Archives par mot-clé : dépendance énergétique

La catastrophe de Soma-Eynez (Manisa, Égée) du 13 mai 2014 : la conséquence inévitable d’un productivisme aveugle ?

Le discours du Premier ministre du 14 mai 2014 vers 16 h – soit près de 24 heures après l’accident – a plus visé la presse d’opposition, appelé au recueillement (3 jours de deuil national) et à la résignation1 face à l’horreur ou fait l’éloge de la réaction étatique déployée qu’il n’a fourni des éléments convaincants d’interprétation de ce qui doit désormais être considéré comme la plus importante catastrophe de l’histoire minière de la Turquie par le bilan humain (284 officiellement pour l’instant ; les recherches se poursuivant à l’heure où nous postons cette note2 ).

Soma3, nom d’un arrondissement montagneux du département de Manisa dans la région égéenne (à un peu plus de 100 km au nord d’Izmir), vient en effet d’entrer soudainement dans l’histoire déjà lourde des catastrophes minières, après celle de Kozlu (près de Zonguldak) survenue le 3 mars 1992 (263 morts). Soma est un des bassins houillers de Turquie4 – produisant du lignite principalement utilisé pour le chauffage et les centrales thermiques5 – où travaillaient en mai 2014 environ 10 000 personnes. L’accident a eu lieu sur le site de la mine d’Eynez exploitée depuis 2009 par l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş6. – composante de la Holding Soma7 – par 3000 personnes8. La zone, dont la population est constituée en partie de personnes d’origine caucasienne (Tcherkesses) et balkanique (Pomak) et d’anciens semi-nomades yörük, est très rurale ; l’emploi minier permet de maintenir les hommes sur  place, face au déclin de l’agriculture.

S’il est trop tôt pour analyser les causes techniques de la catastrophe – cela n’est d’ailleurs pas de notre ressort – ou les effets politiques de celle-ci, au-delà des aspects événementiels, il nous semble utile de rappeler quelques éléments qui peuvent permettre de mieux comprendre dans quel contexte celle-ci est survenue.

À l’échelle internationale le renchérissement du prix du pétrole et du gaz surtout depuis dix ans a conduit les États à reconsidérer leurs réserves en charbon et lignite, surtout pour la production d’électricité9. Les recherches sur les modalités de transformation du lignite en gaz – pour le chauffage – sont aussi encouragées par les gouvernements10. On assiste ainsi en Turquie à l’intensification de la prospection et à la réouverture de mines délaissées dans les années 1990, dont l’exploitation est confiée à des entreprises privées, nationales ou étrangères (notamment chinoises). En 2013, le pays a une production annuelle de 73 millions de tonnes11 – lignite + charbon -, contre 85,3 millions de tonnes en 2008. Cependant, alors qu’en 15 ans la production a sensiblement diminué, le nombre des accidents a lui augmenté (tab. 1).

Tableau 1 : Nombre de morts depuis 2008

Année Nombre de morts dans les mines de charbon
2008 43
2009 92
2010 105
2011 117
2012 77
2013 61
2014 8 + 284* + 18*

*Chiffres « officiels » du vendredi 16 mai à 12h. Le chiffre de 18 correspond, selon le ministre de l’Énergie et des Ressources Naturelles aux mineurs encore, trois jours après la catastrophe, prisonniers sous terre.

À l’échelle nationale, le souci croissant des gouvernements turcs de réduire leur dépendance énergétique12 les a poussés à développer un programme très ambitieux de construction de centrales  thermiques consommatrices de charbon ou de lignite. En effet en 2013, charbon et lignite assurent seulement 19% de la production turque d’électricité. Si l’on exclut les combustibles importés, les ressources locales ne représentent que 6% de la production nationale d’électricité. C’est cette part que les autorités veulent résolument et rapidement accroître13. Pour ce, des facilités considérables sont offertes pour rouvrir ou ouvrir des sites miniers aux entreprises qui s’engagent à construire des centrales thermiques à proximité de ces mêmes sites.

Par ailleurs, comme l’ensemble du secteur énergétique depuis la fin des années 1990, l’extraction du charbon est engagée en Turquie dans un processus massif (et relativement tardif) de privatisation  qu’une loi adoptée en 2005 a encouragé14. Ce processus est légitimé par une volonté de comprimer  les coûts d’extraction et d’accroître les volumes produits : le patron de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A.Ş., s’était engagé en juillet 2013 à réduire le coût de l’extraction de la tonne de charbon à 25 dollars, alors que celle-ci revenait à 130-140 dollars lorsque le site était exploité par le TKİ – l’Administration des Charbonnages Turcs, qui reste propriétaire du sol et du sous-sol !

Enfin un dernier élément de contexte doit être rappelé qui explique que le puits de mine où la catastrophe s’est produite était remplie de mineurs, c’est l’effondrement de la culture du tabac dans la région de Manisa et l’afflux conséquent de ruraux endettés vers cette unique source d’emplois… Les victimes étaient en majorité des mineurs de la première génération, prêts à faire des heures supplémentaires et à se soumettre à un système de recrutement rappelant Germinal – pour gagner un peu plus que les 1000 Livres Turques, soit moins de 350 euros par mois, consenties par la société exploitante.

De plus, la reprise d’exploitation liée aux facteurs mentionnés plus haut se fait dans d’autres conditions. Une loi adoptée en 2005 a en effet ouvert la voie à la généralisation des formes de gestion caractérisées par la sous-traitance et la location par la puissance publique des sites d’exploitation. L’expression utilisée en langue turque pour décrire ce système généralisé par l’AKP au profit d’entreprises proches du parti est “Redevance”. Il s’agit en fait de la location des sites et de transfert des droits d’exploitation, contre des paiements en nature (l’entreprise qui obtient le monopole de l’exploitation s’engageant à fournir annuellement tant de tonnes de charbon au propriétaire foncier “public”, le TKİ).

Les morts de Soma sont donc des victimes de la “frénésie de profit” qui a embrasé la Turquie ces dernières années et dont l’AKP est un des acteurs et vecteurs les plus saillants. En effet il y a quelques jours (le 29 avril 2014 !) la demande d’enquête déposée le 23 octobre 2013 par le Parti Républicain du Peuple à l’Assemblée nationale  – précisément sur les conditions de sécurité de ce site d’exploitation minière – a été enfin examinée. Mais la requête, on ne peut plus claire, fut rejetée par le parti majoritaire… On dit par ailleurs que ce bassin est un de ceux qui ont le plus alimenté ces dernières années le système de distribution pré-électorale de charbon orchestré par l’AKP. Quoiqu’il en soit, les liens de Soma Holding avec le parti au pouvoir sont clairs. La femme du CEO de la holding impliquée est même – en personne – membre fraîchement élue de l’assemblée municipale de Soma, sous l’étiquette AKP15.

La tour “Spine” au design futuriste qui s’élève dans le quartier d’affaires stambouliote de Maslak au nord de Taksim – elle devrait atteindre 300 m – est l’expression la plus arrogante à la fois des ambitions du groupe et de son ascension rapide dans le ciel de l’économie politique turque. Elle devait abriter le siège de la holding et un parc de logements de haut standing déjà commercialisés à prix forts.

La précipitation dont font preuve les entrepreneurs de la Turquie contemporaine  – qui conduit à court-circuiter la consultation, les procédures de contrôle ou les études d’impact – ne peut pas ne pas avoir pour le pays un coût très lourd, à la fois environnemental et social. Ce, dans des secteurs comme le secteur minier, le secteur énergétique, le Bâtiment-Travaux-Publics ou la construction navale. En outre, le système d’inspection du travail prévalant est présenté par les mineurs comme un leurre, eu égard au nombre restreint d’inspecteurs et au fait qu’il n’y a pas d’effet surprise quand ils arrivent sur un site d’exploitation. Et le décret d’application de septembre 2013 sur la  “Santé et la sécurité au travail dans les entreprises minières” (numéro 28770 au Journal Officiel de la République turque) est demeuré lettre morte.

Les accidents du travail dans les mines16 qui augmentent à nouveau depuis quelques années (tab. 1) ne sont donc pas des fatalités contre lesquelles les pouvoirs politiques ne pourraient rien. Ils sont la preuve la plus tragique du coût du productivisme forcené qui définit l’économie politique de l’AKP. Un coût souvent différé, dénié par les gouvernements et l’opinion qu’ils contrôlent, jusqu’à un certain point….

Hepimizin başı sağ olsun

*Communiqués de l’entreprise Soma Kömür İşletmeleri A. Ş. :

*Cartes sélectionnées par l’Atelier cartographique de l’OUI : http://bit.ly/1vepJnW

*Cartes minières de Turquie : http://www.mta.gov.tr/v2.0/default.php?id=il_maden_haritalari

*Rapport sur la production de charbon-lignite en Turquie :

  1. Le discours s’est terminé par : “En espérant que Dieu ne nous fera pas vivre un autre événement d’une telle ampleur”. []
  2. Pour un suivi minute par minute des événements voir : http://www.sendika.org/2014/05/somadaki-maden-kazasindan-dakika-dakika/ []
  3. Déjà le 3 octobre 2013 un mineur était décédé à Soma dans une mine privée. Voir Birgün, 4 octobre 2013, p. 5. []
  4. “Découvert” en 1913, il était considéré, comparativement à d’autres (Ege ou Afşin), de capacité modeste. Mais en 2013, de nouvelles découvertes ont eu lieu, qui ont fait augmenter sensiblement l’estimation des réserves exploitables du bassin… et aiguisé les appétits. []
  5. La plus ancienne centrale thermique de Soma a été construite par Alsthom en 1954 et privatisée en 1995 (EÜAŞ) ;  en outre, en mars 2014 – soit quelques semaines avant la catastrophe – le chantier d’une seconde centrale – d’une capacité de 2,9 milliards de KWh – était inauguré à Soma par la société Hidrojen – composante du groupe, très en vue, Kolin – dans le village de Deniş (au nord-est de Soma). Lors du discours d’inauguration du chantier, le ministre de l’Énergie et des Ressources  Naturelles Taner Yıldız  a rappelé l’objectif d’une production d’électricité assurée au tiers par le charbon à l’horizon 2030. Voir : http://www.enerjigunlugu.net/kolin-soma-termik-santralinin-temeli-atildi_7627.html#.U3XIpvl_uQA (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  6. Société fondée en 1984 et restée modeste jusqu’au milieu des années 2000. Le premier site exploité à Soma est celui de Geventepe ; en 2009 la société récupère le site d’Eynez du groupe Ciner, géant de l’exploitation minière et de l’énergie. Ciner est associé depuis peu à des groupes chinois (comme Harbin Electric Co. Ltd) pour la construction de centrales thermiques au charbon-lignite. []
  7. Pour une présentation de la holding voir : http://www.tilaga.com.tr/kurumsal.html (dernière consultation, 15 mai 2014) []
  8. Voir : http://www.tilaga.com.tr/somabolgesi.html (dernière consultation, 15 mai 2014). []
  9. Voir “L’aiguille s’oriente vers le charbon pour la production d’électricité, Dünya, 9 mai 2014. []
  10. Voir Dünya, 11 juin 2012, p. 2 et Serkan Ocak « Türkiye kömüre bağlı enerjide ‘lider’ olacak », Radikal, 29 mai 2014 p. 11 []
  11. Soit en 2013, 9 pour mille de la production mondiale. La Turquie  se situe néanmoins à cette date au 13ème rang mondial. []
  12. La facture énergétique turque (coût des importations de produits énergétiques) est passée de 9 milliards de dollars en 2003 à 55 milliards en 2013. []
  13. Voir Mehmet Kara, Dünya, 15 mai 2014, p. 25. []
  14. La dernière mine de Soma à avoir été privatisée, celle de Karanlıkdere, l’a été en 2006 ; cf. Evrensel, 28 juin 2006, p. 8.  Par ailleurs, en novembre 2011, la société incriminée à Soma a bénéficié de la concession d’une importante zone de production de lignite à Zonguldak/Bağlık-İnağzı (contrat avec le TKİ pour une durée de 36 ans). Voir Milliyet, 6 novembre 2011. []
  15. Aux élections locales du 30 mars 2014, alors que le parti d’extrême droite (MHP) a largement remporté la mairie de Manisa, le chef-lieu du département, c’est l’AKP qui a pris le contrôle de la mairie d’arrondissement de Soma, avec 43,3% des voix, contre 28,7 pour l’extrême droite et 22,2 pour le Parti Républicain du Peuple (CHP). []
  16. À l’échelle internationale la Turquie se distingue désormais par un triste record : celui du nombre moyen le plus élevé de mineurs décédés par million de tonnes de charbon extrait. Soit 7,22, par rapport à 2 en Australie, 1,27 en Chine ou 0,001 aux États-Unis. []

Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

Lire la première partie Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

2. Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

Le subventionnement du gaz comme frein à la libéralisation complète du marché

Lorsqu’en 2001, la loi n°4646 sur le marché du gaz fut votée, l’objectif visait la libéralisation du marché en vue de créer un marché compétitif et satisfaire une demande croissante grâce à l’introduction d’une concurrence privée. Tout en saluant cette avancée législative majeure, le rapport sur lequel se base nos propos, évoque une combinaison d’événements et de facteurs qui ont freiné l’ouverture effective du secteur.

Selon l’auteur, le processus suivait son cours jusqu’en 2009 : les opérateurs privés commençaient à pénétrer l’ensemble des secteurs du marché en ayant obtenu l’autorisation en 2004 d’utiliser les gazoducs de BOTAŞ, en 2008, le système de tarification basé sur la couverture des coûts engagés est adopté et indexé sur l’évolution des prix du baril de pétrole et du taux d’échange extérieur.

Au milieu de l’année 2009, les cartes sont rebattues avec la mise en place d’une politique de subvention et d’un prix du gaz fixé jusqu’en 2011. Les causes de ce revirement soudain ne sont pas mentionnées en détail. L’augmentation des prix d’importation du gaz russe et iranien suffit à justifier cette décision. Il nous semble pourtant que la perspective des élections locales de mars 2009 qui devait permettre au parti AKP de réaffirmer sa popularité locale puisse justifier en partie une telle décision. Les conséquences négatives d’une telle décision seraient nombreuses selon le rapport: 1,3 milliards de TL de pertes pour BOTAŞ en 2011, 606 millions en 2012, 5 milliards de TL de pertes uniquement sur les ventes de gaz aux sociétés de distribution, augmentation de 50% des prix de l’électricité.

Currently, the average pipeline gas price for Turkey is around 435/1000m3 dollars [selon des sources proches du gouvernement]. The price for industrial customers is 359 dollars/1000m3, compared with 390 dollars/1000m2 for households – 45 dollars less than the BOTAŞ purchase price. p.18

Pour faire simple, le gouvernement turc via BOTAŞ subventionne la vente de gaz en direction du secteur résidentiel.  Pour compenser ce manque à gagner, BOTAŞ vend du gaz surfacturé (520 dollars/1000m3) dans le tiers des centrales électriques qu’elle approvisionne et qui sont gérées sous des contrats de type Build-Operate ou Build-Operate-Transfer. Ce système est sans danger pour les opérateurs privés qui disposent de l’assurance de vendre l’intégralité de l’électricité produite à l’Etat (contrat Take-or-Pay) tout en reportant la surcharge du coût d’approvisionnement sur le coût final de l’électricité produite. La logique économique qui sous-tend une telle décision est difficilement compréhensible en l’état : comment justifier une politique de subvention sur le prix du gaz naturel qui est reportée de fait sur celui de l’électricité ? Dans ce schéma, l’État est en effet contractuellement obligé de racheter un coût d’électricité supérieur au prix du marché qui se répercutera en bout de chaine sur la facture de l’usager. A ce stade, au-delà des jeux de péréquations tarifaires entre secteurs qui nous échappent, nous nous demandons si le facteur de la perception des prix de l’énergie par l’usager ne rentre pas en ligne de compte. Les factures d’électricité étant de fait moins importantes que celles du gaz naturel, le gouvernement n’imaginerait-il pas qu’une augmentation du prix de l’électricité a proportionnellement moins de chance de créer un mécontentement par rapport à une augmentation des prix du gaz ? Sans nous convaincre totalement, cette hypothèse doit être complétée, c’est pourquoi nous invitons les lecteurs à donner leurs propres suggestions/réflexions.

En attendant, cette politique de subvention est selon Gulmira Rzayeva source de déséquilibre et d’iniquité pour les acteurs privés qui souhaitaient rentrer dans la course à l’importation de gaz. Le gouvernement semble ainsi être pris entre deux feux car son souhait depuis 2001 de transférer le risque commercial de l’opérateur national sur les acteurs privés est contrecarré par sa stratégie tarifaire interventionniste

Une anecdote est ainsi révélatrice des tensions sur le marché qui auraient pu aboutir à de graves conséquences, à Istanbul en l’occurrence. Fin 2011, un contrat entre BOTAŞ et Gazprom (6 Bm3/an via le gazoduc Ouest arrivant par la frontière turco-bulgare) arrive à expiration. BOTAŞ envisage ainsi de lancer un appel d’offre pour que des sociétés privées puissent prendre le relais. En novembre 2011, l’appel d’offre fut ainsi rédigé, soit 2 mois seulement avant la fin du contrat. 26 entreprises se montrent intéressées mais sont déboutées par… . Gazprom. Conscient de la position de force dans laquelle le géant russe se trouvait face à BOTAŞ contraint par le temps, Gazprom adjoint dans le champ des négociations de nouveaux dossiers : projet South-Stream, défaut de paiement de BOTAŞ, révision des anciens contrats TOP…  L’enjeu du prix du gaz importé était également au cœur du débat : Gazprom devait consentir à baisser son prix de vente (350 dollars/1000 m3) à des acteurs privés ne pouvant se montrer compétitifs face aux 429 dollars/1000m3 que BOTAŞ était en mesure de s’acquitter et de subventionner par la suite. Gazprom ayant effectivement accepté de fournir du gaz à ce prix, 4 entreprises privées (Shell, Bosphorus Gaz, Enerco Enerji et Avrasya Gaz) ont alors pu empocher le contrat à la toute fin 2011. Si ce conflit commercial n’avait trouvé de solutions de dernière minute, une pénurie de gaz naturel aurait pu difficilement être évitée, ce qui aurait conduit les 14 millions d’habitants d’Istanbul à avoir de grosses difficultés pour se chauffer en pleine période hivernale.

Aujourd’hui, 7 sociétés privées ont l’autorisation d’importer directement du gaz russe (9,75 Bm3) au prix évoqué ci-dessus. Toutefois pour s’assurer d’une stabilité pérenne des approvisionnements de Gazprom sur ce prix négocié à la baisse, nombre d’entre elles ont ouvert leur capital à des filiales du géant russe. Ainsi Gazprombank détient 60% du capital respectif de la société Akfel et Avrasya Gaz, Bosphorus Gaz a ouvert son capital à 75% à Gazprom Allemagne…

Cette situation est ubuesque pour les partisans du libre échange et du non-interventionnisme public, comme l’auteur du rapport.

« The liberalization of the domestic natural gas market in Turkey cannot nullify the import risks that state monopolist BOTAS faces, but it can significantly reduce them » p.2

Dans ce contexte, BOTAŞ est présentée comme l’institution cause de tous les maux du marché. Le gouvernement AKP prévoyait suite au vote de la loi de 2001 de réduire les parts de marché de l’institution à moins de 20% d’ici la fin 2009 (contre 80% auparavant). Au côté de ces efforts législatifs qui ont été vains pour l’instant, des stratégies plus informelles (et illégales ?) conduiraient certaines grandes sociétés de distribution de gaz naturel à ne pas s’acquitter en intégralité des factures de gaz acheté auprès de BOTAŞ. Cette stratégie aurait pour finalité d’affaiblir et d’assécher financièrement l’institution.

Les effets attendus de la nouvelle loi de 2014

BOTAŞ ne devrait pourtant pas pouvoir survivre au prochain projet de loi sur le marché du gaz naturel. Une révision de la loi a été préparée en mai 2013 Après l’adoption d’un ultime amendement toujours débattu et non paru dans le journal officiel du parlement, la nouvelle loi devrait être adoptée en 2014. Voici une sélection des principaux changements attendus.

  1. La Turquie est désormais considérée comme un marché dans lequel le gaz peut être échangé librement. Idéalement, à terme, ces échanges seront régulés au sein d’une structure boursière nationale.
  2. BOTAŞ ne devra pas représenter plus de 50% du marché d’importation et de transport.
  3. Une compagnie ne pourra vendre plus de 20% du montant total de gaz naturel consommé nationalement afin d’éviter toute situation monopolistique
  4. Une compagnie de distribution pourra obtenir à partir de 2015 une licence de vente auprès de l’EPDK à condition de posséder une comptabilité séparée pour les activités de distribution et de commerce. L’idéal serait de différencier juridiquement les compagnies
  5. Les compagnies souhaitant importer du gaz naturel doivent garantir une capacité de stockage de 10% du montant annuel importé
  6. Désormais la sélection de la compagnie approvisionnant les compagnies de distribution se fera par appel d’offre. Ceci dans le but de créer une compétition équitable et de prévenir la formation de clusters dans lesquels des compagnies seraient présentes sur tous les secteurs du marché (exemple : Enerji SA, qui est déjà dans la production et la distribution, pourrait obtenir une licence d’importation et de commerce)
  7. La question du maintien des subventions est laissée à la décision du Conseil des ministres.
    « According to the new draft of amendments to the NGML : ‘when subsidies are needed in order to support the consumers in particular regions of for particular purposes, these subsidies will be in the form of reimbursement to consumers, and there will be no price intervention ». This means that the subsidies in Turkey will not be removed in the foresseable future. p.18
  8. D’ici 2015, BOTAŞ sera séparée en 3 entités distinctes (une compagnie de transport, une compagnie de GPL et un opérateur de stockage).

En attendant, le ministre Taner Yildiz annoncera fin février les nouveaux prix du gaz naturel domestique. Reste à savoir lequel des deux facteurs – celui de la rationalité économique préférant un report des effets inflationnistes sur la facture de l’usager, ou celui de l’argument électoral tendant à éviter toute nouvelle fronde sociale à la veille d’importantes échéances politiques pour le pouvoir en place -, pèsera le plus dans la décision finale.

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26 []
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie []
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur » []
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars []
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013 []
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503. []