Archives par mot-clé : archéologie

In memoriam Thomas Drew-Bear (24/09/1943-01/07/2022)

Référence İscehisar: Mermerin Tarih Yazdığı Şehir (Dokimeion), 2015. İscehisar Belediyesi

Thomas Drew-Bear est né le 24 septembre 1943. Son père était de nationalité anglaise ; sa mère, de nationalité allemande mais d’ascendance juive, s’était réfugiée aux USA pour se protéger des persécutions raciales.

Il accomplit ses études classiques dans les universités américaines de la côte atlantique. Il parcourt le cursus universitaire à Harvard, jusqu’au Ph. D. en 1972, en étant admis, au passage, comme membre de l’American School of Classical Studies d’Athènes en 1964-1965. Après avoir été accueilli dans divers grands instituts de recherche aux USA (Center of Hellenic Studies de Washington en 1972-1973, puis Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies en 1973-1974), il se déplace en Europe. Il séjourne dès lors dans diverses universités européennes. En premier : en Allemagne (Hambourg, à l’Alexander von Humbolt Stiftung, puis à Cologne) ; ensuite : en France, à Lyon (Université de Lyon II), d’où il peut se rendre aisément à Paris afin de participer à divers séminaires parisiens (Louis Robert et Hans-Georg Pflaum d’abord, mais aussi Georges Le Rider) et fréquenter l’Ecole des langues orientales. C’est alors qu’il est admis au CNRS, où il parcourt une carrière jusqu’au rang de Directeur de recherche. Il est habilité à diriger des recherches par un jury de l’Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), réuni à l’initiative du grand papyrologue Joseph Mélèze-Modrzejewski, et dans lequel siégent en particulier le grand épigraphiste Geza Alföldy ainsi que Georges Le Rider.

Dès qu’il s’établit en France, l’essentiel de son œuvre est consacré aux inscriptions d’Asie mineure. Il est orienté vers la Phrygie par Louis Robert, et c’est plus particulièrement à cette partie de l’Anatolie qu’il réserve ses longues missions et le temps de la réflexion qui, chaque année, leur faisait suite. Quasiment jusqu’à la dernière année de son existence il s’efforçe de maintenir le lien avec un pays qu’il a appris à connaître, et où se trouvent des amis qu’il s’efforçe d’attirer vers les universités françaises ou vers les activités de l’IFEA d’Istanbul. Il se constitue progressivement un dense réseau d’informateurs et d’auxiliaires de terrain, archéologues, directeurs de musées (notamment ceux d’Afyon et de Yalvaç, puis de Smyrne et tant d’autres), responsables locaux. Maîtrisant parfaitement la langue turque, il entretient avec eux des contacts qui lui permettent d’organiser ses déplacements : un déplacement d’hiver, et un déplacement d’été, ce dernier plus particulièrement orienté vers le terrain, qu’il parcourt jusqu’aux lieux les plus inaccessibles grâce à une land-rover qui, autant que lui, a bien mérité de la science épigraphique.

Sur le terrain, dans les dépôts et dans les musées, où se succédent et s’entrecroisent plusieurs épigraphies (la phrygienne, la grecque et la romaine) qui conduisent de l’époque hellénistique jusqu’au cœur de l’époque byzantine, il ne recule devant aucune difficulté, ne cessant de lire, de copier, de mesurer, de photographier, d’estamper si nécessaire, tous les documents écrits qu’on lui signale. Mais aussi d’expliquer le plus simplement possible quel en était leur contenu à ceux qui l’accompagnent. C’est un souci constant, quasiment de méthode, pourrait-on dire : donner à connaître, à tout moment, dans les contextes les plus divers.

Revenu en France, il fait l’inventaire des trésors accumulés, en vue de la publication, sachant s’ouvrir à toutes les collaborations qui lui paraissent utiles pour mieux comprendre les documents qu’il exploite, et n’omettant jamais de recourir à ses correspondants turcs pour préciser les circonstances de trouvaille ou les contextes explicatifs qui permettent de mieux comprendre l’apport des documents découverts ou redécouverts. Sa bibliographie témoigne d’un souci constant d’associer d’autres collègues, philologues, hellénistes, historiens, à son parcours scientifique, en s’intéressant à tous les documents écrits qu’il peut repérer, tant le décret, ample par le style et riche d’un vocabulaire recherché, que la marque administrative, simplifiée et énigmatique, qu’un contrôleur avait apposée sur le lieu d’extraction des blocs de marbre de grande réputation, à Dokimeion. Expliquer les textes est la finalité du métier d’épigraphiste, ce qui éloigne souvent le moment plus spéculatif de l’interprétation historique. Mais, ce faisant, Thomas rencontre, avec ceux à qui il s’est ouvert de ses découvertes, autant des textes nouveaux que des textes déjà connus, dont il est nécessaire de réexaminer toujours l’édition et l’interprétation.

 

L’IFEA d’Istanbul a déjà rappelé la publication du Catalogue des stèles votives phrygiennes du Musée des Civilisations Anatoliennes, à Ankara, et celle du Catalogue des inscriptions du Musée de la Brigade de l’Armée de l’Air, à Kütahya. Mais ce ne sont que les dernières pièces d’une longue série de publications majeures, depuis les Nouvelles inscriptions de Phrygie, Zutphen, 1978, ou bien les inscriptions d’Un castellum romain près d’Apamée de Phrygie, dans les Denkschriften de l’Académie de Vienne, en 1987. Sans renoncer à la langue anglaise qui était sa langue maternelle, il tient beaucoup à la langue française comme langue véhiculaire de ses travaux, ce dont témoigne une bibliographie où domine la revue de l’IFEA, sous les diverses formes qu’on lui données, qu’il s’agisse de Travaux et recherches en Turquie, ou d’Anatolia Antiqua. Une très grande place est tenue aussi par les grandes revues de langue française, de l’antiquité classique jusqu’au temps des études byzantines. Mais, maîtrisant la langue turque, il tient, en plus des innombrables rapports qu’il rédige pour rendre compte de ses autorisations de recherche, à partager son parcours scientifique partout où il intervient, comme on peut le voir durant les longues années pendant lesquelles, avec la plus grande énergie, il fait tout son possible pour préserver les blocs provenant des carrières de marbre de Dokimeion et susciter de la part des autorités locales et régionales des décisions favorables à l’installation d’un parcours archéologique, rempli de blocs aux stades les plus divers de leur utilisation après extraction.

Thomas Drew-Bear s’est formé en France à l’école du maître que fut Louis Robert pour plusieurs générations d’hellénistes. Il a marqué toujours la plus grande admiration pour la science de ce très grand épigraphiste, se référant sans cesse à une œuvre qui lui a paru tout autant insurpassable par ses résultats, qu’extrêmement stimulante par la puissance de suggestion qui s’en dégageait. À Paris il a ajouté la fréquentation des séminaires de Hans-Georg Pflaum, en épigraphie latine, à l’École pratique des Hautes Études, car il n’a pu méconnaître tous les aspects de l’Asie mineure impériale. À l’arrière-plan de sa formation, il y a souvent une autre référence, le rappel de l’œuvre du grand Adolf Wilhelm (1864-1950) : ce furent ces grands maîtres qui constituent son horizon de réflexion et qui donnent fermeté à une démarche scientifique marquée par une extrême exigence, qui souvent le retient d’aller trop vite même quand il était parvenu au but. Il s’est senti redevable, envers eux, de dettes de savoir ou bien d’inspiration. Il était tout autant obligé à l’égard du pays qui l’a accueilli dans une prestigieuse institution scientifique, et il a obtenu la nationalité française.

L’IFEA au tournant de l’édition ouverte: le projet OpenIFEA, lauréat du 3e Appel du Fonds national pour la science ouverte

Par Anaïs Lamesa et Deniz Genceolu

En février 2023 se clôturait l’appel pour le Fonds national pour la science ouverte. Il s’agit « d’un appel à projet qui avait pour but de […] favoriser la conversion de contenus éditoriaux vers une diffusion numérique en accès ouvert, de renforcer et structurer les capacités de publication scientifique en accès ouvert, de favoriser l’alignement sur des standards de qualité éditoriale, de favoriser la diversité des modèles de financement de la publication en accès ouvert, de favoriser le continuum entre publications, données et codes, de favoriser la reproductibilité ou la traçabilité de la démarche scientifique, l’intégrité scientifique, lutter contre le biais de publication en favorisant la publication des résultats négatifs, de soutenir les processus éditoriaux innovants, par exemple en matière d’évaluation par les pairs, d’écriture collaborative, etc. et d’opérer un rééquilibrage en faveur du modèle diamant » (référence ici). Le modèle diamant est un modèle vertueux de publication. Il permet une gratuité complète du processus de publication, de la publication des données à leur accès (de l’auteur au lecteur) tout en permettant un accès ouvert (information ici).

L’Institut français en partenariat avec le Musée du Louvre a présenté un projet nommé Open IFEA : l’Institut français d’études anatoliennes au tournant de l’édition ouverte, postulant dans le type de projets : contenus éditoriaux.

En effet, depuis sa création, l’IFEA mène une politique d’édition de monographies et de périodiques.

Cette activité a entamé son tournant numérique en édition ouverte après les années 2010. Dans cette optique, le projet OpenIFEA a pour objectifs de pérenniser la transition en édition ouverte de l’Institut français d’études anatoliennes, de mettre en ligne sur la plateforme Persée les premières revues historiques sur les thématiques archéologiques de l’Institut : Anadolu, d’entamer l’indexation d’Anatolia Antiqua afin de répondre aux nouvelles exigences dans le domaine académique mondial et d’engager le projet d’une série sur les grands sites archéologiques en Mer Noire.
Ce dernier objectif est divisé en plusieurs temps : un événement pour réunir la communauté scientifique fouillant dans l’espace pontique sera organisé au début du projet avec publication des Actes dans l’année (l’événement a eu lieu fin 2023 : les 10e Rencontres d’archéologie de l’IFEA), et l’édition du premier volume de la collection sera entamée.

OpenIFEA favorisera, ainsi, le rapprochement du musée du Louvre avec l’Institut français d’études anatoliennes, permettant à ses deux institutions de travailler en étroites collaborations avec des équipes d’archéologues menant des recherches sur le pourtour de la Mer Noire.

Grâce au soutien de la FNSO, la revue Anatolia Antiqua deviendra une des rares revues francophones d’archéologie portant sur l’Anatolie, de la Préhistoire à l’époque médiévale, avec indexation sur la plateforme OpenEdition Journals. La collection Mer Noire consacrée aux principaux sites archéologiques de Mer Noire constituera le seul cadre éditorial de ce genre présentant sous format monographique les chantiers parvenus à maturité sur le pourtour de cette vaste zone géographique, stratégique sur le plan de la recherche.

ArchXant – Recherche archéologique et épigraphique à l’ère des humanités numériques

ArchXant (2017-2021) est un programme franco-québécois financé par l’ANR1 et le FRQSC2. Les porteurs du programme sont Laurence Cavalier (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne) et Patrick Baker (Université Laval, Québec). La collaboration franco-québécoise, qui fait la force de ce programme, est le continuum naturel d’une association scientifique féconde initiée en 2000 dans le cadre de la mission archéologique de Xanthos-Létôon (Site Unesco, Turquie)3. Son objectif premier est la sauvegarde des archives de la mission archéologique française de Xanthos-Létôon, aujourd’hui éteinte mais dont les activités de recherche et de publication sont appelées à se poursuivre de nombreuses années, et le regroupement de celles-ci dans un espace de travail virtuel ouvert à tous et pérenne.

ArchXant entend répondre aux défis que représentent la collecte, l’indexation, la conservation, la valorisation et la dissémination de ces archives. Le projet se trouve ainsi au cœur de problématiques nouvelles de conservation qu’affronte aujourd’hui le monde des archéologues et des épigraphistes : Comment préserver des archives archéologiques fragiles ? Comment transmettre ces données aux futurs chercheurs ? Comment garantir la valeur scientifique de savoirs promis à une large diffusion ? Quelles méthodes interactives imaginer pour partager ces savoirs avec le plus grand nombre ? Comment conserver les données-sources numérisées ou Big Data ?

Le programme ArchXant comprend quatre volets :
– la numérisation des archives de fouilles de Xanthos et du Létôon (de 1950 à 2010) conservées à Ausonius, Université Bordeaux Montaigne ;
– la numérisation 3D de la collection d’estampages de la Mission épigraphique canadienne de Xanthos-Létôon (Université Laval – UQÀM);
– la création d’un modèle virtuel du Monument des Néréides ;
– la création du site internet dédié au programme (plateforme d’archivage numérique), espace de travail virtuel ouvert à tous et pérenne.

Archives de fouilles4

nous n’avons plus accès. Elles permettent de documenter l’absence. La numérisation des archives de fouille (Cayre-Prévôt 2019) avait deux objectifs premiers : la sauvegarde (conservation numérique d’archives précieuses et fragiles et regroupement d’archives éparpillées géographiquement) et l’exploitation (partage des données avec mise en open access). La valorisation des ces archives entrait également en ligne de compte. Sous le terme général d’archives, on comprendra les archives graphiques et photographiques. Les archives concernées sont celles qui sont actuellement conservées à Ausonius (Université Bordeaux Montaigne). À la fin du programme, en 2021, 9621 archives avaient été traitées : 89 carnets (carnets de fouille, carnets d’inventaire, carnets de relevés, etc.), 8383 photographies (photographies papier, diapositives et négatifs, photographies numériques) et 1149 relevés.
Chaque archive a été numérisée, retravaillée si nécessaire (recadrée, réorientée etc.) en vue de sa mise en ligne, et renommée selon une nomenclature établie dès le début du programme5. Les fichiers numériques ont été stockés et organisés dans un espace sécurisé professionnel proposé par la TGIR Huma-Num. Chaque fichier numérisé a été enregistré dans une base de données, inspirée du format Dublin Core, comprenant un ensemble de métadonnées précises et organisées. Cette phase a été particulièrement longue et importante puisqu’il s’agissait d’un travail d’identification aussi bien de ce qui est présenté sur le fichier – une bonne connaissance des sites de Xanthos et du Létôon ainsi que de leurs monuments s’est avérée primordiale – que de son auteur – une identification en grande partie facilitée par le travail scrupuleux d’inventaire de nos prédécesseurs, comme de P. Demargne par exemple -. L’identification s’est également appuyée sur les publications de la collection des Fouilles de Xanthos. Grâce à ce travail minutieux, les divers fichiers concernant un même monument ont pu être mis en relation (mot-clé).

Épigraphie6

Le second volet du programme comprenait la numérisation 3D de la collection d’estampages de la Mission épigraphique canadienne de Xanthos-Létôon réalisés entre 2000 et 2010 par P. Baker (Université Laval) et G. Thériault (UQÀM) et, au-delà, des estampages du XIXe siècle (Baker et al. 2018). Cette numérisation 3D7 avait pour objectif de créer un archivage virtuel et pérenne de ces objets fragiles, de permettre une relecture non intrusive et de faciliter leur diffusion. Le fond d’images numériques 2D et 3D sera accessible via la base de données PETRAE liée à la plateforme d’archivage d’ArchXant.

Modélisation du Monument des Néréides8

Dans le cadre du programme ArchXant, il y avait une volonté de proposer un modèle virtuel d’un ou plusieurs monuments de Xanthos, associé à des outils pédagogiques accessibles à tous. Parmi les monuments de Xanthos, le Monument des Néréides est immédiatement apparu comme le meilleur cas d’étude, du fait du grand nombre de blocs conservés (à Xanthos et au British Museum) et de la richesse de sa documentation : deux monographies, entre autres publications, et un grand nombre d’archives conservées à Ausonius (carnets de fouilles, relevés, photographies, etc.).  
Deux opérations ont été menées conjointement sous la supervision de J.-F. Bernard (Architecte – CNRS – IRAA Pau) (Baillet-Bernard 2018) : d’une part la modélisation 3D du monument des Néréides et, d’autre part, l’acquisition 3D des blocs sculptés du monument conservés au British Museum9.
La modélisation 3D du Monument des Néréides a été faite à Ausonius par V. Baillet (Baillet 2020). Dans un premier temps, les blocs architecturés conservés et publiés dans la monographie dédiée à l’architecture du monument (Demargne-Coupel 1969) ont été rigoureusement modélisés en tenant compte des dimensions exactes, de la mouluration, des scellements et des anathyroses et, dans un second temps, les blocs manquant ont été reconstitués. Cette modélisation a permis de développer un double numérique de chaque bloc avec une précision millimétrique. Au final,1256 blocs ont été modélisés.
La phase d’acquisition 3D des blocs sculptés du monument présenté au British Museum a eu lieu 2018 en collaboration avec la société Iconem et le British Museum. Cette phase d’acquisition 3D, par photogrammétrie par corrélation dense, a permis d’obtenir un double   numérique de tous les blocs sculptés exposés mais également présents dans les réserves du musée. Cette opération a ainsi permis l’acquisition de 62 blocs qui ont été, par la suite, repositionnés dans l’anastylose 3D du monument.
Grâce à ces deux opérations, et en se fondant sur les deux monographies dédiées au monument (Demargne-Coupel 1969) (Demargne-Childs 1989), une anastylose numérique du Monument des Néréides a été créée10. Cette dernière a constitué la base d’une relecture du monument par les membres du consortium spécialistes d’architecture, J.-F. Bernard, L. Cavalier, J. des Courtils et D. Laroche (Laroche 2019) et a permis une meilleure compréhension de certains aspects de la construction.
Grâce à la création d’une interface Web de visualisation (Iconem), le public peut désormais consulter le modèle virtuel du Monument des Néréides assisté d’outils pédagogiques interactifs (accès au modèle 3D et aux archives relatives pour les blocs concernés).

Plateforme d’archivage d’ArchXant11

L’exploitation et la dissémination des archives était le but ultime du programme ArchXant. Cela a mené à la création d’une plateforme internet dédiée tant à l’archivage numérique de la documentation de fouille qu’à sa diffusion, depuis le cercle restreint des spécialistes jusqu’au grand public (Cayre-Prévôt 2019). La mise en open access de toute documentation (archives archéologiques et épigraphiques et modèle 3D), a nécessité en amont une réflexion, notamment sur le droit à l’image et la propriété intellectuelle, questions parfois difficiles à résoudre.
Pour la plateforme d’archivage numérique, la solution technique retenue est celle d’Omeka, flexible et open source, qui offre toutes les fonctionnalités d’un gestionnaire de documents en ligne. Omeka a été installé, configuré et paramétré sur les serveurs d’hébergement web de la TGIR Huma-Num et est accessible à l’adresse http://archxant.huma-num.fr
Les utilisateurs peuvent y consulter la documentation des fouilles de la Mission Xanthos-Létôon via une interface web multilingue qui leur permet de parcourir l’ensemble des archives et de visualiser des documents volumineux ou en haute résolution dans une visionneuse. Un moteur de recherche simple et avancée complète les possibilités de navigation, avec un service de requêtage aux fonctionnalités élaborées. Le site présente également des plans interactifs de Xanthos et du Létôon donnant accès à des pages dédiées aux monuments de chaque site ainsi qu’une riche bibliographie. Les estampages de la mission épigraphique canadienne de Xanthos-Létôon seront accessibles via la base de données PETRAE liée à la plateforme d’ArchXant. Un onglet particulier est dédié au Monument des Néréides. Il donne accès à l’interface de visualisation du modèle virtuel ainsi qu’un lien vers la page de présentation du monument.

Conclusion

Le programme ArchXant a été l’occasion d’enrichir la réflexion portant sur le bon usage des données, notamment les données numériques 3D, dans le cadre de recherches scientifiques, de gestion de la documentation archéologique et de dissémination des connaissances.
Le programme ArchXant a par ailleurs initié un travail qui est destiné à se poursuivre. L’hébergement du programme par la TGIR HumaNum garantit la pérennité de l’opération, tant sur le plan de la conservation des données que sur celui de leur diffusion. En effet, la plateforme d’archivage numérique dédiée au programme se veut évolutive et pourra être alimentée au fil de l’eau. Il reste encore bien des archives de fouilles à traiter (conservées notamment à Paris et en Turquie) et d’autres monuments de Xanthos pourraient, au même titre que le Monument des Néréides, faire l’objet d’une modélisation 3D.

Bibliographie

BAILLET Vincent et BERNARD J.-F., “Le monument des Néréides : Programme ArchXant”, Poster, Colloque sur L’Asie Mineure au IIIe s. a.C., Ausonius, Université Michel Montaigne, Pessac, 11-13 octobre 2018.

BAILLET Vincent, “L’Anastylose numérique du Monument des Néréides”, Autour du Monument des Néréides, Journée d’étude internationale, 27 mars 2019, Pessac, 2020, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02443487v2.

BAKER Patrick, ST-ONGE Jonathan et THÉRIAULT Gaétan, “Programme ArchXant – Archivage 3D des inscriptions grecques et latines de Xanthos et du Létôon”, Poster, Colloque sur L’Asie Mineure au IIIe s. a.C., Ausonius, Université Michel Montaigne, Pessac, 11-13 octobre 2018.

CAYRE Emilie et PRÉVÔT Nathalie, “Programme ArchXant – Archives de la mission archéologique Xanthos-Létôon” Poster, Colloque sur L’Asie Mineure au IIIe s. a.C., Ausonius, Université Michel Montaigne, Pessac, 11-13 octobre 2018.

DEMARGNE Pierre – CHILDS William A. P., Fouilles de Xanthos VIII – Le Monument des Néréides – La sculpture, Paris, Klincksieck, 1989.

DEMARGNE Pierre – COUPEL Pierre, Fouilles de Xanthos III – Le Monument des Néréides – L’architecture, Paris, Klincksieck, 1969.

LAROCHE Didier, “Nouvelle restitution du Monument des Néréides – Le problème de la hauteur de la colonne”, 2019 – Page dédiée sur le site d’ArchXant : http://archxant.huma-num.fr/exhibits/show/monument-des-nereides/restitution-des-nereides

 

  1. Agence nationale de la recherche. []
  2. Fonds de recherche du Québec – Société et culture. []
  3. Programme ArchXant – Référent France : L. Cavalier (Université Bordeaux Montaigne) – Référent Québec : P. Baker (Université Laval). Équipe française : J.-F. Bernard (IRAA) , L. Cavalier (Ausonius), J. des Courtils (Ausonius), D. Laroche (ENSASS), F. Prost (Paris I) , D. Rousset (EPHE) – Post-doc : E. Cayre (Ausonius) – IE : V. Baillet (Ausonius) – IE : N. Prévot (AusoHNum, Ausonius) – Stagiaires : C. M’Bonyo-Kiefer (Doctorante), A. Ognier (Doctorante), Djerad S. (Doctorant), C. Sensacq (Master I), C. Smith-Mena (Master I), A. Zanni (Master II). Équipe québécoise : P. Baker (Laval), G. Thériault (UQÀM). []
  4. E. Cayre (Post-doctorante ArchXant, Ausonius). Les opérations de numérisation ont été menées avec l’appui d’étudiants dans le cadre de stages (notamment des stages de Master dédiés) : S. Djerad, A. Ognier, C. M’Bonyo-Kiefer, C. Sensacq, C. Smith-Mena et A. Zanni. []
  5. Par C. Lamoureux – Chargée d’archives scientifiques – AusoHNum, Ausonius. []
  6. P. Baker (Université Laval), G. Thériault (UQÀM) et J. St-Onge (Université Laval). []
  7. La numérisation s’est faite à l’Université Laval (Québec) grâce au prêt, à titre gracieux, de l’équipement adéquat du Laboratoire de vision et système numériques de l’université. []
  8. J.-F. Bernard (Architecte – CNRS – IRAA Pau), V. Baillet (Ingénieur d’étude ArchXant, Ausonius), D. Laroche (ENSASS), Iconem. []
  9. Nous remercions vivement P. Higgs, le conservateur du département gréco-romain du British Museum, ainsi que ses équipes, pour cette collaboration et pour l’accueil qui a été fait à notre équipe ainsi qu’aux collaborateurs d’Iconem.  []
  10. La modélisation 3D a été réalisée par V. Baillet (Ausonius). Les  textures  et  la mise  en  valeur  du  modèle ont été produits par la société Iconem. []
  11. N. Prévot (Ingénieure en Humanités Numériques, AusoHNum, Ausonius), E. Cayre (Post-doctorante ArchXant, Ausonius). et V. Baillet (Ingénieur d’étude ArchXant, Ausonius). []

Pourquoi étudier la civilisation hittite ?

L’Anatolie ancienne a été le berceau de la brillante civilisation hittite qui a compté parmi les plus grandes puissances politiques du monde méditerranéen entre le XVIIème et le XIIème siècle avant J. -C. Elle a concurrencé l’Égypte des Ramsès et l’a même défaite lors de la célèbre bataille de Kadeš (ca. 1275 av. J.-C. en chronologie moyenne). L’une des principales originalités du royaume hittite est l’utilisation simultanée de deux systèmes d’écriture : 1) le cunéiforme hérité du monde mésopotamien et qui retranscrit principalement la langue hittite. Le Hittite est la première langue indo-européenne attestée par écrit ; 2) l’écriture hiéroglyphique, qui a probablement été inventée sur place et retranscrit le louvite, une langue indo-européenne très proche du hittite. L’hittitologie est la science qui consiste à déchiffrer, traduire et commenter les tablettes cunéiformes et les inscriptions hiéroglyphiques provenant de l’Anatolie hittite.

À travers l’étude philologique des tablettes cunéiformes hittites et des inscriptions louvites hiéroglyphiques, l’hittitologie examine tous les aspects de la civilisation hittite que ces textes reflètent : de la grammaire de la langue hittite à l’étude du système socio-économique, en passant par la géographie historique, l’analyse des pratiques scribales ou encore l’histoire des religions, notamment. De ce fait, l’hittitologue est fréquemment amené à dialoguer avec ses collègues archéologues, assyriologues, hellénistes ou indo-européanistes, dans des échanges stimulants pour tous.

La civilisation hittite est bien connue du public turc, beaucoup moins des Français. L’hittitologie française a pourtant connu son heure de gloire. Alors que le déchiffrement du hittite cunéiforme ne remonte qu’à 1915, Louis Delaporte (1874-1944) crée un premier enseignement de hittite à l’Institut Catholique de Paris dès 1930. La discipline s’épanouit ensuite grâce aux efforts d’Emmanuel Laroche (1914-1991), qui devient professeur en « religions hittite et asianique » à l’École Pratique des Hautes Études dès 1953, puis professeur au Collège de France sur une chaire intitulée « langues et civilisations de l’Asie Mineure » à partir de 1973. À la mort de Laroche en 1991, tous les enseignements de hittite qu’il assurait sont supprimés peu à peu, et seul les cours de hittite de l’Institut Catholique de Paris et de Sorbonne Université (au sein d’ELASU) survivent actuellement tant bien que mal. Pourtant, à travers Delaporte, Laroche, et même, indirectement, l’archéologue Charles Texier (1802-1871), qui fut le découvreur de la capitale hittite Hattuša en 1834 (Fig.1), la France a joué un rôle central dans l’histoire de l’hittitologie mondiale.

Porte des Lions sur le site de Hattuša , © wikimedia commons, photographe : B. Gagnon

Par sa position géographique, l’Anatolie hittite est une plaque tournante culturelle : elle relie Proche-Orient et Grèce. Les relations du royaume hittite avec la Syrie et Mésopotamie d’un côté et la Grèce de l’autre sont bien connues et illustrent le rôle majeur que cette grande civilisation a joué pendant des siècles. Ne pas inclure l’hittitologie dans les enseignements et la recherche scientifique implique donc de ne plus comprendre les liens forts et durables qui ont existé entre le Proche-Orient et la Grèce ancienne. Ces liens ont profondément contribué à l’épanouissement de la civilisation grecque telle que nous la connaissons, civilisation qui a, à son tour, été déterminante dans la formation de notre propre identité culturelle française (via le monde romain, en particulier). Toutes ces grandes civilisations sont liées et ignorer l’une d’elles revient à brouiller notre compréhension du complexe réseau d’échanges qui les a forgées. Pour cette raison, l’enseignement et la recherche en hittitologie représentent des enjeux majeurs dans nos sociétés occidentales contemporaines ; ils contribuent à nous définir dans notre histoire.

Afin de promouvoir la civilisation hittite auprès du grand public francophone, j’ai créé, en collaboration avec Isabelle Prieto (chargée de communication du CNRS, UMR 8167), le MOOC « À la découverte de la civilisation hittite ». Ce cours vidéo en ligne présentera un tour d’horizon de la civilisation hittite à l’aide de nombreuses illustrations et de cartes géographiques. Le chapitre 1 de ce MOOC ouvre au public le 24 novembre 2022.

Bande-annonce disponible ici :https://www.youtube.com/watch?v=Yux13clTBYM

Tout le monde peut s’inscrire gratuitement dès à présent à l’adresse : https://www.edx.org/course/a-la-decouverte-de-la-civilisation-hittite.

Capture d’écran de la page du MOOC : cliquer pour accéder au site.

Le cours ne restera ouvert que jusqu’à début février, c’est une occasion à ne pas manquer !

Les Galates, , « seigneurs des forts » ?

Dans son roman Même pas mort, inspiré par l’histoire et la mythologie celtique, J.-P. Jaworski imagine une confrontation entre le dieu Sucellos, qu’il appelle « le seigneur des Forts », et Bellovèse et Ségovèse, les deux chefs bituriges que Tite-Live met à la tête des migrations celtiques du 6e s. a.C. (Tite-Live, Histoire romaine, 5.34). Si le lien entre la Turquie et les Celtes peut sembler lointain, c’est oublier que ces migrations ont été poussées, au 3e s. a.C. jusqu’au cœur de l’Anatolie. L’ancienne Phrygie a en effet accueilli, entre les antiques fleuves de l’Halys (aujourd’hui Kızılırmak) et du Sangarios (aujourd’hui Sakarya), l’installation de peuples celtes nommés « Galates » par leurs voisins hellénophones. Les Galates se sont maintenus sur ce territoire jusqu’à leur intégration à l’Empire d’Auguste en 25 a.C., au sein de la PROVINCIA GALATIA (la province de Galatie) dont Ancyre (l’actuelle Ankara) fut la capitale. La présence des Galates en Anatolie forme le cœur de la thèse que je réalise en histoire et archéologie à l’université de Limoges sous la direction de Stéphanie Guédon et Pierre-Yves Milcent. Mon travail porte tant sur les Galates en tant que peuple – à travers leur identité, leur culture, leur territoire – que sur les relations que cette entité exogène a entretenues avec le milieu hellénistique et oriental au sein duquel elle s’est installée – des relations qu’il convient de ne plus réduire aux seuls faits de guerre (Baray 2017).

Si l’on sait que ces peuples se sont établis en Anatolie, les modalités de leur occupation du territoire restent en revanche particulièrement mal connues. Ont-ils investi les sites urbains préexistants ? Ont-ils créé leurs propres colonies, et si oui sur quel mode d’habitat ? Cette question est une des problématiques que mon séjour de recherche au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes m’a permis d’approfondir. Pour l’heure, l’hypothèse dominante est celle développée par G. Darbyshire, S. Mitchell et L. Vardar, dans un article qui est toujours aujourd’hui un travail de référence (Darbyshire et al. 2000) : les Galates auraient structuré le maillage de leur territoire par la construction de petites forteresses servant de résidences fortifiées aux membres de l’élite et autour desquelles se seraient établies des occupations rurales. Cette théorie est celle reprise dans la majorité des travaux récents et elle a par ailleurs fait l’objet de deux mémoires et une thèse en archéologie et géographie historique (Ulusoy 2006 ; Yörükan 2009 ; Mannien 2019). Alors, les Galates sont-ils vraiment des « seigneurs des forts » ?

1. Historiographie de la théorie des forts galates

Ce modèle théorique repose sur un état de la recherche construit en deux temps. Il naît du parallèle proposé entre des sites anatoliens et des résidences royales galates citées dans les sources littéraires antiques. Sur la base de ces quelques équivalences, cette idée a ensuite été étendue à l’ensemble de la société et du territoire galate.

1.1 L’identification des premiers sites galates

Dans la seconde moitié du 1er s. a.C, la Galatie connait une transformation politique profonde à la suite des guerres mithridatiques : le pouvoir, auparavant distribué au sein d’une oligarchie et selon un modèle semblable à ce que l’on peut observer ailleurs en Europe « celtique », se concentre désormais entre les mains de quelques individus investis du titre de roi (Strobel 2002, 8-9). L’un d’eux, Deiotaros, est le premier à réussir à étendre son autorité à l’ensemble de la Galatie. D’après les sources littéraires, ces rois ont matérialisé leur pouvoir par la construction de résidences fortifiées ; nous savons par exemple, grâce aux textes de Strabon et de Cicéron (Strabon, Géographie, 12.5.2 ; Cicéron, Pro rege Deiotaro, 6, 7), que Deiotaros possédait deux forteresses (castella / φρούρια) du nom de Bloukion et Peion, respectivement son palais royal (βασίλειον) et son centre du trésor (γαζοφυλάκιον). Or, des archéologues pensent avoir identifié les vestiges de ces deux site.

Mon séjour à l’Institut m’a notamment permis d’accéder à la publication complète du premier de ces sites : la nécropole tumulaire mise au jour à Karalar (fig. 1) par R. Oğuz en 1933 (Oğuz 1934, 110-144) . En effet, dans l’une des sépultures de cette nécropole, l’épitaphe gravée sur une stèle de marbre donne le nom du défunt : Deiotaros II, fils du premier roi de la Galatie unifiée. L’archéologue turc venait alors de mettre au jour le tout premier fait archéologique attribuable aux présences galates en Anatolie centrale. Or, sur une colline à 635 m. au nord-ouest de cette sépulture indéniablement galate, la fouille a également permis de documenter un ensemble de structures archéologiques. La face rocheuse au sud-ouest de l’élévation est parcourue de nombreux gradins taillés dans le substrat, alors qu’une grande terrasse entourée de murs faits de grands blocs quadrangulaires était visible à l’extrémité nord-est (Oğuz 1934, 144-165). Ces structures ont été interprétées comme les vestiges d’un grand complexe d’habitat. Plus encore, au regard de la proximité entre l’établissement de hauteur et la sépulture du prince galate, R. Oğuz a vu dans ce site l’une des deux résidences de Deiotaros nommées par les Anciens.

Par la suite, S. Mitchell a pensé voir dans un autre site, au lieu-dit de Tabanoğlu Kalesi, une seconde forteresse du roi galate (Mitchell, 1974). Cet établissement fortifié est installé sur le sommet abrupt d’un méandre profond et enserré de la rivière Kimir. Sur son côté sud-est, l’éperon est barré par une muraille rectiligne. Antérieurement à un second état typiquement byzantin, la fortification est initialement percée d’une porte flanquée de deux tours polygonales ; l’appareil est fait de blocs quadrangulaires soigneusement équarris et agencés en joint vif. D’après l’auteur ce type de fortification est caractéristique de l’architecture grecque, ce qui pour la région, revient à dater l’édifice de l’époque hellénistique (Mitchell 1974, 66). Cette datation d’après le style architectural établit donc une corrélation chronologique entre ce site et les présences galates en Anatolie centrale. S. Mitchell pousse toutefois plus loin son interprétation, en croisant ses observations de terrain avec les sources textuelles. Cicéron, dans son plaidoyer en faveur du souverain galate, rappelle en effet les stations effectuées par César qui revenait de Zéla dans le Pont : il passa par Bloukion puis par Peion. Comme Tabanoğlu Kalesi se trouve à 45 km à vol d’oiseau à l’ouest de Karalar, S. Mitchell identifie donc logiquement Karalar au premier toponyme et Tabanoğlu Kalesi au second. Cette interprétation est toutefois problématique, car si le site de Karalar bénéficiait de l’apport indéniable de l’épigraphie pour être associé à la famille de Deiotaros, force est de constater que l’identification proposée pour ce second site ne repose que sur une corrélation chronologique très large et que rien ne permet factuellement de le lier spécifiquement à ce personnage.

C’est sur la base de cette identification supposée des forteresses de Bloukion et Peion que S. Mitchell commence à développer l’idée selon laquelle ce phénomène des forteresses galates ne serait pas restreint à la seule période de la royauté galate, dans la seconde moitié du 1er s. a.C., mais serait plus ancien et aurait touché l’ensemble des membres de l’élite. Selon lui, l’aristocratie galate aurait entretenu un rapport de rivalité voire de conflit permanent qui aurait conduit ces différents membres à se préserver de violences interpersonnelles endémiques en construisant de petits sites fortifiés pour leur famille et leur clientèle (Mitchell 1993 [20013], 58). Un modèle théorique qu’il convenait désormais de confronter à de nouvelles données archéologiques.

1.2 Le modèle théorique des forts galates

À partir de 1996, l’archéologue turc L. Vardar a dirigé une série de travaux de prospection archéologique dans la région d’Ankara et ses environs (fig. 1). L’objectif poursuivi par le chercheur était de réussir à identifier archéologiquement les forteresses galates (Vardar, Vardar 1997, 245), en observant et localisant les traces de fortifications encore visibles et en prélevant, lorsque cela était possible, les vestiges céramiques en surface. Les premières campagnes ont permis, jusqu’en 1999, l’identification de quinze sites fortifiés sur ce territoire, même s’il est à noter que le ou les critères permettant de considérer ces forteresses comme galates ne sont pas explicités par l’auteur.

Ces résultats, combinés aux investigations épigraphiques de S. Mitchell (Mitchell et al. 1982) et à des travaux de prospections similaires menés en Paphlagonie (Matthews et al. 1998), ont nourri l’acquisition de données de la publication de Darbyshire et al. où l’on trouve le développement le plus complet de la théorie des « forts galates » (Darbyshire et al. 2000, 88-93). Les trois auteurs y listent 26 sites (tab. 1) partageant, selon eux, un ensemble de caractéristiques communes (Darbyshire et al. 2000, 91) :

  • Ces sites sont tous au moins partiellement fortifiés.
  • Ils sont installés en hauteur, en sommet de colline.
  • Ils sont de superficie relativement ténue.
  • Ils sont, dans l’ensemble, assez ressemblants sur le plan architectural.
  • Les prospections révèlent assez fréquemment de la céramique hellénistique en surface, entre autres périodes (Les datations céramiques présentées dans les tableaux 1 et 2 sont issues de Darbyshire et al., 2000, Vardar, Vardar 1997-2000 et Vardar 2001-2007).
  • Ils surplombent des axes naturels comme des cours d’eau et des plaines fertiles.

Au regard de leur distribution géographique, en Galatie, et de la datation approximative fournie par les prélèvements de céramiques en surface, les auteurs pensent pouvoir attribuer ces sites – du moins à minima un certain nombre d’entre eux – aux présences galates en Anatolie centrale.

Tableau 1 : Les sites fortifiés anatoliens intégrés à l’étude de Darbyshire et al., 2000. La mention (E1) précise qu’il s’agit de l’état 1 du site concerné, (E2) qu’il s’agit de l’état 2 du site concerné.

Sur le plan architectural, les auteurs répartissent ces sites en deux groupes, eux-mêmes divisés en deux sous-groupes (tab. 1). Le premier groupe intègre les appareils de grands blocs assemblés en joint vif, éventuellement scellés les uns aux autres par des agrafes métalliques. Les deux sous-groupes se différencient au regard de la qualité de la taille des blocs. Le premier sous-groupe accueille les appareils faits de blocs soigneusement équarris, similaire aux standards de l’architecture hellénistique, alors que le deuxième sous-groupe distingue les appareils de moins bonne facture. Le deuxième groupe est composé de sites montrant des murailles en pierres sèches faites de blocs grossiers de taille variable. Le sous-groupe 2.1 distingue les enceintes simples des enceintes renforcées, dans le sous-groupe 2.2, par des tours, des enceintes secondaires ou des fossés.

Ces différences typologiques sont interprétées par les auteurs comme la manifestation d’une évolution chronologique du phénomène. Les sites architecturalement les plus soignés, ceux du groupe 1.1, seraient les sites de l’époque de la royauté, dans la deuxième moitié du 1er s. a.C. ; la qualité de ces architectures serait la trace de l’enrichissement et de l’hellénisation des rois galates de la fin de la période. Inversement, les forts moins aboutis architecturalement seraient des formes archaïques du phénomène des forteresses galates, correspondant à l’époque où le pouvoir était dilué au sein d’une élite galate composée de nombreux membres (Darbyshire et al. 2000, 92-93). Le propos développé reste cependant prudent. Les trois archéologues n’affirment pas que tous les sites présentés dans leur papier sont attribuables aux présences galates, notamment car la datation repose principalement sur la céramique observée en surface, une méthode peu fiable d’autant plus que d’autres périodes que l’époque hellénistique sont également représentées.

Il est également à noter que ce propos ne fait pas entièrement l’unanimité au sein de la communauté archéologique. K. Strobel ainsi que les auteurs du Paphlagonia Project pensent que les petits forts en pierres sèches – peu ou prou le groupe 2 de l’étude de Darbyshire et al. – sont des refuges d’époque byzantine, uniquement construits pour des usages temporaires (Strobel 2002, 35-37 ; Matthews et al. 2009, 196). Ces critiques portent toutefois sur l’aspect interprétatif de la question et ne proposent pas de nouvelle analyse des données.

2. Un nouveau regard sur la théorie des forts galates

Mon séjour au sein de l’Institut, grâce à la riche documentation disponible, m’a permis de pousser plus loin la question en enrichissant la liste initiale d’un grand nombre de sites supplémentaires et mieux documentés sur le plan architectural. Au premier rang de ces travaux se trouvent les prospections archéologiques que L. Vardar a poursuivies de 1999 à 2006, avec 39 sites supplémentaires (tab. 2). Fort d’un corpus de données renouvelé, il est désormais possible de proposer une nouvelle analyse typologique de ces sites fortifiés et d’en donner une autre interprétation, du moins autant que l’on puisse le faire au regard de l’absence de relevé et des problèmes de vocabulaire posés par les descriptions (voir infra, discussion).

Figure 1 : Représentations schématiques des critères architecturaux pris en compte d’en l’analyse.

2.1 Analyse

Afin d’essayer de faire émerger de nouveaux résultats, il est possible de proposer un ensemble de critères différents de ceux retenus dans l’étude de Darbyshire et al., où la distinction se faisait principalement sur le soin apporté à l’appareil. Pour cette nouvelle typologie, il a été choisi de distinguer trois critères principaux : les éléments architecturaux (et pas seulement l’appareil), le type d’enceinte et le type de muraille (fig. 2).

L’analyse proposée ici retient cinq éléments architecturaux différents :

  • 1.a : la taille en gradin du substrat rocheux, un élément architectural ancien en Anatolie. Il n’est pas explicite, au regard de la littérature, si les gradins observés sont considérés comme des éléments architecturaux à part entière ou s’il s’agit de soubassements aménagés dans le substrat.
  • 1.b : l’appareil dit « hellénistique » dans la littérature pour le contexte de l’Anatolie centrale. Celui-ci se distingue par l’emploi de blocs quadrangulaires finement équarris et assisés en joints vifs (ou opus quadratum). Ce critère ne retient que le type d’appareil, et pas l’architecture. En effet la documentation disponible ne permet pas d’identifier si l’appareil retient un blocage (architecture type emplecton), ou si la fortification est composée de blocs assisés sur toute sa largeur.
  • 1.c : l’architecture en pierres sèches qui utilise l’agencement de blocs grossièrement équarris sans mortier sur toute la largeur du mur. La taille des blocs varie de gros modules (supérieur ou égal à 1 m de longueur) à moyen (taille variable, entre 40 et 80 cm de longueur).
  • 1.d : architecture type emplecton, où un double parement interne/externe en gros ou moyen modules sert de maintien à un blocage composé de blocs de petits modules ou de pierraille. Les blocs de parement sont grossièrement équarris.
  • 1.e : architecture maçonnée avec parements et blocage reliés par du mortier.

On distingue ensuite trois types différents d’enceintes :

Pour finir, on remarque deux types de murailles :

  • 2.a : l’enceinte simple.
  • 2.b : l’enceinte renforcée d’un fossé en aval.
  • 2.c : la double enceinte. L’enceinte en aval n’est pas nécessairement une enceinte de contour, il peut seulement s’agir de segment de renfort à des points stratégiques de l’élévation.
  • 3.a : la muraille simple.
  • 3.b : la muraille renforcée de tour ou de bastion.
Figure 2 : Carte de répartition des sites fortifiés présents dans l’étude. 1 : Örencik. 2 : Özbekler. 3 : Akkaya. 4 : Pazar. 5 : Aktepe. 6 : Yeşilöz. 7 : Güzelçiftlik 1. 8 : Güzelçiftlik 2. 9 : Bağlum. 10 : Gökçebağ. 11 : Bayram. 12 : Ovabağları. 13 : Kartankale. 14 : Çıtaklarbükü. 15 : Saray. 16 : Dümrek. 17 : Oğuzlar. 18 : Polatlar. 19 : Alacaatlı. 20 : Göllü. 21 : Gerder. 22 : Karacahasan. 23 : Bahşılı. 24 : Büklükale. 25 : Üçem. 26 : Bezirhane. 27 : Boyalık. 28 : llören. 29 : Oğlakçı. 30 : Koçaş. 31 : Adahisar. 32 : Gavurkale. 33 : Çaliş. 34 : Karacaören. 35 : Gölbek. 36 : Belçarsak. 37 : Çeltikçi. 38 : Türktaciri. 39 : Yılanlıin Kale. 40 : Şabanözü. 41 : Şeyhali : 42 : Türktaciri.

Cet ensemble de critères, appliqué aux sites du corpus, permet d’établir la typologie suivante, qu’il convient également de mettre en miroir avec ce que la littérature indique des céramiques observées en surface.

Tableau 2 : Classement typologique des sites fortifiés anatoliens intégrés à l’étude. Les noms en orange sont ceux déjà présents dans l’étude Darbyshire et al., 2000 (tableau 1). La mention (E1) précise qu’il s’agit de l’état 1 du site concerné et E2 l’état 2 du site concerné.

Au regard de la typologie obtenue, il est possible de formuler une série d’observations. Tout d’abord, les types d’enceintes et de murailles (critères 2 et 3) ne permettent pas de faire émerger des différences significatives. Dans le cas des types de murailles, on observe sensiblement un même nombre de cas avec (3.b) et sans (3.a) renforts de tours ou de bastions. Ces deux types sont distribués aléatoirement au sein de tous les groupes et ne permettent pas de faire ressortir des sous-groupes pertinents, au sens où ceux-ci seraient corrélés à d’autres critères ou à des données céramiques particulières. Inversement, pour le critère 2, le type à enceinte simple (2.a) est très largement surreprésenté, les enceintes + fossé (2.b) et les doubles enceintes (2.c) sont marginales et ne se concentrent pas dans un groupe particulier.

La taille du substrat rocheux en gradin n’est pas non plus un critère déterminant. Il ne s’observe seul que sur un unique site, Çalış, dont la nature – fortifié ou non – est déjà difficile à établir (Vardar, Vardar 1999, 164.). Ailleurs, ce type de gradins s’observent aux côtés des murs de fortification composés de blocs sur toute la largeur , ceux des critères 1.a et 1.b. Cela invite à voir ces gradins non pas comme un élément architectural propre, mais comme le soubassement de murs dont toute l’épaisseur est constituée de blocs assisés (Adam 1982, 18 et fig. 12). Cela est très intéressant dans le cas du site de Karalar, où ces gradins sont particulièrement nombreux et visibles (Oğuz 1934 ; Ulusoy 2006 ; Yörükan 2009 ; Mannien 2019) ; un relevé minutieux de leurs tracés offrirait une bien meilleure compréhension des structures en élévation aujourd’hui disparues.

In fine, seuls les types d’architectures 1.b,1.c, 1.d et 1.e permettent de distinguer des groupes de sites cohérents (tab. 2). Les deux groupes aux types architecturaux bien déterminés, celui à l’appareil hellénistique (groupe 1, critère 1.b) et celui à l’architecture maçonnée (groupe 4, critère 1.e), sont comparativement moins représentés. Les groupes 2 et 3, qui regroupent les murs en pierre sèche (critères 1.c et 1.d) sont ceux qui intègrent le plus de sites. Le dernier groupe représente les données non suffisamment documentées pour être exploitables ; dans la majorité des cas, il s’agit de sites qui devraient intégrer le groupe 2 ou le groupe 3.

Vient maintenant la question de la chronologie de ces sites. Pour les groupes 1 et 4, l’architecture est un indice chronologique qui pose, même vaguement, un terminus post quem. Comme expliqué précédemment, l’appareil de blocs quadrangulaires assisés est attribué à l’époque hellénistique par la littérature (Mitchell 1974, 66), donc postérieur au 3e s. a.C. Cet appareil pourrait en soi être plus ancien, notamment en Asie Mineure où les techniques grecques sont anciennement connues. Même si cela n’est pas explicité, l’attribution de cet appareil à l’époque hellénistique repose sur le postulat que l’Anatolie centrale ne s’est ouverte à ces influences qu’après la conquête d’Alexandre. L’architecture maçonnée avec du mortier, elle, est une méthode attribuée à grand trait aux périodes romaine et byzantine, donc postérieure à la fin du 1er s. a.C. (Darbyshire et al. 2000, 92) même si cette attribution mériterait d’être étudiée plus en détail, dans le contexte précis de l’Anatolie centrale. Or, force est de constater que l’on n’observe qu’une très faible corrélation entre ces types architecturaux et les céramiques prélevées en surface. Pour le premier groupe, supposé de période hellénistique, des périodes antérieures sont également attestées à Büklükale et Dümrek, et inversement à Karalar et Tabanoğlu Kalesi où les périodes postérieures sont aussi présentes. Le constat est similaire pour le groupe 4, où si les périodes romaines et post-romaines attendues sont visibles partout, des périodes antérieures sont également observées à Belçarsak et Aktepe. Cet état de fait, qui n’est pas surprenant en soi, rappelle tout le risque qu’il y a à attribuer une datation à un fait architectural sur la base de données matérielles prélevées hors contexte, à fortiori lorsque les lieux concernés ont connu des occupations multiples.

De fait, l’analyse des groupes 2 et 3 est d’autant plus complexe, car ici l’architecture ne fournit aucun indice, même ténu. Notons, dans le groupe 2, que pour 11 sites sur 20 la céramique hellénistique est absente, alors que les périodes postérieures romaine et surtout byzantine sont attestées partout à l’exception de Sirkeli.  Pour le groupe 3, la céramique offre un profil chronologique moins net, notamment du fait de l’absence de données sur 8 des 17 sites. Même si là aussi la céramique est principalement tardive, deux sites, Tahirler et Kartankale, ne montrent pas d’exemplaires postérieurs à l’époque hellénistique. L’absence de corrélation précise entre céramiques en surface et datation, comme le montre l’analyse des groupes 1 et 4, ainsi que la variété des périodes représentées par les vestiges matériels n’autorise pas à attribuer ces sites à une époque particulière.

2.2 Discussion

Si l’on confronte les résultats de l’analyse au modèle théorique des « forts galates », il est possible de proposer une interprétation différente de cette concentration de petits sites fortifiés en Anatolie centrale.

Sur le plan chronologique, seuls les sites du premier groupe peuvent être vus comme des sites d’époque hellénistique, au regard de leur architecture. Pour les autres l’analyse n’autorise pas une attribution claire de ces sites à la période des présences galates en Anatolie centrale. De plus, pour les sites du groupe 1, il est à noter que deux des six sites sont géographiquement extérieurs à la Galatie (fig. 1). Les travaux précédents les ont intégrés à l’analyse au regard d’un fait historique particulier, à savoir l’expansion de l’autorité galate en Isaurie sous le règne de leur dernier roi, Amyntas. Pour autant, dire si l’une de ces forteresses est une résidence du souverain galate ou bien celle de n’importe quel autre dynaste local reste impossible à affirmer (voir Doğanay 2016). Les sites de Karalar et Tabanoğlu Kalesi sont certainement les cas les plus convaincants pour parler de sites galates, comme l’avait déjà dit S. Mitchell en 1974. On pourrait proposer d’ajouter à cette liste les sites de Büklükale et le premier état de Dümrek, mais cela devrait être confirmé par des fouilles.

Voir dans les groupes 2 et 3 des formes architecturales archaïques préfigurant le type hellénistique canonique, comme le proposait la littérature (Darbyshire et al. 2000, 93), implique un postulat évolutionniste et archétypal, où une architecture jugée peu soignée doit par principe précéder l’architecture de grand appareil qui elle-même précède la maçonnerie en mortier. Ce postulat nuit à la nuance et à la possibilité de coexistence, localement, de formes architecturales variées et éventuellement plus simples aux côtés de styles et techniques représentatifs, à grands traits, de grandes périodes historiques. De plus, on remarque que la céramique tardive (romaine et byzantine) est largement majoritaire sur ces sites, toujours présente sur les sites du groupe 2, voire parfois exclusive. Ce n’est pas le cas de la céramique hellénistique, qui est même parfois absente. L’hypothèse qui semble la plus pertinente au regard des données disponibles est donc celle qu’avait avancée R. Matthews et ses collègues au sujet des sites paphlagoniens (Matthews et al. 2009, 196), à savoir qu’il s’agit de petits sites de refuges d’époque byzantine, peut-être érigés en réaction aux incursions arabes.

On pourrait toutefois objecter qu’une telle concentration de sites en Galatie interroge, car ce phénomène semble être propre à ce territoire (fig. 1). Toutefois, cet éventuel particularisme régional est lui aussi questionnable. À la lecture des Türkiye Arkeolojik Yerlesmeleri (Ümit Sevgi Topuz, bibliothécaire de l’IFEA, m’a été d’une grande aide dans l’accès à cette documentation) et surtout des Araştırma Sonuçları Toplantıları, il apparait que plusieurs sites comparables – pour autant que l’on puisse en juger – sont répartis aléatoirement sur le territoire turc (Ceylan et al. 2008 ; Çörtük, Gümüş 2018 ; Türker 2015). Les exemples de comparaison les plus pertinents proviennent là encore des travaux du Paphlagonia Project, dans la province de Çankırı, avec douze sites fortifiés (Matthews et al. 2009, fig. 6.46) similaires à ceux de la Galatie voisine. Ainsi, il semble que les travaux de terrain de L. Vardar, en se concentrant sur l’Anatolie centrale autour d’Ankara, ont donné une image tronquée du phénomène, du fait de la qualité, de la longueur et de l’exhaustivité de ces prospections ; on pourrait croire à une surreprésentation de ces petits sites fortifiés sur le territoire galate alors que ce déséquilibre semble avant tout être un fait de recherche. Les prospections du Paphlagonia Project montrent que le nombre d’exemples de comparaisons augmente proportionnellement avec l’intensité des enquêtes de terrain. Il n’est donc pas possible de reconnaitre ce type de site fortifié comme un phénomène propre au territoire galate.

En outre, il convient de rappeler que cette analyse repose principalement sur la littérature grise disponible, une documentation faite de descriptions avec un vocabulaire propre rendant parfois difficile la compréhension précise de l’architecture observée. Les choix de vocabulaire posent problème, car d’un auteur et d’une langue à l’autre les descriptions ne donnent pas les mêmes indications ni le même niveau de précision. Le terme « pierre sèche » est un bon exemple de ce problème (voir par exemple l’emploi de ce terme dans Darbyshire et al., 2000) ; décrit-il tout type d’architecture sans mortier ? Seulement les architectures en emplecton ? Ou au contraire les murs pleins en blocs de gros volumes ? Il est difficile de le savoir. Une observation directe de ces différents sites avec une documentation précise et une harmonisation des termes employés serait nécessaire pour permettre une analyse plus rigoureuse de ce sujet.

Conclusion

Ce séjour au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul m’a offert l’accès à une documentation princeps complète qui m’a permis d’analyser et tester l’hypothèse des Galates « seigneurs des Forts ». À la suite de cette analyse, il semble nécessaire de retirer – au moins temporairement – les petits sites fortifiés d’Anatolie centrale du registre des données liées aux présences galates dans la région. L’analyse des données disponibles révèle que ces sites ne sont pas spécifiques au territoire estimé de la Galatie et qu’ils sont loin d’être aussi similaires que ne l’avance la littérature. Tant au regard de l’architecture que des phases d’occupations révélées par la céramique, il semble préférable de les attribuer à des phénomènes historico-culturels plus récents. In fine, seuls les sites relevant d’une architecture proprement hellénistique peuvent éventuellement être corrélés aux établissements galates ; ceux-ci s’avèrent trop peu nombreux pour soutenir l’idée d’une territorialisation de grande ampleur basée sur une dispersion des élites galates s’établissant dans des forts pour se protéger d’un état de guerre endémique propre à cette société celtique. Ce fait social serait, du reste, lui aussi à discuter. Des fouilles archéologiques plus avancées seraient désormais nécessaires pour préciser la chronologie de ces sites et leur fonction. L’étude des modes d’occupation du territoire par les Galates en Anatolie doit se poursuivre, entre autres, par le croisement des données avec d’autres sources, notamment l’analyse étymologique des toponymes celtiques connus grâce à l’épigraphie et aux sources littéraires.

Bibliographie

Sources primaires

NB : Toutes les sources littéraires citées ici sont issues de la Collection Universitaire de France.

Cicéron, Discours. Tome XVIII : Pour Marcellus – Pour Ligarius – Pour le roi Déjotarus, collection des universités de France Série latine – Collection Budé, n°138, 1952, Texte établi et traduit par : Marcel Lob.

Strabon, Géographie. Tome IX : Livre XII, Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé, n°280, 1981, Texte établi et traduit par : François Lasserre

Tite-Live, Histoire romaine. Tome XXVIII : Livre XXXVIII, collection des universités de France Série latine – Collection Budé, n°259, 1982, texte établi et traduit par : Richard Adam.

Articles et ouvrages

Adam, Jean-Pierre, 1982, L’architecture militaire grecque, Grands manuels Picard, Paris, Picard, 263 p.

Baray, Luc, 2017, De Carthage à Jéricho. Mythes et réalités du mercenariat celtique (Ve-Ier siècle a.C.), Scripta antiqua 98, Bordeaux, Ausonius Editions, 470 p.

Ceylan, Alpaslan, Bingöl, Akın, Topaloğlu, Yasin, 2008, « 2007 Yılı Erzincan, Erzurum, Kars ve Iğdır İlleri Yüzey Araştırmaları », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 26.2, p. 133-150.

Çörtük, Ufuk, Gümüş, Şahin, 2018, « Muğla Menteşe İlçesi Pisye – Pladasa Koinonu Yüzey Araştırması – 2017 », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 36.3, p. 467-492.

Darbyshire, Gareth, Mitchell, Stephen, Vardar, Levent, 2000 « The Galatian Settlement in Asia Minor », Anatolian Studies, 50, p. 75-97.

Doğanay, Osman, 2016, « Zengibar Kalesi (İsaura) 2010-2015 Yılları Yüzey Araştırmaları: İlk Sonuçlar ve Düşünceler », idil, 5.21, p. 389-409.

Mannien, Marijn, 2019, ‘Belonging’ to the Hellenistic world: The ‘Galatian’ Fortifications of Central Anatolia in the Local and Global Hellenistic-Roman Context, mémoire de master préparée à l’université de Leiden, sous la direction de Miguel John Versluys, 116 p.

Matthews, Roger, Metcalfe, Michael, Cottica, Daniela, 2009, « A Landscape of Conflict and Control: Paphlagonia during the Second Millenium BC », in Glatz, Claudia, Matthews, Roger (eds.), At Empires’ Edge: Project Paphlagonia, p. 107-199.

Matthews, Roger, Pollard, Tom, Ramage, Michael, 1998, « Project Paphlagonia: regional survey in northern Anatolia » in Matthews R. (éd.), Ancient Anatolia, London, British institute of archaeology at Ankara, p. 195-206.

Mitchell, Stephen, 1993 [20013], Anatolia: land, men, and gods in Asia Minor. Volume I, The Celts in Anatolia and the impact of Roman rule, Oxford, Clarendon press, 266 p.

Mitchell, Stephen, 1974, « Blucium and Peium: The Galatian Forts of King Deiotarus », Anatolian Studies, 24, p. 61-75.

Mitchell, Stephen, French, David, Greenhalgh Jean, 1982, Regional Epigraphic Catalogues of Asia Minor 2. The Inscriptions of North Galatia, British Institute of Archaeology at Ankara monograph n°4, Oxford, B.A.R, 461 p.

Oğuz, Remzi, 1934, « Karalar Hafriyati », Türk Tarih, Arkeologya ve Etnografya Dergisi, 2, p. 102-167.

Strobel, Karl, 2002, « State Formation by the Galatians of Asia Minor. Politico-Historical and Cultural Processes in Hellenistic Central Anatolia », Anatolica, 28, p. 1-46.

Türker, Ayşe, 2015, « An Archaeologiccal Survey of the Early Christian-Byzantine Period on the Valleys that Reached the Hellespont: 2014 Research », Araştırma Sonuçları Toplantıları, 33.1, p. 301-324.

Ulusoy, Derya, 2006, Archaeology of the Galatians at Ancyra from the Hellenistic Period through the Roman Era, mémoire de master préparée à la Middle East Technical University, sous la direction de Burcu Erciyas, 118 p.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1997, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili 1996, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 15.1, p. 245-279.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1998, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 1997, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 16.1, p. 287-295.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 1999, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 1998, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 17.1, p. 163-168.

Vardar, Levent Egemen, Vardar Akyürek, Nalan, 2000, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Kırıkkale illeri, 1999, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 18.2, p. 237-256.

Vardar, Levent Egemen, 2001, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Bolu illeri, 2000, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 19.1, p. 297-308.

Vardar, Levent Egemen, 2002, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : 2001, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 20.2, p. 203-232.

Vardar, Levent Egemen, 2003, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Eskişehir illeri, 2002, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 21.2, p. 117-132.

Vardar, Levent Egemen, 2005, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Kırıkkale illeri, 2004, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 23.1, p. 267-282.

Vardar, Levent Egemen, 2006, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ili, 2005, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 24.2, p. 79-100.

Vardar, Levent Egemen, 2007, « Galatia bölgesi kaleleri/yerleşmeleri yüzey araştırması : Ankara ve Eskişehir illeri, 2006, Araştırma Sonuçları Toplantıları, 25.3, p. 453-468.

Yörükan, Güneş, 2009, A Study on Celtic/Galatian impacts on the Settlement Pattern in Anatolia before the Roman Era¸ thèse de doctorat préparée à la Middle East Technical University, sous la direction de Sevgi Aktüre, 257 p.

Note biographique sur François Lenormant (Paris 1837-1883)

« Archéologue maudit »1, « érudit déconcertant »2, « copiste primé par l’Académie française »3, François Lenormant ne manque pas d’attirer l’attention par les surnoms mystérieux dont l’affublent ceux qui s’y intéressent. Sans doute trop méconnu, l’étude de ce personnage mérite pourtant d’être menée, au moins pour savourer les paradoxes qui règnent autour de celui-ci. Car s’il semble au premier abord avoir mené une vie et une carrière scientifique somme toute classiques pour l’époque, elle mérite d’être rappelée. Par ailleurs, une étude plus approfondie de son œuvre met en lumière une multitude de « fautes scientifiques » qui ne manquent pas de surprendre tant par leur nombre que par leur audace lorsqu’elles se révèlent être des véritables œuvres de faussaire. François Lenormant, on le verra, est un homme paradoxal qui sera toute sa vie à la fois sujet aux plus franches louanges et cible des critiques les plus acerbes.

Figure 1 : Portrait de Charles Lenormant en 1830, par Pierre-Jean David (médaillon sculpté conservé au musée du Louvre) https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010090685

Ses parents, Amélie Cyvoct et Charles Lenormant

L’environnement savant dans lequel baigne François Lenormant et son éducation exigeante lui assurent un brillant avenir scientifique. Il naît à Paris en janvier 1837. Sa mère est Marie-Joséphine Cyvoct (1804-1894), renommée Amélie Cyvoct par sa tante, la célèbre Juliette Récamier, le jour de son adoption en 18104. Amélie Cyvoct restera toute sa vie très proche de Juliette Récamier, pour preuve, elle publiera un journal intime et les correspondances qu’elle eut avec sa mère adoptive5. Elle épouse Charles Lenormant (1803-1859) (figure 1) en 1826, et donne neuf ans plus tard naissance à leur fils, François.

À la naissance de François, son père, Charles Lenormant est un archéologue et numismate français, professeur au Collège de France et conservateur au Cabinet des antiques et des médailles de la Bibliothèque nationale ; c’est un universitaire et scientifique reconnu par ses pairs, loué pour son intelligence et son infatigable sens du travail. François Lenormant grandit ainsi dans un environnement qui le pousse très jeune à étudier. Son père évoque à l’ouverture d’un de ses cours, ce qui représente pour lui l’archéologue idéal. Celui-ci serait un homme « ne s’arrêtant pas aux étude classiques, élevé au milieu des monuments aussi bien que des livres, ne négligeant aucune des branches de la philologie ou de l’histoire, s’initiant d’un côté aux parties les plus neuves de l’archéologie par l’intelligence des écritures de l’Égypte et de l’Orient, et, de l’autre, se rompant aux problèmes les plus ardus et les plus délicats de la connaissance de l’antiquité, par la complète possession de la science numismatique ». C’est cette voie qu’il trace pour son fils, qui s’y engage sans réticence. François Lenormant fait preuve d’une grande précocité : dès l’âge de quatorze ans, il réalise et publie une étude de tablettes grecques découvertes à Memphis6. De fait, son père, qui travaille au Cabinet des médailles et antiques, l’initie tôt à ses propres recherches, le fait suivre des études rigoureuses, et notamment les cours de Jules Oppert à l’École nationale des langues orientales. En 1857, à vingt ans, il est primé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres au concours de numismatique pour son catalogue descriptif d’une collection privée de monnaie7. La même année, il obtient sa licence en droit8. Outre la théorie, François Lenormant pratique jeune, il voyage tôt. D’abord avec son père au Royaume-Uni en 1855 puis en Italie en 1858. En 1859, ils partent ensemble pour la Grèce, et y visitent le site d’Eleusis. Charles Lenormant décède pendant le voyage, à 56 ans.

Quelques mois plus tard, en 1860, à vingt-trois ans, François Lenormant retourne à Eleusis mais dans un nouveau contexte : il se voit chargé des fouilles archéologiques du site. Sa mère l’y accompagne. Celle-ci correspond régulièrement avec le proche ami de son défunt époux, le Baron Jean de Witte, et y décrit leur voyage9. De Witte devient par la suite l’ami et le protecteur de François Lenormant jusqu’à sa mort, ils fonderont ensemble la Gazette archéologique : recueil de Monuments pour servir à la connaissance et à l’histoire de l’art antique (1865-1887) (figure 2).

Figure 2 : La Gazette archéologique, recueil de connaissances pour servir à la connaissance et à l’histoire de l’art antique, François Lenormant et Jean de Witte, 1878. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32780075d

Vingt ans de carrière scientifique riche en voyages

Dans les années 1860, François Lenormant est ainsi déjà un scientifique productif et établi. En 1862, il est nommé sous-bibliothécaire de la Bibliothèque de l’Institut de France, et le reste jusqu’en 1872. Il continue de voyager. En 1860, alors qu’il débute ses fouilles à Eleusis, il abandonne le chantier et part pour la Syrie et le Liban alors en crise et où les chrétiens sont massacrés10. Il y reste jusqu’à que les délégations françaises arrivent sur place11. Fin juin 1860, avant son arrivée en Syrie, il passe par Smyrne (figure 3)12, mais rédige dès juillet 1860 rédige des nouvelles de Syrie pour Le Correspondant13. Il va ensuite au Liban et revient à Athènes en octobre 1860. Il fouille Eleusis jusqu’en 1863. Il ne conduit ensuite plus de fouilles mais se voit confier des missions d’exploration à partir de 1866 en Grande Grèce, soit en Italie du Sud et particulièrement à Tarente. En octobre 1869, il part plusieurs mois pour l’Égypte et publie les recherches en archéologie égyptienne qu’il y mène14. Lors de son voyage, il assiste à l’inauguration du Canal de Suez en novembre, invité par le pouvoir impérial dans le cadre de ses fonctions à l’Institut15. En mai 1874, il est nommé « professeur d’archéologie » auprès de la Bibliothèque Nationale, et le sera jusqu’à sa mort. Cette dernière intervient à la suite de son dernier voyage en Grande Grèce en 1882, il y contracte une maladie qui le contraint à rentrer en France et provoque sa mort un an plus tard16.

Figure 3 : Monnaie royale de la Lydie, François Lenormant, 1876, disponible librement https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k62012740

Le paradoxe d’un homme, érudit reconnu et fraudeur connu

Figure 4 : Inscriptions runiques franques, d’après Charles Lenormant, disponible dans Les fraudes en archéologie préhistorique, page 359, d’André Vayson de Pradenne1, sur https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k9763449q

De son œuvre, il faut remarquer que ses très nombreuses publications permirent des avancées remarquables dans un certain nombre de domaines. Il est un homme de science reconnu en France mais aussi à l’étranger, et spécialement en Italie17. Les fouilles d’Éleusis de 1860 furent en premier lieu une source abondante de publications18. Puis, à partir de 1865, François Lenormant, outre ses études sur l’antiquité classique, se tourne vers les antiquités orientales. Élève de Jules Oppert, ils deviennent ensuite collaborateurs, sinon amis19. Ils travaillent ensemble à la création d’une carte de Babylone20. Lenormant publie en 1881 un Manuel d’histoire ancienne de l’Orient, jusqu’aux guerres médiques, bien reçu par la critique et traduit en plusieurs langues. Lors du grand débat qui agita la communauté scientifique dans la seconde moitié du XIXème, il est un des premiers avec Jules Oppert à reconnaitre dans les écritures cunéiformes nouvellement découvertes l’existence d’une langue non sémite qu’il nomme « akkadien », appelée ensuite « sumérien »21. Il est en outre, comme père, un passionné de numismatique antique. Son ouvrage Monnaies et Médailles de 1883 est une référence, disponible en plusieurs langues22. Malgré tout, certaines publications de François Lenormant sont, dès leur parution, controversées pour leur manque de rigueur. Au sujet de ses dernières publications sur la Grande Grèce, Georges Perrot (1832-1914) écrit

« il dit dans sa préface que les gens du métier retrouveront facilement, s’il leur en prend fantaisie, tous les textes anciens sur lesquels s’appuie son exposition, et il n’en indique aucun. Il n’y a pas d’un bout à l’autre de l’ouvrage une seule note »

Perrot, « La Grande Grèce »

François Lenormant répondra en 1881,

« il y a un peu de pêle-mêle dans ce livre, comme l’amène naturellement la succession des localités que j’y passe en revue »

Lenormant, La Grande-Grèce

Là où ses détracteurs voyaient salmigondis, il y voyait de légères bigarrures. Cette « flegme » serait recevable si elle constituait l’unique exemple d’un manque de rigueur scientifique dans la carrière de François Lenormant. Cependant, cet exemple est loin d’être unique.

Une première mystification à 17 ans

Car s’il est un homme de science confirmé, il faut désormais s’attacher à comprendre en quoi François Lenormant est, aussi, un homme « déconcertant », « maudit », ou tout du moins, paradoxal. Il est nécessaire de reprendre sa biographie au début de sa vie. A quatorze ans, donc, il publie une étude sur des tablettes grecques de Memphis. À dix-sept ans, il s’illustre publiquement à une autre occasion, lors de « l’affaire dite de la Chapelle-Saint-Éloi ». Un article de Luce Pietri de 1970 relate en détail cet épisode23.

Le 25 octobre 1854, Charles Lenormant présente devant les membres de l’Institut une découverte que lui et son fils François viennent de faire près de leur maison de campagne dans l’Eure. Il annonce avoir découvert un village antique, un cimetière mérovingien, un baptistère, un grand nombre d’antiquités où figureraient des inscriptions chrétiennes en latin mais aussi des « runes franques » (figure 4) évoquant des références chrétiennes24. Si ces découvertes suscitent au premier abord surprise et louanges, les réactions deviennent ensuite seulement surprises puis franchement perplexes, d’autant que ces annonces sont celles d’un scientifique reconnu. La Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure dénonce la première ce qu’elle estime être une supercherie des Lenormant25. Des voix expertes aussi mettent en doute ces découvertes qui paraissent incohérentes sinon invraisemblables26. Les Lenormant n’en apportent d’ailleurs aucune preuve matérielle. Ceux-ci se défendent de toute fraude et François Lenormant publie en 1855 « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi » dans le journal de son père, le Correspondant27. Finalement, la fraude est établie et il apparait aujourd’hui que le jeune François Lenormant en est bel et bien l’auteur et que son père s’est volontairement laissé prendre à la supercherie, celle-ci confortant ses propres recherches scientifiques28. Cet épisode est important car il est le premier d’une longue série « d’incidents » dans la vie de François Lenormant. En 1864, François Lenormant publie un article titré « Inscription grecque d’Antandros » (figure 5) en Troade29. En 1865, un article sur des inscriptions à Pholégandros30. Il s’avère que ces deux articles reprennent, en fait, sciemment, des inscriptions inventées par un faussaire très célèbre à l’époque, le Grec Constantin Simonides (en les « corrigeant » même parfois), qui a déposé des facs-similés en personne à la Bibliothèque de l’Institut.

Figure 5 : « Fac-similé » de la fausse inscription d’Antandros imaginée par Simonides (1861) et remise en circulation par François Lenormant, disponible dans l’article d’Olivier Masson de 1993.

Un faussaire aguerri

En 1866, 1867, et 1868, François Lenormant publie ainsi un nombre considérable de fausses inscriptions grecques, savamment mêlées à des authentiques, et peu remises en question. De fait, il est parfois complexe de différencier faux et authentiques : les inscriptions de Zante (Zakynthos) seront reconnues comme authentiques alors qu’insérées entre des fausses. En 1868, François Lenormant publie ce qui est peut-être sa dernière falsification dans un article de la Revue Archéologique31. À propos de la formation de l’alphabet grec, il signale une lacune dans l’étude de l’alphabet achéen (chapitre X). Il écrit néanmoins à ce sujet que « plus heureux que nos prédécesseurs, nous pouvons aujourd’hui combler cette lacune en insérant ici un texte épigraphique inédit, découvert tout récemment aux environs de Patras et dont une copie nous a été communiquée par un jeune homme de cette ville, M. Kondogouris ». Toutefois, ces inscriptions sont impossibles, et ses contemporains ne manquent cette fois pas de le remarquer32. De fait, dans les années 1870-1880, plusieurs scientifiques allemands se mettent en quête de recenser ces fraudes jusqu’alors passées inaperçues. En 1882, l’historien allemand Röehl publie « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium », où il relève pas moins de quatorze fraudes dans les publications de François Lenormant33.

Figure 6 : Extrait de « Le Pays : journal des volontés de la France », sur Gallica, 21 décembre 1869. Au sujet de la découverte du Trésor d’Hildesheim, à gauche, le texte d’Henry Lavoix publié au Journal Officiel de l’Institut et à droite, le texte publié ensuite par Lenormant dans la Gazette des Beaux-Arts.

Des assertions douteuses

Outre ces falsifications, François Lenormant est aussi connu pour la confusion qui règne autour de certaines de ces publications, au point qu’elles paraissent parfois purement et simplement inventées. Notamment, à l’occasion de son voyage en Italie du sud à la fin de sa vie, ses publications sont extrêmement éclectiques, de l’alimentation calabraise aux manifestations du christianisme au XIXeme dans la chronique de saints locaux, en passant par des problématiques économiques et sociales comme la production de la pourpre tarentine depuis l’Antiquité ou les problèmes de brigandage dans la région. Certains ouvrages sont mal reçus ou avec perplexité et certains doutent de la véracité de certaines assertions34. Sabine Jaubert, dans son étude critique sur François Lenormant de 2014, évoque une autre raison pour laquelle ses contemporains se méfient de Lenormant, sa tendance, comme père avant lui, à mêler sa foi catholique à ses recherches scientifiques35. Déjà, il était possible de s’en rendre compte en 1860, lors de sa première fouille à Eleusis. Celles-ci sont menées dans la même optique que son père, soit démontrer que l’antiquité conduit à une formation culturelle aboutissant à la conscience chrétienne. Fidèle à ses paradoxes, il écrit pourtant lui-même : « je ne connais pas une science chrétienne et une science libre-penseuse ; je n’admets qu’une seule science, celle qui n’a pas besoin d’autre épithète, qui laisse de côté, comme étrangères à son domaine, les questions théologiques et dont les chercheurs de bonne foi sont les serviteurs, quelles que soient leurs convictions religieuses »36.

Des accusations de plagiat

Perçu comme un scientifique doué de beaucoup d’imagination, comme un inventeur, comme un scientifique influencé par sa foi, François Lenormant est, enfin, accusé d’être un plagieur. Le 3 décembre 1869, il est possible de lire dans Le Gaulois que « M. Lenormant, bibliothécaire de l’Institut, a publié un ouvrage intitulé Chef-d’œuvre de l’art antique, où l’on trouve non seulement des pages, mais des chapitres entiers de la Sculpture antique et moderne de MM. Louis et René Ménard »37. Un autre article vindicatif du 21 décembre 1869 du journal Le Pays est ainsi titré « Un prix de plagiat décerné par l’Académie Française » (figure 6)38. L’auteur de l’article se fait l’écho de plusieurs accusations de plagiat contre Lenormant. Henry Lavoix (1820-1892), conservateur en chef du Cabinet des Médailles, l’y accuse de plagier « des pages entières » de l’Abrégé d’histoire d’Égypte de François Auguste Ferdinand Mariette (1821-1881). L’accusation se concluant par un cinglant « je sais bien qu’en histoire il ne faut pas être inventeur, mais il ne faut pas non plus être COPISTE ». L’article se termine en outre par une liste des auteurs que Lenormant aurait plagié : « ainsi, les paons dont M. Lenormant a pris les plumes, sont : 1° M. Robiou ; 2° MM. Ménard ; 3° M. Mariette ; 4° M. Frœhner ; 5″ M. Munck ; 6° M. Ubicini ». Un constat virulent.

Érudit déconcertant ou homme de son temps ?

Faussaire, plagieur, inventeur et pourtant scientifique de premier ordre, François Lenormant ne cesse de déconcerter. Ses dates de voyages et leurs buts sont très difficiles à établir, ses convictions politiques et son rapport au Second Empire difficiles à cerner39. Était-il mythomane comme certains l’avancent ((Regnault, « Un savant mythomane, François Lenormant ».)) ? Il apparaît en tout cas qu’il n’était pas motivé par l’argent, ses faux n’ont pas un but lucratif. François Lenormant parait plutôt avoir mis ses grandes connaissances au service de ses propres recherches, en comblant des vides et en accréditant ses théories avec des éléments inventés. François Lenormant n’est d’ailleurs pas un cas unique et il s’inscrit dans le groupe des nombreux « fraudeur scientifique ». À la même époque, on connait Pierre Bouriant, le fils de l’égyptologue Urbain Bouriant (1849-1903), qui a lui aussi produit des faux en s’inspirant des travaux paternels, lors de l’affaire des faux-scarabée de Néchao40 ; ou encore Alexandre Du Mège (1780-1862), et l’affaire du « faux » de Nérac, dans lequel l’archéologue a produit des fausses inscriptions de bas-relief romains41.

Bibliographie

Bruwier, Marie-Cécile. « Destins égyptologiques croisés  : Alexandre Moret et Jean Capart ». Livres et archives de l’égyptologue Alexandre Moret (1868-1938) à Mariemont. Catalogue de l’exposition organisée au Musée royal de Mariemont du 24 mars au 2 juin 2000, p. 11-17., 2000. https://www.academia.edu/4963411/Destins_ %C3 %A9gyptologiques_crois %C3 %A9s_Alexandre_Moret_et_Jean_Capart.

De Lasteyrie, Robert. « Discours prononcé sur la tombe de M. François Lenormant le 11 décembre 1883 ». 1884, Imprimerie de G. Chamerot édition.

Delpont, H. Histoire d’une arnaque : Maximilien-Théodore Chrétin et l’empire de Tétricus. Narrosse : Albret, 2006.

François Jean Désiré Behr, François Lenormant. Description des médailles et antiquités composant le cabinet. Hoffman, 1857. http://archive.org/details/descriptiondesm00lenogoog.

Fromentin, Eugène. Voyage en Egypte de 1869  ; journal publié d’après un carnet manuscrit. Collection des textes rares ou inédits, 1935. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6573266q/texteBrut.

Jaubert, Sabine. « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». In http://www.inha.fr. INHA, 31 mars 2014. Fr. https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/lenormant-francois.html.

Kirchhoff, Adolf. Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets. Berlin, Dümmler, 1877. http://archive.org/details/studienzurgeschi00kirc.

Lenormant, François. « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi ». Le Correspondant, septembre 1865.

———. « Inscriptions de Pholégandros ». Revue Archéologique I (1865) : 124‑28.

———. « Inscriptions grecques d’Antandros ». Revue Archéologique II (1864) : 49‑51.

———. La Grande-Grèce  : paysages et histoire. vol. 1‑2. Paris  : Lévy, 1881. http://archive.org/details/lagrandegrcepa01lenouoft.

———. « Les Massacres de Syrie ». Le Correspondant 50 (juillet 1860) : 601‑6.

———. Les Origines de l’histoire d’après la Bible et les traditions des peuple orientaux, tome 1  : De la création de l’homme au déluge. Paris : Maisonneuve, 1880.

———. « Lettre à M. Hase sur des tablettes grecques trouvées à Memphis ». Mémoire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. 1851.

———. Monnaies et médailles. A. Quantin, 1883.

———. Notes sur un voyage en Égypte. Paris : Gauthier Villard, imprimeur, 1870. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k58041527.

———. « Origines et formation de l’alphabet grec, chapite X ». Revue Archéologique 1 (1868) : 189‑90.

Lenormant, François (1837-1883) Auteur du texte. Des Voies de recours, 1857. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5623569n.

———. Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques. Les Assyriens et les Chaldéens, 1881. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k1104613.

« L’esprit des autres ». Le Gaulois, 3 décembre 1869.

Masson, Olivier. « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». Museum Helveticum 50, no 1 (1993) : 44‑60.

Oppert, Jules. « L’Immortalité de l’âme chez les Chaldéens ». In Annales de Philosophie chrétienne, vol. VIII, 1875. https://fr.wikisource.org/wiki/L %E2 %80 %99Immortalit %C3 %A9_de_l %E2 %80 %99 %C3 %A2me_chez_les_Chald %C3 %A9ens.

Perrot, Georges. « La Grande Grèce ». Revue Archéologique I (1881) : 189‑91.

Pietri, Luce. « La Chapelle Saint-Éloi ». Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1970, 45.

« Rapport sur la découverte d’un prétendu cimetière mérovingien à La Chapelle-Saint-Éloi par M. Ch. Lenormant ». Recueil des Travaux de la Société de l’Eure, 1855.

Regnault, Félix. « Un savant mythomane, François Lenormant ». Revue moderne de médecine et de chirurgie, 1933.

Roehl. « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium ». Hermes, Zeischrift fur classische philologie 25 (1891) : 460.

Société Le Bugey. « Madame Récamier en Bugey ». Le Bugey, août 1923.

« Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». Le Pays  : journal des volontés de la France, 21 décembre 1869. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k4678231w.

  1. Masson, « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». []
  2. Jaubert, « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». []
  3. « Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». 1869 []
  4. Société Le Bugey, « Madame Récamier en Bugey ». []
  5. Elle publie d’autres ouvrages dont notamment un livre d’histoire, Esquisses historiques. Quatre femmes au temps de la Révolution en 1866. Un article décrit le style d’écriture de Mme Lenormant comme une « plume teintée de « bas-bleu » », qui serait le reflet de sa condition de « femme de professeur », témoignage supplémentaire peut-être de l’atmosphère très docte qui régnait chez les Lenormant, il s’agit de l’article Les oeuvres et les hommes, T. 13, Jules Barbey d’Aurevilly, 1860. []
  6. Lenormant, « Lettre à M. Hase sur des tablettes grecques trouvées à Memphis ». []
  7. François Jean Désiré Behr, Description des médailles et antiquités composant le cabinet. []
  8. Lenormant, Des Voies de recours. []
  9. Cette correspondance est conservée dans le fonds Jean De Witte des collections de la Bibliothèque de l’Institut de France, elle n’est malheureusement pas numérisée. []
  10. À cet égard, on peut noter son remarquable engagement pour la cause, il fait partie, au mois de mars 1861, du Comité pour les Chrétiens de Syrie, qui envoie au Sénat une pétition en faveur de ces derniers lors de la crise syrienne de 1860. []
  11. Durant tout son séjour, il rapporte ses témoignages syriens aux journaux français Il est l’auteur d’Une persécution du christianisme en 1860 : les derniers événements de Syrie, Paris, 1860, ou encore Histoire des massacres de Syrie en 1860, Paris, Hachette, 1861. []
  12. Il y aurait acheté des monnaies rares alors qu’il se trouvait à Nymphi et à Sardes. Dans son étude, Olivier Masson remet en doute ces acquisitions. []
  13. Lenormant, « Les Massacres de Syrie ». []
  14. Lenormant, Notes sur un voyage en Égypte. []
  15. Fromentin, Voyage en Égypte. []
  16. De Lasteyrie, « Discours prononcé sur la tombe de M. François Lenormant le 11 décembre 1883 ». []
  17. Dans les actes de la communication d’Olivier Massion de janvier 1994 sur François Lenormant, une des intervenantes évoque le fait qu’en « en Italie du Sud où Lenormant est l’objet d’un véritable culte, en raison de son ouvrage sur l’Italie méridionale ». []
  18. Il est possible de citer sa Monographie de la voie sacrée éleusinienne (1864), son Exposé des travaux exécutés à Éleusis pendant l’année 1860 publié dans la Gazette des Beaux-Arts (1862), ou encore Triptolème et les Grandes Déesses, bas-relief d’Éleusis dans la Revue archéologique (1867). []
  19. Oppert, « L’Immortalité de l’âme chez les Chaldéens ». []
  20. Lenormant, Histoire ancienne de l’Orient jusqu’aux guerres médiques. Les Assyriens et les Chaldéens., p. 408-409, 1883, T. IV []
  21. Contre, notamment, les violentes oppositions de Joseph Halévy (1827-1917). []
  22. Lenormant, Monnaies et médailles. []
  23. Pietri, « La Chapelle Saint-Éloi ». []
  24. En réalité, les inscriptions runiques transcrivant le franc, et en plus se référént à la culture chrétienne sont extrêmement rares, il semble que les seules occurences reconnues de runes franques soient l’inscription Bergakker et la boucle Borgharen. Cf. Tineke Looijenga, Two runic finds from The Netherlands – both with a Frankish connection, Barkhuis and Groningen University Library, 2013. []
  25. « Rapport sur la découverte d’un prétendu cimetière mérovingien à La Chapelle-Saint-Éloi par M. Ch. Lenormant ». []
  26. On peut lire dans une lettre inédite publiée dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie p. 655-661, en 1963, qu’« à Paris, cependant, les milieux scientifiques, qui avaient gardé jusqu’alors un prudent silence, commençaient à s’émouvoir », voir l’article de Luce Pietri pour les événements en détail. []
  27. Lenormant, « De l’authenticité des monuments découverts à la chapelle Saint-Éloi ». []
  28. Masson, « François Lenormant (1837–1883), un érudit déconcertant ». []
  29. Lenormant, « Inscriptions grecques d’Antandros ». []
  30. Lenormant, « Inscriptions de Pholégandros ». []
  31. Lenormant, « Origines et formation de l’alphabet grec, chapitre X ». []
  32. Kirchhoff, Studien zur Geschichte des griechischen Alphabets. []
  33. Roehl, « Franciscum Lenormant Inscriptionum falsarium ». []
  34. Jaubert, « LENORMANT François  : étude critique  ; notice INHA ». []
  35. Jaubert. []
  36. Lenormant, Les Origines de l’histoire d’après la Bible et les traditions des peuple orientaux, tome 1  : De la création de l’homme au déluge. []
  37. « L’esprit des autres ». []
  38. « Un prix de plagiat décerné par l’Académie française ». []
  39. L’article de 1869 du Pays évoque ces contradictions. Il serait intéressant à cet égard de pouvoir accéder aux versions numérisées des lettres de sa mère à Jean de Witte (conservées à la Bibliothèque de l’Institut de France), ou à celles de sa femme à Madame Hermione Quinet (conservées à la BNF). []
  40. Bruwier, « Destins égyptologiques croisés ». []
  41. Delpont, Histoire d’une arnaque. []

Compte-rendu de la conférence de presse du projet européen mené par le Pôle Archéologie de l’IFEA à Istanbul

« Documenter et diffuser le patrimoine néolithique d’Anatolie, pont culturel vers l’Europe »

L’Institut Français d’Études Anatoliennes à Istanbul (IFEA) a tenu une conférence de presse le jeudi 19 septembre 2019 à l’Institut Français d’Istanbul afin de réunir les médias locaux et de présenter les premières images du documentaire « Moving Stones » réalisé dans le cadre du projet européen « Documenter et diffuser le patrimoine néolithique d’Anatolie, pont culturel vers l’Europe ».

Dans le cadre de l’instrument d’aide de pré-adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, l’IFEA supervise la réalisation du film documentaire  « Moving Stones » par VTR sur le patrimoine néolithique anatolien, en partenariat avec les associations İMEÇE (İnsan, Mekân, Enerji ve Çevre Derneği, Ankara) et BABiL (Toplum Kültür Sanat Çalışmaları ve Belgesel Sinema Derneği, Istanbul).

Ce projet vise à mettre en son et en images le patrimoine archéologique anatolien afin d’illustrer l’adoption et le transfert du Proche-Orient vers l’Europe des connaissances parmi les plus marquantes de l’épopée humaine, la domestication et la sédentarisation. Ainsi, le patrimoine archéologique anatolien est mis en avant comme preuve du dialogue, de la collaboration et des échanges transfrontaliers continus à toutes les périodes, eux-mêmes éléments moteurs de l’humanité.

L’auditorium de l’Institut Français à Istanbul pendant la conférence de presse
Auteur : VTR

Pour l’ouverture de la conférence de presse, à la suite des mots d’introduction de son directeur, Bayram Balcı, l’IFEA et ses partenaires ont eu l’honneur de laisser la place à deux importantes personnalités pour introduire le projet : M. Alexander Fricke de la Délégation de l’Union européenne en Turquie puis M. Şeref Ateş, directeur de l’Institut Yunus Emre.

Une deuxième partie de la conférence de presse était consacrée à la direction du projet avec la participation du directeur du projet, Néhémie Strupler (IFEA) et les représentants des deux partenaires, Kumru Arapgirlioğlu (iMEÇE) et Semih Çelik (Babil).

La troisième partie de la conférence de presse était organisée autour d’une discussion commune entre Martin Godon, préhistorien et attaché de coopération scientifique et universitaire de l’Ambassade de France, Enis Rıza, réalisateur du film documentaire et le professeur Edhem Eldem, titulaire de la chaire d’histoire turque et ottomane au Collège de France.

Orateurs de la discussion sur l’archéologie et le dialogue interculturel (de gauche à droite) : Edhem Eldem, Enis Riza et Martin Godon
Auteur : VTR

Cette discussion a été l’occasion de rappeler le contexte pour les médias et le public. La période néolithique qui débute au Proche-Orient vers le 10e millénaire avant J.-C. et se termine dans cette région du monde au 5e millénaire avant J.-C. correspond à un changement profond du comportement humain face à la nature. On assiste du passage de la vie humaine nomadique, fondée sur la chasse et la cueillette, à un mode de vie sédentaire, fondée sur l’agriculture. L’Europe bénéficiera avec 4000 ans de décalage l’adoption de ces innovations proche-orientales. La géographie anatolienne a donc joué un rôle déterminant dans le transfert de ces connaissances entre, d’une part, le Proche-Orient et, d’autre part, le Sud-est de l’Europe et le bassin méditerranéen. Dès lors, ce patrimoine commun est une preuve éclatante du dialogue, de la collaboration et des échanges transfrontaliers continus à toutes les périodes.

Les retours du public et la couverture dans la presse tant grand public que spécialisée dans les jours suivants prouvent le franc succès de cette initiative et que la projection du documentaire est d’ores et déjà largement attendue.

Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde Ölü Gömme Uygulamaları

Arkeoloji alanındaki çalışmalarını İstanbul ve Ankara dışından yürüten araştırmacılar, ihtiyaç duydukları yayınlara ulaşmakta sıkıntı çekmektedir. Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü (IFEA), kısa süreli araştırma bursu kapsamında İstanbul dışında yaşayan doktora öğrencilerine konaklama ve kütüphanesinden faydalanma fırsatı sunmaktadır. Söz konusu bursa Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde Ölü Gömme Uygulamaları isimli doktora tezime yönelik literatür taraması için başvurmuştum. Burs süresince de IFEA’nın zengin kütüphanesinde süreli yayın ve monografileri inceleme fırsatı buldum. Ayrıca misafirperver ve güleryüzlü IFEA çalışanlarının sağladığı rahat ve huzurlu çalışma ortamında verimli bir ay geçirdim. Bu süre zarfında, Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde tespit edilmiş, yayınlanmış mezar ve mezarlıklar hakkındaki bilgileri derledim, aşağıda genel hatlarıyla bu bilgileri paylaşacağım.  

Ölüm olgusuna nasıl yaklaşıldığına göre gelişip, gelenekleşen uygulamalar, toplumların hayatında uzun süre varlığını koruyan öğeler niteliğindedir. Ölü gömme gelenekleri kolaylıkla değişebilen veya bir toplumdan diğerine kolaylıkla aktarılabilen kültürel bir unsur değildir. Bu sebeple, bir bölgedeki veya toplumdaki ölü gömme adetlerinin bir bütün olarak ele alınması, uzun süre korunmuş veya zamanla değişime uğramış geleneklerin belirlenmesine ve bölgenin, toplumun ekonomik, sosyo-kültürel yapısının daha iyi anlaşılmasını sağlar.   

Tezin coğrafi sınırlarını çizen Güneydoğu Anadolu Bölgesi, Güneydoğu Toros dağlarının dışbükey kıvrım yaptığı alanın güney kesimi ile Suriye sınırı arasında yer alır. Bölgeyi, batıdaki “Orta Fırat Bölümü” ve doğudaki “Dicle Bölümü” olmak üzere 2 bölüme ayırmak mümkündür (Atalay & Mortan 2003, ss.363, 399). Doğu Toroslar olarak bilinen dağ zinciri Arap platformunu sınırlayarak Cilo ve Zagros dağları arasında önemli bir bağlantı noktası oluşturur (Yakar 2007, s.27). Bu dağlar kuzeyde Kafkas, güneyde Elbruz sıradağlarıyla birleşir (Düring 2016, s.23). Toroslar yalnızca birkaç noktada geçit vermektedir. Bu geçitler tarih boyunca kültürel, ticari ve askeri faaliyetler açısından büyük önem arz etmiştir (Düring 2016).    

Tezin zamansal sınırı mahiyetindeki Erken Tunç Çağı’nda, Güneydoğu Anadolu ve Anadolu’nun diğer bölgelerinde de karşımıza çıkan, basit toprak mezarlar, çömlek mezarlar ve küp mezarların yanı sıra literatürde taş sandık ve oda mezar olarak isimlendirilen mezar türlerinden de görülmektedir. Uygulama biçimi açısından harici bir işlem gerektirmeyen basit toprak mezarlar en yaygın gömü türüdür. Doğu ve Güneydoğu Anadolu’da Erken Tunç Çağı’nın başında ortaya çıkan ve Erken Tunç Çağı boyunca kullanılan taş sandık türü mezar geleneğinin en erken örneğini Arslantepe VIB tabakasında açığa çıkarılan ‘Krali Mezar’da görmekteyiz. Sıradışı bir gömü geleneğine sahip ve oldukça etkileyici buluntuların yer aldığı mezar, Erken Tunç Çağı boyunca Fırat ve Dicle Havzalarında görülen bir mezar geleneğidir. Bu tür mezarlar, Aşağı Salat Höyük (Şenyurt 2002b; Şenyurt 2002a), Müslüman Tepe (Ay, Ay ve Tarhan 2013), Arslantepe (Frangipane 2011), Hacınebi (Stein 1997), Birecik (Sertok & Ergeç 1999), Lidar Höyük (Hauptmann 2003), Su Yatağı/Mamaraş (Darga 2001), Hassek Höyük (Behm-Blancke 1985), Karkamış (Woolley & Barnett 1952), Titriş Höyük (Laneri 2007), Nevali Çori (Mısır 1992), Tilmen Höyük (Alkım 1962), Şırnak-Tatıka (Ökse 2014), Şaraga Höyük yakınındaki Şara Mezar Harabeleri (Sertok & Kulakoğlu 2002) gibi yerleşimlerde intramural, höyük yakınlarında ise ekstramural mezarlıklar şeklinde açığa çıkarılmıştır.

 Taş Sandık Mezar Örneği . (Woolley & Barnett 1952, fig. 85 üzerinden çizilmiştir)

Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu’da karşımıza çıkan diğer bir mezar türü de oda mezarlardır. Bölge genelinde M.Ö. 3. binyılın başlarında görülen sandık türü mezarlar, Erken Tunç Çağı’nın ortalarından itibaren yerlerini oda mezarlara bırakmışlardır. Dar bir kenardan açılan kapı ve bir giriş mekanının yer aldığı oda mezarların yalnızca bir insanın geçebileceği genişlikteki kapı geçişleri tek veya iki adet levha şeklindeki taşların dikey şekilde konması ile kapatılmıştır. Tek veya çift kanatlı giriş kapıları dromos diye adlandırılan bir giriş mekanı ile bağlantılıdır. Mezar odasına girerken iki ya da üç sıra levha taşından yapılmış basamaklar, mezar odası ile geçiş mekanını ayırmaktadır. Nadiren de olsa yandan girişi olmayan Tilmen Höyük oda mezarı gibi örneklerde, mezara kapak taşı kaldırılarak üstten girilmiş olabilir. Mezarların çatısı genellikle 3-4 büyük levha taşı ile düz bir şekilde kapatılmıştır. Mezarların tabanları genellikle sıkıştırılmış topraktır (Yılmaz 2006).

 Oda mezarlarının büyük çoğunluğu bir yerleşime bağlı ve yerleşimin hemen yanındaki mezarlık alanında veya evlerin içinde bir yere inşa edilmiştir. Oylum Höyük, Lidar Höyük (Hauptmann 1982), Tilmen Höyük (Duru 2000b) ve Titriş Höyükteki (Laneri 1999) oda mezarlar bu gruba girmektedir. Ekstramural mezarlık alanlarında da oda mezarlar bulunmaktadır. Son yıllarda kazılan Soğmatar mezarlık alanında kayaya oyulu oda mezarlar tespit edilmiştir. (Albayrak, Mutlu ve Mutlu 2017) Gedikli Höyük ekstramural mezarlık alanında (Duru 2000a), diğer mezarlardan bir duvar ile ayrılan oda mezarlar açığa çıkarılmıştır. Titriş Höyükte hem ekstramural mezarlık alanında, hem de yerleşim içinde oda mezarlara rastlanmaktadır. Hayaz Höyükte ise Erken Tunç Çağı’nın sonlarına doğru terk edilmiş yerleşimde bir oda mezar bulunmaktadır (Roodenberg 1982). Ayrıca Gre Virike’de ölü kültüyle bağlantılı törenlerin düzenlendiği kutsal alanlarda oda mezarlar açığa çıkarılmıştır (Ökse 2006).  

Oda Mezar Örneği (Roodenberg 1980, fig. 7 üzerinden çizilmiştir.)

Neolitik Dönem’den itibaren genellikle bebek ve çocuk gömmek için kullanılan çömlek veya küp mezarlar Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde Birecik, Gedikli Höyük, Girnavaz, GreVirike, Hacınebi, Hassek Höyük, Horum Höyük, Lidar Höyük, Müslüman Tepe, Oylum Höyük, Samsat, Şaraga, Tatıka, Tilbeşar, Kuruki, Titriş ve Yarım Höyük gibi merkezlerde intramural ve ekstramural mezarlık alanlarında tespit edilen en yaygın gömü türlerinden biridir. Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde çömlek ve küp mezarlara bebek ve çocuk gömme geleneği devam etmekle birlikte sayıca az da olsa yetişkin bireylerin de bu şekilde gömüldüğü tespit edilmiştir.

Kuzey Mezopotamya kültürel bölgesinde yer alan Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nin Erken Tunç Çağı’nı sosyo-ekonomik açıdan; çok büyük ve önemli kentlerin olmadığı toplumdaki bürokratik hiyerarşinin nispeten daha az görüldüğü Erken-Erken Tunç Çağı ve merkezileşmiş büyük kentlerin görülmeye başladığı ve toplumsal hiyerarşinin daha yoğun görüldüğü Geç-Erken Tunç Çağı şeklinde incelemek mümkündür (Helwing 2012, ss.47–48). Güneydoğu Anadolu Bölgesi’nde ölü gömme uygulamalarına bu zaman sıralamasına göre bakıldığında Erken-Erken Tunç Çağı’nda bireysel mezarların genellikle yerleşim yerlerinden uzakta bulunduğu, mezar buluntusu silahların ise zenginliği temsil ettiği, bireyin statüsünün genel-geçer bir ifade ile kazanılmış statü olduğu söylenebilir. Geç-Erken Tunç Çağı’nda ise mezarlar çoklu ve peş peşedir, çoğu zaman mezar yerleri ve konutlar birbiriyle ilişkilidir, mezar buluntuları prestij nesneleridir ve tespit edilen aile mezarlarından anlaşıldığı üzere bireyin statüsünün kalıtsal statü olduğunu söylemek mümkündür (Helwing 2012).   

Kaynakça

  • Albayrak, Y., Mutlu, S.İ. & Mutlu, S., 2017. Soğmatar Nekropolünde Yeni Keşifler. Aktüel Arkeoloji, 60.
  • Alkım, U.B., 1962. Tilmen Höyük Çalışmalan(1958-1960). Belleten, XXVI(103), ss.447–715.
  • Atalay, İ. & Mortan, K., 2003. Türkiye Bölgesel Coğrafyası, İstanbul: İnkılap Kitabevi.
  • Ay, E., Ay, A. & Tarhan, Ç.M., 2013. Müslümantepe Kazıları 2005-2008. Içinde Ilısu Barajı ve HES Projesi Arkeolojik Kazıları 2004-2008 Çalışmaları,. Diyarbakır, ss. 273–302.
  • Behm-Blancke, M., 1985. Die Grabungen auf dem Hassek Höyük im Jahre 1984. Kazı Sonuçları Toplantısı, VII, ss.87–103.
  • Darga, M., 2001. Şemsiyetepe Excavations in the Lower Euphrates Basin 1978-1989. Içinde O. Belli, ed. Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-2000). İstanbul, ss. 115–120.
  • Düring, S.B., 2016. Küçük Asya’nın Tarinöncesi: Karmaşık Avcı Toplayıcılardan Erken Kentsel Toplumlara, İstanbul: Koç Üniversitesi Yayınları.
  • Duru, R., 2000a. Gedikli Karahöyük ve Kırışkal Höyük Kazıları. Içinde O. Belli, ed. Türkiye Arkeolojisi ve İstanbul Üniversitesi 1932-1999. Ankara: İstanbul Üniversitesi Rektörlüğü Yayınları, ss. 154–158.
  • Duru, R., 2000b. Tilmen Höyük Kazıları. Içinde O. Belli, ed. Türkiye Arkeolojisi ve İstanbul Üniversitesi 1932-1999. Ankara: İstanbul Üniversitesi Rektörlüğü Yayınları, ss. 160–164.
  • Frangipane, M., 2011. Arslantepe Malatya: A Prehistoric and Early Historic Center in Eastern Anatolia. Içinde S. R. Steadman, ed. The Oxford Handbook of the Ancient Anatolia. New York, ss. 968–992.
  • Hauptmann, H., 2003. Lidar Höyük. Arkeo Atlas, 2, s.61.
  • Hauptmann, H., 1982. Lidar Höyük 1981. Türk Arkeoloji Dergisi, XXVI, ss.93–110.
  • Helwing, B., 2012. An Age of Heroes? Some Thoughts on Early Bronze Age Funerary Customs in Northern Mesopotamia. Içinde P. Pfälzner vd., ed. (Re-)Constructing Funerary Rituals in the Ancient Near East Proceedings of the First International Symposium of the Tübingen Post-Graduate School “Symbols of the Dead” in May 2009. Wiesbaden, ss. 47–58.
  • Laneri, N., 2007. Burial Practices at Titriş Höyük, Turkey: An Interpretation. Journal of Near Eastern Studies, 66(4), ss.241–266.
  • Laneri, N., 1999. Intramural Tombs . A Funerary Tradition of the Middle Euphrates Valley During the IIIrd Millenium BC. Anatolica, XXV(April 1999), ss.221–241.
  • Mısır, A., 1992. 1990 Yılı Şanlıurfa Nevali Çori Kazısı. 2. Kurtarma Kazıları Sempozyumu, ss.201–209.
  • Ökse, T., 2006. Gre Virike (Period I): Early Bronze Age Ritual Facilities on the Middle Euphrates. Anatolica, 32, ss.1–29.
  • Ökse, T., 2014. Ilısu İnşaat Sahası’nda Yeni Bir Erken Tunç Çağı Mezarlığı:Tatıka. TEBE Haberler, 38, ss.8–10.
  • Roodenberg, J.., 1982. Note Sur la Troisiéme Campagne de Fouilles a Hayaz Höyük. Anatolica, IX, ss.27–33.
  • Roodenberg, J.., 1980. Premiers Résultats des Recherches Archéologiques a Hayaz Höyük. Anatolica, VII, ss.3–21.
  • Şenyurt, S.Y., 2002a. Aşağı Salat 2000 Yılı Kazısı, 2000 Excavations at Aşağı Salat. Içinde N. Tuna, ed. Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak Arkeolojik ve Kültür Varlıklarını Kurtarma Projesi 2000 Yılı Çalışmalar. Ankara: ODTU Tarihsel Çevre Araştirma ve Değerlendirme Merkezi (TAÇDAM), ss. 671–697.
  • Şenyurt, S.Y., 2002b. Ilısu Barajı-Aşağı Salat 2000 Yılı Kazısı. Kazı Sonuçları Toplantısı, XXII/2, ss.445–452.
  • Sertok, K. & Ergeç, R., 1999. A New Early Bronze Age Cemetery: Excavation Near the Birecik Dam; SE Turkey. Preliminary Report (1997-98). Anatolica, 25, ss.87–108.
  • Sertok, K. & Kulakoğlu, F., 2002. Şaraga Höyük Kazıları 2000. Içinde N. Tuna & J. Velibeyoğlu, ed. Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak Arkeolojik ve Kültür Varlıklarını Kurtarma Projesi 2000 Yılı Çalışmaları. Ankara: ODTU Tarihsel Çevre Araştirma ve Değerlendirme Merkezi (TAÇDAM), ss. 351–369.
  • Stein, G.J., 1997. Excavation at Hacınebi,Turkey-1996: Preliminary Report. Anatolica, XXIII, ss.115–156.
  • Woolley, C.L. & Barnett, R.D., 1952. Carchemish: Report on the Excavations at Jerablus on Behalf of the British Museum. Part III: The Excavations in the Inner Town, London.
  • Yakar, J., 2007. Anadolu’nun Etnoarkeolojisi: Tunç ve Demir Çağlarında Kırsal Kesimin Sosyo-Ekonomik Yapısı, İstanbul: Homer Kitabevi.
  • Yılmaz, D., 2006. Erken Tunç Çağı’nda Güneydoğu Anadolu’da Oda Mezar Geleneği. Anadolu/Anatolia, 31.

Le musée Sainte-Irène à Constantinople

Sainte-Irène vue du nord-est. Photographie CC BY-SA 4.0 Néhémie Strupler, 17 janvier 2019

L’année 2019 marquera les 150 ans des musées archéologiques d’Istanbul, puisque le Musée impérial (Müze-i Hümayun) fut officiellement fondé en 18691. Cette petite note revient sur la genèse de ce musée2. Autant prévenir d’entrée de jeu, ce n’est pas le bâtiment byzantin qui sera le sujet de cette note, mais la première collection d’objets archéologiques conservés à Istanbul jusqu’à l’apparition du Musée impérial.

Détail de l’entrée aménagée au XVIIIe siècle. Photographie CC BY-SA 4.0 Néhémie Strupler, 17 janvier 2019

Aya İrini (Hagia Eirene) ou Sainte-Irène se trouve dans la cour extérieure du Palais de Topkapı3. L’édifice actuel représente un palimpseste où l’histoire de Constantinople se dessine en filigrane. Fondée au IVe siècle ap. J.-C., c’est la première cathédrale de la ville (avant l’inauguration de Sainte-Sophie). Le bâtiment actuel date du règne de Justinien (règne 527-565) et connu une importante rénovation au VIIIe siècle après un incendie. Au cours des 13 siècles suivants, l’édifice fut endommagé et aménagé à de nombreuses reprises. À la différence de Sainte-Sophie, l’église ne fut pas transformée en mosquée et ne fut donc pas modifiée. Elle servit d’entrepôt de munitions et de tributs de guerre et était dénommée Cebehane (arsenal)4.

À la même époque où, en Europe de l’ouest, les cabinets de curiosité commençaient à être répandus, sous le règne d’Ahmet III (1703-1730), une tentative similaire était organisée sous forme d’exposition des butins de guerre et des armes antiques était organisée à Aya İrini. Le bâtiment fut renommé Darü’l-Asliha (maison des armes) en 1726, comme l’atteste l’inscription au-dessus de la porte principale actuelle5. Cette inscription est surmontée d’une deuxième inscription du successeur d’Ahmet III, Mahmut I, qui marque une rénovation en 17436.

Inscription d’Ahmet III surmontée de celle de Mahmut I. Photographie CC BY-SA 4.0 Néhémie Strupler, 17 janvier 2019

Lors des règnes suivants, ces collections ont connu plusieurs vicissitudes, mais des objets « de curiosité » ont continué à être entreposés là7. De cette époque date la mention par François de Tott dans ses Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, dont l’IFEA conserve un exemplaire de l’editio princeps8.

Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA Néhémie Strupler CC BY 4.0

En 1839, l’édifice prit le nom de Harbiye Anbarı (magasin militaire) et en 1846, alors que ces objets étaient sous la direction de Fethi Ahmet Paşa, puisque Général de l’artillerie9, ils sont regroupés et organisés en deux collections nommées Mecma-ı Esliha-i Atika (« collection des armes anciennes ») et Mecmua-i Asar-ı Atika (« collection des antiquités »). Par la suite, certaines personnes ont interprété cet évènement comme la date de naissance du premier musée à Istanbul10. Dans le bâtiment d’Aya İrini, les deux collections se faisaient face l’une à l’autre et certains vestiges de l’aménagement fait pour l’exposition sont toujours visibles11, dont les deux inscriptions dénotant les collections au-dessus de l’entrée de chaque galerie12. À cette même date, le gouvernement avait alors envoyé une requête aux gouverneurs des provinces pour rassembler les antiquités à Istanbul13. En partant des archives ottomanes, Edhem Eldem a pu retracer en détail la biographie d’un objet justement envoyé à Istanbul, tout comme la réception par le public et les journaux14. On peut en déduire l’intérêt grandissant pour les antiquités de la part de l’administration ottomane.

De cette période, on dispose aussi de quelques notes de Gustave Flaubert, lorsqu’il visite cette collection le 18 novembre 1850 en compagnie de Maxime du Camp, plus impressionné par les armes que par les objets antiques15. Deux ans plus tard, Théophile Gauthier visite également cette collection en 1852 et consigne :

Particularité notable, et qui marque un progrès : l’on a rassemblé dans la cour qui précède l’antique église de Saint-Iréné, transformée en arsenal, et qui fait partie des dépendances du sérail, divers objets antiques : têtes, torses, bas- reliefs, inscriptions, tombeaux, rudiment d’un musée byzantin, qui pourrait devenir curieux par l’addition des trouvailles journalières. Près de l’église, deux ou trois sarcophages de porphyre, semés de croix grecques, et qui ont dû contenir des corps d’empereurs et d’impératrices, privés de leurs couvercles brisés, s’emplissent de l’eau du ciel, et les oiseaux y viennent boire en poussant de petits cris joyeux.

L’intérieur de Saint-Iréné est tapissé de fusils, de sabres, de pistolets de modèle moderne, arrangés avec une symétrie militaire que ne désavouerait pas notre Musée d’artillerie ; mais cette étincelante décoration, qui charme beaucoup les Turcs, et dont ils sont très-fiers, n’a rien qui étonne un voyageur européen. — Une collection qui offre un bien autre intérêt, c’est celle des armes historiques conservées dans une tribune métamorphosée en galerie, au fond de l’abside.

Là, on nous fit voir le sabre de Mahomet II, une lame droite où court, sur un fond de damas bleuâtre, une inscription arabe en lettres d’or; un brassard niellé d’or et constellé de deux disques de pierreries, ayant appartenu à Tamerlan ; une épée de fer ébréchée, à poignée en croix, — l’épée de Scanderberg, le héros athlétique. Des vitrines laissent voir les clefs des villes conquises, clefs symboliques, ouvragées comme des bijoux, damasquinées d’or et d’argent.

Sous le vestibule sont entassées les timbales et les marmites des janissaires, — ces marmites qui, en se renversant, faisaient trembler et pâlir le sultan au fond de son harem; — des faisceaux de vieilles hallebardes, des caisses d’armes, d’anciens canons, des couleuvrines de forme singulière, rappellent la stratégie turque avant les réformes de Mahmoud, utiles, sans doute, mais regrettables au point de vue pittoresque.16

Parmi les premières informations qui documentent les objets conservés, on dispose d’une note d’Otto Frick sur le bas-relief d’un sarcophage17. À cette période, l’intérêt pour ces collections va rapidement s’accroitre. Le futur premier directeur de l’École française de Rome, Albert Dumont, rédigera le premier catalogue en 186818. C’est le premier d’une longue série de catalogues sur les collections des musées19.

Enfin en 1869, sous l’impulsion du Grand vizir et « ministre des affaires étrangères » Mehmed Emin Âli Pasha, et du « ministre de l’instruction » Saffet Pacha, la collection d’antiquités sera renommée en « Musée impérial »20 et entrera dans une période mieux documentée21, puisqu’un directeur sera nommé, le premier d’entre eux étant Edward Goold22. De la même époque date également la première loi sur les antiquités23. Ces deux évènements marquent alors l’affirmation des autorités ottomanes pour l’archéologie et son officialisation24 .

Bibliographie

Ar, Bilge, « Aya İrini’de Dâr-ül Esliha düzenlemesi », İstanbul Araştırmaları Yıllığı, 2014, vol. 3, p. 1‑8’l.

Biasi, Pierre-Marc de, « Flaubert à Constantinople, 1850 », in Martine Poulain & Queyrel François et Paquot Gérard (éd.), Éclats d’antiques : sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople, Paris, Institut national d’histoire de l’art; Armand Colin, 2013.

Cengiz, Hayrullah, « İstanbul Müzeleri Literatürü », Türkiye Araştırmaları Literatür Dergisi, 2010, Cilt 8, Sayı 16, p. 277‑332.

Dumont, Alfred, « Le Musée Sainte-Irène à Constantinople », Revue Archéologique, 1868, vol. 2, p. 237‑263.

Eldem, Edhem, « Early Ottoman Archaeology: Rediscovering the Finds of Ascalon (Ashkelon), 1847 », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 2017, vol. 378, p. 25‑53.

Eldem, Edhem, Mendel – Sebah. Müze-ı Hümayun’u Belgelemek | Documenting The Imperial Museum. Mendel – Sebah, Istanbul, İstanbul Arkeoloji Müzeleri Yayını, 2014.

Eldem, Edhem, « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1799–1869 », in Zainab Bahrani, Zeynep Çelik & Edhem Eldem (éds.), SCRAMBLE for the PAST A Story of Archaeology in the Ottoman Empire, 1753–1914, Istanbul, SALT, 2011.

Frick, Otto, « Phädra und Hippolyt, Ariadne auf Naxos (Sarkophagrelief zu Constantinopel) », Archäologische Zeitung, 1857, vol. 100–102, p. 33‑44.

Gautier, Théophile, Constantinople, Paris, Michel Lévy, 1853.

Gerçek, Ferruh, Türk Müzeciliği, Ankara, T. C. Kültür Bakanlığı, 1999.

Goold, Edward, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople fondé en 1869 sous le grand vésirat de Son Altesse A’Ali Pacha, Zellich, 1871.

Karaduman, Hüseyin, « Belgelerle İlk Türk Asar-ı Atika Nizamnamesi (10 belge ile birlikte) », Belgeler, 2004, vol. 25, nᵒ 29, p. 73‑76.

Kızıltan, Zeynep, « Dünden Bugüne, İstanbul Arkeoloji Müzeleri | Les musées archéologiques à Istanbul, d’hier à aujourd’hui », in Martine Poulain, Queyrel François et Paquot Gérard (éd.), Éclats d’antiques : sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople, Paris, Institut national d’histoire de l’art; Armand Colin, 2013.

Koç, Hava, « Müze-i Humâyûn’da Yayın Çalışmaları (Cumhuriyet Dönemine Kadar) », in Zeynep Yasa Yaman & Serpil Bağcı (éds.), Gelenek, kimlik, bireşim : kültürel kesişmeler ve sanat, Ankara, 2011.

Moukhtar, Sermed, Musée Militaire Ottoman situé à St-Irène de Top-Kapou-Sérail. Guide N°: 1, Constantinople, Nédjimi-Isikbal, 1920.

Mumcu, Ahmet, « Eski Eserler Hukuku Ve Türkiye », Ankara Üniversitesi Hukuk Fakültesi Dergisi, 1971, vol. 28, nᵒ 1, p. 41‑76.

Ogan, Aziz, Türk Müzeciliğinin 100üncü Yıldönümü, Istanbul, Türkiye Turing ve Otomobil Kurumu, 1947.

Öz, Tahsin, « Ahmet Fethi Paşa ve Müzeler », Türk Tarih, Arkeologya ve Etnografya dergisi, 1949, vol. 5, p. 1-15.

Pasinli, Alpay, İstanbul Arkeoloji Müzesi, Istanbul, Akbank, 2003.

Sakaoğlu, Necde, Tarihi, mekânları, kitabeleri ve anıları ile Saray-i Hûmayun : Topkapı Sarayı, Istanbul, Denizbank Yayınları, 2002.

Tott, François de, Mémoires du Baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, Amsterdam, 1784.

Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA Néhémie Strupler CC BY 4.0
Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA Néhémie Strupler CC BY 4.0
Photographies de l’editio princeps des « Mémoires du baron de Tott sur les Turcs et les Tartares » de la bibliothèque de l’IFEA. Néhémie Strupler CC BY 4.0


  1. Entre autres, Goold, E., 1871; Kiziltan, Z., 2013. []
  2. Pour d’autres revues similaires, on pourra consulter : Cengiz, H., 2010; Gerçek, F., 1999; Sakaoğlu, N., 2002, 64–69 []
  3. Ar, B., 2014 []
  4. Moukhtar, S., 1920, 1–23 []
  5. Ar, B., « Aya İrini’de Dârü’l-esliha Esliha düzenlemesi » op. cit., 2 []
  6. Sakaoğlu, N., Tarihi, mekânları, kitabeleri ve anıları ile Saray-i Hûmayun, op. cit, 64–69 []
  7. Moukhtar, S., Musée Militaire Ottoman situé à St-Irène de Top-Kapou-Sérail. Guide N°: 1, op. cit, 23–32 []
  8. Tott, F. de, 1784, 196-198, disponible en ligne grâce aux archives ouvertes de la bibliothèque de la Grande Assemblée nationale de Turquie https://acikerisim.tbmm.gov.tr/xmlui/handle/11543/1022, l’édition de 1785 est disponible sur le site de la bibliothèque de l’Université de Mannheim : http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bsz:180-digad-6941 []
  9. Öz, T., 1949 []
  10. Par exemple Ogan, A., 1947 []
  11. Ar, B., « Aya İrini’de Dâr-ül Esliha düzenlemesi », op. cit, 6, fig. 3 []
  12. Öz, T., « Ahmet Fethi Paşa ve Müzeler », op. cit, 2 []
  13. Eldem, E., 2017, 35-36 []
  14. Ibid. []
  15. Folio 37v du Carnet de voyage n°7 de Flaubert, voir Biasi, P.-M. de, 2013 []
  16. Gauthier, T., 1853, p. 287‑288. []
  17. Frick, O., 1857; cité par Eldem, E., 2014, 16-20; voir également la publication du même auteur de Eldem, E., « Early Ottoman Archaeology: Rediscovering the Finds of Ascalon (Ashkelon), 1847 », op. cit []
  18. Dumont, A., 1868 []
  19. Koç, H., 2011 ; Eldem, E., Mendel – Sebah. Müze-ı Hümayun’u Belgelemek | Documenting The Imperial Museum. Mendel – Sebah, op. cit []
  20. Cengiz, H., « İstanbul Müzeleri Literatürü », op. cit, 279; Pasinli, A., 2003, 13 []
  21. entre autres Eldem, E., 2011 []
  22. Goold, E., Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople fondé en 1869 sous le grand vésirat de Son Altesse A’Ali Pacha, op. cit []
  23. Mumcu, A., 1971; Karaduman, H., 2004 []
  24. Pour de nombreux détails sur cette période et ces évènements, Eldem, E., « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1799–1869 », op. cit []

In memoriam Aksel Tibet (1956-2019)

Alsel Tibet aux côtés de Belkis Taşkeser lors du cocktail organisé pour les 80 ans de l’IFEA en novembre 2010

Le samedi 26 janvier 2019 au soir, notre collègue et ami Aksel Tibet est décédé à l’âge de 62 ans. Archéologue et directeur des publications archéologiques de l’IFEA pendant presque 30 ans, la carrière d’Aksel ne se résume pas à des titres honorifiques ou travaux spécifiques mais fut intimement liée à sa vie personnelle, ses amitiés et ses rencontres. De l’Université d’Istanbul, à Lyon, Strasbourg et Paris où il développa nombre de collaborations, Aksel participa ou codirigea nombreux programmes archéologiques : prospections dans la région de Kastamonu et fouilles de sauvetage de Horum Höyük avec Catherine Marro, Porsuk Zeyve Höyük avec Olivier Pelon et Dominique Beyer ainsi que Fazıl Açıkgöz du Musée de Niğde.  Dès sa fondation, il fut très actif, un temps secrétaire, de la branche stambouliote de l’Association des archéologues (Arkeologlar Derneği – İstanbul Şubesi).

Pour l’IFEA comme pour l’ensemble des archéologues l’ayant rencontré, il fut un passeur de cultures entre des pays et des institutions différentes. Il savait que les seules valeurs qui permettent d’aboutir à des relations de travail pérennes et fructueuses dans la gestion délicate de la recherche archéologique sont la confiance et l’amitié. Il les offrit sans retenue, où qu’il passa, où qu’il travailla.

Son bureau à l’IFEA était ouvert à tous, jeunes étudiants de passage en quête d’un conseil, archéologues du monde entier qui y trouvaient, année après année, la chaleur de son accueil, une rassurante présence à travers laquelle les problèmes s’envolaient, les souvenirs s’échangeaient et les projets se formaient. Que ce soit dans l’élaboration de publications via la série monographique Varia Anatolica, ou la revue Anatolia Antiqua, Aksel œuvra à l’édition de travaux majeurs mais aussi à l’émergence de nouveaux auteurs, ouvrant les pages de nos revues aux jeunes archéologues, les aidant ainsi à publier et présenter leurs travaux.

Au nom de toute l’équipe de l’IFEA, nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et ses proches.

ἡ λαμπροτάτη Προυσιέων πόλις (Prusiaslıların pek meşhur kenti): Unutulmuş Bir Bithynia Kenti Prusias ad Hypium/Konuralp

İstanbul dışında eğitim görenler veya çalışanlar için yayınlara ulaşmanın çok zor olması aynı zamanda ulaşılan yayınların yetersizliği de akademik çalışma yapmak isteyenler için temel sorunlar olarak karşımıza çıkmaktadır. Bu anlamda IFEA tarafından verilen kısa süreli doktora bursu, şehir dışından gelecek olan araştırmacılara gerek konaklama gerekse kütüphanedeki kitaplara ulaşma anlamında önemli bir kolaylık sağlamaktadır. Söz konusu doktora bursu kapsamında yaklaşık 3 haftalık sürede, 2017 yılında tamamladığım “Roma İmparatorluk döneminde Prusias ad Hypium” adlı yüksek lisans tezimi kitap haline çevirmek amacıyla IFEA kütüphanesinde çalışmasında bulundum. Tezimde yer verememiş olduğum bazı kaynaklardan, gravürlerden ve gezginlerin notlarından da yararlanarak kuruluşundan Osmanlı Egemenliğine kadar bir antik kentin dönüşümünü ele almaya çalıştım ve bu kapsamda bir takım düzeltmeler ve eklemeler yaptım.

Görsel 1: Jules Laurens, Prusias ad Hypium, in: Xavier Hommaire de Hell, Voyage en Turquie et en Perse, pl. XVI, 1859. Reproduction Gerin Dominique, Voyageurs français au Levant, in: Anatolie antique. Fouilles françaises en Turquie. Catalogue de l’exposition. Gypsothèque de l’Université Lumière Lyon II, 23 octobre-23 décembre 1990. Istanbul : Institut Français d’Études Anatoliennes-Georges Dumézil, 1990. pp. 111-118. (Varia Anatolica, 4) www.persee.fr/doc/anatv_1013-9559_1990_cat_4_2_1074

Genel hatlarıyla Batı Karadeniz ve Doğu Marmara bölgelerini kapsadığı düşünülen Bithynia bölgesi, günümüzde İstanbul’un Anadolu yakası, Bursa, İznik, Kocaeli, Bilecik, Sakarya, Düzce ve Bolu illerini içine alan bölgenin antik çağdaki adıdır. Bölgede yer alan antik kentler göz önüne alındığında Bithynia bölgesinin arkeolojik anlamda çok zengin olduğu anlaşılmaktadır. Nikomedia, Nikaia, Prusa ad Olympum gibi büyük ölçekli kentlerin yanında pek çok yerleşim yeri de bulunmaktadır. Bu anlamda Plinius Secundus’a göre 12 Bithynia kenti arasında yer alan ve Düzce ili Konuralp (eski adıyla Üskübü) beldesine konumlandırılan Prusias ad Hypium kenti, günümüzde adı yeterince bilinmemesine karşın gerek barındırdığı tarihi yapılar gerekse Roma Dönemindeki konumu ve zengin bitki örtüsü nedeniyle üzerinde durulması gereken bir yerleşim yeri olarak dikkat çekmektedir.

Kentin akropolisinin yer aldığı küçük tepe, görece daha az iskân edilmiş, buna karşın kentin en önemli kısımları, günümüzdeki Konuralp adlı modern yerleşim yerinin altında kalmıştır. MÖ.V.-IV. yüzyılda Herakleia Pontika (Zonguldak/Ereğli) kentini de kuran Megaralı kolonistlerce apoikia yani koloni kenti olarak Kieros adıyla kurulan kent, MÖ.185 yılında Bithynia Kralı I.Prusias tarafından alınmış ve tıpkı Kios/Prusias ad Mare (Gemlik) örneğinde olduğu gibi “Hypios (Melen) Nehri kıyısındaki Prusias” anlamına gelen Prousias pros Hypion adını almıştır. MÖ.74 yılında Bithynia Krallığının Roma’ya miras bırakılması neticesinde kent de Roma hâkimiyetine geçmiş, kaynaklarda da “Prusias ad Hypium” adıyla görülmeye başlanmıştır. Özellikle Roma İmparatorluk döneminde Hadrianus ve Severus Hanedanı üyesi İmparatorların kente gelmesiyle adına rastlanan kent, imparator Gallienus (e.MS.253-260) dönemine tarihlendirilen Goth istilası sonrasında, istilaya uğramadığı düşünülmesine karşın diğer pek çok Bithynia kenti gibi sikke basmayı bırakmış ve içe dönük, izole bir kent halini almıştır.

Görsel 2: Onurlandırma Yazıtı (Yazarın Arşivinden)

Sebastene, Thebais, Germanike, Sabiniane, Prusias, Hadriane, Megaris, Iuliane ve Antoniane adlı 12 mahalle/kabile (phyle)’den meydana gelen kent özellikle askeri ve idari kariyerlerinde kentin velinimet olarak gördüğü Domitius ailesine üye kimselerin hayırseverleğiyle bayındırlık ve kentleşme anlamında gelişimini sürdürmüştür. Hıristiyanlaşan Roma Dünyasıyla paralel olarak Prusias ad Hypium kenti de dini yapının ön planda olduğu bir kent halini almış ve çeşitli konsillere piskoposluk düzeyinde katılımlarda bulunmuştur. Kilise kayıtlarıyla geçen kentin yüzyılları VII. Yüzyıldan XI. Yüzyıla kadar (Teophilos, Contantinus, Leon, Confessor[günah çıkaran] Paulos, Theophilos, Basil vb.) çeşitli Hıristiyan din adamlarının öne çıktığı kentte söz sahibi olduğu bir hale bürünmüştür. Son olarak 1206 yılında Bizanslı Tarihçi Khoniates’in eserinde Pontus ve İznik Krallıkları arasındaki güç mücadelesinde çeşitli seferlerde el değiştiren ve artık Plousias şeklinde adına rastladığımız kent, sonraki yüzyılda Osmanlı egemenliğine geçmiştir. Osmanlı döneminde çeşitli arşiv belgelerinde kentteki arkeolojik ve mimari eserlere ilişkin bilgiler verilse de bunlar çok sınırlı kalmıştır.

Görsel 3: Kentin Tiyatrosundan Görünüm (Yazarın Arşivinden)

Derin bir uykuya dalan ve artık unutulmuş olan bu kente yeniden odaklananlar ise 17.ve 18. yüzyıllarda sayıları hayli artan gezginler olmuştur. Bu anlamda ilk olarak antropolog ve rahip olan İngiliz Richard Pococke kente gelmiştir. A Description of the East and Some other Countries adıyla yayınladığı ve Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü kütüphanesinde de bulunan eserinden hareketle, Pococke 1737-1742 yıllarını kapsayan Yakındoğu gezisi sırasında Düzce yöresine de gelmiş, burada Prusias ad Hypium kentinden ve Hypios Nehrinden söz etmiştir.  Pococke’nin eseri ve Jean Baptiste Bourguignon d’Anville adlı Fransız coğrafyacının 1768 tarihli haritasında Prusias ad Hypium kentine de yer vermesi, Fransızların bölgeye ve kente olan ilgisini arttırmıştır.  Bu bağlamda 1830ların başında Fransız Tarihçi ve Arkeolog Félix Marie Charles Texier kente gelmiş ve çeşitli gözlemlerini paylaşmıştır.  Kente dair o tarihe kadarki en önemli bilgileri ise Fransız Misyoner ve Dil Bilimci Eugene Boré vermiştir. 1837’de kente gelen Boré’un yine IFEA kütüphanesinde de yer alan eserinde kentin ayanlarından Topçuoğlu ailesine ve Osmanlı taşrasına ilişkin de önemli bilgiler verilmektedir. Fransız coğrafyacı ve gezgin Xavier Hommaire de Hell de, Prusias ad Hypium kentini araştıran seyyahlar arasındadır. Hell ile birlikte kente gelen ve tarihi yapıların çizimini yapan Jules Joseph Augustin Laurens de kentin tarihine çok önemli katkılarda bulunmuştur. Sonraki yıllarda Mordtmann ve Tchichatsceff gibi kimselerin de ilgisini çeken kent, Georges Perrot’un da bölgeye gelmesiyle aslında bilinenden çok daha fazla önemli tarihi yapıları, heykelleri ve yazıtları barındırdığı anlaşılmıştır. Kenti oluşturan 12 kabilenin (phyle) varlığından ve pek çok yazıttan da söz eden Perrot, kentteki tiyatroyu da en ince ayrıntısına kadar incelemiştir. 1900lü yılların başında Arkeolog Gustave Mendel kentteki epigrafik belgeleri bilimsel bir çalışmayla yayınlamıştır.

Görsel 4: Bithynia Bölgesi, Asia citerior, H.Kiepert, Karten zur alten Geschichte, D. Reimer, Berlin, 1890. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Heinrich_Kiepert._Asia_citerior.Bithynia.jpg

20.yüzyıla girilirken başta Louis Robert ve F.K.Dörner olmak üzere pek çok önemli isim kente dair çalışmalar yapmıştır.  Öyle ki bu iki araştırmacının eserleri günümüzde dahi güncelliğini büyük ölçüde korumaktadır. Aynı dönemde Türk araştırmacılar da bölgeye gelmiş ve çeşitli yüz araştırmaları / arkeolojik kazılar yürütmüştür. Bu kapsamda 1948-1950 yıllarını kapsayan yüz araştırmasıyla İ.Kılıç Kökten ve 1948-1960 yılları arasında İstanbul Arkeoloji Müzeleri Müdürü Rüstem Duyuran başkanlığında yürütülen sistematik kazı çalışmalarıyla kentin sahip olduğu potansiyel ortaya çıkarılmıştır. 1965 yılında İstanbul Arkeoloji Müzesi Konservatörü olarak hizmet veren Fransız Araştıracı Andreé Nedjati Rollas kent için bir rehber hazırlamış ve kente dair pek çok bilgiyi ve kişisel gözlemlerini bir araya getirmiştir. 1985 yılına gelindiğinde ise Alman Epigraf Walter Ameling kentteki tüm yazıtları toplayarak Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien adlı seride yayınlamıştır. 2013 yılından itibaren de Düzce Üniversitesi Arkeoloji Bölümü ve Konuralp Müzesi ortaklığında arkeolojik kazı çalışmaları devam etmektedir.

Görsel 5. Prusias ad Hypium Kenti Roma Köprüsü, (Yazarın Arşivinden)

Günümüzde modern yapılaşmaya maruz kalmasına karşın antik kentten kalan Tiyatro, Su kemerleri, Köprü, Şehir Surları, Bizans Kalesi gibi mimari yapıların yanında çeşitli tapınak parçaları, Domitius Hamamı ve Gymnasium gibi yapıların varlığını kanıtlayan yazıtlı arkeolojik buluntular ile çok sayıda epigrafik belge mevcuttur.

Görsel 6. Bizans dönemi Su Kemeri/Kemerkasım köyü (Yazarın Arşivinden)

Seçilmiş Kaynakça

  • Ameling W. 1985 Die Inschriften von Prusias Ad Hypium, Bonn: Habelt. 1985 [Ep 089-27]
  • Belke K. 1996 Paphlagonien und Honorias. Tabula Imperii Byzantini. Vol.IX, Vienne : Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften. 1996
  • Dörner, F.K. 1952 Bericht über eine Reise in Bithynien ausgeführt im Jahre 1948 im Auftrage der österreichischen Akademie der Wissenschaften. Vienne : R.M.Rohrer. 1952 [Ep 058]
  • Karakuş, O. S, 2017 Roma İmparatorluk Döneminde Prusias ad Hypium. Yayınlanmamış Yüksek Lisans Tezi, Eskişehir: Anadolu Üniversitesi, Sosyal Bilimler Enstitüsü. 2017
  • Perrot, G. 1861 Exploration archéologique de la Galatie et de la Bithynie : d’une partie de la Mysie, de la Phrygie, de la Cappadoce et du Pont. Paris : Didot. 1861
  • Perrot, G. 1864 Souvenirs d’un voyage en Asie Mineure. Paris : Levy. 1864 [VH 110]
  • Robert, L. 1980 À Travers l’Asie mineure. Paris: École française d’Athènes. 1980 [COLL VII 239 I]
  • Texier, C. 1882 Asie Mineure. Asie Mineure : description géographique, historique et archéologique des provinces et des villes de la Chersonnèse d’Asie Paris : Didot.1882
  • Zeyrek, T. et G.Baran-Çelik 2005 Prusias ad Hypium (Kieros) Anadolu’nun kuzeybatısında antik bir kent (Konuralp/Üskübü). Istanbul : Ege Yayınları. 2005

Les fortifications de la Carie antique

Tours d’Héraclée du Latmos, juillet 2009, Jesper Blid
Tours d’Héraclée du Latmos, juillet 2009, Jesper Blid

Février 2017
Türkçe çeviri

L’étude des fortifications antiques est devenue un champ d’études à part entière avec la parution d’ouvrages fondateurs, à partir des années 1970 (Winter 1971, Garlan 1974, Adam 1982) et l’organisation d’un premier colloque international sur le sujet (Leriche et Tréziny 1986). Archéologues et historiens prenaient alors conscience du fait qu’il était impossible d’étudier des cités et leur territoire sans envisager les efforts consentis par les civilisations méditerranéennes pour assurer leur défense. Cependant, le territoire carien, pourtant connu pour héberger de très nombreuses fortifications, se trouvait presque totalement exclu de ces publications modernes et ce malgré une tradition de recherche ancienne sur le sujet. En effet, dès 1896 Paton et Myres publiaient une carte de répartition et plusieurs plans toujours utiles puis les premières décennies du XXe siècle virent la parution de trois monographies consacrées aux défenses de sites tels qu’Héraclée du Latmos (Krischen 1922) et Milet (von Gerkan 1935). G. Bean, J.M. Cook et S. Hornblower (Mausolus, 1982) ont largement contribué à mettre en lumière les ouvrages fortifiés cariens. Mais il faut attendre 1997 pour que l’on dispose du premier traitement approfondi des murailles cariennes sous la plume d’A.W. Mc Nicoll dans un ouvrage abordant les fortifications de l’Égée à l’Euphrate. La première synthèse centrée sur les fortifications de Carie est celle d’I. Pimouguet-Pédarros (Archéologie de la défense, 2000). Il s’agit de l’ouvrage de réfence sur le sujet. On assiste ensuite à un renouvellement des études sur des sites individuels tels qu’Halicarnasse (Pedersen 2010), Héraclée du Latmos (Peschlow-Bindokat 2005, Hülden 2000) ou Alinda (Ruggendorfer et Konecny 2014). L’ensemble des recherches menées sur plus d’un siècle ont tenté d’établir les différentes phases de l’évolution de la pratique défensive en Carie. Cependant, en l’absence de fouilles archéologiques, les datations envisagées ont essentiellement reposé sur des observations architecturales et des considérations historiques. Ces problèmes chronologiques ont en partie été surmontés grâce aux fouilles de l’équipe franco-suédoise sur le réseau défensif de Labraunda (Karlsson 2007-2013 et Vergnaud 2013-2015). Elles ont permis d’obtenir des datations fiables à l’aide de la céramique découverte en contexte.

La pratique de la fortification en Carie peut être divisée en trois grandes phases dont la période hécatomnide constitue le pivot. Les premières fortifications cariennes pourraient avoir été érigées autour des VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.. C’est ce que suggère l’étude réalisée par W. Radt sur la péninsule d’Halicarnasse (Radt 1970). La défense reposait sur des agglomérations fortifiées et des forteresses de repli en retrait par rapport à la mer. Les agglomérations, telles que Pédasa ou Alâzeytin, présentaient une citadelle en position dominante et un habitat fortifié en contrebas (Radt 1970 ; Rumscheid 2009). Les murs de ces sites étaient constitués d’appareils mixtes mais ils présentent une unité à travers l’emploi du plattenmauerwerk, une méthode de construction qui consiste à empiler des plaques de schiste. L’utilisation de ce matériau est moins un trait culturel carien que le résultat de sa disponibilité sur la péninsule. Le grand changement dans la pratique défensive de la région est à mettre au compte de Mausole (vers 370 av. J.-C.) qui a lancé un programme de fortification axé autour des lieux de pouvoir : les cités (e.g. Alinda, Halicarnasse), les abords des sanctuaires (e.g. Amyzon, Labraunda) et le long de certaines voies de communication importantes. Au IVe siècle av. J.-C., les Hécatomnides créent un maillage étroit qui sert principalement à asseoir leur autorité sur la région (Pimouguet-Pédarros 2000). Ces nouvelles constructions se caractérisent essentiellement par l’utilisation systématique de l’appareil pseudo-isodome à carreaux et boutisses et la présence du système de double boutisses et d’une plumée verticale aux angles de chaque tour (Perdersen 2010, Pedersen et Ruppe 2016). Il s’agit là de l’apparition d’une architecture défensive standardisée qui participe à l’affirmation de l’identité de la dynastie sur le pays carien au même titre que les bâtiments civils et religieux. La troisième phase de la pratique défensive carienne s’inscrit dans la continuité de la précédente et reflète les luttes de pouvoir particulièrement intenses qui ont eu lieu dans la région après la mort d’Alexandre le Grand (Mc Nicoll 1997). Sur le terrain, ces évolutions sont plutôt techniques et se caractérisent notamment par l’apparition de tours d’artillerie de forme ronde, pentagonale ou hexagonale (Pimouguet-Pédarros 2000). La Carie s’inscrit dans la droite ligne des évolutions de la poliorcétique du reste du monde hellénistique, plus encore, la région peut-être vue comme un laboratoire d’expérimentation à en juger par la variété des tours que l’on rencontre sur les périmètres fortifiés. La cité d’Eurômos illustre d’ailleurs parfaitement les évolutions de l’architecture militaire carienne à l’époque hellénistique.

Les chercheurs français appuyés par l’IFÉA ont longtemps sillonné la Carie. Si la recherche était principalement motivée par la quête d’inscriptions, de nombreux sites et leurs murailles sont sortis de l’oubli grâce aux recherches menées par des archéologues et des historiens parmi lesquels Alfred Laumonier (1936), Louis Robert (1935) et Pierre Debord (Debord 2001, Debord et Varınlıoğlu 2010). Le présentoir de l’IFÉA pour ce mois de février permettra de découvrir cette tradition de la recherche française en Carie sans occulter l’apport considérable des chercheurs du nord de l’Europe, britanniques, allemands et danois.

Sélection bibliographique

  • ADAM, J.-P. 1982, L’architecture militaire grecque, Paris. Ac Ar 043/
  • GARLAN, Y., 1974, Recherches de poliorcétique grecque, Paris.   COLL VII 223/
  • LERICHE, P. & H. TRÉZINY, (eds), 1986, La fortification dans l’histoire du monde grec (Actes du Colloque international du CNRS: « La fortification et sa place dans l’histoire politique, culturelle et sociale du monde grec, Valbonne, 1982), Paris.  Ac Ar 048/
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023/
  • CARSTENS, A.M. 2009, Karia and the Hekatomnids: The creation of a dynasty, BAR S1943, Oxford. COLL XIV 1943/
  • DEBORD, P & E. VARINLIOĞLU, 2010, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l’Antiquité, PUR, Rennes. HAM 04/
  • DEBORD, P. et R. DESCAT (éd.), 1994, Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale (Actes de la table ronde CNRS d’Istanbul, 1993), Bordeaux.  P 058/
  • DESCAT, R., 1994, « Les forteresses de Théra et Kallipolis de Carie », REA 96, 205-214. P 058/
  • HORNBLOWER, S. 1982, Mausolus, Oxford. Ac Gén 176/
  • KARLSSON, L., 2011, « The forts and fortifications of Labraunda », in: Karlsson, K. & S. Carlsson (eds), Labraunda and Karia, (Boreas 32), 217-252. HAM 67/
  • KRISCHEN, F., 1922, Die Befestigungen von Herakleia am Latmos, Milet III.2, Berlin. Ac Si Mil 05 B 3-2/
  • MC NICOLL, A.W., 1997, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford. Ac Ar 091/
  • PESCHLOW-BINDOKAT, 2005, Feldforschungen im Latmos: die Karische Stadt Latmos. (Milet, III.6), Berlin. GU 199/
  • PIMOUGUET-PÉDARROS, I., 2000, Archéologie de la défense: Histoire des fortifications antiques de Carie aux époques classique et hellénistique, Presses Universitaires de Franche Comté.  Ac Gén 154/
  • RADT, W., 1970, Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaische Epoche, Tübingen. COLL X A 03/
  • RUMSCHEID, F. (éd.), 2009, Die Karer und die anderen (Actes du Colloque International de Berlin, 13-15 October 2005), Bonn. Ac Gén 211/
  • VERGNAUD, B., 2014(a), « Quelques observations sur la forteresse de Labraunda », in : Karlsson, K., Carlsson, S. & J. Blid Kullberg (eds), LABRYS. Studies presented to Pontus Hellström, (BOREAS 35), 107-122. Mél 132/
  • von GERKAN, A., 1935, Die Stadtmauern, Milet II. 3, Berlin. Ac Si Mil 05 B 2-3/
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023

Généralités

  • ADAM, J.-P. 1982. L’architecture militaire grecque, Paris. Ac Ar 043/
  • FREDERIKSEN, R., MÜTH, S., SCHNEIDER, P. & M. SCHNELLE (éd.), Focus on Fortifikation. New Research on Fortifications in The Ancient Mediterranean and The Near East. Acropolis Museum in Athens, 6-9 December 2012. (Fokus Fortifikation Studies. vol. 2), Oxbow Books, Oxford.
  • GARLAN, Y., 1974, Recherches de poliorcétique grecque, Paris.   COLL VII 223/
  • HELLMANN, M.-Ch., 2010, L’architecture grecque. 3. Habitats et Fortifications. Picard, Paris.
  • KARLSSON, L., 1992, Fortification Towers and Masonry Techniques in the Hegemony of Syracuse 405-211 B.C., Stockholm.
  • LANG, F., 1996, Archaische Siedlungen in Griechenland. Struktur und Entwicklung, Berlin.
  • LAWRENCE, A.W., 1979, Greek Aims in Fortifications, Oxford.
  • LERICHE, P. & H. TRÉZINY, (eds), 1986, La fortification dans l’histoire du monde grec (Actes du Colloque international du CNRS: « La fortification et sa place dans l’histoire politique, culturelle et sociale du monde grec, Valbonne, 1982), Paris.  Ac Ar 048/
  • MAIER, F.G., 1959-1961, Griechische Mauerbauinschriften, Heidelberg. Ep 031/
  • MARDSEN, A.W., 1969, Greek and Roman Artillery, from. 399 B.C. to the 4th Cent A.D., Historical Development, Oxford.
  • OBER, J., 1992, « Towards a Typology of Greek and Roman Artillery Towers: the First and Second Generations (ca. 375-275 B.C.) », in : Van De Maele, S. & J. M. Fossey (eds), Fortificationes Antiquae, 147-169.
  • SOKOLICEK, A., 2009, Diateichismata. Zu dem Phänomen innerer Befestigungsmauern im griechischen Städtebau, Vienne.
  • van de MAELE, S. et J.M FOSSEY (éd.), 1992, Fortificationes Antiquae (Actes du colloque tenu à Ottawa en octobre 1988), Amsterdam.
  • WINTER, F.E., 1971, Greek Fortifications, Toronto. Ac Ar 023/
  • WOKALEK, A., 1973, Griechische Stadtbefestigungen. Studien zur Geschichte der frühgriechischen Befestigungsanlagen, Bonn.

Sur les fortifications de Carie

  • BEAN, G.E., 1971, Turkey beyond the Meander, London.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK, 1952, « The Cnidia », ABSA 47, 171-213.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK., 1955, « The Halicarnassus Peninsula », ABSA 50, 86-170.
  • BEAN, G.E. et J.M. COOK, 1957, « The Carian Coast III », ABSA 52, 58-146.
  • BENOIT, J. et R. PIEROBON-BENOIT, 1993, « Il terittorio a Nord di Iasos », ANSP 23, 902-919.
  • BENTER, M., 2009, « Hydas, eine befestigte Höhensiedlung auf der Bozburun-Halbinsel », in: Rumscheid, F. (éd.), Die Karer und die anderen, 481-501. Ac Gén 211/
  • BRUN, P., 1994, « Les fortifications d’Hyllarima, Philon de Byzance et Pleistarchos », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA 96, 193-204. P 058/
  • CARSTENS, A.M. 2009, Karia and the Hekatomnids: The creation of a dynasty, BAR S1943, Oxford. COLL XIV 1943/
  • CARSTENS, A.M. et P. FLENSTED-JENSEN, 2004, « Halikarnassos and the Lelegians », in: Isager, S. et P. Pedersen (éd.), The Salmakis Inscription and Hellenistic Halikarnassos, 109-123.
  • COBET, J., 1997, « Milet 1914-1985. Die Mauern sind die Stadt. Zur Stadtbefestigung des antikes Milet », AA, 249-284.
  • DEBORD, P & E. VARINLIOĞLU, 2010, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l’Antiquité, PUR, Rennes. HAM 04/
  • DEBORD, P. (dir.), 2001 (a), Les hautes terres de Carie, Bordeaux.
  • DEBORD, P. et R. DESCAT (éd.), 1994, Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale (Actes de la table ronde CNRS d’Istanbul, 1993), Bordeaux.  P 058/
  • DESCAT, R., 1994, « Les forteresses de Théra et Kallipolis de Carie », REA 96, 205-214. P 058/
  • HELD, W. et alii.,  1999, « Loryma Vorbericht über die Kampagnen 1995 und 1998 », Ist. Mitt. 49, 159-196.
  • HELD, W., 2006, « Loryma », in: Radt, W. (éd.), Stadtgrabungen und Stadtforschung im westlichen Kleinasien: Geplantes und Erreichtes, 187-198.
  • HORNBLOWER, S. 1982, Mausolus, Oxford. Ac Gén 176/
  • HÜLDEN, O., 2000, « Pleistarchos und die Befestigungsanlagen von Herakleia am Latmos », Klio 82, 382-408.
  • KARLSSON, L. 2013, « The Hekatomnid Pottery from the Recent Excavations and the Date of the Forts of Labraunda », in : Brun, P.  et al. (éd.), Euploia. La Lycie et la Carie antiques, 213-224.
  • KARLSSON, L., 2011, « The forts and fortifications of Labraunda », in : Karlsson, K. & S. Carlsson (eds), Labraunda and Karia, (Boreas 32), 217-252. HAM 67/
  • KARLSSON, L., 1994, « Thoughts about fortifications in Caria from Maussollos to Demetrios Poliorketes », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, REA 96, 141-153.
  • KARLSSON, L. et al. 2012. « Labraunda 2011, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 5, 49–87.
  • KARLSSON, L. et al. 2011. « Labraunda 2010, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 4, 21–67.
  • KARLSSON, L. et al. 2010. « Labraunda 2009, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 3, 61–104.
  • KARLSSON, L. et al., 2009, « Labraunda 2008, a preliminary report on the Swedish excavations », Opuscula. Journal of the Swedish Institutes at Athens and Rome 2, 57-87.
  • KARLSSON, L. et al., 2008, « Labraunda 2008, a preliminary report on the Swedish excavations », Istanbuler Mitteilungen 58, 109-133.
  • KRISCHEN, F., 1922, Die Befestigungen von Herakleia am Latmos, Milet III.2, Berlin. Ac Si Mil 05 B 3-2/
  • MC NICOLL, A.W., 1997, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford. Ac Ar 091/
  • PATON, W.R. & J.L. MYRES, 1896, « Karian sites and inscriptions », JHS 16, 188-271.
  • PEDERSEN, P., 2010, « The city wall of Halikarnassos », in: Van Bremen, R. & J.M. Carbon (eds), Hellenistic Karia, 269-316.
  • PEDERSEN, P. & U. RUPPE, 2016, « The Fortifications at Halikarnassos and Priene – some regional characteristics? », in : Frederiksen et al. (éd.) Focus on Fortifications. : New Research on Fortifications in the Ancient Mediterranean and the Near East, Oxford, 560-580.
  • PESCHLOW-BINDOKAT, 2005, Feldforschungen im Latmos: die Karische Stadt Latmos. Milet, III.6, Berlin. GU 199/
  • PESCHLOW-BINDOKAT, A., 1989, « Lelegische Siedlungsspuren am Bafa See », Anadolu 22, 1981-1983, 79-83.
  • PESCHLOW-BINDOKAT, A. & U. PESCHLOW, 1996, Der Latmos. Eine unbekannte Gebirgslandschaft an der türkischen Westküste, Mainz.
  • PIMOUGUET, I., 1994 (b), « Les fortifications de la Pérée rhodienne », REA 96, 243-271.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 1995, « Défense et territoire, l’exemple milésien », DHA, 21-1, 89-109.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 2010, « Les fortifications de la cité d’Alinda en Carie », in : Aufrère, S.H. & M. Mazoyer (eds), Remparts et fortifications – Du temple d’Edfou au mur de Berlin, 91-110.
  • PIMOUGUET- PÉDARROS, I., 2013, « Existe-t-il un style de construction hécatomnide ? Recherche à travers l’étude des fortifications du sud-ouest de l’Asie Mineure », in : Brun, P.  et al. (eds), Euploia. La Lycie et la Carie antiques, 153-174.
  • PIMOUGUET-PÉDARROS, I., 2000, Archéologie de la défense: Histoire des fortifications antiques de Carie aux époques classique et hellénistique, Presses Universitaires de Franche Comté.  Ac Gén 154/
  • RADT, W., 1970, Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos unter besonderer Berücksichtigung der archaische Epoche, Tübingen. COLL X A 03/
  • RADT, W., 1978, « Die Leleger auf der Halbinsel von Halikarnassos », in: Akurgal, E. (éd.), The proceedings of the Tenth International Congress of Classical Archaeology, I-III, 330-347.
  • ROBERT, L.,  1935, « Rapport sommaire sur un premier voyage en Carie », AJA 39, 331-340.
  • ROBERT, J. & L., Fouilles d’Amyzon en Carie I, Exploration, histoire, monnaies et inscriptions, Paris. Ac Si Ili 02-01/
  • RUMSCHEID, F., 2009, « Die Leleger: Karer oder Andere? », in: Rumscheid, F. (éd.), Die Karer und die anderen, 163-193. Ac Gén 211/
  • RUMSCHEID, F., 1999, « Mylasas Verteidigung: Burgen statt Stadtmauer ? », in: Schwandner, E.-L. & K. Rheidt (eds), Stadt und Umland, Neue Ergebnisse der archäologischen Bau- und Siedlungsforschung, (DiskAB 7), 206-222.
  • VARINLIOĞLU, E., 1994, « La fortification hellénistique de Stratonicée, archéologie et épigraphie », in : Debord, P. & R. Descat (eds), Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale. Table ronde CNRS, Istanbul 20-27 mai 1993, REA 96, 189-191.
  • VERGNAUD, B., 2016(a), « La forteresse de l’acropole de Labraunda. Rapport préliminaire sur la 4e campagne de fouille (2016) », in Henry, O. et al, Labraunda 2015, Anatolia Antiqua XXIV, 397-412.
  • VERGNAUD, B., 2016(b), « La muraille d’Eurômos 2014-2015 », in Kızıl, A. et al., Euromos : Rapport préliminaire sur les travaux réalisés en 2015, Anatolia Antiqua XXIV, 325-333.
  • VERGNAUD, B., 2015, « La forteresse de l’acropole de Labraunda. Rapport préliminaire sur la 3e campagne de fouille (2014) », in Henry, O. et al, Labraunda 2014, Anatolia Antiqua XXIII, 316-330.
  • VERGNAUD, B., 2014(a), « Quelques observations sur la forteresse de Labraunda », in : Karlsson, K., Carlsson, S. & J. Blid Kullberg (eds), LABRYS. Studies presented to Pontus Hellström, (BOREAS 35), 107-122. Mél 132/
  • VERGNAUD, B., 2014(b), “L’acropole du site”, in : Henry et al., « La mission Labraunda 2013 – rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 22, 280-292.
  • VERGNAUD, B., 2014(c) “Labraunda Lower Acropolis Excavations 2012-2013: Preliminary Notes”, in : Karlsson, L., Blid-Kullberg, J., Vergnaud, B. & A. Freccero, « A preliminary report on the work at the sanctuary with a new reconstruction drawing of the sanctuary by Jesper Blid Kullberg and an appendix by Fredrik Tobin », Opuscula 7, 16-22.
  • VERGNAUD, B., 2013, “L’acropole du site”, in : Henry et al., « Labraunda 2012, rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 21, 285-298.
  • von GERKAN, A., 1935, Die Stadtmauern, Milet II. 3, Berlin. Ac Si Mil 05 B 2-3/

L’apparition du palais en Anatolie

10-imagenOctobre 2016
Türkçe çeviri

Symbole par excellence du pouvoir, sans cesse réactualisé, le palais désigne la demeure vaste et luxueuse d’un personnage important, en particulier la résidence d’un souverain. Une visite à l’IFEA, où l’on passe devant le Palais de France le rappelle, mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres à Istanbul (Büyük Saray, Tekfur Sarayı, Topkapı Sarayı, Dolmabahçe Sarayı, Beylerbeyi Sarayı, Yıldız Sarayı, etc.). Le palais associe l’ostentation du luxe architectural avec un aspect fonctionnel, car il sert de lieu de résidence et de centre administratif au pouvoir. Le palais désigne aussi, à partir du 15e siècle ap. J.-C., l’édifice où siègent les différents tribunaux d’une ville (palais de justice). Ces usages sont tout à fait similaires en français et en turc et de nombreux parallèles existent (Palais de l’Élysée / Cumhurbaşkanlığı Sarayı, palais de justice / adalet sarayı). Par ailleurs, l’usage commercial du mot se rencontre fréquemment à Istanbul où Simit Sarayı, Kahve Sarayı, ou Saray Muhallebicisi côtoient des hôtels luxueux appelés également saray sous l’influence de l’anglais palace.

La bibliothèque de l’IFEA possède un fonds intéressant pour remonter à l’apparition du palais, que l’on peut situer à l’âge du Bronze (3000-1200 av. J.-C.). Cette période qui voit la naissance de nombreuses civilisations que l’on appelle parfois « civilisations palatiales » où le monde économique et sociale dépend de la cour. En Mésopotamie, le palais a couramment été désigné par les sumerogrammes « E2-KAL » dans les textes dès le IIIe millénaire av. J.-C., un usage que l’on retrouve en Anatolie au IIe millénaire av. J.-C. lors de la période des Comptoirs de Cappadoce (Garelli 1963) et du Royaume Hittite (Bittel 1976). Précisons pour les enthousiastes d’étymologie que le sumérien « E2-KAL » est devenu en akkadien ēkallum et a été transmis en turc sous la forme de heykel à travers l’arabe هيكل (haykal). À l’origine, le mot qualifie une résidence et par métonymie, il sert à désigner l’ensemble des personnes qui y habitent. Le palais au Proche-Orient ancien n’est donc pas uniquement la résidence de la famille royale mais il sert également de siège au gouvernement. Les palais royaux de la ville de Mari (Syrie, Deir ez-Zor)1 font partie des témoignages les mieux documentés, et de très nombreuses publications sont disponibles à la bibliothèque sur les fouilles et les archives de Mari, tout comme à travers le portail www.Persee.fr (voir les indications bibliographiques ci-dessous). Au IIe millénaire, le palais royal de Mari mesure 200 m par 120 m et abrite 300 pièces au rez-de-chaussée. Ces dernières sont organisées selon une circulation complexe qui différencie les salles dédiées à l’administration du palais et du royaume, les zones de stockage de denrées, les appartements du roi, le harem et les lieux sacrés. En outre, de nombreux indices permettent d’identifier que ce bâtiment disposait d’un étage à présent détruit, doublant la surface et le nombre de pièces disponibles. Tant la documentation épigraphique abondante (quelque 20 000 tablettes d’argiles) que les vestiges très bien conservés (peintures, statues et nombreux objets) renseignent sur l’ostentation du bâtiment et son fonctionnement. C’est un excellent exemple qui montre comment à son origine, le palais sert à la matérialisation du pouvoir du roi et donc de soutien à la propagande et à l’idéologie royale.

L’Anatolie n’est cependant pas en reste d’exemples de palais très bien documentés. Les fouilles d’Arslantepe (à côté de Malatya) révèlent chaque année de nouveaux détails sur l’un des cas les plus passionnants, puisqu’il date de la 2e moitié du IVe millénaire (3500-3000 av. J.-C.), une période charnière qui voit l’apparition des premiers états territoriaux. Les fouilles à Arslantepe ont révélé une partie d’un bâtiment monumental, appelé « complexe palatial », construit en briques crues et dont certains murs mesurent 2 m d’épaisseur. Ce complexe regroupe tout aussi bien des temples que des zones dédiées à l’administration, des cours et des pièces de stockage. Par ailleurs, certaines productions céramiques sont, pour la première fois, produites en masse et deviennent standardisées pour faciliter la gestion des denrées. Il est difficile de parler de palais, puisque aucune pièce pour la résidence n’est connue (mais seule une partie du bâtiment a été fouillée) et les détails de l’organisation politique à cette époque sont inconnus. Néanmoins, les vestiges de nombreux scellés (masse d’argile couverte de sceaux officiels, de manière à ce qu’on ne puisse pas procéder à une ouverture sans briser les cachets), donnent une idée de l’organisation et du contrôle exercés par l’élite pour la gestion du bâtiment et du territoire qu’elle administrait. Ces scellés et l’aspect monumental de l’architecture du « complexe palatial » témoignent de l’autorité et de la position sociale de l’élite dirigeante qui se démarque de plus en plus du commun des mortels.

En revanche, avec l’apparition de l’écriture en Anatolie au début du IIe millénaire, le palais va devenir une constante dans les villes. Les premiers noms de rois (appelés « princes ») apparaissent dans les documents du Bronze Moyen (2000-1700) de Kaniš (moderne Kültepe, à côté de Kayseri). Là, dans les décombres du palais fut découverte en 1955 une lettre adressée à Waršama, prince de Kaniš. Ce palais dit « palais de Waršama », regroupe une soixantaine de pièces, construites de murs en briques d’argile crue reposant sur des fondations en pierres. On connaît également un palais antérieur et les travaux menés actuellement par F. Kulakoğlu sont en train de mettre au jour un complexe monumental du IIIe millénaire, qui pourrait bien être un palais. Le « palais de Waršama » est la résidence du couple princier, mais il abritait aussi un certain nombre de hauts dignitaires en plus de la famille royale et de la domesticité. C’est aussi le siège de l’administration anatolienne chargée de la gestion du territoire (on parle le plus souvent alors de cité-état). En outre, le palais est directement impliqué dans l’activité commerciale. Les caravanes sont redevables de plusieurs taxes, et les autorités usent de leurs prérogatives en matière de droits de préemption. Le « palais de Waršama » est l’exemple le mieux connu, mais toutes les villes devaient posséder un tel bâtiment qui regroupait toutes les fonctions qu’exerçait le souverain. C’est seulement avec l’apparition du royaume hittite au Bronze récent que l’on peut affirmer que le roi endosse aussi le rôle de « vicaire des dieux », même s’il est fort probable que cela était déjà le cas auparavant. Le palais royal de la capitale Hattuša (Boğazkale, Çorum) est l’un des premiers exemples où le palais correspond à un ensemble de plusieurs bâtiments distincts, réunis par des cours et des portiques, l’ensemble étant clairement séparé du reste de l’habitat par un mur de fortification; un schéma qui ressemble à celui de Topkapı.

À la suite de l’Âge du Bronze, le palais ne tiendra plus la place centrale qu’il avait dans les civilisations de l’âge du Bronze, où il était le centre de la vie économique et sociale, même si, en tant que résidence royale, le palais ne disparaîtra jamais. Néanmoins, si le luxe et le raffinement des palais impressionnent encore aujourd’hui et sont des témoins de l’ingéniosité d’une civilisation, il ne faut pas omettre que le palais est avant tout le résultat d’une idéologie destinée à « justifier » des inégalités exacerbées.

Bibliographie

Généralités

  • Aurenche Olivier (Ed.) 1977 Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche-Orient ancien
    COLL XLI b 003/
  • Bittel Kurt 1976 Les Hittites
    BA 04-04
  • Forest Jean-Daniel 1996 Mésopotamie, l’apparition de l’Etat VIIe-IIIe Millénaires
    Or Gén 081
  • Garelli Paul 1963 Les Assyriens en Cappadoce
    COLL I B 19

Palais royal de Mari

  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Architecture
    COLL II 068
  • Parrot André 1958
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Peintures murales
    COLL II 069
  • Parrot André 1959
    Mission archéologique de Mari : Volume II : Le palais : Documents et monuments
    COLL II 070
  • Parrot André 1974
    Mari capitale fabuleuse
    HA Syr Si 02 I
  • Rouault Olivier 1977
    Mukannisum : L’administration et l’économie palatiales à Mari
  • HA Ass Gén 01 XVIII
    MARI Annales de Recherches Interdisciplinaires
    COLL XIII A 08 Volume 1 à 7

Complexe “palatial” d’Arslantepe

  • Frangipane Marcella 2001
    «Arslantepe-Malatya: A Prehistoric and Early Historic Center in Eastern Anatolia», dans Gregory McMahon and Sharon Steadman (éd), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia: (10,000-323 BCE) https://dx.doi.org/10.1093/oxfordhb/9780195376142.013.0045
  • Frangipane Marcella 1997, A 4th Millennium Temple/Palace Complex at Arslantepe-Malatya. North-South Relations and the Formation of Early State Societies in the Northern Regions of Greater Mesopotamiai, Paléorient 23.1: 45–73
  • Frangipane Marcella (éd.) 2010. Economic Centralisation in Formative States. The Archaeological Reconstruction of the Economic System in 4th Millennium Arslantepe

Palais de Kaniš

  • Cecile Michel 2001 Correspondance des marchands de Kanish au début du IIe millénaire avant J.-C.
  • Özgüç Tahsin 1986 Kaniş II Eski yakındoğu’nun ticaret merkezinde yeni araştırmalar / New Researches at the Trading Center of the Ancient Near East
    HA Ana Si 074
  • Özgüç Tahsin 2003 Kültepe Kanış/Neşa : The earliest international trade center and the oldest capital city
    HA Ana Si 177

Palais de Hattuša et de Tapigga

  • Alp Sedat 1993 Beitrage zur Erforschung des hethitischen Tempels, Kultanlagen im Lichte der Keilschriffexte
    HA Ana Gén 200/
  • Alp Sedat 1991 Hethitische Briefe aus Maşat-Höyük
    HA Ana Si 163
  • Bittel Kurt 1970 Hattusha The Capital of the Hittites
    HA Ana Si 064
  • Neve Peter 1982 Büyükkale die Bauwerke : Grabungen 1954-1966
    HA Ana Si 030
  • Neve Peter 1992 Hattusa-Stadt der Götter und Tempel : Neue Ausgrabungen in der Haupstadt der Hethiter
    HA Ana Si 070

  1. Sur la situation actuelle, on peut consulter le rapport publié en août 2016 Assessing the Status of Syria’s Tentative World Heritage Sites Using High-Resolution Satellite Imagery par l’American Association for the Advancement of Science https://www.aaas.org/page/ancient-history-modern-destruction-assessing-status-syria-s-tentative-world-heritage-sites-7 []

Le chant du cygne caucasien : 22 ans d’études caucasiennes à l’IFEA

En s’ouvrant dès la fin des années 1980 à l’étude du contemporain, avec la création notamment de l’Observatoire urbain d’Istanbul (OUI), qui demeure jusqu’à présent l’un des moteurs de l’Institut, l’IFEA ne pouvait ignorer les espaces situés au-delà des frontières politiques de la Turquie. D’autant que la dislocation de l’URSS allait bientôt permettre à la Turquie de (re)nouer des relations tant avec l’espace post-ottoman d’Europe centrale et orientale et des Balkans, qu’avec les ex-républiques soviétiques du Caucase et d’Asie centrale, en particulier les États turcophones. Bien entendu, ces relations doivent être jaugées à l’aune de particularités héritées de l’histoire, de la géographie, de l’économie, aussi bien que du culturel et du politique. À cet égard, les documents conservés à l’IFEA sur des supports variés (papier, numérique, site Internet) permettent de retracer près de 25 ans de recherche sur l’espace mer Noire-Caucase-Asie centrale. Ils témoignent à leur façon de l’importance accordée, au sein de notre institut, à l’environnement régional de la Turquie, mais aussi aux dynamiques propres à des espaces, des pays et des sociétés trop souvent observées « de loin », selon des grilles de lecture immuables (hydrocarbures, « Great game », conflits). Ils reflètent aussi la diversité des chercheurs liés à l’IFEA, qu’ils soient en poste à Istanbul ou à Bakou, ou qu’ils lui soient associés par différents biais. On observe ainsi de nombreuses coopérations avec d’autres IFRE (Instituts français de recherche à l’étranger) de la région (Centre français de Moscou, Institut français d’études sur l’Asie centrale de Tachkent puis Bichkek), mais également avec des institutions basées en Asie centrale, dans le Caucase et, bien sûr, en Turquie. À l’heure où le décloisonnement géographique et la transversalité disciplinaire apparaissent cruciaux pour appréhender dans toute sa complexité cet espace charnière et en perpétuelle recomposition, de nombreuses passerelles auront été créées entre mondes turc, post-soviétique, post-ottoman et iranien, consacrant la centralité stambouliote.

Cette note a donc pour objet d’esquisser un bilan des travaux menés à l’IFEA sur le Caucase. En l’occurrence, on s’est appuyé aussi bien sur des écrits produits par les chercheurs de l’IFEA (dossiers, revues de presse, programmes des événements scientifiques organisés) que sur des archives internes (notes, rapports d’activités, etc) et sur le site internet de l’institut. On peut évoquer également un fonds de cartes (en langue russe) qui s’est considérablement enrichi ces toutes dernières années, ainsi que la bibliothèque de l’IFEA et ses désormais nombreux ouvrages sur le Caucase.

Les études caucasiennes gagnent en visibilité au sein de l’IFEA en 1994 avec la création de l’Observatoire de l’Asie centrale d’Istanbul (AOC), fondé par Thierry Zarcone qui en assurait la coordination avec Jean-Louis Bacqué-Gramont, alors directeur de l’IFEA. À l’époque, cet observatoire était articulé autour de deux axes: un axe « voyageurs en Asie centrale » coordonné par François Georgeon et un axe « Caucase » animé par Alexandre Toumarkine. Par la suite, ce second programme s’est autonomisé et, en 2003, délocalisé à Bakou où l’IFEA possédait jusqu’en août 2016 une antenne installée au sein de l’Ambassade de France en Azerbaïdjan, l’« Observatoire du Caucase » (ODC), intégré au Pôle d’études contemporaines. Dirigé les premières années par Bayram Balcı (2003-2007), l’ODC est né de la volonté de rapprocher physiquement l’IFEA du Caucase.

Le programme « Turquie, Caucase, mer Noire » a légué à l’IFEA un ensemble d’articles de dossiers, de revues de presse et de coupures de journaux (en anglais, français, turc et russe) couvrant la période 1992-2003 sur cinq sujets essentiellement : conflits dans le Caucase (1992-2002) ; relations Turquie-Russie et Turquie Asie centrale (1994-2003) ; question arménienne (essentiellement en turc) ; relations turco-arméniennes ; Azerbaïdjan. L’ensemble de ces documents est librement consultable à l’IFEA et fait échos à certains « dossiers de l’IFEA », ainsi qu’à une partie des événements scientifiques organisés, encore fortement structurés jusqu’au milieu des années 2000 autour des relations entre la Turquie d’une part et l’Asie centrale et le Caucase d’autre part : colloque de 2003 à Tachkent Les nouvelles littératures des peuples turciques ; conférence en 2003 Communautés originaires du Caucase et d’Asie centrale en Turquie entre attachement à la République et redécouverte identitaire ; Les Géorgiens musulmans et l’Empire ottoman de la fin du XIX° au début du XX° siècle en 2008 à Tbilissi ;  dossier de l’IFEA La Turquie en Asie centrale. La conversion au réalisme (1991-2000) de Bertrand Buchwalter en 2001.

Si on observe une certaine continuité d’une thématique à l’autre, au fil du temps le Caucase semble s’émanciper et, en quelque sorte, se suffire à lui-même: table-ronde Le Caucase entre la Turquie et l’Iran organisée en 2003 à Istanbul et conférence Looking back and ahead : An insight into the Iranian influence in the Caucasus en 2014 à Tbilissi, par exemple. On citera aussi les dossiers Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : les contacts transfrontaliers entre la Turquie et l’Arménie (Burcu Gültekin) et Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ? (Burcu Gültekin et Bertrand Buchwalter), publiés respectivement en octobre et novembre 2002, qui sont à mettre en perspective avec le dossier rédigé en 2016 par Adrian Foucher et Elshan Mustafayev Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne. Témoignages de terrain.

À partir de 2008 notamment, la plupart des événements scientifiques sont organisés dans le Caucase (à Bakou et Tbilissi) ou en dehors de la région mais sur des thématiques directement en prise avec les terrains caucasiens. Sans prétendre à l’exhaustivité, on pourra citer le panel Soviet Power, Society and Nationalism in South Caucasus organisé par l’ODC en mai 2008 à l’occasion de la convention annuelle de l’Association for the study of Nationalities (ASN-New York)1 ;  le colloque La politique de l’Union Européenne vis-à-vis de la Russie après la guerre en Géorgie (Tbilissi, 2009) ; la table-ronde Democracy and governance in the Caucasus: the legacy of constitutionalist movements (Tbilissi, 2013) ; les « Journées Caucase » au Centre français de Jérusalem avec Yoann Morvan, chercheur à l’IDEMEC et Adeline Braux, responsable de l’ODC (2014-2016)  en novembre 2014 ; conférence Islam and Azerbaijan in an Era of Globalization en partenariat avec l’université Khazar (Bakou, mai 2014) ; Migrations de retour en Azerbaïdjan : processus d’adaptation des enfants d’immigrés azerbaïdjanais de Russie à l’Institut français d’Azerbaïdjan en décembre 2015.

Les études contemporaines ont certes occupé une place de choix au sein de l’ODC, néanmoins un travail de valorisation des fouilles archéologiques menées au Caucase du Sud a été entrepris depuis 2014. La mise en ligne sur le site de l’IFEA d’une carte agrémentée de photos et d’informations a ainsi permis de donner davantage de visibilité aux différents chantiers (treize depuis 1997) répartis entre l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie.

De fait, l’Observatoire du Caucase a surtout été celui du Caucase du Sud même si le Caucase du Nord n’a pas été pour autant négligé : conférences d’Aude Merlin à Bakou en 2011 (Ordres et désordres au Caucase) et d’Aurélie Campana à Istanbul en 2012 (Violences et reconfigurations politiques au Caucase du Nord), workshop From kolkhoz to Jamaat à Istanbul en 2010, travaux de Gilles Authier (responsable de l’ODC, 2012-2013) sur les langues du Caucase oriental. Il est vrai que l’implantation géographique de l’ODC à Bakou a permis de développer au plus près du terrain la recherche sur l’Azerbaïdjan, pays auquel très peu de travaux sont consacrés. Outre les publications en ligne sur le site de l’IFEA (dipnot) et les contributions réalisées par les responsables successifs de l’antenne, un présentoir Autour de la relation Turquie-Azerbaïdjan : considération bibliographique a été réalisé par Elshan Mustafayev (doctorant à l’IEP de Lyon) en octobre 2014. Par ailleurs, des conférences ont eu lieu très régulièrement à l’Institut français d’Azerbaïdjan et avec des universités locales, en particulier Identities on the Move: The Caucasus Between the Local, the Regional, and the Global. With a focus on Azerbaijan en mai 2015 à l’université Qafqaz. Néanmoins, Tbilissi a accueilli un nombre non-négligeable d’événements scientifiques, notamment lorsque Thorniké Gordadzé supervisait les activités de l’antenne de l’IFEA à Bakou (2006-2010). En outre, les responsables de l’ODC se sont tous rendus en Arménie à plusieurs reprises durant leur mandat afin d’y nouer des partenariats avec des institutions locales, d’y conduire des recherches personnelles ou à l’occasion de conférences (sur les de facto states, Sevan-septembre 2014). Ajoutons qu’un stagiaire de l’université Paris I a été accueilli par l’ODC à Erevan en partenariat avec l’ambassade de France et l’Université français en Arménie (UFA).

Enfin, en 2014-2015, l’Observatoire a accueilli quatre stagiaires (trois à Bakou, un à Erevan) : alors que Valentin-Mahou Hékinian effectuait une recherche sur le risque sismique en Arménie à Erevan, Blaise Lefebvre (IEP de Grenoble) se trouvait en Azerbaïdjan pour rédiger un mémoire sur les Jeux européens de Bakou, au premier trimestre 2015. Adrian Foucher (mai-juillet 2014) a quant à lui été associé à Elshan Mustafayev en 2015 pour la rédaction d’un dossier de l’IFEA consacré aux relations informelles entre la Turquie et l’Arménie, tandis que Romain Lefebvre, de l’École d’architecture de Grenoble, a conduit une fructueuse recherche sur l’héritage architectural soviétique de Bakou. Solidement ancrés dans une discipline (géographie, science politique, géopolitique, architecture), ces jeunes chercheurs dotés d’une forte appétence pour le travail de terrain ont produit articles, notes et mémoires accessibles en ligne sur le site de l’IFEA et ainsi pleinement contribué à l’enrichissement des études caucasiennes au sein de notre institut et au-delà.

  1. L’IFEA y était de nouveau représenté en mai 2015 avec un panel intitulé Nagorno-Karabakh After Donbass? Exploring Ways for a Revived Turkey-Armenia-Azerbaijan Dialogue. []

État de l’archéologie en Turquie pour l’année 2015

Poteries datant du Chalcolithique Ancien, vers 6000 av. J.-C. Site de Tepecik-Çiftlik (Cappadoce), fouilles Université d'Istanbul, collaboration Mission Melendiz du MAE-DI
Poteries datant du Chalcolithique Ancien, vers 6000 av. J.-C.
Site de Tepecik-Çiftlik (Cappadoce), fouilles Université d’Istanbul, collaboration Mission Melendiz du MAE-DI

Annuellement, le Ministère turc de la Culture et du Tourisme publie, sur son site de la Direction Générale des Antiquités et Musées le détail des fouilles et prospections réalisées durant l’année, ainsi qu’un inventaire du patrimoine culturel.

C’est l’occasion, avant le symposium annuel des Fouilles, Prospections et Archéométrie, organisé par le Ministère de la Culture et du Tourisme, (Edirne 23 – 27 mai 2016) et la reprise des activités de terrain pour les fouilles et prospections programmées, de faire le point sur l’activité archéologique en Turquie, l’implication de la France et les enjeux à venir.

Nous en profitons également pour présenter la nouvelle mouture de la directive régissant les activités archéologiques, à télécharger en français ici.

Au début des années 2000, la Turquie a renforcé son arsenal juridique encadrant les activités archéologiques en même temps qu’elle augmentait considérablement les investissements dans les fouilles et les universités.

Cette stratégie visant à investir dans le patrimoine national se reflète de manière spectaculaire dans la politique de la Turquie envers l’UNESCO. Depuis 2000, la Turquie fait partie des 25 donateurs les plus généreux et, après l’arrêt des financements américains en 2012 (22% du budget) suite à la reconnaissance de l’État de Palestine par l’UNESCO, la Turquie a doublé sa dotation à partir de 2013, contribuant ainsi à 2,5% du budget régulier de l’UNESCO (soit quelques 26 millions de dollars sur 653 millions de dollars pour l’année 2014-2015), et accorda en 2013 une contribution supplémentaire volontaire de 5 millions de dollars, en gage de soutien.  La diplomatie turque est mise à contribution dans l’élaboration d’un lobbying feutré grâce au relai efficace de l’Ambassade de Turquie en France, invitant des personnalités politiques et universitaires lors de soirées de présentation animées par des intellectuels et chercheurs turcs francophones et anglophones. Entre 2000 et 2015, pas moins de 63 dossiers de demandes de classement sur la liste du patrimoine mondial matériel ont été déposés, six d’entre eux ont été classés entre 2011 et 2015, ce qui correspond à un succès comparé aux sept autres sites turcs classés entre 1985 et 1998. Au total, la Turquie compte treize sites classés au patrimoine mondial matériel de l’UNESCO dont six ces quatre dernières années, plus deux sites naturels (Parc National de Göreme en Cappadoce et Pamukkale-Hiérapolis).

Les fouilles « programmées »

Par fouilles programmées, entendons les fouilles conventionnelles dirigées par des universitaires, docteurs en archéologie, ayant atteint le grade de maître de conférences ou « doçentlik » requis pour prétendre à la direction d’une fouille. Le permis de fouille est délivré à titre individuel, au nom du directeur des fouilles, mais la responsabilité financière incombe à l’institution qui s’engage à assurer le budget de fonctionnement annuel, permettant de couvrir, au minimum, les frais de logistique, d’aménagements (aires de fouilles et locaux)  et de gardiennage.

Deux catégories d’universitaires susceptibles de diriger une fouille programmée sont distinguées : les nationaux, citoyens turcs rattachés à une institution de recherche turque et les ressortissants étrangers.

Cette distinction est importante à plus d’un titre :

Au plan diplomatique, la relation scientifique dans le domaine de l’archéologie est jugée à l’aune du nombre de permis de fouilles attribué à un pays. La capacité de ses institutions à assurer un financement stable des fouilles qui lui sont accordées, en répondant aux critères de la Direction Générale des Antiquités et Musées (DGAM), est un critère particulièrement important aux yeux du Ministère de la Culture et du Tourisme.

Au plan financier, les fouilles archéologiques disposant d’un permis accordé à un ressortissant turc titularisé dans une université turque bénéficient d’une allocation annuelle du Ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Inversement, le directeur adjoint, obligatoire sur la fouille et obligatoirement de nationalité turque, ne peut bénéficier d’une allocation dudit ministère, même si sa participation aux fouilles est fondée sur une collaboration directe avec son université et qu’il dispose de sa propre équipe de chercheurs et d’étudiants. Il importe donc de comprendre qu’une collaboration avec une université turque n’ouvre pas droit à bénéficier d’un apport financier annuel complémentaire provenant du Ministère turc de la Culture et du Tourisme.

Pour l’année 2015, le Ministère de la Culture et du Tourisme recense 156 fouilles, dont 36 sous directions étrangères, soit 23% (fig. 1) .

figure 1
fig. 1 Fouilles programmées turques et étrangères (ni=156)

Les périodes concernées vont de la paléontologie jusqu’aux périodes byzantines et ottomanes, ces dernières regroupant des opérations de fouilles souvent inscrites dans le cadre de travaux de rénovation d’un bâti. Les fouilles protohistoriques et classiques se partagent 65% des opérations tandis que les fouilles préhistoriques représentent 10 % des travaux de terrain (fig. 2).

figure 2
fig, 2 Fouilles étrangères par pays (ni=36)

La recrudescence des universités sur l’ensemble du territoire turc, initiée depuis plus de dix ans par le pouvoir en place, a sensiblement bouleversé la répartition universitaire qui prévalait jusqu’alors, majoritairement organisée autour de quelques universités historiques comme les universités d’Ankara et d’Istanbul ou encore de l’Égée à Izmir.

Par exemple, si l’Université d’Istanbul reste un acteur majeur de l’archéologie de la préhistoire récente, une partie des effectifs du département de protohistoire s’est redéployée à l’université Şeyh Edebali de Bilecik.  L’Université d’Ankara conserve son expertise sur le paléolithique mais voit son influence sur l’archéologie classique diminuer, au même titre que celle de l’Université de l’Égée, par la multiplication des départements d’archéologie focalisés sur les périodes classiques.  Dans l’ouest égéen, les universités de Muğla (Sıtkı Koçman), Manisa (Celal Bayar), de Denizli (Pamukkale), d’Aydın (Adnan Menderes) ou encore de Çanakkale (Onsekiz Mart) sont devenues, en l’espace de dix ans, des acteurs incontournables de l’archéologie classique en Turquie.

Cette évolution fut initiée à partir des années 2000 par le transfert des permis de fouilles et des responsabilités administratives s’y rapportant, des musées aux universités. Les musées se voient confier la gestion des fouilles de sauvetage mais n’interviennent plus que comme support logistique (dépôt, représentation du Ministère) dans les fouilles programmées.

Bien que censée favoriser une régionalisation de l’archéologie, cette mesure se traduit par une multiplication des acteurs sans pour autant assouplir la réglementation régissant l’ensemble de l’activité archéologique, qui reste l’apanage du Ministère de la Culture et du Tourisme. Dans ce contexte, fouilles et programmes «étrangers » ont bien du mal à se faire une place tant le coût des opérations devient lourd à assumer tandis que le périmètre géographique des actions archéologiques se retrouve restreint par la superposition de frontières administratives et académiques.  Ce point est d’autant plus sensible pour les prospections car leur multiplication et l’étendue des périmètres accordés à des acteurs dans une région administrative donnée, nécessite l’accord des parties académiques déjà sur place afin d’obtenir qu’un nouveau permis de recherche archéologique soit accordé par le Ministère.

Face à ces difficultés, l’IFEA a développé une politique de collaborations formelles (dans le cas de programmes de terrains) et informelles (ateliers de formation pour étudiants) permettant de bénéficier de relais locaux au sein de multiples universités. Ces relais sont mobilisés afin de faciliter les échanges entre les étudiants et chercheurs français avec le monde universitaire turc et de favoriser les partenariats dans le cadre de fouilles. Car, si la Turquie compte encore 36 fouilles « étrangères » sur son sol, la tendance est à l’insertion des nouveaux programmes étrangers à l’intérieur du cadre de programmes pilotés administrativement par des universitaires turcs.

Les fouilles dites « étrangères »

Les statistiques de la Direction Générale des Antiquités et Musées, fondées sur la nationalité du détenteur du permis de fouilles ou de prospection, ne reflètent qu’une part relativement faible de l’apport des chercheurs étrangers à l’archéologie anatolienne.

figure 3
fig. 3 Répartition des fouilles par périodes chronologiques

Parmi les fouilles étrangères, trois nations cumulent 24 fouilles, réparties entre USA, Italie et Allemagne. La France, avec deux fouilles, arrive en cinquième position avec l’Autriche, juste après le Japon qui compte trois fouilles (fig. 3). Au total, onze pays disposent d’au moins une fouille sur le sol turc.

fig. 4
fig. 4 Prospections turques et étrangères (ni=99)

Pour les prospections, sur quatre-vingt-dix-neuf programmes recensés en 2015, treize étaient menés sous directions étrangères (fig. 4), dont un identifié comme français (fig. 5).

fig. 5
fig. 5 Prospections étrangères par pays (ni=13)

Les deux fouilles identifiées comme « françaises » par les autorités turques sont donc les deux dernières missions françaises détentrices du permis de fouilles accordé par le Ministère turc de la Culture et du Tourisme : Labraunda et Porsuk Höyük.  Comme nous l’avons souligné, la participation étrangère à l’archéologie en Turquie n’est analysée qu’en fonction d’un seul critère, celui du permis de fouilles. Pour autant, ce critère ne reflète en rien la participation réelle que représente la multitude de programmes de recherches organisés en équipes ou de manière individuelle, en collaboration avec les fouilles archéologiques dirigées par des universitaires turcs.

Considérons l’investissement français et ses sources diverses : Le MAE-DI reste un acteur central du dispositif archéologique associé aux fouilles et prospections. Pour l’année 2016, la Commission Consultative des Fouilles du MAEDI accorde des allocations à huit missions archéologiques listées ci-dessous :

  1. AtamTURC (Jean-Yves EMPEREUR, Cealex) Nouvelle mission 2016. Collaboration avec l’Université de l’Égée et l’Université d’Ankara
  2. CLAROS (Jean-Charles MORETTI, MOM-USR IRAA). Collaboration avec l’Université de l’Égée
  3. EOLIDE (Stéphane VERGER, ENS-AOROC-DAI-IFEA). Collaboration avec les universités de l’Égée et de Manisa.
  4. EUROMOS (Koray KONUK, Université de Bordeaux-UMR AUSONIUS). Collaboration avec l’Université de Muğla.
  5. LABRAUNDA (Olivier HENRY, PSL*/ENS-AOROC-IFEA)
  6. LYCIE (Isabelle PIMOUGUET-PEDARROS, Université de Nantes-CRHIA). Collaboration avec l’Université Atatürk d’Erzurum.
  7. MELENDİZ (Martin GODON, IFEA-Cépam) Nouvelle mission 2016. Collaboration avec l’Université d’Istanbul
  8. PORSUK Zeyve Höyük (succession C. BARAT, Université de Valenciennes-IFEA).

Six Missions Archéologiques du MAE-DI sont donc réalisées dans le cadre de collaborations à des fouilles archéologiques disposant d’un permis « turc ».

Le programme régional Envi-Med-Mistrals est une autre source de financement accordée par le MAE-DI qui, dans le cadre de l’archéologie en Turquie, vient en appui aux travaux d’analyse historique du patrimoine antique de Diyarbakır (programme AMIDA, dir. Martine ASSÉNAT Université de Montpellier III-CRISES-IFEA), et aux recherches géologiques sur les interactions entre les évolutions climatiques et les sociétés humaines durant l’Holocène (programme ANAGRAM, dir. Catherine KUZUCUOĞLU, CNRS-LPG).

À ces sources, il convient d’ajouter les financements extérieurs au MAE-DI, directement liés à des opérations de terrains (Chaire d’excellence ArchAnat de PSL*, dir. Olivier HENRY-ENS ; ANR NekroPergeol, dir. Stéphane VERGER-ENS ; ANR GéObs, dir. Damas MOURALIS, Université de Rouen) ou venant en soutien à la recherche (bourses AMI, INSHS ; programmes MSH, Erasmus) sans compter les ressources matérielles et humaines mises à la disposition des chercheurs par l’IFEA.

Soulignons donc le décalage entre la vision purement administrative et diplomatique que revêt le simple décompte des programmes archéologiques en fonction de la nationalité du détenteur du permis et la réalité des programmes archéologiques qui se fondent majoritairement sur des collaborations universitaires internationales et qui dépendent de financements diversifiés.

Il s’avère donc important de redéfinir les modes de communications des missions MAE-DI qui, fidèles aux directives de la Commission des Fouilles du MAE-DI, sont encouragées à développer leur site internet et à communiquer à l’IFEA un petit résumé annuel permettant de mettre à jour les fiches des programmes sur notre propre site. Les missions et programmes archéologiques peuvent également s’appuyer sur notre présence sur les réseaux sociaux afin de diffuser des nouvelles de leurs activités : annonce de colloque, sortie d’ouvrage, exposition, mises à jour des pages internet.

Fouilles de musées, sauvetages et terrains divers

Les terrains archéologiques ne se composent pas exclusivement des fouilles et prospections programmées dans le cadre universitaire. Ces deux catégories représentent à peine 50%, respectivement 29% de fouilles programmées et 18% de prospections (figs. 6 et 7).

Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (ni=545)
fig. 6 Pourcentage de l’ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (ni=545)

Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (numéraire)
fig. 7 Ensemble des opérations archéologiques en Turquie en 2015 (numéraire)

Plus de la moitié des interventions archéologiques sont réalisées dans le cadre de la gestion et de l’aménagement du territoire et recouvre des catégories diverses :

Les fouilles de sauvetages, au nombre de 209 (38 % de l’ensemble des interventions), recouvrent des opérations allant d’un simple diagnostic lors de travaux de voirie aux fouilles systématiques pouvant durer plusieurs mois, dans le cas de travaux d’aménagement urbain. L’exemple le plus spectaculaire à ce jour reste celui des fouilles de Yenikapı, initiées en 2004 par la mise en œuvre du gigantesque chantier de la gare de Yenikapı assurant la connexion entre le Marmaray (tunnel ferroviaire reliant les deux rives du Bosphore), le métro, le train de banlieue et le tram, chantier qui pris fin en 2013. Réalisées sous la supervision des musées régionaux, ces fouilles peuvent être menées par des étudiants, des archéologues universitaires et de la DGAM. Dans la cadre de chantiers d’aménagement impliquant des acteurs privés, tout ou partie des frais des fouilles sont à la charge du consortium.

Les « fouilles de musées », au nombre de 54 (10% de l’ensemble des interventions), désignent les sites archéologiques sous la responsabilité directe des musées, sur lesquels des interventions archéologiques ont lieux. Il s’agit majoritairement de fouilles entreprises à la suite d’une décision du cabinet interministériel (Bakanlar Kurulu) ou du Ministère de la Culture et du Tourisme, suite à l’absence d’alternative universitaire sur un site jugé particulièrement important, d’un soutien administratif temporaire à une équipe de fouilles ne disposant pas encore d’une direction de plein droit, ou encore d’un dossier considéré comme d’importance nationale, comme c’est le cas aujourd’hui pour le site de Göbekli Tepe, en attente de classement sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Citons aussi quelques cas particuliers, qui répondent à des législations et à des responsabilités ministérielles diverses :

Les fouilles sous-marines, au nombre de quatre, sont classées à part des fouilles programmées car elles sont encadrées par des règles spécifiques du droit du travail.

Les fouilles liées aux programmes d’aménagements dans le domaine de l’énergie. Nous y trouvons cinq fouilles dépendantes des programmes HES (Hidroelektrik Santral) et autres barrages, comme celui de Doğanpınar dans la région de Gaziantep, dont dépend la fouille de Tilbeşar, anciennement mission française du MAE-DI.

Les opérations archéologiques initiées par des travaux miniers sont également classées à part, avec cinq fouilles en 2015 liées aux mines de charbon sous l’autorité de la Société des charbonnages turcs (Türk Kömür İşletmeleri Kurumu). Le projet de gazoduc TANAP (Trans Anadolu Doğal Gaz Boru Hattı) compte une fouille enregistrée en 2015.

Les fouilles liées aux « investissements publics » (Kamu Yatırım). Ces opérations désignent des fouilles réalisées à l’occasion de grands chantiers publics, généralement après expropriations des populations de quartiers « bidonvilles », destructions du bâti et réaménagement complet. Les treize sites concernés en 2015 sont tous localisés dans l’est de la Turquie, à Diyarbakır, Şiirt, Batman et Şırnak.

Les conflits urbains de ces derniers mois dans les villes de Diyarbakır, Cizre, Silopi et Nusaybin vont probablement accroitre le nombre d’opérations archéologiques de ce type, si l’on en croit la volonté du gouvernement de nationaliser, après expulsion des habitants, un grand nombre de parcelles, ce qui permettrait la recapitalisation de valeurs foncières jusqu’alors occupées par des classes populaires. À moyen terme, l’intérêt vivace du gouvernement actuel pour la rente immobilière, en plus de celle touristique, risque fort d’entraver les efforts du Ministère de la Culture et du Tourisme envers l’UNESCO.

Diyarbakır est un exemple de ce paradoxe, L’UNESCO ayant reconnu en 2015 les murailles et les Jardins de l’Hevsel en tant que paysages culturels faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité, ainsi que le quartier de Sur (intramuros) et le bassin du Tigre en amont et en aval de la ville en tant que zone tampon1 , l’embrasement guerrier à l’intérieur de la ville ces derniers mois débouche sur une vaste opération de réhabilitation du quartier de Sur. Ce quartier populaire reflète plus de deux millénaires de développement urbain et culturel. Sa topographie actuelle témoigne, à l’instar d’une empreinte, du plan de la ville antique d’Amida.

La fin des affrontements en mars dernier sonne le coup d’envoi de cette réhabilitation, dont le premier acte passe par la décision du Conseil des Ministres (21 mars 2016), d’exproprier 6292 des 7714 parcelles du cadastre de Sur, soit une majorité du bâti localisé sur les 158 hectares de la zone tampon. La rapidité avec laquelle les machines-outils et autres camions bennes ont investi ce bâti historique, sans concertation avec la Municipalité ni présentation précise des objectifs, laisse présager une réhabilitation tenant plus de la reconstruction que d’une rénovation.

Directive régissant les activités archéologiques

La nouvelle mouture des nombreuses règles entourant l’activité archéologique en Turquie se caractérise par des ajouts à la marge, une réorganisation des articles et une nouvelle numérotation des documents annexe. Pour les missions « françaises », il est impératif de se reporter à ces nouveaux documents dans l’exercice des démarches administratives. Pour les missions françaises travaillant en collaboration avec des missions turques, la lecture attentive de la directive est également importante. Elle permet de se rendre compte de l’ensemble des frais couverts par le partenaire turc et des contraintes auxquelles il est soumis.

Nous rappelons que les missions doivent soumettre à la DGAM, entre autres rapports et formulaires, un bilan financier de la campagne passée, comparé au budget prévisionnel (article 4-e) ; une notification par écrit du montant  du budget de fonctionnement, émanant de l’institution se prévalant de la direction de la fouille (article 4-f et g) ainsi que l’information quant aux financements provenant d’autres sources (article 11-g) ; que le directeur s’engage à trouver les financements nécessaires à la construction de la maison de fouille et au rachat des terrains sur le site (article 4-ğ). Un récapitulatif des obligations financières est disponible à l’article 11-m.

  1. Oliver Martin / Giovanna Piatti (Ed.), 2009.- World Heritage and Buffer Zones Patrimoine mondial et zones tampons. International Expert Meeting on World Heritage and Buffer Zones Davos, Switzerland 11 – 14 March 2008, World Heritage Papers No. 25, France UNESCO World Heritage Centre.

    Définition succincte d’une zone tampon applicable au cas de Diyarbakır, p. 188 :

    “d) World Heritage Buffer Zones are established, where required, in relation to paragraphs 103-106 of the Operational Guidelines and are not regarded as part of the inscribed World Heritage property. However their effectiveness in protecting the outstanding universal value is assessed as part of the evaluation of a nomination and their boundaries are formally registered at the time of inscription (or at the time of modifications noted by the World Heritage Committee) as an integral component of the State Party commitment to the protection and management of the property (Operational Guidelines Paragraph 155);

    e) Major modifications to a World Heritage buffer zone subsequent to acceptance and recording should be approved by the World Heritage Committee (Operational Guidelines Paragraph 107)”. []