Archives par mot-clé : archéologie

Daskyleion : une capitale achéménide. Un projet d’étude des organisations urbaines entre Anatolie et Iran

Par Sébastien Gondet
(Chercheur associé, UMR 5133 Archéorient (CNRS, Lyon 2) –
Maison de l’Orient et de la Méditerranée)
Site de Dascylion/Daskyleion ©2014 daskyleion
Site de Dascylion/Daskyleion ©2014 daskyleion

Au mois d’août 2014, un projet en collaboration a été initié entre Sébastien Gondet (archéologue – géophysicien, membre des missions irano-française et irano-italienne d’étude de Pasargades et Persépolis en Iran) et l’équipe turque de fouille du site de Hisartepe/Daskyleion dirigée par le Pr. Kaan İren (Université de Muğla). En parallèle de l’aide logistique sur place assurée par la mission turque, ce projet a reçu le soutien financier de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) par l’intermédiaire d’une bourse courte durée ainsi que de l’UMR 5133 Archéorient (CNRS, Lyon 2) qui a mis à disposition du matériel de prospection géophysique et accordé des crédits de recherche pour mener à bien une première mission sur place. Le site archéologique de Daskyleion se situe au nord de la péninsule anatolienne, dans la province de Balıkesir et à une trentaine de kilomètres au sud de la ville portuaire de Bandırma. Il s’étend sur la rive sud du lac Manyas connu pour abriter une vaste réserve ornithologique.

Ce n’est qu’au début des années 1950 que la colline d’Hisartepe a été identifiée comme étant Daskyleion, l’ancienne capitale de la province (satrapie) de Phrygie Hellespontique au temps de l’Empire achéménide (550-330 av. J.-C. env.). Jusqu’alors, cette ville n’était connue qu’à travers les écrits des auteurs antiques. Depuis le milieu des années 1950, plusieurs campagnes de fouilles ont été conduites sur le site et une mission permanente d’étude y est active depuis 1988 dirigée d’abord par le Prof. T. Bakır (Université d’Ege) puis à partir de 2009 par le Prof. K. İren. Les fouilles se sont surtout concentrées sur la colline centrale du site, l’acropole, autour de laquelle devait se développer la ville dont l’étendue et le plan d’organisation restent très largement à déterminer. Au-delà, à plusieurs kilomètres à l’Ouest et à l’Est, les recherches archéologiques ont mis au jour plusieurs tumuli qui marquent les limites du territoire urbanisé de Daskyleion. Si les fouilles ont permis de mettre au jour une importante occupation phrygienne puis lydienne sur l’acropole (IXe – VIe s. av. J.-C.), il semble toutefois attesté que la période de développement maximal de la ville corresponde à l’époque achéménide, appelée période perse dans le domaine anatolien. Le site perd ensuite de son importance au cours de la période hellénistique (IVe – IIe s. av. J.-C.) et n’abrite probablement plus que quelques villas agricoles durant l’époque romaine tardive (IVe  – Ve ap. J.-C.). Durant la période byzantine (XIIe – XIIIe s. ap. J.-C.), l’acropole accueille une petite place fortifiée.

Pour l’époque perse, les fouilles et des découvertes fortuites aux alentours ont apporté des données importantes pour mieux comprendre le fonctionnement des marges occidentales de l’Empire achéménide et les dynamiques socio-culturelles en son sein. Si, pour l’architecture commune ou la culture matérielle, on ne détecte pas de grands changements par rapport aux périodes précédentes, l’époque perse s’accompagne d’une réorganisation importante de l’acropole. On constate, par exemple, la construction d’un mur de terrasse monumental et, au-dessus, d’un grand bâtiment qui aurait pu abriter le satrape, l’administrateur provincial au service du Grand Roi. Dans ce secteur, les fouilles ont également mis au jour un ensemble exceptionnel d’empreintes de sceaux, dont beaucoup présentent des parallèles connus en Iran pour la même période. Ils témoignent de l’insertion de Daskyleion dans les grands réseaux de communication impériaux. Parallèlement, comme dans l’ensemble de l’Empire, on voit se développer un style perse dans l’iconographie et surtout dans les productions artisanales ou architecturales de luxe, un style que l’on qualifie en Anatolie de gréco-perse. Ce phénomène témoigne du processus d’acculturation et de diffusion de certains aspects du mode de vie perse à l’intérieur des territoires conquis qui, en Anatolie et plus particulièrement à Daskyleion, s’expriment tout particulièrement dans les pratiques funéraires avec l’apparition des tombes sous tumuli ou de stèles décorées de scènes inspirées directement de l’art achéménide du centre de l’Empire. L’arrivée des Perses à Daskyleion a donc eu des conséquences non négligeables sur l’occupation, le développement et l’environnement socio-culturel de cette ville phrygienne.

Outre cet ensemble de données uniques, le site de Daskyleion présente également la caractéristique rare de n’avoir connu que des réoccupations très limitées après la période d’occupation perse. Les autres grandes capitales de satrapie anatoliennes, au premier rang desquelles Sardes, ont connu d’importantes réoccupations postérieures. Les niveaux perses sont souvent recouverts par plusieurs mètres de dépôts archéologiques plus récents et donc très difficiles à atteindre. À Daskyleion, l’acropole a certes été réoccupée, mais il apparaît que dans le reste de la ville, les niveaux perses correspondraient très souvent au dernier niveau d’occupation. Les vestiges perses sont donc accessibles pour une étude à large échelle du site s’intéressant à l’organisation urbaine d’époque perse. En termes de topographie urbaine, ces observations montreraient également que l’extension maximale de la ville, sur plusieurs dizaines d’hectares, est à dater de l’époque perse.

La reprise des travaux de prospections archéologiques sur ce site vise à mener une étude comparée des organisations urbaines des villes royales du centre de l’Empire, Pasargades et Persépolis, et de Daskyleion. A priori, il n’existe aucun point commun entre ces sites. Les programmes architecturaux et urbains des fondations royales achéménides d’Iran sont très éloignés de celui de Daskyleion. Ces villes se sont développées dans un environnement historique, culturel et géographique très différent de celui du nord de l’Anatolie au Ier millénaire. Bien que sous domination achéménide, il est évident que Daskyleion et sa région ne connaissent pas de bouleversements de leur organisation ou du mode de vie des populations présentes. Comme pour de nombreux sites à travers l’Empire, les fouilles des niveaux perses à Daskyleion et le matériel retrouvé témoignent d’une certaine continuité. Toutefois, comme le démontrent les données sur l’époque achéménide à Daskyleion exposées plus haut, les Perses ne se sont pas contentés de profiter « paresseusement » des fruits de leurs conquêtes et, dans les différentes provinces de l’Empire et d’abord en Perse, on constate souvent la conduite de politiques de mise en valeur et, parfois, de remodelage de l’espace et des paysages des territoires conquis. Ces projets étaient certainement étroitement guidés par les satrapes et gérés par leurs fonctionnaires qui devaient en rendre compte à la cour royale: les sceaux retrouvés à Daskyleion témoignent des rapports étroits entretenus entre les provinces et l’administration impériale.

A Daskyleion, l’arrivée des Perses marque le début d’une phase de développement de la ville, très certainement conduite et organisée par les autorités perses, peut-être en s’inspirant de modèles ou pratiques « perses ». Cette hypothèse est à associer à la présence d’élites perses ou persianisées dans les capitales de l’Empire, donc à Daskyleion, qui ont importé et tenté de reproduire le mode de vie de l’aristocratie perse achéménide. Ce sont probablement eux qui ont favorisé le développement d’une production artistique inspirée des modèles perses dont Daskyleion a révélé de nombreux exemples. Il est dès lors tout à fait envisageable que les satrapes aient aussi cherché à reproduire dans leurs capitales certaines caractéristiques des fondations royales du centre de l’Empire. Il faut ici souligner que les auteurs grecs prennent souvent grand soin de décrire le faste des cours satrapiques anatoliennes, les différents capitales, en particulier Daskyleion, abritant des palais et des « paradis », sortes de vastes jardins ou parcs d’agrément servant également de réserve de chasse. Or, pour le moment, l’archéologie n’a pas révélé de tels aménagements.

Parallèlement, pour pouvoir comparer Daskyleion à des « modèles » achéménides d’urbanisation, il est bien entendu nécessaire de définir ces « modèles ». Les données archéologiques récentes obtenues sur les sites de Pasargades et de Persépolis permettent désormais d’esquisser à grands traits ce que pouvait être les dynamiques et les modèles perses d’urbanisation des territoires de Perse. Les villes achéménides se sont développées suivant un plan tout à fait original comparé aux exemples plus anciens. A Pasargades et à Persépolis, il n’existe pas de centre urbain densément construit, protégé par des remparts, qui formerait la ville distincte de son territoire rural géré et exploité pour assurer son bon fonctionnement. Au cours de ces dix dernières années, nous avons mis au jour, par l’utilisation des méthodes de prospections complémentaires utilisées sur de vastes surfaces, un modèle d’urbanisation diffus. Les différentes parties constituantes de la ville (ensembles monumentaux, palais, bâtiments administratifs, quartiers artisanaux ou d’habitation…) sont réparties sur plusieurs centaines d’hectares. Ces ‘blocs’ sont probablement séparés par des zones non construites mais aménagées et occupées par des parcs, des vergers ou des champs cultivés. A l’intérieur même de ces blocs, en particulier ceux rassemblant les monuments royaux ou les constructions réservées à l’élite, la densité de construction est faible et les bâtiments sont intégrés à des espaces paysagers. Pasargades est un des exemples les plus frappants de ce modèle d’organisation spatiale, les édifices royaux étant répartis sur une surface de plusieurs dizaines d’hectares parcourue de canaux et délimitée par un vaste bassin qui constituent les vestiges d’un vaste jardin intégrant les monuments. Les villes de Perse se sont développées suivant des projets d’urbanisation des territoires conçus sur de très vastes superficies où espaces urbains et ruraux sont probablement étroitement associés au sein d’un projet commun d’aménagement. Il faut probablement voir dans ce « modèle » une expression du paradis perse, qui avait certes une fonction d’agrément, point sur lequel les auteurs classiques insistent particulièrement, mais qui, d’après les tablettes administratives achéménides de Persépolis, pouvait aussi assurer des fonctions économiques (stockage et production de produits agricoles par exemple). Les Perses achéménides ont donc développé un modèle d’urbanisation et de mise en valeur des territoires qui répondait à des impératifs socio-économiques tout en offrant un cadre de vie agréable à ses occupants, tout du moins aux plus privilégiés d’entre eux. Cet aménagement à large échelle devait également symboliser la mainmise du pouvoir sur l’espace et les paysages.

A Daskyleion, ce modèle n’est bien entendu pas reproduit à l’identique. La ville est protégée par des remparts qui délimitent un espace urbain probablement assez densément construit. Toutefois, en s’inspirant de la démarche méthodologique d’étude à large échelle que nous avons mise en œuvre sur les sites iraniens, nous souhaitons délimiter de manière précise les contours de la ville et déterminer si le processus d’urbanisation perse a pu toucher, de manière diffuse, un plus vaste territoire que celui délimité par les fortifications. Cette démarche permettrait d’établir le schéma d’organisation de la ville et de révéler certaines influences perses, par exemple la présence de palais et/ou de jardins dans la ville, reproduisant en cela un paysage urbain inspiré des fondations royales achéménides. Parallèlement, nous projetons de mener des recherches sur le paradis de Daskyleion, dont il n’existe pour le moment aucune trace, tout en conduisant une réflexion critique sur la définition même du terme. Si un « paradis » perse ou, plus prosaïquement, un vaste parc aménagé a bien existé à Daskyleion et s’il est possible d’en retrouver et d’en étudier les vestiges, il pourrait constituer le point d’appui principal à une étude comparée des projets d’urbanisation et d’aménagement du territoire  mis en œuvre dans l’Empire achéménide.

Sur le terrain, ce projet a débuté en août 2014 où une première campagne d’évaluation du potentiel du site a été conduite. Il s’agissait surtout de tester une méthode géophysique, la méthode magnétique, que nous employons de manière extensive sur les sites de Pasargades et de Persépolis. Cette année environ 6 ha ont été prospectés, répartis en plusieurs secteurs : autour de l’acropole, plus loin sur les reliefs orientaux et, encore plus à l’Est, un possible secteur d’inhumation. Les données sont en cours de traitement mais il apparaît dès à présent que la méthode magnétique n’est peut-être pas la mieux adaptée pour détecter et cartographier les vestiges architecturaux de Daskyleion. La cause en est la nature volcanique de la pierre employée pour construire certains des bâtiments du site. En effet, ce type de matériau a pour caractéristique de perturber fortement les mesures du magnétisme. Toutefois, les cartes obtenues nous ont permis de déterminer certaines orientations du plan d’urbanisme, de délimiter certains secteurs construits et de restituer de possibles axes de circulation. A partir de ces résultats préliminaires, nous souhaitons dans les prochaines années poursuivre l’étude à large échelle du site en testant d’autres méthodes géophysiques, plus adaptées aux spécificités du site, en les couplant à des travaux de prospection archéologique à vue, de topographie et de télédétection. Nos travaux en Iran démontrent que ce n’est qu’en couplant des données archéologiques de différentes natures que nous pourrons proposer une restitution à large échelle du plan d’organisation de Daskyleion. Ces travaux en Turquie sont intégrés à un projet plus vaste d’étude du fait urbain dans l’Empire achéménide qui est en cours d’évaluation par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) dans le cadre de l’appel @RAction. Ils feront également partie d’un projet européen sur le même thème qui sera déposé au début de l’année 2015.

Pour en savoir plus :

Voir les pages K. İren et S. Gondet sur le site Academia où plusieurs publications sur Daskyleion, Pasargades et Persépolis sont disponibles :

Une synthèse des travaux et des résultats obtenus sur le site de Daskyleion  a été publiée récemment par T. Bakır :
Bakır, T, 2011. Daskyleion, Balıkesir Valiliǧi, Balıkesir, 144p.

In memoriam Prof. Dr. Klaus Peter Schmidt (11 décembre 1953- 20 juillet 2014)

Le mois dernier, 20 juillet 2014, notre collègue le professeur Klaus Schmidt, archéologue préhistorien, nous quittait à l’âge de 61 ans. Docteur de l’Université d’Heidelberg en 1983, il dédia sa vie professionnelle aux recherches archéologiques proches-orientales et principalement mésopotamiennes.

Près de vingt ans déjà que Klaus fouillait le site Néolithique de Göbekli Tepe, localisé sur l’un des rares reliefs du terrain au sud-est d’Urfa, permettant d’embrasser du regard la plaine d’Harran et d’en saisir l’aridité. À cette aridité et horizontalité de la plaine répondait l’extravagance des piliers dressés dans de larges structures circulaires et ornés d’un bestiaire sculpté dans cette roche calcaire, représentant une faune sauvage allant de l’insecte aux grands prédateurs. Devant ce saisissant spectacle légué par nos ancêtres  il y a quelques dix millénaires avant J.C, Klaus Schmidt toujours, resta humble et, de prétention il n’eut que celle de comprendre ce monde mésopotamien en proie aux derniers soubresauts des traditions nomades avant la sédentarisation.

Au nom de l’IFEA, j’adresse nos condoléances et pensées à son épouse Çiğdem Köksal Schmidt, à sa famille, ses proches et amis, ainsi qu’à ses collègues de l’Institut Archéologique Allemand (DAI), de l’Université d’Erlangen-Nüremberg (FAU) et du Musée Archéologique de Şanlıurfa.

Dear Klaus let me bid you farewell. From behind the stones of Göbekli Tepe, may you reach those wild spirits you cared for so long.

Pour les condoléances: http://www.dainst.org/de/story/klaus-schmidt-1953-2014-0?ft=all

Saison de fouilles 2014

Avec les beaux jours commence une nouvelle saison de fouilles.
Deux de ces fouilles sont étroitement liées à l’IFEA, Porsuk et Labraunda. La première puisqu’elle fut initiée sous l’impulsion d’un ancien directeur de l’IFEA, Emmanuel Laroche dont nous fêtons le centenaire cette année ; la seconde puisqu’elle est dirigée par l’actuel pensionnaire scientifique de l’IFEA, Olivier Henry.

Carte_relief_sites_TurquiePorsuk_500La campagne 2014 de la mission archéologique de Zeyve Höyük-Porsuk (Ulukışla-Niğde) se déroulera du 21 juillet au 15 septembre. L’essentiel des travaux de terrain consistera en une campagne de relevé géophysique de l’ensemble du site, grâce à la collaboration d’une équipe de spécialistes de l’Université de Sakarya. D’autre part seront aussi entreprises dans le cadre de la mission, des opérations préliminaires à un projet de conservation du secteur de la « poterne hittite » à l’ouest du site. La mise en valeur des vestiges mis au jour sera poursuivie par la mise en place de nouveaux panneaux didactiques pour les visiteurs, selon le modèle, jugé très satisfaisant (trilingue), déjà utilisé pour deux panneaux en 2012. On procèdera aussi à une amélioration de la sécurisation des sondages profonds. Enfin, l’équipe de base poursuivra l’élaboration de la publication des fouilles antérieures (missions Pelon et Beyer) concernant les phases anciennes du site : PORSUK VI (XVIIe siècle av. J-C) , V (env. XVe-XIVe siècles), IV (Fer Moyen, phase ancienne, env. 9e siècle) et III (Fer Moyen, 8e siècle av. J.-C.)

En ce qui touche le sanctuaire carien de Labraunda (www.labraunda.org), dans le région desanctuaire_de_labraunda_depuis_le_nord_ouest500 Bodrum/Milas, les travaux commenceront le 1er juillet et dureront jusqu’à la fin du mois d’août. Cette année l’accent sera porté sur différents projets de mise en valeur et de restauration qui concerneront principalement la sauvegarde des marbres architecturaux et épigraphiques du site, ainsi que l’un des bâtiments les plus emblématiques de Labraunda, l’Andron A. Outre ces deux projets, nous prévoyons de poursuivre les opérations entamées l’année dernière, à savoir les fouilles du bâtiment hypostyle et de la zone longeant la route d’accès au site, la tombe monumentale et l’acropole. Nous débuterons aussi une nouvelle fouille qui aura pour but de dévoiler l’histoire des bains est placés à l’entrée sud du sanctuaire et qui, s’ils ont été construits dès la période romaine, semblent avoir été profondément remaniés au début de l’époque byzantine. Ces travaux sont rendus possible grâce à la mise en place d’une équipe internationale comprenant plus de 10 nationalités différentes, avec une composante majeure de turcs, français, suédois et américains. Enfin, grâce au soutien financier de l’entreprise ESAN-Eczacıbaşı, nous prévoyons d’acquérir une nouvelle maison de fouille, dans village voisin de Kargıcak, qui permettra dans le futur (et après de sérieux travaux de mises aux normes) d’offrir de meilleures conditions de vie et de travail à l’ensemble de l’équipe.

Ces activités estivales de terrain ne nous font pas oublier la préparation de la rentrée 2014-2015 qui sera riche en événements. En effet, en septembre se tiendra à Istanbul le congrès international de la European Association of Archaeologists. L’IFEA s’associe à cet événement par l’organisation d’une exposition, dans nos locaux, dédiées à la mémoire d’Emmanuel Laroche, ancien directeur de l’IFEA dont nous célébrons le centenaire. E. Laroche sera également au centre de l’organisation des 5èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA dont le programme, en cours d’élaboration, réunira plus de 25 spécialistes internationaux des langues et de l’archéologie hittite, domaine de prédilection de celui qui fut le précurseur de ces études en Turquie.

Enfin nous ne négligeons pas notre activité éditoriale puisque les actes des Rencontres 2012, qui avaient été dédiées à la Cappadoce méridionale, sont en cours d’élaboration et devraient paraître quelques semaines avant le volumes des actes des 4èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA sur la Carie pré-hékatomnide.

Stage d’archéologie expérimentale mars 2014 / Deneysel Arkeoloji Günleri Buluşması Mart 2014

itu_bmDeneysel Arkeoloji Programı (PDF)

L’Université technique d’Istanbul (İTÜ) et le Centre pour la science (Bilim Merkezi) organise près de Taksim « Les journées de l’expérimentation archéologique 2014 » par le biais d’un stage sur la métallurgie ancienne et la fonte du bronze. Cette rencontre aura lieu les 8-9 et 15-16 Mars et sera conduite par le Dr. Nicolas Gailhard, archéo-métallurgiste invité par l’Université technique d’Istanbul.

Chaque année, un sujet différent sera abordé durant ces journées de l’archéologie expérimentale. Cette année, le thème est « Science et métallurgie dans l’ancienne Anatolie ».

Le programme (TR) de cette formation pratique est le suivant:

  • À la lumière des informations obtenues à partir des fouilles archéologiques en Anatolie des objets en bronze seront créés suivant les techniques anciennes des périodes de l’Age du Bronze et de l’Antiquité.
  • Différentes techniques de fabrication des moules, des outils du bronzier et des fours seront abordées.
  • La réalisation en extérieur, grandeur nature d’un atelier de métallurgiste.
  • Des séminaires seront aussi organisés chaque jour sur l’histoire de la métallurgie en Anatolie, les techniques anciennes et l’expérimentation archéologique.

À la fin des quatre jours, les participants recevront un certificat.

Les frais de participation au programme sont de 300 TL par personne. Les repas ne sont pas inclus.

Tout le matériel utilisé est mis à disposition par le centre pour la Science et ITÜ.

La formation sera ouverte s’il y a au moins 10 participants.

Coordonnées :
Centre pour la  Science d’ITU
Adresse : İTÜ Bilim Merkezi ,İTÜ Taşkışla Kampüsü Taksim, İSTANBUL
Contact Tél: 0212 251 60 130212 251 60 13
E-mail: bilimmerkezi@itu.edu.tr
Site internet: www.bilimmerkezi.itu.edu.tr
Call
Send SMS
Add to Skype
You’ll need Skype CreditFree via Skype

Halet Çambel : une pionnière de l’archéologie turque

halet_1Halet Çambel, une des pionnières de l’archéologie turque, est décédée le 12 janvier 2014 à l’âge de 98 ans dans sa maison familiale sur les rives du Bosphore à Istanbul. Née en 1916 à Berlin où son père était attaché militaire auprès de l’ambassade de Turquie, elle a fait ses études secondaires à Istanbul au lycée pour filles d’Arnavutköy (Robert College).

Influencée par son professeur d’histoire, elle s’intéresse à l’archéologie et part en France pour faire des études dans ce domaine de 1934 à 1939 en Sorbonne, à l’École Pratique des Hautes Études et à l’École du Louvre.  De retour en Turquie, elle devient l’assistante du professeur Helmuth Theodor Bossert à la faculté de Lettres de l’Université d’Istanbul où elle soutient sa thèse de doctorat en 1944.

 En 1946 avec son professeur elle entreprend des travaux à Karatepe près de Kadirli en Cilicie. Les fouilles commencent en 1947 sous la direction de Bossert sur ce site qui s’avère être l’ancienne cité néo-hittite d’Azatiwataya (VIIIe s. av. J.-C.). Bossert et Çambel y découvrent des inscriptions bilingues en phénicien et en louvite qui permettent une avancée décisive dans le déchiffrement des hiéroglyphes hittites. Çambel, qui prend la direction des fouilles à partir de 1952, y travaillera pendant plus de 60 ans ; elle retournait encore y travailler chaque été pendant plusieurs mois jusqu’à il y a quelques années, malgré son âge très avancé. Elle y met au jour un complexe palatial fortifié au sommet d’une colline qui domine le fleuve Ceyhan (le Pyramos antique), avec un ensemble monumental sculpté remarquable comprenant de nombreux bas-reliefs sur orthostates, des sculptures de lions gardiens de porte et  une statue du dieu de l’orage, qui dénotent un art se distinguant par la variété des thèmes abordés et les différentes influences brassées (hittite, phénicienne, assyrienne). Elle mène une lutte acharnée contre les autorités qui veulent transporter ces pierres sculptées au musée pour que celles-ci soient laissées en place sur site. Elle obtient gain de cause et Karatepe-Aslantaş devient ainsi le premier musée à ciel ouvert de Turquie.

Çambel ne se contente pas de poursuivre des activités uniquement archéologiques dans la région ; très vite, elle va à la rencontre des paysans pour leur apprendre à mieux utiliser les ressources naturelles et le savoir-faire ancestral dont ils disposent. Sur ses conseils, les paysannes se remettent à utiliser des colorants naturels délaissés depuis longtemps et les kilims ainsi tissés sont vendus par le biais d’une coopérative fondée dans ce but. Elle combat aussi pour augmenter le taux de scolarisation des jeunes filles, très faible à cette époque dans la population rurale de la région. Très vite elle devient un personnage très connu et apprécié parmi les villageois, une conseillère et une protectrice à qui on s’adresse volontiers pour résoudre les problèmes.

Un autre site, non de moindre importance, où a travaillé Halet Çambel est Çayönü près d’Ergani (Diyarbakır) dans le sud-est anatolien. Çambel y entreprend des fouilles à partir de 1964 en collaboration avec Robert J. Braidwood de l’université de Chicago. L’habitat préhistorique qui y fut découvert a permis de suivre le processus de néolithisation de la société grâce à une longue séquence stratigraphique comprenant des phases architecturales qui vont du Néolithique précéramique A (PPNA) et B (PPNB) jusqu’au Néolithique avec céramique, avec le passage à la domestication des animaux et l’apparition de l’agriculture. Si les fouilles de Karatepe ont été un exemple précurseur en matière de protection, conservation et mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, celles de Çayönü l’ont été pour l’interdisciplinarité dans les travaux archéologiques : Çambel et Braidwood font appel aux spécialistes de toutes les disciplines impliquées, allant du simple archéologue à l’architecte et au topographe, du paléobotaniste au paléozoologue et au paléoanthropologue, utilisant toutes les possibilités techniques d’analyse et de prospection de l’époque.

Les travaux archéologiques de terrain de Halet Çambel ne sont pas limités à ces deux sites : il faut citer parmi d’autres les fouilles de Yazılıkaya/Midas Şehri (1948-49) en collaboration avec l’Institut Français d’Archéologie de Stamboul (aujourd’hui IFEA), celles de la nécropole de Birlis et de Söğüt Tarlası (Urfa-Bozova, 1964), de Girikihacıyan (Diyarbakır, 1968-70). Elle a aussi contribué à l’organisation de la prospection archéologique systématique de la région inondable du barrage de Keban en 1966.

Les longues campagnes de fouilles et de prospections archéologiques sur le terrain n’ont pas empêché Halet Çambel de mener une activité au moins aussi foisonnante en tant qu’enseignant-chercheur à l’université d’Istanbul où elle est accueillie comme jeune assistante en archéologie en 1940,  jusqu’en 1984, année de sa retraite. Elle accède au poste de professeur en 1960 et fonde le département de Préhistoire et un laboratoire qui attirera sans tarder, grâce à ses collections de référence venant d’Anatolie, du Proche Orient et des Balkans, bon nombre de chercheurs locaux et internationaux, devenant ainsi un lieu de rencontre privilégié pour les étudiants et spécialistes du monde entier. Toujours dans le domaine de la recherche, elle contribue en 1976 à la fondation d’une unité d’archéométrie au sein du Centre de Recherches Scientifiques de Turquie (TÜBİTAK).

Le portrait de Halet Çambel serait incomplet sans citer son aspect sportif : elle a en effet représenté la Turquie dans la discipline de l’escrime aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, devenant ainsi, avec sa collègue Suat Fetgeri Aşeni, la première athlète olympique féminine turque et musulmane.

halet_2

En guise de conclusion, voici un extrait d’un texte de Yaşar Kemal sur Halet Çambel écrit en août 2011, qui résume très bien sa personnalité  originale :

“Halet était d’une grande famille. Il y avait des grands vizirs parmi ses aïeuls. Son père avait participé à la guerre de libération, il avait été ambassadeur. Il avait beaucoup vécu en Europe. Halet avait fait ses études en Europe, mais elle était parmi ceux qui parlent le  mieux la langue d’Istanbul. Quelques temps après j’ai constaté que la langue utilisée par Halet s’était transformée, elle parlait maintenant avec la langue des Taurus et de la Çukurova, comme si elle était née et avait grandi dans un des villages du Taurus. J’ai aussi constaté qu’elle était devenue la grande sœur (abla en turc) de tous les villageois. Toutes les femmes en difficulté venaient la voir comme étant la meilleure personne de toute la région, celle à qui on a le plus de confiance, celle qu’on aime le plus”.

“En archéologie, on observe toujours ce qui est sous la terre. Mais il y a aussi le dessus. En général les archéologues ne font pas cas de cela. Halet a appris et aimé ce qui est sur terre autant qu’un être humain pouvait le faire. Elle a aussi appris à ceux qui voulaient l’apprendre, comment comprendre, aimer le monde “.

Quelques références bibliographiques concernant Halet Çambel qui se trouvent à la bibliothèque de l’IFEA

  • Arsebük, G., Mellink, M.J. et Schirmer (éds.), W., Light on Top of the Black Hill: Studies presented to Halet Çambel / Karatepe’deki ışık: Halet Çambel’e sunulan yazılar, İstanbul 1998 [Préh 038].
  • Çambel, H., “The Southeast Anatolian Prehistoric Project and its Significance for Culture history”, Belleten XXXVIII, 1974, pp. 361-377 [HA Ana Gén 141-10 (tap)].
  • Çambel, H., ” Chronologie et organisation de l’espace à Çayönü”, Colloques Internationaux du CNRS No. 598 : Préhistoire du Levant, Maison de l’Orient, Lyon les 10-14 juin 1980, Paris 1981, pp. 532-553 [HA Ana Gén 141-14 (tap)].
  • Çambel, H., “Karatepe-Aslantaş, Aslantaş barajı göl alanı ve 1982 dönemi çalışmaları”, KST V, Ankara 1984, pp. 153-161 [Ha Ana Si 071 (tap)].
  • Çambel, H., “Karatepe-Aslantaş ve Domuztepe 1984 yılı çalışmaları”, KST VII, Ankara 1986, pp. 271-285 [HA Ana Si 072 (tap)].
  • Çambel, H., ” Domuztepe Son Araştırmalar Işığında Yeni bir Değerlendirme”, Anadolu Araştırmaları / Jahrbuch für Kleinasiatische Forschung X, 1986, pp. 32-44 [HA Ana Si 053 (tap)].
  • Çambel, H., Arsebük, G. et Kantman, S, Çok Dilli Arkeoloji Sözlüğü / Multilingual Dictionary of Archaeological Terms / Dictionnaire multilingue d’archéologie / Mehrsprachiges archäologisches Worterbuch, İstanbul 1994 [Ar Méth 073].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., İstanbul ve Chicago üniversiteleri karma projesi : Güneydoğu Anadolu Tarihöncesi Araştırmaları / The Joint Istanbul-Chicago Universities : Prehistoric Research in Southeastern Anatolia I, Istanbul 1949 [HA Ana Gén 022].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., ” The Çayönü Excavations: Overview Through 1981″, Prehistoric Village Archaeology in South-Eastern Turkey : The eighth millenium B.C. site at Çayönü: Its chipped and ground stone industries and faunal remains, BAR International Series 138, Oxford 1982 [HA Ana Gén 141-13 (tap)].
  • Çambel, H. et Braidwood, R. J., “Çayönü Tepesi “, Festschrift für Kurt Bittel : Schritte zu neuen Lebensweisen, Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens, Mainz am Rhein, s.d., pp. 155-156 [HA Ana Si 051].
  • Çambel, H. et Özdoğan, M., ” 1983 yılı Domuztepe çalışmaları”, KST VI, Ankara 1985, pp. 259-272 [HA Ana Gén 141-24 (tap)].
  • Özyar, A. et Çambel, H., Karatepe-Aslantaş Azatiwataya: Die Bildwerke, Mainz 2003 [HA Ana Si 175]

Asi Antiochia’sı, bugün Antakya

Version française

Ocak 2014

Antiochia ad Orontem (Asi Antiochia’sı), Akdeniz’in en doğu ucunda, denizden yaklaşık 25 kilometre içeride yer alır. Bugün Türkiye’nin Hatay İli’nin merkezi olan ilçe, Antik dönemin en önemli şehir merkezlerinden biridir. Roma Döneminde “Doğu’nun Kraliçesi” olarak anılır ve dünyanın (yani İmparatorluğun) dört ana kentinden bir olarak kabul edilir. Kent, Orontes (Asi) Nehri’nin kıyılarından Mt. Kassius (Keldağ) sırasının batı yakasına dek uzanır. Kenti tanımlayan en önemli unsur olan Asi Nehri, antik dönemlerde küçük teknelerin de seyredebildiği bir nehirdir ve Antiochia’yı, nehrin Akdeniz’e açıldığı körfezde yer alan antik limanı, Seleukeia Pieria (Samandağ) kentine bağlar.

Akdeniz’in en doğu ucunda yer alan Antiochia, Seleukos I Nikator tarafından M.Ö. 300’lerde kurulmuştur. Seleukid Devleti’nin Roma İmparatorluğu egemenliği altına girmesiyle M.Ö. 64 yılında kent önemli bir Roma şehri olarak varlığını sürdürmüş ve Suriye Eyaleti’nin hem ticari, hem de askeri merkezi haline gelmiştir. Antiochia ad Orontes kuruluşundan itibaren farklı toplulukların bir arada yaşadığı renkli şehir hayatıyla ünlenmiştir. Şehrin Hellenistik kültürü yedinci yüzyılda Arap hakimiyetine girmesine kadar sürmüş, kentte Yunanca hakim dil olarak kalmıştır. Diğer yandan, bu süreçte kentin territoriumu’nda farklı dil -özellikle Süryanice- ve geleneklerin kesintisiz devamı izlenebilir.

Antiochia’nın kuruluşundan itibaren önemli bir parçası olan Yahudi topluluğu ve farklı kökenli kültlerle zenginleşen putperest inançlarla öne çıkan kent, zaten zengin bir dini mozaiğe sahipken bir de Hıristiyan inancının ilk merkezlerinden biri oluşuyla; kentin dini dokusu daha da renklenmiştir. Kudüs’ü batıya bağlayan yol üzerindeki baskın konumu nedeniyle Hıristiyanlığın yayıldığı ilk büyük metropollerden olan Antiochia, özellikle Pavlos ve Petrus’un şehirdeki varlığına dayanan köklü bir havari geleneğine de sahiptir. Kent, 451 yılında Khalkedon (Kadıköy) kilise kurultayı sırasında patriklik merkezi olarak kabul edilmiştir. Ancak bu dini mozaik çatışmaları da beraberinde getirmiş, dördüncü yüzyıldan itibaren Hıristiyan mezhepler arasındaki ayrışmalar ciddi sorunlara yol açmıştır. Khalkedon kararlarını benimseyen gruplarla özellikle Monofizit gruplar arasındaki dini fikir ayrılıkları Khalkedon kurultayı sonrasında derinleşerek Antiochia’da dini olduğu kadar önemli bir sosyo-politik boyutu da bulunan ciddi çatışmalara neden olmuştur.

Kent, altıncı yüzyılda art arda gelen depremlerle sarsılmış, özellikle 526 ve 528 yıllarındaki depremlerden sonra ciddi hasar gören kent dokusu İmparatorluk destekli restorasyonlara yenilenmeye çalışılmıştır. Antiochia 540 yılında Persler tarafından işgal edilmiş ve kenti ele geçiren I. Hüsrev şehri yıkıp yakmakla yetinmeyerek, kentten taşıdığı devşirme malzeme ile “Hüsrev’in Antiochia’sı” adını verdiği yeni bir şehir inşa ederek savaş esirlerini bu yeni şehre yerleştirmiştir. Altıncı yüzyılın devamında kent başka depremler, ikinci bir Sasani işgali ve dalgalar halinde veba salgınları ile oldukça travmatik bir dönem yaşamıştır. Kent 637’de Arap hakimiyetine girmiştir.

Kentin şehircilik ve mimari unsurları ilgili bilgilerimiz daha çok yazılı kaynaklardan beslenir. Hellenistik Dönem yapılarından çoğu özellikle M.Ö 148’deki deprem nedeniyle günümüze ulaşmamış, Princeton Üniversitesi tarafından 1930’larda yapılan kazılar, farklı nedenlerle şehrin Roma ve Bizans Dönemi eserlerinden çok azını ortaya çıkartabilmiştir. Antakya’da şehrin en önemli Roma-Bizans eserlerinin bulunduğu adada kazılar 2010’da Antakya Müzesi tarafından ve Doç. Dr. Hatice Pamir’in bilimsel başkanlığında yeniden başlatılmıştır.

Antiochia’ya ilişkin çalışmalarda Fransız akademisyenlerin önemli katkıları olmuş ve olmaktadır. Burada bu akademisyenlerin hepsini anamasak da bir kaç önemli isimden söz etmek gerekir. Jean Lassus, Princeton ekibi ile birlikte çalışmış, Princeton kazılarının son cildinin editörlüğünü üstlenmiştir. Yakın dönemde, Catherine Saliou ve Grégoire Poccardi’nin yazılı kaynaklardan kent ve kent dokusuna ilişkin çalışmaları öne çıkar. Kentin territoriumunda Jean-Pierre Sodini ve George Tate arkeolojik araştırmalarıyla özellikle Geç Antik dönem kırsal yaşamına ilişkin önemli sonuçlar elde etmişlerdir. Halen Antakya’da süren kazılarda yer alan l’UMR 8538 (ENS-CNRS) laboratuvarından Fransız bir ekip Antakya su yollarına ilişkin çalışmalarına devam etmektedir.

Kaynakça:

Princeton Üniversitesi Kazıları:

  • Elderkin, George W. Antioch-on-the-Orontes, I: Excavations 1932. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1934.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes II, The Excavations 1933-1936. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1938.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes III, The Excavations 1937-1939. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1941.
  • Waage, Frederick O. Antioch-on-the-Orontes IV:I,Ceramics and Islamic Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1948.
  • Waage, Dorothy B. Antioch-on-the-Orontes IV:II,Greek, Roman, Byzantine and Crusider Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1952.
  • Lassus, Jean. Antioch On-The-Orontes V, Les Portiques d’Antioch. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1972.

***

Hatice Pamir başkanlığında Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeoloji Projesi (2002- ):

  • Brands, Gunnar, ‘Orientis apex pulcher- Die Krone des Orients: Antiochia und seine Mauern in Kaiserzeit und Spätantike’, Antike Welt 35 (2004): 11–16.
  • Brands, Gunnar, and Cornelius Meyer, “Antioch-On-The-Orontes and Seleucia Pieria 2004: Preliminary Results of the Geophysical Survey.” Arkeometri Sonuçları Toplantısı 21 (2005): 149–154.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeoloji Projesi: Antiocheia, Seleuceia Pieria ve Sabuniye Yüzey Araştırmaları 2004 Yılı Çalışmaları.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 23 (2005): 89-102.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeolojisi Projesi: Antakya ve Samandağ Yüzey Araştırmaları 2005.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 24 (2006): 397–418.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Figen Çevirici. “Hatay İli, Antakya, Samandağ ve Yayladağı: Yüzey Araştırması 2006”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 25 (2007): 393–410.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Shinichi Nishiyama. “Hatay Yüzey Araştırmaları 2007: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 26 (2008): 1–12.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands, “The Asi Delta and the Asi Valley Archaeological Project in 2004: Samandağ and Antakya Surveys”, ANMED 3 (2005): 103–108.
  • Pamir, Hatice and İnanç Yamaç, ‘Hatay Yüzey Araştırmaları 2010: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü’, Araştırma Sonuçları Toplantıları 29 (2011): 361–389.

***

Diğer:

  • Alpi, Frédéric. La Route Royale: Sévère d’Antioche et les Eglises d’Orient, Vol. 1. Bayreuth: Institut Français du Proche-Orient, 2009.
  • Ataman, Demir. Çağlar içinde Antakya. İstanbul: Akbank, 1996.
  • Butler, Howard C. Early Churches in Syria: Fourth to Seventh Centuries. Edited and completed by E. Baldwin Smith. Princeton: Publication for the Department of Art and Archaeology of Princeton University, 1929.
  • Ciggaar, Krijnie and Michael Metcalf. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean I: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2006.
  • Ciggaar, Krijnie and Victoria van Aalst. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean II: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2013.
  • Djobadze, Wachtang Z. Materials for the study of Georgian monasteries in the Western environs of Antioch on the Orontes. Louvain: Secrétariat du Corpus SCO, 1976.
  • Djobadze, Wachtang Z. Archeological Investigations in the Region West of Antioch on-the-Orontes. Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 1986.
  • Donceel-Voûte, Pauline. Les pavements des églises byzantines de la Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Vol. I. Louvain-la-Neuve: Publications de l’Institute Superior d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Université Catholique de Louvain, 1988.
  • Downey, Glanville. A History of Antioch in Syria, from Seleucus to the Arab Conquest. Princeton: Princeton University Press, 1961.
  • Festugière, André-Jean. Antioche païenne et chrétienne : Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie. Paris: Éditions E. de Boccard, 1959.
  • Foss, Clive. “Syria in Transition, A.D. 550-750: An Archaeological Approach.” Dumbarton Oaks Papers 51 (1997): 189-269.
  • Gerritsen Fokke, et al. “Settlement and Landscape Transformations in the Amuq Valley, Hatay: A Long Term Perspective.” Anatolica 34 (2008): 241-314.
  • Jalabert Louis and René Mouterde. Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Vol III-b: Antioche. Paris: Geuthner, 1953.
  • Kennedy, Hugh N. “The Last Century of Byzantine Syria: A Reinterpretation.” Byzantinische Forschungen 10 (1985): 141-183.
  • Kondoleon, Christine. Antioch: The Lost Ancient City. Princeton: Princeton University Press, 2000.
  • Lafontaine-Dosogne, Jacqueline. Itinéraires Archéologiques dans la Région d’Antioche. Brussels: Éditions de Byzantion, 1967.
  • Levi, Doro. Antioch Mosaic Pavements. Princeton: Princeton University Press, 1947.
  • Liebeschuetz, John H. W. G. Antioch: City and Imperial Administration in the Later Roman Empire. Oxford: Clarendon Press, 1971.
  • Mayer, Wendy and Pauline Allen. The Churches of Antioch (300-638 CE). Leuven: Peeters, 2012.
  • Mécérian, Jean S. J. Expédition Archéologique dans l’Antiochène Occidentale. Beirut: Imprimerie Catholique, 1965.
  • Pamir, Hatice. “Antakya (Antiocheia ad Orontes)’ daki Bazı Hamam Yapılarının Yeniden Değerlendirilmesi, F Hamamı, Narlıca Hamamı ve Çekmece Hamamı. In EUERGETES: Festschrift für Prof. Dr. Haluk Abbasoğlu zum 65. Geburstag, edited by Inci Dalaman et  al., 945-963. Antalya: Suna İnan Kıraç Akdeniz Medeniyetlerini Araştırma Enstitüsü, 2008.
  • Petit, Paul. Libanius et la vie municipale à Antioche au IVe siècle après J.-C. Paris : Geuthner, 1955.
  • Poccardi, Grégoire. “Pour un nouveau plan urbain de l’île de l’Oronte (Ville Neuve) du IIIe au Ve siècle à Antioche de Syrie.” MEFRA 106/2 (1994): 993-1023.
  • Poccardi, Grégoire and Jacques Leblanc. “Étude de la permanence des tracés urbains et ruraux antiques à Antioche-sur-l’Oronte.” Syria 76, (1999): 91-126.
  • Poccardi, Grégoire. “L’île d’Antioche à la fin de l’Antiquité: histoire et problème de topographie urbaine.” In Recent Research in Late Antique Urbanism IV, edited by Luke Lavan, 155-172. New-Jersey: Portsmouth, 2000.
  • Saliou, Catherine, Bernadette Cabouret and Pierre-Louis Gatier. Antioche de Syrie, Histoire, images et traces de la ville antiqueTopoi Orient Occident, Supplement 5. Paris: De Boccard, 2004.
  • Saliou, Catherine. “Les fondations d’Antioche dans l’Antiochikos (Or. XI) de Libanios.” Aram 11-12 (1999-2000): 357-388.
  • Saliou, Catherine. “À propos de la Taurianè pulè Remarques sur la localisation présumée de la Grande Église d’Antioche de Syrie.” Syria 77, 2000: 217-226.
  • Saliou, Catherine. “Identité culturelle et paysage urbain : remarques sur les processus de transformation des rues à portiques dans l’Antiquité Tardive.” Syria 82, 2005: 207-224
  • Saliou, Catherine. “Le palais impérial d’Antioche et son contexte à l’époque de Julien. Réflexions sur l’apport des sources littéraires à l’histoire d’un espace urbain.” Antiquité Tardive 17, 2009: 235-250.
  • Sandwell, Isabella and Janet Huskinson. Culture and Society in Later Roman Antioch. Oxford: Oxbow Books, 2004.
  • Seyhun, Melis H. Antioch Through the Eyes of European Travellers. İstanbul: Kofisa, 2007.
  • Sodini, Jean-Pierre et al. Déhès (Syrie du nord) : campagnes I-III (1976-1978) : recherches sur l’habitat rural. Paris : Geuthner, 1980.
  • Sodini, Jean-Pierre. “Qal’at Sem’an et DeirSem’an: Naissance et développement d’un lieu de pèlerinage durant l’antiquité tardive.” In Architecture paléochrétienne, edited by Jean-Michel Spieser, 11-59. Gollion: Infolio, 2011. (A good summary among his many articles on Qal’at Sem’an).
  • Soler, Emmanuel. Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C. : Pratiques festives et comportements religieux dans le processus de christianisation de la cite. Beyrouth: IFAPO, 2006.
  • Tate, Georges. Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècle. Paris: Paul Geuthner, 1992.
  • Tchalenko, Georges. Villages antiques de la Syrie du Nord, Vols. I-III. Paris: Paul Geuthner, 1953-1958.
  • Vorderstrasse, Tasha. Al-Mina: A Port of Antioch from Late Antiquity to the End of the Ottomans. Leiden: Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2005.
  • Yener, Kutlu Aslıhan. The Amuq Valley Regional Projects, Vol. 1. Chicago: Oriental Institute Publications, 2005.

Antiochia ad Orontem (Antioch-on-the-Orontes, today Antakya)

Türkçe çeviri

Janvier 2014

Antiochia ad Orontem (Antioch-on-the-Orontes) is situated at the easternmost end of Mediterranean and approximately 25 km. from the sea. Today it remains as a small town, the administrative center of Hatay province, but has been once one of the thriving cities of the antique world. It was called the “Queen of the East” in the Roman Period, having been accepted to be one of the four major cities of “the world” (i.e. the Roman Empire). The city expanded from the banks of the Orontes River to the western slopes of the Cassius mountain range. The major urban element, the Orontes River, was navigable in the antiquity and connected the city to Seleucia Pieria (Samandağ) that served Antioch as its main port.

Antiochia was founded by Seleucos I Nicator around 300 B.C. It turned into a significant Roman city after the Seleucid Kingdom fell under the Roman rule at 64 B.C., and gradually became the administrative and military center of the East. Antioch was famous for its vivid and colorful urban life since the times that it was founded. The city held onto its Hellenistic roots and traditions up until the Arab occupation in the 7th century and Greek remained as the main language of the center. On the other hand, throughout its territorium the continuation of numerous local languages and traditions –essentially Syriac- could still be observed.

While the city already presented a colorful mosaic of various religious traditions -the Jewish community that was an important component of demography since its foundation and numerous pagan cults-, it also became one of the first centers of Christianity. Antioch was one of the first metropolises where Christians reached important numbers, especially on account of its dominance on the road system that linked Jerusalem to the west. The city was evangelized, based on the tradition that associated Paul and Peter with Antioch. Antioch was finally approved as a patriarchate during the Chalcedon Council (451 A.D.). However, in Antioch, already a center of religious controversies among Christians before this date, the already existing tribulations gradually turned into problems between the supporters of the Chalcedonian creed and the others. Soon after, these problems turned into a rivalry with significant socio-political projections.

The sixth century was a traumatic period for Antioch. The subsequent earthquakes of 526 and 528 were particularly destructive, although full-scale restorations were put in action immediately, supported with imperial funding and patronage. Nonetheless, the Persian sack of 540 was equally devastating and Chosroes I, who did not contended with the demolition of the city, inflicted another heavy blow to its prestige; he settled the hostages in a city called “Antioch of Chosroes”, constructed with actual spolia ripped from Antioch during the sack. The rest of the sixth century was equally challenging, marked by other earthquakes, a second Sassanid invasion, and the plague that came in waves throughout the century and further.

The urban and architectural elements of the city remain essentially unknown with the exception of what can be gathered from the textual sources. Most of the Hellenistic urban fabric was destructed during the earthquake of 148 B.C. and for various reasons the excavations held at Antioch in 1930s by a team from Princeton University failed to uncover the main Roman and Byzantine monuments of the city. Nonetheless, a survey led under the direction of Doç. Dr. Hatice Pamir from 2002 onwards concentrated on reevaluating the remains throughout the city and from 2010 onwards limited excavations were held on the island under the direction of Hatay Museum and under scientific counseling of Hatice Pamir, where the most important monuments of Antioch once stood.

French scholarship has been effectively involved in research at Antioch and its territorium. Although it may not be possible to name each and every one of them, some important scholars should still be mentioned. Jean Lassus worked with the Princeton team and edited the last of the excavation volumes. More recently, the studies of Catherine Saliou and Grégoire Poccardi offered significant contributions on the historical topography of Antioch, through careful and detailed reexamination of the ancient texts. The groundbreaking archaeological studies of Jean-Pierre Sodini and George Tate have redefined our understanding of Late Antique Antiochene countryside and its dynamics. A French team from l’UMR 8538 (ENS-CNRS) still continues their research on the water systems of Antioch in collaboration with the Turkish team.

Selective Bibliography:

Princeton Excavations:

  • Elderkin, George W. Antioch-on-the-Orontes, I: Excavations 1932. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1934.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes II, The Excavations 1933-1936. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1938.
  • Stillwell, Richard. Antioch-on-the-Orontes III, The Excavations 1937-1939. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1941.
  • Waage, Frederick O. Antioch-on-the-Orontes IV:I,Ceramics and Islamic Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1948.
  • Waage, Dorothy B. Antioch-on-the-Orontes IV:II,Greek, Roman, Byzantine and Crusider Coins. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1952.
  • Lassus, Jean. Antioch On-The-Orontes V, Les Portiques d’Antioch. Committee for The Excavation of Antioch and Its Vicinity, Princeton: Princeton University Press, 1972.

***

Archaeological Survey in the Orontes Valley directed Hatice Pamir (2002- ):

  • Brands, Gunnar, ‘Orientis apex pulcher- Die Krone des Orients: Antiochia und seine Mauern in Kaiserzeit und Spätantike’, Antike Welt 35 (2004): 11–16.
  • Brands, Gunnar, and Cornelius Meyer, “Antioch-On-The-Orontes and Seleucia Pieria 2004: Preliminary Results of the Geophysical Survey.” Arkeometri Sonuçları Toplantısı 21 (2005): 149–154.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeoloji Projesi: Antiocheia, Seleuceia Pieria ve Sabuniye Yüzey Araştırmaları 2004 Yılı Çalışmaları.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 23 (2005): 89-102.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands. “Asi Deltası ve Asi Vadisi Arkeolojisi Projesi: Antakya ve Samandağ Yüzey Araştırmaları 2005.” Araştırma Sonuçları Toplantıları 24 (2006): 397–418.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Figen Çevirici. “Hatay İli, Antakya, Samandağ ve Yayladağı: Yüzey Araştırması 2006”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 25 (2007): 393–410.
  • Pamir, Hatice, Gunnar Brands and Shinichi Nishiyama. “Hatay Yüzey Araştırmaları 2007: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü”, Araştırma Sonuçları Toplantıları 26 (2008): 1–12.
  • Pamir, Hatice and Gunnar Brands, “The Asi Delta and the Asi Valley Archaeological Project in 2004: Samandağ and Antakya Surveys”, ANMED 3 (2005): 103–108.
  • Pamir, Hatice and İnanç Yamaç, ‘Hatay Yüzey Araştırmaları 2010: Antakya, Samandağ, Yayladığı ve Altınözü’, Araştırma Sonuçları Toplantıları 29 (2011): 361–389.

***

  • Alpi, Frédéric. La Route Royale: Sévère d’Antioche et les Eglises d’Orient, Vol. 1. Bayreuth: Institut Français du Proche-Orient, 2009.
  • Ataman, Demir. Çağlar içinde Antakya. İstanbul: Akbank, 1996.
  • Butler, Howard C. Early Churches in Syria: Fourth to Seventh Centuries. Edited and completed by E. Baldwin Smith. Princeton: Publication for the Department of Art and Archaeology of Princeton University, 1929.
  • Ciggaar, Krijnie and Michael Metcalf. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean I: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2006.
  • Ciggaar, Krijnie and Victoria van Aalst. East and West in the Medieval Eastern Mediterranean II: Antioch from the Byzantine Reconquest until the End of the Crusader Principality. Leuven: Peeters, 2013.
  • Djobadze, Wachtang Z. Materials for the study of Georgian monasteries in the Western environs of Antioch on the Orontes. Louvain: Secrétariat du Corpus SCO, 1976.
  • Djobadze, Wachtang Z. Archeological Investigations in the Region West of Antioch on-the-Orontes. Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 1986.
  • Donceel-Voûte, Pauline. Les pavements des églises byzantines de la Syrie et du Liban. Décor, archéologie et liturgie, Vol. I. Louvain-la-Neuve: Publications de l’Institute Superior d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Université Catholique de Louvain, 1988.
  • Downey, Glanville. A History of Antioch in Syria, from Seleucus to the Arab Conquest. Princeton: Princeton University Press, 1961.
  • Festugière, André-Jean. Antioche païenne et chrétienne : Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie. Paris: Éditions E. de Boccard, 1959.
  • Foss, Clive. “Syria in Transition, A.D. 550-750: An Archaeological Approach.” Dumbarton Oaks Papers 51 (1997): 189-269.
  • Gerritsen Fokke, et al. “Settlement and Landscape Transformations in the Amuq Valley, Hatay: A Long Term Perspective.” Anatolica 34 (2008): 241-314.
  • Jalabert Louis and René Mouterde. Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Vol III-b: Antioche. Paris: Geuthner, 1953.
  • Kennedy, Hugh N. “The Last Century of Byzantine Syria: A Reinterpretation.” Byzantinische Forschungen 10 (1985): 141-183.
  • Kondoleon, Christine. Antioch: The Lost Ancient City. Princeton: Princeton University Press, 2000.
  • Lafontaine-Dosogne, Jacqueline. Itinéraires Archéologiques dans la Région d’Antioche. Brussels: Éditions de Byzantion, 1967.
  • Levi, Doro. Antioch Mosaic Pavements. Princeton: Princeton University Press, 1947.
  • Liebeschuetz, John H. W. G. Antioch: City and Imperial Administration in the Later Roman Empire. Oxford: Clarendon Press, 1971.
  • Mayer, Wendy and Pauline Allen. The Churches of Antioch (300-638 CE). Leuven: Peeters, 2012.
  • Mécérian, Jean S. J. Expédition Archéologique dans l’Antiochène Occidentale. Beirut: Imprimerie Catholique, 1965.
  • Pamir, Hatice. “Antakya (Antiocheia ad Orontes)’ daki Bazı Hamam Yapılarının Yeniden Değerlendirilmesi, F Hamamı, Narlıca Hamamı ve Çekmece Hamamı. In EUERGETES: Festschrift für Prof. Dr. Haluk Abbasoğlu zum 65. Geburstag, edited by Inci Dalaman et  al., 945-963. Antalya: Suna İnan Kıraç Akdeniz Medeniyetlerini Araştırma Enstitüsü, 2008.
  • Petit, Paul. Libanius et la vie municipale à Antioche au IVe siècle après J.-C. Paris : Geuthner, 1955.
  • Poccardi, Grégoire. “Pour un nouveau plan urbain de l’île de l’Oronte (Ville Neuve) du IIIe au Ve siècle à Antioche de Syrie.” MEFRA 106/2 (1994): 993-1023.
  • Poccardi, Grégoire and Jacques Leblanc. “Étude de la permanence des tracés urbains et ruraux antiques à Antioche-sur-l’Oronte.” Syria 76, (1999): 91-126.
  • Poccardi, Grégoire. “L’île d’Antioche à la fin de l’Antiquité: histoire et problème de topographie urbaine.” In Recent Research in Late Antique Urbanism IV, edited by Luke Lavan, 155-172. New-Jersey: Portsmouth, 2000.
  • Saliou, Catherine, Bernadette Cabouret and Pierre-Louis Gatier. Antioche de Syrie, Histoire, images et traces de la ville antique. Topoi Orient Occident, Supplement 5. Paris: De Boccard, 2004.
  • Saliou, Catherine. “Les fondations d’Antioche dans l’Antiochikos (Or. XI) de Libanios.” Aram 11-12 (1999-2000): 357-388.
  • Saliou, Catherine. “À propos de la Taurianè pulè Remarques sur la localisation présumée de la Grande Église d’Antioche de Syrie.” Syria 77, 2000: 217-226.
  • Saliou, Catherine. “Identité culturelle et paysage urbain : remarques sur les processus de transformation des rues à portiques dans l’Antiquité Tardive.” Syria 82, 2005: 207-224
  • Saliou, Catherine. “Le palais impérial d’Antioche et son contexte à l’époque de Julien. Réflexions sur l’apport des sources littéraires à l’histoire d’un espace urbain.” Antiquité Tardive 17, 2009: 235-250.
  • Sandwell, Isabella and Janet Huskinson. Culture and Society in Later Roman Antioch. Oxford: Oxbow Books, 2004.
  • Seyhun, Melis H. Antioch Through the Eyes of European Travellers. İstanbul: Kofisa, 2007.
  • Sodini, Jean-Pierre et al. Déhès (Syrie du nord) : campagnes I-III (1976-1978) : recherches sur l’habitat rural. Paris : Geuthner, 1980.
  • Sodini, Jean-Pierre. “Qal’at Sem’an et DeirSem’an: Naissance et développement d’un lieu de pèlerinage durant l’antiquité tardive.” In Architecture paléochrétienne, edited by Jean-Michel Spieser, 11-59. Gollion: Infolio, 2011. (A good summary among his many articles on Qal’at Sem’an).
  • Soler, Emmanuel. Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C. : Pratiques festives et comportements religieux dans le processus de christianisation de la cite. Beyrouth: IFAPO, 2006.
  • Tate, Georges. Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècle. Paris: Paul Geuthner, 1992.
  • Tchalenko, Georges. Villages antiques de la Syrie du Nord, Vols. I-III. Paris: Paul Geuthner, 1953-1958.
  • Vorderstrasse, Tasha. Al-Mina: A Port of Antioch from Late Antiquity to the End of the Ottomans. Leiden: Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2005.
  • Yener, Kutlu Aslıhan. The Amuq Valley Regional Projects, Vol. 1. Chicago: Oriental Institute Publications, 2005.

Pour une nouvelle approche de l’archéologie en Turquie

Communication présentée lors du colloque “L’archéologie en France et à l’étranger : acteurs et enjeux“, Paris, 14-15/10/2013

Les règlementations qui encadrent l’activité archéologique en Turquie ont été mises à plat par les autorités locales en février 2013. Le but de ces réformes vise à permettre aux acteurs locaux de remettre la main sur leur patrimoine archéologique dont l’exploitation était principalement menée, jusqu’à une date récente, par des équipes étrangères, européennes ou non.

Depuis une dizaine d’année, et la victoire aux élections générales du parti de l’AKP en novembre 2002, on assiste à une réforme en profondeur de la gestion du patrimoine archéologique turc. Cette politique de réappropriation s’accompagne d’un développement exponentiel des moyens. Ainsi, depuis 10 années ce sont plusieurs dizaines de départements d’archéologie qui ont été créés à travers le pays. Le nombre de musées locaux est en constante augmentation. Le nombre de fouilles menées par des équipes turques a presque triplé (tableau 1) tandis que leur budget global, mis à disposition par le ministère de la culture et du tourisme, a été multiplié par 25, passant de près de 2 millions de livres en 2002 à près de 50 millions en 2011 (tableau 2). Les résultats de cette politique se lisent à travers la fréquentation cumulée des musées et sites archéologiques qui est passée de 6 millions de visiteurs en 2000 à près de 30 millions en 2012.

Evolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution des fouilles placées sous direction turque (2002-2013) – Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44150/kazi-ve-yuzey-arastirmalari-faaliyetleri.html
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)
Évolution du budget recherche (fouilles et prospections) du ministère de la culture (2002-2011) (source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,44223/2002-2011-yillari-arasinda-kazi-ve-arastirma-calismalar-.html)

On comprend à la lecture de ces statistiques que nous assistons depuis quelques années en Turquie à un renversement de situation sans précédent qui voit une montée en puissance de l’archéologie turque, menée par des Turcs.

Parallèlement, et durant la même période, on assiste à un tassement de l’activité de fouilles étrangères en Turquie.

Mis côte à côte, les chiffres sont, ici encore, éloquents (tableau 3) : pour l’année 2012 on compte 18 prospections étrangères pour 84 prospections turques ; 39 fouilles étrangères pour 116 fouilles turques, auxquelles il faut ajouter les quelques 151 fouilles de sauvetage menées par les musées locaux au cours de la même année.

Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html
Tableau comparatif de l’évolution des fouilles programmées en Turquie (2002-2013). Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,43251/faaliyetler.html

L’impact de cette politique de développement ne se limite pas à la construction de musées et à la création d’universités dont on comprend qu’il s’agit ici d’un moteur essentiel de la politique de développement menée par le gouvernement. Le but de cette politique n’est pas non plus scientifique, que l’on ne s’y trompe pas, mais répond à des logiques purement économiques et politiques. Cette démarche est par ailleurs totalement assumée par la direction du ministère qui réunit culture et tourisme sous un seul et même chapeau.

Économiquement il s’agit aujourd’hui pour les autorités turques de rentabiliser un patrimoine en y investissant de lourds moyens ; tandis que politiquement la Turquie cherche à s’affirmer sur la scène internationale comme un pays moderne, soucieux de la mise en valeur de son patrimoine et désireux de faire valoir une historicité, une historialité, dont la Turquie moderne est la dépositaire.

Ce mouvement profond n’est pas sans conséquences pour les acteurs de l’archéologie de terrain à qui on impose dorénavant d’intégrer dans leur approche scientifique ces perspectives à la fois économiques et politiques, bien éloignées de leur formation et de leurs préoccupations initiales.

Ainsi, pour l’archéologue de terrain la gestion du patrimoine mobilier ou immobilier mis au jour lors des fouilles devient un véritable casse-tête. Les équipes sont dorénavant évaluées sur leurs capacités à fournir un maximum d’objets aux musées locaux, ainsi qu’à procéder aux mises en valeur, restaurations, conservations et anastyloses des bâtiments découverts. La qualité du travail effectué ne s’estime plus en terme de résultat scientifique mais plutôt en terme de budget, de nombre d’intervenants (archéologues et ouvriers compris) et de temps de fouilles. Les nouvelles directives publiées par la direction générale du patrimoine encadrent de règles très strictes l’activité des archéologues. Les prospections archéologiques ne sont plus accordées que dans la perspective d’un programme de fouilles à venir. On impose aux fouilleurs une présence minimale de deux mois par an sur le terrain, accompagnée d’une activité de recherche au moins égale hors terrain. La présence, aux côtés du directeur des fouilles, d’un adjoint local est devenu une condition sine qua non pour l’obtention du permis, au même titre que la construction ou l’aménagement d’une maison de fouille comprenant laboratoire et dépôt, ou encore l’emploi de gardiens, par l’intermédiaire de sociétés spécialisées. Ce ne sont ici que quelques unes des nouvelles règles imposées aux archéologues.

La gestion des sites archéologiques par les autorités turques semble parfois ainsi calquée sur celle de simples chantiers de construction et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on voit fleurir baraquements et autres préfabriqués en lieu et place des vieilles maisons de fouilles traditionnelles.

Mon propos n’est pas ici de critiquer telle ou telle disposition nouvelle imposée par les autorités turques mais plutôt d’insister sur la nature profonde et radicale des transformations que nous connaissons en Turquie ainsi que sur leurs conséquences. Ces nouvelles directives n’ont d’ailleurs pas eu que des effets négatifs, épongeant notamment nombre d’opérations moribondes ou encore mettant un terme à l’absence criante de programme de protection des vestiges mis au jour, parfois depuis des décennies, et qui étaient condamnés à disparaître avec le temps.

Quoi qu’il en soit, la multiplication des doléances turques ainsi que la mise en place de directives strictes et précises ont eu des conséquences nombreuses pour l’archéologie française en Turquie. Je ne mentionnerai pas ici les problèmes soulevés sur le terrain par la question des demandes répétées des autorités turques de restitution de biens culturels, ni des tensions engendrées par les prises de position de nos hommes politiques sur des questions historiques, deux thèmes sur lesquels les archéologues se sentent souvent pris en otage, entre l’enclume et le marteau.

Une des conséquences les plus directes est la baisse dramatique du nombre de fouilles françaises en Turquie, alors que les fouilles d’autres pays étrangers se maintenaient. En l’espace de quelques années, la France, qui pouvait se targuer d’avoir la direction de certains sites parmi les plus prestigieux (Claros, Zeugma, Xanthos, Letoon), se retrouve en 2012 à la tête d’un unique site, celui de Porsuk en Cappadoce méridionale, la plaçant bien loin derrière ses voisins européens et outre-atlantique (tableau 4).

Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html
Tableau comparatif des opérations archéologiques étrangères en Turquie pour l’année 2012. Source : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/TR,50150/2012-yili-kazi-ve-yuzey-arastirma-faaliyetleri.html

La situation paraît tellement dramatique que de nombreux archéologues français ont préféré s’exiler dans des pays satellites (Bulgarie, Géorgie, Azerbaïdjan), tant il semblait impossible de mettre en place un programme de recherche archéologique en Turquie. Cela n’a pas seulement nui à la représentation française en Turquie, mais aussi et surtout à l’image de l’archéologie française dans la région, considérée comme vieillissante, incapable de s’adapter, de développer, voire même d’assumer d’ambitieux projets.

Cette situation est le résultat très clair non seulement d’un manque de compréhension, ou d’une prise de conscience trop tardive, des transformations à l’œuvre dans le milieu archéologique turc, mais aussi et surtout d’une absence totale de dialogue entre universitaires et tutelles responsables français et turcs. Cette période au cours de laquelle l’archéologie française s’est retrouvée en perte de vitesse correspond aussi à un moment de l’histoire de l’IFEA au cours de laquelle l’archéologie n’était plus une priorité.

Une telle situation montre, une fois de plus, le rôle majeur que jouent de tels instituts dans le dispositif archéologique français à l’étranger, particulièrement dans des contextes politiques compliqués, et à condition, bien entendu, qu’on leur en donne les moyens.

Car l’institut se doit de jouer un rôle de passeur, de transmission, de l’information, de décryptage de situation et assurer le suivi des dossiers dont la gestion est bien souvent difficile depuis la métropole. L’institut se doit aussi d’offrir des solutions lorsque la situation l’impose, jouant de ses contacts et de sa connaissance du terrain et des acteurs locaux. Il se doit aussi et surtout participer à la réflexion commune lorsqu’il s’agit de repenser une activité dont les cadres d’expression ne cessent d’évoluer. Ainsi, depuis 2010, date à laquelle l’IFEA a remis l’archéologie au cœur de ses préoccupations, et bien que ses moyens financiers et logistiques aient été en baisse constante, notre institut s’évertue à mettre en place de nouvelles approches qui permettent à la sphère archéologique française de réintégrer le terrain turc. Soutenus en ce sens par le MAE, dont la commission des fouilles a accepté de revoir ses critères d’attribution des allocations, nous cherchons dorénavant à nous intégrer dans le tissu archéologique turc, plutôt que de tenter de nous y imposer. La démarche est plus lente, plus délicate, et demande de solides collaborations, mais elle porte ses fruits (tableau 5).

Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.
Évolution des missions archéologiques françaises (financées MAE) de 2006 à 2012. Sources : MAE.

C’est ainsi que nous avons défendu, avec succès, l’idée de création de missions françaises qui opèrent en collaboration et sous couvert d’une équipe étrangère, fût-elle turque ou autre. Cette approche fonctionne, encore une fois grâce au soutien du MAE qui désormais accepte de financer de telles missions même si le drapeau français n’est plus celui qui trône au sommet de l’acropole. De telles collaborations apportent aussi leur lot d’avantages. En effet, à l’heure où les équipes doivent grossir ou mourir, où les budgets doivent gonfler ou disparaître, où les tutelles institutionnelles ne peuvent désormais plus être les seules pourvoyeuses des missions, seule la réunion d’équipes plurielles, internationales et interdisciplinaires semble offrir une voie de sortie de l’impasse qui s’impose à nombre d’entre nous.

La Carie antique

Türkçe çeviri

Novembre 2013

La Carie est une région de l’Asie Mineure antique, située dans le sud-ouest de la Turquie. Elle est bordée au Nord par la vallée du Méandre, à l’Ouest et au Sud par la côte égéenne et à l’Est par la vallée de l’antique Indos, la rivière du Dalaman.
La Carie antique était peuplée d’une population autochtone parmi laquelle des chercheurs distinguent les premiers occupants, les Lélèges, puis les Cariens proprement dits. Ces derniers avaient développé une culture propre dont les caractéristiques principales se lisent à travers une langue indo-européenne, une architecture particulière et une iconographie locale.
Même si la Caire et les Cariens sont mentionnés dans de nombreuses sources antiques, dont Homère, on connaît encore mal le développement de sa population aux périodes les plus reculées. Les sources archéologiques nous renseignent principalement sur la ‘période d’or’ de la Caire, à savoir le 4e s. av. J.-C. À cette époque, la Carie, qui faisait partie d’une grande satrapie incluant notamment la Lydie et l’Ionie au Nord ainsi que la Lycie à l’Est, était intégrée à l’Empire Perse. Au tout début du 4e s. av. J.-C., le Grand Roi Perse décide de scinder ces régions en autant de Satrapies autonomes, offrant à la Carie, et pour la première fois de son histoire, d’être réunie sous une seule et même bannière. Car le Grand Roi Perse ne s’est pas contenté d’offrir à cette région sa liberté, bien que relative, elle lui a aussi donné une opportunité extraordinaire en ne nommant pas, comme à l’accoutumée, un de ses proches à la tête de la Satrapie, mais en choisissant de promouvoir un dynaste local, originaire de la ville de Mylasa (moderne Milas), Hékatomnos. Ce chef de guerre fonda la dynastie des Hékatomnides dont est notamment issu le fameux Mausole.
Les Hékatomnides tirèrent largement partie de leur double position de satrape de l’Empire Perse et Rois de Carie. Ils mirent en œuvre une double politique d’unification de la région, jusqu’ici découpée en petites principautés, et de développement économique par un accroissement des échanges, avec notamment le déplacement de la capitale de Mylasa vers la ville d’Halicarnasse (moderne Bodrum). Ils tirèrent aussi un large avantage de leur position géographique, entre les blocs Perse et Grec, qu’ils utilisèrent pour entretenir une certaine ambigüité quant à leur appartenance politique. Administrateurs de l’Empire Perse, ils n’en sont pas moins philhellènes et ont souvent été considérés comme les chantres de l’hellénisme.
L’ensemble de ces particularités ont amené les spécialistes, archéologues, numismates, épigraphes et historiens à s’intéresser à cette région et à sa population. Les Français ont fait partie des précurseurs, avec notamment les voyageurs érudits du XIXe s. tels que Ch. Texier qui fut le premier à produire cartes et plans de sites archéologique, ou encore Ph. LeBas dont les travaux furent publiés en 1847 et permirent à la communauté scientifique internationale de découvrir les vestiges extraordinaires que recèle la région. Dans le siècle qui suivit, si les chercheurs français furent vite rejoints par leurs collègues, notamment anglais et italiens, ils n’en restèrent pas moins actifs. Les travaux fondateurs d’Alfred Laumonier sur les Cultes indigènes en Carie, ou encore la très riche bibliographie de Louis Robert font encore autorité.
À la suite de ces travaux pionniers, de nombreuses interventions de terrains se sont développées en Carie. Prospections archéologiques et épigraphiques, fouilles, approches linguistique et géographique révèlent aujourd’hui un pan entier de cette culture carienne, héritière de la période Hékatomnide qui, si elle fut brève (moins d’un siècle), n’en fut pas moins fondatrice pour l’histoire complexe de cette région.

Bibliographie indicative

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Antik Karya

Version française

Kasım 2013

Karya, Ön Asya’da Türkiye’nin güneybatısında bir antik dönem yerleşkesidir. Kuzeyinde Menderes Ovası, batı ve güneyinde Ege Denizi, doğusunda da antik çağ ismiyle İndos ovası ve Dalaman Çayı ile çevrelenmiştir.
Araştırmacılar, Karya’nın ilk sakinlerinin, zamanla Karyalılar diye adlandırılacak olan yerli Leleg halkı olduğunu belirtmektedir. Karyalılar’ın geliştirdiği kendilerine özgü kültürün başlıca örneklerini Hint-Avrupa ailesine mensup dilleri ile mimari, resim ve heykel gibi alanlarda gösterdikleri özgünlükte gözlemlemek mümkündür.
Karya ve Karyalılar’dan Homeros da dahil birçok antik dönem kaynağında bahsedilse bile bu toplumun en eski devirlerdeki seyri pek iyi bilinmemektedir. Arkeolojik kaynaklar, bizi öncelikle ‘Karya’nın altın çağı’ yani MÖ 4.yüzyıl hakkında bilgilendirmektedir. Bu dönemde, Karya, kuzeyde Lidya ve İyonya, doğuda Likya ile beraber büyük bir satraplığa mensup olup Pers İmparatorluğu’na dahildi. MÖ 4.yüzyılın hemen başında Büyük Pers Kralı buraları özerk satraplıklara bölmeye karar verdi ve böylelikle Karya, tarihinde ilk defa kendi ismi altında bir araya gelmiştir. Aslında kral, Karya’ya yalnızca göreceli bir özgürlük vermekle kalmamış, aynı zamanda alışılageldiği gibi satraplığın başına kendi yakınlarından birini atamayıp bugünkü Milas yani Mylasalı yerel bir hanedan olan Hekatomnos’u destekleyerek Karya’ya müthiş bir fırsat sunmuştur. Bu savaş kumandanı, meşhur Mausolos’un da mensubu olduğu Hekatomnos Hanedanlığı’nı kurmuştur.
Hekatomnoslar, hem Pers İmparatorluğu satrabı hem de Karya Kralı sıfatlarını lehlerinde kullanmayı çok iyi becermişlerdir. O zamana kadar küçük prensliklere bölünmüş bölgeyi merkezileştirmek, ilişkileri güçlendirerek ekonomiyi geliştirmek için (bu çerçevede başkent Mylasa’dan Halikarnas’a taşınmıştır) çift koldan hareket etmişlerdir. Siyasal çizgilerini muğlak tutarak Pers ve Grek tarafları ortasındaki coğrafi konumlarından iyi şekilde faydalanmayı bilmişlerdir. Karyalılar, Pers İmparatorluğu yöneticisi olup Helen Kültürü takipçisidir ve çoklukla Helenizm’i övmeleriyle bilinirler.
Tüm bu özellikler ; uzman, arkeolog, nümismat, yazıt bilimci ve tarihçileri bölge ve halkıyla ilgilenmeye sevk etmiştir. Bu konuda Fransızlar, özellikle Charles Texier gibi kazı alanlarını ilk defa haritaya döken ya da 1847’de çalışmalarının yayımlanmasıyla uluslararası bilim sahnesinde bölgenin barındırdığı olağanüstü kalıntıların tanıtılmasını sağlayan Philippe Le Bas gibi XIX. yüzyıl bilginlerinin seyahatleriyle başı çekenler olmuşlardır. Bir sonraki yüzyılda Fransızlara kendileri kadar etkin İngiliz ve İtalyan araştırmacılar katılmıştır. Alfred Laumonier’nin Karya’da yerel inançlar isimli temel çalışması ve de Louis Robert’in son derece zengin kaynakçası halen kabul görmektedir.
Bu öncü araştırmaların ardından Karya’da birçok saha çalışması gerçekleşmiştir. Arkeolojik ve yazıt bilimsel yüzey araştırmaları, kazılar, dil ve coğrafya yönelimli çalışmalar, bugün Karya kültürünün büyük bir parçasını yansıtmaktadır. Yüzyıldan kısa süren Hekatomnos Devri’nin mirasçısı bu kültür bölgenin karmaşık tarihi bakımından bir temel teşkil etmiştir.

Kaynakça

  • – HENRY Olivier, Tombes de Carie, Architecture Funéraire et Culture Carienne VIe– IIe Siècle av. J.-C., Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • – HENRY Olivier, 4th Century Karia, Definig a Karian Identity Under the Hekatomnids, IFEA, De Boccard, Istanbul, 2013.
  • – RATTE Christopher, STAEBLER Peter D. De (éds.), Aphrodisias V, The Aphrodisias Regional Survey, Mainz, Philipp von Zabern, 2012.
  • – DEBORD Pierre, VARINLIOĞLU Ender, Cités de Carie, Harpasa, Bargasa, Orthosia, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • – BLÜMEL Wolfgang (éd.), Die Inschriften von Mylasa Teil I: Inschriften der Stadt, Teil II: Inschriften aus der Umgebung der Stadt, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GMBH, 1987, 1988.
  • – COOK B.F., Relief Sculpture of the Mausoleum at Halicarnassius, Oxford, Oxford University Press, 2005.
  • – CARSTENS Anne Marie, Karia and Hekatomnids, The creation of a dynasty, Oxford, Archaeopress, BAR, 2009.
  • – RUZICKA Stephen, Politics of Persian Dynasty, The Hecatomnids in the Forth Century B.C. Oklahoma Press, 1992.
  • – ADIEGO Ignacio J., The Carian Language, Leiden, Bril, 2007.
  • – RUMSCHEID Frank (éd.), Die Karer und die Anderen, Internationales Kolloquium an der Freien Universitat Berlin 13.bis 15 Oktober 2005, Bonn, Habelt Verlag, 2009.
  • – LINDERS Tulia, HELLSTRÖM Pontus (éds.), Architecture and Society In Hekcatomnid Caria, Proceedings of the Symposium 1987, Upsala, Boreas, 1989.
  • – BREMEN Riet Van, CARBON Jan-Mathieu (éds.), Hellenistic Caria, Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia – Oxford, 29 June – 2 July 2006,  Paris, Ausonius, 2010.
  • – AKARCA Aşkıdil, Les Monnaies Grecques De Mylasa, Paris, Librairie Adrien-Maisonneuve, 1959.
  • – KÜÇÜKEREN C. Canan, An Anatolian Civilisation in the Aegean Karia, (Karuwa/Karka/Karkişa/Krk), İstanbul, Ekin Grup.
  • – HORNBLOWER Simon, Mausolus, Oxford, Clarendon Press, 1982.
  • – Bolletino Dell’Associazione Iasos Di Caria, Bologna, La Mandragora.
  • – PEDERSEN Poul (éd.), Halikarnassian Studies V, Odense M., University Press of Southern Denmark, 2008.
  • – BLID Jesper, Felicium Temporum Reparatio, Labraunda in Late Antiquity (c. AD 300-600), Doctoral Thesis in Classical Archaeology and Ancient History at Stockholm University, Sweden, 2012.
  • – KARLSSON Lars, CARLSSON Susanne (éds.), Labraunda and Karia, Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda, The Royal Swedish Academiy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21 2008, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, Boreas, 2011. 
  • – ÖZGÜNEL Çoşkun, Karia Geometrik Seramiği, İstanbul, Homer Kitabevi, 2006.

Les fouilles du Musée archéologique d’Istanbul à Tophane

Le 8 juillet 2013 j’ai visité les fouilles effectuées par le Musée archéologique d’Istanbul à Tophane. Les travaux sont conduits dans un terrain vague de forme rectangulaire allongée et en forte pente, situé le long de l’avenue Meclis-i Mebusan du côté ouest. Jusqu’aujourd’hui seul a pu être fouillé un secteur correspondant en gros à 1/3 du terrain à l’extrémité nord. Selon les archéologues responsables le reste sera fouillé une fois que les problèmes statiques créés par le haut mur de terrasse qui domine le terrain du côté ouest seront résolus.

Emplacement des fouilles (d'après Müller-Wiener 2001)
Emplacement des fouilles (d’après Müller-Wiener 2001)

Dans la partie fouillée sont apparus les vestiges en assez bon état d’un grand bâtiment que les fouilleurs datent des 6e-7e s. ap. J.-C. d’après sa technique de construction et le matériel recueilli sur les sols. La présence d’un praefurnium assez bien conservé, les diverses canalisations et tubulures que l’on voit par endroits sous le revêtement de sol, de même que l’existence de quelques bassins rectangulaires pourraient indiquer que ces espaces dallés de marbre et dont les murs étaient revêtus de plaques de marbre blanc -du moins dans leur partie basse conservée-, appartenaient à un édifice thermal. Il ne serait pas faux de dire que ces thermes faisaient partie d’un complexe plus vaste à caractère séculaire (hôtel particulier ou palais) ou sacré (monastère), car au sud, des vestiges de murs et de voûtes qui présentent une technique de construction similaire et qui donc pourraient appartenir au même complexe sont visibles en surface dans le secteur non encore  fouillé. On constate que ces vestiges ont servi par endroits de  fondation aux murs de l’École de manufacture militaire (İmalat-ı Harbiye Mektebi) dont la reconstruction à l’identique est à l’ordre du jour.

Une autre découverte remarquable est constituée par un grand sarcophage byzantin de marbre blanc, incorporé dans l’un des murs de l’édifice thermal situé du côté de la pente et qui donc servait aussi comme mur de terrasse. Le sarcophage n’a apparemment pas été déplacé au moment de la construction des thermes. Il a été au contraire délibérément laissé en place et incorporé dans le mur de terrasse, son poids considérable pouvant aider à contrecarrer la poussée latérale des terres en haut de la pente.

Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)
Vue des vestiges dans les années 70 (Eyice 1976: Fig. 5)

Les restes mis au jour dans le tiers fouillé du terrain ainsi que les ruines visibles en surface dans le secteur non encore fouillé montrent que l’emplacement de l’École de manufacture militaire, bâtiment ottoman détruit au milieu du siècle dernier dont la reconstruction à l’identique est projetée par l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan, est occupé dans sa totalité par d’importants vestiges datant de l’époque byzantine, comme le soulignait déjà Semavi Eyice dans les années 70 (Bizans Devrinde Boğaziçi, Istanbul 1976. pp. 19-20). Il est donc certain que la reconstruction de cet édifice entraînera la destruction totale ou partielle de ces vestiges archéologiques. Par ailleurs il faut dire que le manque de documentation (plans, relevés ou photos) ne permettra jamais une reconstruction à l’identique de ce bâtiment ottoman : le résultat ainsi obtenu sera forcément en grande partie le fruit de l’imagination des architectes contemporains. De plus, comme cet édifice détruit empiétait en grand partie sur l’avenue moderne attenante – il a été en fait démoli pour élargir celle-ci -, il est pratiquement impossible de le  reconstruire dans sa totalité.

Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople

2013 Eclats Orient

M. Poulain, F. Queyrel, G. Paquot (dir.) 
Éclats d’Antiques, sculptures et photographies, Gustave Mendel à Constantinople
Armand Colin, coll. "Recherches" Paris, 2013 
ISBN 978-2200287597

Cet ouvrage est paru parallèlement à l’organisation d’une exposition du même nom, organisée à l’occasion du centenaire de la publication, en 1912-1914 à Constantinople, du monumental Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines des Musées impériaux ottomans rédigé par Gustave Mendel.

Plus qu’un catalogue, ce livre réunit un nombre d’études portant non seulement sur l’œuvre de Gustave Mendel mais aussi sur l’histoire tant ancienne que récente de la fabrication et de la conservation de son œuvre. C’est également l’occasion de mener une réflexion sur ces premiers photographes d’œuvres antiques et sur la pérennité de leurs travaux, dont notamment ceux de Gabriel Millet.

L’ouvrage comporte quatre sections. La première porte sur Gustave Mendel et l’histoire du musée archéologique d’Istanbul. Elle retrace les péripéties de Gustave Mendel, ses collaborations à Istanbul et l’apport de son travail à la science. La seconde partie aborde la fabrique du savoir et l’image. Il s’agit là de présenter non seulement l’histoire du livre et des catalogues, mais aussi celle des œuvres qui y sont présentées. La troisième partie porte essentiellement sur les questions de conservation, protection et de mise en valeur de ce patrimoine formé par la masse que représente le travail effectué par Mendel. On y mentionne notamment les problèmes liés à la numérisation des photos anciennes tout autant que les nouveaux outils (Internet) qui permettent de donner une seconde vie à cette ouvre. La quatrième et dernière partie comporte le catalogue proprement dit. Il s’agit d’une sélection d’œuvres choisies à partir du travail original de Mendel, sélection enrichie par la présentation d’un matériel qui permet de contextualiser l’activité du photographe : cartes postales d’époques, peinture, échanges épistolaires, etc.

La Cappadoce ottomane du XIXe siècle

Türkçe çeviri

Juin 2013

Sur les traces d’une histoire et d’un patrimoine : La Cappadoce ottomane du XIXe s.

En novembre 2012, l’IFEA commençait sa présentation mensuelle de présentoirs bibliographiques par les travaux et recherches dédiées à Kayseri, ville anatolienne située au pied du mont Erciyes (Argée) dont les coulées de laves ont permis à la Cappadoce de devenir une région historique à la géologie et à l’architecture locales hors du commun. La Cappadoce a d’ailleurs fait l’objet de recherches nombreuses dans le domaine de l’histoire de l’art et en particulier de l’art byzantin. En revanche, l’histoire locale turco-ottomane reste peu connue. Il est vrai qu’à côté (ou parfois même à l’intérieur…) des cheminées de fées de formation naturelle, les églises et autres monuments byzantins troglodytes ou semi-troglodytes ont séduit les voyageurs des XVIII et XIXe s. et continuent aujourd’hui encore à être les lieux de visite privilégiés des “touristes” (terme qui a progressivement remplacé celui de “voyageurs” et qui convient mieux à l’expérience cappadocienne des XXe et XXIe siècles!)

Au XIXe s., les voyageurs européens, dans la lignée de Paul Lucas qui visita la Cappadoce –sans la nommer – au début du XVIIIe s., parcoururent la région à la recherche de paysages et d’expériences insolites. Ils y rencontrèrent les habitants dont les mœurs, à leurs yeux étonnantes, ont fait l’objet de longues descriptions, souvent sans doute quelque peu romancées afin de captiver le lecteur européen toujours aussi friand d’exoticité, d’orientalité et de turqueries. Ce sont pourtant les populations chrétiennes de la région – considérées alors comme les “vestiges” d’une culture antique disparue – qui ont intéressé ces voyageurs, de même qu’elles ont suscité l’intérêt tout particulier des missionnaires protestants et catholiques. Les Orthodoxes de Cappadoce intriguaient par leurs modes de vie, leur habitat souvent troglodyte (le troglodytisme, rappelant quelque peu l’homme des cavernes, était alors considéré comme une forme d’habitat “primitif” et pourtant si mystérieux et charmant…), leurs coutumes et leur(s) langue(s) : des hellénophones au grec “archaïque” et des turcophones écrivant et lisant le turc en caractères grecs, ces populations locales avaient tout pour fasciner! Parmi la longue liste de récits de voyages, ceux de P. Lucas, J. MacDonald Kinneir, C. Texier, G. Perrot, W.F. Ainsworth ou encore W.M. Ramsay permettent d’avoir un premier tableau de la Cappadoce du XIXe s. et sont conservés dans le fonds “Voyageurs” de la bibliothèque de l’IFEA.

Au-delà des récits de voyage, les travaux en histoire de l’art et en histoire locales ont vu leur nombre augmenter au cours de ces dernières décennies. L’art local continue à faire l’objet de recherches détaillées dont l’éventail s’est déployé, ouvrant les portes de la sphère byzantine aux études sur l’art turc (pré-ottoman) et ottoman. Au XIXe s., la Cappadoce a connu de nombreuses évolutions architecturales et artistiques. Si, jusqu’aux Byzantins, l’architecture cappadocienne restait souvent cachée car creusée dans la roche, au fil des conquêtes turco-ottomanes, caravansérails, mosquées, fontaines et ponts ont progressivement agrémenté le paysage de monuments non pas creusés mais construits de toute pièce. De même, à la fin du XIXe s., par la construction d’églises et d’habitations en pierre de taille (qui, néanmoins, possédaient toujours une partie souterraine), les familles chrétiennes qui allaient quitter définitivement la région en 1923 ont introduit une nouvelle facette au patrimoine architectural cappadocien dont les meilleurs exemples sont sans doute les villages de Güzelyurt (ancien Gelveri) et de Mustafapaşa (Sinassos).

Enfin, l’histoire locale du long dix-neuvième siècle dont la fin est marquée par l’échange de population de 1923, et, de fait, par la fin de la cohabitation christiano-musulmane en Cappadoce, fait aussi l’objet de recherches en particulier des monographies en langue grecque sur les villages chrétiens hellénophones ou turcophones et de travaux sur les principaux centres de la région (Kayseri, Niğde, Nevşehir, Ürgüp ou encore Bor et Sinassos) sans oublier les études sur les Karamanlis et leur production littéraire. Des spécificités architecturales et linguistiques aux coutumes, croyances ou encore modes de vie locaux, l’étude  historique de la Cappadoce et de ses habitants reste un vaste terrain semé… de cheminées de fées !

Bibliographie

  • Dionigi Albera & Maria Couroucli (eds), Sharing Sacred Spaces in the Mediterranean. Christians, Muslims, and Jews at Shrines and Sanctuaries, Indiana University Press, 2012
  • William Francis Ainsworth. Travels and Researches in Asia Minor, Mesopotamia, Chaldea and Armenia. Vol. 1. London: John W. Parker, 1839. VH 092-1
  • Ilias Anagnostakis & Evangelia Balta. La découverte de la Cappadoce au dix-neuvième siècle. Istanbul: Eren, 1994.
  • Yonca Anzerlioğlu. Karamanlı Ortodoks Türkler. Istanbul: Phoenix, 2003.
  • Evangelia Balta & Matthias Kappler. Cries and Whispers in Karamanlidika Books: Proceedings of the First International Conference on Karamanlidika Studies (Nicosia, 11th-13th September 2008) Turcologica ed. Vol. 83. Göttingen: Harrassowitz Verlag, 2010.
  • Evangelia Balta, Sinasos, Mübadeleden Önce Bir Kapadokya Kasabası CAT 010
  • Richard Clogg. Studies in the Greek East in 18th and 19th Centuries, Anatolica. Aldershot: Variorum, 1996
  • Vital Cuinet. La Turquie d’Asie : géographie administrative, statistique, descriptive et raisonnée de chaque province de l’Asie-Mineure. Paris: E. Leroux, 1895. (tome 6)Tur Hm 585-06
  • Richard M. Dawkins. Modern Greek in Asia Minor; a study of the dialects of Siĺli, Cappadocia and Phárasa, with grammar, texts, translations and glossary. Cambridge: Cambridge University Press, 1916
  • Halil Eldem Kayseri şehri : Selçuklu Tarihi’nden Bir Bölüm, 1982
  • Semavi Eyice. “Rum Harfleri Ile Türkçe -Karamanlıca- Bir Nevşehir Salnamesi.” İn Fındıkoğlu Armağanı,  Fakülteler Matbaası, 1977
  • Suraiya Faroqhi. Men of Modest Substance: House Owners and House Property in Seventeenth-Century Ankara and Kayseri. Cambridge: Cambridge UP, 1987. Tur Aa 120
  • Albert Gabriel, Monuments turcs d’Anatolie.I : Kayseri-Niğde, et un volume de planches, 1931, 166 p. + 56 p. pl., ; TUR Aa Fo 22 I 1
  • Avram Galanti. Niğde ve Bor Tarihi. Istanbul: Tan, 1951. Tur Sr 011-IV
  • Frederick William Hasluck. Christianity and Islam under the Sultans. II vols. Vol. II. Oxford: Clarendon Press, 1929. Tur Ho 854
  • Friedrich Hild & Marcell Restle, Kappadokien. Tabula Imperii Byzantini 2, Vienna : Österreichische Akademie der Wissenschaften, 1981. U44 – 02
  • Vacit İmamoğlu, Geleneksel Kayseri evleri, Ankara : Turkiye Halk Bankasi, 1992.
  • Guilaume de Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin : Les églises rupestres de Cappadoce, tome 1. COLL II 005-1
  • Veronica Kalas. “Early Explorations of Cappadocia and the Monastic Myth.” Byzantine and Modern Greek Studies 28 (2004): 101-19. (article en pdf)
  • – Sacit Pekak. “Christian Art of Cappadocia from the Middle Ages to the 20. Century.” In Common Cultural Heritage, Developing Local Awareness Concerning The Architectural Heritage Left From The Exchange of Populations in Turkey and Greece, edited by Lozan Mübadilleri Vakfı, 29-34. Nevşehir, 2005. Obs Urb 1393
  • Sévérien Salaville and Eugène Dallegio. Karamanlidika : Bibliographie Analytique d’Ouvrages en langue turque imprimés en caractères grecs (1584-1850). Vol. I. Athens: IFA, 1958. Tur Gb 02
  • Metin Sözen. Kapadokya. Istanbul: Ayhan Sahenk Vakfi, 1998. HAM 67
  • Kemal Talih Türkmen. Ürgüp, Bilinmeyen Kapadokya’dan Bir Kesit. Ankara: Ürün yay., 1999. Obs Urb 885

Bir tarihin ve bir mirasın izleri peşi sıra : XIX. yy. Osmanlı Kapadokyası

Version française

Haziran 2013

Yerel oluşum ve mimarisiyle sıradışı tarihi bir yöre olan Kapadokya, özellikle Bizans sanatı alanında olmak üzere çok sayıda sanat tarihi araştırmasına konu olmuştur. Bununla birlikte Osmanlı-Türk dönemine değgin yerel tarih fazlaca bilinmemektedir. Doğal şekilde oluşmuş peri bacalarının yakınındaki (hatta bazen içindeki), kayalara oyulmuş kilise ve başka Bizans anıtlarının XVIII ve XIX. yy. seyyahlarını etkilediği bir gerçektir. Buralar, bugün hala « turist »lerin en çok tercih ettiği ziyaret mekanları olmaya devam etmektedir. Bu noktada, « seyyah » sözcüğünün yerini zamanla turist kelimesinin aldığını ve bunun XX ve XXI. yy. Kapadokya deneyimlerine daha uygun düştüğünün altını çizmek isteriz.

XVIII. yy. başında Kapadokya’yı yer ismi kullanmadan ziyaret eden Paul Lucas’yı takiben, XIX. yy.’da bölgeyi sıradışı manzara ve deneyimler peşindeki Avrupalı seyyahlar dolaşmışlardır. Karşılaştıkları halkın onlara şaşırtıcı gelen geleneklerini yabancıllık, doğululuk ve Türklük düşkünü Avrupalı okuyucuyu çekebilmek için uzun betimlemeler yoluyla ve genellikle tabii ki biraz ağdalı şekilde aktarmışlardır. Ancak sözkonusu seyyahların ilgisini, kaybolmuş antik bir kültürün « kalıntıları » olarak gördükleri, bölgenin Hıristiyan nüfusu çekmiştir. Aynı şekilde, bu halk Katolik ve Protestan misyonerlerin de özellikle ilgi odağı olmuştur. Kapadokya Ortodoksları yaşam biçimleriyle merak uyandırmış; çoklukla kaya içineh oyulmuş konutlarda oturmalarıyla ki bu, biraz mağara devrini hatırlatmasından ötürü ilkel bir konut biçimi olarak görülmesiyle beraber son derece gizemli ve büyüleyici gelmiştir. Aynı şekilde, bu yerel nüfusun gelenek ve dil(ler)i yani « eski » Yunanca veya Türkçe konuşmaları ve Türkçe’yi Yunan harfleriyle yazıp okumaları gibi cezbedici özellikleri çok olmuştur. P. Lucas, J. MacDonald Kinneir, C. Texier, G. Perrot, W.F. Ainsworth ile W.M. Ramsay’e de ait seyahatnameleri içeren uzun liste, XIX. yy. Kapadokyası’nın bir ilk genel görünüşünü sunmakta ve IFEA’nın kütüphanesinin seyahatnameler derleminde saklanmaktadır.

Son on, yirmi yılda, seyahatnamelerin yanı sıra, sanat tarihi ile yerel tarih alanındaki çalışmaların sayısında artış kaydedilmiştir. Yelpazesi genişleyen yerel sanat, Bizans devrinin kapılarını Osmanlı öncesi ve Osmanlı Türk sanatına doğru aralayarak ayrıntılı araştırmalara konu olmaya devam etmektedir. XIX. yy.’da Kapadokya çokça mimari ve sanatsal değişikliklere sahne olmuştur. Kapadokya mimarisi Bizanslılar’a kadar kayalar içine oyulmuş olmasından ötürü çoğunlukla gizli kalmış olsa da Türk-Osmanlı fetihleri sırasında kervansaray, camii, çeşme ve köprüler oyma işlemiyle değil bilakis baştan sona inşaa edilerek anıtlar sahnesindeki yerlerini zamanla almışlardır. Aynı şekilde, XIX. yy. sonunda, 1923’te bölgeyi temelli terk edecek olan Hristiyan aileler, en güzel örneklerinin kuşkusuz Güzelyurt (eski Gelveri) ve Mustafapaşa (Sinassos) köylerinde bulunduğu, bir kısmı hep yer altında bulunan kilise ve taş oymalı evlerin inşaasıyla Kapadokya mimari mirasına yeni bir boyut getirmiştir.

Kapadokya’daki Hristiyan ve Müslümanların bir arada yaşayısının sonu olan 1923’teki mübadeleye kadar sarkan uzun XIX. yüzyılın yerel tarihi, özellikle Yunanca ve Türkçe konuşan köyler hakkındaki Yunan dilinde kitaplara; Kayseri, Niğde, Nevşehir, Ürgüp, Bor veya Sinassos gibi önemli merkezler hakkında çalışmalara ve de Karamanlılar ile edebiyatları üzerine araştırmalara konu olmuştur. Mimari ve dil özgünlükleri ile gelenek, inanç ve yerel yaşayış biçimleri ile Kapadokya ve sakinleri hakkındaki tarih araştırmaları peri bacalarıyla serpili geniş bir çalışma sahası teşkil etmektedir…

Kapadokya mirası, IFEA’nın 6 – 7 Haziran 2013 tarihlerinde düzenlediği Türkiye’de kültür mirasın korunması ve değerlendirilmesi. Aktör, etkileşim ve çözüm önerileri isimli çalıştayın bir oturumunda ele alınacaktır. 

Enjeux et mise en œuvre de la restitution d’œuvres culturelles

Les arts de l’Islam au Louvre – dalbera (flickr.com)

À lire, dans le quotidien Cumhuriyet l’éditorial d’Özgen ACAR (‘Kavşak’) consacré à la question du trafic international d’œuvres culturelles (en pleine expansion sur fond de crise économique), de leurs répercussions sur les relations internationales, de l’importance de la sensibilisation de la population et du rôle joué par les institutions telles que l’UNESCO, du besoin de dialogue entre les pays concernés, au-delà de la convention de 1970 qui visait à mettre à plat le droit international en terme de restitution d’œuvres.

Read More

“Il est trois domaines qui ne souffrent pas de la crise économique : les trafics d’arme, de drogue et d’œuvres culturelles”, c’est ainsi que débute le dernier éditorial (27/11/2012, en turc) d’Özgen Acar sur lequel nous rebondissons. La Turquie, dont l’héritage culturel est proverbial, souffre particulièrement de ce dernier type de trafic. Au durcissement de l’arsenal répressif, s’ajoute la multiplication de demandes de restitutions, de la part des autorités turques, d’œuvres aujourd’hui exposées dans divers musées internationaux. Ces requêtes sont à l’origine de nombreuses tensions dont les répercussions se font sentir à tous les niveaux de la coopération internationale.

L’approche de tels dossiers est complexe et nécessite une vraie réflexion, à deux volets. Le premier, international, concerne la restitution d’œuvres importées avant la convention de l’UNESCO de 1970 ; le second touche à la gestion des activités illégales au niveau national.
En effet, si les règles de droit au niveau international sont aujourd’hui assez bien respectées, et les restitutions nombreuses, pour tout objet douteux ayant été acquis par telle ou telle institution après l’entrée en vigueur de la convention de 1970 (ratifiée par la Turquie en 1981), nombreux sont encore les dossiers sources de polémiques. L’article 15 de la convention de 1970, qui précise que “Rien, dans la présente Convention, n’empêche les États qui y sont parties de conclure entre eux des accords particuliers ou de poursuivre la mise à exécution des accords déjà conclus concernant la restitution de biens culturels sortis de leur territoire d’origine, pour quelque raison que ce soit, avant l’entrée en vigueur de la présente Convention pour les États intéressés“, souligne le statut relativement flou des biens exportés avant l’entrée en vigueur de la convention. Dans ce cas précis, les négociations se font souvent au cas par cas, lors d’une négociation bilatérale entre États, au cours de laquelle s’opposent souvent des cadres juridiques nationaux différents, voire opposés, entre pays ‘riches’ aux musées bien achalandés et pays ‘émergents’ ou appartenant aux grandes économies en développement revendiquant le retour de leurs biens culturels. S’il existe aujourd’hui des conventions internationales visant à renforcer le texte initial de 1970 (Unidroit), ils ne traitent cependant pas des dossiers antérieurs à cette date. Il est rare qu’une discussion sereine, nécessaire à la résolution de tels dossiers, puisse être mise en place et les médias, dont le rôle n’est pas négligeable, attisent souvent les braises sur un dialogue fragile et délicat. L’exemple récent de la restitution par l’Allemagne du Sphinx de Boğazköy prouve cependant que des accords bilatéraux peuvent intervenir, même s’ils restent rares. Ce cas précis n’est pas cependant sans soulever un certain nombre de questions tant sur les modalités et les conditions de la signature de cet accord que sur son instrumentalisation par les pays concernés. Quoi qu’il en soit, ce dossier révèle la nécessité d’une médiation que le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale (créé en 1978, indépendant de la convention de 1970 mais visant à la compléter) peut difficilement complètement assumer du fait de sa fonction essentiellement consultative. À cet égard, la conclusion de la présentation générale de la Convention Unidroit, dont nous donnons l’extrait ci-dessous, résonne comme un constat de l’impuissance des accords internationaux s’ils ne sont pas accompagnés du dialogue et de la bonne volonté des parties prenantes, conditions sans lesquelles les relations bilatérales risquent de demeurer heurtées.

Le texte de la Convention d’UNIDROIT est le résultat d’un compromis, et comme tout compromis, il ne satisfait pas pleinement les préoccupations de chacun, mais un examen attentif de la Convention montre qu’aucune partie concernée par la Convention ne devra en pâtir de façon injuste. Cette Convention traduit des efforts véritables déployés par des juristes pour combiner justice et réalisme et pour essayer autant que faire se peut, d’établir une base pour les années à venir. L’expérience prouve cependant qu’il est une chose d’adopter une Convention internationale, et une autre de garantir son application effective. Il faudra donc maintenant répondre aux inquiétudes légitimes de certains, mais il serait dramatique que cet effort ne fût pas compris par ceux qui s’intéressent au patrimoine ou ont des responsabilités de conservation et de protection des biens culturels.

À lire aussi: De la difficile gestion des vestiges archéologiques en milieu urbain (TR)
La rubrique Kavşak d’Özgen Acar dans le quotidien Cumhuriyet