Archives par mot-clé : bibliothèque

L’Égypte ottomane

Décembre 2015
Türkçe çeviri

Terras suis contenta bonis, non indiga mercis
Aut Jovis, in solo tanta est fiducia Nilo

Une terre satisfaite de ses bonnes [choses/qualités], qui n’attend rien du commerce
ou [des faveurs] de Jupiter, dans le Nil est toute sa confiance.
« La Pharsale » de Lucain (Trad. Aude Aylin de Tapia)

Faruk_BiliciLa disparition de l’Empire byzantin laisse au Moyen-Orient principalement trois grandes puissances islamiques au début du XVIe siècle : l’Empire ottoman, l’Empire perse des Safavides et l’Empire mamlouk en Égypte et en Syrie. La suzeraineté de ce dernier empire, dirigé par Qansouh el-Gouri, s’étend jusqu’au sud de la Cappadoce, en Cilicie et aux monts Taurus.

C’est dans un contexte de rivalités politiques, économiques et idéologiques entre ces trois puissances qu’il faut envisager la conquête de l’Égypte par Selim Ier (1512-1520), à la tête de l’Empire ottoman, en conflit avec la nouvelle idéologie chiite radicale safavide, mais également en compétition politique avec l’Empire mamlouk pour l’hégémonie de la Méditerranée orientale, la mer Rouge et les Lieux-Saints de l’Islam (Jérusalem, La Mecque et Médine).

Pour empêcher toute alliance officielle entre Safavides et Mamlouks et pour casser l’encerclement dans son flanc oriental que Selim Ier dirige son expédition en 1516 vers la Syrie et l’Égypte, après avoir infligé une défaite mémorable à Chah Ismail à Çaldıran (1514), puis après avoir annexé le territoire de Düllkadir, vassal des Mamlouks. Ainsi la possession du Kurdistan méridional et des places fortes de Diyarbekir, Mardin, Urfa et Rakka ouvrait la voie vers la Syrie et l’Égypte. La première rencontre des deux armées, ottomane et mamlouk a lieu à Merg Dabek au nord d’Alep, le 24 août 1516. Les Turcs, dotés d’une artillerie puissante, remportent une victoire écrasante et Qansouh el-Gouri périt sur le champ de bataille. À la fin du mois de septembre, toute la Syrie était aux mains des Ottomans. Le nouveau sultan Touman Bay accueille l’armée ottomane à Reydaniyye le 22 janvier 1517. Vaincu, le sultan égyptien défend Le Caire énergiquement, sans succès. Il est exécuté le 13 avril 1517.

L’organisation administrative et économique de l’Égypte ottomane

Selim ne bouleverse pas fondamentalement l’organisation sociale de l’Égypte, il laisse aux Mamlouks loyaux les privilèges et les terres qu’ils avaient auparavant, confiant même le gouvernement à l’un des beys Mamlouks, Khayr Bey jusqu’à sa mort en 1522. Par contre le califat devient une dignité des sultans ottomans.

Avec la conquête de l’Égypte, les pays arabes, à l’exception du Maroc, entrent les uns après les autres dans le giron ottoman, constituant ainsi le plus vaste empire de la Méditerranée depuis les Romains. Les différentes économies régionales forment désormais une économie-monde.

La véritable organisation administrative et fiscale est mise en place à partir de 1525, sous l’autorité du grand vizir Ibrahim Pacha (1493-1536). Le kânun-nâme (règlement fiscal) préparé par le pacha est une sorte de constitution qui restera en vigueur avec plus ou moins de bonheur jusqu’à l’expédition d’Égypte de Bonaparte en 1798. Les pachas (vizirs) et les autres hauts fonctionnaires nommés par le sultan administrent cette gigantesque ferme fiscale qui est l’Égypte.

Pachas ottomans en Égypte se chargent, avec le diwân (Conseil) de la collecte des impôts, de l’envoi du tribut annuel à la cour ottomane, de la réception et de la diffusion des ordres provenant d’Istanbul, des travaux publics, de l’entretien des waqfs et de l’expédition des vivres et des fonds aux villes saintes ainsi que de l’organisation et de la sécurité du pèlerinage.

Des corps de troupes d’infanterie (janissaires) et de cavalerie envoyés par le pouvoir central secondent le gouverneur et le diwân. L’administration provinciale est confiée aux kâşifs (surveillant) équivalents de sancak beyi, qui devient une charge réservée aux chefs Mamlouks. À partir du XVIIe siècle, le pouvoir du pacha ottoman décline, d’ailleurs au profit  de cette classe dirigeante locale (janissaires et Mamlouks) qui se lance dans une lutte pour avoir une part plus importante de revenus fiscaux.

Au XVIIIe siècle, la quasi-totalité du pouvoir économique, politique et administratif est aux mains des maisons Mamlouks, isolées de la population rurale, mais aussi au détriment de la production artisanale. Cette stagnation laisse la place à une pénétration européenne massive. Le pays s’appauvrit à cause du détournement de voies internationales de commerce. Mais surtout le café et le sucre, principaux produits de substitution au commerce médiéval des épices, sont concurrencés par la production en grande quantité et au meilleur prix des Antilles et des îles américaines. Les intermédiaires de ce commerce fructueux sont des Grecs catholiques venant de Syrie.

De simple concession fiscale temporaire de la terre, l’iltizâm (la concession fiscale), base de la puissance économique des Mamlouks se transforme en quasi propriété privée au profit de mültezim, souvent absentéiste et résidant en ville : les multiples intermédiaires cherchent  à augmenter leurs revenus au détriment du paysan (fallah).

Cela dit, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la demande croissante des céréales (surtout du riz) par les marchés ottomans et européens, accélère la modernisation des techniques agricoles et la mise en place d’une irrigation permanente, devenant indépendante de la crue du Nil, notamment dans le Delta.

L’Expédition d’Égypte : la fin d’un monde

D’abord François Charles-Roux1 puis Henry Laurens2 ont montré par quel cheminement intellectuel les Lumières (la civilisation) puis la Révolution française (la liberté) ont été conduites à organiser une expédition militaire contre cette province de l’Empire ottoman, pourtant allié de la France depuis le XVIe siècle. Naturellement, la nouvelle configuration de la géographie politique, l’expansion du capitalisme mondial et la compétition politique et économique internationale sont des moteurs immédiats d’une telle entreprise. Dans cette course, l’Empire ottoman, en déclin politiquement, militairement et économiquement depuis la fin du XVIIe siècle, constitue un terrain de choix, d’autant plus que ses deux voisines, la Russie et l’Autriche font partie de ces puissances à la recherche de nouveaux marchés, en symbiose avec l’Europe occidentale.

La supériorité matérielle et intellectuelle européenne qui se manifeste depuis le XVIe siècle, comme une opposition religieuse christianisme / islam, se laïcise au XVIIIe siècle, et avec la Révolution française elle adopte une nouvelle idéologie : la civilisation. La France révolutionnaire se considère comme le creuset de cette idéologie dynamique. Quant à l’Orientalisme, il nourrit cette idéologie.

L’homme qui incarnera le mieux cette idéologie est Bonaparte. Attiré depuis sa jeunesse par l’Orient et passionné de la littérature de voyage et d’analyses sur le Levant, ce jeune général est aussi victorieux devant les armées révolutionnaires.

Le prétexte immédiat d’une expédition militaire en Égypte est la protection du commerce français et surtout la lutte contre les ambitions anglaises d’exclure la France du commerce d’Orient et notamment d’Inde. En réalité, il s’agit d’un vaste programme mal défini, à la fois d’une carrière personnelle, mais aussi d’une tentative de mettre en œuvre des idées des Lumières : libération des peuples opprimés sous le despotisme par l’éducation et la science, création d’une nouvelle humanité sur les nouvelles bases civilisationnelles, élargir pour cela les possibilités économiques et politiques de la nation française dans le monde.

Les trois ans de guerre (1798-1801) au cœur de la Méditerranée orientale ont mobilisé tout l’Empire ottoman, ainsi que la plupart des nations européennes (La Russie, l’Angleterre, mais aussi l’Autriche, l’Espagne etc.). Même si l’Égypte a été libérée de l’Armée d’Orient, ni l’Empire ottoman ni l’Égypte ne seront plus jamais les mêmes. L’Expédition d’Égypte montre à l’Empire ottoman la nécessité évidente et absolue d’une modernisation. Mais elle marque également le début du démembrement accéléré de l’Empire ottoman, le mettant en position d’enjeu jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Sélection bibliographique thématique

L’Égypte ottomane (études en différentes langues)

  • Abdurrahim Abdurrahman Abdurrahim        Les Maghrébins en Égypte  à l’époque ottomane (1517-1798) : Tome 1er         1982    Tunis   TUR Ho 185/
  • Al-Dali  Muhammad Şabri     The Zawiya and Egyptian Society in the 16 th century: A case study of Zawiya al Sha’rani : Tiré à part de Islamic Area Studies Working Paper Series No. 20         2000    Tokyo  TAP 0013/
  • Al-Dali Muhammad Sabri      Shaykhs and the Ottoman Occupation of Egypt: Tiré à part de Islamic Area Studies Working Paper Series No. 22          2001    Tokyo  TAP 0096/
  • « Baldinetti,Anna; Campagne, Pierre » Orientalisme et politique italienne en Égypte  et en Libye : Agriculture familiale en Méditerranée       1995    Tunis   COLL XXXI c 28/
  • Behrens-Abouseif Doris         Egypt’s Adjustment to Ottoman Rule, Institutions, Waqf and Architecture in Cairo (16th and 17th Centuries)      1994    Leiden Tur Ho 596/
  • Charles-Roux François, Deherain Henri       Histoire de la nation égyptienne : Tome VI : L’Égypte  de 1801 à 1882 : Mohamed Aly et sa dynastie jusqu’à l’occupation anglaise : Le Soudan égyptien de Mohamed Aly à Ismaïl Pacha  1936    Paris    H Gén 012 VI/
  • Cohen Amnon, Baer Gabriel (Eds.)  Egypt and Palestine: A Millenium of Association 868-1948 1984    New York    TUR Ho 403/
  • Deherain Henri           Histoire de la nation égyptienne : Tome V : L’Égypte  turque : Pachas et Mameluks du XVIe au XVIIIe siècle : L’expédition du Général Bonaparte 1934    Paris    H Gén 012 V/
  • Denon Vivant  Planches du Voyage dans la Basse et la Haute Égypte  pendant les campagnes du Général Bonaparte       1990    Le Caire          VH Fo 032 /
  • Denon Vivant  Voyage dans la basse et la haute Égypte, pendant les campagnes du Général Bonaparte : Volume I Texte           1989    Le Caire          VH 263/
  • El-Nahal Galal H.       The Judicial Administration of Ottoman Egypt in the Seventeenth Century           1979            Minneapolis    TUR Ho 455/
  • Fahmy, Khaled           All the Pasha’s Men, Mehmed Ali, his army and the making of modern Egypt       2002            Cairo   Tur Ho 1005/
  • Geoffroy Eric Le soufisme en Égypte  et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers ottomans : Orientations spirituelles et enjeux culturels 1995    Damas            COLL V 156/
  • Hathaway Jane          The Politics of Households in Ottoman Egypt: The Rise of the Qazdağlıs 1997    New York    TUR Ho 728/
  • Holt P. M        Egypt and the fertile crescent 1516-1922. A political history           1975    London            F TH 129/
  • Jong F. De      Turuq and Turuq-Linked Institutions in Nineteenth Century Egypt: A Historical Study in Organizational Dimensions of Islamic Mysticism     1978    Leiden ISL R 026/
  • Kabrda Joseph           Quelques firmans concernant les relations franco-turques lors de l’expédition de Bonaparte en Égypte  (1798-1799)   1947    Paris    TUR Hd 005/
  • Kuneralp Sinan           Ottoman diplomatic documents on the “eastern question”. Egypt: from Ismail Pasha’s abdication to Hasan Fehmi Pasha’s mission to London 1879-1885           2011    Istanbul           COLL XXX 16/
  • Lellouch Benjamin      « Les Ottomans en Égypte Historiens et conquérants au XVIe siècle »       2006    Leuven            COLL XVI 11/
  • Lellouch Benjamin      Ibn Zunbul un égyptien face à l’universalisme ottoman (seizième siècle) : Tiré à part de Studia Islamica           1994    Paris    TUR Ho 527 (tap)/
  • Mayeur-Jaouen  Catherine    Al-Sayyid Ahmad al-Badawi : Un grand saint de l’islam égyptien   1994    Le Caire   COLL VI G 32/
  • Menassa Laïla,  Laferrière Pierre      La Saqia : Technique et vocabulaire de la roue à eau égyptienne  1974            Le Caire          COLL VI A 067/
  • Mikhail Alan    Nature and Empire in Ottoman Egypt: An Environmental History   2011    Cambridge      ISL G 147/
  • Moreh S. (Ed.)           Al-Jabarti’s Chronicle of the First Seven Month of the French Occupation of Egypt: Muharram-Rajab 1213: 15 June-December 1798: Tarikh Muddat al-Faransis bi-misr      1975    Leiden ISL T 02/
  • Moret A.          Le Nil et la civilisation égyptienne     1926    Paris    H Gén 004 I 07/
  • Panzac, Daniel, Rymond, André       La France et l’Égypte  à l’époque des vice-rois 1805-1882 2004    Le Caire   ISL H 007/
  • Philipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     A Guide to Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar 1994    Stuttgart          TUR Hc 126-03/
  • Philipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar: Text Volumes III et IV  1994    Stuttgart          TUR Hc 126-02/
  • Phılipp Thomas, Perlmann Moshe (Eds.)     Abd al-Rahman al-Jabarti’s History of Egypt: ‘Aja’ib al-Athar fi’l-Tarajim wa’l Akhbar : Text Volumes I et II    1994    Stuttgart          TUR Hc 126-01/
  • Raymond André         Le Caire des janissaires : L’Apogée de la ville ottomane sous ‘Abd-al-Rahmân Katkhudâ            1995    Paris    Obs Urb 539/
  • Raymond André         Grandes villes arabes à l’époque ottomane 1985    Paris    TUR Ho 216/
  • Raymond André         Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle : 2 vols           1999    Damas            COLL V 180 I-II
  • Shaw, Stanford J.      The Budget of Ottoman Egypt 1005-1006 / 1596-1597       1968    Paris    TUR Ho 456/
  • Weingarten Judith      The Transformation of Egyptian Taweret into the Minoan Genius  1991    Partille COLL IX 088/
  • Wiet Gaston    Matériaux pour un corpus inscriptionum arabicarum : 1e partie : Égypte: Tome II : Égypte             1930    Le Caire          Ep Ar 10-04/
  • Wiet Gaston    Histoire de la nation égyptienne : Tome IV : L’Égypte  arabe de la conquête arabe à la conquête ottomane : 642-1517 de l’ère chrétienne       1937    Paris    H Gén 012 IV/
  • Wiet, Gaston   Histoire de la nation égyptienne, Tome  IV – L’Égypte  arabe         1937    Paris    Div 214-4/
  • Winter Michael           Society and Religion in Early Ottoman Egypt: Studies in the Writings of ‘Abd al-Wahhab al-Sha’rani      1982    London            TUR Ho 200/
  • Wissa Myriam (Éd.)   The Knowledge Economy and Technological Capabilities, Egypt, the NearEast and the Mediterranean, 2nd millennium B.C. -1st millennium A.D.   2009    Barcelona       COLL LXXXVII 26/
  • The 8th International Congress of Turkish Art, Papers, Summaries, Cairo, 26th September-1st October 1987,  Egyptian Antiquities Organization      [y.y.]    Cairo   F HT 032/
  • The 8th International Congress of Turkish Art, Program, Cairo, 26th September-1st October 1987,  Egyptian Antiquities Organization         [y.y.]    Cairo   F HT 033/
  • Palais et maisons du Caire II : Epoque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)    1988    Paris    SL A 040 II/

L’Égypte ottomane (études en turc)

  • Altundağ, Şinasi         Kavalalı Mehmet Ali Paşa isyani Mısır meselesi 1831-1841, I. kısım         1945    Ankara            TUR Ho 025/
  • Çetin, Atillâ     Kavalalı Mehmed Ali Paşa’nın Mısır valiliği : Osmanlı belgelerine göre      1998    Istanbul            TUR Ho 035/
  • Çetin, Atillâ     Kavalalı Mehmed Ali Paşa’nın Mısır Valiliği : Osmanlı belgelerine göre     1998    Istanbul            TUR Ho 809/
  • Eldem, Halil Etem      Mısırın son Memlûk Sultanı Melik Tumanbay II adına Çorluda bulunan bir kitabe 1935            Istanbul           TUR Ho 133/
  • Erkutun, M. İlkin (Éd.)            Darendeli İzzet Hasan Efendi Ziyânâme, Sadrazam Yusuf Ziya Paşa’nın Napolyon’a Karşı Mısır Seferi (1798-1802)  2009    Istanbul           TUR Hd 099/
  • Evliya Çelebi  Evliya Çelebi Seyahatnamesi : 10uncu cilt : Mısır, Sudan, Habeş (1672-1680)    1938    Istanbul            TUR Hc 020-10/
  • Kahraman, Seyit Ali (Eds.)    Günümüz Türkçesiyle Evliya Çelebi Seyahatnamesi : Mısır, Sudan, Habeşistan, Somali, Cibuti, Kenya, Tanzania: 1. Cilt 10. Kitap    2011    İstanbul           Tur Ho 981-10 a/
  • Kahraman, Seyit Ali (Eds.)    Günümüz Türkçesiyle Evliya Çelebi Seyahatnamesi: Mısır, Sudan, Habeşistan, Somali, Cibuti, Kenya, Tanzania: 2. Cilt 10. Kitap    2011    İstanbul           Tur Ho 981-10 b/
  • Landau, Jacob M.      18. yüzyılda Mısır’la ilgili iki Portekiz kroniği üstüne bazı görüşler : Tiré à part du X. Türk Tarih Kongresi            1994    Ankara            TAP 0022/
  • Mahmud S. Muhammed       XVI. asırda Mısır Eyâleti : Doktora Tezi       1990    Istanbul           TUR Ho 473/
  • Mantran, Robert         Notes sur le kanunname-i Mısır (règlement ottoman de l’Égypte) : Tiré à part des Cahiers de Linguistique, d’Orientalisme et de Slavistique No. 9       1977    y.y.      TUR Ho 136-13 (tap)/
  • Türk silahlı kuvvetleri tarihi : Osmanlı devri : 1798-1802 Osmanlı Fransız harbi (Napolyon’un Mısır seferi) : IIIncü cilt 5nci kısım eki         1987    Ankara            TUR Ho 281/
  • Türkiye Diyanet Vakfı : İslâm Ansiklopedisi : Cilt 29 : Mekteb-Mısır mevlevihanesi          2004    Ankara            TUR Ge 03 II 29/

Voyages

  • Ali Bey Travels of Ali Bey in Morocco, Tripoli, Cyprus, Egypt, Arabia, Syria, and Turkey, Between the Years 1803 and 1807. Written by Himself and Illustrated by Maps and Numerous Plates. 2 vol. vol. 2  1816 (rep 1970)   London            VH 051 II/
  • Ali Bey Travels of Ali Bey in Morocco, Tripoli, Cyprus, Egypt, Arabia, Syria, and Turkey, Between the Years 1803 and 1807. Written by Himself and Illustrated by Maps and Numerous Plates. 2 vol. Vol. 1 1816 (rep 1970)   London            VH 051 I/
  • Al-Kindi           Histoire des Cadis Egyptiens Ahbar qudat Misr      2012    Le Caire          ISL H 133/
  • Alpin Prosper  Voyages en Égypte  1549-1552 : Jean Chesneau, André Thevet 1984    Paris    COLL VI J 24/
  • Amer Henry (Ed.)      Voyage en Égypte  de Balthasar de Monconys 1646-1647 1973    Le Caire          COLL VI J 08/
  • Boullaye-Le-Gouz, De La      Les voyages et observations du Sieur de la Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin Où sont décrites les Religions, Gouvernements, et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Perse, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Égypte , Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles et autres lieux d’Europe, Asie et Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de belles figures         1657    Paris    VH 005/
  • Boullaye-Le-Gouz, De La      Les voyages et observations du Sieur de la Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin Où sont décrites les Religions, Gouvernements, et situations des Estats et Royaumes d’Italie, Grece, Natolie, Syrie, Perse, Palestine, Karamenie, Kaldée, Assyrie, grand Mogol, Bijapour, Indes Orientales des Portugais, Arabie, Égypte , Hollande, grande Bretagne, Irlande, Dannemark, Pologne, Isles et autres lieux d’Europe, Asie et Affrique, où il a séjourné, le tout enrichy de belles figures         1657    Paris    CD VH 33//
  • Brejnik Claire, Brejnik Antoine (Eds.)            Voyages en Égypte  de Christophe Harant de Polzic et Bezdruzic 1598    1972    Le Caire          COLL VI J 05/
  • Burri Carla, Sauneron Serge (Eds.)  Voyages en Égypte  des années 1589, 1590 et 1591 : Le Vénitien anonyme, Le Seigneur de Villemont, Le Hollandais Jan Sommer   1971    Le Caire          COLL VI J 03/
  • Fenoyl R. De (Ed.)     La médecine des Egyptiens par Prosper Alpin (1581-1584)           1980    Paris    COLL VI J 21 I/
  • Fenoyl R. De (Ed.)     La médecine des Egyptiens par Prosper Alpin (1581-1584)           1980    Paris    COLL VI J 21 II/
  • Flaubert Gustave       Voyages : Tome second : Voyage en Orient : Égypte, Palestine, Asie Mineure, Constantinople, Grèce, Italie (1849-1851), Constantine, Tunis et Carthage (1858)          1948    Paris    VH 204 II/
  • Goyon Georges (Ed.) Voyages en Égypte  d’Anthoine Morison 1697        1976    Le Caire          COLL VI J 17/
  • Heberer Von Bretten Michael            Voyages en Égypte  de Michael Heberer ven Bretten 1585-1586  1976            Le Caire          COLL VI J 18/
  • Letts Malcolm (Ed.)    The Pilgrimage of Arnold von Harff Knight from Cologne, through Italy, Syria, Egypt, Arabia, Ethiopia, Nubia, Palestine, Turkey, France and Spain, which he accomplished in the Years 1496 to 1499    1967    Nendeln          VH 230/
  • Libois Charles (Ed.)    Voyage en Égypte  du Père Antonius Gonzales 1665-1666 II        1977    Le Caire            COLL VI J 19 II/
  • Libois Charles (Ed.)    Voyage en Égypte  du Père Antonius Gonzales 1665-1666 I         1977    Le Caire            COLL VI J 19 I/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome Troisième         1724    Rouen            VH 020 III/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome second 1724    Rouen VH 020 II/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tome premier 1724    Rouen VH 020 I/
  • Lucas Paul      Voyage du Sieur Paul Lucas, fait en M.DCCXIV, etc. par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l’Asie, Sourie, Palestine, Haute et Basse Égypte, etc. : Nouvelle édition : Tomes I-II-III   1724    Rouen CD VH 32//
  • Pococke Richard       A Description of the East and Some other Countries: Volume the First: Observations on Egypt  1743    London            VH Fo 029 I/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome I          1840    Paris    VH 079 I/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome II         1841    Paris    VH 079 II/
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome I          1840    Paris    CD VH 04//
  • Poujoulat Baptistin      Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Égypte : Tome II         1841    Paris    CD VH 06//
  • Sanguin Georges (Ed.)          Voyage en Égypte  de Gabriel Brémond 1643-1645           1974    Le Caire            COLL VI J 12/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Le Voyage en Égypte  de Pierre Belon du Mans 1547        1970    Le Caire            COLL VI J 01/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  de Jean Coppin 1638-1639 1643-1646          1971    Le Caire   COLL VI J 04/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  pendant les années 1587-1588 : H.-L. von Lichtenstein, S. Kiechel, H.-Chr. Teufel, G.-Chr. Fernberger, R. Lubenau, J. Miloïti           1972    Le Caire          COLL VI J 06/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Le Voyage en Égypte  de Jean Palerne Forésien 1581      1971    Le Caire            COLL VI J 02/
  • Sauneron Serge (Ed.)            en Égypte  d’Edward Brown 1673-1674       1974    Le Caire          COLL VI J 10/
  • Sauneron Serge (Ed.)            Voyages en Égypte  des années 1597-1601 : Bernardino Amico da Gallipoli, Aquilante Rocchetta, Henry Castela 1974    Le Caire          COLL VI J 11/
  • Schefer Charles (Ed.)            Sefer Nameh : Relation du voyage de Nassiri Khosrau en Syrie, en Palestine, en Égypte, en Arabie et en Perse          1881    Paris    VH 127/
  • Schefer Charles (Ed.)            Le Voyage d’Outremer (Égypte, Mont Sinay, Palestine) de Jean Thenaud Gardien du couvent des Cordeliers d’Angoulême suivi de La Relation de l’Ambassade de Domenico Trevisan auprès du Soudan d’Égypte  1512    1884    Paris    VH 132/
  • Volkoff Oleg V.          Voyageurs russes en Égypte           1972    Le Caire          COLL VI F 32/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  des années 1611-1612 : George Sandys, William Lithgow  1973            Le Caire          COLL VI J 07/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  de Johann Wild 1606-1610     1973    Le Caire          COLL VI J 09/
  • Volkoff Oleg V. (Ed.) Voyages en Égypte  des années 1634, 1635 et 1636 : Henry Blunt, Jacques Albert, Santo Seguezzi, George Chr. von Neitzschitz        1974    Le Caire          COLL VI J 13/
  • Volney Voyage en Égypte  et en Syrie         1959    Paris    VH 221/
  • Walle Baudouin Van De (Ed.)           Voyage en Égypte : Vincent Stochove, Gilles Fermanel, Robert Fauvel 1631    1975    Le Caire          COLL VI J 15/
  • Walz Terence Trade between Egypt and Bilad As-Sudan 1700-1820        1978    Le Caire          COLL VI G 08/
  • Wittman William         Travels in Turkey, Asia-Minor, Syria, and across the Desert into Egypt during the Years 1799, 1800 and 1801 in company with the Turkish Army, and the British Military Mission           1803    London            VH 038/
  • Pīrī Re’īs, Evliyā Çelebī          Deux regards ottomans sur Alexandrie, traduits et commentés par Jean-Louis Bacqué-Grammont et Michel Tuchscherer  2013    Alexandrie      COLL 114-30

Expédition d’Égypte

  • Boustany Salaheddine           The Press during the French Expedition in Egypt 1798-1801 : Tiré à part des Cahiers d’Histoire Egyptienne Série VI No. 1 Mars 1954    1954    Le Caire          ISL H 047 (tap)/
  • Laurens Henry           Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte : L’Orientalisme Islamisant en France 1698-1798      1987    Istanbul           COLL XV 05
  • Laurens Henry (Ed.)  Kléber en Égypte  1798-1800 I : Kléber, commandant en chef 1798-1799 1988    Paris            COLL VI J 25 I/
  • Laurens Henry (Ed.)  Kléber en Égypte  1798-1800 I : Kléber, commandant en chef 1798-1799 1988    Paris            COLL VI J 25 II/
  • Laurens Jacques, Laurens Henry (Eds.)      Kléber en Égypte  1798-1800 IV : Kléber, commandant en chef 1799-1800      1995    Paris    COLL VI J 25 IV/
  • Laurens Jacques, Laurens Henry (Eds.)      Kléber en Égypte  1798-1800 III : Kléber, commandant en chef 1799-1800      1995    Paris    COLL VI J 25 III/
  • Raymond André         Égyptiens et français au Caire, 1798-1801  1998    Le Caire          TUR Hr 209/
  • Shmuelevitz Aryeh (Ed.)       Napoleon and the French in Egypt and the Holy Land 1798-1801: Articles Presented at the 2nd International Congress of Napoleonic Studies: Israel, July 4-11, 1999        2002    Istanbul            H Gén 217/
  • Wassef Amin Sami    L’information et la presse officielle en Égypte  Jusqu’à la fin de l’occupation française            1975    Le Caire          COLL VI F 17/
Cite this article as: Faruk Bilici, "L’Égypte ottomane," in Dipnot, 01/12/2015, https://dipnot.hypotheses.org/1846.
  1. Les origines de l’expédition d’Égypte, Paris, Plon, 1910 []
  2. Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte : L’Orientalisme islamisant en France 1698-1798, Istanbul, IFEA, 1987 []

Approches technologiques en archéologie

Novembre 2015
Türkçe çeviri

Les 24 et 25 novembre 2015 auront lieu les Rencontres d’Archéologie de l’IFEA. Le thème en sera les approches technologiques en archéologie.

2015112425_Rencontres

 Par approches technologiques, nous entendons l’étude des « chaînes opératoires » liées  à la réalisation d’un objet. Nous profitons de cet évènement pour débuter une série de billets, notes ou parenthèses bibliographiques, en nous plongeant dans les ouvrages disponibles sur ce sujet dans la bibliothèque de l’IFEA. Comme la notion de chaîne opératoire est le fruit d’une longue histoire des sciences de l’homme, (anthropologie et préhistoire) et recoupe bien des domaines : technologie, cognitifs, environnementaux ou encore économiques, avançons par étapes au gré des rayons.  Soulignons que le Pôle Archéologie de l’IFEA développe ses activités autour des approches liées à la relation entre Techniques et Cultures, répondant ainsi à une attente  de la communauté archéologique en Turquie. L’acquisition d’ouvrages de référence en ces domaines sera donc commentée périodiquement sur nos pages Internet.

Pour le grand public, cette notion de chaîne opératoire peut sembler abstraite, voire rébarbative. Pourtant, c’est elle qui s’applique directement à nos sociétés de production. Elle régit l’économie réelle, fondée sur l’industrie, elle est au cœur des problématiques de l’écologie et du développement durable tant évoqués en ces temps incertains où nos écosystèmes évoluent sans que nous en contrôlions la course.

Son utilisation dans le cadre archéologique est un legs de l’anthropologie française, notamment de Marcel Mauss (1872-1950) qui, au travers de ses travaux sur « les techniques du corps », décrivit  l’influence du contexte culturel sur les processus d’apprentissage, le développement des savoir-faire (Mauss 1935 ; 1947). André Leroi-Gourhan portera ce regard d’anthropologue sur la Préhistoire en proposant  d’étudier le matériel archéologique non plus comme un artefact fini mais comme un témoignage technique et culturel. À l’opposé du déterminisme technique ou environnemental naguère dominant, André Leroi-Gourhan amena la communauté scientifique à se pencher sur la relation entre les techniques et les savoir-faire, l’acquisition de ces savoir-faire dépendant d’un processus cognitif profondément ancré dans la sphère culturelle et social (Leroi-Gourhan 1971, 1973).  Malgré l’engouement pour l’ethnoarchéologie, devenant une discipline à part entière dès les années quatre-vingts, l’étude de la relation entre la technique et la culture reste toujours minoritaire, ancrée dans une tradition francophone n’ayant pas complétement basculé dans le déterminisme climatique tant invoqué de nos jours pour expliquer l’Histoire.

La bibliothèque de l’IFEA, riche d’une longue histoire de recherches archéologiques, abrite en ses rayons quelques témoignages des prémices ayant conduit les études matérielles vers l’analyse des chaines opératoires. Loin des figures patriarcales telles celles d’Henry Breuil (1877-1961), de Marcellin Boulle (1861-1942) ou de Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), quelques ouvrages dans notre catalogue n’en soulignent pas moins le caractère iconoclaste et anticonformiste animant le préhistorien. Rappelons que ce n’est qu’en 1996, sous le pontificat de Jean-Paul II, que le Vatican reconnaîtra que la Préhistoire et le principe d’évolution sont plus qu’une simple hypothèse, position finalement innovante si l’on considère l’emprise du créationnisme dans les débats de société aux États Unis.

En 1936, André Cheynier, médecin notable de Terrasson (Dordogne), préhistorien et futur président de la Société Préhistorique Française, rend un vibrant hommage au Sieur de Jouannet (François René Bénit VATAR-1765-1855), fils d’imprimeurs rennais, rédacteur du « Journal des Hommes libres de tous les pays » qu’il fonda en 1792 avec son cousin René Vatar. Libertaires et subversifs, les cousins n’en connurent pas moins des destins forts différents. Les pamphlets à l’encontre du « citoyen premier consul » Bonaparte vaudront à René VATAR d’être déporté à Cayenne, loin des fraîches dorures de l’Empire. Il s’y illustra à bord d’un navire corsaire, harcelant la marine britannique le long de ces côtes boueuses de la Guyane, drainées par les fleuves Maroni et Oyapok, au nord du delta de l’Amazone. Un boulet anglais lui arracha une jambe en 1806, ce qui ne l’empêcha pas de faire fructifier son négoce maritime jusqu’à sa mort en 1835.  Pour ne pas connaître le destin de son cousin, François René Bénit VATAR en vint à effacer le Vatar de son patronyme en le remplaçant par Jouannet, titre hérité des hauts faits familiaux en tant qu’imprimeurs royaux en Bretagne, durant les deux siècles précédents la révolution Française. Quittant Paris pour Bordeaux, puis Périgueux, il parcourt les campagnes, ses pérégrinations l’amenant à se pencher sur les époques «remontant à la nuit des temps»  (Cheynier, 1936, p.37). Il rédige les Annuaires du Départements de Dordogne et de Gironde et, accessoirement, devient membre de l’Académie de Bordeaux en 1818.   Passons sur ses découvertes majeures que sont les sites de l’Écorne-Bœuf, la grotte de la Combe ou le Pey de l’Azé mais écoutons-le plutôt évoquer trois principes fondateurs de l’archéologie moderne.

1-      La notion de patrimoine et de sa préservation : « nous nous bornerons à désirer que le résultat des recherches […] inspire aux habitants de ce département un peu moins d’indifférence sur les antiquités de leur pays. » (Jouannet, 1814.- Calendrier de la Dordogne : du Périgord sous les Gaulois, cité dans Cheynier 1936, pp. 37).

2-      La notion, encore floue, de temps Préhistoriques : « À quelle époque, dans quel but tout cela s’est-il fait ? Pauvres hommes ! Nous connaissons les comètes et nous échouons à un mauvais trou, au Pey de l’Azé ! » (Calendrier de la Dordogne, 1817, p. 204 ; cité par Cheynier, 1936).

3-      La notion de chaine opératoire, au sujet de bifaces et de haches polies : « J’ai pu juger de la manière dont on s’y prit pour les tailler ». s’ensuit un vocabulaire descriptif fondé sur les techniques, encore d’actualité : pointe mousse, bords latéraux, percussion, arêtes, convexité… (Calendrier de la Dordogne, 1819, suite de la statistique, pp. 3-12 ; cité par Cheynier, 1936).

Bien que le cousin VATAR écuma les mers de Georgetown à Cayenne, illustrant un XIX siècle affirmant l’emprise des empires européens sur l’Orient, l’Asie, l’Afrique et les Amériques, la Préhistoire s’écrivait donc en Europe principalement sur ces terres de Dordogne et du Périgord riches des témoignages que conservent  ses réseaux karstiques, grottes, puits et abris sous-roches.

Un autre ouvrage attire donc notre attention, celui qu’écrivit  Jacques de Morgan (1857-1924) sur « la Préhistoire Oriental ». Archéologue, directeur du Département des Antiquités en Égypte à la fin du XIX siècle, et fin connaisseur de la Mésopotamie et de la Perse où il est nommé délégué général du ministère de l’Instruction publique en 1897, il critique d’une part le nombrilisme européen en matière de Préhistoire, dénonçant l’assimilation  des industries proche-orientales à celles d’Europe, voire à une « chronologie relative française appliquée à l’Univers entier ». Il saisit d’autre part l’ampleur du fossé séparant les « Études Classiques » de la Préhistoire, cette dernière étant « la risée des classiques »  même si, note-t-il, « les croyances religieuses en dépendent et, par suite, tout le système philosophique et moral sur lequel est basée notre civilisation » (avant-propos, page V). Force est de constater que cette césure entre Préhistoire et Histoire Classique est encore d’actualité, en France notamment, réminiscence d’un passé jacobin s’étant accaparé l’Histoire pour l’organiser en de grands corps d’enseignements et de recherches royaux puis républicains. Des cinq académies, regroupées sous la bannière de l’Institut de France en 1795, aucune ne représente la Préhistoire, cette dernière se faisant une petite place dans l’Académie des Sciences ou se glissant au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, situation cocasse à la lecture de Jacques de Morgan qui considérait la Préhistoire comme « une civilisation sans écriture » (avant-propos, p. V). Si cette vision d’une Préhistoire hors de la chronologie peut sembler désuète dans le récit par trop linéaire que nous appliquons aux sociétés humaines, les travaux de Jacques de Morgan n’en soulignent pas moins l’importance de l’ethnographie dans l’étude des sociétés préhistoriques. Il met en garde le préhistorien quant au danger d’une classification culturelle uniquement fondée sur l’outil de pierre, le « non périssable », au dépend d’une analyse culturelle : « pour décréter qu’un changement d’industrie s’est produit à la suite d’une migration, il faut autre chose que l’apparition de quelques formes nouvelles dans l’outillage, il faut un ensemble de conceptions encore inédites, une nouvelle orientation […] (p. 314, tome 1).

Jacques de Morgan, dans les trois tomes consacrés à la Préhistoire orientale, offre au lecteur de 1925 comme d’aujourd’hui, une description méticuleuse des environnements, de la géologie ; une analyse précise des industries lithiques, la reconnaissance d’ateliers de taille (tome II) et des matières premières utilisées, identifiant déjà les problématiques interculturelles liées à la diffusion des obsidiennes d’Arménie vers la Syrie et la Mésopotamie (tome III). Outre cette multidisciplinarité qui illustre la recherche préhistorique, Jacques de Morgan avait un talent de dessinateur et ses planches lithiques sont de vibrants hommages aux travaux des préhistoriens-artistes extrayant de la pierre l’observation technique pour la figer en des dessins du plus bel esthétisme.

A venir : Historique livresque des études lithiques.

Bibliographie et ouvrages choisis dans nos rayons

  • LEROI-GOURHAN (A.), 1943.- Évolution et Techniques (vol. 1 : L’Homme et la Matière; vol. II : Milieu et Techniques), Paris : Albin Michel.
  • Marcel Mauss, 1935.- Les Techniques du corps,  Journal de Psychologie, vol. xxxii, n° 3-4, 15 mars-15 avril 1935, d’après une conférence prononcée par Marcel Mauss, le 17 mai 1934 devant la Société de Psychologie.
  • Mauss, 1947.- Manuel d’ethnographie. Paris : Payot
  • Marcel Mauss (Türkçe Çeviri) : Sosyoloji ve Antropoloji ; 2011 Doğu Batı Yayınları
  • Sur le web : Marcel Mauss Essai sur le don, (1923-1924) collection électronique PDF développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi http://www.congoforum.be/upldocs/essai_sur_le_don.pdf
  •  Marcel Mauss (1934), Les techniques du corps. collection électronique PDF développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi. http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/socio_et_anthropo/6_Techniques_corps/Techniques_corps.html
  •  Cheynier André, 1936.- Jouannet, Grand-père de la Préhistoire. Société Historique et Archéologique du Périgord. Brive : Chastrusse, Praudel et Cie.(ref. IFEA : Préh 5).
  • De Morgan Jacques, 1925.- La Préhistoire Orientale. 3 tomes, Paris : Librairie Orientaliste Paul Geuthner.(ref. IFEA: HA Or Gén 1/I-II-III).
  • PréTech (Préhistoire et Technologie) : Inizan M-L., Reduron Ballinger M., Roche H., & Tixier J., 1995.- Technologie de la pierre taillée, Préhistoire de la pierre taillée tome 4, Meudon : CREP.
  • À noter l’ouvrage de référence suivant, disponible en PDF sur le site internet de l’UMR 7055, http://www.mae.u-paris10.fr/prehistoire/IMG/pdf/Technologie_de_la_pierre_taillee. Espérons que la version anglaise suivra la même voie de l’édition électronique.
  • Puisque nous débutons cette série de notes sur les approches en technologie par des références en accès libre sur Internet, je vous indique le site de la Revue de l’association européenne d’archéologie des techniques : The ArkeoTek Journal qui, depuis 2011 est adossé au laboratoire « Préhistoire & Technologie » :   http://www.thearkeotekjournal.org/
Cite this article as: Martin Godon, "Approches technologiques en archéologie," in Dipnot, 01/11/2015, https://dipnot.hypotheses.org/1774.

« Art Turc » ? : Histoire d’une notion problématique

15th ICTA PosterSeptembre 2015

Türkçe çeviri

La tenue du 15e Congrès international d’art turc du 16 au 18 septembre prochains à L’Orientale de Naples est l’occasion de se pencher sur la notion d’“art turc”, ses développements historiographiques et plus généralement sur le champ de l’histoire de l’art islamique en Turquie. Organisé depuis 1959 dans plusieurs villes d’Europe et de Turquie, il s’agit d’une des plus importantes manifestations scientifiques dans le domaine de l’histoire de l’art des Balkans à l’Asie Centrale, aux époques médiévales et ottomanes. Bien que le congrès soit ouvert à des questionnements plus larges, son nom même renvoie à une notion problématique qu’il convient de discuter. La bibliographie portant majoritairement sur la collection de l’IFEA a été proposé dans l’espoir de remettre le débat à jour.

Bien établie dans le contexte culturel actuel de la Turquie comme le montrent les exemples du Türk ve İslam Sanatları Müzesi (Musée des Arts turcs et islamiques) ou encore les nombreux cours de Türk-İslam Sanatı (Art turco-islamique) présents dans les programmes universitaires, cette définition d’un « art turc » mérite en effet d’être revisitée dans un contexte multiculturel et international. Définir un “art turc” implique penser le caractère ethnique d’une production artistique et sous-entend la turcité et/ou l’appartenance à la foi musulmane de l’artiste, du commanditaire et du spectateur. La question suivante se pose alors : « comment pourrait-on dans ce cadre étudier la production artistique des Balyan, la famille arménienne d’architecte à l’origine du Palais de Dolmabahçe ? »

Proposé pour la première fois en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce label renvoie à une vision sinon nationaliste du moins ethnicisante de la production artistique et trouve son origine dans le contexte orientaliste. Dans sa Grammar of Ornament, publiée en 1856, outre les motifs “Persans”, “Indiens” ou “Arabes”, Owen Jones (1809-1874) fait aussi l’inventaire des motifs “Turcs”, qu’il juge d’ailleurs inférieurs à certains autres. Dans les années 1930, Albert Gabriel (1883-1972), fondateur de l’IFEA, classifie encore sous l’appellation “monuments turcs” l’architecture islamique médiévale d’Anatolie qu’il est l’un des premiers à étudier. Un phénomène similaire se retrouve en Iran où les spécificités « persanes » de la production artistique servent de base à la définition d’un Persian Art dont un catalogue monumental a été édité par Arthur Upham Pope (1881-1969) dans les années 1960.

Toutefois, le discours nationaliste autour de la notion « d’art turc » est développé dès le début du XXe siècle par des membres de l’école de Vienne comme Joseph Strzygowski (1862-1941), Heinrich Glück (1889-1930) et notamment Ernst Diez (1878-1961). Ils ont vu à travers une optique hégélienne, une certaine substance nationale derrière la production artistique et ont attribué des sens raciaux aux motifs ou aux structures artistiques. Cette deuxième génération de chercheurs européens a eu un impact plus important sur l’installation du discours et la formation des universitaires turcs. Cette approche se retrouve dès 1928 dans les écrits de Celal Esad Arseven (1876-1971) et Ernst Diez lui-même a participé à la fondation du département d’histoire de l’art de l’Université d’Istanbul. Son héritage a été par la suite largement diffusé dans les cours et les écrits d’Oktay Aslanapa (1914-2013), fondateur d’une véritable école d’histoire de l’art toujours en activité.

Le contexte culturel kémaliste a permis à ce discours de s’épanouir et donné parfois même lieu à des approches pantouranistes. La mosquée Ibn Tulun du Caire, construite au IXe siècle par un gouverneur abbasside d’origine turque fait dès lors partie des fleurons de l’« art turc » bien que son architecture renvoient très directement aux mosquées abbassides (« arabes ») de Samarra. De même, l’architecture  des Rois-Esclaves de Delhi (1206-1290) relèverait de « l’art turc » sur la seule base de l’appartenance ethnique de la dynastie, peu important leur contexte culturel de production. S’élargissant concurremment, « Art Turc » et « Persian Art » se recoupent assez fortement : l’architecture des Grands Seldjoukides (1038-1194) relèveraient pour les uns de l’art turc par la turcité des souverains mais aussi de l’art persan car produit en Iran.

Alors que de vives discussions agitaient le champ de l’histoire des arts de l’Islam depuis les années 1970, la remise en question de cette notion d’“art turc” ne s’est fait que très récemment. Donner un nom à la production artistique en contexte islamique a depuis le XIXe siècle suscité de nombreux débats. La notion d’un art musulman (ou comme elle a été définie en allemand d’un “Muhammedanischer Kunst”), telle qu’elle a été souvent employé dans la première moitié du XXe siècle, a été critiquée à partir des années 1940.  On lui reprochait d’enfermer dans un discours religieux la production artistique de sociétés multiconfessionnelles. Un consensus s’est progressivement établi autour de la notion d’Islamic Arts ou Arts de l’Islam qui permet tant d’évoquer une culture réunie autour de l’Islam que d’inclure les communautés non-musulmanes du Dār al-Islam et leur art. Les débats sont encore vifs et d’autres approches sont proposées pour aborder cette question comme l’illustrent les travaux de Avinoam Shalem ou ceux de Finbar Barry Flood.

Les discussions sur la notion d’art turc sont cependant plus récentes. Un colloque international organisé en 2006 par l’Aga Khan Trust for Culture intitulé “Historiography and Ideology: Architectural Heritage of the ‘Lands of Rum’” a donné lieu à la publication d’un numéro spécial de la célèbre revue Muqarnas, édité par Sibel Bozdoğan et Gülru Necipoğlu, et a permis de poser néanmoins les jalons principaux de cette remise en question.

Bibliographie

  • Actes du 10e Congrès International d’Art turc/ Proceedings of Turkish Art 10th International Congress of Turkish Art: Genèves, 17-23 September 1995/Geneva 17-23 September 1995, Genève, Fondation Max Van Berchem, 1999. [Tur As 083-10]
  • Albert Gabriel 1883-1972 : mimar, arkeolog, ressam, gezin ; Albert Gabriel 1883-1972 : architecte, archéologue, artiste, voyageur, Istanbul, Yapı Kredi Kültür Sanat Yayıncılık, 2006. [Tur Aa 265]
  • Arık M.O., « Heutiger Zustand der Forschungen und Studien zur türkischen Kunst in der Türkei », in Daneschvari A. (ed), Essays in Islamic Art and Architecture in Honor of Katharina Otto-Dorn, Malibu, Undena, 1981. [ISL A 096]
  • Arseven C.E., L’art turc : depuis son origine jusqu’à nos jours, Istanbul, Devlet Basımevi, 1939. [Tur Ag Fo 05]
  • Atasoy, N., Türk Minyatür Sanatı Bibliyografyası, İstanbul, Yapı Kredi, 1972.[Tur Ad 020]
  • Aslanapa O., Turkish Art and Architecture, Londres, Faber and Faber, 1971. [Tur Ag 020]
  • Blessing P., « Recording the transformation of urban landscapes in Turkey : the diaries of Kurt Erdmann and Ernst Diez », Studies in Travel Writing, vol. 16 n°4, 2012, p. 415-425.
  • Blessing P., « Friedrich Sarre and the discovery of Seljuk Anatolia », Journal of Art Historiography, 11, 2014. [ https://arthistoriography.wordpress.com/11-dec14/]
  • Bodur, F., Türk Maden Sanatı, İstanbul, Türk Kültürüne Hizmet Vakfı, 1987. [Tur Ag 07]
  • Çoruhlu, Y., Türk-İslam Sanatının ABC’si, 2000. [Tur Ag 126]
  • Diez E., Die Kunst der islamischen Völker, Potsdam, Athenaion, 1917. [ISL A 001]
  • Diez E., Türk sanatı : Başlangıcından gönümüze kadar, Istanbul, Fakülte Matbaası, 1946 (traduit en turc par Oktay Aslanapa).
  • Flood F.B., Objects of Translation : Material Culture and Medieval “Hindu-Muslim” Encounter, Princeton, Princeton University Press, 2009.
  • Gabriel A., Monuments turcs d’Anatolie, 2 volumes, Paris, E. de Boccard, 1931-1934. [TUR Aa Fo 22]
  • Glück H., « Türk San’atının Dünyadaki Mevkii », Türkiyat Mecmuası, 3, 1926-1933, p. 119-128. [P 116]
  • Glück H., Diez E., Die Kunst des Islam, Berlin, Propyläen-Verlag, 1925.
  • Grabar O., « What Makes Islamic Art Islamic ? », in Islamic Art and Beyond, volume III, Constructing the Study of Islamic Art, Hampshire, Ashgate, 2006. [http://archnet.org/publications/5032]
  • Jones O., The Grammar of Ornament, 1856.
  • Kuban D., Türk ve İslam Sanatı Üzerine Denemeler, İstanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, 1995. [Tur Ag 103]
  • Labrusse R. (dir.), Purs Decors ? Arts de l’Islam, regards du XIXe siècle, collection des arts décoratifs, catalogue de l’exposition Purs Décors ?, Musée des Arts Décoratifs, Paris, 11 octobre 2007 – 13 janvier 2008, Paris, Les Arts Décoratifs, musée du Louvre, 2007.
  • Mayer, L.M., Islamic Metalworkers and their works, Geneva, Kundig, 1959. [Ep Ar 09]
  • Muqarnas 24 : History and Ideology : Architectural Heritage of the Lands of Rum, 2007: Flood F.B., « Lost in Translation : Architecture, Taxonomy and the Eastern “Turks” », p. 70-115;  Necipoğlu G., « Creation of a National Genius : Sinan and the Historiography of “Classical Ottoman Architecture », p. 141-183; Pancaroğlu O., « Formalism and the Academic Foundation of Turkish Art in the Early Twentieth Century », p. 67-78; Redford S., « “What have you done for Anatolia today ?”: Islamic Archaeology in the early years of the Turkish Republic », p. 243-252; Rizvi K., « Art History and the Nation : Arthur Upham Pope and the Discourse on “Persian Art” in the Early Twentieth Century »; p. 45-65. [P 669] [http://archnet.org/publications]
  • Necipoğlu G., The Age of Sinan : Architectural Culture in the Ottoman Empire, Princeton, Oxford, Orinceton University Press, 2005. [TUR Aa 264]
  • Pope A.U., A Survey of Persian Art, 14 volumes, New York, Londres, Oxford University Press, 1964-1967.  [ISL A 061]
  • Premier congrès international des arts turcs sous le haut patronage du Président de la République Turque son Excelllence Monsieur Celâl Bayar organisé par l’Institut de l’Histoire des Arts Turcs et Musulmans attaché à la Faculté de Théologie (Université d’Ankara): 19-24 Ekim 1959, Ankara, Faculté des lettres, 1959. [Tur Ag 012]
  • Ölçer, N., Museum of Turkish and Islamic Arts: Kilims, İstanbul, Eren, 1989 [Tur Ad 101]
  • Sarı L., “Bana göre Türk’tür Size Göre Ermeni”, Agos, 28 Şubat 2014
  • Sarre F., Reise in Kleinasien, Berlin, Geographische Verlagshandlung D. Reimer, 1896. [VH 152]
  • Sourdel-Thomine J. (ed), Etudes médiévales et patrimoine turc : volume publié à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Kemal Atatürk, Paris, CNRS, 1983.
  • Shalem, A., Lermer, A. (ed), After One Hundred Years, The 1910 Exhibition “Meisterwerke muhammedanischer Kunst” Reconsidered, Brill, Leiden, 2010.
  • Shalem, A., “What do we mean when we say ‘Islamic art’? A plea for a critical rewriting of the history of the arts of Islam”, Journal of Art Historiography 6, 2012. [https://arthistoriography.files.wordpress.com/2012/05/shalem.pdf]
  • Strzygowski J., « Türkler ve Orta Asya San’atı Meselesi », Türkiyat Mecmuası, 3, 1926-1933, p. 1-80. [P 116]
  • Vatin N., Art  Juif ou Art Ottoman ?, tiré à part de Turcica 28, Peteers, 1996. [Tur Ha 669 (tap)]
Cite this article as: Ekin Akalın et Maxime Durocher, "« Art Turc » ? : Histoire d’une notion problématique," in Dipnot, 01/09/2015, https://dipnot.hypotheses.org/1777.

L’invention des politiques culturelles en Turquie

Atatürk kültür Merkezi ©C. Scalbert-Yücel 2015
Atatürk kültür Merkezi ©C. Scalbert-Yücel 2015

Juin 2015

Türkçe çeviri

La littérature spécialisée sur les politiques culturelles en Turquie est, de manière générale, très récente et encore limitée. Cette situation est liée à la jeunesse de cette politique. On trouve à la bibliothèque de l’IFEA quelques ouvrages fondamentaux qui reviennent sur la genèse et l’évolution des politiques culturelles françaises et turques.

L’absence d’un ministère de la culture en Turquie jusqu’en 1971 n’a pas empêché des interventions de l’État dans ce domaine et de nombreuses actions de soutien aux arts et aux artistes notamment pour satisfaire les plaisirs esthétiques des élites et pour servir le pouvoir. À l’époque de la jeune République, le domaine de la culture et des arts est toutefois surtout mobilisé au sein de différentes institutions publiques (comme les Foyers turcs ou les Maisons du peuple) pour produire et diffuser une culture nationale. Pour ce faire, on observe alors une mobilisation à la fois de la culture populaire, folklorisée, et des arts comme le théâtre, la peinture ou la musique classique. On trouve d’importants travaux d’historiens de la fin de l’Empire ottoman et du début de la République sur ces différentes actions et institutions.

On peut parler de l’apparition de politiques culturelles au sens restreint du terme (une institution spécialisée, des objectifs, des moyens – cf. Dubois) quand le ministère de la culture est créé. Mais c’est aussi et surtout avec l’émergence de fondations philanthropiques créées par de grands groupes industriels, des banques ou des familles fortunées que les actions culturelles vont se multiplier et se diversifier. Ces acteurs privés (Istanbul Kültür Sanat Vakfı-IKSV en tête) participent à la diversification de l’action culturelle mais aussi à la production d’une réflexion sur cette action. Ainsi dans le sillage des impulsions données par la conférence de l’UNESCO à Stockholm, l’initiative Kültür Girişim, soutenue par l’IKSV et le ministère de la culture, organise une conférence en octobre 1998 dont les résultats sont publiées sous le titre Türkiye’de Kültür Politikaları (Doğan Kitap, Istanbul 2001).

Enfin, avec les années 2000 et après 2010, on assiste à une institutionnalisation et une professionnalisation de la culture avec des organisations déjà anciennes (IKSV, fondée en 1973, a considérablement élargi ses domaines d’intervention à travers les festivals internationaux qu’elle organise) et des nouvelles comme Anadolu Kültür (2002), SALT (2010) ou le Centre de recherches sur le management culturel et artistique (Kültür Politikaları ve Yönetimi Araştırma Merkezi) de l’université de Bilgi, (2010) qui offre en outre une formation spécialisée dans management culturel et une collection d’ouvrage sur les politiques culturelles. Dans ce contexte, on observe alors une multiplication d’études sur les politiques culturelles produites par des professionnels des différents secteurs culturels et des universitaires de différentes disciplines (sociologues, politistes, anthropologues, urbanistes, économistes, spécialistes du management, etc.) qui se sont spécialisés sur cet objet. Ces travaux ont débouché sur une véritable multiplication d’ouvrages et d’articles sur des politiques culturelles sectorielles ou sur les missions assignées à la culture, des réflexions sur la construction des politiques culturelles dans le cadre des processus de globalisation et d’européanisation.

Cette littérature aborde notamment les débats contemporains sur les politiques culturelles, les relations entre culture et politique : la culture au service de la communication politique locale (Istanbul comme ville globale) ou internationale (les centres Yunus Emre) ; les interventions intempestives du pouvoir dans le champ culturel et artistiques (les formes de la censure). Avec l’intensification et la diversification de l’offre culturelle, de nombreux travaux s’intéressent également à l’émergence d’une scène artistique et d’un marché de l’art national (multiplication des musées privés, des foires et des biennales artistiques), au renouveau des industries culturelles et audiovisuelles (succès du cinéma national et des feuilletons télévisés à l’exportation), à l’insertion dans des réseaux internationaux et européens avec la participation aux programmes financées par l’Union européenne (Istanbul Capitale européenne de la Culture en 2010) ou du Conseil de l’Europe (programme Eurimages). Des études portent aussi sur la diversification des objectifs des actions culturelles : démocratisation de la culture, promotion de la diversité culturelle et des cultures régionales et « ethniques », développement économique par la culture (industrie touristique), aménagement urbain, insertion et participation à des réseaux internationaux. En ce sens, Istanbul Capitale européenne de la Culture a constitué un point fort à la fois pour la mise en visibilité de la culture dans les politiques urbaines et la production universitaire sur les politiques culturelles. De nombreuses publications ont accompagné et suivi cet évènement. L’Observatoire Urbain d’Istanbul a ainsi publié un nombre important de mémoires et travaux d’étudiants et de conférences en ligne autour d’Istanbul Capitale Européenne de la culture, et plus largement autour du rôle de la culture dans la transformation urbaine. On note donc encore une forte concentration de travaux (politiques et académiques) sur la mégalopole et les politiques culturelles de la ville d’Istanbul. Peu de travaux concernent encore, de manière spécifique, les politiques culturelles en région. Cette bibliographie sélective (la majeure partie des ouvrages sont disponibles à l’IFEA et les revues internationales spécialisées sont accessibles par Internet dans les bibliothèques universitaires) offre des jalons pour retracer le développement des politiques culturelles en Turquie.

Séminaires et colloques organisés par l’IFEA

TTV SOFT it venice gr canal istanbul 2010 european capital of culture

 Bibliographie sélective

  • Ada Serhan, İnce H. Ayça (Éds.) (2009) Introduction to Cultural Policy In Turkey, İstanbul, Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • Ada, Serhan, Ezgi Arıduru, Ceylan Uşakierali, Gökçe Sanul (ed). (2001), Sivil Toplum Gözüyle Türkiye Kültür Politikası Raporu. Konferans Konuşmaları (25-26 Mart 2011) ve Özet Rapor, Istanbul Bilgi Universitesi Yayınları, Istanbul.
  • Aksoy, A. ve Şeyben, Burcu Yasemin. “Storm over the state cultural institutions: new cultural policy direction in Turkey”, International Journal of Cultural Policy, 24 February 2014
  • Albayrak A. (2011), « Les musées des grandes familles turques : réflexion sur les pratiques culturelles des Koç, Sabancı et Eczacıbaşı », Cahiers de la Méditerranée, 82.
  • Ünsal, Deniz (2011) İstanbul Kültür ve Sanat Sektörü, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, 2011.
  • And, Metin; Şenlik, Ergun; Canak, Erkan, Kültürel Etkinlikler ve Büyük Kuruluşlar, Istanbul, Türkiye İş Bankası Kültür Yayınları, 1981.
  • Altan, Cemren (2001) La narration visuelle d’une Nation. Nationalisme et peinture en Turquie à l’époque républicaine (1923-1997), Thèse de doctorat de l’INALCO, 2001.
  • Birkiye S. Korad (2009), « Changes in the cultural policies of Turkey and the AKP’s impact on social engineering and theatre », International Journal of Cultural Policy, 15(3), p. 261-274.
  • Cultural Policy and Management Yearbook (2009, 2010, 2011 and 2012-2013), Istanbul, Istanbul Bilgi university press.
  • Dubois, Vincent (1999) La Politique Culturelle, Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.
  • Dubois, Vincent (2012), Le politique, l’artiste et le gestionnaire. (Re)configurations locales et (dé)politisation de la culture, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant.
  • Ertürk, Eylem (2011), Cultural local policy handbook, step tools and case studies, İstanbul, İstanbul Bilgi University Press.
  • Georgeon, François (1982) « Les foyers turcs à l’époque kémaliste 1923-1931 », Turcica 14, p. 168-215.
  • Göktürk, Deniz; Soysal, Levent; Tureli, Ipek (ed.) (2011), Orienting Istanbul. Cultural Capital of Europe?, Oxfordshire, Routledge.
  • İnce, Ayça (2014) « Kentsel düzeyde kültür politikaları: İstanbul örneği » Heinrich Böll Stiftung, http://tr.boell.org/tr/2014/06/16/kentsel-duezeyde-kueltuer-politikalari-istanbul-oernegi
  • Karaca, Banu (2010) « The art of integration: probing the role of cultural policy in the making of Europe », International Journal of Cultural Policy, 16:2, 121-137.
  • Karpat, Kemal H. (1963), « The People’s Houses in Turkey. Establishment and Growth », The Middle East Journal, Vol. 17, No.1/2, p. 55-67.
  • Köksal, Duygu, (2004), « Art and power in Turkey. Culture, aesthetics and nationalism during the single party era », New perspectives on Turkey, 31, p. 91–119.
  • Kültür Girişim, Türkiye’de Kültür Politikaları, Doğan Kitap, İstanbul 2001
  • Ögören Kınlı, İrem (2011), Analyse figurationnelle des fêtes impériales et des divertissements des élites ottomanes (XVIe-XIXe). Thèse de doctorat de science politique, sous la direction de François Georgeon, Paris 1.
  • Öztürkmen, Arzu (1998), Türkiye’de folklor ve milliyetçilik, Istanbul, İletişim Yayınları.
  • Pekin, Faruk (2011), Çözüm : Kültür Turizmi, Istanbul, İletişim Yayınları.
  • Poirrier, Philippe (dir.) (2011), Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde. 1945-2011, Paris, La Documentation française.
  • Polo Jean-François (2013), « The Istanbul Modern Art Museum: An Urban Regeneration Project? », European Planning Studies, vol.(21)9, 2013. http://dx.doi.org/10.1080/09654313.2013.819074
  • Polo Jean-François, Üstel Füsun (2014), « Les nouvelles orientations de la politique culturelle turque sous l’AKP: néo-libéralisme et néo-ottomanisme? », Pôle Sud, n° 41 – 2014/2, p.17-32. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01159681
  • Polo Jean-François, Baudelle Guy, Krauss Gerhard. (dir.) (à paraître 2015), Musées d’art et développement territorial, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
  • Pongy, Mireille, Saez, Guy (1994) Politiques Culturelles et Régions en Europe, Paris, L’Harmattan.
  • Saez Guy, Saez Jean-Pierre (2012), Les nouveaux enjeux des politiques culturelles. Dynamiques européennes, La Découverte.
  • Scalbert-Yücel, Clémence (2015) « Repère culture : politiques culturelles et diversité de la scène artistique kurde en Turquie », Moyen-Orient 26, avril-juin, p. 52-55.
  • Siyah Bant (2014) « Cultural policy effects on freedom of the arts in Turkey », URL: https://www.indexoncensorship.org/2014/02/developments-cultural-policy-effects-freedom-arts-ankara/
  • Siyah Bant (2014) « Turkey: Artists engaged in Kurdish rights struggle face limits on free expression », URL: https://www.indexoncensorship.org/2014/02/freedom-of-expression-in-the-arts-and-censorship-in-kurdish-region-diyarbakir-batman/
  • Emmanuel Szurek, « Dil Bayramı. Une lecture somatique de la fête politique dans la Turquie du parti unique », Penser, agir et vivre dans l’Empire ottoman et en Turquie. Etudes réunies pour François Georgeon, Nathalie Clayer et Erdal Kaynar (dir.), Peeters, Louvain, 2013, p. 497‑523
  • Urfalino, Philippe (2004) L’invention de la politique culturelle, Hachette, Pluriel.
  • Üstel, Füsun (1997) İmparatorluktan Ulus-Devlete Türk Milliyetçiliği, Türk Ocakları (1912-1931), Istanbul, İletişim Yayınları, 1997.
  • Yardımcı, Sibel (2005) Küreselleşen İstanbul’da Bienal. Kentsel Değişim ve Festivalizm, İstanbul, İletişim Yayınları
Cite this article as: Jean-François Polo et Clémence Scalbert-Yücel, "L’invention des politiques culturelles en Turquie," in Dipnot, 01/06/2015, https://dipnot.hypotheses.org/1759.

Bref décryptage de la politique par les grands projets de l’AKP

17Mai 2015

Türkçe çeviri

La « Vision 2023 » ou encore la « Nouvelle Turquie », promues par l’AKP dans la perspective du centenaire de la République se composent de listes de grands projets supposés matérialiser, mesurer et attester des avancées technologiques et économiques de la Turquie sous la direction de ce parti. Au-delà de la question de la cohérence, des conséquences sociales et environnementales ou encore de la faisabilité de cette profusion de grands projets d’infrastructure (le troisième pont, le troisième aéroport, le canal d’Istanbul, etc.), énergétiques (construction de centaines de centrales thermiques, deux centrales nucléaires d’ici 2023, etc.) et de défense (indigénisation de la production de tanks, d’hélicoptères, d’avions de chasse, de satellites, etc.), ce présentoir vise à mieux éclairer ses effets et causes en termes de (dé)-légitimation du gouvernement. Bien que la politique des grands travaux impulsée par l’AKP ne soit l’apanage ni de ce parti ni de la Turquie, certaines significations socio-historiques tout comme le contexte actuel, en décalage apparent avec la prégnance de l’idéologie néolibérale et l’interdépendance croissante des économies nationales, n’en demeurent pas moins spécifiques.

Les grands projets de modernisation de l’économie turque -compris notamment en termes d’indépendance financière, industrielle et technologique- ont toujours été au cœur des priorités étatiques de la jeune République comme le prouvent le Congrès d’Izmir en 1923, la voiture nationale Devrim en 1961, le Fonds de Soutien à l’Industrie de la Défense en 1985 (SSDF) et aujourd’hui le char « 100% turc » Altay. Cette attention particulière dérive notamment du traumatisme de la défaite de l’Empire ottoman, généralement associé à sa forte dépendance aux savoir-faire et aux capitaux européens, auquel s’articule une foi positiviste fortement relayée par le pouvoir militaire turc comme l’atteste la création du DPT durant la junte 1960-1961. Le concept central de kalkınma utilisé fréquemment par les autorités turques traduit notamment ce glissement sémantique du développement comme progrès (terakki) vers le redressement économique. Kalkınma suppose donc une double comparaison à la fois temporelle (par rapport à l’Empire ottoman) et spatiale (par rapport à l’« Occident »).  Le K de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi), cette forte valorisation du développement réduite à la scène économique se situe ainsi à l’intersection de la montée en puissance de la logique néolibérale et de la réappropriation d’une tradition positiviste, source de prestige mais aussi de protection face aux accusations d’activités réactionnaires (irtica), traditionnellement faites à l’encontre de l’islam politique turc pour mieux le délégitimer. Ce passage d’un Empire vers un Etat-nation s’est également traduit par une indigénisation de l’économie, indissociable de l’éviction forcée et de la disparition d’une bourgeoisie cosmopolite, issue en grande partie des minorités, au profit d’une nouvelle élite turque, musulmane, sunnite jugée plus fidèle à l’Etat et à la patrie. Les grandes organisations patronales nationales telles que la Tüsiad mais aussi la dite « indépendante » Müsiad, sont les héritières de ces assimilations réciproques des élites politiques, étatiques et économiques sous la République turque. La nette accélération des privatisations enregistrées depuis 2005 ne constitue pas une rupture avec ces pratiques au profit des acteurs économiques mais bien une nouvelle modalité d’exercice du pouvoir étatique et politique par leur intermédiaire. Ces grands projets de modernisation de l’économie turque par la voie de sa libéralisation contribuent ainsi à une diversification des relations clientélistes qui entretiennent des liens ambivalents avec un cadre légal national, lui-même fortement politisé. Source de légitimation, ces chevauchements peuvent aussi, s’ils sont rendus visibles, délégitimer le pouvoir politique.

À l’échelle internationale, cette inflation de grands projets qui coïncide également avec l’éloignement de la perspective d’une adhésion européenne suscite de nombreuses interrogations. Dans quelle mesure peut-on même  considérer ces grands projets technologiques, énergétiques et urbains menés par le gouvernement turc comme des substituts réifiés du grand projet politique européen ou à l’inverse comme des symboles d’une extraversion nationale ambivalente ? L’obsession du positionnement de la Turquie et de la commensurabilité avec l’UE contrastent ainsi avec le déni turc de l’existence d’une compétition au sein du monde dit musulman au profit des concepts de complémentarité et coopération. Ce double standard contribue ainsi à naturaliser le leadership turc parmi ces « pays frères ». De la même façon, si ces grands projets industriels matérialisent officiellement une volonté affichée du gouvernement d’autonomisation vis-à-vis de l’économie et des technologies dites occidentales, dans la pratique ils contribuent à l’internationalisation de l’économie turque en faisant notamment l’objet de multiples réappropriations, détournements et négociations.  Fer de lance de la diplomatie économique, cette dépendance turque constitue également un instrument politique d’affirmation nationale et d’internationalisation de pratiques clientélistes face aux entreprises et gouvernements étrangers -en particulier européens- désireux d’élargir leur marché. Ainsi la non-ouverture, cette fois côté Turquie, du chapitre européen « Marchés publics » est révélatrice d’un usage politique et partisan des grands projets ainsi que du maintien d’une certaine marge de manœuvre vis-à-vis de ses « partenaires-fournisseurs » européens.

La politique des grands projets en Turquie ou plutôt cette politique par les grands projets se traduit également par une mise en chiffre du politique ainsi qu’un usage du temps et de la durée comme matières de la dernière utopie progressiste. Futur par crédit ou crédit sur le futur, cette fuite en avant par des grands projets contribue ainsi à la fois à la légitimation du pouvoir, à la suppression du politique tout en participant à un défaussement des responsabilités gouvernementales.

D’après ces différentes pistes, « Vizyon 2023 » s’inscrit donc pleinement dans la globalisation tout en gardant des significations propres, liées à la trajectoire socio-historique du pays et à son rapport  ambivalent avec l’Europe. Loin d’être anachronique par rapport à un supposé modèle à taille unique de développement européen, ces grands travaux sont la preuve d’une multiplicité de globalisations.

Cette bibliographie sélective (dont une partie est consultable à la bibliothèque de l’IFEA) cherche à fournir quelques pistes de lectures et de réflexion sur les significations socio-historiques de cette profusion de grands projets en Turquie.

Bibliographie

  • – BALI R. (2010), L’Affaire impôt sur la fortune, İstanbul, Libra Yayınevi
  • – BALKAN N., BALKAN E., ÖNCÜ A.(2014), Neoliberalizm, islamci sermayenin yükselişi ve AKP, Yordam Kitap, İstanbul
  • – BARE J-F (2007), «  De l’anthropologie au développement et retour », Revue du Tiers Monde, n°191, vol. 3,  juillet-septembre. cf: https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=RTM_191_0591
  • – BATUR H. (1998), From rational reformism to neoliberal centralism: institutionnal politics of economic bureaucracy in Turkey, PhD of Political Science, Boğaziçi University.
  • – BIANCHI R. (1984), Interest Groups and Political Developpement in Turkey, Princeton, Princeton University Press
  • – BORATAV K. (1993), Türkiye İktisat tarihi (1908-1985), İstanbul, Gerçek Yayınevi.
  • – BORATAV K. TÜRKCAN E. (1993), Türkiye’de Sanayileşmenin yeni boyutları ve KİTler, İstanbul, Tarih Vakfı Yurt Yayınları
  • – BUĞRA, A. (1994), State and Business in Modern Turkey. A Comparative Study, Albany, State University of New York Press
  • – BUĞRA, A. (1995), Devlet ve Işadamları, Istanbul, İletişim
  • – BUĞRA A., SAVAKSAN O. (2014), Türkiye’de Yeni Kapitalizm. Siyaset, Din ve İş Dünyası, İstanbul, İletişim
  • – ELDEM, Edhem (2003), « Capitulations and Western Trade » in FAROQUI S. (ed.), The Cambridge History of Turkey, vol. 3, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 283-336.
  • – ELDEM, Edhem (1994), Banque impériale ottomane. Inventaire commenté des archives, Varia Turcica, n°XXV
  • – İNAN A. (1982), İzmir İktisat Kongresi 17 Şubat – 4 Mart 1923, Ankara, Türk Tarih Kurumu Basımevi, 1982
  • – İNSEL A. (1984), La Turquie entre l’ordre et le développement, Paris, L’Harmattan
  • – KANGAL S., « Fin de l’empire ottoman : insertion dans la division internationale du travail (1880-1913) », Communication au Vème Congrès international sur l’histoire économique et sociale de la Turquie, ERSI Amiens
  • – KANSU G. (2003), Planlı Yıllar (anılarla DTP’nin öyküsü), İstanbul, İş Kültür Yayınları
  • – KEYDER C. (1993), Türkiye’de Devlet ve Sınıflar, İstanbul, İletişim
  • – KEYDER C. (2009), The Definition of a peripheral economy: Turkey 1923-1929, Cambridge, Cambridge University Press.
  • – PAMUK, Şevket (2000), A Monetary History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, Cambridge
  • – PEROUSE J-F (2004), La Turquie en Marche. Les grandes mutations depuis 1980. Paris, Ed de la  Martinière, pp.259-347
  • – PEROUSE J-F (2013), « L’Etat sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif (TOKI) » dans AYMES M., GOURISSE B., MASSICARD E. (dir), L’art de l’Etat en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Istanbul, Karthala
  • – PEROUSE J-F (2014), « Planification régionale et territoriale en Turquie », présentoir IFEA décembre 2014
  • – ŞENSES F. (2004), « Neoliberal Küreselleşme kalkınma için bir fırsat mı, engel mi ? », Working Paper in Economics, n°4, vol.9, METU economic research center (ERC) http://www.erc.metu.edu/menu/series04/0409.pdf
  • – THOBIE J. (1995), « Les banques étrangères dans l’Empire ottoman jusqu’à la Première Guerre mondiale »,  Varia Turcica XXVII, p. 11-27
  • – THOBIE J.,  BACQUE-GRAMMONT J-L (dir.) (1987), « L’accession de la Turquie à la civilisation industrielle facteurs internes et externes », Varia Turcica, n°VI
  • – THOBIE J. «  L’emprunt ottoman 4% 1901-1905 : le triptyque Finance-Industrie-Diplomatie », Relations internationales, n°1, 1968, pp. 71-85
  • – THOBIE J., KANCAL S., Industrialisation, Communication et rapports sociaux en Turquie et en méditerranée orientale, Varia Turcica, n°XX.
  • – TOPRAK Z (2003), Ittihad-Terakki ve Cihan Harbi, Istanbul, Homer Kitabevi
  • – TUGAL C. (2009), Passive revolution. Absorbing the Islamic challenge to capitalism, Stanford, Stanford University Press
  • – ÖNİŞ Z., ŞENSES F. (2009), TK and the global economy. Neo-liberal restructuring and integration in the post-crisis era, Oxon, Routledge
  • – ÖZDEN, B.A.(2004), Turkey’s experience with Planning in the 60s, Thesis of MA, Atatürk Institute of Modern History of Turkey, Istanbul, Boğaziçi University
  • – VANER S. (1991), Modernisation autoritaire en Turquie et en Iran, Paris, l’Harmattan
  • – VANER S. (1995), La Turquie en mouvement, Paris, Complexe
  • – VEREZ J-C (2008), « La Turquie au carrefour des pays en développement, émergents et industrialisés », Revue du Tiers Monde, avril-juin
  • – VISIER C. (2015), « La Turquie et l’Union européenne », présentoir IFEA mart 2015
  • – YANKAYA D. (2012), La nouvelle bourgeoisie islamique, Paris, Presses Universitaires de France
  • – YELDAN E. (2002), « Neoliberal Küreselleşme ideolojisinin kalkınma söylemi üzerine değerlendirmeler », Praksis, n°7. cf: http://yeldane.bilkent.edu.tr/praksis-2002.pdf

Un patrimoine insoupçonné: une descente dans les archives de l’IFEA

Située au sous-sol de l’IFEA, la salle des archives est restée longtemps fermée et négligée. Tout se passe comme si l’IFEA pris dans l’urgence de l’événementiel, avec ses chercheurs de passage – aux rotations de plus en plus rapides – pris dans le rythme fou de la recherche par projet, marchait à deux vitesses. Entre le temps, plus ou moins précipité, des activités scientifiques et le temps plus long de l’administration ou du bâti. Pris dans la course aux ‘deadline’, peu d’entre nous se rappellent qu’avant nous, d’autres étaient assis sur ces mêmes chaises, nettoyaient ces mêmes chambres et rangeaient ces mêmes étagères. Comme si l’IFEA, ses bureaux et sa bibliothèque avaient toujours été là, à la disposition de tous. Cependant, l’IFEA a une histoire, et pas des moindres. Une histoire qui s’est constituée à la suite de décisions, d’échanges d’idées, d’actions entreprises et défaites par des chercheurs et des directeurs qui ont plus ou moins marqué l’Institut. Cette série d’initiatives et d’impulsions est perceptible dans les archives de l’IFEA qui garde en mémoire les événements, les personnes et les actions. Descendre dans la salle des archives permet alors d’éclairer les balbutiements liés à la création de l’IFEA- alors Institut français d’archéologie d’Istanbul -, de comprendre la genèse des orientations données, et enfin de constater que si l’énoncé des sujets et la façon de questionner ont changé depuis les années 1930, il n’est rien de complètement nouveau. L’ensemble des chercheurs s’inscrit dans une production du savoir, collective et ancienne, que les archives de l’IFEA permettent d’apprécier, tout en faisant apparaître, dans les nombreuses lettres échangées, la camaraderie, l’entraide mais aussi la compétition et les susceptibilités entre chercheurs.

La salle des archives comprend environ 400 cartons qui vont de 1930 à la fin des années 2000. Sur l’ensemble de la période, le nombre de cartons est cependant loin d’être également réparti. Il est des années peu documentées comme l’année 1998 et au contraire des années phare où le zèle archivistique des directeurs se lit dans le nombre élevé de cartons et la précision de leur contenu. En ce sens, Jean-Louis Bacqué-Grammont détient le record avec 117 cartons pour sa longue période courant de 1984 à 1991. La fin des années 1990 marque donc un pic dans la mise en archives de l’Institut. Au contraire, les premières décennies de l’IFEA sont bien moins documentées. Il existe seulement 24 cartons qui recouvrent la période allant de 1930 à la fin des années 1970 ; ceux-ci offrent un contenu d’autant plus riche que restreint.

Outre des lettres manuscrites écrites par des anciens directeurs tels qu’Albert Gabriel, Henry Corbin, Emmanuel Laroche ou par des chercheurs de renom comme Georges Dumézil, Louis Bazin, on peut aussi y trouver les traces du passage de Maurice Halbwachs ou de Georges Duby. Toutefois, hormis ces grands noms, les archives mettent aussi en lumière des gens de l’ombre qui ont travaillé à l’IFEA pendant de nombreuses années comme Lucie Kesecioğlu (ou plutôt Keseciyan) qui a occupé pendant 42 ans (d’octobre 1934 jusqu’en 1975) le poste de secrétaire et de bibliothécaire.

Les archives recèlent ainsi de nombreux « cahiers de reçus » rappelant la présence d’un personnel administratif qui, à l’instar de Lucie, est longtemps resté fidèle à l’IFEA. Au vu des noms qui figurent sur ces cahiers de reçus, une longue époque (1930-1975) réapparaît sous nos yeux, où les minoritaires étaient en grand nombre à Istanbul et plus particulièrement dans les quartiers voisins de l’IFEA. A titre d’exemple, pour l’année 1940, Calliopi, Katina, Basileos, Margaret ou encore Lucie composaient l’ensemble du personnel fixe. D’autres noms et prénoms, aux connotations semblables, apparaissant aussi sur les documents comptables. Comme ces factures très bien conservées de différents typographes, imprimeurs, quincaillers, ébénistes, artisans marqueteurs qui fournissaient les meubles de l’IFEA, mais surtout de nombreux libraires-éditeurs… À cet égard, les archives peuvent permettent d’établir la cartographie précise de ces professions quasi disparues dont les ateliers et les magasins se trouvaient près de l’avenue d’İstiklal. Les archives permettent aussi d’écrire une histoire de l’institut « par le bas » à travers la présence dans les années 1940, d’une intendante, d’une première bonne, d’une femme de chambre ou d’un chauffeur qui rappellent le destin de ces grandes maisons qui peuvent se raconter à travers la vie de leur petit personnel. Comparer l’IFEA à une maison n’est pas anodin si l’on pense que l’Institut servait de résidence personnelle au directeur jusque dans les années 1990.

conf. Mantran 1988
Carton d’invitation à une conférence donnée par Robert Mantran à l’IFEA en janvier 1988

Par ailleurs, se plonger dans les archives de l’IFEA permet de retrouver la trace d’anciennes conférences, d’anciennes expositions (‘Anatolie Antique’ avril 1990, ‘Istanbul, famille perdue’ mai 1991, ‘Istanbul 1500-1900’ octobre 1988, ‘Pierre Loti, ami de la Turquie’ 1986), d’anciennes campagnes de fouilles ou d’anciennes missions comme celle de Louis Bazin. La trace de toutes ces activités scientifiques permet de comprendre le rôle de l’IFEA dans la co-production du savoir sur le monde turco-ottoman. Comme l’illustre le rôle d’intermédiaire entre les milieux intellectuels turcs et libanais joué par J.-L. Bacqué-Grammont, à l’occasion de la création d’une Association libanaise des études ottomanes. Cette activité témoigne d’intérêts scientifiques communs mais suppose aussi la présence et l’entretien d’un réseau de chercheurs, qui passent par de nombreux échanges de services, des demandes d’appuis et de multiples rencontres. En plus des échanges entre les chercheurs, l’IFEA sert aussi d’interface entre le corps académique et le corps diplomatique auquel l’IFEA doit son existence, qu’elle justifie par la rédaction de nombreux rapports d’activités. Cette fonction d’intermédiaire s’illustre aussi par la lourde correspondance des directeurs avec l’ambassadeur, le conseiller culturel, le sous-directeur des sciences sociales et humaines du Ministère des Affaires Étrangères.

À cet égard, c’est aussi une contribution à l’étude des relations franco-turques que peuvent procurer les archives de l’IFEA à travers les lettres et discours des ambassadeurs, les visites des ministres et présidents de la République française à Istanbul au cours desquelles l’IFEA a tenu une place particulière. Citons à titre d’exemple la visite du Général de Gaulle ou de François Mitterrand, mais aussi deux conférences, une intitulée ‘la perception de la révolution française en Turquie’ et l’autre ‘De la révolution française à la république d’Atatürk’ tenue à l’occasion du bicentenaire de la révolution française.

De manière générale, les années 1980 et 1990, apparaissent comme la période-phare de l’Institut qui s’illustre à travers une intense correspondance, la richesse du programme scientifique, la création de l’Observatoire urbain d’Istanbul, la réalisation de nombreuses publications, le nombre élevé du personnel scientifique et administratif (en 1990, l’IFEA compte 1 secrétaire scientifique et responsable de programme, 12 chercheurs, 2 secrétaires, un claviste, une bibliothécaire et 3 agents d’entretien). En outre, l’IFEA possédait un appartement de fonction à Cihangir (au numéro 20 de la rue Susam) de 230 m2 destiné à l’hébergement des missions scientifiques et hôtes de passage. Il y a plus : jusqu’en 1986, l’IFEA disposait de 6 chambres au Palais de France et empruntait la salle de réception pour ses conférences et événements scientifiques. Durant ces années-phares, des personnalités s’imposent, comme celle de Jean-Louis Bacqué-Grammont qui a su jouer le double jeu du chercheur et du diplomate. Ces décennies 1980-90 constituent une époque à présent révolue où l’IFEA avait des moyens appréciables. Toutefois, on perçoit déjà, dans la correspondance, les (com)plaintes liées aux coupes budgétaires qui empêchent l’Institut de mener à bien sa mission, de faire tourner l’Observatoire Urbain d’Istanbul qui restera entre 1988 et 2000, les premières années après sa création (comme aujourd’hui d’ailleurs), sans budget propre et sans personnel attitré. Or la participation à la production du savoir dans notre domaine ne peut pas seulement se faire à distance, de France, mais doit s’opérant en collaboration, sur place, avec les chercheurs turcs.

Désormais rangée et inventoriée, la salle des archives de l’IFEA est accessible à tous – dans certaines conditions – et permettra aux chercheurs qui veulent bien s’y aventurer de puiser de précieuses informations sur des sujets divers et variés que ce bref panorama aura essayé de présenter. L’objectif de transformer les archives en ressources pour la recherche – par un processus de recyclage en boucle – est atteint.

La Turquie et les phénomènes migratoires

Signature --- Image by © Royalty-Free/Corbis
Signature — Image by © Royalty-Free/Corbis

Avril 2015

Türkçe çeviri

Dans le cadre du redéveloppement de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » au sein de l’IFEA, la bibliothèque de l’institut a procédé à de nouvelles acquisitions d’ouvrages sur les migrations en relation avec la Turquie. Le présentoir de ce mois vise à fournir une vue d’ensemble des fonds documentaires de la bibliothèque sur les migrations. Dans la mesure où le développement des fonds est un travail continu, le présentoir vise à orienter les chercheurs et les étudiants qui souhaiteraient suggérer de nouvelles acquisitions en contactant les chercheurs de l’axe (amimo.ifea@gmail).

Ce mois d’avril nous a semblé un moment propice pour proposer un présentoir sur les migrations. En effet, à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965, une série d’événements est organisée par l’IFEA en collaboration avec d’autres instituts et organismes, dont un atelier doctoral qui aura lieu le 9 avril à l’IFEA et qui vise à créer une plateforme d’échange entre les doctorants et les étudiants de master qui travaillent sur l’immigration turque en France, et les chercheurs qui travaillent au sein de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités », sur les migrations en relation avec la Turquie.

La bibliothèque de l’IFEA dispose des ouvrages de référence dans le domaine de l’étude de l’émigration turque vers la France qui sont difficilement accessibles dans les bibliothèques localisées en Turquie. La recherche pionnière réalisée sur les familles turques en France (Kastoryano, 1986), des recherches réalisées par Stéphane de Tapia sur une période relativement longue (Tapia, 1986 ; 2005 ; Jund, Dumont et Tapia, 1995 ; Dumont, Pérouse, Tapia et Akgönül, 2002), le compte-rendu d’une enquête socio-démographique de grande envergure (Tribalat, 1995) dont les conclusions sur les difficultés d’intégration des populations turques à la société française ont suscité des débats et des controverses en France, ainsi que des analyses critiques vis-à-vis des conclusions de cet ouvrage (Rigoni, éd., 2000) sont disponibles à la bibliothèque de l’IFEA. Un ouvrage collectif édité en turc (Danış et İrtiş, 2008) réunit des analyses de l’émigration turque développées par les sciences sociales en France et peu accessibles aux lecteurs turcophones.

Il en va ainsi aussi pour les analyses de l’émigration turque vers l’Europe développées par les sciences sociales turques. Celles-ci ont été généralement peu accessibles aux chercheurs non-turcophones. La première recherche sur l’émigration turque a été réalisée auprès des immigrés turcs en Allemagne (Abadan, 1964). Cette recherche pose en quelque sorte les bases des analyses qui seront développées par les sciences sociales turques les décennies suivantes, sur les « effets » de l’émigration sur la société turque (voir les travaux bibliographiques d’Abadan-Unat et de Kemiksiz, 1986 ; de Çağlar Keyder et d’Ayhan Aksu-Koç, 1988. Voir également l’ouvrage récent d’Abadan-Unat, 2002, qui reprend une partie des analyses de l’auteur depuis les années 1960 et qui propose aux recherches ultérieures des pistes d’analyse nouvelles dans le nouveau contexte de la « globalisation »). Pourtant les sciences sociales en France, centrées sur la société française et inspirées par la question de l’intégration des immigrés turcs à celle-ci, ont accordé peu d’importance à l’étude des « effets » de l’émigration sur la société turque (Tapia, 1986 a ; 1986 b ; Establet, 1992 ; 1998). Les sciences sociales françaises et les sciences sociales turques ont étudié l’émigration turque selon des guides d’interrogation différents. Un Dossier de l’IFEA qui vient d’être édité (Aksaz, 2015) vise à rendre intelligible cet état de fait.

La Turquie est un pays d’émigration et un pays d’immigration sur le temps long (Akgündüz, 2008). Les travaux sur l’émigration turque vers l’Europe antérieure aux années 1960 sont peu nombreux et les travaux de recherche en sociologie, en anthropologie sur l’immigration en Turquie portent en général sur les immigrations qui sont postérieures aux années 1990  (Pérouse, 2002 a ; 2009 a ; 2012 ; Pusch et Wilkoszewski, 2008 ; 2010 ; Danış et Soysüren, 2014 ; Karaçay et Üstübici, 2014 ; Şenol Sert et Karcı Korfalı, 2014). Les immigrations antérieures aux années 1990 ont été étudiées plutôt par des historiens (Bengi, 1980 ; İnan, 1980 ; Toumarkine, 1989 ; 1995 ; et Arı, 2000). Les travaux sur les immigrations récentes révèlent la complexité des profils des immigrés, de leur expérience migratoire et de leur situation législative. Mais ces recherches adoptent en général une perspective macro ou nationale de l’immigration, les recherches locales ou localisées (Pérouse, 2002 b ; 2009 b ; 2010 ; Aslan & Pérouse,  2003 ; Danış et Kayaalp, 2004 ; Biehl, 2013) sont plutôt rares. Des recherches localisées, centrées par exemple sur les relations des migrants avec leur environnement urbain, ont été réalisées dans le domaine de l’étude des migrations internes – à partir des zones rurales vers les zones urbaines – en Turquie (Karpat, 1976 ; Erder, 1996 ; Anse, 2003 ; Deli et Pérouse, 2002 ; Yılmaz, 2006 ; Fliche, 2007). Dans les recherches localisées, les migrations internes et internationales ont été étudiées parfois simultanément.

Des ouvrages et des revues de sciences sociales ; les fonds documentaires conservés dans la bibliothèque constituent une partie des fonds de l’IFEA sur les questions migratoires. D’autres types de documents, relatifs aux migrations en Turquie, sont conservés à l’IFEA, dans la salle de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (située au deuxième étage du bâtiment de l’Institut), à savoir des rapports de recherche, des rapports administratifs, des actes de colloque, des correspondances administratives, des photographies et des coupures de presse principalement turque. Ces fonds documentaires de nature diverse, sous format papier et numérique, ont été constitués à partir de la fin des années 1990, grâce au travail collectif des chercheurs et des stagiaires de l’IFEA. Enfin l’IFEA dispose des fonds documentaires sur les questions migratoires en relation avec des pays autres que la Turquie, sur l’émigration portugaise, italienne et maghrébine vers la France par exemple ; ces fonds sous format papier ont été constitués au milieu des années 2000, grâce à la collaboration de Brigitte Jelen qui préparait alors sa thèse de doctorat en histoire (« Immigrant In/Visibility : Portuguese and North Africans in Post-Colonial France », thèse de doctorat en histoire moderne de l’Europe, l’Université de Californie à Irvine, 2007). Un travail de classement et de réorganisation de ces fonds a été entrepris récemment. Un bureau doté d’un ordinateur et d’un scanner sera à la disposition des chercheurs et des étudiants qui souhaitent consulter ces fonds, avec des possibilités d’emprunt et de reproduction sur demande.

Sélection d’ouvrages

  • Abadan, Nermin (1964) : Batı Almanya’daki Türk İşçileri ve Sorunları, Ankara : Başbakanlık Devlet Planlama Teşkilatı.
  • Abadan-Unat, Nermin (2002) : Bitmeyen Göç. Konuk İşçilikten Ulus-Ötesi Yurttaşlığa, İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, Göç serisi.
  • Abadan-Unat, Nermin ; Kemiksiz, Neşe (1986) : Türk Dış Göçü, 1960-1984, Yorumlu Bibliyografya, Ankara: A.Ü.S.B.F. Yayınları, no. 555, Gelişme ve Toplum Araştırmaları ve Uygulama Merkezi Yayınları, no. 1, Türkiye Araştırmaları Merkezi, Bonn : 1-57.
  • Akgündüz, Ahmet (2008) : Labour Migration from Turkey to Western Europe, 1960-1974. A Multidisciplinary Analysis, Aldershot and Burlington: Ashgate.
  • Aksaz, Elif (2015) : « L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Bibliographie commentée, proposée à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965 », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 22, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/1200
  • Anse, Ebru (2003) : « Internal Migration and NGOs: Places, Peoples, Politics », Yüksek Lisans Tezi, Siyaset Bilimi ve Uluslararası İlişkiler Bölümü, Sosyal Bilimler Enstitüsü, Boğaziçi Üniversitesi, İstanbul.
  • Arı, Kemal (2000) : Büyük Mübadele. Türkiye’ye Zorunlu Göç (1923-1925), İstanbul : Tarih Vakfı.
  • Aslan, Mustafa ; Pérouse,  Jean-François (2003) : « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse : fonctions dans le système migratoire international », Revue européenne des migrations internationales, 19, 3 (« Moyen-Orient : mutations récentes d’un carrefour migratoire ») : 173-204.
  • Bengi, Mustafa (1980) : « 1314 (1896-1897) Yılında Türkiye’ ye Olan Göçler ve Kurulan Göçmen Köyleri », İstanbul Üniversitesi Yakın Çağ Tarihi Mezuniyet Tezi.
  • Biehl, Kristen (2013) : « New Migrations to Istanbul and Emerging Local Practices », in Marcello Balbo, Ahmet İçduygu, Julio Pérez Serrano (éds.), Countries of Migrants, Cities of Migrants: Italy, Spain, Turkey, Istanbul : The Isis Press.
  • Danış, Didem ; Kayaalp, Ebru (2004) : « Elmadağ : A Neighborhood in Flux », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 18, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/265
  • Danış, Didem ; İrtiş, Verda (éds.) (2008) : Entegrasyon Ötesinde Türkiye’den Fransa’ya Göç ve Göçmenlik Halleri, İstanbul : İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • Danış, Didem ;  Soysüren, İbrahim (éds.) (2014) : Sınır ve Sınırdışı, Türkiye’de Yabancılar, Göç ve Devlete Disiplinlerarası Bakışlar, İstanbul : NotaBene.
  • Deli, Fadime ; Pérouse, Jean-François (2002) : « Migrations internes vers Istanbul : Discours, sources et quelques réalités », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 9, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/166
  • Dumont, Paul ; Pérouse, Jean-François ; Tapia, Stéphane de ; Akgönül, Samim (2002) « Migrations et mobilités internationales
    la plate-forme turque », Dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », no : 13, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/220
  • Erder, Sema (1996) : İstanbul’a bir Kent Kondu : Ümraniye, İstanbul : İletişim Yayınları
  • Establet, Roger (1992 : « Migrations des travailleurs. L’expérience du retour. Le cas Turquie-France-Turquie. Tome 1 ». Compte-rendu de fin d’opération d’une recherche financée par le ministère de la recherche et de l’espace. Université de Provence.
  •  (1998) : « Migrations des travailleurs. L’expérience du retour. Le cas Turquie-France-Turquie. Tome II ». Compte-rendu de fin d’opération d’une recherche financée par le ministère de la recherche et de l’espace. Université de Provence
  • Fliche, Benoît (2007) : Odyssées turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris: CNRS Éditions.
  • İnan, Gül (1980) : « 1303 Yılında Yapılan Göçler ve Kurulan Muhacir Köyleri », İstanbul Üniversitesi, Edebiyat Fakültesi Tarih Bölümü Yakınçağ Tarihi Kürsüsü Mezuniyet Tezi.
  • Jund, Alain ; Dumont, Paul ; Tapia, Stéphane de (éds.) (1995) : Enjeux de l’immigration turque en Europe : Les Turcs en France et en Europe, Paris : L’Harmattan.
  • Karaçay, Ayşem Biriz ; Üstübici, Ayşem (éds.) (2014) : Migration To And From Turkey: Changing Patterns And Shifting Policies, İstanbul : The Isis Press.
  • Karpat Kemal H.  (1976) : The Gecekondu-Rural Migration and Urbanization, Cambridge : Cambridge University Press.
  • Kastoryano, Riva (1986) : Être Turc en France. Réflexions sur familles et communauté, Paris : CIEMI et L’Harmattan.
  • Keyder, Çağlar ; Aksu-Koç, Ayhan (1988) : External Labor Migration from Turkey and Its Impact. An Evaluation of the Literature, Ottawa: International Development Research Center (IDRC, CRDI, CIID), Manuscript Report 185e.
  • Pusch, Barbara ; Wilkoszewski, Thomas (éds.) (2008) : Facetten internationaler Migration in die Türkei : Gesellschaftliche Rahmenbedingungen und persönliche Lebenswelten, Würzburg : Ergon Verlag.
  • (2010)  : Türkiye’ye Uluslararası Göç. Toplumsal Koşullar-Bireysel Yaşamlar, İstanbul : Kitap Yayınları, İnsan ve Toplum Dizisi.
  • Pérouse, Jean-François (2002 a) : « Migrations, circulations et mobilités internationales à Istanbul », in Paul Dumont, Jean-François Pérouse, Stéphane de Tapia, Samim Akgönül, « Migrations et mobilités internationales : la plate-forme turque », Dossier de l’IFEA, série : « la Turquie aujourd’hui », 13 : 9-29. https://books.openedition.org/ifeagd/249
  •  (2002 b) : « Laleli, giga-bazar d’Istanbul. Appréhender les caractéristiques et les mutations d’une place commerciale internationale », in Michel Peraldi  (sous la dir.), La fin des Norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris : Maisonneuve et Larose.
  • (2009 a) : « Transit Maghrebis in Istanbul: Trajectories, Profiles and Strategies », in Ahmet İçduygu, Kemal Kirişçi (éds.), Land of Diverse Migrations. Challenges of Emigration and Immigration in Turkey, İstanbul : İstanbul Bilgi University Press & MiReKoç, pp. 576-610.
  • (2009 b) : « Émergence et résorption annoncées d’un territoire de transit international au cœur d’Istanbul : le cas de Tarlabaşı (1987-2007) », Maghreb-Machrek, 199 : 85- 101.
  • (2010) : « İstanbul’daki Kuzey Afrika « Topluluğu »: profiller, iç farklılaşmalar ve stratejiler », in Barbara Pusch, Thomas Wilkoszewski (éds.) : Türkiye’ye Uluslararası Göç. Toplumsal Koşullar-Bireysel Yaşamlar. İstanbul : Kitap Yayınları, İnsan ve Toplum Dizisi, pp : 321-330.
  •  (2012) : « L’afflux récent des Européens à Istanbul : inerties et recomposition des profils et des positions », Anatoli, 3 (« La Turquie au carrefour des turbulences migratoires ») : 41-54.
  • Rigoni, Isabelle (coor.) : Turquie : les mille visages. Politiques, religion, femmes, immigration, Paris : Éditions Syllepse.
  • Sert, Deniz Şenol ; Korfalı, Deniz Karcı (éds.) (2014) : Migration And Turkey: Changing Human Geography  İstanbul : The Isis Press.
  • Tapia, Stéphane de (2005) : Migrations et diasporas turques : Circulation migratoire et continuité territoriale (1957-2004), Paris, Istanbul : Maisonneuve-Larose/IFEA.
  • (1986 a) : « Émigration et développement : les premiers pas de l’industrialisation à Yozgat », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°65/66, « La Turquie », numéro réalisé avec le concours de l’Institut français d’études anatoliennes, p. 157-167.
  • (1986 b) : « La création d’entreprises populaires par les migrants de Turquie », Revue européenne des migrations internationales, 2, 1 : 59-7.
  • Toumarkine, Alexandre (1995) : Les migrations des populations musulmanes balkaniques en Anatolie 1876-1913.Istanbul : The Isis Press.
  • Toumarkine, Alexandre (1989) : « Les migrations des populations musulmanes balkaniques en Anatolie (1876-1913) », Mémoire de maîtrise en histoire, sous la direction de Dominique Chevallier, Université Paris 4.
  • Tribalat, Michèle (1995) : Faire France, Paris : La Découverte.
  • Yılmaz, Bediz (2006) : « Migration, exclusion et taudification dans le centre-ville istanbuliote : étude de cas de Tarlabaşı », Thèse de doctorat en urbanisme, sous la direction de Stéphane Yerasimos et de Nora Şeni.

La Méditerranée dans les sciences sociales et humaines turques : une discrète nouvelle venue ?

1694_Romeyn_De_Hooghe_mer_mediterranée300Mars 2015

Türkçe çeviri

La question de la Méditerranée “vue de Turquie” continue à nous préoccuper. Après le cycle de conférences organisé en commun avec l’Institut Français d’Izmir et l’Université de Mersin en 2013 (financement D’Alembert), l’IFEA participe en 2015 à la fois au GIP “Agence Française des Villes et Territoires Méditerranéens Durables” (conférence du 28 janvier 2015), au séminaire MEDITER (Universités Paris I et Paris VIII, Casa de Velazquez, EfR, EfA…) et au séminaire MEDI-LEV (Efa, Inalco, LAU et IFEA) actif depuis 2013.

Partons d’un constat simple, qui reprend celui de Çiçekoğlu et d’Eldem en 2000 : la Méditerranée n’est pas une évidence pour les sciences sociales et humaines turques, ni comme objet de recherche, ni comme cadre d’organisation de la recherche ni comme référent ; et moins encore comme horizon de sens, d’identification ou de nostalgie. Ce n’est pas une géo-idéologie qui serait un « arrière-plan » habituel de la recherche. D’autres géo-idéologies et d’autres nostalgies transnationales (Empire ottoman, monde musulman ou monde turc…) travaillent la recherche turque. Cette absence de Méditerranée peut surprendre ceux qui, de l’extérieur – qu’ils soient journalistes, politiciens ou même chercheurs -, seraient enclins à procéder à une assignation identitaire en apposant a priori une identité méditerranéenne à la Turquie.

En Turquie, alors même que le pays possède une façade méditerranéenne importante (1577 km de Rhodes à la frontière syrienne, pour s’en tenir à ce que les manuels scolaires turcs considèrent comme la Méditerranée1 ), le pays n’est pas vraiment pensé et vécu par le plus grand nombre de ses habitants et dirigeants comme un pays méditerranéen. Donc la prétendue « évidence méditerranéenne » à laquelle tous les pays du bassin méditerranéen devraient souscrire selon une perspective normative « externe » – alimentée par les pays du nord-ouest du bassin – renvoie en fait à un agenda politique et scientifique non coproduit par tous les riverains du bassin ; un agenda dont la Turquie se sent en fait largement exclue. La communauté (imaginée) méditerranéenne est une représentation inégalement partagée, un paradigme produit de visées politiques européennes, et perçu en Turquie comme destiné à masquer et perpétuer certains déséquilibres. La Méditerranée apparaît comme une géo-idéologie forgée par l’impérialisme romain et réinvestie par le post-impérialisme européen. Elle peut prendre sens opportunément, en tant que ressource.

Pour cette raison, on peut soutenir que l’invention scientifique de la Méditerranée – pour reprendre le titre de l’ouvrage paru en 1998 aux éditions du CNRS – n’a pas eu lieu en Turquie. Analyser les occurrences du terme « Méditerranée » – que cela soit sous sa forme turque, Akdeniz, ou anglaise – dans les titres des recherches en sciences sociales publiées en Turquie, permet de saisir les limites de la référence méditerranéenne. Si l’on met à part les ouvrages traduits de l’anglais ou du français, le terme apparaît surtout dans les ouvrages d’archéologie et de géologie (Efe, 2008), il apparaît aussi en référence au cadre administratif (une des sept régions statistiques définies en 1942 portait le nom de « Méditerrannée »), à l’économie touristique et aux îles de Rhodes, de Chypre et de Crète, dans une moindre mesure. Cependant, un examen diachronique ferait apparaître une montée en puissance relative de la référence méditerranéenne ces vingt dernières années, que la création du Akdeniz Medeniyetleri Araştırma Enstitüsü2 par la Fondation Suna ve İnan Kıraç en mai 1996 a partiellement accompagnée. Depuis le début des années 2000 on assiste en effet à des inventions locales, dans les villes universitaires des côtes de la Méditerranée, d’Izmir à Antakya, qui participent chacune à l’écriture de récits historiques affranchis des récits nationaux, et plus ancrés dans la Méditerranée, « réalité » et ressource à la fois locales et internationales, en cours d’investissement. Ainsi, depuis quelques années on note une recrudescence des références à l’entité méditerranéenne, plus au niveau local et dans la société civile qu’au niveau des politiques scientifiques et culturelles nationales.

La bibliothèque de l’IFEA, en tout cas pour ses titres en langue turque, reflète bien cette faible méditerranéité turque. 

Sélection d’ouvrages

  • -ALBERA D. , BLOK A. et BROMBERGER C. (2001), L’anthropologie de la Méditerranée, Cahors  : Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
  • -ALBERA D. et TOZY M. (2005), La Méditerranée des anthropologues, Coll. L’atelier méditerranéen, éd. Maisonneuve & Larose, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Paris, 2005, 385 pages.  
  • -ANTOINE S. (1993), « 18 pays riverains dans un même bateau? Le souci de l’environnement et du développement durable, « La Méditerranée Assassinée », Peuples Méditerranéens  n°62-63, pp. 255-277.
  • -BAZIN M. (1996), « La protection de l’environnement, enjeu régional pour la Méditerranée orientale? », In : THOBIE J., PEREZ, R. et alii (coord.) (1996), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp.27-32.
  • -BENSIDOUN I. & CHEVALIER A. (1996), Europe-Méditerranée : le pari de l’ouverture. Paris, Economica, « CEPII », 176 p.
  • -BRUMMETT P. (1994), Ottoman Seapower and Levantine Diplomacy in the Age of Discovery, New York, State of New York University Press, SUNY (Series in the Social and Economic history of the Middle East), 285 p.
  • -COUTAU-BERAGIE, H. (1987), « Mare Nostrum : esquisse d’une géostratégie de la Méditerranée », Hérodote, n°45, pp. 31-60.
  • ÇİÇEKOĞLU  F. &  E. ELDEMLa Méditerranée turque, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000.
  • -EFE Recep et alii (ed.) (2008), Natural Environment and Culture in the Mediterranean Region, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.
  • -FARRERE C. (1926), Mes voyages en Méditerranée, Paris, Flammarion.
  • -GENTELLE P. (1995), « A propos de la Méditerranée : de la géo- à la néographie », L’Espace Géographique, n°3, pp. 203-208.
  • -« Jeter les bases d’un dialogue euro-méditerranéen », Arabies, juillet-août 1995, pp. 30-31.
  • -KALEAĞASI B. (1994), « Les relations entre la Turquie et l’Union européenne », Ayna, Istanbul, n°3-4, pp. 19-22.
  • -KANÇAL S. (1997), « La Turquie méditerranéenne : affirmation régionale et ouverture internationale », communication au colloque d’Antalya, septembre 1997.
  • -KARAOSMANOĞLU A. (1985), « La région sud-est de l’OTAN », Revue Internationale de  Défense, 10/1985, 1569-1576.
  • -KEFELİ E. (2006), Edebiyat Coğrafyasında Akdeniz, İstanbul : 3F Yayınevi.
  • -KITSIKIS  D. (1996), L’Empire turco-grec, Istanbul, İletişim (en turc).
  • -OULD AOUDIA J. (1996), « Enjeux économiques de la politique euro-méditerranéenne », Monde Arabe Maghreb-Machrek, n°153, pp. 24-44.
  • -PARLAR DAL E. (2010), « Le paradoxe méditerranéen de la Turquie », L’Europe en formation, 2010/2, Centre international de formation européenne, p. 87-99. URL : https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=EUFOR_356_0087
  • -Pérouse J.-F. (1997), «La « mer Blanche »  des Turcs ou en quoi la Turquie est-elle aussi méditerranéenne?», Hérodote, 90, 1997, p. 163-177. (URL : https://www.ifea-istanbul.net/website_2/images/stories/Perouse_1998_mer_blanche_Herodote.pdf )
  • -Perouse J.-F. (2002), “Istanbul est-elle une métropole méditerranéenne     ? Critique d’un lieu commun tenace », dans Cahiers de la Méditerranée, Actes du Colloque Les enjeux de la nouvelle métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen, Grasse 22-24 novembre 2000, R. Escallier (dir.), Nice, 2002, n.64. (URL     : http://cdlm.revues.org/index76.html )
  • -Perouse J.-F. (2001), «La Turquie et la Méditerranée : une appartenance en voie de (re)construction   », In : Vincent Moriniaux (dir.), La Méditerranée en questions, Paris : Editions du Temps, pp. 343-376.
  • -PICARD E. (sous la dir.) (1993), Nouvelle dynamique au Moyen-Orient. Les relations entre l’Orient Arabe et la Turquie, Paris, L’Harmattan, 214 p.
  • -SANGUINETTI A. (1982), « L’intérêt stratégique de la Méditerranée », Peuples Méditerranéens, n°19, avril-juin 1982, pp. 33-38.
  • -THOBIE J., PEREZ R., KANÇAL S. (coord.) (1996) Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), 490 p.
  • -VERGIN N. (1996), « Présence et identité de la Turquie en Méditerranée orientale », In : THOBIE, J., PEREZ, R. & KANÇAL, S. (coord.), 1996 : Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, IFEA (Istanbul), L’Harmattan (Paris), pp. 19-26.
  • -YERASIMOS S. (1984) « Le conflit de la mer Égée », Hérodote, n°32 (« Géopolitiques de la mer »), pp. 123-143.
  • -YERASIMOS S (1988), « Le Sandjak d’Alexandrette : formation et intégration d’un territoire », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, n°48-49, pp. 198-212.
  1. La mer Égée est décrite et perçue comme une mer à part… distincte de la Méditerranée. []
  2. AKMED : http://www.koc.com.tr/tr-tr/faaliyet-alanlari/sosyal-kulturel-faaliyet-alanlari/akmed []

Digitize this!

Digital2Inaugurations

L’année 2014 est celle du tournant numérique pour l’IFEA avec, successivement, la concrétisation du partenariat avec Persée pour la revue annuelle d’archéologie Anatolia Antiqua1 en juin 2014, l’inauguration des Dossiers de l’IFEA et des Rencontres d’Archéologie sur Open Edition Books2 en novembre ainsi que le transfert des vidéos de ses conférences sur Canal-u, toujours en cours et la constitution d’une photothèque numérique encore à l’état de prototype.
D’autres publications sont prévues au programme de mise en ligne, tant sur Persée que sur Open Edition Books et revues.org. Une partie d’entre elles est prise en charge dans le cadre du programme SAN (Soutien À la Numérisation) – 15 000 livres3 et la mise en ligne d’une autre partie incombe au laboratoire.
La convention passée avec Persée fixe quant à elle les devoirs de chacun et règle ainsi le sort des publications restantes.
7353 pages en accès libre sur un total prévu de plus de 30 000, 148 sur 400 vidéos consultables et téléchargeables sur notre webTV, plusieurs dizaines de milliers de clichés analysés pour quelques centaines décrits jusqu’à présent… Les chiffres seuls ne permettent pas de dresser un bilan de cette opération. Les aspects très concrets que sont les moyens disponibles, tant humains que matériels et financiers impactent fortement la durée de réalisation de ces projets. La mise en ligne de documents quels qu’ils soient se fait dans le respect des formats et normes définis pour tenter d’assurer leur pérennité, leur diffusion et leur interopérabilité, mais ces normes constituent des contraintes qui pèsent durement sur un laboratoire de taille modeste tel que le nôtre.
Pour autant, l’IFEA ne renie pas son engagement dans le libre accès aux sources primaires et résultats de la recherche. Au total, notre programme de publication en ligne prévoit la diffusion selon le modèle Freemium4 pour 14% de nos titres5. Trois collections6), soit 40% des volumes prévus seront sous une barrière mobile variant de 1 à 3 ans. Dans les faits, cette barrière ne concerne que les titres les plus récents, soit 5% du total des contenus mis en ligne. Le reste, c’est-à-dire la majorité des publications, est ou sera accessible sans restriction en lecture comme en téléchargement.

À l’échelle des IFRE

Nous rejoignons ainsi un mouvement déjà bien implanté au sein des IFRE (Instituts Français de Recherche à l’Étranger), dont 6 outre l’IFEA se sont lancés dans l’édition numérique avec Open Edition Books7, 13 ont choisi de diffuser une ou plusieurs publications en série sur les portails existants, Persée et revues.org (Cairn dans un cas), avec d’éventuelles passerelles pour garantir l’accès à l’intégralité des collections8.

Zoom arrière : numérisation et valorisation du patrimoine de l’institution

Canal-U

Comme annoncé en ouverture de cette note, il n’est pas question que de publications. L’inauguration de notre webTV9 correspond à une volonté de stocker et diffuser nos contenus multimédia dans un environnement estampillé « enseignement supérieur/recherche », de délester notre bande passante de la charge du streaming et, à terme, notre espace de stockage puisque un projet d’archivage pérenne de Canal-u, déjà hébergé et diffusé par le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur)10 nous permettrait d’envisager la suppression des copies locales.
Notre collection multimédia comporte actuellement environ 500 heures de vidéo et 150 heures d’audio. Pour être versées sur Canal-u, il nous faut procéder au réencodage de tous ces fichiers pour les mettre aux normes de diffusion. Cette étape aurait pu être évitée si nous avions opté pour une autre solution. Certes, mais…

Les alternatives

Des alternatives d’hébergement ont été rapidement écartées : une plate-forme commerciale comme Youtube, Dailymotion ou Google video n’a pas semblé souhaitable pour trois raisons principales. La première est liée aux bizarreries juridiques de ces géants du web au sujet de la propriété des contenus déposés (droits cédés tacitement au diffuseur, possibilité d’exploiter et réutiliser à loisir les contenus et absence de garantie sur leur pérennité). Deuxième argument, l’identité mal définie qu’auraient nos contenus déposés sur Youtube et consorts. Enfin -et cet argument a pesé lourd dans la balance- les autorités turques ont une relation pour le moins complexe avec Internet11 et des blocages à durée indéterminée de plates-formes de partage de vidéos sont déjà intervenus par le passé. Même si des solutions techniques permettent toujours de contourner ces blocages qui sont en général peu sophistiqués, il pourrait être délicat pour un institut lié organiquement aux autorités diplomatiques françaises, opérant physiquement en Turquie, de se retrouver dans une situation de contournement flagrant de la loi.
Le dépôt sur The Internet Archive12 a été également envisagé mais deux inconvénients de taille que sont la lenteur exaspérante du transfert des médias et le problème précédemment évoqué de perte d’identité ont achevé de dissuader. Les Archives Audiovisuelles de la Recherche13 qui proposent des contenus similaires aux nôtres étaient en cours de restructuration profonde14 et quasi moribondes au moment de notre benchmarking. Nous restions également en veille au cas où l’archive ouverte Medi-HAL du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe)15 élargirait son offre d’hébergement aux autres médias comme annoncé un temps.
La somme des constats ci-dessus couplée à une expérience précédente de collaboration réussie avec Canal-u (qui me donne au passage l’occasion de saluer mes anciens collègues d’UNIT et de Fuscia16) ont scellé le sort des conférences en ligne de l’IFEA. Une opportunité de financement plus tard, c’est grâce à Aude Aylin de Tapia que ce patient travail de conversion, de description et de versement s’effectue.

Exploitation des archives

Faire de l’IFEA une institution connaissant et diffusant sa mémoire tout autant que ses richesses passées et présentes est une orientation stratégique définie par Jean-François Pérouse depuis son arrivée à la tête de l’IFEA en 2012. Si le programme de mise en ligne des publications s’y est inséré tout naturellement, il est loin d’en borner l’horizon.
Dans une première phase, ce sont la bibliothèque, le dépôt des livres et le lieu de conservation des archives qui ont fait l’objet d’opérations de réorganisation ayant pour but d’inventorier et de permettre un meilleur accès à nos collections, nos publications et nos archives. Les maîtres-mots du moment étaient alors dépoussiérage, manutention et récolement.
La venue de Béatrice Thouvenot en 2013 dans le cadre d’un stage qui avait pour but l’inventaire raisonné des archives des missions archéologiques depuis la création de l’IFEA en 1930 a permis de mieux en appréhender le contenu. Motivé ensuite par le désir de reconstituer l’historique de la bibliothèque à travers le personnel y ayant travaillé -et si possible, celui de la constitution des fonds documentaires- l’examen systématique des archives a été entrepris par Cilia Martin, recrutée comme vacataire. Issus de ce minutieux travail, des dossiers constitués de documents scannés doivent maintenant être « base de donnéisés » et valorisés. J’y reviendrai.

La nécessité d’une photothèque

Un fonds de photographies, dont on n’avait qu’une connaissance partielle par ouï-dire, a été exhumé des boîtes d’archives17. Ce fonds physique dans un état de conservation préoccupant est venu s’ajouter au projet naissant de photothèque confié à Céline Pierre-Magnani.
Ce projet est constitué de deux volets. Le premier vise à organiser l’accès à la vaste archive de photographies numériques de l’observatoire urbain d’Istanbul. Il s’agit donc de proposer une solution avant tout technique. Le second, prospectif, consiste à susciter le don auprès des anciens chercheurs de l’IFEA. Les documents ainsi récoltés seront décrits et versés à une base de données en ligne qui s’adresse à nos publics naturels que sont les chercheurs et les étudiants. Notre souhait est de permettre le téléchargement et la réutilisation de ces documents, dans le respect des droits d’auteur.

Partenariats

L’impossibilité d’assurer dans nos locaux de bonnes conditions de conservation et d’accès à long terme à des fonds physiques a conduit à penser un partenariat avec un acteur local de premier plan qui possède à la fois l’infrastructure et la compétence nécessaires. Partenaire régulier de l’IFEA, SALT18 a répondu présent à notre appel.
Une solution technique, pour être une vraie solution, doit tenir compte des diverses contraintes pesant réellement sur le projet. Les deux variables pesant le plus sur l’IFEA sont le manque structurel de moyens humains et financiers. Cela suppose donc, à défaut de mécène, un stockage à moindre coût et un logiciel, si possible gratuit19, dont la prise en main ne nécessite pas un investissement de temps trop important. Notre objectif à long terme est en effet de réactiver le dépôt de photographies par les chercheurs20 et les étudiants accueillis au sein de l’IFEA. À la solution technique s’ajoute ainsi la rédaction d’un protocole de versement.
L’inscription de l’IFEA dans la mouvance de l’accès libre et ouvert revendiqué pour ses publications nécessite, on l’a vu plus haut, une description aussi rigoureuse, précise et concise que possible, dans le respect des normes en vigueur. Pourquoi ? Parce que celles-ci sont au cœur de l’interopérabilité entre les systèmes qui permet une bonne diffusion (quel intérêt de mettre à disposition des ressources que personne ne repèrera ?) et, paramètre important, conditionne l’accès aux différentes grilles de services qui sont notre planche de salut pour le stockage, l’hébergement voire éventuellement l’archivage pérenne de nos projets.
Le problème ainsi posé, la solution se laisse entrevoir peu à peu. Medi-HAL évoqué plus haut est difficilement envisageable pour un dépôt massif. Un test mené en 2011 a fait remonter les difficultés suivantes :

  • lenteur de l’interface de HAL, temps de renseignement des formulaires de validation (même si une option bienvenue de traitement par lot a été implémentée, un chargement des métadonnées par document csv, tei, xml nous plairait vraiment beaucoup)
  • nécessité d’effectuer des retouches sur les photographies comportant des visages reconnaissables
  • ajout au cliché d’un macaron à notre avis disgracieux qui ne mentionne que la plate-forme. J’en verrais personnellement l’utilité si c’étaient les crédits photos et les conditions de réutilisation qui étaient apposés en watermark, garantissant ainsi un peu mieux le fair use
  • demande de l’équipe de modération de placement d’une barrière mobile sur des clichés pouvant heurter la sensibilité des associations militant pour les droits des animaux. Medi-HAL est-elle ou non une archive scientifique ? Comment des groupes de pression peuvent-ils induire un tel comportement d’autocensure (et en quoi une barrière mobile règle-t-elle le problème) ?

Des solutions logicielles de type GED (Gestion Électronique du Document) qui peuvent prendre en compte tous types de documents (comptables, administratifs, promotionnels voire dossiers documentaires) et de formats, permettent de gérer finement les permissions d’accès. Mais conçues pour être déployées dans des structures complexes, elles sont malheureusement hors de portée de notre bourse. Les aléas budgétaires ne nous permettent pas davantage de nous tourner vers des logiciels libres proposant des fonctions similaires avec contrat de maintenance. Sans chercher à noircir le tableau, nous n’avons aucun moyen de prévoir l’évolution de notre budget sur 5 ou 10 ans, pas plus que nous ne pouvons maîtriser l’évolution des coûts de maintenance, ni même la durée de vie du partenaire commercial avec lequel nous nous engagerions. Consacrer des ressources précieuses par leur rareté à faire aboutir un projet sous une forme qui devra peut-être changer à court ou moyen terme semble peu raisonnable.
Un hébergement web classique est exclu au vu de l’espace de stockage nécessaire avec les documents déjà en notre possession. Et puisque notre souhait est que cette photothèque se développe (par les dons des anciens tout autant que grâce à la contribution des membres présents et futurs), il est nécessaire de prévoir l’espace dont nous aurons besoin dans les années à venir. C’est donc sans surprise que nous prévoyons de nous tourner vers la TGIR Huma-Num21 dont le nouveau service d’exposition de données Nakala22 semble répondre à nos besoins. Quant au choix du logiciel, c’est la petite étoile montante Omeka23 qui, bien qu’il ne couvre pas la totalité de nos besoins en termes notamment de gestion du multilinguisme (interface et métadonnées), est le meilleur compromis à notre disposition.

Évaluation des projets

Pour conclure sur les contraintes évoquées au long de ce texte, il est frappant de voir que des projets si importants pour l’institution ne peuvent voir le jour qu’à la faveur de financements ponctuels et reposent sur des personnes au statut précaire dont l’implication est à souligner.
La poursuite des efforts en matière de recherche de financements semble la voie à suivre pour garantir la survie et le développement des projets évoqués dans ce texte. Pour cela, il nous faut aussi les présenter et les jalonner en pensant, au-delà des projets eux-mêmes, à leur transmission, leur documentation, leur valorisation.

Valorisation et stratégie de communication

Dans le contexte des instituts de recherche, la valorisation s’entend comme le transfert des résultats de la recherche vers la société en général, avec un focus particulier sur les acteurs économiques24. Selon le rapport de Philippe Adnot au Sénat sur la valorisation de la recherche dans les universités, « valoriser [c’est] “rendre utilisables ou commercialisables les résultats, les connaissances et les compétences de la recherche”. Il [existe] plusieurs procédés de valorisation tels que la recherche partenariale, le dépôt de brevet ou la création d’entreprise »25. L’auteur note toutefois qu’« il est indispensable de reconnaître que les SHS n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes objectifs que les sciences “dures” alors que les processus et les procédures sont construits par ces dernières »26.
À notre échelle, les actions de valorisation menées relèvent davantage de l’expertise et de la diffusion des résultats de la recherche à un large public. La frontière entre valoriser et communiquer se révèle donc parfois assez ténue.
Sous la houlette de Gwenaëlle Dufils, une réflexion devant aboutir à la rédaction d’un guide pratique de la valorisation et de la communication à usage interne est menée en ce moment à l’IFEA.  Gwenaëlle a proposé de partager avec nous ses compétences en matière de valorisation, d’organisation d’événements et de promotion de fonds muséographiques acquise en tant que responsable des galeries d’archéologie et de paléontologie du Musée d’Artenay (Loiret)27.
Rencontre des compétences de son auteur et des retours d’expérience des membres de l’équipe, ce guide que nous voulons évolutif sera un document précieux dans une institution où le renouvellement de personnel intervient régulièrement. Les projets évoqués au long de ce texte seront les premiers bénéficiaires des conseils qu’il contiendra.,

Isabelle Gilles
Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Secrétaire de rédaction de la revue EJTS http://ejts.revues.org
Webmaster du site https://www.ifea-istanbul.net
  1. http://persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/anata []
  2. https://books.openedition.org/ifeagd/ []
  3. http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.69a0f3 []
  4. http://www.openedition.org/7957 []
  5. Les collections concernées sont les suivantes : Passé ottoman, présent turcRencontres d’Istanbulcoédition IFEA/Kitapyayınevi, toutes trois à venir sur Open Edition Books. []
  6. IFEA Çalışmaları, à venir sur revues.org ainsi que Varia Anatolica (Persée/Open Edition Books) et Anatolia Antiqua (Persée/revues.org []
  7. Par ordre alphabétique le CEDEJ, le Centre Jacques-Berque, le CEMCA, l’IRMC, l’IFRA Nigeria, l’Institut français d’études andines et l’IFPO. Le CEFAS est encore en phase de développement. Voir https://books.openedition.org/publishers []
  8. Voir la liste des éditeurs présents sur revues.org http://www.openedition.org/3245? , qui renvoie le cas échéant vers le portail partenaire. Une liste partielle des revues en ligne est également disponible sur le site de valorisation des IFRE http://ifre.fr/index.php/publications/revues-en-ligne []
  9. https://www.canal-u.tv/producteurs/ifea []
  10. https://www.cines.fr/presentation/ []
  11. À ce sujet, on lira avec intérêt Lauranne Liégeois, Le pouvoir turc et la question d’Internet. Que révèle de l’AKP sa politique de gestion du Web, mémoire de Master en sciences politiques à finalité Politique et Société des pays émergents, 2013, OVIPOT http://ovipot.hypotheses.org/9812 []
  12. The Internet Archive est un organisme sans but lucratif créé en 1996 et basé en Californie. Son objectif est d’archiver le web et de garantir un accès pérenne à la connaissance https://archive.org/about/ []
  13. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/fr/ []
  14. L’issue est toutefois heureuse, puisque le projet, rebaptisé Campus-AAR est financé depuis janvier 2014 par l’ANR à hauteur d’un million d’euros pour 36 mois. Voir http://campusaar.hypotheses.org/a-propos et les étapes du projet sur http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-13-CORD-0016 []
  15. https://medihal.archives-ouvertes.fr/ []
  16. L’Université Numérique Ingénierie et Technologie http://www.unit.eu/fr et https://fuscia.info/ repèrent et produisent des contenus pédagogiques en sciences de l’ingénieur. []
  17. Pour plus de détails sur ces fonds photographiques retrouvés et sur les choix opérés dans le traitement des archives, voir http://dipnot.hypotheses.org/822 []
  18. SALT (http://saltonline.org/) est une fondation privée dédiée à l’art contemporain. Fondée et financée par la banque privée turque Garanti, elle a été créée en 2011, résultant de la fusion de la Garanti Gallery (centre de recherche et d’exposition consacré au design, l’architecture et l’urbanisme), le Centre de recherche et d’archives de la Banque Ottomane et Platform Garanti (art contemporain). []
  19. Mais même le gratuit a un coût, souvent négligé et difficile à chiffrer. Charge à l’utilisateur d’installer son produit dans son environnement technique, de le maintenir, d’assurer la sécurité de ses données, de se former à son utilisation, voire de le personnaliser. Le périmètre de compétence et le dynamisme des communautés d’entraide est un facteur crucial dans le choix d’un logiciel libre et gratuit. []
  20. Le passage d’Olivier Givre en octobre 2014 est l’exemple d’une collaboration réussie. Voir la restitution de son terrain sur Dipnot http://dipnot.hypotheses.org/889 []
  21. http://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref []
  22. http://www.huma-num.fr/service/nakala []
  23. « Omeka est une plate-forme de publication web open source spécialisée dans la publication de collections muséales, bibliothèques numériques et éditions savantes en ligne. Omeka est au croisement entre système de gestion de contenus (CMS), gestion de collections et gestion d’archives numériques. Elle est développée par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, Etats-Unis) ». (Projet Plume https://www.projet-plume.org/fiche/omeka) et http://omeka.org/ pour le logiciel en lui-même. La fonctionnalité de création d’expositions virtuelles est un atout majeur d’Omeka. Le choix par l’équipe de développement du set de métadonnées standardisé Dublin Core et l’exposition native de ces métadonnées par OAI-PMH, permettent de s’appuyer sur des infrastructures éprouvées au niveau international. Omeka a été élu « Meilleur logiciel ou suite logicielle pour les humanités numériques » en 2012. Voir http://dhawards.org/dhawards2012/results/ []
  24. Voir à ce sujet la profession de foi du Consortium de Valorisation Thématique de l’alliance Athéna http://www.cvt-athena.fr/qui-sommes-nous/presentation-du-cvt-athena.html []
  25. Rapport d’information n° 341 (2005-2006) de M. Philippe Adnot, fait au nom de la commission des finances, p. 57 http://www.senat.fr/notice-rapport/2005/r05-341-notice.html []
  26. Ibid. p.49 []
  27. http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/pithiverais-beauce/2014/09/05/gwenaelle-dufils-quitte-le-musee_11131858.html []

La préhistoire à travers la bibliothèque de l’IFEA

presentoir_prehistoireNovembre 2014

Türkçe çeviri

Pour le préhistorien que je suis, un cheminement dans la bibliothèque de l’IFEA m’offre un paysage d’ouvrages variés, aux contours évanescents oserai-je ajouter. Soyons honnête, le vaste champ des disciplines de recherches que couvre l’institut ne permet pas d’enregistrer chaque nouvel ouvrage d’archéologie préhistorique dans notre inventaire. Cet état est également la résultante de l’histoire de l’archéologie sur le territoire anatolien, la préhistoire ayant été longtemps délaissée au profit des périodes protohistoriques et classiques. Je tentais déjà de décrire cette histoire de la préhistoire proche-orientale, en 2004, dans la série Patrimoines au présent des « dossiers de l’IFEA » sur OpenEdition Books1 et en voici un exposé au travers de nos rayonnages.

Voilà bientôt un siècle que l’institut siège à Istanbul, son ouverture en 1930 coïncidant avec la mise en fouille de quelques grands sites hittites à une époque où la définition d’une préhistoire proche-orientale était encore vague. L’avènement de la discipline archéologique en Turquie va de pair avec l’essor de la République. L’ouverture aux sciences humaines et à l’histoire trouve auprès de  la jeune Université d’Istanbul (anciennement Darülfünun-ı Şahane, Maison Impériale des Sciences), de la Faculté de Langue et de Géographie d’Ankara et de la Société d’Histoire Turque, des appuis historiques. À lire la préface de Remzi Oğuz Arık dans la publication des fouilles d’Alacahöyük((Arık R.O., 1937.- Les fouilles d’Alaca Höyük entreprises par la Société d’Histoire Turque. Rapport préliminaire sur les travaux en 1935. Publications de la Société d’Histoire Turque, V. Seri-No 1. Ankara IFEA inventaire No. HA Ana Si 1.)), le lecteur saisira la dynamique académique à l’œuvre dans la Turquie des années trente. À l’instar d’Alacahöyük, d’autres fouilles historiques sont présentes dans les rayonnages de la bibliothèque de l’IFEA comme les volumes sur Boğazköy, Demircihöyük((Bittel K. & Güterbock H.G., 1935.- Boğazköy, Neue Untersuchungen in der Hethitischen Hauptsadt. Berlin : Verlag der Akademie der Wissenshaften. IFEA inventaire No. HA Ana Si 14 – Bittel K., Otto H., 1939.- Demirci-Höyük : Eine Vorgeschichtliche Siedlung an der phrygisch-bithynischen Grenze. Berlin : DAII IFEA inventaire No. HA Ana Si 55)) ou encore Tarsus((Goldman H., 1956.- Excavation at Gözlü Kule, Tarsus. From the Neolithic to the Bronze Age. Princeton : Princeton University Press. IFEA inventaire No. HA Ana Si 117 I-II a HA Ana Si 119 I-II pour les six volumes.)).

Ces ouvrages anciens et rares, outre d’un état de la recherche archéologique, témoignent surtout d’une histoire de la discipline archéologique intimement liée aux évolutions sociétales et politiques, d’hier comme d’aujourd’hui. Concernant cette histoire turque, je recommande vivement l’ouvrage d’Oktay Belli sur la contribution de l’Université d’Istanbul à l’archéologie turque((Oktay B., 2001.- Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-2000). Istanbul : İstanbul Üniversitesi Yayınları)).

Ces premières fouilles et prospections((Von der Osten H.H., 1929.- Explorations in Central Anatolia, Saeson of 1926. Research in Anatolia vol. 1, The University of Chicago. Chicago : Oriental Institute Publication.  IFEA inventaire No. HA Ana Si 9)) font partie des impressions d’une Anatolie préclassique, un statut jusqu’alors réservé à l’Égypte et au Levant, et desquelles les premières stratigraphies et chronologies relatives fixeront pour longtemps le cadre temporel, spatial et culturel sur les côtes et sur les plateaux anatoliens. Malgré quelques poteries étranges et quelques silex taillés retrouvés au fond des sondages, il n’y avait pas la moindre trace de préhistoire ou du moins, elles sont restées inaperçues jusqu’au milieu du XXème siècle. D’abord dans Amuq et Hatay avec les prospections de l’Université de Chicago((Braidwood R.J. & Braidwood L.J, 1960.- Excavation in the Plain of Antioch I, The Earlier Assemblages, Phases A-J. Chicago : Oriental Institute Publication LXI.)), puis en Cilicie avec les fouilles entreprises à Mersin par John Garstang((Garstang J., 1953.- Prehistoric Mersin. Yümüktepe in South Turkey. The Neilson Expedition in Cilicia. Oxford : Clarendon Press IFEA inventaire No. HA Ana Si 99)). Il faut attendre la fin des années cinquante pour que les archéologues préhistoriques se tournent vers l’Anatolie, repoussant ainsi la frontière virtuelle du Taurus et de la Haute Mésopotamie à l’Anatolie Centrale. Ainsi la publication par James Mellaart des fouilles de Hacılar dans la région des lacs, suivi de celles de Çatal Höyük((Mellaart J. 1970.- Excavations at Hacılar. Edinburgh University Press : BIAAHacılar IFEA inventaire No. HA Ana Si 50-63 – Mellaart J., 1967.- Çatal Höyük, a Neolithic Town in Anatolia. London : Thames & Hudson. IFEA inventaire No. HA Ana Si 50-1)) en plaine de Konya, illustrent ce front pionnier de fouilles sur les plateaux anatoliens. Un autre gentleman anglais, David French, entreprend des fouilles sur le site de Can Hasan, à l’est de la ville de Karaman et à proximité des grands axes de circulation au travers du Taurus, menant à la Cilicie((French D., 1998.- Can Hasan I. Stratigraphy and Structures. BIAA Monograph No. 23. Ankara : British Institute of Archaeology at Ankara. IFEA inventaire No. HA Ana Si 167-1)). À eux deux, ces archéologues anglais bouleversent la vision d’un néolithique uniquement levantin, limité en expansion par les rigueurs climatiques qui auraient sévi sur le Haut Euphrate et l’Anatolie Centrale au début de l’Holocène. À cet égard, notons l’excellent ouvrage édité en 2002 par Fréderic Gérard et Laurens Thissen avec le soutien de l’IFEA, et qui plonge le lecteur au fil des articles dans les relations entre cultures et environnements en Anatolie centrale((Gérard F. & Thissen L. (eds)., 2002.- The Neolithic of Central Anatolia. Proceedings of the International CANeW Table Ronde, Istanbul november 2001. Istanbul : Ege Yayınları)).

Le développement des fouilles en Syrie((Cauvin J., 1972.- Religions Néolithiques de Syrie-Palestine. Publication du Centre de Recherche d’écologie et de préhistoire Saint-André de Cruzieres No. 1. Paris : CNRS-Librairie d’Amérique et d’Orient. IFEA inventaire No. Préh. 36 – Cauvin J., 1997.- Naissance des divinités, naissance de l’agriculture. Paris : Editions du CNRS. IFEA inventaire No. Préh. 32)) accompagne cette nouvelle cartographie des premières communautés sédentaires et avec les programmes de barrages((ODTÜ-METU (ed.), 1970.- Keban Projesi 1968 Yaz Çalışmaları. Keban Project Yayınları Seri 1, yayın 1. Ankara : ODTÜ Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Si 81 à 89 pour la série complète – Serdaroğlu Ü., 1977.- Surveys in the Lower Euphrate Basin-1975. Aşağı Fırat Projesi Yayınları Seri 1 No. 1. Ankara : ODTÜ Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Si 82 – Bischoff D. & Pérouse J.F., 2003.- La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien : patrimoines en danger ? Les dossiers de l’IFEA, série Patrimoines au présent No. 3. Istanbul : IFEA https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_Y-3.pdf)) sur l’Euphrate puis le Tigre, les frontières de ce « croissant fertile » propice à la sédentarisation et à l’agriculture vont être repoussées jusqu’au Taurus de l’est.

L’Anatolie centrale restera longtemps considérée comme une zone tampon entre un « Far West » qui n’aurait été sédentarisé que vers l’Age du Bronze, puis comme une zone de transit sur le chemin de l’Europe. À l’opposé de l’engouement archéologique soulevé par les nombreuses fouilles de sauvetage sur l’Euphrate et le Tigre, Mehmet Özdoğan se tourna, dès les années soixante-dix, du côté de la région de Marmara. Convaincu que ces territoires ne pouvaient avoir été des aires désertes, ses recherches mirent en évidence la présence de communautés sédentaires vers 6400-6000 avant J.C., aux cultures teintées de réminiscences  épipaléolithiques, renforçant d’autant son hypothèse d’une présence humaine dans l’ouest anatolien bien avant la sédentarisation.

Pour se rendre compte du chemin parcouru depuis les années soixante-dix, une série d’ouvrages édités par Mehmet Özdoğan et Nezih Başgelen entre 1999 et 2013, fait le point, renouvelé, sur les fouilles néolithiques en Anatolie. En 1999, le premier recueil d’articles de « Neolithic in Turkey » comportait un volume de texte et un second de figures((Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 1999.- Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New discoveries. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.  IFEA inventaire No. HA Ana Gén. 209 1-2)). En 2007, lors de leur mise à jour, ces deux volumes s’étaient considérablement alourdis[xv] au point qu’entre 2011 et 2013, ce ne sont pas moins de cinq volumes, découpés entre grandes régions anatoliennes, qui sont parus et qui offrent un panorama extrêmement complet d’une cinquantaine de fouilles en cours ou passées((Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2007.- Türkiye’de Neolitik Dönem. Yeni Kazılar, Yeni Bulgular. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları. IFEA Inventaire No. HA Ana Gén. 251 1-2
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2011.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 1 – The Tigris Basin. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2011.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 2 – The Euphrate Basin. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2012.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 3 – Central Turkey. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2012.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 4 –Western Turkey. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları.
Özdoğan M. & Başgelen N. (eds.), 2013.- The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research 5Northwestern Turkey and Istanbul. Istanbul : Arkeoloji ve Sanat Yayınları. IFEA inventaire No. HA Ana Gén. 262 1-5)).

  1. Godon M., 2004.- Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles. Les dossiers de l’IFEA, série : Patrimoines au présent No. 4, Istanbul : IFEA https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_Y-4.pdf []

Türkiye Azerbaycan ilişkileri hakkında kaynakçanın söyledikleri

azervitrin

Ekim 2014

Version française

Azerbaycan ve Türkiye arasındaki yakın ilişkiler, kamuoyu yoklamalarında, Türk yıldızların Bakü konserlerindeki hayranların sevinç çığlıklarından iki ülkenin Avrupa ve Amerika Birleşik Devletleri’nde ortaklaşa yürüttüğü lobi faaliyetlerine kadar birçok alanda kendini göstermektedir. Bununla beraber, Türkiye’deki Azerbaycanlı öğrenci sayısının gittikçe artmasına rağmen Azerbaycan üzerine yürütülen incelemeler ve akademik çalışmalar, bu « özel münasebet »le ters orantılı seyretmektedir. Hatta Azerbaycanlı öğrencilerin sosyal bilimler alanındaki yoğunluğunun, Türk üniversitelerindeki Azerbaycan konulu çalışmaların içeriği ve yönlendirilmesi üzerindeki etkileri oldukça sınırlıdır.

Azerbaycan, her ne kadar kültürel açıdan Türkiye’ye çok yakın olsa da, Türkiye’nin Balkanlar’daki ve Orta Doğu’daki komşularından farklı olarak, yalnızca çok kısa dönemler süresince Osmanlı İmparatorluğu sınırlarının dahilinde kalmıştır. 1828’de Rus İmparatorluğu ve Kaçar Hanedanlığı arasında imzalanan Türkmençay Antlaşması’na kadar Güneydoğu Kafkasya, bu iki devlet arasında gerginlik nedeni olmuştur. Antlaşma doğrultusunda Azeriler, Aras ırmağı kıyılarından ayrılmış ve Güneydoğu Kafkasya, önce Rus İmparatorluğu’na ardından da SSCB’ye dahil edilmiştir. Bu nedenle de Azerbaycan’ın « Türk kardeşi » ile yeniden yorumlayabileceği bir ortak tarihi bulunmamaktadır. Bununla ilgili olarak da Osmanlı İmparatorluğu’nun yeni ilan edilmiş Azerbaycan Demokratik Cumhuriyeti’ne yardımları günümüzde altı çizilen tek tarihi dönem olarak karşımıza çıkmaktadır; ki bu konu artık son derece siyasi bir boyut kazanmıştır. Çünkü Azerbaycan resmi tarihine göre Osmanlı İmparatorluğu, Türk askerlerinin varmasına kadar Azerileri katleden bir Ermeni komutanın idaresindeki Bakü kuvvetlerine karşı çarpışmıştır. Türkçülük sevdasındaki birtakım dar çevrelerden gelen milliyetçi yazarlar, Azerbaycan’ın türklüğünü vurgulayarak, Sovyet ve Stalin rejimlerinin baskısını, komünizm döneminde tarihi mirasın « silinmesi »ni ve Dağlık Karabağ sorununun feci sonuçlarını dile getirerek 1990lı yılların havasını iyi kötü yansıtmışlardır.

AKP’nin Türkiye ile Ermenistan arasındaki sınırın kapalı oluşunu sorgulaması, bazı Azeri yayınların sınırların açılması fikrinin bir ihanet teşkil edeceğine odaklanmalarıyla sonuçlanmıştır. Zaten Türkiye’deki siyasi partiler, genel olarak halihazırdaki düzenin desteklemekte ve de bu siyasi çevrelere yakın akademik kurumlar ile medya grupları neredeyse inaksal denecek « Azerbaycan’ı haklı mücadelesinde destekleme »yi benimsemişlerdir. Günümüzde Türkiye’de Ermeni sorunu da Ermenistan ile Azerbaycan arasındaki gerginlikle öylesine karıştırılmaktadır ki bu iki konu arasındaki sınırların yer yer tamamen ortadan kalktığını söyleyebiliriz.

Diğer taraftan akademik çalışmalar da başka birçok konu hakkında iki ülkenin dış siyasetindeki ayrılıklara inceden inceye ayna tutmaktadır. Örneğin Bakü, Ankara’nın arzuladığı gibi, KKTC ile doğrudan temas kurma konusunda sergilediği çekimser tavır ve aynı şekilde, Ankara ile Tel Aviv arasındaki ilişkiler en zayıf noktadayken İsrail ile Azerbaycan’ın giderek artan bir işbirliği içine girmeleri de birçok makale ve araştırma çerçevesinde bir uyuşmazlık nedeni olarak yorumlanmıştır. Din konusunun kendisi de yabancı araştırmacılarca enine boyuna işlenen bir mevzu olmuştur. Bununla ilgili olarak çoğunluğu Sünni olan Türk nüfus ile Şii olan Azeri nüfusun geleneksel ayrılığının da ötesine geçerek kesin yaklaşım farklılıkları gözlemlenmektedir. Seçkin Azeri çevreleri temelden laik olup Sovyet dönemi sırasında dinden bağımsızlaşmışlardır.

Aslında azımsanamaz olan bu türden ayrılıklar, Türk ve Azeri araştırmacıları olduğu kadar Batılıların da ilgisini çeken enerji sektörü başta olmak üzere, Ankara ve Bakü arasında başka birçok alanda somut sonuçlar veren işbirliklerine yine de gölge düşüremez. Nitekim, enerji sektöründeki işbirliği, 2007-2008 Ermenistan ilişkilerinin normalleşme denemeleri sürecinde Azerbaycan tarafından bu girişimi baltalamak üzere Türkiye’ye karşı kullanılmıştır. Şimdiden bazı yayınların dile getirdiği gibi Trans Anadolu Doğal Gaz Boru Hattı Projesi tamamlanırsa ve proje Hazar Denizi’nin karşı kıyısında bulunan kaynaklara dek uzatılırsa Azerbaycan’ın ağırlığını güçlendireceği ihtimali kuvvetli görünmektedir.

KİTAP SEÇİMİ

SARAY Mehmet, Azerbaycan Türkleri tarihi, Ankara, 1993
ASLAN Yasin, ATSIZ Buğra (eds.), Can Azerbaycan : Karabağ’da talan var,  Ankara, Kök yayınları, 1990 ;
QASIMLI Musa, Azerbaycan Türklerinin Millî Mücadele Tarihi 1920-1945. KAKNÜS yay., 2006
PERRY Mark « Israel’s Secret Staging Ground », Foreign Policy Magazine 28 mars 2012 ;
SHAFFER Brenda, Azerbaijan’s Cooperation with Israel Goes Beyond Iran Tensions, April 16, 2013
BÖLUKBAŞI Suha , Azerbaijan. A political History. IB Tauris, 2011
URJEWICZ Charles, « L’identité azérie à l’épreuve de l’indépendance », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1991, n°59-60, p.117-122. http://dx.doi.org/10.3406/remmm.1991.1495
COLLINS Brian, SWIETOCHOWSKI Tadeusz, Historical Dictionary of Azerbaijan, Lanham, Scarcrew Press, 1999.
CORNELL Svante E., « Turkey and the Conflict in Nagorno-Karabakh : A Delicate Balance », Middle Eastern Studies, vol. 34, n°1, janvier 1998, p.51-72. http://www.silkroadstudies.org/new/docs/publications/SC-MES-TR-1999.pdf
ÇAĞLA Cengiz, « Les fondements historiques de l’État-nation en Azerbaïdjan », CEMOTI, n°31, janvier-juin 2001, p.89-109. http://cemoti.revues.org/708
SWIETOCHOWSKI, Tadeusw. 2002. « Azerbaijan: The Hidden Faces of Islam. » World Policy Journal. 19(3): 69-76. http://www.jstor.org/stable/40209821
SATTAROV, Rufat. 2010. « Islamic Revival and Islamic Activism in Post-Soviet Azerbaijan ». In Galina Yemelianova (eds.). Radical Islam in the Former Soviet Union, London: Routledge.
SATTAROV Rufat, 2009, « Islam, state and society in independent Azerbaijan ». Wiesbaden, Reichert
BALCI Bayram, Le renouveau islamique en Azerbaidjan entre dynamiques internes et influences extérieures Les Études du CERI N°138 – octobre 2007 http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude138.pdf
GOLTZ Thomas Caufield Requiem for a would be Republic, The rise and demise of the former Soviet Republic of Azerbaijan, a personal account of the years 1991-1993
ROBINS Philip « Between sentiment and self,interest: Turkey’s policy toward Azerbaijan and the Central Asian States », Middle East Journal Vol. 47, No. 4 (Autumn, 1993), pp. 593-610 http://www.jstor.org/stable/4328631
ASLAN Betül Türkiye-Azerbaycan İlişkileri ve İbrahim Ebilov 1920-1923, Istanbul, Kaynak Yay. 2004
ALSTADT Audrey L. The Azerbaijani Turks : Power and Identity under Russian Rule Hoover Institution Press, 1992
BALCI Bayram et MOTIKA Raoul (eds), Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures. Istanbul/Paris, IFEA/Maisonneuve et Larose, 2007
GÜLTEKIN Burcu : Atteindre la Caspienne, Les relations économiques entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, Dossiers de l’IFEA, Istanbul, 2003 https://books.openedition.org/ifeagd/223
CAFERSOY, Nazim, Elçibey dönemi Azerbaycan dış politikası (Haziran 1992-Haziran 1993) : Bir bağımsızlık mücadelesinin diplomatik öyküsü, Ankara, ASAM yay., 2001
MIKAIL E. Hasan, TAZEGÜL Alper Türkiye ile Azerbaycan Siyasi ve Ekonomik İlişkileri 1990-2005, IQ Kültür Sanat Yay., 2012
ALKAN Haluk, Azerbaycan Paradoksu : Azerbaycan’ın İç ve Dış Politikası, Ankara, USAK, 2010
DE WAAL Thomas, Black Garden: Armenia and Azerbaijan through Peace and War, NYU Press, 2004  http://raufray.files.wordpress.com/2010/11/0814719449.pdf
MURINSON Alexander, Turkey’s Entente with Israel and Azerbaijan: State Identity and War and Security in the Middle East and Caucasus, Routledge, 2010
MINASSIAN Gaïdz, Caucase du Sud, la nouvelle guerre froide : Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Paris, Autrement, 2007
TAYLOR Scott, Unreconciled Differences: Turkey, Armenia and Azerbaijan, Esprit de Corps, 2010
WINROW Gareth, “Turkey and the Newly Independent States of Central Asia and Transcaucasus,” Middle East Review of International Affairs, 1, no. 2 (July 1997) http://sam.gov.tr/wp-content/uploads/2012/01/11.-TURKEYS-RELATIONS-WITH-THE-TRANSCAUCASUS.pdf

Autour de la relation Turquie-Azerbaïdjan : considération bibliographique

azervitrin

Octobre 2014

Türkçe çeviri

La relation de proximité qu’entretiennent l’Azerbaïdjan et la Turquie se manifeste dans bien des domaines, des sondages d’opinion au débordement de joie des fans lors des concerts de stars turques à Bakou, en passant par les activités de lobbying communes des deux pays en Europe et aux États-Unis. Paradoxalement, la quantité de travaux et

Bien qu’il soit très proche de la Turquie sur le plan culturel, à la différence des voisins balkaniques et moyen-orientaux de la Turquie, l’Azerbaïdjan n’a en effet été partie intégrante de l’Empire ottoman, que pendant de brefs intervalles. La Transcaucasie orientale, âprement disputée entre les Empires russe et perse jusqu’au traité de Turkmentchaï (1828) qui entérine la séparation des Azéris de part et d’autre du fleuve Araxe, est donc demeurée dans le giron de la Russie, puis de l’Union soviétique. De ce fait, il n’existe pas de patrimoine historique commun à ré-interpréter avec le « grand frère » turc. À cet égard, l’aide ottomane à la jeune République Démocratique d’Azerbaïdjan en 1918 apparaît de nos jours comme le seul épisode historique mis en exergue. Il s’agit d’un sujet désormais très politisé, d’autant plus que l’armée ottomane se battait contre la Commune de Bakou, dirigée par un Arménien qui, selon l’historiographie azerbaïdjanaise, perpétrait des massacres contre les Azerbaïdjanais à la veille de l’arrivée des soldats turcs à Bakou. Certains auteurs issus des milieux étroits du romantisme nationaliste, ont laissé des traces écrites qui ont plus ou moins reflété l’esprit du temps des années 1990 : accentuation de la turcité de l’Azerbaïdjan, récits de la répression soviétique et du stalinisme, héritage historique « effacé » sous le communisme, conséquences tragiques du conflit du Haut-Karabagh, etc.

La remise en question par l’AKP du statu quo préexistant quant à la fermeture de la frontière avec l’Arménie a donné matière à un certain nombre de publications en Azerbaïdjan qui se focalisent sur la trahison que représenterait, selon les auteurs, ce projet de ré-ouverture. De fait, les grands partis en Turquie soutiennent dans leur ensemble le statu quo actuel, et nombre d’institutions académiques et de groupes médiatiques qui en sont proches respectent la position quasi-dogmatique du « soutien à l’Azerbaïdjan dans son juste combat». De nos jours, la question arménienne en Turquie se retrouve ainsi enchevêtrée à celle du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, tant les frontières se sont parfois complètement effacées entre les deux dossiers.

La littérature se fait aussi, certes timidement, le miroir d’autres divergences dans la politique étrangère des deux pays, sur plusieurs dossiers, par exemple dans le dossier chypriote, Bakou s’étant en effet montré réticent devant l’établissement, souhaité par Ankara, de relations directes avec la partie turque de Chypre. De même, la coopération croissante entre Israël et l’Azerbaïdjan au moment même où les contacts sont au minimum entre Ankara et Tel-Aviv a été également une source de discorde commentée dans plusieurs articles et études. Le domaine religieux a quant à lui été largement investi par les chercheurs étrangers, et il est vrai qu’en la matière on constate une divergence d’approche certaine, au-delà même de la traditionnelle dichotomie entre population turque majoritairement sunnite, d’une part, et population azerbaïdjanaise chiite, d’autre part. Les élites  azerbaïdjanaises demeurent ainsi profondément laïques et la population azerbaïdjanaise a été largement sécularisée pendant la période soviétique.

Ces sujets de discorde, quoique non négligeables, ne sauraient néanmoins éclipser les nombreux autres domaines dans lesquels la coopération entre Ankara et Bakou donne des résultats concrets, à commencer par le domaine énergétique, qui inspire tant les chercheurs turcs et azerbaïdjanais qu’occidentaux. La coopération énergétique a d’ailleurs fourni à Bakou un levier de pression sur la Turquie puisque l‘Azerbaïdjan l’a utilisé afin de faire échouer les tentatives de normalisation des relations turco-arméniennes en 2007 2008. Il y a du reste fort à parier que l’Azerbaïdjan campera sur ses positions si la construction du gazoduc TANAP se termine et si celui-ci est prolongé vers les zones de production situées sur l’autre rive du bassin caspien, comme un certain nombre de publications s’en font déjà l’écho.

Bibliographie

SARAY Mehmet, Azerbaycan Türkleri tarihi, Ankara, 1993
ASLAN Yasin, ATSIZ Buğra (eds.), Can Azerbaycan : Karabağ’da talan var,  Ankara, Kök yayınları, 1990 ;
QASIMLI Musa, Azerbaycan Türklerinin Millî Mücadele Tarihi 1920-1945. KAKNÜS yay., 2006
PERRY Mark « Israel’s Secret Staging Ground », Foreign Policy Magazine 28 mars 2012 ;
SHAFFER Brenda, Azerbaijan’s Cooperation with Israel Goes Beyond Iran Tensions, April 16, 2013
BÖLUKBAŞI Suha , Azerbaijan. A political History. IB Tauris, 2011
URJEWICZ Charles, « L’identité azérie à l’épreuve de l’indépendance », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1991, n°59-60, p.117-122. http://dx.doi.org/10.3406/remmm.1991.1495
COLLINS Brian, SWIETOCHOWSKI Tadeusz, Historical Dictionary of Azerbaijan, Lanham, Scarcrew Press, 1999.
CORNELL Svante E., « Turkey and the Conflict in Nagorno-Karabakh : A Delicate Balance », Middle Eastern Studies, vol. 34, n°1, janvier 1998, p.51-72. http://www.silkroadstudies.org/new/docs/publications/SC-MES-TR-1999.pdf
ÇAĞLA Cengiz, « Les fondements historiques de l’État-nation en Azerbaïdjan », CEMOTI, n°31, janvier-juin 2001, p.89-109. http://cemoti.revues.org/708
SWIETOCHOWSKI, Tadeusw. 2002. « Azerbaijan: The Hidden Faces of Islam. » World Policy Journal. 19(3): 69-76. http://www.jstor.org/stable/40209821
SATTAROV, Rufat. 2010. « Islamic Revival and Islamic Activism in Post-Soviet Azerbaijan ». In Galina Yemelianova (eds.). Radical Islam in the Former Soviet Union, London: Routledge.
SATTAROV Rufat, 2009, « Islam, state and society in independent Azerbaijan ». Wiesbaden, Reichert
BALCI Bayram, Le renouveau islamique en Azerbaidjan entre dynamiques internes et influences extérieures Les Études du CERI N°138 – octobre 2007 http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude138.pdf
GOLTZ Thomas Caufield Requiem for a would be Republic, The rise and demise of the former Soviet Republic of Azerbaijan, a personal account of the years 1991-1993
ROBINS Philip « Between sentiment and self,interest: Turkey’s policy toward Azerbaijan and the Central Asian States », Middle East Journal Vol. 47, No. 4 (Autumn, 1993), pp. 593-610 http://www.jstor.org/stable/4328631
ASLAN Betül Türkiye-Azerbaycan İlişkileri ve İbrahim Ebilov 1920-1923, Istanbul, Kaynak Yay. 2004
ALSTADT Audrey L. The Azerbaijani Turks : Power and Identity under Russian Rule Hoover Institution Press, 1992
BALCI Bayram et MOTIKA Raoul (eds), Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures. Istanbul/Paris, IFEA/Maisonneuve et Larose, 2007
GÜLTEKIN Burcu : Atteindre la Caspienne, Les relations économiques entre la Turquie et l’Azerbaïdjan, Dossiers de l’IFEA, Istanbul, 2003 https://books.openedition.org/ifeagd/223
CAFERSOY, Nazim, Elçibey dönemi Azerbaycan dış politikası (Haziran 1992-Haziran 1993) : Bir bağımsızlık mücadelesinin diplomatik öyküsü, Ankara, ASAM yay., 2001
MIKAIL E. Hasan, TAZEGÜL Alper Türkiye ile Azerbaycan Siyasi ve Ekonomik İlişkileri 1990-2005, IQ Kültür Sanat Yay., 2012
ALKAN Haluk, Azerbaycan Paradoksu : Azerbaycan’ın İç ve Dış Politikası, Ankara, USAK, 2010
DE WAAL Thomas, Black Garden: Armenia and Azerbaijan through Peace and War, NYU Press, 2004  http://raufray.files.wordpress.com/2010/11/0814719449.pdf
MURINSON Alexander, Turkey’s Entente with Israel and Azerbaijan: State Identity and War and Security in the Middle East and Caucasus, Routledge, 2010
MINASSIAN Gaïdz, Caucase du Sud, la nouvelle guerre froide : Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Paris, Autrement, 2007
TAYLOR Scott, Unreconciled Differences: Turkey, Armenia and Azerbaijan, Esprit de Corps, 2010
WINROW Gareth, “Turkey and the Newly Independent States of Central Asia and Transcaucasus,” Middle East Review of International Affairs, 1, no. 2 (July 1997) http://sam.gov.tr/wp-content/uploads/2012/01/11.-TURKEYS-RELATIONS-WITH-THE-TRANSCAUCASUS.pdf

Présentation de la bibliothèque du Topkapı Sarayı Müzesi

Ouverte de nouveau aux chercheurs depuis 2013, la bibliothèque du Musée du Palais de Topkapı (Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi) – à distinguer des archives de ce dernier – présente l’un des fonds de manuscrits les plus importants d’Istanbul. Formée de dix fonds (Ahmet III, Emanet Hazinesi, Bağdat Köşkü, Hazine, Koğuslar, Medine, Mehmed V, Mühürdar et Revan ş), elle concentre en elle l’ensemble de la collection impériale constituée à partir du XVe siècle. L’importance de cette collection s’exprime tant par le nombre de volumes qui la constitue((13 073 dont 9043 en arabe, 940 en persan et 3090 en turc, cf. G. Roper, World Survey of Islamic Manuscripts, Vol. III, p. 360-364 Londres, Al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 1994.)) que par leur rareté. Ses manuscrits se distinguent aussi de ceux des autres bibliothèques stambouliotes par la qualité générale de leur conservation.

Conditions d’accès pour les étrangers:

La bibliothèque du Topkapı Sarayı Müzesi présente des modalités d’accès différentes de celles des autres collections stambouliotes. Comme pour toute autre institution culturelle turque, il est recommandé de prendre contact avec la direction de la Bibliothèque avant de débuter les démarches.

Contrairement à ce qui avait été annoncé à un moment, il ne semble plus possible aux étrangers d’accéder à la Bibliothèque après l’obtention de l’autorisation du directeur du musée. Il faut présenter une demande d’accès au Ministère de la Culture et du Tourisme à Ankara en envoyant le formulaire B « Bilimsel, Jeolojik Araştırma ve İncelemeler Başvuru Formu »  qui se trouve sur cette page

Les délais d’attente sont le plus souvent d’un mois mais peuvent en atteindre plusieurs. Il est donc conseillé de procéder à cette demande suffisamment en avance.

Une fois l’autorisation d’accès obtenue, celle-ci est valable jusqu’à la fin de l’année civile.

Accès à la salle de lecture :

La salle de lecture est située dans la troisième cour, dans l’ancienne Mosquée des Aghas (Ağalar camii). La consultation se fait sur rendez-vous sur une journée entière. La bibliothèque est ouverte tous les jours sauf les mardis, samedis et dimanches, de 9h  à 16h, avec une pause d’une heure à partir de midi.

Le jour du rendez-vous, il faudra se présenter à la sécurité (située à la Porte du Salut, Bāb üs-Selam, entre la première et la deuxième cour) qui contactera la Bibliothèque. Une fois ceci fait, le chercheur est redirigé vers les guichets d’achat de billet pour obtenir sa Ziyaretçi Kartı lui donnant accès au palais. Lors de ces deux formalités, il n’est pas nécessaire de faire la queue. Celle-ci devra cependant être faite pour accéder au Palais lui-même. Pour cette raison, il est préférable d’y aller à 9h30 au plus tard afin d’éviter une trop longue attente.

Il est possible de sortir de Topkapı puis d’y retourner pendant la journée mais la carte n’est valable que pour une seule entrée. Il faudra donc repasser au guichet pour la renouveler. En raison des queues, il est donc préférable de prévoir de quoi se nourrir sur place.

Conditions de travail

Le nombre réduit de personnes ayant accès à la salle de lecture assure une réelle tranquillité de travail. Un maximum de cinq manuscrits est communiqué par jour.  La consultation se fait directement sur le manuscrit. Certaines cotes ne sont cependant pas communicables et ne sont accessibles que par l’achat de leur reproduction.

La bibliothèque ne contient aucun document secondaire, hormis le catalogue Karatay((F. E. Karatay, Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi Kataloğu, İstanbul, Topkapı Sarayı Müzesi Kütüphanesi Yayınları, 1961-1966, en sept volumes.)). Celui-ci est organisé par langues (turc, arabe et persan) puis par thèmes. Quiconque s’est frotté aux catalogues des bibliothèques turques sait qu’ils se distinguent par la richesse des informations qu’ils contiennent. Cependant, celui-ci présente deux difficultés d’usages. D’abord, il utilise des numéros propres qui ne tiennent pas compte des fonds et des cotes. Ensuite, la répartition thématique rend malaisé un travail de dépouillement, notamment dans le cas des recueils (à titre d’exemple, la section Mecmu’alar des manuscrits arabes contient plus de textes philosophiques que les sections Hikmet, Felsefe et Mantıq qui lui sont consacrés((Ibid., vol. III, p. 625-707 (pour la philosophie et la logique) et vol. IV, p. 353-558 (pour les recueils). )) ). Le personnel de la bibliothèque possède cependant un répertoire de correspondance entre les cotes et les numéros du catalogue Karatay qui se révèle très utile. Eux-mêmes n’utilisent que les cotes et ce sont bien celles-ci qu’il faut présenter lors d’une demande de manuscrit.

Une version moins détaillée du catalogue Karatay est accessible en ligne, sur le site en ligne du Palais, après s’y être inscrit. Il ne faut pas tenir compte du message interdisant l’accès qui peut apparaître. Il suffit de sélectionner la demande de création de compte qui apparait plus bas afin d’y avoir accès.

Contrairement à d’autres bibliothèques stambouliotes, celle de Topkapı possède une feuille lumineuse qui peut être mise à la disposition du chercheur. Il n’est pas possible de se connecter à internet sur place, même par le biais d’une clé 3g. L’usage des gants est obligatoire lors de la manipulation du manuscrit. Les supports ne sont généralement fournis que pour les grands volumes mais il est possible d’en demander.

L’achat de reproductions se fait en remplissant un formulaire auprès des employés de la bibliothèque. Dans le cas d’une demande à distance, celle-ci se fait en envoyant le formulaire approprié par courriel à l’adresse fournie plus bas. Le temps nécessaire pour obtenir la reproduction dépend de si le manuscrit en question a déjà été ou non photographié. De manière générale, cela peut prendre entre deux à une dizaine de jours. Pour les étrangers, la reproduction revient à 2 TL par folio, mais à 20 TL lorsque le folio contient une iconographie.

Contacts :

Coordonnées de la bibliothèque
T.C. Kültür ve Turizm Bakanlığı Topkapı Sarayı Müzesi Müdürlüğü
Sultanahmet, Fatih / İSTANBUL
Tél : 0090 212 512 04 80
Fax : 0090 212 526 98 40
topkapisarayimuzesi@kultur.gov.tr
 
Lien donnant accès au catalogue et au formulaire de demande de reproduction à distance.
http://topkapisarayi.gov.tr/en/manuscripts
 
Coordonnées du Ministère de la Culture et du Tourisme
T.C. Kültür ve Turizm Bakanlığı
Kültür Varlıkları ve Müzeler Genel Müdürlüğü
II. TBMM Yanı 06050 Ulus / Ankara.
Téléphone: 0090 312 508 61 35.
Fax: 0312 508 61 13.
http://www.kulturvarliklari.gov.tr/
E-mail: muzearastirmalari@kulturturizm.gov.tr

Arşivlere yaz dalışı

Version française

İstanbul’un oldukça sıcak geçen yazında, birçok misafire ev sahipliği yapan IFEA, kararlı çalışmalara sahne oldu. Cumhurbaşkanının ilk kez sandık başında seçildiği oylamanın 10 Ağustos 2014’teki ilk ayağında belli olmasının ve 17 Ağustos 1999 İzmit-Gölcük depreminin on beşinci yıldönümünün yanı sıra, Suriye ve Irak’taki vahşetin Türkiye’nin bu yazki gündemi sarsmasının ülkedeki yabancı turist sayısının 2013’e oranla % 13 artmasını engellemediğini görmüş bulunuyoruz!

Céline Pierre-Magnani’nin desteğiyle, IFEA’nın fotoğraf arşivinin dijital kısmı ile daha dağınık ve korunmaya daha çok ihtiyaç duyan analog kısmı bir düzene girmeye başladı. Yeniden keşfedilen güzel kareler arasında, 1953-1969 arasında Jane Laroche’un çektiği 150’den fazla fotoğraf ile Yılmaz Kaini’nin objektifinden Mağlova Sukemeri fotoğraflarını sayabiliriz. Kayıt altına alınan ve tasniflenen bu analog görseller, sıraları geldikçe, taranmaktadır. Ayıklanmalarının ve tanımlanmalarının halihazırda devam ettiği elektronik ortama aktarılmış binlerce fotoğrafın kitlesel erişime açılmasını sağlayacak çevrimiçi bir ara yüz üzerinde çalışılmaktadır. Bu derleme fotoğraf bağışı ile ilgili yaptığımız duyurunun güncelliğini koruduğunu belirterek bu çağrıya yanıt verenlere de teşekkürlerimizi gönderiyoruz!

Tüm bunların yanı sıra, Cilia Martin enstitümüzün yavaş yavaş düzene giren arşivlerindeki araştırmalarını, kütüphanemizin tarihi ile -gelecek kasım sonunda eski IFEA müdürü Emmanuel Laroche hakkında düzenlenecek IFEA Arkeoloji Buluşmaları’nın arifesinde- Laroche dönemi (1965-1974) hakkındaki belgelere yoğunlaşarak sürdürdü. Arşiv belgelerinin bir kısmı internet sitemizde şimdiden yayımlandı. Yolu IFEA’dan geçmiş bazı araştırmacıların bıraktığı ilginç izlerle de karşılaştık. Bu belgeler zaman içinde taranarak günümüz araştırmacılarının kullanışına açılmak üzere korunmaya alınmış bulunuyor.

1965’te Fransa ile Türkiye arasında imzalanan işgücü anlaşmasının 50. yıldönümüne ilişkin etkinlikleri düzenleyen sosyolog Elif Aksaz, 9-10 Aralık 2014’te gerçekleşecek Türkiye’deki Suriyeli göçmenler konulu uluslararası konferansın da hazırlığı içindeydi. Söz konusu etkinliğin parçası olduğu, Ortadoğu ve Arap Dünyası Bilimsel Proje Ortaklığı((Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans »)) ile Transfaire Araştırma Programı((ANR Transfaire))’nın maddi desteğini alan ve göç üzerine yoğunlaşan toplumsal bilimlerin karşılaştırmalı tarihini işleyecek seminerler dizisi, 2014-2015 yılı boyunca takip edilebilir.

Paris I Üniversitesi’ndeki görevi nedeniyle aramızdan ayrılan Ségolène Débarre, Transfaire Araştırma Programı’nın İstanbul ayağı sorumluluğunun Anouck Corte-Real’e geçmesi ile ilgili hazırlıkları tamamladı. Diğer yandan da Fransa Ulusal Kütüphanesi (BnF) ile ortaklaşa düzenlenecek bir sergi için İÜ Bilim Tarihi Bölümü ve başka birçok Türk kurumu ile ilişkilerin sağlamlaştırılmasını sağladı.

İstanbul dışındansa Bakü şubemizin bir dipnot metni yayımlandığını ve Milas Labranda kazılarında da bir yazıtın gün yüzüne çıkarıldığını belirtelim. Labranda sit alanının yönetimini Olivier Henry’nin, resmi kuruluş olarak IFEA himayesinde, devraldığını ve sit alanına da artık bir kazı evi kazandırıldığını ekleyelim. Aynı şekilde Niğde Porsuk’taki kazılar için de yeni bir depo hizmete girmiş bulunmakta.

Gidenlerin yakın zamanda geri dönmelerini umuyor, yeni gelenlere de içten bir “hoşgeldiniz” diyerek herkese güzel bir çalışma yılı diliyorum.

Plongée estivale dans les archives….

Türkçe çeviri

L’été stambouliote, passablement chaud, a été un été de labeurs discrets à l’IFEA, qui a vu passer de nombreux hôtes. Outre l’élection au premier tour du premier président de la République turque désigné au suffrage universel direct le 10 août 2014 et la commémoration du quinzième anniversaire du tremblement de terre d’İzmit-Gölcük (17 août 1999), l’été turc a été agité par les atrocités en Syrie et en Irak, qui n’ont pas empêché une progression de 13% par rapport à 2013 de la fréquentation touristique étrangère en Turquie!

Grâce à la contribution de Céline Pierre-Magnani, les archives photographiques de l’IFEA ont commencé à être constituées et réorganisées, avec une composante argentique – la plus menacée et dispersée – et une composante digitale. De belles trouvailles ont été faites : citons, entre autres, une série de plus de 150 photos anatoliennes de Jane Laroche des années 1953-1969 et une série de photos de l’aqueduc de Mağlova par le photographe Yılmaz Kaini datant du début des années 1980. Sauvées, rangées et inventoriées, ces photos argentiques sont peu à peu scannées. Une interface en ligne est à l’étude pour une large consultation des photos numérisées comme des milliers de photographies digitales stockées sur le serveur, objets d’une sélection/description en cours. L’appel lancé à verser certaines de vos photos à ce fonds est permanent (merci à ceux qui ont déjà répondu !).

Parallèlement, Cilia Martin a poursuivi sa descente dans les archives de l’institut – qui peu à peu (re)prennent forme -, en privilégiant celles concernant l’histoire de la bibliothèque et celles relatives à la période d’Emmanuel Laroche (1965-1974) en prévision de l’exposition qui sera consacrée à cet ancien directeur lors des prochaines « Rencontres Archéologiques de l’IFEA » (fin novembre 2014). Des extraits d’archives ont déjà été postés sur le site. De même, des traces parfois passionnantes de chercheurs passés par l’IFEA ont été retrouvées. Progressivement numérisées, elles sont sécurisées pour être mises à la disposition des chercheurs contemporains.

Les différentes activités autour du cinquantenaire de l’accord migratoire franco-turc de 1965 ont été préparées par Elif Aksaz qui a aussi suivi le dossier de la conférence internationale sur l’immigration syrienne en Turquie programmée pour les 9 et 10 décembre 2014. Un séminaire qui bénéficie du soutien financier du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » et de l’ANR-Transfaire va jalonner cette année universitaire 2014-2015 autour de questions d’histoire comparée des sciences sociales de l’immigration.

Enfin Ségolène Debarre, qui nous quitte pour prendre son poste à Paris I, a préparé la transition avec Anouck Corte-Real pour le volet stambouliote de l’ANR-Transfaire, tout en travaillant à la consolidation des relations avec le département d’histoire des sciences de l’Université d’Istanbul… notamment en vue d’une exposition en collaboration avec la BnF et plusieurs autres institutions turques.

Hors d’Istanbul signalons le postage d’une Dipnot par l’antenne de Bakou et du côté des activités archéologiques la découverte d’une belle inscription à Labraunda (dont la direction est passée entièrement sous la responsabilité d’Olivier Henry avec l’IFEA comme institution de référence), site désormais doté d’une nouvelle maison de fouilles, ainsi que la mise en service d’un nouveau dépôt pour la fouille de Porsuk (Niğde).

En souhaitant une excellente rentrée à tous, aux partants de revenir vite et aux arrivants un chaleureux « bienvenue » …