Archives par mot-clé : énergie

Turquie et Azerbaïdjan en quête d’une mémoire commune

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a sacrifié à la tradition en effectuant sa première visite officielle de l’année à l’étranger en Turquie, les 15 et 16 janvier derniers. Il est le second chef d’État (après le président de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas) à être accueilli par une garde constituée de soldats revêtus d’uniformes représentant les seize États ou empires fondés par des Turcs, figurés dans les armoiries de la Présidence de la République turque. Du fait toutefois des relations étroites entretenues par l’Azerbaïdjan et la Turquie, cet apparat revêt une signification symbolique particulière. « Une nation, deux États », selon la formule de l’ancien président azerbaïdjanais feu Heydar Aliev, martelée lors de tous les événements turco-azerbaïdjanais, et qui ferait presque oublier que le Caucase oriental n’a jamais été sous administration ottomane. La visite du président azerbaïdjanais faisait suite à celles de M. Erdoğan, alors premier ministre, à Bakou en avril 2014, puis en tant que président de la République de Turquie en septembre de la même année. Le président Aliev s’était quant à lui rendu en visite officielle en Turquie en novembre 2013 et avait participé au 4ème Sommet du Conseil des États turcophones (Türk Konseyi1) de Bodrum en juin 2014.
La visite du président azerbaïdjanais a été l’occasion de balayer un large spectre de thématiques articulées autour du désormais classique triptyque économie, énergie, sécurité. L’ensemble de ces points ont été évoqués notamment au cours du Haut conseil de coopération stratégique (Yüksek Düzeyli Stratejik İşbirliği Konseyi -YDSK) qui s’est tenu le 15 janvier. Parmi les priorités de coopération entre les deux pays en 2015 figure notamment l’accroissement du commerce bilatéral afin de porter le volume de celui-ci de 5 à 15 milliards de dollars en 2023, les investissements azerbaïdjanais escomptés en Turquie devant quant à eux atteindre 20 milliards de dollars en 2020. Annonce a été faite par ailleurs que la liaison ferroviaire Bakou/Tbilissi/Kars (qui doit permettre à terme de relier Istanbul et Pékin via Aktau au Kazakhstan et Turkmenbachi au Turkménistan) serait opérationnelle fin 2015. Il semblerait toutefois que l’inauguration, déjà reportée à plusieurs reprises, ne serait effective que courant 2016. Les questions énergétiques ont également occupé le devant de la scène, d’autant que la proposition russe  de création d’un couloir gazier turc formulée par Vladimir Poutine début décembre a considérablement rebattu les cartes dans la région. Opposées sur des dossiers sensibles au niveau international (Ukraine, Syrie) la Russie et la Turquie auraient apparemment trouvé un terrain d’entente sur le dossier énergétique2. De son côté, l’Azerbaïdjan, qui fait partie des trois pays de l’espace post-soviétique (avec la Moldavie et la Géorgie) à avoir approuvé la résolution de l’ONU favorable à l’Ukraine après l’annexion de la Crimée, paraît certes moins vulnérable aux pressions russes que son voisin arménien par exemple. Le pays, fort de ses gisements de gaz off-shore (Shah Deniz notamment) et situé sur presque toutes les voies existantes ou en projet de tubes, représente une alternative sérieuse aux options russes: outre le Transanatolian Pipeline (TANAP, avec un volume d’investissements global -extraction et transport- de 45 milliards de dollars) et le Transadriatic pipeline (TAP)3 qui devraient permettre de livrer 10 milliards de mètres cubes de gaz (du même gisement de Shah Deniz) au sud de l’Europe dès 2019, l’Azerbaïdjan pourrait également voir transiter sur son sol non seulement le gaz turkmène mais également, à terme, du gaz iranien ou irakien. La Russie dispose toutefois d’un précieux levier de pression sur l’Azerbaïdjan avec la question toujours pendante du règlement du conflit du Haut-Karabakh. Dans ce contexte, le soutien renouvelé de l’allié turc, ce au plus haut niveau, reste un atout non-négligeable. Lors de la visite du président Aliev, le ministre turc des Affaires étrangères M. Çavuşoğlu, ainsi que les ministres de l’économie M. Zeybeçki et celui des ressources naturelles M. Yıldız étaient aussi présents. La première réunion du Conseil consultatif du corridor gazier sud, qui regroupe les pays concernés par le projet TANAP, au premier chef la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, aura d’ailleurs lieu à Bakou en février 2015. De surcroît, le président turc a officiellement invité son homologue au sommet du G20 de 2015 qui se déroulera en Turquie.
Enfin, le volet sécuritaire a été l’occasion d’évoquer la coopération entre les deux pays dans le domaine militaire, en particulier les achats par l’Azerbaïdjan de matériel turc, et la possible installation par la Turquie d’industries de défense en Azerbaïdjan4. Pour les autorités azerbaïdjanaises, ce dossier est intimement lié à celui du Haut-Karabakh, que le président Erdoğan n’a pas manqué de commenter lui aussi, fustigeant l’inefficacité du Groupe de Minsk5. La Turquie n’a pourtant pas été plus à même d’amener les parties à résoudre ce différend apparaissant du reste désormais comme l’obstacle majeur à la normalisation des relations entre Erevan et Ankara, qui ne souhaite en aucun cas se brouiller avec son  » frère » azerbaïdjanais. Parmi les thématiques liées à la sécurité, il convient de relever en outre la signature entre les deux pays d’un « Mémorandum sur la coopération entre la Banque centrale d’Azerbaïdjan et le service d’investigation des crimes financiers du ministère des Finances de Turquie sur l’échange d’informations sur les liquidités et autres propriétés obtenues illégalement et sur le financement du terrorisme », en fait un probable accord « donnant-donnant ». Ankara est en effet vraisemblablement intéressé par les « liquidités et autres propriétés » du mouvement de Fethullah Gülen en Azerbaïdjan6. De leur côté, les autorités azerbaïdjanaises sont très préoccupées par le départ de plusieurs centaines de leurs ressortissants qui partent faire le jihad en Syrie via le territoire turc.
Au final, cette visite aura été de nouveau l’occasion de célébrer l’amitié indéfectible entre les deux pays, comme mentionné dans la déclaration finale: « Il n’y a pas d’autres pays au monde plus liés et proches l’un de l’autre que l’Azerbaïdjan et la Turquie ».
Un aspect retient néanmoins davantage l’attention lorsqu’un compare cette visite aux précédentes: l’accent mis sur la question mémorielle. Le président Erdoğan a en effet convié son homologue azerbaïdjanais aux commémorations de la bataille de Çanakkale le 24 avril 2015, c’est-à-dire la date à laquelle les Arméniens commémoreront le centenaire du génocide de 1915. Au-delà du caractère symbolique du choix déjà controversé de cette date, cette invitation constitue une sorte de point d’orgue à une véritable construction mémorielle commune entre les deux pays depuis plusieurs années déjà. La cérémonie prévue sera donc l’occasion de célébrer les 3000 « martyrs azerbaïdjanais »7 morts à Çanakkale, tandis que la mémoire des soldats ottomans de « l’Armée de l’Islam »8 fait désormais partie intégrante du récit national azerbaïdjanais contemporain. Il s’agit d’un sujet très politisé, d’autant plus que la Commune de Bakou était à l’époque dirigée par un Arménien. Force est de constater cependant que c’est un des rares épisodes pouvant être mis en exergue: l’Azerbaïdjan n’ayant en effet jamais fait partie de l’Empire ottoman, à l’exception de très brefs intervalles dans les régions occidentales, il n’existe pas de patrimoine historique commun à réinterpréter. Quoi qu’il en soit, la communion de vue historique est réelle, et elle s’est réellement matérialisée depuis le début des années 2000. Ainsi, des monuments aux soldats inconnus ottomans morts au combat ont été petit à petit construits dans plusieurs régions d’Azerbaïdjan9, l’arrivée de l’armée ottomane à Bakou en 1918 est fréquemment évoquée dans des documentaires et des émissions de télévision, et le passage à Türk şehitliyi10 fait aujourd’hui partie du protocole lors des visites d’hommes politiques turcs en Azerbaïdjan. Le souvenir de Mustafa Kemal Atatürk est également régulièrement convoqué et son portrait trône dans certains lieux officiels, par exemple à la Bibliothèque nationale Akhundov, à Bakou.
Le recours à des épisodes historiques précis en ce début de XXIème siècle a des allures de « boucle bouclée » d’un point de symbolique. La naissance d’une identité collective turque en Azerbaïdjan russe à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle a en effet été le fait d’une élite urbaine et éduquée en symbiose avec l’identité turque de la fin de la période ottomane et du début de la République, dont un grand nombre était affilié à la mouvance du Müsavat. Avant même la disparition de l’URSS, les dirigeants du Front populaire d’Azerbaïdjan, notamment le futur premier président de l’Azerbaïdjan indépendant, Aboulfaz Eltchibey, ont également été animés d’un idéal pan-turquiste. Dans les deux cas pourtant, les élites politiques azerbaïdjanaises n’ont pas été motivées uniquement par des considérations que d’aucuns qualifieraient de romantiques, mais également guidés par la volonté de construire un État indépendant viable, et préoccupés par des questions d’ordre sécuritaire. Les uns et les autres se sont logiquement tournés vers la Turquie, avec plus ou moins de succès selon les périodes. En ce sens, le maintien par Bakou de relations privilégiées avec Ankara, dans un contexte où l’Azerbaïdjan doit composer avec un environnement géopolitique de plus en plus complexe, apparaît on ne peut plus cohérent. De son côté, la Turquie, au-delà des considérations énergétiques et économiques, joue également la carte symbolique pour conforter son assise dans un espace qui lui est a priori acquis.

Références
Site internet de la Présidence de la République de Turquie: http://www.tccb.gov.tr/
Site internet de la Présidence de la République d’Azerbaïdjan: www.prezident.az
Abbasov Shahin, « Azerbaijan: Potential Benefits and High Risks », Regional repercussions of the Ukraine Crisis, Europe Policy Paper, Juillet 2014, pp.11-15
Ertas Ugur, « The New Russo-turkish Pipeline, A new Chance for Nabucco West? », Caspian Center for Energy and Environment (CCEE), ADA University, N°11, décembre 2014
King Charles, The Ghost of Freedom: A History of the Caucasus, New York, Oxford University press, 2010 [2008]
Panine Alexandre, « South Stream Alternative seen as paper Tiger », The Moscow Times, 22 janvier 2015
« Turcija prodolzhit okazyvat’ podderzhku Azerbajdzhanu » [La Turquie continuera à apporter son aide à l’Azerbaïdjan], http://www.echo.az/article.php?aid=76902, 16 janvier 2015
« Ilhem Eliyevin 6 maddelik Türkiye seferi » [Le voyage en 6 points d’Ilham Aliyev en Turquie], http://bizimyol.info/news/43572.html, 16 janvier 2015
« Zavershilsja vizit prezidenta Azerbajdzhana v Turcii » [Le président de l’Azerbaïdjan en visite en Turquie], http://www.echo.az/article.php?aid=76997, 17 janvier 2015

  1. http://www.turkkon.org/tr-TR/AnaSayfa, page consultée le 27 janvier 2015. []
  2. Le « Turkish stream » (tureckij potok, en russe), rendrait possible l’acheminement du gaz russe depuis la région russe méridionale d’Anapa via la mer Noire jusqu’en Turquie et au-delà en Grèce et en Europe de l’Ouest.  Annoncé par Vladimir Poutine en pleine crise ukrainienne, le Turkish stream permettrait au fournisseur russe de récupérer une partie des installations prévues dans le cadre du « South stream », projet abandonné par l’UE début décembre 2014 suite à l’annexion de la Crimée par la Russie, tout en contournant l’Ukraine. []
  3. Qui avait définitivement mis fin au projet européen Nabucco. Celui-ci avait pour but à l’origine de relier les ressources gazières iraniennes aux marchés européens, via le Caucase du Sud, mais a été petit à petit vidé de sa substance par les projets concurrents et par des mésententes liées notamment au volume dévolu aux pays concernés. L’abandon du projet South Stream pourrait toutefois relancer Nabucco sur une partie du tracé. []
  4. À l’heure actuelle, Israël demeure le premier fournisseur du pays. []
  5. Créé en 1992 et co-présidé par les États-Unis, la Russie et la France, le groupe de Minsk est chargé d’aider les parties au conflit à atteindre une résolution pacifique au différend qui les oppose depuis près de 25 ans maintenant, sans grand succès jusqu’à présent. []
  6. Voir notre dipnot de juillet 2014 sur les répercussions de l’affaire Gülen en Azerbaïdjan. []
  7. http://www.hurriyet.com.tr/gundem/14142652.asp []
  8. À la suite de la révolution d’octobre 1917 en Russie, les provinces de Transcaucasie (Caucase du Sud) mettent à profit le chaos ambiant et une République démocratique d’Azerbaïdjan est proclamée le 28 mai 1918 (soit le même jour que la République d’Arménie et deux jours après la déclaration d’indépendance géorgienne). Le territoire de la jeune république, dirigée par le parti Müsavat d’inspiration socialiste et nationaliste, correspond à peu près aux anciennes provinces impériales russes de Bakou et Elizavetpol (actuellement Gandja). La ville de Bakou échappe toutefois à sa juridiction car elle est sous contrôle d’une Commune dirigée par les Bolchéviks, où les socialistes arméniens sont également très influents. À l’été 1918, des officiers ottomans et des volontaires caucasiens connus collectivement sous le nom d' »Armée de l’Islam » se dirigent vers Bakou afin de faire tomber la Commune. Dans un premier temps victorieux, ils sont finalement contraints de se retirer de la ville en octobre 1918 suite à la signature de l’armistice de Moudros par les Ottomans et les alliés. Bakou, en raison de ses ressources pétrolières qui attisaient les convoitises, sera ensuite sous administration britannique jusqu’en 1920 avant de repasser sous contrôle bolchévik.  []
  9. Voir par exemple celui de Bakou. http://www.utm.com.tr/eng/projeler/15_Baku.htm, page consultée le 27 janvier 2015. []
  10. Le complexe dédié aux soldats turcs tombés lors de la prise de Bakou en septembre 1918, voisin de l' »allée des martyrs » (Şehidler Khiyabani) qui abrite les tombes des soldats azerbaïdjanais ayant péri au Haut-Karabakh et des civils tués lors de l’intervention de l’armée soviétique à Bakou en janvier 1990. []

Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

Lire la première partie Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

2. Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

Le subventionnement du gaz comme frein à la libéralisation complète du marché

Lorsqu’en 2001, la loi n°4646 sur le marché du gaz fut votée, l’objectif visait la libéralisation du marché en vue de créer un marché compétitif et satisfaire une demande croissante grâce à l’introduction d’une concurrence privée. Tout en saluant cette avancée législative majeure, le rapport sur lequel se base nos propos, évoque une combinaison d’événements et de facteurs qui ont freiné l’ouverture effective du secteur.

Selon l’auteur, le processus suivait son cours jusqu’en 2009 : les opérateurs privés commençaient à pénétrer l’ensemble des secteurs du marché en ayant obtenu l’autorisation en 2004 d’utiliser les gazoducs de BOTAŞ, en 2008, le système de tarification basé sur la couverture des coûts engagés est adopté et indexé sur l’évolution des prix du baril de pétrole et du taux d’échange extérieur.

Au milieu de l’année 2009, les cartes sont rebattues avec la mise en place d’une politique de subvention et d’un prix du gaz fixé jusqu’en 2011. Les causes de ce revirement soudain ne sont pas mentionnées en détail. L’augmentation des prix d’importation du gaz russe et iranien suffit à justifier cette décision. Il nous semble pourtant que la perspective des élections locales de mars 2009 qui devait permettre au parti AKP de réaffirmer sa popularité locale puisse justifier en partie une telle décision. Les conséquences négatives d’une telle décision seraient nombreuses selon le rapport: 1,3 milliards de TL de pertes pour BOTAŞ en 2011, 606 millions en 2012, 5 milliards de TL de pertes uniquement sur les ventes de gaz aux sociétés de distribution, augmentation de 50% des prix de l’électricité.

Currently, the average pipeline gas price for Turkey is around 435/1000m3 dollars [selon des sources proches du gouvernement]. The price for industrial customers is 359 dollars/1000m3, compared with 390 dollars/1000m2 for households – 45 dollars less than the BOTAŞ purchase price. p.18

Pour faire simple, le gouvernement turc via BOTAŞ subventionne la vente de gaz en direction du secteur résidentiel.  Pour compenser ce manque à gagner, BOTAŞ vend du gaz surfacturé (520 dollars/1000m3) dans le tiers des centrales électriques qu’elle approvisionne et qui sont gérées sous des contrats de type Build-Operate ou Build-Operate-Transfer. Ce système est sans danger pour les opérateurs privés qui disposent de l’assurance de vendre l’intégralité de l’électricité produite à l’Etat (contrat Take-or-Pay) tout en reportant la surcharge du coût d’approvisionnement sur le coût final de l’électricité produite. La logique économique qui sous-tend une telle décision est difficilement compréhensible en l’état : comment justifier une politique de subvention sur le prix du gaz naturel qui est reportée de fait sur celui de l’électricité ? Dans ce schéma, l’État est en effet contractuellement obligé de racheter un coût d’électricité supérieur au prix du marché qui se répercutera en bout de chaine sur la facture de l’usager. A ce stade, au-delà des jeux de péréquations tarifaires entre secteurs qui nous échappent, nous nous demandons si le facteur de la perception des prix de l’énergie par l’usager ne rentre pas en ligne de compte. Les factures d’électricité étant de fait moins importantes que celles du gaz naturel, le gouvernement n’imaginerait-il pas qu’une augmentation du prix de l’électricité a proportionnellement moins de chance de créer un mécontentement par rapport à une augmentation des prix du gaz ? Sans nous convaincre totalement, cette hypothèse doit être complétée, c’est pourquoi nous invitons les lecteurs à donner leurs propres suggestions/réflexions.

En attendant, cette politique de subvention est selon Gulmira Rzayeva source de déséquilibre et d’iniquité pour les acteurs privés qui souhaitaient rentrer dans la course à l’importation de gaz. Le gouvernement semble ainsi être pris entre deux feux car son souhait depuis 2001 de transférer le risque commercial de l’opérateur national sur les acteurs privés est contrecarré par sa stratégie tarifaire interventionniste

Une anecdote est ainsi révélatrice des tensions sur le marché qui auraient pu aboutir à de graves conséquences, à Istanbul en l’occurrence. Fin 2011, un contrat entre BOTAŞ et Gazprom (6 Bm3/an via le gazoduc Ouest arrivant par la frontière turco-bulgare) arrive à expiration. BOTAŞ envisage ainsi de lancer un appel d’offre pour que des sociétés privées puissent prendre le relais. En novembre 2011, l’appel d’offre fut ainsi rédigé, soit 2 mois seulement avant la fin du contrat. 26 entreprises se montrent intéressées mais sont déboutées par… . Gazprom. Conscient de la position de force dans laquelle le géant russe se trouvait face à BOTAŞ contraint par le temps, Gazprom adjoint dans le champ des négociations de nouveaux dossiers : projet South-Stream, défaut de paiement de BOTAŞ, révision des anciens contrats TOP…  L’enjeu du prix du gaz importé était également au cœur du débat : Gazprom devait consentir à baisser son prix de vente (350 dollars/1000 m3) à des acteurs privés ne pouvant se montrer compétitifs face aux 429 dollars/1000m3 que BOTAŞ était en mesure de s’acquitter et de subventionner par la suite. Gazprom ayant effectivement accepté de fournir du gaz à ce prix, 4 entreprises privées (Shell, Bosphorus Gaz, Enerco Enerji et Avrasya Gaz) ont alors pu empocher le contrat à la toute fin 2011. Si ce conflit commercial n’avait trouvé de solutions de dernière minute, une pénurie de gaz naturel aurait pu difficilement être évitée, ce qui aurait conduit les 14 millions d’habitants d’Istanbul à avoir de grosses difficultés pour se chauffer en pleine période hivernale.

Aujourd’hui, 7 sociétés privées ont l’autorisation d’importer directement du gaz russe (9,75 Bm3) au prix évoqué ci-dessus. Toutefois pour s’assurer d’une stabilité pérenne des approvisionnements de Gazprom sur ce prix négocié à la baisse, nombre d’entre elles ont ouvert leur capital à des filiales du géant russe. Ainsi Gazprombank détient 60% du capital respectif de la société Akfel et Avrasya Gaz, Bosphorus Gaz a ouvert son capital à 75% à Gazprom Allemagne…

Cette situation est ubuesque pour les partisans du libre échange et du non-interventionnisme public, comme l’auteur du rapport.

« The liberalization of the domestic natural gas market in Turkey cannot nullify the import risks that state monopolist BOTAS faces, but it can significantly reduce them » p.2

Dans ce contexte, BOTAŞ est présentée comme l’institution cause de tous les maux du marché. Le gouvernement AKP prévoyait suite au vote de la loi de 2001 de réduire les parts de marché de l’institution à moins de 20% d’ici la fin 2009 (contre 80% auparavant). Au côté de ces efforts législatifs qui ont été vains pour l’instant, des stratégies plus informelles (et illégales ?) conduiraient certaines grandes sociétés de distribution de gaz naturel à ne pas s’acquitter en intégralité des factures de gaz acheté auprès de BOTAŞ. Cette stratégie aurait pour finalité d’affaiblir et d’assécher financièrement l’institution.

Les effets attendus de la nouvelle loi de 2014

BOTAŞ ne devrait pourtant pas pouvoir survivre au prochain projet de loi sur le marché du gaz naturel. Une révision de la loi a été préparée en mai 2013 Après l’adoption d’un ultime amendement toujours débattu et non paru dans le journal officiel du parlement, la nouvelle loi devrait être adoptée en 2014. Voici une sélection des principaux changements attendus.

  1. La Turquie est désormais considérée comme un marché dans lequel le gaz peut être échangé librement. Idéalement, à terme, ces échanges seront régulés au sein d’une structure boursière nationale.
  2. BOTAŞ ne devra pas représenter plus de 50% du marché d’importation et de transport.
  3. Une compagnie ne pourra vendre plus de 20% du montant total de gaz naturel consommé nationalement afin d’éviter toute situation monopolistique
  4. Une compagnie de distribution pourra obtenir à partir de 2015 une licence de vente auprès de l’EPDK à condition de posséder une comptabilité séparée pour les activités de distribution et de commerce. L’idéal serait de différencier juridiquement les compagnies
  5. Les compagnies souhaitant importer du gaz naturel doivent garantir une capacité de stockage de 10% du montant annuel importé
  6. Désormais la sélection de la compagnie approvisionnant les compagnies de distribution se fera par appel d’offre. Ceci dans le but de créer une compétition équitable et de prévenir la formation de clusters dans lesquels des compagnies seraient présentes sur tous les secteurs du marché (exemple : Enerji SA, qui est déjà dans la production et la distribution, pourrait obtenir une licence d’importation et de commerce)
  7. La question du maintien des subventions est laissée à la décision du Conseil des ministres.
    « According to the new draft of amendments to the NGML : ‘when subsidies are needed in order to support the consumers in particular regions of for particular purposes, these subsidies will be in the form of reimbursement to consumers, and there will be no price intervention ». This means that the subsidies in Turkey will not be removed in the foresseable future. p.18
  8. D’ici 2015, BOTAŞ sera séparée en 3 entités distinctes (une compagnie de transport, une compagnie de GPL et un opérateur de stockage).

En attendant, le ministre Taner Yildiz annoncera fin février les nouveaux prix du gaz naturel domestique. Reste à savoir lequel des deux facteurs – celui de la rationalité économique préférant un report des effets inflationnistes sur la facture de l’usager, ou celui de l’argument électoral tendant à éviter toute nouvelle fronde sociale à la veille d’importantes échéances politiques pour le pouvoir en place -, pèsera le plus dans la décision finale.

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26 []
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie []
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur » []
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars []
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013 []
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503. []

Cartographie de l’installation des centrales hydroélectriques en Turquie

Afin de réduire ses importations d’énergie fossile qui pèsent de plus en plus lourdement dans sa balance commerciale extérieure et d’accompagner la demande croissante d’énergie de sa population, le ministère turc de l’Energie et des Ressources naturelles s’est fixé un objectif clair concernant les énergies renouvelables : celles-ci doivent contribuer à l’horizon 2023 pour 30% du mix-énergétique total concernant la production d’électricité. Il est vrai que le potentiel de valorisation des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie) du territoire turc est indéniable. Mais c’est bien le potentiel hydraulique du territoire turc qui a été jusqu’à aujourd’hui le plus mis en valeur, avec actuellement environ 20% de la production d’électricité nationale produite par des centrales hydroélectriques

Depuis 2010, le gouvernement turc mène une stratégie de renforcement progressif des capacités hydroélectriques du pays en autorisant l’installation d’une myriade de petites centrales (HES en turc avec en général une puissance inférieure à 20 MW). Les licences d’exploitation de ces nouvelles infrastructures sont directement accordées à des consortiums industriels privés parmi lesquels figurent notamment les « filiales énergie » des plus importantes holding turques. Dans le même temps et dans ce contexte de libéralisation forcenée du marché énergétique, l’Etat turc se délaisse progressivement de ces anciennes centrales hydroélectriques.

 L’objectif final est d’atteindre 5000 MW de capacité de production supplémentaire à la fin de l’année 2013[1]. Pour cela, c’est quasiment tout le territoire national qui est mis à contribution si l’on se fie au nombre de départements concernés par l’installation d’une centrale hydraulique (69 départements concernés sur 81).TR-depart_HES4

La répartition de plus de 800 autorisations de constructions de centrales délivrées par l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie (EPDK) en 2012 montre cependant que certaines régions s’avèrent quantitativement plus touchées. C’est le cas notamment des provinces de la mer Noire avec les départements de Giresun (53 autorisations), Trabzon (64), Rize (31), Artvin (43) et Erzurum (40). Plus au sud, les provinces d’Adana (43) et de Kahramanmaraş (40) accueilleront également plus de 40 centrales. Au final, la majorité des installations hydroélectriques reste concentrée dans l’est du pays.

La planification étatique de ces infrastructures concentrées à de très petites échelles (la plupart du temps plusieurs centrales dans une même vallée) est souvent source de conflits à l’échelle locale. Les décisions jugées autoritaires et technocratiques font souvent l’objet, quand ils existent, de simples simulacres de processus de concertation auprès des populations locales (comme bien souvent à propos des infrastructures énergétiques en Turquie et ailleurs). A propos du cas particulier des centrales hydroélectriques, un film-documentaire réalisé par Ruya Arzu Koksal intitulé Bir Avuç Cesur İnsan avait bien mis en lumière dès 2011, la longue et courageuse mobilisation de plusieurs groupes villageois de la mer Noire contre l’installation de ces centrales dans les vallées de l’İkizdere et du Şenöz situées toutes deux dans la province de Rize.

Avec les récents mouvements urbains de protestation qui se sont multipliés en Turquie ces derniers mois, il est intéressant de constater que des slogans de même nature que ceux utilisés par ces villageois de la mer Noire (Vadime dokunmayın = Ne touchez pas à ma vallée) sont apparus  dans ces espaces de contestation.

« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »  (Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)
« Homme de la Mer Noire, ne laisse pas vendre les rivières »
(Photo personnelle prise dans le parc de Gezi en juin 2013)

En effet, certains acteurs (associations locales, parti écologique) ont profité de l’ouverture de cette soudaine brèche « révolutionnaire » ouverte dans l’espace public pour greffer leurs revendications environnementales. Un atlas des résistances environnementales créé par un parti écologique turc a été par exemple largement diffusé dans le parc Gezi à Istanbul.

« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) - Source voir ici
« Atlas des résistances environnementales » diffusé à Gezi. De nombreuses infrastructures de production énergétique y sont indiquées (centrales nucléaires, thermiques, hydroélectriques, solaires et éoliennes …) – Source voir ici

Il semblerait donc que la rhétorique politique du « patriotisme énergétique » – l’intérêt général de la nation dans sa fuite en avant vers la modernité imposerait naturellement le sacrifice de l’intérêt particulier de quelques territoires – ne suffise pas toujours à convaincre les populations autochtones, héritières et garantes des écosystèmes locaux. Les enjeux environnementaux et énergétiques s’inscrivent donc bel et bien, eux aussi, au cœur des revendications autour d’une plus grande démocratie locale en Turquie.

Pour aller plus loin :

Hamsici M., 2011, Dereler ve İsyanlar, Nota Bene Yayınlar, Ankara


[1] Selon le plan stratégique 2010-2014 du ministère de l’Energie et des Ressources naturelles

12/12/12

Le 12-12-2012 à 12h, le ministère des Forêts et des Eaux va inaugurer 112 « équipements hydrauliques » dans tout le pays, qui représentent un investissement total de 16 milliards de LT. La plus importante des ces infrastructures est le barrage de Deriner sur le fleuve Çoruh, dans le département d’Artvin, à l’extrême nord-est du pays. Il s’agit du plus haut barrage de Turquie, avec 249 m. La magie des chiffres, des dates et les performances quantitatives continuent à représenter un carburant puissant de la rhétorique politique.

La SOCAR et les investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie

Fortement touchés par la crise économique mondiale de 2008, les investissements directs étrangers en Turquie reprennent progressivement le rythme d’avant crise. En effet, après avoir atteint le chiffre record de 22 milliards de dollars en 2007, les investissements directs étrangers étaient tombés à 9 milliards en 2010 avant de remonter à 15 milliards en 2011, soit plus de 70% d’augmentation en une seule année. Dans ce cadre, notre étude va porter sur le poids des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie, sur les origines de ces investissements, et enfin sur les enjeux géostratégiques qui vont de pair avec les intérêts économiques des deux pays.

Selon les chiffres donnés par la Banque Centrale de Turquie, la part de l’Azerbaïdjan dans les investissements directs étrangers en Turquie était de 8% en 2011, soit 1 265 milliards de dollars, ce qui a fait de Bakou le 6ème plus grand investisseur étranger en Turquie, devant des pays comme la France (985 millions), le Royaume-Uni (917 millions) et la Russie (761 millions). Les statistiques du TUIK (Türkiye İstatistik Kurumu) pour la période janvier / août 2012 placent l’Azerbaïdjan en 8ème position avec 282 millions de dollars d’investissements directs en Turquie. (Le poids des pays de l’UE est toujours très important (71% en 2011) dans la totalité des investissements directs étrangers en Turquie : sept pays des dix plus importants investisseurs directs étrangers sont les membres de l’Union européenne). Selon les premières estimations, l’Azerbaïdjan va investir en Turquie 17 milliards de dollars en cumul entre 2012 et 2018, ce qui en fera un des plus importants investisseurs directs étrangers dans ce pays. À titre comparatif, la France occupe la 6ème place parmi les investisseurs étrangers en Turquie pour l’année 2011, l’ensemble de ses investissements étant évalués à 11,2 milliards de dollars. Pourtant, comme on le voit dans le graphique I, le taux des investissements de l’Azerbaïdjan en Turquie ne dépassait même pas le seuil de 20 millions de dollars en 2010. Comment expliquer cette inflexion spectaculaire ?

Les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie sont faits par l’intermédiaire de la SOCAR (Initiales de State Oil Company of Azerbaijan Republic), Compagnie Pétrolière Nationale de l’Azerbaïdjan. En termes de stocks d’investissement, la SOCAR représente à ce jour plus de 90% des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie. Le bond des chiffres d’investissements à un niveau de 17 milliards de dollars en l’espace de sept ans est lié à deux pôles d’investissements de la SOCAR en Turquie :

D’une part, la SOCAR-Turkey Enerji a obtenu depuis 2008 le contrôle du Petkim Holding, l’un des plus grands sites de production de pétrochimie de Turquie qui fournit environ 25% des besoins du pays dans le domaine. La SOCAR-Turkey Enerji, la filiale turque de la SOCAR en Turquie, a été créée en janvier 2011 suite à l’achat par la SOCAR des actions de la TURCAS Petrol (ce dernier a formé avec SOCAR une « joint venture » SOCAR&TURCAS entre 2006-2011). Cette opération financière d’une somme de 1,55 milliards de dollars explique essentiellement le bond des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie de 12 millions de dollars en 2010 à 1,6 milliards de dollars en 2011. La SOCAR&TURCAS s’était déjà procuré 51% des actions du PETKIM Holding pour une somme de 2,04 milliards de dollars en 2008. Devenue plus tard la SOCAR Turkey Enerji, la compagnie azerbaïdjanaise a augmenté ses actions au Petkim à 61 % en achetant 10% d’actions supplémentaires pour 169 millions de dollars en mars 2012. Le total des investissements directs qui seront investis par la SOCAR aux projets liés à la modernisation et à l’augmentation de la capacité de production du Petkim s’élève à 7 milliards de dollars. À titre d’exemple, le projet de construction de la « Raffinerie Star » (évalué à 5,5 milliards de dollars) près de sites de production du Petkim dans la presqu’île d’Aliağa sera la plus grande opération d’investissements directs étrangers effectuée en une seule fois à un endroit donné en Turquie. Possédant sa propre raffinerie de matières premières pétrolières, et mettant fin à leur importation par la Turquie, la SOCAR augmentera la compétitivité de Petkim dans le marché régional.

D’autre part, le projet de gazoduc TANAP (Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline ; en turc, TransAnadolu Doğal Gaz Boru Hattı – projet de tracé ci-contre), dont la valeur est évaluée à 7 milliards de dollars, prévoit l’acheminement du gaz azerbaïdjanais d’un volume annuel de 16 milliards de m3 vers les marchés turc (6 milliards de m3) et européen (10 milliards de m3). L’accord officiel pour le projet a été signé le 26 juin 2012 lors de la rencontre du président d’Azerbaïdjan avec le Premier Ministre turc R. T. Erdoğan. La SOCAR a obtenu une participation de 80% dans le projet, les 20% restant étant partagés entre les deux compagnies turques impliquées dans le projet, TPAO et BOTAŞ. L’accord n’exclut pas la participation d’autres pays, et en ce sens, donne à la SOCAR le droit de vendre 29% de ses actions aux entreprises étrangères (L’information relative à la vente par la SOCAR de 29% de ses parts dans le projet a été relayée par certains médias au début du mois de septembre 2012. Selon les premières estimations, une partie des actions de TANAP seraient vendue à Total (5%), Statoil (12%) et BP (12%) ; L’État turc va continuer de participer au projet à 20%). Le projet débutera d’ici la fin de l’année 2013 et la première phase d’acheminement est prévue pour 2018. Ce projet a une portée considérable pour les deux pays, tant du point de vue économique que stratégique. En effet, le projet de gazoduc TANAP va directement lier les marchés européens au bassin caspien en général et à l’Azerbaïdjan en particulier. L’Azerbaïdjan obtient ainsi la possibilité de devenir non seulement un pays fournisseur de gaz, mais aussi celui de transit via lequel le gaz de l’Asie Centrale pourra être exporté vers la Turquie et l’Europe en contournant les territoires iranien et russe. Par conséquent, la Turquie va renforcer ses efforts en vue de devenir un hub énergétique régional et de jouer à l’avenir un rôle important dans l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Un premier aperçu sur le trajet de TANAP nous permet de dire que le projet n’est pas une alternative à celui de Nabucco. Au contraire, le projet suit la même logique d’évacuation des hydrocarbures caspiennes, indépendemment des pays régionaux comme l’Iran et la Russie, d’où les déclarations de soutien de la part des bureaucrates de l’UE par rapport au projet TANAP. L’augmentation de l’importation du gaz azerbaïdjanais est aussi dans l’intérêt économique de la Turquie. En effet, ce dernier, à 330 dollars/1000m3, revient à la Turquie beaucoup moins cher que le gaz iranien (580) et russe (450).

Néanmoins, quelques autres éléments nous permettent d’affirmer que le pourcentage des autres domaines dans les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie pourrait augmenter dans les années à venir. En effet, Bakou envisage actuellement le projet de construction d’un grand centre logistique régional à Kars et l’investissement dans le secteur immobilier en Turquie par l’intermédiaire du SOFAZ (initiales de The State Oil Fund of Azerbaijan), le fonds d’investissement de la SOCAR. Les informations relatives au projet d’investissement de 150 millions de dollars dans le secteur immobilier turc ont été confirmées par les responsables du SOFAZ lors d’un forum organisé à Bakou par HASEN, le Think Tank turco-azéri. (Les recherches de HASEN portent principalement sur les questions énergétiques dans la région caspienne. Voir plus). Disposant de 32,7 milliards de dollars de fonds, le SOFAZ est la 23ème plus grande fondation publique du monde. Elle possède actuellement 800 millions de lires dans les banques turques.

Le centre en question sera étendu sur un terrain de 35 hectares près de la gare de Kars sur la voie ferrée Bakou-Tbilissi-Kars (BTK) et se transformera par la suite en un centre de stockage servant à approvisionner l’Azerbaïdjan en produits turcs. L’ouverture de la voie ferroviaire BTK en 2013 et la construction d’un grand centre logistique régional devraient encourager les échanges commerciaux entre la Turquie et ses voisins régionaux. En effet, une liaison ferroviaire reliant la côte de la mer Caspienne à l’est de l’Anatolie permettra à l’industrie turque d’exporter, en se servant du port de Bakou (le plus grand de la mer Caspienne), vers les marchés de l’Asie centrale par une voie plus sûre que celles transitant par l’Iran ou la Russie. Pour le moment, le réseau ferroviaire iranien, relié à ceux de la Turquie et du Pakistan n’a pas de connexion directe avec l’Asie centrale. Mais, cette interconnexion est en voie de construction dans les années à venir. La Turquie entretient des relations commerciales avec les pays littoraux de la mer Caspienne en utilisant la route maritime entre la mer Noire et la mer Caspienne, via le canal Volga-Don. Mais, cette voie est paralysée en hiver à cause de l’englacement du nord de la mer Caspienne.

En plus de cela, la Turquie renforcera sa présence économique dans les trois pays du Caucase du Sud, avec lesquels elle n’a pas de nos jours de liaison ferroviaire. La seule liaison ferroviaire entre la Turquie et le Caucase du Sud passait par l’Arménie liant pendant l’époque soviétique la ville de Kars à Gumri. Cette voie a été fermée en avril 1993 par Ankara en réponse aux avancées militaires des forces arméniennes pendant la guerre du Haut-Karabagh. En cas de normalisation des relations russo-géorgiennes, elle pourrait aussi utiliser cette voie pour accéder par chemin de fer aux provinces russes de la mer Noire qui sont liées au réseau ferroviaire de Géorgie depuis l’époque soviétique. Il est aussi à souligner que ce projet va également contribuer au développement des provinces orientales turques fortement touchées par la fermeture des frontières arméniennes. L’Azerbaïdjan investit également dans d’autres domaines dans cette région, ce qui devrait lui aider à y améliorer son image. Par exemple, en septembre 2012, la construction d’un nouveau lycée à 22 millions de lires a été terminée dans la province Kars par la Fondation Haydar Aliyev (qui est présidée par l’épouse du Président de l’Azerbaïdjan). Cette fondation, évidemment financée par l’Etat azéri, envisage aussi de renouveler une partie du campus d’une université à Igdir, la seule province turque ayant les frontières avec l’Azerbaïdjan. (Selon les médias locaux turcs, en revanche des investissements azéris, la direction de l’Université a donné son accord pour que les nouveaux campus portent le nom de l’ancien président azéri et le père de l’actuel, Haydar Aliyev).

L’Azerbaïdjan est donc un nouveau venu dans le marché des investissements directs étrangers en Turquie. Pourtant, en l’espace de quelques années seulement, elle a réussi à renforcer sa position sur le marché turc en focalisant ses investissements principalement sur deux domaines : le secteur énergétique (projet TANAP) et le secteur pétrochimique (rachat d’une grande partie des sites de production pétrochimique de Petkim). Les étroites relations fraternelles turco-azerbaïdjanaises, la proximité géographique et bien d’autres facteurs aident en ce sens l’entrée du capital azerbaïdjanais en Turquie. La prise en compte de tous ces éléments nous permet de supposer que les investissements directs de l’Azerbaïdjan déployés par l’intermédiaire de la SOCAR feront de ce pays dans la prochaine décennie un des importants pays investisseurs en Turquie.

Le graphique, traduit en français, est extrait du Rapport pour l’année 2011 du Ministère turc de l’Économie sur les investissements directs étrangers en Turquie (T.C. Ekonomi Bakanlığı, Uluslararası doğrudan yatırımlar : 2011 yili raporu), En ligne, http://www.ekonomi.gov.tr/upload/ED2B2E29-9A73-1B4D-5F5154B1C7950F26/UDY_2011_tr.pdf consulté le : 05.10.12