Archives par mot-clé : Dossiers de l’IFEA

Digitize this!

Digital2Inaugurations

L’année 2014 est celle du tournant numérique pour l’IFEA avec, successivement, la concrétisation du partenariat avec Persée pour la revue annuelle d’archéologie Anatolia Antiqua1 en juin 2014, l’inauguration des Dossiers de l’IFEA et des Rencontres d’Archéologie sur Open Edition Books2 en novembre ainsi que le transfert des vidéos de ses conférences sur Canal-u, toujours en cours et la constitution d’une photothèque numérique encore à l’état de prototype.
D’autres publications sont prévues au programme de mise en ligne, tant sur Persée que sur Open Edition Books et revues.org. Une partie d’entre elles est prise en charge dans le cadre du programme SAN (Soutien À la Numérisation) – 15 000 livres3 et la mise en ligne d’une autre partie incombe au laboratoire.
La convention passée avec Persée fixe quant à elle les devoirs de chacun et règle ainsi le sort des publications restantes.
7353 pages en accès libre sur un total prévu de plus de 30 000, 148 sur 400 vidéos consultables et téléchargeables sur notre webTV, plusieurs dizaines de milliers de clichés analysés pour quelques centaines décrits jusqu’à présent… Les chiffres seuls ne permettent pas de dresser un bilan de cette opération. Les aspects très concrets que sont les moyens disponibles, tant humains que matériels et financiers impactent fortement la durée de réalisation de ces projets. La mise en ligne de documents quels qu’ils soient se fait dans le respect des formats et normes définis pour tenter d’assurer leur pérennité, leur diffusion et leur interopérabilité, mais ces normes constituent des contraintes qui pèsent durement sur un laboratoire de taille modeste tel que le nôtre.
Pour autant, l’IFEA ne renie pas son engagement dans le libre accès aux sources primaires et résultats de la recherche. Au total, notre programme de publication en ligne prévoit la diffusion selon le modèle Freemium4 pour 14% de nos titres5. Trois collections6), soit 40% des volumes prévus seront sous une barrière mobile variant de 1 à 3 ans. Dans les faits, cette barrière ne concerne que les titres les plus récents, soit 5% du total des contenus mis en ligne. Le reste, c’est-à-dire la majorité des publications, est ou sera accessible sans restriction en lecture comme en téléchargement.

À l’échelle des IFRE

Nous rejoignons ainsi un mouvement déjà bien implanté au sein des IFRE (Instituts Français de Recherche à l’Étranger), dont 6 outre l’IFEA se sont lancés dans l’édition numérique avec Open Edition Books7, 13 ont choisi de diffuser une ou plusieurs publications en série sur les portails existants, Persée et revues.org (Cairn dans un cas), avec d’éventuelles passerelles pour garantir l’accès à l’intégralité des collections8.

Zoom arrière : numérisation et valorisation du patrimoine de l’institution

Canal-U

Comme annoncé en ouverture de cette note, il n’est pas question que de publications. L’inauguration de notre webTV9 correspond à une volonté de stocker et diffuser nos contenus multimédia dans un environnement estampillé « enseignement supérieur/recherche », de délester notre bande passante de la charge du streaming et, à terme, notre espace de stockage puisque un projet d’archivage pérenne de Canal-u, déjà hébergé et diffusé par le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur)10 nous permettrait d’envisager la suppression des copies locales.
Notre collection multimédia comporte actuellement environ 500 heures de vidéo et 150 heures d’audio. Pour être versées sur Canal-u, il nous faut procéder au réencodage de tous ces fichiers pour les mettre aux normes de diffusion. Cette étape aurait pu être évitée si nous avions opté pour une autre solution. Certes, mais…

Les alternatives

Des alternatives d’hébergement ont été rapidement écartées : une plate-forme commerciale comme Youtube, Dailymotion ou Google video n’a pas semblé souhaitable pour trois raisons principales. La première est liée aux bizarreries juridiques de ces géants du web au sujet de la propriété des contenus déposés (droits cédés tacitement au diffuseur, possibilité d’exploiter et réutiliser à loisir les contenus et absence de garantie sur leur pérennité). Deuxième argument, l’identité mal définie qu’auraient nos contenus déposés sur Youtube et consorts. Enfin -et cet argument a pesé lourd dans la balance- les autorités turques ont une relation pour le moins complexe avec Internet11 et des blocages à durée indéterminée de plates-formes de partage de vidéos sont déjà intervenus par le passé. Même si des solutions techniques permettent toujours de contourner ces blocages qui sont en général peu sophistiqués, il pourrait être délicat pour un institut lié organiquement aux autorités diplomatiques françaises, opérant physiquement en Turquie, de se retrouver dans une situation de contournement flagrant de la loi.
Le dépôt sur The Internet Archive12 a été également envisagé mais deux inconvénients de taille que sont la lenteur exaspérante du transfert des médias et le problème précédemment évoqué de perte d’identité ont achevé de dissuader. Les Archives Audiovisuelles de la Recherche13 qui proposent des contenus similaires aux nôtres étaient en cours de restructuration profonde14 et quasi moribondes au moment de notre benchmarking. Nous restions également en veille au cas où l’archive ouverte Medi-HAL du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe)15 élargirait son offre d’hébergement aux autres médias comme annoncé un temps.
La somme des constats ci-dessus couplée à une expérience précédente de collaboration réussie avec Canal-u (qui me donne au passage l’occasion de saluer mes anciens collègues d’UNIT et de Fuscia16) ont scellé le sort des conférences en ligne de l’IFEA. Une opportunité de financement plus tard, c’est grâce à Aude Aylin de Tapia que ce patient travail de conversion, de description et de versement s’effectue.

Exploitation des archives

Faire de l’IFEA une institution connaissant et diffusant sa mémoire tout autant que ses richesses passées et présentes est une orientation stratégique définie par Jean-François Pérouse depuis son arrivée à la tête de l’IFEA en 2012. Si le programme de mise en ligne des publications s’y est inséré tout naturellement, il est loin d’en borner l’horizon.
Dans une première phase, ce sont la bibliothèque, le dépôt des livres et le lieu de conservation des archives qui ont fait l’objet d’opérations de réorganisation ayant pour but d’inventorier et de permettre un meilleur accès à nos collections, nos publications et nos archives. Les maîtres-mots du moment étaient alors dépoussiérage, manutention et récolement.
La venue de Béatrice Thouvenot en 2013 dans le cadre d’un stage qui avait pour but l’inventaire raisonné des archives des missions archéologiques depuis la création de l’IFEA en 1930 a permis de mieux en appréhender le contenu. Motivé ensuite par le désir de reconstituer l’historique de la bibliothèque à travers le personnel y ayant travaillé -et si possible, celui de la constitution des fonds documentaires- l’examen systématique des archives a été entrepris par Cilia Martin, recrutée comme vacataire. Issus de ce minutieux travail, des dossiers constitués de documents scannés doivent maintenant être « base de donnéisés » et valorisés. J’y reviendrai.

La nécessité d’une photothèque

Un fonds de photographies, dont on n’avait qu’une connaissance partielle par ouï-dire, a été exhumé des boîtes d’archives17. Ce fonds physique dans un état de conservation préoccupant est venu s’ajouter au projet naissant de photothèque confié à Céline Pierre-Magnani.
Ce projet est constitué de deux volets. Le premier vise à organiser l’accès à la vaste archive de photographies numériques de l’observatoire urbain d’Istanbul. Il s’agit donc de proposer une solution avant tout technique. Le second, prospectif, consiste à susciter le don auprès des anciens chercheurs de l’IFEA. Les documents ainsi récoltés seront décrits et versés à une base de données en ligne qui s’adresse à nos publics naturels que sont les chercheurs et les étudiants. Notre souhait est de permettre le téléchargement et la réutilisation de ces documents, dans le respect des droits d’auteur.

Partenariats

L’impossibilité d’assurer dans nos locaux de bonnes conditions de conservation et d’accès à long terme à des fonds physiques a conduit à penser un partenariat avec un acteur local de premier plan qui possède à la fois l’infrastructure et la compétence nécessaires. Partenaire régulier de l’IFEA, SALT18 a répondu présent à notre appel.
Une solution technique, pour être une vraie solution, doit tenir compte des diverses contraintes pesant réellement sur le projet. Les deux variables pesant le plus sur l’IFEA sont le manque structurel de moyens humains et financiers. Cela suppose donc, à défaut de mécène, un stockage à moindre coût et un logiciel, si possible gratuit19, dont la prise en main ne nécessite pas un investissement de temps trop important. Notre objectif à long terme est en effet de réactiver le dépôt de photographies par les chercheurs20 et les étudiants accueillis au sein de l’IFEA. À la solution technique s’ajoute ainsi la rédaction d’un protocole de versement.
L’inscription de l’IFEA dans la mouvance de l’accès libre et ouvert revendiqué pour ses publications nécessite, on l’a vu plus haut, une description aussi rigoureuse, précise et concise que possible, dans le respect des normes en vigueur. Pourquoi ? Parce que celles-ci sont au cœur de l’interopérabilité entre les systèmes qui permet une bonne diffusion (quel intérêt de mettre à disposition des ressources que personne ne repèrera ?) et, paramètre important, conditionne l’accès aux différentes grilles de services qui sont notre planche de salut pour le stockage, l’hébergement voire éventuellement l’archivage pérenne de nos projets.
Le problème ainsi posé, la solution se laisse entrevoir peu à peu. Medi-HAL évoqué plus haut est difficilement envisageable pour un dépôt massif. Un test mené en 2011 a fait remonter les difficultés suivantes :

  • lenteur de l’interface de HAL, temps de renseignement des formulaires de validation (même si une option bienvenue de traitement par lot a été implémentée, un chargement des métadonnées par document csv, tei, xml nous plairait vraiment beaucoup)
  • nécessité d’effectuer des retouches sur les photographies comportant des visages reconnaissables
  • ajout au cliché d’un macaron à notre avis disgracieux qui ne mentionne que la plate-forme. J’en verrais personnellement l’utilité si c’étaient les crédits photos et les conditions de réutilisation qui étaient apposés en watermark, garantissant ainsi un peu mieux le fair use
  • demande de l’équipe de modération de placement d’une barrière mobile sur des clichés pouvant heurter la sensibilité des associations militant pour les droits des animaux. Medi-HAL est-elle ou non une archive scientifique ? Comment des groupes de pression peuvent-ils induire un tel comportement d’autocensure (et en quoi une barrière mobile règle-t-elle le problème) ?

Des solutions logicielles de type GED (Gestion Électronique du Document) qui peuvent prendre en compte tous types de documents (comptables, administratifs, promotionnels voire dossiers documentaires) et de formats, permettent de gérer finement les permissions d’accès. Mais conçues pour être déployées dans des structures complexes, elles sont malheureusement hors de portée de notre bourse. Les aléas budgétaires ne nous permettent pas davantage de nous tourner vers des logiciels libres proposant des fonctions similaires avec contrat de maintenance. Sans chercher à noircir le tableau, nous n’avons aucun moyen de prévoir l’évolution de notre budget sur 5 ou 10 ans, pas plus que nous ne pouvons maîtriser l’évolution des coûts de maintenance, ni même la durée de vie du partenaire commercial avec lequel nous nous engagerions. Consacrer des ressources précieuses par leur rareté à faire aboutir un projet sous une forme qui devra peut-être changer à court ou moyen terme semble peu raisonnable.
Un hébergement web classique est exclu au vu de l’espace de stockage nécessaire avec les documents déjà en notre possession. Et puisque notre souhait est que cette photothèque se développe (par les dons des anciens tout autant que grâce à la contribution des membres présents et futurs), il est nécessaire de prévoir l’espace dont nous aurons besoin dans les années à venir. C’est donc sans surprise que nous prévoyons de nous tourner vers la TGIR Huma-Num21 dont le nouveau service d’exposition de données Nakala22 semble répondre à nos besoins. Quant au choix du logiciel, c’est la petite étoile montante Omeka23 qui, bien qu’il ne couvre pas la totalité de nos besoins en termes notamment de gestion du multilinguisme (interface et métadonnées), est le meilleur compromis à notre disposition.

Évaluation des projets

Pour conclure sur les contraintes évoquées au long de ce texte, il est frappant de voir que des projets si importants pour l’institution ne peuvent voir le jour qu’à la faveur de financements ponctuels et reposent sur des personnes au statut précaire dont l’implication est à souligner.
La poursuite des efforts en matière de recherche de financements semble la voie à suivre pour garantir la survie et le développement des projets évoqués dans ce texte. Pour cela, il nous faut aussi les présenter et les jalonner en pensant, au-delà des projets eux-mêmes, à leur transmission, leur documentation, leur valorisation.

Valorisation et stratégie de communication

Dans le contexte des instituts de recherche, la valorisation s’entend comme le transfert des résultats de la recherche vers la société en général, avec un focus particulier sur les acteurs économiques24. Selon le rapport de Philippe Adnot au Sénat sur la valorisation de la recherche dans les universités, « valoriser [c’est] “rendre utilisables ou commercialisables les résultats, les connaissances et les compétences de la recherche”. Il [existe] plusieurs procédés de valorisation tels que la recherche partenariale, le dépôt de brevet ou la création d’entreprise »25. L’auteur note toutefois qu’« il est indispensable de reconnaître que les SHS n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes objectifs que les sciences “dures” alors que les processus et les procédures sont construits par ces dernières »26.
À notre échelle, les actions de valorisation menées relèvent davantage de l’expertise et de la diffusion des résultats de la recherche à un large public. La frontière entre valoriser et communiquer se révèle donc parfois assez ténue.
Sous la houlette de Gwenaëlle Dufils, une réflexion devant aboutir à la rédaction d’un guide pratique de la valorisation et de la communication à usage interne est menée en ce moment à l’IFEA.  Gwenaëlle a proposé de partager avec nous ses compétences en matière de valorisation, d’organisation d’événements et de promotion de fonds muséographiques acquise en tant que responsable des galeries d’archéologie et de paléontologie du Musée d’Artenay (Loiret)27.
Rencontre des compétences de son auteur et des retours d’expérience des membres de l’équipe, ce guide que nous voulons évolutif sera un document précieux dans une institution où le renouvellement de personnel intervient régulièrement. Les projets évoqués au long de ce texte seront les premiers bénéficiaires des conseils qu’il contiendra.,

Isabelle Gilles
Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Secrétaire de rédaction de la revue EJTS http://ejts.revues.org
Webmaster du site https://www.ifea-istanbul.net
  1. http://persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/anata []
  2. https://books.openedition.org/ifeagd/ []
  3. http://www.rechercheisidore.fr/search/resource/?uri=10670/1.69a0f3 []
  4. http://www.openedition.org/7957 []
  5. Les collections concernées sont les suivantes : Passé ottoman, présent turcRencontres d’Istanbulcoédition IFEA/Kitapyayınevi, toutes trois à venir sur Open Edition Books. []
  6. IFEA Çalışmaları, à venir sur revues.org ainsi que Varia Anatolica (Persée/Open Edition Books) et Anatolia Antiqua (Persée/revues.org []
  7. Par ordre alphabétique le CEDEJ, le Centre Jacques-Berque, le CEMCA, l’IRMC, l’IFRA Nigeria, l’Institut français d’études andines et l’IFPO. Le CEFAS est encore en phase de développement. Voir https://books.openedition.org/publishers []
  8. Voir la liste des éditeurs présents sur revues.org http://www.openedition.org/3245? , qui renvoie le cas échéant vers le portail partenaire. Une liste partielle des revues en ligne est également disponible sur le site de valorisation des IFRE http://ifre.fr/index.php/publications/revues-en-ligne []
  9. https://www.canal-u.tv/producteurs/ifea []
  10. https://www.cines.fr/presentation/ []
  11. À ce sujet, on lira avec intérêt Lauranne Liégeois, Le pouvoir turc et la question d’Internet. Que révèle de l’AKP sa politique de gestion du Web, mémoire de Master en sciences politiques à finalité Politique et Société des pays émergents, 2013, OVIPOT http://ovipot.hypotheses.org/9812 []
  12. The Internet Archive est un organisme sans but lucratif créé en 1996 et basé en Californie. Son objectif est d’archiver le web et de garantir un accès pérenne à la connaissance https://archive.org/about/ []
  13. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/fr/ []
  14. L’issue est toutefois heureuse, puisque le projet, rebaptisé Campus-AAR est financé depuis janvier 2014 par l’ANR à hauteur d’un million d’euros pour 36 mois. Voir http://campusaar.hypotheses.org/a-propos et les étapes du projet sur http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-13-CORD-0016 []
  15. https://medihal.archives-ouvertes.fr/ []
  16. L’Université Numérique Ingénierie et Technologie http://www.unit.eu/fr et https://fuscia.info/ repèrent et produisent des contenus pédagogiques en sciences de l’ingénieur. []
  17. Pour plus de détails sur ces fonds photographiques retrouvés et sur les choix opérés dans le traitement des archives, voir http://dipnot.hypotheses.org/822 []
  18. SALT (http://saltonline.org/) est une fondation privée dédiée à l’art contemporain. Fondée et financée par la banque privée turque Garanti, elle a été créée en 2011, résultant de la fusion de la Garanti Gallery (centre de recherche et d’exposition consacré au design, l’architecture et l’urbanisme), le Centre de recherche et d’archives de la Banque Ottomane et Platform Garanti (art contemporain). []
  19. Mais même le gratuit a un coût, souvent négligé et difficile à chiffrer. Charge à l’utilisateur d’installer son produit dans son environnement technique, de le maintenir, d’assurer la sécurité de ses données, de se former à son utilisation, voire de le personnaliser. Le périmètre de compétence et le dynamisme des communautés d’entraide est un facteur crucial dans le choix d’un logiciel libre et gratuit. []
  20. Le passage d’Olivier Givre en octobre 2014 est l’exemple d’une collaboration réussie. Voir la restitution de son terrain sur Dipnot http://dipnot.hypotheses.org/889 []
  21. http://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref []
  22. http://www.huma-num.fr/service/nakala []
  23. « Omeka est une plate-forme de publication web open source spécialisée dans la publication de collections muséales, bibliothèques numériques et éditions savantes en ligne. Omeka est au croisement entre système de gestion de contenus (CMS), gestion de collections et gestion d’archives numériques. Elle est développée par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, Etats-Unis) ». (Projet Plume https://www.projet-plume.org/fiche/omeka) et http://omeka.org/ pour le logiciel en lui-même. La fonctionnalité de création d’expositions virtuelles est un atout majeur d’Omeka. Le choix par l’équipe de développement du set de métadonnées standardisé Dublin Core et l’exposition native de ces métadonnées par OAI-PMH, permettent de s’appuyer sur des infrastructures éprouvées au niveau international. Omeka a été élu « Meilleur logiciel ou suite logicielle pour les humanités numériques » en 2012. Voir http://dhawards.org/dhawards2012/results/ []
  24. Voir à ce sujet la profession de foi du Consortium de Valorisation Thématique de l’alliance Athéna http://www.cvt-athena.fr/qui-sommes-nous/presentation-du-cvt-athena.html []
  25. Rapport d’information n° 341 (2005-2006) de M. Philippe Adnot, fait au nom de la commission des finances, p. 57 http://www.senat.fr/notice-rapport/2005/r05-341-notice.html []
  26. Ibid. p.49 []
  27. http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/pithiverais-beauce/2014/09/05/gwenaelle-dufils-quitte-le-musee_11131858.html []

Entrée dans l’été…

2011 10 BenusenDiy
Quartier Ben U Sen, Diyarbakır, JFPérouse, 10/2011
À l’aube déjà chaude de l’été anatolien – moment de dispersion, de migrations, de mobilités, de montée en alpages de tous ordres – nous tenions d’abord à saluer ceux qui vont quitter l’équipe.

Du côté des pensionnaires-MAEDI, nous quittent Élise Massicard (pour le CERI) et Olivier Henry (pour PSL), du côté du CNRS, nous quitte Benoît Fliche, affecté CNRS depuis la rentrée 2012, qui doit rejoindre l’IDEMEC à Aix-en-Provence. De même, Gabrielle Angey, doctorante-AMI (restée deux ans) et Yohanan Benhaim, doctorant-AMI, regagnent la France ; mais ils restent impliqués dans l’ANR-Transfaire et/ou la collaboration IFEA/IFPO autour d’Erbil. Nous savons que tous ces partants seront des ambassadeurs et des relais actifs de l’IFEA. Ils vont contribuer à agrandir la toile des anciens dont nous essayons de mieux apprécier l’étendue et que nous tentons de mieux organiser et activer/mobiliser.
Au sein de l’équipe administrative, un départ est également à signaler. Isabelle Verdier, qui a occupé successivement les fonctions de bibliothécaire, puis, à partir de 2008, de secrétaire à l’IFEA rentre elle aussi en France où elle relèvera de nouveaux défis professionnels.

Ce faisant, nous accueillerons de nouveaux collaborateurs à la rentrée 2014, Clémence Scalbert-Yücel, pensionnaire scientifique affectée à la direction du Pôle contemporain et Martin Godon, pensionnaire scientifique qui prendra la responsabilité du Pôle archéologie, côté MAEDI. Sur le versant des Aides à la Mobilité Internationale (AMI), viennent nous rejoindre Ayşe Akyürek et Lydia Zeghmar ; sachant que deux bénéficiaires de l’AMI lors de la campagne d’attribution de septembre 2013 ont demandé une prolongation de 9 neuf mois supplémentaires (Aziliz Pierre et Katarzyna Papiez). Parallèlement signalons que notre collègue Faruk Bilici (INALCO) a obtenu une prolongation de son affectation auprès du CeAlex d’Alexandrie, pour poursuivre son entreprise « Alexandrie ottomane« . Ce programme garantit un lien fort entre cet institut et l’IFEA.

Nous voulions aussi saluer le succès de jeunes enseignants-chercheurs liés à l’IFEA (parce qu’anciens doctorants ou post-doc) : Juliette Dumas, ancienne boursière, recrutée comme MDC à Aix-Marseille, Ségolène Débarre, ancienne stagiaire-OUI et ancienne post-doc-ANR, recrutée comme MDC à Paris-I, Benjamin Gourisse, ancien doctorant et ancien post-doc ANR, recruté à Paris-I ; et enfin Yoann Morvan, ancien post-doc-CNRS auprès de l’IFEA, qui est entré au CNRS (IDEMEC). Cilia Martin, ancienne doctorante IFEA, a par ailleurs soutenu avec succès sa thèse à l’EHESS ce mois de juin 2014. Nous tenons à féliciter tous ces collègues : ils seront très certainement des collaborateurs forts de notre Institut, dans leurs institutions et environnements respectifs.

 Cette newsletter pré-estivale met à dessein l’accent sur l’archéologie dont la saison « sur le terrain » s’ouvre, après la réunion annuelle de Gaziantep au cours de laquelle les autorités turques ont tenu à rappeler leurs attentes.
Profitons-en pour rappeler la parution d’Anatolia Antiqua XXII et d’un nouveau Dossier de l’IFEA réalisé par Elifnaz Durusoy qui explore les possibilités de création d’une « route culturelle » entre Milas et Labraunda.

Mais en même temps l’IFEA vit la saison des grandes réunions ANR (Neoreligitur / Transfaire / Marges) qui s’enchaînent.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter à tous un bien bel été, que les élections présidentielles d’août en Turquie vont particulièrement animer. Notre plus grand souci concerne nos voisins syrien et irakien (auxquels était consacré le présentoir de juin 2014). Outre les drames humains qui n’en finissent pas – générateurs d’irréversibles failles  et traumatismes dans les sociétés concernées–, les préjudices portés aux patrimoines paraissent d’une gravité exceptionnelle. À ce titre, nous partageons pleinement et relayons le cri de détresse lancé par les collègues spécialistes de ces pays.

D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvLe 11 février 2014 était mis en ligne le numéro 21 de la série “la Turquie aujourd’hui” des dossiers de l’IFEA. Intitulé Istanbul bibliography 2000-2013, cet épais dossier fait écho au numéro 4 de la même série – La mégapole d’Istanbul. 1960-2000 – paru en octobre 2000, soit il y a près de quinze ans. Cette mise en série traduit une tradition de recherche qui participe de l’identité de notre institution. Sans prétendre comparer les deux entreprises, la première étant fort modeste dans ses ambitions, la mise en regard de ces deux dossiers – le premier fait vingt pages alors que le second en totalise deux cent seize – inspire quelques remarques.

La différence frappante de volume entre les deux dossiers est liée en partie à une “montée en puissance” des études sur Istanbul depuis le début de l’année 2000, elle-même due à la fois à l’augmentation des foyers de production du savoir sur Istanbul (nouvelles universités, nouvelles fondations, nouveaux centres de recherche) et à l’émergence d’Istanbul comme “produit urbain” privilégié sur le marché international du tourisme (qui fait l’objet d’une catégorie à part, pp. 198-201), des pratiques culturelles et de la recherche. La montée en visibilité internationale de la Turquie et le rôle moteur d’exception dévolu à Istanbul dans ce processus ont de même incontestablement joué : l’entrée dans l’agenda international d’Istanbul comme place événementielle et destination touristique s’est accompagnée d’un regain d’intérêt des études sur la mégapole.

D’autre part, l’accélération des grands travaux comme de la transformation urbaine dans la décennie 2000 a eu pour effet d’attirer l’attention sur Istanbul, tant au niveau des projets architecturaux, urbanistiques, que des mouvements sociaux suscités par des interventions parfois lourdes et violentes. Aussi, comme le souligne Eda Güçlü – qui a mené ses investigations dans le continent souvent peu exploré des productions des étudiants -, la quantité des travaux universitaires critiques par rapport aux politiques de transformation urbaine est assez saisissante. Dans la même optique, et de manière réactive/interactive par rapport aux évolutions socio-économiques et politiques enregistrées, d’autres thématiques ont pris une place remarquable  dans la bibliographie : environnement, politiques culturelles, conservation des héritages ou ségrégation socio-spatiale. La production, telle que la reflète ce dossier, est aussi influencée par des effets de mode, de contexte (comme le contexte offert par l’année 2010 où Istanbul était une des capitales européennes de la culture) ou des effets d’inertie.

La décennie 2000 est aussi marquée par l’affirmation d’un regard conservateur sur Istanbul porté par de nouvelles institutions (comme certaines universités privées, certains centres de recherche, certaines maisons d’édition – à l’instar de Timaş – ou certains auteurs devenus très en vue). Ce regard est à l’origine de nombreuses publications sur des objets d’études, quartiers, “monuments”, moments de l’histoire, groupes sociaux et figures jusque-là peu pris en compte par la production scientifique consacrée à Istanbul.

Par ailleurs, l’inflation d’études localisées (pp. 19-27) mérite aussi d’être soulignée. Si dans la précédente bibliographie une inflexion vers le local avait été pressentie, depuis la fin des années 1990, c’est à un mouvement massif auquel on assiste. À l’université, certaines disciplines en sciences sociales se sont nettement réorientées vers des études plus ancrées dans des terrains précis et proches. L’environnement immédiat paraît ainsi être devenu un objet de recherche à part entière, assumé.

La question de l’amélioration des conditions de possibilité des recherches urbaines peut en outre être soulevée. Dans les années 1990 encore les recherches de terrain à Istanbul n’étaient pas toujours simples, dans un contexte de forte instabilité politique, de forte et brouillonne croissance urbaine et de méfiance par rapport aux chercheurs en sciences sociales (et pas seulement les étrangers). Le climat a indéniablement changé. La dimension ethnique longtemps refoulée ou jugée suspecte a ainsi été intégrée ouvertement par la recherche, qui ne se cantonne plus aux minorités religieuses reconnues (même si le tropisme demeure).

Enfin, la période considérée est celle d’une modification des supports de publication, avec la systématisation du « online » – ce dossier en témoigne – qui, pour reprendre la perspective de la théorie des médiasphères, a changé les conditions de production et de diffusion. Les études sur Istanbul n’ont pas échappé à cette évolution et ont vu apparaître de nouveaux produits qui prennent désormais une place importante dans les bibliographies. D’autres produits ont malheureusement disparu depuis 2000, comme la « revue d’Istanbul » (İstanbul Dergisi) publiée par la Fondation pour l’Histoire, dont la vie aura été courte (1992-2008, soit 59 numéros qui restent une mine précieuse).

En somme, le « paradigme perdu  de la société turque » (selon l’expression de Şirin Tekeli) auquel nous faisions allusion dans l’introduction du dossier de 2000 paraît en cours d’appropriation – appropriation d’une histoire, d’un environnement, de populations et de territoires négligés -, comme en témoigne cette impressionnante bibliographie. De ce fait, il nous semble important que l’IFEA continue, notamment à travers ses observatoires, à rendre plus visibles et accessibles, en direction d’un public qui ne peut pas suivre la production scientifique en Turquie, des contributions qui se doivent d’être sérieusement prises en compte par la recherche européenne. D’ailleurs, la création d’une adresse mail exclusivement dévolue aux propositions en vue de compléter cette bibliographie signe bien l’esprit de l’entreprise : un work in progress partagé le plus possible en online. Notre ambition à terme est de développer des “foyers de ressources” évolutifs de ce type sur d’autres thématiques travaillées à l’IFEA.