Archives par mot-clé : Arménie

Le mont Ararat et son borderland, un espace marginalisé ?

Carte de l’Ararat. Clic droit pour afficher la carte dans ses dimensions originales

Nous sommes deux étudiants de Sciences Po Grenoble en master spécialisé sur le Moyen-Orient. Actuellement en année de césure, nous réalisons un projet d’aventure qui a pour but de faire l’ascension de 14 sommets transfrontaliers et d’étudier les dynamiques à ces frontières.

Pour en savoir plus sur le projet : https://thecbmt.com/

Le 4 février 2021, le gouvernement turc a déclaré la réouverture officielle du mont Ararat (Ağrı Dağı) aux alpinistes1. Entre 2015 et 2021, l’accès à cette montagne sacrée était interdit suite à la reprise des combats entre l’armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), entravant le potentiel touristique de l’Ararat. Si cette ouverture se révèle être durable, elle pourrait ainsi atténuer la marginalisation de la région.

Plus haut sommet turc, le mont Ararat est un volcan situé sur le haut plateau arménien à l’extrême est de la Turquie. Il est composé de deux sommets, le grand Ararat et le petit Ararat, culminant respectivement à 5137 et 3896 mètres d’altitude.

L’Ararat constitue un objet d’étude intéressant à plusieurs égards. Il reste un symbole identitaire pour l’Arménie bien qu’il soit entièrement en territoire turc depuis 1921. À cheval entre les provinces frontalières de Ağrı et Iğdır, peuplées majoritairement de Kurdes et Azéris et à proximité des frontières iraniennes, arméniennes et azerbaïdjanaises, il a une position géographique singulière. D’autre part, à partir des années 1990, il fait l’objet de préoccupations sécuritaires par les autorités turques, restreignant de fait l’accessibilité à la montagne. Sommet emblématique et connu mondialement, il est paradoxalement à la marge, ce sur quoi nous nous interrogeons dans cet article.

La situation actuelle du mont Ararat sera analysée à l’aune d’une contextualisation historique et géographique dans une perspective de Border Studies. Le borderland sera analysé in extenso, à la fois dans un processus interne par rapport au gouvernement central et dans un processus externe, à travers sa relation avec les frontières des pays voisins.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

L’Ararat, un sommet turc aux identités plurielles

Dans la tradition chrétienne, le mont Ararat est le lieu où l’Arche de Noé se serait échouée après le Déluge. Bien que la Bible ne mentionne pas explicitement le sommet, cette version est popularisée avec le passage des croisés dans la région2. Son caractère historiquement sacré et sa proximité avec l’ancienne province nommée « Ayrarat » ont largement contribué à l’identification de la montagne comme marqueur de la fin du Déluge3. L’Ararat a une dimension symbolique importante au-delà même du mythe de l’Arche de Noé. La montagne est sacrée dès la civilisation mésopotamienne car elle aurait procuré l’eau du Tigre et de l’Euphrate et serait dès lors à l’origine de leur civilisation4.

Par ailleurs, le mont Ararat a toujours eu une localisation géostratégique. Auparavant aux confins de l’Empire turc et l’Empire perse, le petit Ararat a même servi de tripoint frontalier entre l’Empire ottoman, l’Empire russe et l’Empire qajar à l’issue du traité de Turkmentchaï qui établit la frontière en 1828 entre la Perse et la Russie. Ce n’est cependant qu’en 1920-1921 que les frontières orientales sont presque définitivement fixées. En effet, après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres de 1920 reconnaît l’indépendance d’une grande Arménie incluant le mont Ararat. La guerre turco-arménienne contraint finalement l’Arménie à accepter un territoire réduit, entériné par le traité de Kars en 1921, aboutissant à la perte de l’Ararat au profit des Turcs.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

Bien que l’Ararat ne soit pas physiquement en Arménie, il reste un symbole identitaire structurant pour les Arméniens. Il demeure l’emblème du pays, son armoirie représente en effet le mont Ararat avec l’arche de Noé en son sommet. La montagne est sacrée pour les Arméniens qui s’identifient comme les premiers humains sur terre à la fin du Déluge5. En outre, la montagne est omniprésente dans le quotidien des Arméniens. Dominant la capitale arménienne Erevan, le nom de l’Ararat est récupéré par des enseignes commerciales, des clubs sportifs… Enfin, elle est la figure de l’irrédentisme arménien car historiquement à la frontière avec l’Arménie occidentale, ce qui symbolise la perte de ce territoire que formait la « grande Arménie »6.

De l’autre côté de la frontière, l’Ağrı Dağı ne fait pas office d’une sacralisation aussi forte mais son symbolisme est davantage lié à son histoire et son statut de plus haut sommet turc. L’organisation d’un congrès scientifique international sur le mont Ararat et l’Arche de Noé à Ağrı en 2019 ou encore l’intérêt porté par les découvertes de supposés restes de l’Arche participent à cette dynamique7. Plus haut sommet turc, il fait également l’objet d’un fort intérêt dans les milieux montagnards. Ainsi, lorsque la Fédération turque d’alpinisme a lancé un concours en 2017 pour trouver un nouveau logo avec les conditions suivantes : « avoir des valeurs nationales, représenter notre pays […] contribuer à la promotion, à l’image et au prestige de notre État sur la scène internationale »8, le mont Ararat a été promu. Disposant d’attributs majeurs, l’Ararat n’engendre pourtant pas de flux touristiques et économiques importants en raison de la politique turque dans la région.

La prédominance d’une approche sécuritaire

Le statut de l’Ararat et son accessibilité fluctuent et demeurent aux dépens des relations entre le gouvernement turc et les Kurdes, majoritairement présents dans la région. L’ascension du mont Ararat a été formellement interdite entre août 2015 et février 2021, résultat des préoccupations sécuritaires internes. En effet, l’armée turque effectuait des opérations militaires visant la branche armée kurde (PKK) dans la région de l’Ararat.

Le problème sécuritaire dans la région du mont Ararat émerge dès le 20e siècle, comme résultante de la négociation des frontières. À l’issue du traité de Kars, le mont Ararat est situé majoritairement en territoire turc ainsi que plus partiellement en territoire iranien. Le traité de Lausanne en 1923 rend caduc le traité de Sèvres, ce ne sont donc pas seulement les espoirs des Arméniens qui sont anéantis mais aussi ceux des Kurdes, qui ne voient pas naître un Kurdistan autonome. Dans la Turquie kémaliste, de nombreuses révoltes kurdes sont initiées par les mouvements nationalistes éponymes. L’insurrection du mont Ararat entre 1926 et 1930 marque un jalon pour le devenir de l’Ararat. D’une part, elle aboutit à une modification des frontières du volcan et d’autre part elle signifie la naissance d’une vision sécuritaire de la région de l’Ararat. En effet, lorsque la République kurde d’Ararat est auto-proclamée en 1927, le quartier général de la révolte réside dans les contreforts du mont9. Ankara et Téhéran concluent alors un accord sur le tracé de leur frontière commune en 1932, permettant à la Turquie de contrôler la totalité du petit Ararat et plaçant de fait, la totalité du sommet au sein du territoire turc10. Cette manœuvre diplomatique est significative, puisqu’elle permet à l’armée turque d’encercler les zones rebelles et d’empêcher les Kurdes de trouver refuge du côté iranien. De plus, l’ancrage d’un champ de bataille au mont Ararat n’est pas un hasard, la montagne est en effet une caractéristique de l’identité culturelle kurde et fait office de « montagne refuge ». Les Kurdes ont alors la maîtrise de ce relief accidenté, ce qui leur octroie un avantage tactique considérable par rapport à l’armée turque11.

L’Ararat fait donc surtout l’objet d’une politique sécuritaire du gouvernement turc dans le cadre de la lutte contre les mouvements nationalistes kurdes. Cette perception entrave toutefois la possibilité de développer de la région à des fins touristiques.

L’accessibilité de l’Ararat oscille entre périodes de restrictions et de détente. En 1990, l’Ararat est défini comme « zone militaire interdite » au premier degré au sens de la loi turque 256512. Le champ d’application de cette loi a été réduit en 2000, déclassant la zone au second degré13 permettant une ouverture significative au tourisme. Elle se matérialise par l’instauration du Parc national du mont Ararat en 2004, témoignant ainsi de la volonté turque de mettre en valeur son patrimoine naturel. S’ensuit l’entrée en vigueur d’un Protocole relatif aux activités de montagne dans les zones militaires restreintes et des zones sécuritaires octroyant la possibilité aux étrangers de gravir la montagne. Les candidats à l’ascension restent soumis à l’obligation de délivrance d’un permis et doivent être accompagnés par un guide local, qui au-delà d’encadrer l’activité sportive, surveille le respect des conditions du protocole. La pratique doit en effet être strictement liée à l’alpinisme et ne doit en aucun cas faire l’objet de recherches à visée scientifique, militaire, commerciale ou politique14.

Cette relative fenêtre d’ouverture est certainement liée à la conjoncture favorable au début des années 2000. En effet, le début des années 2000 est marqué par un changement de stratégie du PKK, la branche armée kurde avec l’abandon de la lutte armée. Un changement de politique à l’égard des Kurdes est également à l’œuvre, résultat de la montée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) et des perspectives d’adhésion à l’Union européenne.

L’accès à la montagne est à nouveau officiellement interdit entre 2015 et 2021, à la fois pour les citoyens turcs et étrangers. Cependant, des agences touristiques proposaient toujours l’ascension de manière illégale grâce à des accords tacites avec l’armée15. Cette interdiction de jure est liée à la rupture du processus de paix durant l’été 2015 entrepris entre le PKK et le gouvernement16 qui s’est accompagnée de la reprise des hostilités entre les deux camps. Le mont Ararat est alors déclaré « zone de sécurité militaire temporaire » conformément à la loi 256517, en raison de la présence du PKK sur les flancs de la montagne18. Des opérations militaires sont déployées, à l’instar de l’offensive « Yıldırım-3 mont Ararat » en juillet 202019. L’Ararat exerce toujours sa fonction de « montagne refuge » pour le PKK, comme l’attestent les perquisitions entreprises par l’armée dans les « grottes », utilisées comme dépôts d’armes et abris.

Un espace transfrontalier peu dynamique 

Le régime sécuritaire influe donc négativement l’Ararat et son borderland, cette instabilité ayant participé à leur marginalisation. Alors que la position frontalière avec l’Iran, l’Arménie et le Nakhitchevan pourrait compenser cet isolement, les dynamiques transfrontalières restent mineures. Ainsi, les provinces d’Ağrı et Iğdır font partie des provinces les plus pauvres de Turquie en 201820.

La frontière avec l’Arménie est fermée depuis 1993 et ce, malgré les tentatives d’ouverture motivées par des opportunités économiques. Le conflit dans le Haut-Karabakh21 et le coût politique empêchent toute avancée sur le sujet22. Alors que les Arméniens seraient les plus enclins à gravir l’Ararat, ils doivent emprunter la voie aérienne ou bien transiter par le poste frontalier du voisin commun géorgien, les contraignant à un détour de plus de 800 kilomètres.

Pour ce qui concerne l’Azerbaïdjan, le bordeland se caractérise par un flux transfrontalier mineur. Les Azéris viennent uniquement pour du commerce de faible intensité et un travail agricole saisonnier23.

Enfin, la frontière turco-iranienne connaît des flux transfrontaliers plus importants. Bien que la coopération se développe principalement sous un axe sécuritaire avec le contrôle des mouvements kurdes ou le trafic illicite24, les échanges touchent également de nombreux secteurs dont le tourisme25. Sur ce dernier point, c’est néanmoins la province de Van qui en profite le plus, en atteste la ligne ferroviaire entre Van et Téhéran26. Cependant, les sports de montagne connaissent un fort essor en Iran, ses ressortissants sont ainsi nombreux à venir gravir l’Ararat, un des seuls pays où ils peuvent obtenir un visa directement à la frontière.

Ainsi, la situation géographique isolée d’Ağrı et Iğdır face au pouvoir central n’a pas pu être contrebalancée par leur statut de provinces frontalières. Malgré le fait que la Turquie n’ait aucun conflit ouvert avec ses voisins orientaux et qu’elle entretienne même de bonnes relations avec l’Iran et l’Azerbaïdjan, les flux transfrontaliers dans le borderland restent faibles.

Quelles opportunités futures pour l’Ararat ?

Le mont Ararat jouit d’un fort potentiel touristique avec d’une part, un tourisme à dominante religieuse lié au mythe de l’Arche de Noé. La tenue du congrès scientifique sur l’Ararat traduit ce vif intérêt pour le caractère sacré de l’Ararat et ses légendes. D’autre part, l’Ararat possède de nombreux attributs pour le tourisme de montagne. Pour les alpinistes en quête d’exploit, il est non seulement le toit de Turquie, et constitue l’occasion de réaliser un 5000 mètres techniquement facile sans préparation préalable27. Excepté dans les chaînes himalayenne et andine, très peu de sommets culminant à cette altitude sont aussi aisément accessibles. Dans la région, seuls les monts Damavand (Iran), Elbrouz (Russie) ou Kazbek (Géorgie) peuvent constituer des objectifs similaires (l’exploit d’un 5000 mètres) mais ils restent en revanche plus difficiles techniquement et physiquement. Ces perspectives de tourisme à la fois religieux et sportif, montrent les dimensions plurielles que revêt le mont Ararat, qui pourrait alors attirer des touristes aux profils très hétérogènes.

En 2020, de nombreux projets à visée touristique ont été annoncés dans la région, présageant un fléchissement du régime restrictif. Sur le plan sportif, des aménagements sont prévus avec la construction d’un mur d’escalade sportive et l’ouverture d’une formation d’alpinisme à Ağrı28 ainsi que la prospection des zones humides du parc national du mont Ararat pour la pratique du canoë29 tandis que sur le plan religieux, la construction du jardin de Noé dans la ville d’Iğdır a été planifiée30. Puis en novembre 2020, le gouverneur d’Ağrı a déclaré qu’une ascension officielle de l’Ararat aura lieu cet hiver31, concrétisée le 4 février 2021 avec la fin de l’interdiction de l’ascension du sommet. Toutefois, nous ne disposons que de très peu d’informations concernant la reprise des activités pour l’Ararat. La haute saison touristique se déroulant pendant la période estivale, il faudra voir ce qu’il adviendra vraiment de la délivrance des permis d’ascension.

Enfin, les récentes évolutions sur le dossier du Haut-Karabagh pourraient amener à un réaménagement des flux transfrontaliers dans la région de l’Ararat. En effet, le corridor prévu entre l’Azerbaïdjan et le Nakhitchevan pourrait avoir un impact positif sur la région car il permettra à la Turquie d’avoir un accès direct à l’Azerbaïdjan à travers la province d’Iğdır. En ce sens, le gouvernement turc a annoncé la mise en place d’une ligne ferroviaire entre l’Azerbaïdjan et la Turquie via le Nakhitchevan, passant par la ville d’Iğdır32. De plus, si l’accord de fin d’hostilités de novembre 2020 entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan se révèle durable, les négociations à propos de la réouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie pourraient potentiellement reprendre et aboutir à des développements bénéfiques pour le borderland de l’Ararat. Le devenir de l’Ararat reste donc en partie subordonné à la géopolitique dans la région mais aussi à l’évolution de la question kurde en Turquie, la relation entre le PKK et les autorités pouvant s’envenimer à tout moment. Par conséquent, la politique sécuritaire dans la région de l’Ararat ne risque pas de s’infléchir considérablement.

  1. Abdullah Söylemez, “Terörden temizlenen ʽTürkiye’nin çatısı’ Ağrı Dağı 6 yıl sonra yeniden tırmanışa açıldı”, Anadolu Ajansi, 04/01/2021. https://www.aa.com.tr/tr/turkiye/terorden-temizlenen-turkiyenin-catisi-agri-dagi-6-yil-sonra-yeniden-tirmanisa-acildi/2133807. []
  2. Petrosyan Hamlet, “The Sacred Mountain”, in Abrahamian Levon et Sweezy Nancy Armenian Folk Arts, Culture, and Identity, Indiana University Press, 2001, p. 36. []
  3. Michel Thierry, « Le lieu d’échouage de l’arche de Noé dans la tradition arménienne », Syria 72, 1995, pp. 143-158. []
  4. Blake Wienner James, “Mount Ararat”, Ancient History Encyclopedia, 24/01/2018. https://www.ancient.eu/Mount_Ararat/. []
  5. “Mount Ararat”, Encyclopædia Britannica. https://www.britannica.com/place/Mount-Ararat. []
  6. Copeaux Étienne, « Quelques réflexions sur les représentations arméniennes de l’histoire », Hérodote 74/75, 3e-4e trimestre 1994, pp. 256-257. []
  7. Keneth L. Feder, Encyclopedia of Dubious Archeology, Greenwood, 2010, p. 198. []
  8. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Logo tasarım Yarışması Katılım Şartnamesi”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 2017. https://tdf.gov.tr/wp-content/uploads/2017/02/logosartname.pdf. []
  9. Bouvier Émile, « L’insurrection du mont Ararat (1926-1931), ou la consécration des rébellions nationalistes kurdes de l’entre-deux-guerres », Les clés du Moyen-Orient, 27/12/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/L-insurrection-du-mont-Ararat-1926-1931-ou-la-consecration-des-rebellions.html. []
  10. Ghaderi-Mameli Soheila, « L’histoire mouvementée des frontières orientales de la Turquie », Confluences Méditerranée 53, no2, 2005, pp. 91-102. []
  11. Bouvier Émile, « Les Kurdes, d’un statut de peuple à celui d’acteurs stratégiques », Les clés du Moyen-Orient, 07/06/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Les-Kurdes-d-un-statut-de-peuple-marginalise-a-celui-d-acteurs-strategiques.html. []
  12. Turquie, Loi n° 2565, Askeri Yasak Bölgeler ve Güvenlik Bölgeleri Kanunu, 18/12/1981. https://www.lexpera.com.tr/mevzuat/kanunlar/askeri-yasak-bolgeler-ve-guvenlik-bolgeleri-kanunu-2565. []
  13. Doğubayazıt Kaymakamlığı, “Ağrı Dağı”, 11/06/2019. http://www.dogubayazit.gov.tr/agri-dagi. []
  14. Republic of Turkey, Ministery of Foreign Affairs, “Protocol Concerning Mountaineering Activities of Foreign National Citizens for Tourism And Sports Purposes at the Mountains Located Within Military Restricted Areas and Security Zones”. http://www.mfa.gov.tr/this-is-the-protocol-concerning-mountaineering-activities-of-foreign-national-citizens-for-tourism-and-sports-purposes-at-the-mo.en.mfa. []
  15. Nous avons contacté des agences touristiques qui organisent des tours pour réaliser l’ascension du mont Ararat. []
  16. Grojean, Olivier, « Entre dynamiques locales, régionales et internationales : les reconfigurations de la question kurde en Turquie », Mouvements 90, no2, 2017, pp. 149-156. []
  17. T.C Ağrı Valiliği, “Ağrı Dağı ve Tendürek dağı 15 gün süre ile Geçici Özel Güvenlik Bölgesi ilan edilmiştir”, 2/08/2015. http://www.agri.gov.tr/agri-dagi-ve-tendurek-dagi-15-gun-sure-ile-gecici-askeri-guvenlik-bolgesi-ilan-edilmistir. []
  18. “Ağrı ve Tendürek Dağı ’Geçici askeri güvenlik bölge’ ilan edildi”, Hürriyet, 03/08/2015. https://www.hurriyet.com.tr/gundem/agri-ve-tendurek-dagi-gecici-askeri-guvenlik-bolge-ilan-edildi-29710132. []
  19. “New phase of anti-terror op against PKK launched in eastern Turkey”, Daily Sabah, 27/07/2020. https://www.dailysabah.com/politics/war-on-terror/new-phase-of-anti-terror-op-against-pkk-launched-in-eastern-turkey. []
  20. “Gross domestic product by province”, Turkstat, 20/12/2019. https://data.tuik.gov.tr/Bulten/Index ?p =Gross-Domestic-Product-by-Provinces-2018-30889. []
  21. Cheterian Vicken, “The Last Closed Border of the Cold War : Turkey–Armenia 2017”, Journal of Border studies, 2017 pp. 71-90.  []
  22. Gültekin Burcu, « 5. L’enjeu de l’ouverture de la frontière : le cas de la Turquie », Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : Les contacts transfrontaliers entre la Turquie et lArménie, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 11], Istanbul, IFEA 2002. http://books.openedition.org/ifeagd/890. []
  23. Salomoni Gabio, Migrations, Borders and Boundaries, Post-soviet Armenians and Azerbaijanis in Turkey, The ISIS press, Istanbul, 2016. []
  24. Celui-ci est davantage concentré dans le sud-est de la Turquie, dans les provinces de Van et Hakkari. []
  25. Sinkaya Bayram, « Turkey-Iran Relations after the Islamic Revolution of 1979 », Turkey-Iran Relations after the JDP, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 26], Istanbul, IFEA, 2019. https://books.openedition.org/ifeagd/3116. []
  26. Zaman Amberin, “Iranian tourists flocks to Turkish border towns”, Al-Monitor, 23/03/2017. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/03/turkey-iran-tourism-van-hotels-nightlife.html. []
  27. C’est une marche glaciaire qui nécessite des crampons, mais qui n’exige pas de compétences techniques et nécessite pas d’encordement comme il l’est nécessaire sur un glacier crevassé. []
  28. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Federasyon Başkanımız Ağrı Valisi, Belediye Başkanı ile Gençlik ve Spor İl Müdürümüzü ziyaret etti”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 02/09/2020. https://tdf.gov.tr/25387/federasyon-baskanimiz-agri-valisi-belediye-baskani-ile-genclik-ve-spor-il-mudurumuzu-ziyaret-etti/. []
  29. “Türkiyeʼnin çatısıʼnın kano sporuna kazandırılması için çalışma başlatıldı”, HaberTurk, 28/11/2020. https://www.haberturk.com/turkiye-nin-catisinin-kano-sporuna-kazandirilmasi-icin-calisma-baslatildi-2884897-spor. []
  30. “Ağrı Dağı’nın eteğine Nuh’un Bahçesi yapılacak”, HaberTurk, 15/12/2020. https://www.haberturk.com/kars-haberleri/83141161-agri-daginin-etegine-nuhun-bahcesi-yapilacak. []
  31. Yıldız Hüseyin, “Ağrı Dağıʼnın ʽtırmanışa açılacağı müjdesiʼ dağcılık camiasında sevinçle karşılandı”, Anadolu Ajansi, 14/11/2020. https://www.aa.com.tr/tr/yasam/agri-daginin-tirmanisa-acilacagi-mujdesi-dagcilik-camiasinda-sevincle-karsilandi/2043565. []
  32. « Railways will bring peace to South Caucasus », Anadolu Agency, 15/01/2021. https://www.aa.com.tr/en/info/infographic/21657. []

Le chant du cygne caucasien : 22 ans d’études caucasiennes à l’IFEA

En s’ouvrant dès la fin des années 1980 à l’étude du contemporain, avec la création notamment de l’Observatoire urbain d’Istanbul (OUI), qui demeure jusqu’à présent l’un des moteurs de l’Institut, l’IFEA ne pouvait ignorer les espaces situés au-delà des frontières politiques de la Turquie. D’autant que la dislocation de l’URSS allait bientôt permettre à la Turquie de (re)nouer des relations tant avec l’espace post-ottoman d’Europe centrale et orientale et des Balkans, qu’avec les ex-républiques soviétiques du Caucase et d’Asie centrale, en particulier les États turcophones. Bien entendu, ces relations doivent être jaugées à l’aune de particularités héritées de l’histoire, de la géographie, de l’économie, aussi bien que du culturel et du politique. À cet égard, les documents conservés à l’IFEA sur des supports variés (papier, numérique, site Internet) permettent de retracer près de 25 ans de recherche sur l’espace mer Noire-Caucase-Asie centrale. Ils témoignent à leur façon de l’importance accordée, au sein de notre institut, à l’environnement régional de la Turquie, mais aussi aux dynamiques propres à des espaces, des pays et des sociétés trop souvent observées « de loin », selon des grilles de lecture immuables (hydrocarbures, « Great game », conflits). Ils reflètent aussi la diversité des chercheurs liés à l’IFEA, qu’ils soient en poste à Istanbul ou à Bakou, ou qu’ils lui soient associés par différents biais. On observe ainsi de nombreuses coopérations avec d’autres IFRE (Instituts français de recherche à l’étranger) de la région (Centre français de Moscou, Institut français d’études sur l’Asie centrale de Tachkent puis Bichkek), mais également avec des institutions basées en Asie centrale, dans le Caucase et, bien sûr, en Turquie. À l’heure où le décloisonnement géographique et la transversalité disciplinaire apparaissent cruciaux pour appréhender dans toute sa complexité cet espace charnière et en perpétuelle recomposition, de nombreuses passerelles auront été créées entre mondes turc, post-soviétique, post-ottoman et iranien, consacrant la centralité stambouliote.

Cette note a donc pour objet d’esquisser un bilan des travaux menés à l’IFEA sur le Caucase. En l’occurrence, on s’est appuyé aussi bien sur des écrits produits par les chercheurs de l’IFEA (dossiers, revues de presse, programmes des événements scientifiques organisés) que sur des archives internes (notes, rapports d’activités, etc) et sur le site internet de l’institut. On peut évoquer également un fonds de cartes (en langue russe) qui s’est considérablement enrichi ces toutes dernières années, ainsi que la bibliothèque de l’IFEA et ses désormais nombreux ouvrages sur le Caucase.

Les études caucasiennes gagnent en visibilité au sein de l’IFEA en 1994 avec la création de l’Observatoire de l’Asie centrale d’Istanbul (AOC), fondé par Thierry Zarcone qui en assurait la coordination avec Jean-Louis Bacqué-Gramont, alors directeur de l’IFEA. À l’époque, cet observatoire était articulé autour de deux axes: un axe « voyageurs en Asie centrale » coordonné par François Georgeon et un axe « Caucase » animé par Alexandre Toumarkine. Par la suite, ce second programme s’est autonomisé et, en 2003, délocalisé à Bakou où l’IFEA possédait jusqu’en août 2016 une antenne installée au sein de l’Ambassade de France en Azerbaïdjan, l’« Observatoire du Caucase » (ODC), intégré au Pôle d’études contemporaines. Dirigé les premières années par Bayram Balcı (2003-2007), l’ODC est né de la volonté de rapprocher physiquement l’IFEA du Caucase.

Le programme « Turquie, Caucase, mer Noire » a légué à l’IFEA un ensemble d’articles de dossiers, de revues de presse et de coupures de journaux (en anglais, français, turc et russe) couvrant la période 1992-2003 sur cinq sujets essentiellement : conflits dans le Caucase (1992-2002) ; relations Turquie-Russie et Turquie Asie centrale (1994-2003) ; question arménienne (essentiellement en turc) ; relations turco-arméniennes ; Azerbaïdjan. L’ensemble de ces documents est librement consultable à l’IFEA et fait échos à certains « dossiers de l’IFEA », ainsi qu’à une partie des événements scientifiques organisés, encore fortement structurés jusqu’au milieu des années 2000 autour des relations entre la Turquie d’une part et l’Asie centrale et le Caucase d’autre part : colloque de 2003 à Tachkent Les nouvelles littératures des peuples turciques ; conférence en 2003 Communautés originaires du Caucase et d’Asie centrale en Turquie entre attachement à la République et redécouverte identitaire ; Les Géorgiens musulmans et l’Empire ottoman de la fin du XIX° au début du XX° siècle en 2008 à Tbilissi ;  dossier de l’IFEA La Turquie en Asie centrale. La conversion au réalisme (1991-2000) de Bertrand Buchwalter en 2001.

Si on observe une certaine continuité d’une thématique à l’autre, au fil du temps le Caucase semble s’émanciper et, en quelque sorte, se suffire à lui-même: table-ronde Le Caucase entre la Turquie et l’Iran organisée en 2003 à Istanbul et conférence Looking back and ahead : An insight into the Iranian influence in the Caucasus en 2014 à Tbilissi, par exemple. On citera aussi les dossiers Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : les contacts transfrontaliers entre la Turquie et l’Arménie (Burcu Gültekin) et Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ? (Burcu Gültekin et Bertrand Buchwalter), publiés respectivement en octobre et novembre 2002, qui sont à mettre en perspective avec le dossier rédigé en 2016 par Adrian Foucher et Elshan Mustafayev Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne. Témoignages de terrain.

À partir de 2008 notamment, la plupart des événements scientifiques sont organisés dans le Caucase (à Bakou et Tbilissi) ou en dehors de la région mais sur des thématiques directement en prise avec les terrains caucasiens. Sans prétendre à l’exhaustivité, on pourra citer le panel Soviet Power, Society and Nationalism in South Caucasus organisé par l’ODC en mai 2008 à l’occasion de la convention annuelle de l’Association for the study of Nationalities (ASN-New York)1 ;  le colloque La politique de l’Union Européenne vis-à-vis de la Russie après la guerre en Géorgie (Tbilissi, 2009) ; la table-ronde Democracy and governance in the Caucasus: the legacy of constitutionalist movements (Tbilissi, 2013) ; les « Journées Caucase » au Centre français de Jérusalem avec Yoann Morvan, chercheur à l’IDEMEC et Adeline Braux, responsable de l’ODC (2014-2016)  en novembre 2014 ; conférence Islam and Azerbaijan in an Era of Globalization en partenariat avec l’université Khazar (Bakou, mai 2014) ; Migrations de retour en Azerbaïdjan : processus d’adaptation des enfants d’immigrés azerbaïdjanais de Russie à l’Institut français d’Azerbaïdjan en décembre 2015.

Les études contemporaines ont certes occupé une place de choix au sein de l’ODC, néanmoins un travail de valorisation des fouilles archéologiques menées au Caucase du Sud a été entrepris depuis 2014. La mise en ligne sur le site de l’IFEA d’une carte agrémentée de photos et d’informations a ainsi permis de donner davantage de visibilité aux différents chantiers (treize depuis 1997) répartis entre l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie.

De fait, l’Observatoire du Caucase a surtout été celui du Caucase du Sud même si le Caucase du Nord n’a pas été pour autant négligé : conférences d’Aude Merlin à Bakou en 2011 (Ordres et désordres au Caucase) et d’Aurélie Campana à Istanbul en 2012 (Violences et reconfigurations politiques au Caucase du Nord), workshop From kolkhoz to Jamaat à Istanbul en 2010, travaux de Gilles Authier (responsable de l’ODC, 2012-2013) sur les langues du Caucase oriental. Il est vrai que l’implantation géographique de l’ODC à Bakou a permis de développer au plus près du terrain la recherche sur l’Azerbaïdjan, pays auquel très peu de travaux sont consacrés. Outre les publications en ligne sur le site de l’IFEA (dipnot) et les contributions réalisées par les responsables successifs de l’antenne, un présentoir Autour de la relation Turquie-Azerbaïdjan : considération bibliographique a été réalisé par Elshan Mustafayev (doctorant à l’IEP de Lyon) en octobre 2014. Par ailleurs, des conférences ont eu lieu très régulièrement à l’Institut français d’Azerbaïdjan et avec des universités locales, en particulier Identities on the Move: The Caucasus Between the Local, the Regional, and the Global. With a focus on Azerbaijan en mai 2015 à l’université Qafqaz. Néanmoins, Tbilissi a accueilli un nombre non-négligeable d’événements scientifiques, notamment lorsque Thorniké Gordadzé supervisait les activités de l’antenne de l’IFEA à Bakou (2006-2010). En outre, les responsables de l’ODC se sont tous rendus en Arménie à plusieurs reprises durant leur mandat afin d’y nouer des partenariats avec des institutions locales, d’y conduire des recherches personnelles ou à l’occasion de conférences (sur les de facto states, Sevan-septembre 2014). Ajoutons qu’un stagiaire de l’université Paris I a été accueilli par l’ODC à Erevan en partenariat avec l’ambassade de France et l’Université français en Arménie (UFA).

Enfin, en 2014-2015, l’Observatoire a accueilli quatre stagiaires (trois à Bakou, un à Erevan) : alors que Valentin-Mahou Hékinian effectuait une recherche sur le risque sismique en Arménie à Erevan, Blaise Lefebvre (IEP de Grenoble) se trouvait en Azerbaïdjan pour rédiger un mémoire sur les Jeux européens de Bakou, au premier trimestre 2015. Adrian Foucher (mai-juillet 2014) a quant à lui été associé à Elshan Mustafayev en 2015 pour la rédaction d’un dossier de l’IFEA consacré aux relations informelles entre la Turquie et l’Arménie, tandis que Romain Lefebvre, de l’École d’architecture de Grenoble, a conduit une fructueuse recherche sur l’héritage architectural soviétique de Bakou. Solidement ancrés dans une discipline (géographie, science politique, géopolitique, architecture), ces jeunes chercheurs dotés d’une forte appétence pour le travail de terrain ont produit articles, notes et mémoires accessibles en ligne sur le site de l’IFEA et ainsi pleinement contribué à l’enrichissement des études caucasiennes au sein de notre institut et au-delà.

Cite this article as: Adeline Braux, "Le chant du cygne caucasien : 22 ans d’études caucasiennes à l’IFEA," in Dipnot, 26/08/2016, https://dipnot.hypotheses.org/1955.

  1. L’IFEA y était de nouveau représenté en mai 2015 avec un panel intitulé Nagorno-Karabakh After Donbass? Exploring Ways for a Revived Turkey-Armenia-Azerbaijan Dialogue. []