieuse », qui le fascine au point d’en faire le sujet de sa thèse. Il rappelle que des instituts et des organisations étrangères (notamment les Suédois et les Américains) ont déjà envisagé des travaux dans le pays. Pour A. Laumonier il serait « dommage pour l’honneur national » d’être devancés « dans cette province française de l’archéologie23 ». Car ces travaux ne feraient que reprendre « une tradition » inaugurée en 1912 par les fouilles d’Aphrodisias et continuées en Ionie à Claros en 1913, à Phocée en 1914, à Notion en 1921 et à Téos en 192424. Ces études de terrain seraient par ailleurs les bienvenues en Turquie car les relations officielles avec la France « sont devenues tout à fait amicales et sont plus que jamais favorables à des entreprises scientifiques ». A. Laumonier fait appel au patriotisme et à la fierté de la recherche française pour tenter de convaincre A. Gabriel du bien-fondé de son projet de fouilles en Carie.
Il suggère donc deux chantiers à démarrer pour l’année 1933 : Mylasa et Panamara. Des contraintes spécifiques existent dans les deux cas, que ce soit au niveau de l’achat du terrain pour l’un ou de la difficulté d’installation ou de main-d’œuvre pour l’autre. Afin de maximiser ses chances, car les deux projets ne semblent pas être réalisables en une seule campagne, il entreprend de demander la concession des deux sites au gouvernement turc.

Cette démarche motivée portera ses fruits puisqu’il obtiendra l’autorisation pour un second voyage dans la région en octobre 1933. Il s’agira cette fois-ci d’une mission archéologique, financée et soutenue par l’ IFAI et les autorités turques25.

Remerciements

Deux semaines plus tard, le 25 octobre de la même année, de retour à Toulouse, alors que L. Robert est toujours en Carie, A. Laumonier rédige une lettre à A. Gabriel, pour le remercier de son accueil et des facilités dont il a bénéficié grâce à lui pour effectuer son voyage. Il l’estime trop court mais fructueux malgré tout : il a pu se rendre à Mylasa et dans sa région, Théangéla, Halikarnasse, Stratonicée et ses grands sanctuaires de Lagina et Panamara. Ce courrier accompagnait vraisemblablement le « rapport » évoqué ci-dessus dans lequel A. Laumonier fait le point sur ses observations de terrain et propose des campagnes de fouilles pour Mylasa et Panamara. Il n’a pris aucune photo (à cause de la mauvaise luminosité), à l’exception d’une seule (ci-dessous) qui montre un angle du téménos de Panamara. Il espère pouvoir désormais devenir le collaborateur d’A. Gabriel en Turquie pour l’année suivante.

Angle du téménos de Panamara. Photo d'A. Laumonier, archives de l'IFEA.
Angle du téménos de Panamara. Photo d’A. Laumonier, archives de l’IFEA.

Rapport de la mission archéologique en Carie

Un an plus tard, à Izmir, le 25 octobre 1933. A. Laumonier rédige une rapide lettre26 adressée au directeur de l’IFAI, accompagnée d’une copie du rapport de sa mission archéologique en Carie. L’original est destiné aux autorités turques, selon l’engagement qu’on lui a fait signer après l’autorisation de ce voyage, « d’où les nombreux remerciements prodigués à la fin, à juste titre d’ailleurs. » Aucune fouille n’est entamée : il s’agit d’une mission de prospection (relevés, nettoyage, sondage…).
Il est très satisfait du travail qu’il a effectué à Labraunda : « il y a là un ensemble très intéressant et unique qui mériterait beaucoup d’être fouillé. » Pour Panamara, il a pu dessiner un plan approximatif qu’il trouve bien plus précis que celui exécuté en une heure l’année précédente27. Il a également vu « plusieurs belles inscriptions à Milas et une très belle à Hyllarima.» A. Laumonier espérait pouvoir rencontrer le directeur de l’Institut français avant son départ28, pour faire le point sur son voyage et lui montrer ses plans.
Il lui envoie également un exemplaire de la conférence qu’il a faite à la Halkevleri de Smyrne, le 11 septembre, devant le vali29, le consul et la « meilleure société turque et étrangère ». Il dit lui-même qu’il s’agissait d’une « conférence de propagande… plus que de science », qui a semble-t-il « produit très bon effet. » Le vali, passionné d’archéologie, a été très bienveillant avec A. Laumonier et ce dernier pense que la conférence a certainement facilité les rapports entre les Français et les autorités de Smyrne.
Mais ce qu’il espère particulièrement, c’est que le directeur n’oubliera pas la Carie pour l’année suivante, car il y a beaucoup à faire30.

Le rapport quant à lui comprend une description succincte des vestiges qu’il a pu identifier dans la région31. Il s’attarde davantage sur le site de Labraunda. Il a dessiné un plan du sanctuaire, tel qu’il apparaît à la surface du sol et a effectué « un difficile travail de nettoyage (partiel). » Il constate que l’ensemble s’étend sur une longueur de 200 mètres et sur une largeur en terrasse de 150 mètres environ. Il comprenait « deux temples identiques32 », des portiques et des édifices variés en grand nombre. Le plan de l’ensemble aurait des « dispositions de type gréco-romain » mais avec une « originalité curieuse » comme dans les ensembles anatoliens nous dit-il : les « temples » seraient pris dans les murs des autres constructions et non isolés, comme c’est le cas dans les sanctuaires grecs ou hellénisés. Des sondages dans la terrasse supérieure ont révélé deux courtes inscriptions33. À première vue, le site suscite donc beaucoup d’interrogations et de curiosités qu’il voudrait éclaircir par des fouilles.
Ce ne sera qu’en 1948 que ces dernières débuteront, sous la direction du Suédois A.W. Persson. Elles permettront d’identifier notamment les deux bâtiments à l’architecture carienne, jusqu’alors considérés comme des temples, grâce aux dédicaces de Mausole et d’Idrieus retrouvées sur les architraves. Il s’agit en réalité d’andrones. A. Laumonier ne manquera pas de corriger sa première interprétation erronée dans Les cultes indigènes en Carie.

Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d'A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.
Plan sommaire du sanctuaire de Labraunda, 1932. Dessin d’A. Laumonier, Note sur un voyage en Carie, Revue Archéologique, T.2, 1933, fig. 16.

Deux publications d’Alfred Laumonier suivront cette mission archéologique afin de proposer un compte-rendu de ses découvertes. Il publie Inscriptions de Carie34 en 1934 et Archéologie carienne35 en 1936. Louis Robert, de son côté, travaille aussi sur un recueil d’inscriptions (de Mylasa et des villes voisines), bilan de ses quatre mois de voyage en Carie en 1932 et en 1934. La guerre entre les deux « Cariens » est alors engagée. À la lecture des observations d’A. Laumonier, L. Robert ne peut s’empêcher de signaler des corrections qui lui semblent indispensables dans Note préliminaire sur des inscriptions de Carie36. A. Laumonier y répondra dans Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par L. Robert37. Il tiendra à faire « une mise au point indispensable » sur l’attitude de son rival qu’il juge inappropriée, envers lui-même et ses collègues, ainsi que sur son travail de recherche, violemment critiqué. Aucune véritable collaboration entre les deux hommes ne sera dès lors possible38. La Carie devient ainsi le témoin de la rivalité scientifique des chercheurs français et étrangers sur le territoire turc.

BILIOGRAPHIE

Aubriet D., « Louis Robert et le sanctuaire du dieu à la double-hache », Camenulae 3, juin 2009, 16 pages (Revue électronique de l’Université Paris IV-Sorbonne) URL : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/D._Aubriet.pdf
Dussaud R., « Lettre de M. Louis Robert sur son voyage en Anatolie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 90e année, n°4, 1946, p. 582 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1946.78042
Laumonier A., « Note sur un voyage en Carie », dans Revue Archéologique t.2, 1933, p. 31-55 URL : http://www.jstor.org/stable/41750855
Laumonier A., « Inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 291-380 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2805
Laumonier A., « Réponse à la « Note préliminaire à des inscriptions de Carie » publiée par L. Robert », dans BCH 59, 1935, pp. 231-233 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1935.2774
Laumonier A., « Archéologie carienne », dans BCH 60, 1936, pp. 286-335 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1936.2938
Laumonier A., Les cultes indigène en Carie, Paris De Boccard, 1958
Robert L., « Note préliminaire sur des inscriptions de Carie », dans BCH 58, 1934, pp. 512-517 URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1934.2811
Robert L., « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 1935a, p. 331-340. URI : http://dx.doi.org/10.2307/498620
Robert L., « Rapport sommaire sur un second voyage en Carie », RA II, 1935b, p. 152-163. URL : http://www.jstor.org/stable/41749060
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 430-432 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78314
Robert L., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 92e année, n°4, 1948, p. 530-531 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1948.78330
Robert L. et J., « Nouvelles de la mission archéologique en Turquie de M. et Mme Robert », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 93e année, n°4, 1949, p.304-306 URI : http://dx.doi.org/10.3406/crai.1949.78443
Robert L., Hellenica : Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques X,
Paris 1955.

  1.     Directeur de l’IFAI de 1930 à 1941, puis de 1945 à 1956. []
  2.     A. Laumonier s’étonne dans une des lettres de ne pas avoir reçu de réponse du directeur. []
  3.     Toulouse est le premier lieu mentionné à côté de la date. Il est rayé est remplacé par Athènes école française d’archéologie. []
  4.     A. Laumonier, « Réponse à la note préliminaire à des inscriptions de Carie publiée par M. Louis Robert dans BCH, LVIII, 1934, p.512 », dans BCH, 59, 1935, p. 231 (« … je déplore vivement – et je ne suis pas le seul- que ses remarques à l’adresse de ses confrères soient présentées sur un ton aussi désobligeant. » []
  5.     Ce travail débouchera sur une thèse, publiée en 1958, intitulée Les cultes indigènes en Carie. []
  6.     Il demande à A. Gabriel d’écrire un mot en sa faveur à Aziz bey. []
  7.     Inspecteur général des antiquités en Asie Mineure. []
  8. A. Laumonier suit Paton et pense que Kindya se trouve près de Kémikler (ou Yémikler). []
  9. Il rature la lettre, insère un mot oublié entre deux lignes afin de nuancer des propos parfois un peu trop directs, et souligne le nom des sites ou vestiges qu’il aimerait fouiller. []
  10.     A. Laumonier tient cette information de M. Vallois, croisé à Bordeaux. []
  11.     M.W.H. Buckler a permis à L. Robert de recevoir des financements de l’American Society pour son voyage et de publier ses résultats dans les Monumenta Asiae Minoris Antiqua. M. A. Gabriel l’a accueilli à l’IFEA, présenté aux autorités turques et a obtenu pour lui les autorisations nécessaires. Aziz bey, directeur du musée d’Istanbul, lui a fourni des lettres de recommandation pour les autorités d’Aydin et Muğla. Selahettin bey, directeur du musée d’Izmir, est intervenu pour faciliter ses travaux et son voyage. L. Robert a également eu l’appui du Maarif memuru Arif bey à Milas et de M. L. Lecocq dont la connaissance en turc lui a été précieuse. []
  12.     A. Gabriel et Aziz Bey notamment, qu’il connaît bien. []
  13.     Dans la Revue Archéologique, T. 2, 1933, p. 31-55 []
  14.     Il ne s’agissait nullement d’une mission mais d’une démarche personnelle, avec autorisation mais sans financement. []
  15.     Il fut à la tête d’une expédition scientifique en 1842 en Grèce et en Asie Mineure, au cours de laquelle il dirigea des fouilles. Il fut également l’un des nombreux voyageurs de Carie. []
  16.     Ce monument, longtemps considéré comme un temple de Zeus, est aujourd’hui identifié par l’équipe turque d’Abuzer Kɩzɩl comme étant la tombe monumentale du dynaste Hékatomnos. []
  17.     Formules d’adoration qui seraient en l’honneur de Zeus selon Laumonier. []
  18.     Dont l’emplacement n’est toujours pas affirmé aujourd’hui. []
  19.     Soit aujourd’hui environ 7700 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  20.     Elles sont connues depuis 1886. []
  21.     Soit environ 11600 euros en parité de pouvoir d’achat. []
  22.     Ils ne sont pas nécessaires à Milas puisque le site se trouve en ville et donc sous la surveillance directe des autorités locales.  []
  23.     C’est pourtant A . W. Persson qui entamera la fouille de Labraunda en 1948. []
  24.     Toutes interrompues chaque fois (pour des raisons indépendantes de la France). []
  25.     Outre A. Gabriel et Aziz bey, il aura également l’appui à Izmir du consul général de France, de Kâzim Pacha, gouverneur général, de Salahettin bey, directeur du service archéologique et d’Escet Bey, directeur du musée. []
  26.     La lettre est moins formelle, parfois raturée, écrite précipitamment avant son départ. []
  27.     Il s’agit du croquis ci-dessus, de Milas et Panamara, réalisé en 1932. []
  28.     Il quittera sans doute le Pirée pour Marseille la 10 novembre et quitte Smyrne le 25 octobre. []
  29.     Gouverneur de province, équivalent du préfet. []
  30.     Il craint qu’A. Gabriel ne jette plutôt son dévolu sur Claros (L. Robert conduira la mission entre 1951 et 1960). []
  31. Lors de cette expédition, il en profitera également pour copier six inscriptions inédites à Milas et un fragment d’inscription de basse époque à Pisiköy, estamper une inscription rupestre (byzantine?) qu’il dit incompréhensible à  Kemikler et noter une dédicace aux Nymphes à Bozarmet. []
  32.     Ce qu’il trouve curieux mais qu’il attribue, dans un premier temps, à une originalité régionale. []
  33.     Une commémoration d’un prêtre de Zeus Labraundos et le nom d’un dédicant d’une exèdre semi-circulaire en marbre (qui devait selon lui supporter un groupe de statues d’enfants en bronze). []
  34.     Dans BCH 58, 1934, p. 291-380 []
  35.     Dans BCH 60, 1936, p. 286-335 []
  36.     Dans BCH 58, 1934, p. 512-517 []
  37.     Dans BCH 59, 1935, p. 231-233 []
  38.      En effet, alors que les esprits semblent s’apaiser par la suite, A. Laumonier publiera sa thèse en 1958 intitulée Les cultes indigènes en Carie. L. Robert avait annoncé de son côté, en 1955, dans Hellénica X, un volume de synthèse de ses recherches, qu’il avait prévu d’appeler Les divinités indigènes et l’hellénisation de l’Asie Mineure.
    []

Daskyleion : une capitale achéménide. Un projet d’étude des organisations urbaines entre Anatolie et Iran

Par Sébastien Gondet
(Chercheur associé, UMR 5133 Archéorient (CNRS, Lyon 2) –
Maison de l’Orient et de la Méditerranée)
Site de Dascylion/Daskyleion ©2014 daskyleion
Site de Dascylion/Daskyleion ©2014 daskyleion

Au mois d’août 2014, un projet en collaboration a été initié entre Sébastien Gondet (archéologue – géophysicien, membre des missions irano-française et irano-italienne d’étude de Pasargades et Persépolis en Iran) et l’équipe turque de fouille du site de Hisartepe/Daskyleion dirigée par le Pr. Kaan İren (Université de Muğla). En parallèle de l’aide logistique sur place assurée par la mission turque, ce projet a reçu le soutien financier de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) par l’intermédiaire d’une bourse courte durée ainsi que de l’UMR 5133 Archéorient (CNRS, Lyon 2) qui a mis à disposition du matériel de prospection géophysique et accordé des crédits de recherche pour mener à bien une première mission sur place. Le site archéologique de Daskyleion se situe au nord de la péninsule anatolienne, dans la province de Balıkesir et à une trentaine de kilomètres au sud de la ville portuaire de Bandırma. Il s’étend sur la rive sud du lac Manyas connu pour abriter une vaste réserve ornithologique.

Ce n’est qu’au début des années 1950 que la colline d’Hisartepe a été identifiée comme étant Daskyleion, l’ancienne capitale de la province (satrapie) de Phrygie Hellespontique au temps de l’Empire achéménide (550-330 av. J.-C. env.). Jusqu’alors, cette ville n’était connue qu’à travers les écrits des auteurs antiques. Depuis le milieu des années 1950, plusieurs campagnes de fouilles ont été conduites sur le site et une mission permanente d’étude y est active depuis 1988 dirigée d’abord par le Prof. T. Bakır (Université d’Ege) puis à partir de 2009 par le Prof. K. İren. Les fouilles se sont surtout concentrées sur la colline centrale du site, l’acropole, autour de laquelle devait se développer la ville dont l’étendue et le plan d’organisation restent très largement à déterminer. Au-delà, à plusieurs kilomètres à l’Ouest et à l’Est, les recherches archéologiques ont mis au jour plusieurs tumuli qui marquent les limites du territoire urbanisé de Daskyleion. Si les fouilles ont permis de mettre au jour une importante occupation phrygienne puis lydienne sur l’acropole (IXe – VIe s. av. J.-C.), il semble toutefois attesté que la période de développement maximal de la ville corresponde à l’époque achéménide, appelée période perse dans le domaine anatolien. Le site perd ensuite de son importance au cours de la période hellénistique (IVe – IIe s. av. J.-C.) et n’abrite probablement plus que quelques villas agricoles durant l’époque romaine tardive (IVe  – Ve ap. J.-C.). Durant la période byzantine (XIIe – XIIIe s. ap. J.-C.), l’acropole accueille une petite place fortifiée.

Pour l’époque perse, les fouilles et des découvertes fortuites aux alentours ont apporté des données importantes pour mieux comprendre le fonctionnement des marges occidentales de l’Empire achéménide et les dynamiques socio-culturelles en son sein. Si, pour l’architecture commune ou la culture matérielle, on ne détecte pas de grands changements par rapport aux périodes précédentes, l’époque perse s’accompagne d’une réorganisation importante de l’acropole. On constate, par exemple, la construction d’un mur de terrasse monumental et, au-dessus, d’un grand bâtiment qui aurait pu abriter le satrape, l’administrateur provincial au service du Grand Roi. Dans ce secteur, les fouilles ont également mis au jour un ensemble exceptionnel d’empreintes de sceaux, dont beaucoup présentent des parallèles connus en Iran pour la même période. Ils témoignent de l’insertion de Daskyleion dans les grands réseaux de communication impériaux. Parallèlement, comme dans l’ensemble de l’Empire, on voit se développer un style perse dans l’iconographie et surtout dans les productions artisanales ou architecturales de luxe, un style que l’on qualifie en Anatolie de gréco-perse. Ce phénomène témoigne du processus d’acculturation et de diffusion de certains aspects du mode de vie perse à l’intérieur des territoires conquis qui, en Anatolie et plus particulièrement à Daskyleion, s’expriment tout particulièrement dans les pratiques funéraires avec l’apparition des tombes sous tumuli ou de stèles décorées de scènes inspirées directement de l’art achéménide du centre de l’Empire. L’arrivée des Perses à Daskyleion a donc eu des conséquences non négligeables sur l’occupation, le développement et l’environnement socio-culturel de cette ville phrygienne.

Outre cet ensemble de données uniques, le site de Daskyleion présente également la caractéristique rare de n’avoir connu que des réoccupations très limitées après la période d’occupation perse. Les autres grandes capitales de satrapie anatoliennes, au premier rang desquelles Sardes, ont connu d’importantes réoccupations postérieures. Les niveaux perses sont souvent recouverts par plusieurs mètres de dépôts archéologiques plus récents et donc très difficiles à atteindre. À Daskyleion, l’acropole a certes été réoccupée, mais il apparaît que dans le reste de la ville, les niveaux perses correspondraient très souvent au dernier niveau d’occupation. Les vestiges perses sont donc accessibles pour une étude à large échelle du site s’intéressant à l’organisation urbaine d’époque perse. En termes de topographie urbaine, ces observations montreraient également que l’extension maximale de la ville, sur plusieurs dizaines d’hectares, est à dater de l’époque perse.

La reprise des travaux de prospections archéologiques sur ce site vise à mener une étude comparée des organisations urbaines des villes royales du centre de l’Empire, Pasargades et Persépolis, et de Daskyleion. A priori, il n’existe aucun point commun entre ces sites. Les programmes architecturaux et urbains des fondations royales achéménides d’Iran sont très éloignés de celui de Daskyleion. Ces villes se sont développées dans un environnement historique, culturel et géographique très différent de celui du nord de l’Anatolie au Ier millénaire. Bien que sous domination achéménide, il est évident que Daskyleion et sa région ne connaissent pas de bouleversements de leur organisation ou du mode de vie des populations présentes. Comme pour de nombreux sites à travers l’Empire, les fouilles des niveaux perses à Daskyleion et le matériel retrouvé témoignent d’une certaine continuité. Toutefois, comme le démontrent les données sur l’époque achéménide à Daskyleion exposées plus haut, les Perses ne se sont pas contentés de profiter « paresseusement » des fruits de leurs conquêtes et, dans les différentes provinces de l’Empire et d’abord en Perse, on constate souvent la conduite de politiques de mise en valeur et, parfois, de remodelage de l’espace et des paysages des territoires conquis. Ces projets étaient certainement étroitement guidés par les satrapes et gérés par leurs fonctionnaires qui devaient en rendre compte à la cour royale: les sceaux retrouvés à Daskyleion témoignent des rapports étroits entretenus entre les provinces et l’administration impériale.

A Daskyleion, l’arrivée des Perses marque le début d’une phase de développement de la ville, très certainement conduite et organisée par les autorités perses, peut-être en s’inspirant de modèles ou pratiques « perses ». Cette hypothèse est à associer à la présence d’élites perses ou persianisées dans les capitales de l’Empire, donc à Daskyleion, qui ont importé et tenté de reproduire le mode de vie de l’aristocratie perse achéménide. Ce sont probablement eux qui ont favorisé le développement d’une production artistique inspirée des modèles perses dont Daskyleion a révélé de nombreux exemples. Il est dès lors tout à fait envisageable que les satrapes aient aussi cherché à reproduire dans leurs capitales certaines caractéristiques des fondations royales du centre de l’Empire. Il faut ici souligner que les auteurs grecs prennent souvent grand soin de décrire le faste des cours satrapiques anatoliennes, les différents capitales, en particulier Daskyleion, abritant des palais et des « paradis », sortes de vastes jardins ou parcs d’agrément servant également de réserve de chasse. Or, pour le moment, l’archéologie n’a pas révélé de tels aménagements.

Parallèlement, pour pouvoir comparer Daskyleion à des « modèles » achéménides d’urbanisation, il est bien entendu nécessaire de définir ces « modèles ». Les données archéologiques récentes obtenues sur les sites de Pasargades et de Persépolis permettent désormais d’esquisser à grands traits ce que pouvait être les dynamiques et les modèles perses d’urbanisation des territoires de Perse. Les villes achéménides se sont développées suivant un plan tout à fait original comparé aux exemples plus anciens. A Pasargades et à Persépolis, il n’existe pas de centre urbain densément construit, protégé par des remparts, qui formerait la ville distincte de son territoire rural géré et exploité pour assurer son bon fonctionnement. Au cours de ces dix dernières années, nous avons mis au jour, par l’utilisation des méthodes de prospections complémentaires utilisées sur de vastes surfaces, un modèle d’urbanisation diffus. Les différentes parties constituantes de la ville (ensembles monumentaux, palais, bâtiments administratifs, quartiers artisanaux ou d’habitation…) sont réparties sur plusieurs centaines d’hectares. Ces ‘blocs’ sont probablement séparés par des zones non construites mais aménagées et occupées par des parcs, des vergers ou des champs cultivés. A l’intérieur même de ces blocs, en particulier ceux rassemblant les monuments royaux ou les constructions réservées à l’élite, la densité de construction est faible et les bâtiments sont intégrés à des espaces paysagers. Pasargades est un des exemples les plus frappants de ce modèle d’organisation spatiale, les édifices royaux étant répartis sur une surface de plusieurs dizaines d’hectares parcourue de canaux et délimitée par un vaste bassin qui constituent les vestiges d’un vaste jardin intégrant les monuments. Les villes de Perse se sont développées suivant des projets d’urbanisation des territoires conçus sur de très vastes superficies où espaces urbains et ruraux sont probablement étroitement associés au sein d’un projet commun d’aménagement. Il faut probablement voir dans ce « modèle » une expression du paradis perse, qui avait certes une fonction d’agrément, point sur lequel les auteurs classiques insistent particulièrement, mais qui, d’après les tablettes administratives achéménides de Persépolis, pouvait aussi assurer des fonctions économiques (stockage et production de produits agricoles par exemple). Les Perses achéménides ont donc développé un modèle d’urbanisation et de mise en valeur des territoires qui répondait à des impératifs socio-économiques tout en offrant un cadre de vie agréable à ses occupants, tout du moins aux plus privilégiés d’entre eux. Cet aménagement à large échelle devait également symboliser la mainmise du pouvoir sur l’espace et les paysages.

A Daskyleion, ce modèle n’est bien entendu pas reproduit à l’identique. La ville est protégée par des remparts qui délimitent un espace urbain probablement assez densément construit. Toutefois, en s’inspirant de la démarche méthodologique d’étude à large échelle que nous avons mise en œuvre sur les sites iraniens, nous souhaitons délimiter de manière précise les contours de la ville et déterminer si le processus d’urbanisation perse a pu toucher, de manière diffuse, un plus vaste territoire que celui délimité par les fortifications. Cette démarche permettrait d’établir le schéma d’organisation de la ville et de révéler certaines influences perses, par exemple la présence de palais et/ou de jardins dans la ville, reproduisant en cela un paysage urbain inspiré des fondations royales achéménides. Parallèlement, nous projetons de mener des recherches sur le paradis de Daskyleion, dont il n’existe pour le moment aucune trace, tout en conduisant une réflexion critique sur la définition même du terme. Si un « paradis » perse ou, plus prosaïquement, un vaste parc aménagé a bien existé à Daskyleion et s’il est possible d’en retrouver et d’en étudier les vestiges, il pourrait constituer le point d’appui principal à une étude comparée des projets d’urbanisation et d’aménagement du territoire  mis en œuvre dans l’Empire achéménide.

Sur le terrain, ce projet a débuté en août 2014 où une première campagne d’évaluation du potentiel du site a été conduite. Il s’agissait surtout de tester une méthode géophysique, la méthode magnétique, que nous employons de manière extensive sur les sites de Pasargades et de Persépolis. Cette année environ 6 ha ont été prospectés, répartis en plusieurs secteurs : autour de l’acropole, plus loin sur les reliefs orientaux et, encore plus à l’Est, un possible secteur d’inhumation. Les données sont en cours de traitement mais il apparaît dès à présent que la méthode magnétique n’est peut-être pas la mieux adaptée pour détecter et cartographier les vestiges architecturaux de Daskyleion. La cause en est la nature volcanique de la pierre employée pour construire certains des bâtiments du site. En effet, ce type de matériau a pour caractéristique de perturber fortement les mesures du magnétisme. Toutefois, les cartes obtenues nous ont permis de déterminer certaines orientations du plan d’urbanisme, de délimiter certains secteurs construits et de restituer de possibles axes de circulation. A partir de ces résultats préliminaires, nous souhaitons dans les prochaines années poursuivre l’étude à large échelle du site en testant d’autres méthodes géophysiques, plus adaptées aux spécificités du site, en les couplant à des travaux de prospection archéologique à vue, de topographie et de télédétection. Nos travaux en Iran démontrent que ce n’est qu’en couplant des données archéologiques de différentes natures que nous pourrons proposer une restitution à large échelle du plan d’organisation de Daskyleion. Ces travaux en Turquie sont intégrés à un projet plus vaste d’étude du fait urbain dans l’Empire achéménide qui est en cours d’évaluation par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) dans le cadre de l’appel @RAction. Ils feront également partie d’un projet européen sur le même thème qui sera déposé au début de l’année 2015.

Pour en savoir plus :

Voir les pages K. İren et S. Gondet sur le site Academia où plusieurs publications sur Daskyleion, Pasargades et Persépolis sont disponibles :

Une synthèse des travaux et des résultats obtenus sur le site de Daskyleion  a été publiée récemment par T. Bakır :
Bakır, T, 2011. Daskyleion, Balıkesir Valiliǧi, Balıkesir, 144p.

In memoriam Prof. Dr. Klaus Peter Schmidt (11 décembre 1953- 20 juillet 2014)

Le mois dernier, 20 juillet 2014, notre collègue le professeur Klaus Schmidt, archéologue préhistorien, nous quittait à l’âge de 61 ans. Docteur de l’Université d’Heidelberg en 1983, il dédia sa vie professionnelle aux recherches archéologiques proches-orientales et principalement mésopotamiennes.

Près de vingt ans déjà que Klaus fouillait le site Néolithique de Göbekli Tepe, localisé sur l’un des rares reliefs du terrain au sud-est d’Urfa, permettant d’embrasser du regard la plaine d’Harran et d’en saisir l’aridité. À cette aridité et horizontalité de la plaine répondait l’extravagance des piliers dressés dans de larges structures circulaires et ornés d’un bestiaire sculpté dans cette roche calcaire, représentant une faune sauvage allant de l’insecte aux grands prédateurs. Devant ce saisissant spectacle légué par nos ancêtres  il y a quelques dix millénaires avant J.C, Klaus Schmidt toujours, resta humble et, de prétention il n’eut que celle de comprendre ce monde mésopotamien en proie aux derniers soubresauts des traditions nomades avant la sédentarisation.

Au nom de l’IFEA, j’adresse nos condoléances et pensées à son épouse Çiğdem Köksal Schmidt, à sa famille, ses proches et amis, ainsi qu’à ses collègues de l’Institut Archéologique Allemand (DAI), de l’Université d’Erlangen-Nüremberg (FAU) et du Musée Archéologique de Şanlıurfa.

Dear Klaus let me bid you farewell. From behind the stones of Göbekli Tepe, may you reach those wild spirits you cared for so long.

Pour les condoléances: http://www.dainst.org/de/story/klaus-schmidt-1953-2014-0?ft=all

Saison de fouilles 2014

Avec les beaux jours commence une nouvelle saison de fouilles.
Deux de ces fouilles sont étroitement liées à l’IFEA, Porsuk et Labraunda. La première puisqu’elle fut initiée sous l’impulsion d’un ancien directeur de l’IFEA, Emmanuel Laroche dont nous fêtons le centenaire cette année ; la seconde puisqu’elle est dirigée par l’actuel pensionnaire scientifique de l’IFEA, Olivier Henry.

Carte_relief_sites_TurquiePorsuk_500La campagne 2014 de la mission archéologique de Zeyve Höyük-Porsuk (Ulukışla-Niğde) se déroulera du 21 juillet au 15 septembre. L’essentiel des travaux de terrain consistera en une campagne de relevé géophysique de l’ensemble du site, grâce à la collaboration d’une équipe de spécialistes de l’Université de Sakarya. D’autre part seront aussi entreprises dans le cadre de la mission, des opérations préliminaires à un projet de conservation du secteur de la « poterne hittite » à l’ouest du site. La mise en valeur des vestiges mis au jour sera poursuivie par la mise en place de nouveaux panneaux didactiques pour les visiteurs, selon le modèle, jugé très satisfaisant (trilingue), déjà utilisé pour deux panneaux en 2012. On procèdera aussi à une amélioration de la sécurisation des sondages profonds. Enfin, l’équipe de base poursuivra l’élaboration de la publication des fouilles antérieures (missions Pelon et Beyer) concernant les phases anciennes du site : PORSUK VI (XVIIe siècle av. J-C) , V (env. XVe-XIVe siècles), IV (Fer Moyen, phase ancienne, env. 9e siècle) et III (Fer Moyen, 8e siècle av. J.-C.)

En ce qui touche le sanctuaire carien de Labraunda (www.labraunda.org), dans le région desanctuaire_de_labraunda_depuis_le_nord_ouest500 Bodrum/Milas, les travaux commenceront le 1er juillet et dureront jusqu’à la fin du mois d’août. Cette année l’accent sera porté sur différents projets de mise en valeur et de restauration qui concerneront principalement la sauvegarde des marbres architecturaux et épigraphiques du site, ainsi que l’un des bâtiments les plus emblématiques de Labraunda, l’Andron A. Outre ces deux projets, nous prévoyons de poursuivre les opérations entamées l’année dernière, à savoir les fouilles du bâtiment hypostyle et de la zone longeant la route d’accès au site, la tombe monumentale et l’acropole. Nous débuterons aussi une nouvelle fouille qui aura pour but de dévoiler l’histoire des bains est placés à l’entrée sud du sanctuaire et qui, s’ils ont été construits dès la période romaine, semblent avoir été profondément remaniés au début de l’époque byzantine. Ces travaux sont rendus possible grâce à la mise en place d’une équipe internationale comprenant plus de 10 nationalités différentes, avec une composante majeure de turcs, français, suédois et américains. Enfin, grâce au soutien financier de l’entreprise ESAN-Eczacıbaşı, nous prévoyons d’acquérir une nouvelle maison de fouille, dans village voisin de Kargıcak, qui permettra dans le futur (et après de sérieux travaux de mises aux normes) d’offrir de meilleures conditions de vie et de travail à l’ensemble de l’équipe.

Ces activités estivales de terrain ne nous font pas oublier la préparation de la rentrée 2014-2015 qui sera riche en événements. En effet, en septembre se tiendra à Istanbul le congrès international de la European Association of Archaeologists. L’IFEA s’associe à cet événement par l’organisation d’une exposition, dans nos locaux, dédiées à la mémoire d’Emmanuel Laroche, ancien directeur de l’IFEA dont nous célébrons le centenaire. E. Laroche sera également au centre de l’organisation des 5èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA dont le programme, en cours d’élaboration, réunira plus de 25 spécialistes internationaux des langues et de l’archéologie hittite, domaine de prédilection de celui qui fut le précurseur de ces études en Turquie.

Enfin nous ne négligeons pas notre activité éditoriale puisque les actes des Rencontres 2012, qui avaient été dédiées à la Cappadoce méridionale, sont en cours d’élaboration et devraient paraître quelques semaines avant le volumes des actes des 4èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA sur la Carie pré-hékatomnide.

Stage d’archéologie expérimentale mars 2014 / Deneysel Arkeoloji Günleri Buluşması Mart 2014

itu_bmDeneysel Arkeoloji Programı (PDF)

L’Université technique d’Istanbul (İTÜ) et le Centre pour la science (Bilim Merkezi) organise près de Taksim « Les journées de l’expérimentation archéologique 2014 » par le biais d’un stage sur la métallurgie ancienne et la fonte du bronze. Cette rencontre aura lieu les 8-9 et 15-16 Mars et sera conduite par le Dr. Nicolas Gailhard, archéo-métallurgiste invité par l’Université technique d’Istanbul.

Chaque année, un sujet différent sera abordé durant ces journées de l’archéologie expérimentale. Cette année, le thème est « Science et métallurgie dans l’ancienne Anatolie ».

Le programme (TR) de cette formation pratique est le suivant:

  • À la lumière des informations obtenues à partir des fouilles archéologiques en Anatolie des objets en bronze seront créés suivant les techniques anciennes des périodes de l’Age du Bronze et de l’Antiquité.
  • Différentes techniques de fabrication des moules, des outils du bronzier et des fours seront abordées.
  • La réalisation en extérieur, grandeur nature d’un atelier de métallurgiste.
  • Des séminaires seront aussi organisés chaque jour sur l’histoire de la métallurgie en Anatolie, les techniques anciennes et l’expérimentation archéologique.

À la fin des quatre jours, les participants recevront un certificat.

Les frais de participation au programme sont de 300 TL par personne. Les repas ne sont pas inclus.

Tout le matériel utilisé est mis à disposition par le centre pour la Science et ITÜ.

La formation sera ouverte s’il y a au moins 10 participants.

Coordonnées :
Centre pour la  Science d’ITU
Adresse : İTÜ Bilim Merkezi ,İTÜ Taşkışla Kampüsü Taksim, İSTANBUL
Contact Tél: 0212 251 60 130212 251 60 13
E-mail: bilimmerkezi@itu.edu.tr
Site internet: www.bilimmerkezi.itu.edu.tr
Call
Send SMS
Add to Skype
You’ll need Skype CreditFree via Skype

Halet Çambel : une pionnière de l’archéologie turque

halet_1Halet Çambel, une des pionnières de l’archéologie turque, est décédée le 12 janvier 2014 à l’âge de 98 ans dans sa maison familiale sur les rives du Bosphore à Istanbul. Née en 1916 à Berlin où son père était attaché militaire auprès de l’ambassade de Turquie, elle a fait ses études secondaires à Istanbul au lycée pour filles d’Arnavutköy (Robert College).

Influencée par son professeur d’histoire, elle s’intéresse à l’archéologie et part en France pour faire des études dans ce domaine de 1934 à 1939 en Sorbonne, à l’École Pratique des Hautes Études et à l’École du Louvre.  De retour en Turquie, elle devient l’assistante du professeur Helmuth Theodor Bossert à la faculté de Lettres de l’Université d’Istanbul où elle soutient sa thèse de doctorat en 1944.

 En 1946 avec son professeur elle entreprend des travaux à Karatepe près de Kadirli en Cilicie. Les fouilles commencent en 1947 sous la direction de Bossert sur ce site qui s’avère être l’ancienne cité néo-hittite d’Azatiwataya (VIIIe s. av. J.-C.). Bossert et Çambel y découvrent des inscriptions bilingues en phénicien et en louvite qui permettent une avancée décisive dans le déchiffrement des hiéroglyphes hittites. Çambel, qui prend la direction des fouilles à partir de 1952, y travaillera pendant plus de 60 ans ; elle retournait encore y travailler chaque été pendant plusieurs mois jusqu’à il y a quelques années, malgré son âge très avancé. Elle y met au jour un complexe palatial fortifié au sommet d’une colline qui domine le fleuve Ceyhan (le Pyramos antique), avec un ensemble monumental sculpté remarquable comprenant de nombreux bas-reliefs sur orthostates, des sculptures de lions gardiens de porte et  une statue du dieu de l’orage, qui dénotent un art se distinguant par la variété des thèmes abordés et les différentes influences brassées (hittite, phénicienne, assyrienne). Elle mène une lutte acharnée contre les autorités qui veulent transporter ces pierres sculptées au musée pour que celles-ci soient laissées en place sur site. Elle obtient gain de cause et Karatepe-Aslantaş devient ainsi le premier musée à ciel ouvert de Turquie.

Çambel ne se contente pas de poursuivre des activités uniquement archéologiques dans la région ; très vite, elle va à la rencontre des paysans pour leur apprendre à mieux utiliser les ressources naturelles et le savoir-faire ancestral dont ils disposent. Sur ses conseils, les paysannes se remettent à utiliser des colorants naturels délaissés depuis longtemps et les kilims ainsi tissés sont vendus par le biais d’une coopérative fondée dans ce but. Elle combat aussi pour augmenter le taux de scolarisation des jeunes filles, très faible à cette époque dans la population rurale de la région. Très vite elle devient un personnage très connu et apprécié parmi les villageois, une conseillère et une protectrice à qui on s’adresse volontiers pour résoudre les problèmes.

Un autre site, non de moindre importance, où a travaillé Halet Çambel est Çayönü près d’Ergani (Diyarbakır) dans le sud-est anatolien. Çambel y entreprend des fouilles à partir de 1964 en collaboration avec Robert J. Braidwood de l’université de Chicago. L’habitat préhistorique qui y fut découvert a permis de suivre le processus de néolithisation de la société grâce à une longue séquence stratigraphique comprenant des phases architecturales qui vont du Néolithique précéramique A (PPNA) et B (PPNB) jusqu’au Néolithique avec céramique, avec le passage à la domestication des animaux et l’apparition de l’agriculture. Si les fouilles de Karatepe ont été un exemple précurseur en matière de protection, conservation et mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, celles de Çayönü l’ont été pour l’interdisciplinarité dans les travaux archéologiques : Çambel et Braidwood font appel aux spécialistes de toutes les disciplines impliquées, allant du simple archéologue à l’architecte et au topographe, du paléobotaniste au paléozoologue et au paléoanthropologue, utilisant toutes les possibilités techniques d’analyse et de prospection de l’époque.

Les travaux archéologiques de terrain de Halet Çambel ne sont pas limités à ces deux sites : il faut citer parmi d’autres les fouilles de Yazılıkaya/Midas Şehri (1948-49) en collaboration avec l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul (aujourd’hui IFEA), celles de la nécropole de Birlis et de Söğüt Tarlası (Urfa-Bozova, 1964), de Girikihacıyan (Diyarbakır, 1968-70). Elle a aussi contribué à l’organisation de la prospection archéologique systématique de la région inondable du barrage de Keban en 1966.

Les longues campagnes de fouilles et de prospections archéologiques sur le terrain n’ont pas empêché Halet Çambel de mener une activité au moins aussi foisonnante en tant qu’enseignant-chercheur à l’université d’Istanbul où elle est accueillie comme jeune assistante en archéologie en 1940,  jusqu’en 1984, année de sa retraite. Elle accède au poste de professeur en 1960 et fonde le département de Préhistoire et un laboratoire qui attirera sans tarder, grâce à ses collections de référence venant d’Anatolie, du Proche Orient et des Balkans, bon nombre de chercheurs locaux et internationaux, devenant ainsi un lieu de rencontre privilégié pour les étudiants et spécialistes du monde entier. Toujours dans le domaine de la recherche, elle contribue en 1976 à la fondation d’une unité d’archéométrie au sein du Centre de Recherches Scientifiques de Turquie (TÜBİTAK).

Le portrait de Halet Çambel serait incomplet sans citer son aspect sportif : elle a en effet représenté la Turquie dans la discipline de l’escrime aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, devenant ainsi, avec sa collègue Suat Fetgeri Aşeni, la première athlète olympique féminine turque et musulmane.

halet_2

En guise de conclusion, voici un extrait d’un texte de Yaşar Kemal sur Halet Çambel écrit en août 2011, qui résume très bien sa personnalité  originale :

« Halet était d’une grande famille. Il y avait des grands vizirs parmi ses aïeuls. Son père avait participé à la guerre de libération, il avait été ambassadeur. Il avait beaucoup vécu en Europe. Halet avait fait ses études en Europe, mais elle était parmi ceux qui parlent le  mieux la langue d’Istanbul. Quelques temps après j’ai constaté que la langue utilisée par Halet s’était transformée, elle parlait maintenant avec la langue des Taurus et de la Çukurova, comme si elle était née et avait grandi dans un des villages du Taurus. J’ai aussi constaté qu’elle était devenue la grande sœur (abla en turc) de tous les villageois. Toutes les femmes en difficulté venaient la voir comme étant la meilleure personne de toute la région, celle à qui on a le plus de confiance, celle qu’on aime le plus ».

« En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde « .

Quelques références bibliographiques concernant Halet Çambel qui se trouvent à la bibliothèque de l’IFEA

  • Arsebük, G., Mellink, M.J. et Schirmer (éds.), W., Light on Top of the Black Hill: Studies presented to Halet Çambel / Karatepe’deki ışık: Halet Çambel’e sunulan yazılar, İstanbul 1998 [Préh 038].
  • Çambel, H., « The Southeast Anatolian Prehistoric Project and its Significance for Culture history », Belleten XXXVIII, 1974, pp. 361-377 [HA Ana Gén 141-10 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Chronologie et organisation de l’espace à Çayönü », Colloques Internationaux du CNRS No. 598 : Préhistoire du Levant, Maison de l’Orient, Lyon les 10-14 juin 1980, Paris 1981, pp. 532-553 [HA Ana Gén 141-14 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş, Aslantaş barajı göl alanı ve 1982 dönemi çalışmaları », KST V, Ankara 1984, pp. 153-161 [Ha Ana Si 071 (tap)].
  • Çambel, H., « Karatepe-Aslantaş ve Domuztepe 1984 yılı çalışmaları », KST VII, Ankara 1986, pp. 271-285 [HA Ana Si 072 (tap)].
  • Çambel, H.,  » Domuztepe Son Araştırmalar Işığında Yeni bir Değerlendirme », Anadolu Araştırmaları / Jahrbuch für Kleinasiatische Forschung X, 1986, pp. 32-44 [HA Ana Si 053 (tap)].
  • Çambel, H., Arsebük, G. et Kantman, S, Çok Dilli Arkeoloji Sözlüğü / Multilingual Dictionary of Archaeological Terms / Dictionnaire multilingue d’archéologie / Mehrsprachiges archäologisches Worterbuch, İstanbul 1994 [Ar Méth 073].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., İstanbul ve Chicago üniversiteleri karma projesi : Güneydoğu Anadolu Tarihöncesi Araştırmaları / The Joint Istanbul-Chicago Universities : Prehistoric Research in Southeastern Anatolia I, Istanbul 1949 [HA Ana Gén 022].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J.,  » The Çayönü Excavations: Overview Through 1981″, Prehistoric Village Archaeology in South-Eastern Turkey : The eighth millenium B.C. site at Çayönü: Its chipped and ground stone industries and faunal remains, BAR International Series 138, Oxford 1982 [HA Ana Gén 141-13 (tap)].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., « Çayönü Tepesi « , Festschrift für Kurt Bittel : Schritte zu neuen Lebensweisen, Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens, Mainz am Rhein, s.d., pp. 155-156 [HA Ana Si 051].
  • Çambel, H. et Özdoğan, M.,  » 1983 yılı Domuztepe çalışmaları », KST VI, Ankara 1985, pp. 259-272 [HA Ana Gén 141-24 (tap)].
  • Özyar, A. et Çambel, H., Karatepe-Aslantaş Azatiwataya: Die Bildwerke, Mainz 2003 [HA Ana Si 175]

Asi Antiochia’sı, bugün Antakya

Version française

Ocak 2014

Antiochia ad Orontem (Asi Antiochia’sı), Akdeniz’in en doğu ucunda, denizden yaklaşık 25 kilometre içeride yer alır. Bugün Türkiye’nin Hatay İli’nin merkezi olan ilçe, Antik dönemin en önemli şehir merkezlerinden biridir. Roma Döneminde “Doğu’nun Kraliçesi” olarak anılır ve dünyanın (yani İmparatorluğun) dört ana kentinden bir olarak kabul edilir. Kent, Orontes (Asi) Nehri’nin kıyılarından Mt. Kassius (Keldağ) sırasının batı yakasına dek uzanır. Kenti tanımlayan en önemli unsur olan Asi Nehri, antik dönemlerde küçük teknelerin de seyredebildiği bir nehirdir ve Antiochia’yı, nehrin Akdeniz’e açıldığı körfezde yer alan antik limanı, Seleukeia Pieria (Samandağ) kentine bağlar.

Akdeniz’in en doğu ucunda yer alan Antiochia, Seleukos I Nikator tarafından M.Ö. 300’lerde kurulmuştur. Seleukid Devleti’nin Roma İmparatorluğu egemenliği altına girmesiyle M.Ö. 64 yılında kent önemli bir Roma şehri olarak varlığını sürdürmüş ve Suriye Eyaleti’nin hem ticari, hem de askeri merkezi haline gelmiştir. Antiochia ad Orontes kuruluşundan itibaren farklı toplulukların bir arada yaşadığı renkli şehir hayatıyla ünlenmiştir. Şehrin Hellenistik kültürü yedinci yüzyılda Arap hakimiyetine girmesine kadar sürmüş, kentte Yunanca hakim dil olarak kalmıştır. Diğer yandan, bu süreçte kentin territoriumu’nda farklı dil -özellikle Süryanice- ve geleneklerin kesintisiz devamı izlenebilir.

Antiochia’nın kuruluşundan itibaren önemli bir parçası olan Yahudi topluluğu ve farklı kökenli kültlerle zenginleşen putperest inançlarla öne çıkan kent, zaten zengin bir dini mozaiğe sahipken bir de Hıristiyan inancının ilk merkezlerinden biri oluşuyla; kentin dini dokusu daha da renklenmiştir. Kudüs’ü batıya bağlayan yol üzerindeki baskın konumu nedeniyle Hıristiyanlığın yayıldığı ilk büyük metropollerden olan Antiochia, özellikle Pavlos ve Petrus’un şehirdeki varlığına dayanan köklü bir havari geleneğine de sahiptir. Kent, 451 yılında Khalkedon (Kadıköy) kilise kurultayı sırasında patriklik merkezi olarak kabul edilmiştir. Ancak bu dini mozaik çatışmaları da beraberinde getirmiş, dördüncü yüzyıldan itibaren Hıristiyan mezhepler arasındaki ayrışmalar ciddi sorunlara yol açmıştır. Khalkedon kararlarını benimseyen gruplarla özellikle Monofizit gruplar arasındaki dini fikir ayrılıkları Khalkedon kurultayı sonrasında derinleşerek Antiochia’da dini olduğu kadar önemli bir sosyo-politik boyutu da bulunan ciddi çatışmalara neden olmuştur.

Kent, altıncı yüzyılda art arda gelen depremlerle sarsılmış, özellikle 526 ve 528 yıllarındaki depremlerden sonra ciddi hasar gören kent dokusu İmparatorluk destekli restorasyonlara yenilenmeye çalışılmıştır. Antiochia 540 yılında Persler tarafından işgal edilmiş ve kenti ele geçiren I. Hüsrev şehri yıkıp yakmakla yetinmeyerek, kentten taşıdığı devşirme malzeme ile “Hüsrev’in Antiochia’sı” adını verdiği yeni bir şehir inşa ederek savaş esirlerini bu yeni şehre yerleştirmiştir. Altıncı yüzyılın devamında kent başka depremler, ikinci bir Sasani işgali ve dalgalar halinde veba salgınları ile oldukça travmatik bir dönem yaşamıştır. Kent 637’de Arap hakimiyetine girmiştir.

Kentin şehircilik ve mimari unsurları ilgili bilgilerimiz daha çok yazılı kaynaklardan beslenir. Hellenistik Dönem yapılarından çoğu özellikle M.Ö 148’deki deprem nedeniyle günümüze ulaşmamış, Princeton Üniversitesi tarafından 1930’larda yapılan kazılar, farklı nedenlerle şehrin Roma ve Bizans Dönemi eserlerinden çok azını ortaya çıkartabilmiştir. Antakya’da şehrin en önemli Roma-Bizans eserlerinin bulunduğu adada kazılar 2010’da Antakya Müzesi tarafından ve Doç. Dr. Hatice Pamir’in bilimsel başkanlığında yeniden başlatılmıştır.

Antiochia’ya ilişkin çalışmalarda Fransız akademisyenlerin önemli katkıları olmuş ve olmaktadır. Burada bu akademisyenlerin hepsini anamasak da bir kaç önemli isimden söz etmek gerekir. Jean Lassus, Princeton ekibi ile birlikte çalışmış, Princeton kazılarının son cildinin editörlüğünü üstlenmiştir. Yakın dönemde, Catherine Saliou ve Grégoire Poccardi’nin yazılı kaynaklardan kent ve kent dokusuna ilişkin çalışmaları öne çıkar. Kentin territoriumunda Jean-Pierre Sodini ve George Tate arkeolojik araştırmalarıyla özellikle Geç Antik dönem kırsal yaşamına ilişkin önemli sonuçlar elde etmişlerdir. Halen Antakya’da süren kazılarda yer alan l’UMR 8538 (ENS-CNRS) laboratuvarından Fransız bir ekip Antakya su yollarına ilişkin çalışmalarına devam etmektedir.

Kaynakça:

Princeton Üniversitesi Kazıları:

  • Elderkin, George W. Antioch-on-the-Orontes, I: Excavations 1932. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1934.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes II, The Excavations 1933-1936. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1938.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes III, The Excavations 1937-1939. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1941.
  • Waage, Frederick O. Antioch-on-the-Orontes IV:I,Ceramics and Islamic Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1948.
  • Waage, Dorothy B. Antioch-on-the-Orontes IV:II,Greek, Roman, Byzantine and Crusider Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1952.
  • Lassus, Jean. Antioch On-The-Orontes V, Les Portiques d’Antioch. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1972.

***

Hatice Pamir başkanlığında Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeoloji Projesi (2002- ):

  • Brands, Gunnar, ‘Orientis apex pulcher- Die Krone des Orients: Antiochia und seine Mauern in Kaiserzeit und Spätantike’, Antike Welt 35 (2004): 11–16.
  • Brands, Gunnar, and Cornelius Meyer, “Antioch-On-The-Orontes and Seleucia Pieria 2004: Preliminary Results of the Geophysical Survey.” Arkeometri Sonuçları Toplantısı 21 (2005): 149–154.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeoloji Projesi: Antiocheia, Seleuceia Pieria ve Sabuniye Yüzey Araştırmaları 2004 Yılı Çalışmaları.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 23 (2005): 89-102.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeolojisi Projesi: Antakya ve Samandağ Yüzey Araştırmaları 2005.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 24 (2006): 397–418.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Figen Çevirici. “Hatay İli, Antakya, Samandağ ve Yayladağı: Yüzey Araştırması 2006”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 25 (2007): 393–410.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Shinichi Nishiyama. “Hatay Yüzey Araştırmaları 2007: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 26 (2008): 1–12.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands, “The Asi Delta and the Asi Valley Archaeological Project in 2004: Samandağ and Antakya Surveys”, ANMED 3 (2005): 103–108.
  • Pamir, Hatice and İnanç Yamaç, ‘Hatay Yüzey Araştırmaları 2010: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü’, Araştırma Sonuçları Toplantıları 29 (2011): 361–389.

***

Diğer:

  • Alpi, Frédéric. La Route Royale: Sévère d’Antioche et les Eglises d’Orient, Vol. 1. Bayreuth: Institut Français du Proche-Orient, 2009.
  • Ataman, Demir. Çağlar içinde Antakya. İstanbul: Akbank, 1996.
  • Butler, Howard C. Early Churches in Syria: Fourth to Seventh Centuries. Edited and completed by E. Baldwin Smith. Princeton: Publication for the Department of Art and Archaeology of Princeton University, 1929.
  • Ciggaar, Krijnie and Michael Metcalf. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean I: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2006.
  • Ciggaar, Krijnie and Victoria van Aalst. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean II: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2013.
  • Djobadze, Wachtang Z. Materials for the study of Georgian monasteries in the Western environs of Antioch on the Orontes. Louvain: Secrétariat du Corpus SCO, 1976.
  • Djobadze, Wachtang Z. Archeological Investigations in the Region West of Antioch on-the-Orontes. Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 1986.
  • Donceel-Voûte, Pauline. Les pavements des églises byzantines de la Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Vol. I. Louvain-la-Neuve: Publications de l’Institute Superior d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Université Catholique de Louvain, 1988.
  • Downey, Glanville. A History of Antioch in Syria, from Seleucus to the Arab Conquest. Princeton: Princeton University Press, 1961.
  • Festugière, André-Jean. Antioche païenne et chrétienne : Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie. Paris: Éditions E. de Boccard, 1959.
  • Foss, Clive. “Syria in Transition, A.D. 550-750: An Archaeological Approach.” Dumbarton Oaks Papers 51 (1997): 189-269.
  • Gerritsen Fokke, et al. “Settlement and Landscape Transformations in the Amuq Valley, Hatay: A Long Term Perspective.” Anatolica 34 (2008): 241-314.
  • Jalabert Louis and René Mouterde. Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Vol III-b: Antioche. Paris: Geuthner, 1953.
  • Kennedy, Hugh N. “The Last Century of Byzantine Syria: A Reinterpretation.” Byzantinische Forschungen 10 (1985): 141-183.
  • Kondoleon, Christine. Antioch: The Lost Ancient City. Princeton: Princeton University Press, 2000.
  • Lafontaine-Dosogne, Jacqueline. Itinéraires Archéologiques dans la Région d’Antioche. Brussels: Éditions de Byzantion, 1967.
  • Levi, Doro. Antioch Mosaic Pavements. Princeton: Princeton University Press, 1947.
  • Liebeschuetz, John H. W. G. Antioch: City and Imperial Administration in the Later Roman Empire. Oxford: Clarendon Press, 1971.
  • Mayer, Wendy and Pauline Allen. The Churches of Antioch (300-638 CE). Leuven: Peeters, 2012.
  • Mécérian, Jean S. J. Expédition Archéologique dans l’Antiochène Occidentale. Beirut: Imprimerie Catholique, 1965.
  • Pamir, Hatice. “Antakya (Antiocheia ad Orontes)’ daki Bazı Hamam Yapılarının Yeniden Değerlendirilmesi, F Hamamı, Narlıca Hamamı ve Çekmece Hamamı. In EUERGETES: Festschrift für Prof. Dr. Haluk Abbasoğlu zum 65. Geburstag, edited by Inci Dalaman et  al., 945-963. Antalya: Suna İnan Kıraç Akdeniz Medeniyetlerini Araştırma Enstitüsü, 2008.
  • Petit, Paul. Libanius et la vie municipale à Antioche au IVe siècle après J.-C. Paris : Geuthner, 1955.
  • Poccardi, Grégoire. “Pour un nouveau plan urbain de l’île de l’Oronte (Ville Neuve) du IIIe au Ve siècle à Antioche de Syrie.” MEFRA 106/2 (1994): 993-1023.
  • Poccardi, Grégoire and Jacques Leblanc. “Étude de la permanence des tracés urbains et ruraux antiques à Antioche-sur-l’Oronte.” Syria 76, (1999): 91-126.
  • Poccardi, Grégoire. “L’île d’Antioche à la fin de l’Antiquité: histoire et problème de topographie urbaine.” In Recent Research in Late Antique Urbanism IV, edited by Luke Lavan, 155-172. New-Jersey: Portsmouth, 2000.
  • Saliou, Catherine, Bernadette Cabouret and Pierre-Louis Gatier. Antioche de Syrie, Histoire, images et traces de la ville antiqueTopoi Orient Occident, Supplement 5. Paris: De Boccard, 2004.
  • Saliou, Catherine. “Les fondations d’Antioche dans l’Antiochikos (Or. XI) de Libanios.” Aram 11-12 (1999-2000): 357-388.
  • Saliou, Catherine. “À propos de la Taurianè pulè Remarques sur la localisation présumée de la Grande Église d’Antioche de Syrie.” Syria 77, 2000: 217-226.
  • Saliou, Catherine. “Identité culturelle et paysage urbain : remarques sur les processus de transformation des rues à portiques dans l’Antiquité Tardive.” Syria 82, 2005: 207-224
  • Saliou, Catherine. “Le palais impérial d’Antioche et son contexte à l’époque de Julien. Réflexions sur l’apport des sources littéraires à l’histoire d’un espace urbain.” Antiquité Tardive 17, 2009: 235-250.
  • Sandwell, Isabella and Janet Huskinson. Culture and Society in Later Roman Antioch. Oxford: Oxbow Books, 2004.
  • Seyhun, Melis H. Antioch Through the Eyes of European Travellers. İstanbul: Kofisa, 2007.
  • Sodini, Jean-Pierre et al. Déhès (Syrie du nord) : campagnes I-III (1976-1978) : recherches sur l’habitat rural. Paris : Geuthner, 1980.
  • Sodini, Jean-Pierre. “Qal’at Sem’an et DeirSem’an: Naissance et développement d’un lieu de pèlerinage durant l’antiquité tardive.” In Architecture paléochrétienne, edited by Jean-Michel Spieser, 11-59. Gollion: Infolio, 2011. (A good summary among his many articles on Qal’at Sem’an).
  • Soler, Emmanuel. Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C. : Pratiques festives et comportements religieux dans le processus de christianisation de la cite. Beyrouth: IFAPO, 2006.
  • Tate, Georges. Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècle. Paris: Paul Geuthner, 1992.
  • Tchalenko, Georges. Villages antiques de la Syrie du Nord, Vols. I-III. Paris: Paul Geuthner, 1953-1958.
  • Vorderstrasse, Tasha. Al-Mina: A Port of Antioch from Late Antiquity to the End of the Ottomans. Leiden: Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2005.
  • Yener, Kutlu Aslıhan. The Amuq Valley Regional Projects, Vol. 1. Chicago: Oriental Institute Publications, 2005.

Antiochia ad Orontem (Antioch-on-the-Orontes, today Antakya)

Türkçe çeviri

Janvier 2014

Antiochia ad Orontem (Antioch-on-the-Orontes) is situated at the easternmost end of Mediterranean and approximately 25 km. from the sea. Today it remains as a small town, the administrative center of Hatay province, but has been once one of the thriving cities of the antique world. It was called the “Queen of the East” in the Roman Period, having been accepted to be one of the four major cities of “the world” (i.e. the Roman Empire). The city expanded from the banks of the Orontes River to the western slopes of the Cassius mountain range. The major urban element, the Orontes River, was navigable in the antiquity and connected the city to Seleucia Pieria (Samandağ) that served Antioch as its main port.

Antiochia was founded by Seleucos I Nicator around 300 B.C. It turned into a significant Roman city after the Seleucid Kingdom fell under the Roman rule at 64 B.C., and gradually became the administrative and military center of the East. Antioch was famous for its vivid and colorful urban life since the times that it was founded. The city held onto its Hellenistic roots and traditions up until the Arab occupation in the 7th century and Greek remained as the main language of the center. On the other hand, throughout its territorium the continuation of numerous local languages and traditions –essentially Syriac- could still be observed.

While the city already presented a colorful mosaic of various religious traditions -the Jewish community that was an important component of demography since its foundation and numerous pagan cults-, it also became one of the first centers of Christianity. Antioch was one of the first metropolises where Christians reached important numbers, especially on account of its dominance on the road system that linked Jerusalem to the west. The city was evangelized, based on the tradition that associated Paul and Peter with Antioch. Antioch was finally approved as a patriarchate during the Chalcedon Council (451 A.D.). However, in Antioch, already a center of religious controversies among Christians before this date, the already existing tribulations gradually turned into problems between the supporters of the Chalcedonian creed and the others. Soon after, these problems turned into a rivalry with significant socio-political projections.

The sixth century was a traumatic period for Antioch. The subsequent earthquakes of 526 and 528 were particularly destructive, although full-scale restorations were put in action immediately, supported with imperial funding and patronage. Nonetheless, the Persian sack of 540 was equally devastating and Chosroes I, who did not contended with the demolition of the city, inflicted another heavy blow to its prestige; he settled the hostages in a city called “Antioch of Chosroes”, constructed with actual spolia ripped from Antioch during the sack. The rest of the sixth century was equally challenging, marked by other earthquakes, a second Sassanid invasion, and the plague that came in waves throughout the century and further.

The urban and architectural elements of the city remain essentially unknown with the exception of what can be gathered from the textual sources. Most of the Hellenistic urban fabric was destructed during the earthquake of 148 B.C. and for various reasons the excavations held at Antioch in 1930s by a team from Princeton University failed to uncover the main Roman and Byzantine monuments of the city. Nonetheless, a survey led under the direction of Doç. Dr. Hatice Pamir from 2002 onwards concentrated on reevaluating the remains throughout the city and from 2010 onwards limited excavations were held on the island under the direction of Hatay Museum and under scientific counseling of Hatice Pamir, where the most important monuments of Antioch once stood.

French scholarship has been effectively involved in research at Antioch and its territorium. Although it may not be possible to name each and every one of them, some important scholars should still be mentioned. Jean Lassus worked with the Princeton team and edited the last of the excavation volumes. More recently, the studies of Catherine Saliou and Grégoire Poccardi offered significant contributions on the historical topography of Antioch, through careful and detailed reexamination of the ancient texts. The groundbreaking archaeological studies of Jean-Pierre Sodini and George Tate have redefined our understanding of Late Antique Antiochene countryside and its dynamics. A French team from l’UMR 8538 (ENS-CNRS) still continues their research on the water systems of Antioch in collaboration with the Turkish team.

Selective Bibliography:

Princeton Excavations:

  • Elderkin, George W. Antioch-on-the-Orontes, I: Excavations 1932. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1934.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes II, The Excavations 1933-1936. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1938.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes III, The Excavations 1937-1939. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1941.
  • Waage, Frederick O. Antioch-on-the-Orontes IV:I,Ceramics and Islamic Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1948.
  • Waage, Dorothy B. Antioch-on-the-Orontes IV:II,Greek, Roman, Byzantine and Crusider Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1952.
  • Lassus, Jean. Antioch On-The-Orontes V, Les Portiques d’Antioch. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1972.

***

Archaeological Survey in the Orontes Valley directed Hatice Pamir (2002- ):

  • Brands, Gunnar, ‘Orientis apex pulcher- Die Krone des Orients: Antiochia und seine Mauern in Kaiserzeit und Spätantike’, Antike Welt 35 (2004): 11–16.
  • Brands, Gunnar, and Cornelius Meyer, “Antioch-On-The-Orontes and Seleucia Pieria 2004: Preliminary Results of the Geophysical Survey.” Arkeometri Sonuçları Toplantısı 21 (2005): 149–154.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeoloji Projesi: Antiocheia, Seleuceia Pieria ve Sabuniye Yüzey Araştırmaları 2004 Yılı Çalışmaları.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 23 (2005): 89-102.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeolojisi Projesi: Antakya ve Samandağ Yüzey Araştırmaları 2005.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 24 (2006): 397–418.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Figen Çevirici. “Hatay İli, Antakya, Samandağ ve Yayladağı: Yüzey Araştırması 2006”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 25 (2007): 393–410.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Shinichi Nishiyama. “Hatay Yüzey Araştırmaları 2007: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 26 (2008): 1–12.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands, “The Asi Delta and the Asi Valley Archaeological Project in 2004: Samandağ and Antakya Surveys”, ANMED 3 (2005): 103–108.
  • Pamir, Hatice and İnanç Yamaç, ‘Hatay Yüzey Araştırmaları 2010: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü’, Araştırma Sonuçları Toplantıları 29 (2011): 361–389.

***

  • Alpi, Frédéric. La Route Royale: Sévère d’Antioche et les Eglises d’Orient, Vol. 1. Bayreuth: Institut Français du Proche-Orient, 2009.
  • Ataman, Demir. Çağlar içinde Antakya. İstanbul: Akbank, 1996.
  • Butler, Howard C. Early Churches in Syria: Fourth to Seventh Centuries. Edited and completed by E. Baldwin Smith. Princeton: Publication for the Department of Art and Archaeology of Princeton University, 1929.
  • Ciggaar, Krijnie and Michael Metcalf. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean I: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2006.
  • Ciggaar, Krijnie and Victoria van Aalst. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean II: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2013.
  • Djobadze, Wachtang Z. Materials for the study of Georgian monasteries in the Western environs of Antioch on the Orontes. Louvain: Secrétariat du Corpus SCO, 1976.
  • Djobadze, Wachtang Z. Archeological Investigations in the Region West of Antioch on-the-Orontes. Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 1986.
  • Donceel-Voûte, Pauline. Les pavements des églises byzantines de la Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Vol. I. Louvain-la-Neuve: Publications de l’Institute Superior d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Université Catholique de Louvain, 1988.
  • Downey, Glanville. A History of Antioch in Syria, from Seleucus to the Arab Conquest. Princeton: Princeton University Press, 1961.
  • Festugière, André-Jean. Antioche païenne et chrétienne : Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie. Paris: Éditions E. de Boccard, 1959.
  • Foss, Clive. “Syria in Transition, A.D. 550-750: An Archaeological Approach.” Dumbarton Oaks Papers 51 (1997): 189-269.
  • Gerritsen Fokke, et al. “Settlement and Landscape Transformations in the Amuq Valley, Hatay: A Long Term Perspective.” Anatolica 34 (2008): 241-314.
  • Jalabert Louis and René Mouterde. Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Vol III-b: Antioche. Paris: Geuthner, 1953.
  • Kennedy, Hugh N. “The Last Century of Byzantine Syria: A Reinterpretation.” Byzantinische Forschungen 10 (1985): 141-183.
  • Kondoleon, Christine. Antioch: The Lost Ancient City. Princeton: Princeton University Press, 2000.
  • Lafontaine-Dosogne, Jacqueline. Itinéraires Archéologiques dans la Région d’Antioche. Brussels: Éditions de Byzantion, 1967.
  • Levi, Doro. Antioch Mosaic Pavements. Princeton: Princeton University Press, 1947.
  • Liebeschuetz, John H. W. G. Antioch: City and Imperial Administration in the Later Roman Empire. Oxford: Clarendon Press, 1971.
  • Mayer, Wendy and Pauline Allen. The Churches of Antioch (300-638 CE). Leuven: Peeters, 2012.
  • Mécérian, Jean S. J. Expédition Archéologique dans l’Antiochène Occidentale. Beirut: Imprimerie Catholique, 1965.
  • Pamir, Hatice. “Antakya (Antiocheia ad Orontes)’ daki Bazı Hamam Yapılarının Yeniden Değerlendirilmesi, F Hamamı, Narlıca Hamamı ve Çekmece Hamamı. In EUERGETES: Festschrift für Prof. Dr. Haluk Abbasoğlu zum 65. Geburstag, edited by Inci Dalaman et  al., 945-963. Antalya: Suna İnan Kıraç Akdeniz Medeniyetlerini Araştırma Enstitüsü, 2008.
  • Petit, Paul. Libanius et la vie municipale à Antioche au IVe siècle après J.-C. Paris : Geuthner, 1955.
  • Poccardi, Grégoire. “Pour un nouveau plan urbain de l’île de l’Oronte (Ville Neuve) du IIIe au Ve siècle à Antioche de Syrie.” MEFRA 106/2 (1994): 993-1023.
  • Poccardi, Grégoire and Jacques Leblanc. “Étude de la permanence des tracés urbains et ruraux antiques à Antioche-sur-l’Oronte.” Syria 76, (1999): 91-126.
  • Poccardi, Grégoire. “L’île d’Antioche à la fin de l’Antiquité: histoire et problème de topographie urbaine.” In Recent Research in Late Antique Urbanism IV, edited by Luke Lavan, 155-172. New-Jersey: Portsmouth, 2000.
  • Saliou, Catherine, Bernadette Cabouret and Pierre-Louis Gatier. Antioche de Syrie, Histoire, images et traces de la ville antique. Topoi Orient Occident, Supplement 5. Paris: De Boccard, 2004.
  • Saliou, Catherine. “Les fondations d’Antioche dans l’Antiochikos (Or. XI) de Libanios.” Aram 11-12 (1999-2000): 357-388.
  • Saliou, Catherine. “À propos de la Taurianè pulè Remarques sur la localisation présumée de la Grande Église d’Antioche de Syrie.” Syria 77, 2000: 217-226.
  • Saliou, Catherine. “Identité culturelle et paysage urbain : remarques sur les processus de transformation des rues à portiques dans l’Antiquité Tardive.” Syria 82, 2005: 207-224
  • Saliou, Catherine. “Le palais impérial d’Antioche et son contexte à l’époque de Julien. Réflexions sur l’apport des sources littéraires à l’histoire d’un espace urbain.” Antiquité Tardive 17, 2009: 235-250.
  • Sandwell, Isabella and Janet Huskinson. Culture and Society in Later Roman Antioch. Oxford: Oxbow Books, 2004.
  • Seyhun, Melis H. Antioch Through the Eyes of European Travellers. İstanbul: Kofisa, 2007.
  • Sodini, Jean-Pierre et al. Déhès (Syrie du nord) : campagnes I-III (1976-1978) : recherches sur l’habitat rural. Paris : Geuthner, 1980.
  • Sodini, Jean-Pierre. “Qal’at Sem’an et DeirSem’an: Naissance et développement d’un lieu de pèlerinage durant l’antiquité tardive.” In Architecture paléochrétienne, edited by Jean-Michel Spieser, 11-59. Gollion: Infolio, 2011. (A good summary among his many articles on Qal’at Sem’an).
  • Soler, Emmanuel. Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C. : Pratiques festives et comportements religieux dans le processus de christianisation de la cite. Beyrouth: IFAPO, 2006.
  • Tate, Georges. Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècle. Paris: Paul Geuthner, 1992.
  • Tchalenko, Georges. Villages antiques de la Syrie du Nord, Vols. I-III. Paris: Paul Geuthner, 1953-1958.
  • Vorderstrasse, Tasha. Al-Mina: A Port of Antioch from Late Antiquity to the End of the Ottomans. Leiden: Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2005.
  • Yener, Kutlu Aslıhan. The Amuq Valley Regional Projects, Vol. 1. Chicago: Oriental Institute Publications, 2005.

Pour une nouvelle approche de l’archéologie en Turquie

Communication présentée lors du colloque « L’archéologie en France et à l’étranger : acteurs et enjeux« , Paris, 14-15/10/2013

Les règlementations qui encadrent l’activité archéologique en Turquie ont été mises à plat par les autorités locales en février 2013. Le but de ces réformes vise à permettre aux acteurs locaux de remettre la main sur leur patrimoine archéologique dont l’exploitation était principalement menée, jusqu’à une date récente, par des équipes étrangères, européennes ou non.

Depuis une dizaine d’année, et la victoire aux élections générales du parti de l’AKP en novembre 2002, on assiste à une réforme en profondeur de la gestion du patrimoine archéologique turc. Cette politique de réappropriation s’accompagne d’un développement exponentiel des moyens. Ainsi, depuis 10 années ce sont plusieurs dizaines de départements d’archéologie qui ont été créés à travers le pays. Le nombre de musées locaux est en constante augmentation. Le nombre de fouilles menées par des équipes turques a presque triplé (tableau 1) tandis que leur budget global, mis à disposition par le ministère de la culture et du tourisme, a été multiplié par 25, passant de près de 2 millions de livres en 2002 à près de 50 millions en 2011 (tableau 2). Les résultats de cette politique se lisent à travers la fréquentation cumulée des musées et sites archéologiques qui est passée de 6 millions de visiteurs en 2000 à près de 30 millions en 2012.

Evolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)

On comprend à la lecture de ces statistiques que nous assistons depuis quelques années en Turquie à un renversement de situation sans précédent qui voit une montée en puissance de l’archéologie turque, menée par des Turcs.

Parallèlement, et durant la même période, on assiste à un tassement de l’activité de fouilles étrangères en Turquie.

Mis côte à côte, les chiffres sont, ici encore, éloquents (tableau 3) : pour l’année 2012 on compte 18 prospections étrangères pour 84 prospections turques ; 39 fouilles étrangères pour 116 fouilles turques, auxquelles il faut ajouter les quelques 151 fouilles de sauvetage menées par les musées locaux au cours de la même année.

Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html
Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html

L’impact de cette politique de développement ne se limite pas à la construction de musées et à la création d’universités dont on comprend qu’il s’agit ici d’un moteur essentiel de la politique de développement menée par le gouvernement. Le but de cette politique n’est pas non plus scientifique, que l’on ne s’y trompe pas, mais répond à des logiques purement économiques et politiques. Cette démarche est par ailleurs totalement assumée par la direction du ministère qui réunit culture et tourisme sous un seul et même chapeau.

Économiquement il s’agit aujourd’hui pour les autorités turques de rentabiliser un patrimoine en y investissant de lourds moyens ; tandis que politiquement la Turquie cherche à s’affirmer sur la scène internationale comme un pays moderne, soucieux de la mise en valeur de son patrimoine et désireux de faire valoir une historicité, une historialité, dont la Turquie moderne est la dépositaire.

Ce mouvement profond n’est pas sans conséquences pour les acteurs de l’archéologie de terrain à qui on impose dorénavant d’intégrer dans leur approche scientifique ces perspectives à la fois économiques et politiques, bien éloignées de leur formation et de leurs préoccupations initiales.

Ainsi, pour l’archéologue de terrain la gestion du patrimoine mobilier ou immobilier mis au jour lors des fouilles devient un véritable casse-tête. Les équipes sont dorénavant évaluées sur leurs capacités à fournir un maximum d’objets aux musées locaux, ainsi qu’à procéder aux mises en valeur, restaurations, conservations et anastyloses des bâtiments découverts. La qualité du travail effectué ne s’estime plus en terme de résultat scientifique mais plutôt en terme de budget, de nombre d’intervenants (archéologues et ouvriers compris) et de temps de fouilles. Les nouvelles directives publiées par la direction générale du patrimoine encadrent de règles très strictes l’activité des archéologues. Les prospections archéologiques ne sont plus accordées que dans la perspective d’un programme de fouilles à venir. On impose aux fouilleurs une présence minimale de deux mois par an sur le terrain, accompagnée d’une activité de recherche au moins égale hors terrain. La présence, aux côtés du directeur des fouilles, d’un adjoint local est devenu une condition sine qua non pour l’obtention du permis, au même titre que la construction ou l’aménagement d’une maison de fouille comprenant laboratoire et dépôt, ou encore l’emploi de gardiens, par l’intermédiaire de sociétés spécialisées. Ce ne sont ici que quelques unes des nouvelles règles imposées aux archéologues.

La gestion des sites archéologiques par les autorités turques semble parfois ainsi calquée sur celle de simples chantiers de construction et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on voit fleurir baraquements et autres préfabriqués en lieu et place des vieilles maisons de fouilles traditionnelles.

Mon propos n’est pas ici de critiquer telle ou telle disposition nouvelle imposée par les autorités turques mais plutôt d’insister sur la nature profonde et radicale des transformations que nous connaissons en Turquie ainsi que sur leurs conséquences. Ces nouvelles directives n’ont d’ailleurs pas eu que des effets négatifs, épongeant notamment nombre d’opérations moribondes ou encore mettant un terme à l’absence criante de programme de protection des vestiges mis au jour, parfois depuis des décennies, et qui étaient condamnés à disparaître avec le temps.

Quoi qu’il en soit, la multiplication des doléances turques ainsi que la mise en place de directives strictes et précises ont eu des conséquences nombreuses pour l’archéologie française en Turquie. Je ne mentionnerai pas ici les problèmes soulevés sur le terrain par la question des demandes répétées des autorités turques de restitution de biens culturels, ni des tensions engendrées par les prises de position de nos hommes politiques sur des questions historiques, deux thèmes sur lesquels les archéologues se sentent souvent pris en otage, entre l’enclume et le marteau.

Une des conséquences les plus directes est la baisse dramatique du nombre de fouilles françaises en Turquie, alors que les fouilles d’autres pays étrangers se maintenaient. En l’espace de quelques années, la France, qui pouvait se targuer d’avoir la direction de certains sites parmi les plus prestigieux (Claros, Zeugma, Xanthos, Letoon), se retrouve en 2012 à la tête d’un unique site, celui de Porsuk en Cappadoce méridionale, la plaçant bien loin derrière ses voisins européens et outre-atlantique (tableau 4).

Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html
Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html

La situation paraît tellement dramatique que de nombreux archéologues français ont préféré s’exiler dans des pays satellites (Bulgarie, Géorgie, Azerbaïdjan), tant il semblait impossible de mettre en place un programme de recherche archéologique en Turquie. Cela n’a pas seulement nui à la représentation française en Turquie, mais aussi et surtout à l’image de l’archéologie française dans la région, considérée comme vieillissante, incapable de s’adapter, de développer, voire même d’assumer d’ambitieux projets.

Cette situation est le résultat très clair non seulement d’un manque de compréhension, ou d’une prise de conscience trop tardive, des transformations à l’œuvre dans le milieu archéologique turc, mais aussi et surtout d’une absence totale de dialogue entre universitaires et tutelles responsables français et turcs. Cette période au cours de laquelle l’archéologie française s’est retrouvée en perte de vitesse correspond aussi à un moment de l’histoire de l’IFEA au cours de laquelle l’archéologie n’était plus une priorité.

Une telle situation montre, une fois de plus, le rôle majeur que jouent de tels instituts dans le dispositif archéologique français à l’étranger, particulièrement dans des contextes politiques compliqués, et à condition, bien entendu, qu’on leur en donne les moyens.

Car l’institut se doit de jouer un rôle de passeur, de transmission, de l’information, de décryptage de situation et assurer le suivi des dossiers dont la gestion est bien souvent difficile depuis la métropole. L’institut se doit aussi d’offrir des solutions lorsque la situation l’impose, jouant de ses contacts et de sa connaissance du terrain et des acteurs locaux. Il se doit aussi et surtout participer à la réflexion commune lorsqu’il s’agit de repenser une activité dont les cadres d’expression ne cessent d’évoluer. Ainsi, depuis 2010, date à laquelle l’IFEA a remis l’archéologie au cœur de ses préoccupations, et bien que ses moyens financiers et logistiques aient été en baisse constante, notre institut s’évertue à mettre en place de nouvelles approches qui permettent à la sphère archéologique française de réintégrer le terrain turc. Soutenus en ce sens par le MAE, dont la commission des fouilles a accepté de revoir ses critères d’attribution des allocations, nous cherchons dorénavant à nous intégrer dans le tissu archéologique turc, plutôt que de tenter de nous y imposer. La démarche est plus lente, plus délicate, et demande de solides collaborations, mais elle porte ses fruits (tableau 5).

Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.
Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.

C’est ainsi que nous avons défendu, avec succès, l’idée de création de missions françaises qui opèrent en collaboration et sous couvert d’une équipe étrangère, fût-elle turque ou autre. Cette approche fonctionne, encore une fois grâce au soutien du MAE qui désormais accepte de financer de telles missions même si le drapeau français n’est plus celui qui trône au sommet de l’acropole. De telles collaborations apportent aussi leur lot d’avantages. En effet, à l’heure où les équipes doivent grossir ou mourir, où les budgets doivent gonfler ou disparaître, où les tutelles institutionnelles ne peuvent désormais plus être les seules pourvoyeuses des missions, seule la réunion d’équipes plurielles, internationales et interdisciplinaires semble offrir une voie de sortie de l’impasse qui s’impose à nombre d’entre nous.