Archives par mot-clé : études urbaines

Planification régionale et territoriale en Turquie

photo_prsntr

Décembre 2014

Türkçe çeviri

Le dernier et dixième « Plan quinquennal de développement » (Kalkınma Planı) – qui concerne la période 2014-2018 – a été rendu public au printemps 2013 par le ministère du Développement (Kalkınma Bakanlığı), institution récemment apparue, sans qu’aucune référence n’ait été faite à l’Organisation de Planification d’État (DPT), institution pourtant jusqu’alors centrale dans l’élaboration de ces plans (Akçay, 2007 ; Kansu, 2004). En effet le DPT a été dissout en tant qu’institution autonome en juin 2011, à l’occasion d’une vaste restructuration de l’administration centrale1. On peut parler d’une mort précoce, puisque cette institution avait juste cinquante ans. Après sa fondation en 1961 dans un climat d’exaltation planificatrice et d’élitisme positiviste, le DPT a enregistré tout au long de son existence – et répercuté – les mutations de l’appareil d’État, de l’usage de celui-ci ainsi que celles des rapports de force politiques et sociaux. Avec l’effacement du DPT, on peut dire que le souci étatique de la planification territoriale en Turquie a aussi fortement décliné.
Or la conscience de l’existence de « disparités régionales » existe dans l’appareil d’État dès les débuts de la République turque. On peut même dire que la décision très volontariste de transférer la capitale politique d’Istanbul à Ankara, prise au moment même de la mise en place de la République, est une expression de cette conscience précoce. En effet, pour les promoteurs d’Ankara et dirigeants de la nouvelle République, la capitale avait pour fonction d’être un « pôle de développement » irradiant le progrès au cœur de l’Anatolie. Mais au fil du temps, la mise en formulation politique de ces disparités a varié.
L’expression très française de « disparités territoriales » n’a pas d’équivalent stabilisé dans la langue turque. On parle plutôt d’« inégalité régionale » (bölgesel eşitsizlik) (Sönmez, 1998), d’« inégalité entre les régions » (bölgelerarası eşitsizlik) ou de « déséquilibre entre les régions » (bölgeler arası dengesizlik) (Payzin, 1967). Ces formulations supposent qu’on se fasse une certaine idée de l’équilibre (ou de l’égalité) souhaitable, d’une part, et de la délimitation des régions, d’autre part. En outre, le terme même de territoire est difficilement traduisible en turc : on parle davantage du « pays » (ülke) ou de la « patrie » (vatan), notions assez abstraites et chargées d’un fort affect nationaliste. La foi en l’État et en la nation (unitaire) qui caractérise la culture politique dominante aurait ainsi pour effet de nier les aspérités du territoire, voire même parfois de déplacer les montagnes.
Donc à l’heure où, sous l’impulsion européenne (Loewendahl-Ertuğal, 2005), la Turquie s’est engagée dans une réforme de son système de gestion territoriale – dans le sens d’une certaine décentralisation administrative amorcée par une série de lois adoptées en 2003 et 2004 et prolongée par la mise en place des Agences de développement à partir de 2006 –, faire un point bibliographique n’est pas inutile. Les ouvrages de la bibliothèque de l’IFEA relatifs à ces questions – avec une tradition de recherche initiée notamment par Marcel Bazin (1991, 2000 & 2005) et Stéphane de Tapia (1991), reprise par l’Observatoire Urbain depuis la fin 1988 (même si la planification urbaine a toujours fait de l’ombre à la planification régionale), renforcée par Stéphane Yérasimos (dont l’article paru en 1988 dans la REMM est véritablement canonique) et prolongée par Élise Massicard (2008), Benoît Montabone (2011 et 2013) et d’autres… – sont éclatés entre l’économie, les statistiques, l’histoire contemporaine et l’Observatoire Urbain. Des acquisitions récentes sur l’aménagement de l’espace rural (Bakırcı 2007 ; Geray 2011) sont cependant utilement venues compléter le matériel existant.

Sélection d’ouvrages

-AKÇAY Ü. (2007), Kapitalizmi Planlamak. Türkiye’de Planlama ve DPT’nin Dönüşümü, İstanbul : SAV (Sosyal Araştırmalar Vakfı).
-BAKIRCI M. (2007), Türkiye’de Kırsal Kalkınma. Kavramlar-Politikalar-Uygulamalar, Ankara, Nobel. OBS URB 1684
-BAZIN M. (1991). « Disparités et déséquilibres régionaux », in : DUMONT, P. & GEORGEON F. (dir.) : La Turquie au seuil de l’Europe, Paris, L’Harmattan, pp. 23-45.
-BAZIN M. (2000), “La région, cette inconnue… Réflexions sur l’identité régionale dans le monde turco-iranien”, in : Hommes et Terres d’Islam. Mélanges offerts  Xavier de Planhol (réunis par D. Balland), Tome II, Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), Bibliothèque Iranienne n°53, pp. 345-358.
-BAZIN (2005). « Diversité ethnique et disparités régionales », in S. VANER (dir.), La Turquie, Paris : Fayard, pp. 389-428.
-GERAY C. (2011), Kırsal Gelişme Politikaları, Ankara : Phoenix.
-KANSU G. (2004), Planlı Yıllar (anılarla DPT’nin öyküsü) (Les années planifiées (l’histoire du DPT à travers des souvenirs)), İstanbul, Kültür Yayınları.
-KÖYMEN N. K. (1948), Bölge Plancılığı, Memleket Kalkınması, İstanbul.
Le rôle des statistiques dans la planification du développement, Organisation de la Conférence Islamique, Centre des Recherches Statistiques…., 1988, Ankara. OBS URB 32.
-LOEWENDAHL-ERTUĞAL E. (2005). « Europeanisation of Regional Policy and Regional Gouvernance : The Case of Turkey », European Political Economy Review, Vol.3, N°1 (Spring 2005), pp. 18-43.
-MASSICARD E., 2008, « Régionalisme impossible, régionalisation improbable : La gestion du territoire en Turquie à l’heure du rapprochement avec l’Union Européenne. » Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, 2008, pp.171-203. ˂halshs-00800247˃
-MONTABONE B. (2011), La cohésion territoriale en périphérie de l’Union européenne: les enjeux du développement régional…. , Thèse, 2011. (TEZ 032/2011)
MONTABONE B. (2013) L’Union européenne et la Turquie, Les  enjeux d’un développement régional Tur Cont 517
-MUTLUER M. (2009), « Inégalités interrégionales en Turquie et études de planification régionale », in : Les vertus de l’interdisciplinarité. Mélanges offerts à Marcel Bazin. Les Cahiers de L’IATEUR, N° Spécial, pp. 111-128.
-PAYZIN Z. (1967), Türkiye’de Yerleşim Sorunları ve Bölgeler Arası Dengesizlikler, Ankara.
-SÖNMEZ M. (1998). Bölgesel Eşitsizlik (inégalité régionale), İstanbul : alan yayıncılık.
-TAPIA de S. (1991). « Aménagement hydraulique et aménagement du territoire en Turquie », in : 115ème Congrès National Des Sociétés Savantes, Avignon 1990, Milieux calcaires et politique hydraulique, Paris : CTHS, pp. 159-168.
-YERASIMOS S. (1988), « La planification de l’espace en Turquie », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 50/4,  pp. 109-122.

  1. Qui a vu, entre autres changements, la création d’un ministère de l’économie auquel ont été rattachés certains départements de l’ancien DPT, d’un ministère du développement (auquel ont été rattachés les autres départements) et d’un ministère de l’environnement et de l’urbanisme. []

From one bibliography to another… Regarding the latest “Dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvOn February 11, 2014 the 21st issue in the series « Turkey today » of the journal Dossiers de l’IFEA was put online. Entitled Istanbul bibliography 2000-2013, this thick issue echoed the number 4 of the same series – The Istanbul megalopolis 1960-2000 – published in October 2000, nearly fifteen years ago. The creation of this series reflects a research tradition that is part of the identity of our institution. Without pretending to compare these two productions, as the first had very modest ambitions, the confrontation of these two issues – the first with twenty pages while the second totals two hundred and sixteen – inspired a few remarks.

The striking difference in volume between the two issues is partly due to a significant rise in the number of studies on Istanbul since the beginning of the year 2000, itself due both to the increase in the number of sites for the production of knowledge on Istanbul (new universities, new foundations, new research centers) and the emergence of Istanbul as a privileged « urban product » on the international tourism market (which is the subject of a separate category, p. 198-201), as well as cultural practices and research. The increasing international visibility of Turkey and exceptional leadership role of Istanbul in this process have undoubtedly played well: the entrance of Istanbul in the international agenda as a tourist destination and site for special events has been accompanied by a renewed interest in studies about the megalopolis.

On the other hand, the rapid increase of large developments as well as urban transformation in the 2000s decade has had the effect of drawing attention to Istanbul, both in terms of architectural and urban projects, as well as regarding the social movements triggered by interventions that are sometimes forceful and violent. Also, as Eda Güçlü has pointed out – whose research draws on the often unexplored universe of student productions -, the amount of academic work critical of the government’s urban transformation policies is quite striking. In the same vein and in a reactive/interactive way regarding the socio-economic and political developments recorded, other themes have taken a prominent place in the bibliography: the environment, cultural policies, heritage conservation, or socio-spatial segregation. Academic production, as this issue reflects, is also influenced by fads or context (as the context in 2010 when Istanbul was one of the European Capitals of Culture) or by inertia effects that one can quite easily identify.

The 2000s also saw the affirmation of a conservative gaze upon Istanbul supported by new institutions (such as some private universities, some research centers, some publishing houses – like Timaş – or some authors who have become very prominent). This gaze is at the origin of numerous publications on objects of study, districts, « monuments », moments in history, social groups and figures hitherto little considered by the scientific production devoted to Istanbul.

Moreover, the inflation of localized studies (pp. 19-27) also deserves to be highlighted. If in the previous bibliography an inflection to the local had been noticed, since the late 1990s we are witnessing the development of a massive movement in this direction. At the university, some social science disciplines have clearly shifted their focus towards studies rooted in nearby and more specific fields. The immediate environment thus seems to have become a research topic in its own right, accepted as such.

The question of improving the conditions of possibility of urban research may also be raised. In the 1990s still, fieldwork in Istanbul was not always easy, in a context of great political instability, intense but chaotic urban growth, and a general distrust of social scientists (and not just of foreigners). The climate has definitely changed. The ethnic dimension that was repressed for a long time or considered suspect has been openly integrated in the research field, which is no longer confined to recognized religious minorities (even if the tropism remains).

Finally, the period considered is one of a change in publishing media, with the systematization of « online » production – of which this issue is also an example – which, to use the perspective of the theory of media spheres, has changed the conditions of production and distribution. Istanbul studies have not escaped this trend, and have seen the emergence of new products that are now taking an important place in the bibliographies. Other products have unfortunately disappeared since 2000, such as the « Journal of Istanbul » (İstanbul Dergisi), published by the Foundation for History, whose life was short (1992-2008, with 59 numbers which remain a very valuable resource).

In a nutshell, the « lost paradigm of Turkish society » (in the words of Şirin Tekeli) to which we alluded in the introduction to the 2000 issue is in the process of being appropriated – appropriation of a story, of an environment, of neglected populations and territories – , as evidenced by this impressive bibliography. Therefore, it seems important to us for the IFEA to continue, especially through its observatories, to make more visible and accessible for a public who cannot follow the scientific production in Turkey, contributions that should be taken seriously into account by European research. Moreover, the creation of an email address exclusively devoted to proposals to extend this bibliography highlights the spirit of the enterprise: a work in progress shared as much as possible online. Our ambition, in the longer term, is to eventually develop upgradable « resource centers » on other themes currently under research at the IFEA.

D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA”

IFEABulten 21_K_couvLe 11 février 2014 était mis en ligne le numéro 21 de la série “la Turquie aujourd’hui” des dossiers de l’IFEA. Intitulé Istanbul bibliography 2000-2013, cet épais dossier fait écho au numéro 4 de la même série – La mégapole d’Istanbul. 1960-2000 – paru en octobre 2000, soit il y a près de quinze ans. Cette mise en série traduit une tradition de recherche qui participe de l’identité de notre institution. Sans prétendre comparer les deux entreprises, la première étant fort modeste dans ses ambitions, la mise en regard de ces deux dossiers – le premier fait vingt pages alors que le second en totalise deux cent seize – inspire quelques remarques.

La différence frappante de volume entre les deux dossiers est liée en partie à une “montée en puissance” des études sur Istanbul depuis le début de l’année 2000, elle-même due à la fois à l’augmentation des foyers de production du savoir sur Istanbul (nouvelles universités, nouvelles fondations, nouveaux centres de recherche) et à l’émergence d’Istanbul comme “produit urbain” privilégié sur le marché international du tourisme (qui fait l’objet d’une catégorie à part, pp. 198-201), des pratiques culturelles et de la recherche. La montée en visibilité internationale de la Turquie et le rôle moteur d’exception dévolu à Istanbul dans ce processus ont de même incontestablement joué : l’entrée dans l’agenda international d’Istanbul comme place événementielle et destination touristique s’est accompagnée d’un regain d’intérêt des études sur la mégapole.

D’autre part, l’accélération des grands travaux comme de la transformation urbaine dans la décennie 2000 a eu pour effet d’attirer l’attention sur Istanbul, tant au niveau des projets architecturaux, urbanistiques, que des mouvements sociaux suscités par des interventions parfois lourdes et violentes. Aussi, comme le souligne Eda Güçlü – qui a mené ses investigations dans le continent souvent peu exploré des productions des étudiants -, la quantité des travaux universitaires critiques par rapport aux politiques de transformation urbaine est assez saisissante. Dans la même optique, et de manière réactive/interactive par rapport aux évolutions socio-économiques et politiques enregistrées, d’autres thématiques ont pris une place remarquable  dans la bibliographie : environnement, politiques culturelles, conservation des héritages ou ségrégation socio-spatiale. La production, telle que la reflète ce dossier, est aussi influencée par des effets de mode, de contexte (comme le contexte offert par l’année 2010 où Istanbul était une des capitales européennes de la culture) ou des effets d’inertie.

La décennie 2000 est aussi marquée par l’affirmation d’un regard conservateur sur Istanbul porté par de nouvelles institutions (comme certaines universités privées, certains centres de recherche, certaines maisons d’édition – à l’instar de Timaş – ou certains auteurs devenus très en vue). Ce regard est à l’origine de nombreuses publications sur des objets d’études, quartiers, “monuments”, moments de l’histoire, groupes sociaux et figures jusque-là peu pris en compte par la production scientifique consacrée à Istanbul.

Par ailleurs, l’inflation d’études localisées (pp. 19-27) mérite aussi d’être soulignée. Si dans la précédente bibliographie une inflexion vers le local avait été pressentie, depuis la fin des années 1990, c’est à un mouvement massif auquel on assiste. À l’université, certaines disciplines en sciences sociales se sont nettement réorientées vers des études plus ancrées dans des terrains précis et proches. L’environnement immédiat paraît ainsi être devenu un objet de recherche à part entière, assumé.

La question de l’amélioration des conditions de possibilité des recherches urbaines peut en outre être soulevée. Dans les années 1990 encore les recherches de terrain à Istanbul n’étaient pas toujours simples, dans un contexte de forte instabilité politique, de forte et brouillonne croissance urbaine et de méfiance par rapport aux chercheurs en sciences sociales (et pas seulement les étrangers). Le climat a indéniablement changé. La dimension ethnique longtemps refoulée ou jugée suspecte a ainsi été intégrée ouvertement par la recherche, qui ne se cantonne plus aux minorités religieuses reconnues (même si le tropisme demeure).

Enfin, la période considérée est celle d’une modification des supports de publication, avec la systématisation du « online » – ce dossier en témoigne – qui, pour reprendre la perspective de la théorie des médiasphères, a changé les conditions de production et de diffusion. Les études sur Istanbul n’ont pas échappé à cette évolution et ont vu apparaître de nouveaux produits qui prennent désormais une place importante dans les bibliographies. D’autres produits ont malheureusement disparu depuis 2000, comme la « revue d’Istanbul » (İstanbul Dergisi) publiée par la Fondation pour l’Histoire, dont la vie aura été courte (1992-2008, soit 59 numéros qui restent une mine précieuse).

En somme, le « paradigme perdu  de la société turque » (selon l’expression de Şirin Tekeli) auquel nous faisions allusion dans l’introduction du dossier de 2000 paraît en cours d’appropriation – appropriation d’une histoire, d’un environnement, de populations et de territoires négligés -, comme en témoigne cette impressionnante bibliographie. De ce fait, il nous semble important que l’IFEA continue, notamment à travers ses observatoires, à rendre plus visibles et accessibles, en direction d’un public qui ne peut pas suivre la production scientifique en Turquie, des contributions qui se doivent d’être sérieusement prises en compte par la recherche européenne. D’ailleurs, la création d’une adresse mail exclusivement dévolue aux propositions en vue de compléter cette bibliographie signe bien l’esprit de l’entreprise : un work in progress partagé le plus possible en online. Notre ambition à terme est de développer des “foyers de ressources” évolutifs de ce type sur d’autres thématiques travaillées à l’IFEA.

İki deniz arası: Şehir için yürümek

Cilia Martin ve Ségolène Débarre. Çeviri: Nilda Taşköprü
L'article en français

İstanbul’un uluslararası ve koca bir büyükşehir olma yolundaki dur durak bilmeyen koşuşunu simgeleyen büyük çaplı altyapı projeleri süredursun (bunlardan Marmaray, 29 Ekim 2013’te hizmete girdi), İki Deniz Arası projesi, Karadeniz’i Marmara Denizi’ne bağlayan 60 km’lik bir yürüyüş güzergahı ile hız kesmeyi öneriyor. Ekim 2013’te sanatçı Serkan Taycan‘ın İstanbul Bienali’nde tanıttığı proje, başka ölçütler ve zamansallıkların denendiği bedensel bir yaklaşımla, yakınımızda olup da görmezden gelinen ya da yeterince bilinmeyen yerlere sahip çıkmayı amaçlıyor.

Itinéraire emprunté par le projet 2 deniz arası
İki deniz arası yürüyüşü’nün güzergahı – © Serkan Taycan

Une entrée de Bosphorus city
Bosphorus city’nin girişlerden biri – Fotoğraf S. Débarre

Cultures maraîchères à Büyükçekmece
Bostanlar, Büyükçekmece – Fotoğraf S. Débarre

immeubles de Bezirganbahçe
Bezirganbahçe Konutları – TOKI – Fotoğraf S. Débarre

Kanalistanbul Projesi’nin öngörülen hatlarının üzerine çizilmiş bu yürüyüş güzergahı, İstanbul’un batı ucunda sürmekte olan kentsel değişimi seneden seneye izlemeyi hedefliyor. Artık işaretlerle de belirginleştirilmiş güzergah 15km’lik 4 parçaya ayrılıyor. Yol, eski linyit ocaklarının bulunduğu Karadeniz kıyısındaki Yeniköy’den ay yüzeyini hatırlatan bir manzara içinde başlıyor ve Sazlıbosna, Kayabaşı gibi eski köylerden geçiyor. Geniş bir kırsal alanı ortadan ikiye bölüyor, birçok göl ve dereyi takip ederek eski Terkos Barajı (bugünkü Sazlıdere Barajı) üzerinden ilerliyor. Önüne çıkan maden ocağından, ardından eski baruthaneden ve de Küçükçekmece Nükleer Araştırma ve Eğitim Merkezi’nden geçiyor. Sonuncu ve en şehirleşmiş kısımsa tarih süresince en fazla zamana yayılmış olan parça. Bu bölüm, İstanbul sınırlarındaki en eski insan yerleşiminin bulunduğu, bakımının ve korumasının ihmal edildiği, Eski Taş Çağı’ndan kalma Yarımburgaz Mağarası’ndan başlıyor. Bosphorus City [görsel 1] gibi markalı emlak projelerinin ayrıca Marmaray’ın Halkalı’daki gelecek durağının önünden geçerek Menekşe Plajı’nda son buluyor. Burada, Ayazma halkının, mahallelerinin yıkımından ve de Atatürk Olimpiyat Stadı’nın inşaasından sonra Bezirganbahçe Toplu Konutları’nda iskan edildiğini ve bugün çok sayıda Suriyeli göçmenin de Ayazma’da oturduğunu [görsel 2] hatırlatalım.

1829 Constantinople et environs
1829 Constantinople et environs

1901 Carte de la Roumélie impériale
1901 Carte de la Roumélie impériale

1936
segment Yeniköy – Yeşilköy d’après une carte de 1936

Yok edici zihniyete karşı yürümek

Kent belleğini hiçe sayan bazı yetkili siyasetçi ve müteahhitlere karşılık Serkan Taycan, ‘yok edici zihniyete karşı yürümek’ diye özetlenebilecek bir anafikirle kent belleği için yürüyor. Böylelikle  üretici yerler ile gözden ırak, çoklukla küçümsenen oturulan yerler, şehir ile kırsal ‘arasında kalmış’ bu kenar kent alanlarına dikkatimizi kaydırıyor. Sanatçı, çevre koşullarının bozulmasına, manzaranın alt üst oluşuna olduğu gibi toplumsal şiddete de parmak basıyor. O yerde oturan sakinlerle, tıpkı Büyükçekmece Gölü kıyısındaki toprağı ekip biçme faaliyetleri gibi [görsel 3] yeterince bilinmeyen ya da rağbet görmeyen etkinliklerle ilgileniyor. Serkan Taycan, Kanalistanbul Projesi’ni izlemek ama en önemlisi bilgi ve görsel toplayarak hatırı sayılır bir derleme oluşturmak için şehirde yürümeye olan düşkünlüğünü devreye sokuyor. Kendisine bu tutkusunu bizlerle paylaştığı için teşekkür ediyoruz.

İki deniz arası – Une marche pour la ville

Texte de Cilia Martin et Ségolène Débarre
Türkçe çeviri

À l’heure des Grands Travaux (l’inauguration du Marmaray s’est faite le 29 octobre 2013) qui symbolisent la course effrénée à l’internationalisation et l’hypermétropolisation d’Istanbul, le projet İki Deniz Arası [Entre deux mers] propose de ralentir le rythme à travers une randonnée de 60 km qui relie la mer Noire à la mer de Marmara. Présenté en octobre 2013 à la Biennale d’art contemporain d’Istanbul, ce projet porté par l’artiste Serkan Taycan propose d’expérimenter des modes d’appropriation du proche méconnu par l’engagement physique, en testant d’autres métriques et d’autres temporalités.

Itinéraire emprunté par le projet 2 deniz arası
Itinéraire de la marche 2 deniz arası – © Serkan Taycan

Une entrée de Bosphorus city
Une entrée de Bosphorus city – Photo S. Débarre

Cultures maraîchères à Büyükçekmece
Cultures maraîchères (bostanlar) à Büyükçekmece – Photo S. Débarre

immeubles de Bezirganbahçe
Immeubles de Bezirganbahçe (Bezirganbahçe Konutları – TOKI) – Photo S. Débarre

Calquée sur le tracé hypothétique du projet du Canal d’Istanbul (Kanalistanbul), cette marche ambitionne de suivre, année par année, les évolutions urbaines qui sont en cours dans la marge ouest d’Istanbul. Ce sentier désormais balisé se divise en 4 segments de 15 km. Il débute à Yeniköy au bord de la mer Noire dans le paysage lunaire qui correspond aux anciennes carrières de lignite, traverse d’anciens villages comme celui de Sazlıbosna ou de Kayabaşı, coupe à travers une vaste zone pastorale, longe de nombreux lacs et petites rivières, passe par les anciens et actuels réservoirs d’eau de Sazlıdere et de Terkoz, une carrière de pierre, les anciens usines de poudre à canon (Baruthane) ou encore le centre de recherche nucléaire de Küçükçekmece. Le dernier segment est le plus urbanisé et le plus étalé dans le temps. Il commence dans la cave de Yarımburgaz où force est de constater le manque d’entretien et de conservation du plus ancien site humain d’Istanbul datant de la période paléolithique pour finir sur la plage de Menekşe en passant devant les projets immobiliers de Bosphorus City [Photo 1], les blocs d’habitation de Bezirganbahçe où ont été relogés les habitants d’Ayazma (après la destruction de leur quartier et la construction du stade olympique d’Atatürk) et où résident aujourd’hui de nombreux syriens [photo 2], ou encore devant les travaux de la prochaine gare du Marmaray à Halkalı.

1829 Constantinople et environs
1829 Constantinople et environs

1901 Carte de la Roumélie impériale
1901 Carte de la Roumélie impériale

1936
segment Yeniköy – Yeşilköy d’après une carte de 1936

Faire isthme contre l’affairisme

Contre l’amnésie dont font preuve certains édiles politiques et entrepreneurs immobiliers, Serkan Taycan marche pour la mémoire de la ville avec un slogan qui pourrait être « faire isthme contre l’affairisme ». Il attire l’attention sur ces marges urbaines, des espaces « intermédiaires » entre ville et campagne, monde urbain et monde rural, territoires productifs et résidentiels méconnus et souvent méprisés. Il souligne les dégradations environnementales, les bouleversements paysagers ainsi que les violences sociales. Il s’intéresse aux habitants et aux pratiques méconnues, tel le maraîchage au bord de la lagune de Büyükçekmece [photo 3]. Dans le but de suivre les progressions du Canal mais surtout de collecter des informations, de capturer des images et de créer un fonds photographique important, il fait partager sa passion de la marche en ville et nous l’en remercions.

Lien : Article dans le quotidien Radikal (en turc)

Marges urbaines, par-delà centre et périphérie

Türkçe çeviri

Octobre 2013

Compte tenu du développement effréné et inégal de l’organisme urbain stambouliote, il paraît difficile de continuer à penser « la ville » (et le terme paraît étroit) en en restant à ses centres – si attrayants soient-ils – et aux qualités qu’on lui prête. Car si le centre et la périphérie sont toujours définis de manière arbitraire (acte de pouvoir), et instituent par eux-mêmes une vision du monde, les qualités qu’on leur prête n’en vont pas plus d’elles-mêmes.

Istanbul, avec ce site si complexe, cette histoire stratifiée, cette population mosaïque et cet étalement étourdissant, offre un cas d’étude stimulant pour revenir sur ces catégories d’évidence qu’on ne prend plus toujours la peine d’interroger, au risque de les essentialiser. Ainsi, les ‘centres commerciaux’ (« AVM ») qui se multiplient depuis une décennie dans toute l’aire urbaine produisent un type de centralité urbaine qui suppose, pour être reconnu comme centralité, certains modes de vie.

En conséquence, il est utile de revenir sur les modalités de définition et d’usage de ce couple de termes constitutif de notre vision de la ville, centre et périphérie. Ainsi, ce qui fait périphérie en France ne le fait peut-être pas en Turquie. Et ce qui fait problème dans l’être périphérique en France peut ne pas faire problème en Turquie. Le couple « centre-périphérie » participerait d’une vision du monde que ses producteurs continueraient à croire unique et uniformément valable. Le comparatisme est de ce point de vue une nécessité, démarche que l’ANR «Marges »dont l’IFEA est partie prenante depuis février 2013 – et ses 12 cas d’études autour de la Méditerranée, entend effectuer. Ce comparatisme demanderait à trouver d’autres prolongements au Moyen Orient, en particulier à Téhéran1, ainsi que dans des mégapoles de pays émergents.

Le décentrage proposé – par le passage par les marges –  est donc à la fois épistémologique, par rapport aux instances établies et aux centres dominants de production de sens sur les espaces urbains, et physique, par rapport aux lieux « centraux » d’élection et d’élaboration du discours sur ces mêmes espaces.

C’est par les marges que nous abordons résolument Istanbul dans les excursions de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) depuis l’année 2000. Les « marges” – que l’on peut ici définir dans un sens à la fois géométrique, historique, politico-juridique et symbolique, par rapport à des territoires centraux, reconnus, perçus ou institués comme tels – sont les territoires les plus délaissés par la recherche urbaine contemporaine en Turquie. Bien qu’ils représentent désormais l’essentiel des espaces concrètement urbanisés et concentrent la plus grande part de la population, ces espaces demeurent très peu étudiés. En outre, les catégories d’analyse dominantes semblent inadaptées à la spécificité mouvante de ces espaces.

En effet, ces catégories ont été forgées pour l’étude de territoires urbains, centraux ou péri-centraux, relativement stables, puis indûment étendues aux marges. Il apparaissait donc important de s’attacher à ces périphéries, dans la mesure où ce sont elles qui reflètent le mieux les modalités actuelles de la croissance urbaine et des changements socio-politiques, dans un pays où le rythme de croissance reste soutenu. En outre, notre hypothèse est que le destin des arrondissements centraux (et surtout des arrondissements historiques) ne peut être compris sans prendre en compte les mutations enregistrées par les territoires périphériques. Ce qui se joue dans ces territoires a des incidences sur les territoires « centraux » qui retiennent habituellement l’attention des chercheurs.

En conséquence, l’angle d’approche privilégié a pu fournir l’occasion d’opérer un décentrage salutaire par rapport au regard généralement porté sur Istanbul, en « interrogeant » cette fois-ci les marges de la mégapole2, franges incertaines et encore très peu parcourues par les chercheurs. On peut en effet faire le constat d’une certaine cécité de la recherche vis-à-vis des périphéries, qui procède à la fois d’un désarroi face à des formes non stabilisées et d’une méfiance, rarement justifiée, si ce n’est par un discours dénégateur peu convaincant du type « ce n’est pas (encore) de la ville ; c’est laid et compliqué, ce n’est pas stabilisé3…  ». En d’autres termes, pour la majorité des chercheurs turcs notamment – à quelques exceptions près4 -, les périphéries constituent une « face cachée, presque honteuse » d’Istanbul, qu’on doit passer sous silence. Cette « posture défensive »  s’appuie d’ailleurs sur une conception restrictive de « la ville », rarement explicitée par les porteurs de ce genre de discours. Pourtant, ces périphéries représentent plus de 90% de l’espace désormais urbanisé (mal urbanisé ou dys-urbanisé5, certes), physiquement indéniable : en effet, sur les plus de 5000 km2 que couvre maintenant l’aire urbaine, les arrondissements historiques sur lesquels se focalise la recherche ne représentent pas plus de 10%. De même, les périphéries sont l’expression tangible et concrète de la croissance urbaine d’Istanbul, caractérisée par un décrochement de plus en plus net entre croissance du bâti et croissance de la population. C’est aussi à ce titre qu’elles nous intéressent, en tant qu’elles offrent une « face » souvent ignorée, et pourtant tellement expressive des nouvelles modalités de croissance, purement spéculatives, quasi indépendantes de la demande et des « vrais » besoins en logements6.

Autant que la distance sociale, la distance spatiale7 est relative et relationnelle. L’enclavement et l’effet de trappe ne sont pas des situations “objectives” simplement liées à la localisation en marge ou mal desservie. Et pourtant, malgré toutes les constructions sociales (et évolutions technologiques) contribuant à relativiser le sens de la proximité et de la distance ou celui de la figure “centre-périphérie”, une résistance se manifeste qui traduit la vanité des prétentions à penser un affranchissement possible des faits sociaux par rapport à cette dimension de l’inscription inégale dans le territoire. A l’échelle des modèles proposés, en outre, la localisation de la « marginalité sociale » permet de situer relativement les zones de concentration des personnes exposées par cette « situation » (terme sans doute trop statique), mais elle ne dit rien des trajectoires et interactions.  Le passage par la marge, par-delà centre et périphérie, a donc une valeur heuristique !

Bibliographie indicative

  • -ASLAN S. (2004). 1 Mayıs Mahallesi. 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeler ve Kent. İstanbul, İletişim.
  • -BALABAN U. (2011), A conveyor Belt of Flesh. Urban Space and the proliferation of industry labor practices in Istanbul garment industries, Istanbul, Friedrich Ebert Stiftung.
  • -CHAMBOREDON, J.C. & LEMAIRE, M. (1970), « Proximité spatiale et distance sociale. Les Grands Ensembles et leur peuplement », Revue Française de Sociologie, N°XI/1.
  • -CASTELLS M. (1972). La question urbaine. Paris, Maspéro.
  • -DEPAULE J.-C. (dir.) (2006). Les mots de la stigmatisation urbaine. Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.
  • -ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kent kondu, Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p. 
  • -IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M. M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), Istanbul : Iletisim, 368 p.
  • -JAILLET M.C. & JALABERT G. (1982), « La production de l’espace urbain périphérique », Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, N°1, pp. 7-26.
  • -KAYRA C. (1990),  İstanbul Mekânlar ve Zamanlar (I., espaces et temps), Istanbul, Ak Yayınları (Voir. IV Bölüm “Istanbul Varoşları”, pp. 90-98).
  • -KONUK N. (2010). Pendik. Tüm Tarihi Ile. Istanbul 2010 Avrupa Kültür Başkenti.
  • -LELANDAIS G. (2009). « Quartiers de contestation…quartiers d’exclusion : politiques d’urbanisation et résistances populaires à Istanbul », Cultures & Conflits, n° 76, pp. 143-p167.
  • -MONGIN O. (2005). La condition urbaine. Paris, Seuil.
  • -MORVAN Y. (2013). « L’aménagement du grand Istanbul : entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore », Hérodote, dossier spécial Turquie, n°148.
  • -OSMAY, S. (1998), « 1923’ten bugüne kent merkezlerinin dönüşümü », in : 75 yılda değişen kent ve mimarlik, Istanbul, Türkiye İş Bankası, pp. 139-154.
  • -ÖNGEN F. S. (2012), Kapitalism Kıskacında Kent ve Emek. Gebze Bölgesi ve Otomotiv Sanayii Üzerine Bir İnceleme, İstanbul, Nota Bene.
  • -PEROUSE J.-F. (2011). İstanbul’la Yüzleşme Denemeleri. Çeperler, Hareketlilik ve Kentsel Bellek. İstanbul, İletişim.
  • -PEROUSE J.-F. (1997), « Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers Nord de Gaziosmanpasha, entre Varosh et Batıkent », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien  (« Métropoles et Métropolisation »), CERI/FNSP, Paris, 1997, n°24,  pp. 122-162.
  • -PETIT C. (2008). “Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-est de l’agglomération d’Istanbul”, mémoire de Master, Paris IV Sorbonne.
  • -POYRAZ M., GANDAIS L., ASLAN S. (2010). Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes. Paris, L’Harmattan.
  • -TEZCAN T. (2011),  Gebze. « Küçük Türkiye » ’nin Göç Serüveni, İstanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • -TUGAL C. (2010). Pasif Devrim. İslami Muhalefetin Düzenle Bütünleşmesi. Istanbul, Koç Universitesi Yayınları.
  • -YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), « Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr », CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206.
  • -YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabasi. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme.
  1. Voir le bel article : YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), « Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr », CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206 []
  2. Les marges se logent parfois également dans les interstices des « centres » comme l’exemplifie le cas de Tarlabaşı, étudiée par la thèse de doctorat : YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabaşı. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme. []
  3. Riccardo Petrella, en esthète, développe cette vision de la périphérie “à éradiquer” dans son entretien avec Paquot dans Conversations sur la ville, parlez-moi de l’urbain, 2008. []
  4. Voir bibliographie indicative, infra, dont notamment le pionnier : ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kentkondu Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p., ou IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M.M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), İstanbul : İletişim, 368 p. []
  5. On utilise en turc l’expression suivante : çarpık yapılaşma. []
  6. La Chambre des Planificateurs Urbains d’Istanbul estime en effet que le parc de logements actuellement construits permettrait déjà de loger plus de 25 millions de personnes…, alors qu’Istanbul en compte un peu plus de 13,8 selon les chiffres officiels de 2013. []
  7. Jean-Claude Chamboredon, Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, n°11, 1970, p. 3-33. []

Merkez – çevre ötesinde varoş

Version française

Ekim 2013

Bu ayki vitrinin amacı, IFEA’nın bu araştırma projesine (ANR « Marges urbaines » katılması vesilesiyle oluşturulmuş kaynakçayı paylaşmak olarak belirlenmiştir.

İstanbul durdurulmaz ve dengesiz şekilde büyürken -kent merkezleri her ne kadar çekici olsa da- şehri, bu merkezlerle sınırlayarak ele almak ve (kelime olarak da kısıtlı kalan) « kent »i iyi tarafları üzerinden incelemeyi sürdürmek güçleşiyor. Çünkü merkezler ile çevreleri (bir güç emaresi olarak) daima gelişigüzel şekilde belirlense ve bu alanlar üzerinden ortaya bir değerler bütünü çıksa bile aslında bunlara atfedilmiş özellikler ille de geçerliliğini korumuyor.

Artık sorgulamayı düşünmediğimiz için kanıksadığımız kesinlik belirtisi ulamları yeniden gözden geçirmek için İstanbul ; mekanlarının çeşitliliği, çok katmalı tarihi, insan mozaiği ve sarsıcı genişleyişi ile heyecan uyandırıcı bir inceleme yapma imkanı sunuyor. Örneğin, son on yıldır tüm şehirde çoğalan ‘AVM’ler bir tür şehir merkezi olma özelliği üretip bir merkez olarak kabul görmek için birtakım yaşam tarzlarını beraberinde getiriyor.
Burada, şehre bakışımızın temelindeki merkez ve çevre kelimelerinin tanım ve kullanış şekillerinin altını çizmekte fayda var. Çünkü Fransa’da kenar olan belki Türkiye’de kenar bir yer olarak kabul edilmeyebilir ve Fransa’da sorun teşkil eden bu kenardalık, Türkiye’de mühim bir durum arzetmeyebilir. « Merkez-çevre » çiftlisinin üreticileri bünyesinde yer aldıkları bu dünya görüşünün halen biricik ve her yerde geçerli olduğunu zannetmektedir. Karşılaştırmacı bir yaklaşım, bu yüzden gereklidir, IFEA’nın şubat 2013’ten beri parçası olduğu « Varoş Araştırmaları » (ANR «Marges »), Akdeniz hakkındaki 12 durum incelemesi ile tam da bu açıdan konuyu ele almayı hedeflemektedir. Karşılaştırmalar, Orta Doğu’nun başka yerlerine, özellikle Tahran ((YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), « Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr », CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, temmuz-aralık. 1997, pp. 184-206.)) ve yükselişteki ülkelerin megapollerine uzanmayı gerektirmektedir.
Varoşları işin içine katarak önerdiğimiz bu merkez kaymasının, kent mekanları hakkında anlam üreten baskın merkezler ve mevcut değerlere dair hem bir epistemolojik boyutu hem de haklarında tasarlanıp üretilen bir söylemin olduğu « merkez »lerle ilgili fiziksel bir boyutu vardır.
Şehir Gözlem Merkezi’mizin (OUI) gezilerinde 2000’den bu yana İstanbul’u kararlılıkla tam da kenarları üzerinden ele alıyoruz. Bu « kenar »lar – hem geometrik, tarihi, siyasi-hukuki hem de simgesel olarak merkez diye kabul edilen, algılanan ya da merkez olsun diye yaratılmış yerlere göre – Türkiye’deki güncel araştırmalar alanında en çok göz ardı edilmiş yerlerdir. Bu alanlar, artık somut olarak şehirleşmiş alanların önemli bir kısmını oluşturup İstanbul nüfusunun çoğunluğunu barındırsalar bile çok az araştırılmaktadır. Ayrıca halihazırdaki inceleme ulamları, bu mekanların hareketliliğiyle uyumlu gözükmemektedir.
Zaten bu inceleme ulamları, bir dereceye kadar sabit ve zaman geçtikçe haksız şekilde kenarlara doğru ilerlemiş merkez ve merkeze yakın kent alanlarını araştırmak için düşünülmüştür. İşte bu yüzden, büyümenin yüksekliğini koruduğu bir ülkede varoşlar ile ilgilenmek, günümüzdeki kentlerin büyümesi ile toplumsal ve siyasal değişimlerin en iyi yansıması kenarlar olduğu için önemlidir. Ayrıca, varsayımımız şehir merkezlerinin özellikle tarihi bölgelerin kaderinin, kenarların kaydettiği değişiklikleri hesaba katmadan anlaşılamayacağı ve varoşlardaki gelişmelerin araştırmacıların alışılageldiği üzere dikkatini çeken « merkez »ler üzerinde etkili olduğu yönünde.
Aslında böyle yaklaşarak bu sefer de megapolün1 araştırmacılar tarafından pek az katedilmiş tekinsiz parçaları olan kenarları « sorgulayarak » İstanbul için genelde geçerli olan bakışa kıyasla merkez, haklı bir şekilde kaydırılmıştır. Nitekim, araştırmaların kenarlar sözkonusu olduğunda bir çeşit görmezden geliş eğiliminde olduğu farkedilebilir. Bu, hem oturmamış durumların yarattığı karışıklıktan hem de nadir anlaşılır bir kuşkuculuktan ileri gelmekte ve « burası çirkin ve karmaşık, oturmamış, (henüz) şehir diye kabul göremez2 … » gibi fazla ikna edici olmayan, inkarcı söylemleri beraberinde getirmektedir. Bir başka deyişle, birkaç istisna dışında((Bkz : kaynakçanın bel kemiği : ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kentkondu Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p., veya IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M.M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği, İstanbul : İletişim, 368 p.)), çoğu Türk araştırmacı nezdinde varoşlar, İstanbul’un sessiz kalınmasını gerektiren, « neredeyse, utanç verici, gizli yüzü »nü teşkil etmektedir. Bu « korunmacı tutum» aslında, bu türden söylem sahiplerinin nadiren açıklık getirdikleri kısıtlı bir « kent » anlayışına dayanmaktadır. Oysa ki buraları, artık kötü veya çarpık da olsa kentleşmiş alanların %90’ından fazlasına, göz ardı edilemez şekilde denk gelmekte ve araştırmalar, şu anda 5 000 km2’yi geçen kent arazisinin yalnızca %10’una denk düşen tarihi bölgelerde yoğunlaşmaktadır. Kenarlar, gittikçe belirginleşen bina sayısı ile nüfus büyümesi arasındaki farkın belirgin bir özellik olduğu İstanbul’daki büyümenin elle tutulur ve somut ifadesidir. İşte tam da bu yüzden, kenarlar yalnızca spekülatif, arz ve « gerçek » konut ihtiyacından hemen hemen bağımsız hareket eden yeni tür büyüme şekillerinin çoğunlukla bilinmeyen ama bir o kadar da anlamlı « yüz »ünü sunduğu için de ilgimizi çekmektedir((İstanbul Şehir Plancıları Odası, halihazırdaki konutların şimdiden 25 milyon insanı ağırlayabileceğini tahmin ediyor oysa ki İstanbul’da 2013 resmi rakamlarına göre 13,8 milyon kişi oturuyor.)).
Mekansal uzaklıklar da sınıfsal mesafeler kadar göreceli ve ilişkilere tabidir. Kuşatılmışlık ve tuzaktaymışlık hissi, yalnızca uçlardaki konum ve ulaşım sıkıntılarıyla ilgili nesnel haller değildir. Ama yine de yakınlık, uzaklık ya da “merkez-çevre” kavramlarının anlamının görecelileşmesini sağlayan tüm sosyal yapılanma ve teknolojik gelişmelere rağmen, alanların eşitsizce ele geçirilişi halen belirliyici olmaktadır. Önerilen modeller içinde ayrıca « toplumsal marjinallik »in yerinin tespiti, bu « durum »dan (fazla sabit anlamlı bir kelime olmakla beraber) muzdarip kişilerin yoğunlaştıkları yerleri hemen hemen tespit etmekle beraber güzergah ve karşılıklı ilişkiler hakkında hiçbir bilgi vermemektedir. Tam da bu noktada, varoşlardan geçiş, merkez ve çevre ikilisinin ötesinde öğretici bir değere sahiptir!

Seçilmiş kitaplar

  • -ASLAN S. (2004). 1 Mayıs Mahallesi. 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeler ve Kent. İstanbul, İletişim.
  • -BALABAN U. (2011), A conveyor Belt of Flesh. Urban Space and the proliferation of industry labor practices in Istanbul garment industries, Istanbul, Friedrich Ebert Stiftung.
  • -CHAMBOREDON, J.C. & LEMAIRE, M. (1970), “Proximité spatiale et distance sociale. Les Grands Ensembles et leur peuplement”, Revue Française de Sociologie, N°XI/1.
  • -CASTELLS M. (1972). La question urbaine. Paris, Maspéro.
  • -DEPAULE J.-C. (dir.) (2006). Les mots de la stigmatisation urbaine. Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.
  • -ERDER, S. (1996), İstanbul’da bir kent kondu, Ümraniye, İstanbul, İletişim, 310 p.
  • -IŞIK, O. & PINARCIOĞLU, M. M. (2001), Nöbetleşe Yoksulluk. Sultanbeyli Örneği (Pauvreté à tour de rôle. L’exemple de Sultanbeyli), Istanbul : Iletisim, 368 p.
  • -JAILLET M.C. & JALABERT G. (1982), “La production de l’espace urbain périphérique”, Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, N°1, pp. 7-26.
  • -KAYRA C. (1990),  İstanbul Mekânlar ve Zamanlar (I., espaces et temps), Istanbul, Ak Yayınları (Voir. IV Bölüm “Istanbul Varoşları”, pp. 90-98).
  • -KONUK N. (2010). Pendik. Tüm Tarihi Ile. Istanbul 2010 Avrupa Kültür Başkenti.
  • -LELANDAIS G. (2009). « Quartiers de contestation…quartiers d’exclusion : politiques d’urbanisation et résistances populaires à Istanbul », Cultures & Conflits, n° 76, pp. 143-p167.
  • -MONGIN O. (2005). La condition urbaine. Paris, Seuil.
  • -MORVAN Y. (2013). « L’aménagement du grand Istanbul : entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore », Hérodote, dossier spécial Turquie, n°148.
  • -OSMAY, S. (1998), « 1923’ten bugüne kent merkezlerinin dönüşümü », in : 75 yılda değişen kent ve mimarlik, Istanbul, Türkiye İş Bankası, pp. 139-154.
  • -ÖNGEN F. S. (2012), Kapitalism Kıskacında Kent ve Emek. Gebze Bölgesi ve Otomotiv Sanayii Üzerine Bir İnceleme, İstanbul, Nota Bene.
  • -PEROUSE J.-F. (2011). İstanbul’la Yüzleşme Denemeleri. Çeperler, Hareketlilik ve Kentsel Bellek. İstanbul, İletişim.
  • -PEROUSE J.-F. (1997), “Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers Nord de Gaziosmanpasha, entre Varosh et Batıkent”, Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien  (“Métropoles et Métropolisation”), CERI/FNSP, Paris, 1997, n°24,  pp. 122-162.
  • -PETIT C. (2008). “Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-est de l’agglomération d’Istanbul”, mémoire de Master, Paris IV Sorbonne.
  • -POYRAZ M., GANDAIS L., ASLAN S. (2010). Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes. Paris, L’Harmattan.
  • -TEZCAN T. (2011),  Gebze. « Küçük Türkiye » ’nin Göç Serüveni, İstanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.
  • -TUGAL C. (2010). Pasif Devrim. İslami Muhalefetin Düzenle Bütünleşmesi. Istanbul, Koç Universitesi Yayınları.
  • -YAVARI-D’HELLENCOURT, N. (1997), “Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr”, CEMOTI, Paris, CERI/FNSP, n°24, juillet-déc. 1997, pp. 184-206.
  • -YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabasi. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme.
  1. Bir doktora tezine konu olan Tarlabaşı örneğinde olduğu gibi bazen kenarlar, şehir « merkezlerinin » aralıklarında da bulunabilirler : YILMAZ BAYRAKTAR B. (2005). Migration, exclusion et taudification dans le centre ville stambouliote : étude de cas de Tarlabaşı. Thèse de doctorat, Institut Français d’Urbanisme. []
  2. Riccardo Petrella, Paquot ile röportajında güzellik kaygısı ağır basarak, silinmesi gereken kenarlardan bahsediyor : Conversations sur la ville, parlez-moi de l’urbain, 2008. []

Bir kent tarihi kaynağı olarak yangın sigortası için hazırlanmış haritalar

Version française

Eylül 2013

Yangın sigortası haritaları, erken hayata geçirildiklerinden İstanbul’u konu alan kent çalışmaları alanında özgün araştırmaların gerçekleşmesini sağlamıştır. XIX. yy. sonunda büyük kentlerde taşınır ve taşınmaz malların sigortalanması için haritalama işleminin yaygınlaşması, yangın riskinin daha etraflıca ele alındığını göstermektedir. Bu haritalar, başlı başına bir araştırma konusu olarak nadiren kabul görseler de dizin ve renk anahtarlarının zenginliği, temsil edilen şehir merkezleri ya da liman alanlarının belli bir andaki hallerini birebir gösterebilecek derecedeki belirliliği bu haritaları çok rağmet gören bir arşiv « hazinesi » haline getirmektedir. Yeni harita araçları (SIG) sayesinde mekan çözümleme imkanlarının çoğaldığı, ayrıca bu türden arşivler hakkındaki bilginin arttığı bir zamanda, bu arşivleri bilimsel şekilde araştırmak ilginç olduğu kadar gereklidir. Bu arşivler, sergilendikleri halde geçmişlerinin az bilinmesi bir çelişki teşkil etmektedir. Bununla birlikte konuyla ilgili bir takım araştırma denemeleri de kent çalışmaları alanında gözlemlenmektedir. Bu ayki vitrinde bu karmaşık kaynağın incelenmesine tarihi açıdan yardımcı olabilecek bazı okuma önerilerini iki farklı açıdan sunuyoruz. Bunlardan ilki, yöntem üzerinde durup harita derlemeleri ile bunlardan yola çıkarak tarih yazımı hakkındaki çalışmaları bir araya getiriyor. İkincisi ise sözkonusu arşivi meyvesi olduğu sigortacılığın ekonomik ve siyasal tarihi tarafından ele alıyor.
Bölgedeki sigortacılık tarihi hakkında eleştirel mesafe eksikliği, yangın sigortası haritalarının teknik belge ile görsel arasında kalmış muğlak durumu, bunların tarihi açıdan çalışılmalarını zorlaştırmaktadır. Bilgi ve malzeme bakımından da çağdaş dönemde görseli başlı başına bir kaynak olarak kabul eden akademik çalışmalar da seyrektir çünkü görsel basit bir tasvir, metinse tek meşru tarih aktarıcısı olarak görülmektedir. Ayrıca, sigorta haritaları çoklukla sadece işaret bilimiyle sınırlı görsel araştırmalar kapsamında kalmakta, kent ekonomisi bakımından güvenilir bir kaynak olarak görülmediği için de zorlukla genelleştirilebilen ya da başka yerde kullanılmaya elverişli olmayan vaka incelemelerinde karşımıza çıkmaktadır.
Mekan ve zaman üzerine daha geniş açılımı olan haritalarla ilgili projelere İstanbul ile ilgili malzemenin de dahil edilmesi bu türden karşılaştırmalı ve dinamik çalışmalara imkan tanımaktadır. Geçtiğimiz aylarda düzenlenen İstanbul ve çevresi üzerine iki yüzyıl boyunca haritacılık sergisi, sigorta haritalarını şehir ve coğrafya hakkındaki bilgilerin değişiminin gerçekleştiği uzun zaman bağlamında ele almakta ve bu türden bir arşiv hakkındaki çalışmalarda kaydedilen ilerlemelere tanıklık etmektedir. Aslında, sigorta haritaları kurumsal yönüyle de kapsamlı bir arşivdir. Haketmediği şekilde telifsizleşmiş dağınık haritaları derlemek araştırmacıların uluslararası şekilde çalışmasını gerektirmektedir. Basılı harita derlemelerinde ise genelde kurum adları öne çıkmakta ve eleştirel bir önsöz bulunmamaktadır. İstanbul ile ilgili bilimsel araştırmaların uzmanların bir araya gelmeleriyle yapıldığı görülmektedir. XX. yy. başında Charles Ed. Goad Lted şirketinin hazırladığı haritaların yayınlanması, zaman ve yer bakımından aydınlatıcı bilgi ile bir kaynakça sunulmasını sağlamıştır. Hem bir arşiv hem de miras değeri taşıması bakımından belgelerin paylaşılabilir olması ve haritaların başlı başlarına incelenmeleri, bu alandaki çalışmaların ilerleyişinin kuvvetli göstergeleridir. Bu noktada, bir kırılma görülmektedir çünkü yangın sigortası haritaları erişilmesi imkansız bir gerçekliğin yansıması olmaktan çıkıp beslenerek « sigortacının bakışını » mercek altına alan diğer şehircilik ve tarih çalışmaları ile harmanlanarak onlarla birlikte sigortacılık ekseni etrafında şekillenen yerel bir tarih yazımını ilerletmektedir.
Stefanos Yérasimos ile beraber çalışan şehirci ve mimarlar grubu, yerel sigortacılık tarihinin özgünlüğüne dikkat çekmiş ve harita arşivlerinin idaresinde birtakım kuralları belirlemiştir. Bundan sonra, sigorta haritaları, « yanan şehir » temalı zengin bir çalışma programına dahil edilmiş ve bu sayede eldeki belgelerin günyüzüne çıkmasıyla bunların uygun şekilde çoğaltılmalarda etkili olmuştur. Ayrıca bugün de güncelliğini koruyan, sigorta haritalarının hazırlanması, belediye çalışmaları ile toprağın tapulanması arasındaki ilişki gibi bir takım varsayımlar bu vesileyle gündeme gelmiştir.
Özellikle Osmanlı İmparatorluğu şehirlerinde XIX. yy.’daki bazı sigorta arşivlerinin « bulunamayışı » ile bazı şehirlerde tarih yazımıyla ilgili birtakım kısıtlılıklar sözkonusudur. Sigortacılığın uluslararası tarihi hakkındaki eserler, az olmakla beraber mesleğin şu andaki çerçeveleri içinde kalmaktadır. Çalışmalar gittikçe belirli hale gelip daha çok teknik konularda ; hukuki, ekonomik, finansal, matematik ve istatistik alanında kendini göstermektedir. Sigortacılığın tarihini anlamak için evrimci bir prizmadan bakmak da mümkündür. Hakim literatür, sadece gelişmiş ve tarihte sigortacılığın yaygınlaşmasında etkin rol oynamış ülkeleri ele almaktadır. Şirket tarihinin devlet ve diğer kurumlarla olan ilişkiler nezdinde ele alınması bu yaklaşımın belirgin bir özelliğidir. Bu durumda, Türk ve Mısır sigortacılık tarihi, uzun zaman boyunca emperyalist hakimiyetle ilgili, dış kaynaklı bir olgu olarak kabul edilmiş ve alışılgelmiş yeni pazarların ortaya çıktığı düzenin dışında yer almıştır. Halen devam eden araştırmalar, bu anlayışın aksi yönünde yol almakta olup İslami hukukun sigortacılığa bir engel olmadığını ve sigortacılığın ticaret tarihinin uzun zamanlı tarihinin bir parçası olduğunu göstermektedir. İlk bölümde, Osmanlı İmparatorluğu’nda sigortacılığın tarihi ele alınmakta ve de yerel açıdan emlak kanununun getirdiği değişikliklere değinilmektedir.
Sonuç olarak yangın sigortası haritalarının bir harita ve kültürel öğe olmasının yanı sıra, kapitalizmin yükselişiyle de doğrudan ilgili bir finansal araç oldukları ve bunların mülk kanunu düzenlemesi ile risk yönetiminin hem ekonomik hem de siyasal ele alınış ilişkisine ışık tuttukları unutulmamalıdır. Sigortacılığı teknik işleyişi açısından ele almak uygun bir başlangıçtır çünkü komisyoncudan tutun da mühendise kadar konuyla ilgili birçok unsuru işleyip ince bir toplumsal tarih yaklaşımını işin nesnel ve mimari boyutunu boş vermeden ortaya koyar. Farklı yaklaşımları bir araya getirerek bir geleneğin parçası olarak yerel süreçlerin kalbinde bulunan yangın sigortası haritaları araştırmaları, belki bir prestij kaybına mal olsa da, ele alınması daha kolay bir arşiv halini almaktadır

Arşivler :

  • Banque impériale Ottomane : inventaire commenté des archives, Institut Français d’Etudes Anatoliennes, 1994.
  • Catalogue de l’exposition ‘Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement – Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık’, M. Stern P. Lebouteiller, J-F Pérouse,  Istanbul, Notre Dame de Sion, 2013.
  • Charles Edouard Goad’in Istanbul Sigorta Haritalari (İstanbul büyûkehir Belediyesi, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü),Dagdelen, Irfan ed. 2007.
  • Jacques Pervitich Sigorta Haritalarında Istanbul, Istanbul : Axa Oyak, Tarih Vakfı Yayını, 2000.

Seçilmiş kitaplar :

  • -Aygün A., Türk Haritacılık Tarihi (Histoire de la cartographie turque), 2 Cilt (vol.), Ankara : Harita Genel Müdürlüğü, 1980.
  • -Arnaud, J.-L., Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Parenthèses, 2008.
  • -Alleaume, G., « La production d’une économie nationale : remarques sur l’histoire des sociétés anonymes par actions en Egypte de 1856 à 1956 », Annales Islamologiques, n°31, 1997, p. 1-16.
  • -Chastagneret, G., Marin, B., Raveux, O. et Travaglini, C. (dir.) Les sociétés méditerranéennes face au risque : Economies, coédition IFAO, Casa de Velázquez, Ecole Française d’Athènes, Ecole Française de Rome, Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, 2012.
  • -Coanus, Thierry et Pérouse, Jean-François (dir.) « Villes et risques. Regards croisés sur quelque cités en danger », Anthropos, 2006.
  • -Bekkin, Renat I.  « Islamic Insurance: National Features and Legal Regulation », Arab Law Quarterly, Vol. 21, No. 2, 2007, pp. 109-134
  • -Débarre, Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate, l’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1835-1895), (thèse ss dir Tissier), Paris I, 2011.
  • -Deweerdt, Charlotte, « Développement de l’assurance et du marché foncier à Alexandrie durant la seconde moitié du XIXe siècle », in Guéno, Vanessa et Guignard, Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières en Mediterranée, Karthala, 2013.
  • -Dupret, Baudouin, « Vent d’est, vent d’ouest » : l’Occident du droit égyptien », Égypte/Monde arabe,  n°30-31, 1997, (Les visions de l’Occident dans le monde arabe), p. 93-111.
  • -Edney, Matthew, H., Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India, 1765-1843, Univ. Chicago Press, 1997.
  • -Encyclopédie de l’Islam, Leiden, E.J. Brill, 1965, Tome II, Article Dallâl
  • -Frangakis-Syrett, Elena, « Concurrence commerciale et financière entre les pays occidentaux à Izmir (XIXe-Debut du XXe siècles), In Jacques Thobie, Roland Perez et Salgur Kançal (ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, L’Harmattan, Ifea, 1996.
  • – Fries, Franck et Yerasimos, Stéphane (ed.),  La ville en feu, Actes de la journée du 4 juin 1993 / organisée par le laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».  Cahiers µ, n° 6-7, sept-déc.1993, p.67-86.
  • -Ientile, Damien, Histoire économique des assurances au XVIIIe et XIXe siècles en Europe, P.C Hautcoeur (dir.), ENS, Paris, p.1-17.
  • -Kayah, Fatih, Osmanlı Devleti’nde Sigortacılık, Libra Yayınlari, İstanbul, 2010.
  • -Lemercier, Claire et Zalc, Claire « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Les Editions de l’EHESS,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012 /4.
  • -Lepetit, Bernard et Topalov, Christian (ss dir), « La ville des sciences sociales », Ed. Belin, 2001.
  • -Mazlum, Deniz, 1766 İstanbul Depremi – Belgeler Işığında Yapı Onarımları (Le séisme d’Istanbul de 1766: la réparation des bâtiments à la lumière des documents), Istanbul,  İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, 2011.
  • -Owen, Roger , « The middle East in the world economy 1800-1914 », Londres-New York, Methuen, 1981.
  • -Stanziani,  « Comparaison réciproque et histoire. Quelques propositions à partir du cas russe », in Jean-Paul Zuniga, Pratiques du transnational, Paris, CRH, 2011, pp. 209-231.
  • -Thobie, Jacques, “Conjoncture et stratégie: le groupe financier de l’Ottomane en 1914 », in BACQUE-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul (eds.) Economie et sociétés dans l’Empire ottoman (Fin du XVIIIe-Début du XXe siècle) : Actes du colloque de Strasbourg : 1-5 juillet 1980.
  • -Patrick Verley et Jean-Luc Mayaud, « Introduction. En l’an 2001, le XIXe siècle à redécouvrir pour les historiens économistes ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 23 / 2001, 7-21.
  • -Warner, Nicolas, « Sources for architectural and urban history, Charles Goad & the Fire Insurance Plans of Egypt (1898-1910)” in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie architectures européennes, 1850-1950, CEDEJ-IFAO, 2001.
  • -Yerasimos, Stéphane,  « occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871. Les textes règlementaires comme sources d’histoire urbaine », in Daniel Panzac, Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992, p. 97-119.

İlgili linkler :

http://cartomed.mmsh.univ-aix.fr/
https://www.ifea-istanbul.net/index.php?option=com_k2&view=item&id=29&Itemid=309
http://www.ffsa.fr/sites/upload/docs/application/pdf/2010-03/introductionguidedessources.pdf

Les plans d’assurance incendie comme source d’histoire urbaine

Türkçe çeviri

Septembre 2013

Les plans d’assurances incendie ont fait l’objet d’un investissement précoce et ont donné lieu à une recherche originale dans le champ des études urbaines pour Istanbul.  La cartographie pour l’assurance des biens immobiliers et mobiliers se diffuse dans les grands centres urbains à la fin du XIXe siècle, témoignant d’une gestion plus élaborée du risque incendie ; la richesse de ses index, de sa légende chromatique, l’image précise, quasi-instantanée, des centres villes ou zones portuaires représentés, font du plan incendie une source très sollicitée, un « trésor » documentaire, et ce, alors qu’il est rarement considéré comme un objet de recherche autonome. Dans un contexte marqué à la fois par l’élargissement des possibilités d’analyse spatiale, avec l’intégration de nouveaux outils de traitement des cartes (SIG), mais aussi par un enrichissement de la connaissance sur ce type d’archive, il semble intéressant et nécessaire de le confronter à la production scientifique. Derrière l’apparent paradoxe d’une archive exposée mais produit d’une histoire peu connue, celle de la branche « incendie » de l’assurance, une dynamique de recherche est observable dont les tâtonnements semblent inhérents aux études urbaines. Ainsi, nous souhaitons proposer, sous la forme du présentoir, quelques pistes de lectures favorables au prolongement de la démarche historienne pour l’investigation de cette source complexe. Deux axes sont retenus, l’un, plutôt méthodologique, rassemble des publications de plans et des études sur l’écriture de l’histoire à partir des cartes, le second ensemble doit permettre de repositionner cette archive dans l’histoire économique et politique de l’assurance dont elle est le produit.    

Le plan d’assurance incendie par son statut incertain entre document technique et image cartographique, mais aussi en raison du manque de distance critique sur l’histoire de l’assurance dans la région, rend difficile son investigation historique. Du point de vue matériel et épistémologique, rares sont les travaux universitaires pour la période contemporaine qui traitent de l’image comme source, la considérant souvent comme une simple illustration, seul le texte demeure porteur d’histoire légitime. Aussi, le plan d’assurance donne-t-il principalement lieu à des études iconographiques enfermées dans des analyses étroitement sémiologiques, et à des études de cas difficilement transposables ou généralisables lorsqu’il n’est pas considéré comme un simple réservoir d’informations fiables pour l’histoire de l’économie urbaine.

C’est l’intégration du corpus stambouliote dans des projets centrés sur les cartes, et plus largement ouverts dans l’espace et dans le temps, qui donne lieu à des études comparatistes et dynamiques de ce type de production cartographique. Ainsi, l’exposition récente « Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement / Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık », resitue la cartographie assurancielle dans la ville et dans le temps long des mutations des savoirs géographiques, et atteste des progrès enregistrés pour l’étude de cette documentation. En effet, le plan d’assurance est aussi une documentation complexe par son statut institutionnel. Inégalement reversé dans le domaine public, il parvient au chercheur sous la forme d’archive éparse et isolée, dont la collecte se réalise à l’internationale, ou, lorsqu’il fait l’objet de publication c’est en général sous la forme de produits « maison », portant le nom de la société, sans introduction critique. Dans le cas d’Istanbul, une tendance à la prise en charge scientifique, par la collaboration avec des spécialistes, est observable. La publication des plans réalisés au début du XXe siècle par la société de Charles Ed. Goad Lted, a fait l’objet d’un travail de mise en contexte, de traitement spatial et fournit une bibliographie de référence. La mise en partage de la documentation dans sa double dimension archivistique et patrimoniale, ainsi que l’étude autonome des séries de plan sont des indicateurs forts d’une dynamique dans ce champ d’étude. Le renversement épistémologique ici observable, où le plan d’assurance incendie cesse d’être le reflet d’une réalité impossible à atteindre, s’alimente et entre en résonnance avec d’autres travaux urbanistes et historiques qui permettent de déconstruire le « regard de l’assureur », de progresser conjointement dans l’écriture d’une histoire locale et connectée de l’assurance.   

Il revient à l’équipe d’urbanistes et d’architectes chercheurs animé par Stéphane Yérasimos, d’avoir attiré l’attention sur la spécificité de l’histoire de l’assurance locale et posé certains jalons pour l’administration de ses archives cartographiques. Le plan d’assurance est alors inscrit au cœur d’un programme d’étude fécond, autour du thème de « la ville en feu », mettant en évidence des chaines documentaires, notamment la production légale et règlementaire, et formulant des hypothèses qui demeurent d’une grande actualité, tel que le lien entre l’élaboration des plans d’assurance, l’ingénierie municipale et le processus de cadastration de la terre.

Particulièrement dans le cas des villes de l’Empire ottoman,  l’histoire de l’assurance au XIXe siècle comporte des « trous » archivistiques et certaines limites historiographiques. Les ouvrages consacrés à l’histoire internationale de l’assurance sont peu nombreux, ils adoptent les contours de la profession actuelle, les études étant de plus en plus spécialisées, donnant lieu à une littérature technique de nature juridique, économique et financière, sans oublier les travaux mathématiques et statistiques. À cela s’ajoute un certain prisme évolutionniste dans la compréhension de l’histoire des assurances. La littérature dominante tend à ne prendre en considération que les pays industrialisés et historiquement actifs dans la diffusion de l’assurance et se caractérise par une approche institutionnelle où l’histoire de l’entreprise est appréhendée par l’étude des relations entretenues entre les sociétés et l’Etat. Dans ces conditions, l’histoire de l’assurance turque ou égyptienne se place hors du schéma classique de l’émergence des nouveaux marchés, et a longtemps été considérée comme un phénomène exogène, qui relèverait de la domination coloniale ou impérialiste. Les recherches en cours renversent la tendance en démontrant que le droit islamique n’a pas été un obstacle à la pratique assurancielle et que celle-ci appartient au temps long de l’histoire marchande ; une première étude envisage le développement de l’assurance au sein de l’Empire ottoman, d’autres travaux, du point de vue local et en lien avec les transformations de la propriété foncière.

En conséquence, outre son statut de carte et production culturelle, le plan d’assurance incendie doit aussi être envisagé en sa qualité d’instrument financier directement lié à l’essor du capitalisme ; il permet d’éclairer les articulations entre la réforme du droit de propriété et la prise en compte à la fois économique et politique du risque. Aborder l’assurance par sa production technique est une bonne entrée, cela mobilise une approche socio-historique fine des figures multiples engagées, du courtier à l’ingénieur, avec l’histoire des entreprises, banques et assurances, et ce, sans négliger sa dimension matérielle et architecturale. En conjuguant ces différentes approches, le plan d’assurance incendie devient une archive plus accessible, inscrite dans une tradition et située dans des processus locaux, au prix peut-être, il est vrai, d’une certaine perte de prestige.

Publications présentant des archives :

  • Banque impériale Ottomane : inventaire commenté des archives, Institut Français d’Études Anatoliennes, 1994.
  • Catalogue de l’exposition ‘Deux siècles de cartographie d’Istanbul et de son environnement – Istanbul ve cevresi üzerine iki Yüzyıl Boyunca Haritacılık’, M. Stern P. Lebouteiller, J-F Pérouse,  Istanbul, Notre Dame de Sion, 2013.
  • Charles Edouard Goad’in Istanbul Sigorta Haritalari (İstanbul büyûkehir Belediyesi, Kütüphane ve Müzeler Müdürlüğü),Dagdelen, Irfan ed. 2007.  
  • Jacques Pervitich Sigorta Haritalarında Istanbul, Istanbul : Axa Oyak, Tarih Vakfı Yayını, 2000.

Ouvrages et articles sélectionnés :

  • -Aygün A., Türk Haritacılık Tarihi (Histoire de la cartographie turque), 2 Cilt (vol.), Ankara : Harita Genel Müdürlüğü, 1980.
  • -Arnaud, J.-L., Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Parenthèses, 2008.
  • -Alleaume, G., « La production d’une économie nationale : remarques sur l’histoire des sociétés anonymes par actions en Egypte de 1856 à 1956 », Annales Islamologiques, n°31, 1997, p. 1-16.
  • -Chastagneret, G., Marin, B., Raveux, O. et Travaglini, C. (dir.) Les sociétés méditerranéennes face au risque : Economies, coédition IFAO, Casa de Velázquez, Ecole Française d’Athènes, Ecole Française de Rome, Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, 2012.
  • -Coanus, Thierry et Pérouse, Jean-François (dir.) « Villes et risques. Regards croisés sur quelque cités en danger », Anthropos, 2006. 
  • -Bekkin, Renat I.  « Islamic Insurance: National Features and Legal Regulation », Arab Law Quarterly, Vol. 21, No. 2, 2007, pp. 109-134
  • -Débarre, Ségolène, Du Méandre à l’Euphrate, l’Anatolie au prisme des savoirs géographiques allemands (1835-1895), (thèse ss dir Tissier), Paris I, 2011.
  • -Deweerdt, Charlotte, « Développement de l’assurance et du marché foncier à Alexandrie durant la seconde moitié du XIXe siècle », in Guéno, Vanessa et Guignard, Didier (dir.), Les acteurs des transformations foncières en Mediterranée, Karthala, 2013.
  • -Dupret, Baudouin, « Vent d’est, vent d’ouest » : l’Occident du droit égyptien », Égypte/Monde arabe,  n°30-31, 1997, (Les visions de l’Occident dans le monde arabe), p. 93-111.
  • -Edney, Matthew, H., Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India, 1765-1843, Univ. Chicago Press, 1997. 
  • -Encyclopédie de l’Islam, Leiden, E.J. Brill, 1965, Tome II, Article Dallâl
  • -Frangakis-Syrett, Elena, « Concurrence commerciale et financière entre les pays occidentaux à Izmir (XIXe-Debut du XXe siècles), In Jacques Thobie, Roland Perez et Salgur Kançal (ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Varia Turcica XXVIII, L’Harmattan, Ifea, 1996.
  • – Fries, Franck et Yerasimos, Stéphane (ed.),  La ville en feu, Actes de la journée du 4 juin 1993 / organisée par le laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».  Cahiers µ, n° 6-7, sept-déc.1993, p.67-86.
  • -Ientile, Damien, Histoire économique des assurances au XVIIIe et XIXe siècles en Europe, P.C Hautcoeur (dir.), ENS, Paris, p.1-17.
  • -Kayah, Fatih, Osmanlı Devleti’nde Sigortacılık, Libra Yayınlari, İstanbul, 2010.
  • -Lemercier, Claire et Zalc, Claire « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Les Editions de l’EHESS,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012 /4.
  • -Lepetit, Bernard et Topalov, Christian (ss dir), « La ville des sciences sociales », Ed. Belin, 2001.
  • -Mazlum, Deniz, 1766 İstanbul Depremi – Belgeler Işığında Yapı Onarımları (Le séisme d’Istanbul de 1766: la réparation des bâtiments à la lumière des documents), Istanbul,  İstanbul Araştırmaları Enstitüsü, 2011.
  • -Owen, Roger , « The middle East in the world economy 1800-1914 », Londres-New York, Methuen, 1981.
  • -Stanziani,  « Comparaison réciproque et histoire. Quelques propositions à partir du cas russe », in Jean-Paul Zuniga, Pratiques du transnational, Paris, CRH, 2011, pp. 209-231.
  • -Thobie, Jacques, “Conjoncture et stratégie: le groupe financier de l’Ottomane en 1914 », in BACQUE-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul (eds.) Economie et sociétés dans l’Empire ottoman (Fin du XVIIIe-Début du XXe siècle) : Actes du colloque de Strasbourg : 1-5 juillet 1980.
  • -Patrick Verley et Jean-Luc Mayaud, « Introduction. En l’an 2001, le XIXe siècle à redécouvrir pour les historiens économistes ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 23 / 2001, 7-21.
  • -Warner, Nicolas, « Sources for architectural and urban history, Charles Goad & the Fire Insurance Plans of Egypt (1898-1910)” in Mercedes Volait (dir.), Le Caire-Alexandrie architectures européennes, 1850-1950, CEDEJ-IFAO, 2001.
  • -Yerasimos, Stéphane,  « occidentalisation de l’espace urbain : Istanbul 1839-1871. Les textes règlementaires comme sources d’histoire urbaine », in Daniel Panzac, Les villes dans l’Empire ottoman : activités et sociétés, t. I, Marseille, CNRS, 1992, p. 97-119.

Autres liens utiles :

Études sur le quartier dans l’Empire ottoman et en Turquie

Türkçe çeviri

Mai 2013

Le quartier, en Turquie, n’a pas connu le réinvestissement dont il a fait l’objet récemment en France comme cadre d’action politique. On peut traduire “quartier” par deux termes: mahalle – unité administrative de base en ville – mais aussi semt, qui n’a aucune existence administrative mais est de plus grande taille et mieux connu à l’échelle de la ville. Si le quartier est réinvesti en Turquie, c’est d’abord comme imaginaire, notamment dans les productions télévisuelles et littéraires, dans un contexte d’étalement urbain et d’anonymat attribué à la grande ville. Partant de ce constat, ce présentoir thématique revient sur la manière dont le quartier dans l’Empire ottoman et en Turquie a été traité dans les sciences sociales.

Le quartier a longtemps été un terme obligé des études sur la ville ottomane, s’inscrivant dans une vision des villes islamiques, comme dépourvues d’identité collective, d’autonomie politique et d’initiatives populaires. Dans cette vision de la « ville islamique », le quartier apparaît comme une entité stable et fermée sur elle-même voire autarcique, étanche à l’influence étatique. Il constitue le symbole même – et le garant – de l’immobilisme d’une ville ottomane. Il symbolise aussi sa fragmentation : souvent constitué par une communauté religieuse groupée autour d’un lieu de culte, le quartier possède son propre marché, son école et sa fontaine, un café, le tout entretenu par des legs pieux; il est souvent vu comme une unité cohérente, souvent homogène ethniquement, linguistiquement, religieusement. Dans cette perspective, le quartier est synonyme de communauté et la ville est un patchwork. Vu comme une fraction du territoire dans la ville et non pas de la ville, le quartier est alors chargé d’un fort signe communautaire et identitaire (Rinaldo Marmara, 2003).

La critique et la mise à distance de cette vision dans les travaux d’histoire urbaine à partir des années 1970 ont conduit à réviser en profondeur cette conception essentialiste du quartier. Dans cette nouvelle historiographie – qui d’ailleurs prend rarement le quartier frontalement pour objet – l’accent est mis plus sur les habitants et les relations qui les unissent que sur les caractéristiques physiques du quartier. Ce dernier apparaît désormais comme une entité souple et imprécise, mais aussi plus hétérogène socialement et ethniquement. Il est considéré comme un lieu de passage, de circulations et d’échanges autant que d’appartenance et, plutôt que sa fermeture, on souligne ses relations avec les autres quartiers et la ville dans son ensemble. S’il était géographiquement l’unité la plus petite, le quartier semble avoir été l’échelle la plus significative dans la vie quotidienne des habitants de la ville d’un point de vue social, économique et relationnel. Toutefois, à l’exception de l’étude de Cem Behar qui a été rendue possible grâce à la richesse de son corpus d’archives (registres des maires de quartiers), les sources permettant l’analyse du tissu social sont peu nombreuses et éparses. Cela est peut-être également lié au fait que les données issues des recensements de population ne sont pas désagrégées au niveau des quartiers, ce qui rend difficile toute analyse à l’échelle micro-locale.

Pour la période républicaine, les études sur le quartier sont encore plus lacunaires. Autant le village a été largement étudié – dans une perspective de modernisation et d’intégration à la nation, y compris dans sa dimension politique -, autant le quartier a été délaissé. Ainsi, il existe très peu de recherches de sociologie politique sur les quartiers et leurs maires. Quelques travaux adoptent une perspective de science administrative et s’attardent sur le rapport entre les mahalle et les autres administrations et l’adaptation de leurs moyens aux buts qui leurs sont fixés. Le quartier apparaît à la marge dans les études sur la politique locale. Il a cependant été étudié comme lieu d’engagement et de tensions politiques, en particulier dans les années 1970 (1 mayıs, Şükrü Aslan). Très récemment, quelques travaux considèrent le quartier comme espace de participation politique de proximité, dans une perspective de démocratisation.

Le quartier est revenu au-devant de l’actualité turque en 2007 et 2008, avec le débat sur le mahalle baskısı, littéralement la « pression du quartier », lancé par l’une des figures les plus connues de l’histoire et des sciences politiques turques, Şerif Mardin. Définie par Mardin comme « le regard » de l’autre, la pression renvoie au contrôle social immanent à la société, qui s’exercerait d’autant plus facilement que l’espace concerné est réduit et la proximité forte. Pour ce dernier, en tant qu’espace de vie aux acteurs multiples échappant largement à l’emprise de l’État, le quartier constituerait l’espace même de ce type de pression dans les villes ottomanes et turques. Il serait ainsi susceptible de mettre en danger le projet de modernisation de la société par le haut, non par son inertie, mais par son pouvoir de résistance et sa capacité à imposer des normes alternatives. Le débat afférent, plus médiatique qu’académique, s’est concentré sur l’existence d’une telle pression – notamment concernant le port du voile – et sur son potentiel à entraîner une islamisation par le bas, dans un contexte politique fortement clivé.

Malgré la multiplicité des angles adoptés pour traiter du quartier, celui-ci n’est pas pour autant une entrée privilégiée pour étudier la complexité des phénomènes urbains. Paradoxalement, en dehors du cadre universitaire, on remarque un phénomène de retour sur le quartier. Dans le contexte d’hyper-métropolisation et d’internationalisation d’Istanbul, la réhabilitation du quartier a parfois conduit à une nouvelle forme d’essentialisme, où le terme est souvent associé à une conception pittoresque et nostalgique – et quelque peu réifiante – du passé.

Sélection d’ouvrages

  • Egemen Yılğur, Nişantaşı Teneke Mahallesi, Teneke Mahalle Yoksulluğundan Orta Sınıf Yerleşimine, Istanbul, İletişim, 2012.
  • Cem Behar, Neighborhood in Ottoman Istanbul: Fruit Vendors and Civil Servants in the Kasap İlyas Mahalle, Istanbul, State University of New York – Suny, 2003.
  • Şükrü Aslan, 1 Mayıs Mahallesi : 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeleler ve Kent, Istanbul, İletişim, 2004
  • M. Poyraz, L. Gandais, Ş. Aslan, Les quartiers populaires et la ville. Les varoş d’Istanbul et les banlieues parisiennes, Paris, L’Harmattan, 2004.
  • Amy Mills, Streets of Memory: Landscape, Tolerance, and National Identity in Istanbul, University of Georgia Press, 2010.
  • Erol Tümertekin, İstanbul’da bir sanayı bölegesi Bomonti, Istanbul, Istanbul Universitesi, 1967.
  • Didem Danış, Ebru Kayaalp, Elmadağ: A Neighborhood in Flux, Istanbul, Les dossiers de l’IFEA, 2004.
  • “De l’empire ottoman à la Turquie actuelle : Le quartier (Mahalle). Approche des normes et des usages », Dossier préparé par Işık Tamdoğan dans Anatolia Moderna X, Istanbul, IFEA, 2004.
  • Numéro de la revue Istanbul sur le mahalle
  • Özer ERGENÇ, « Osmanlı Şehrindeki Mahallenin İşlev ve Nitelikleri Üzerine » dans Osmanlı Araştırmaları Dergisi, 4, 1984.
  • Tolga Islam, İstanbul’da soylulaştırma : Galata örneği : Yüksek Lisans Tezi : Tez danışmanı İsmet Ağaryılmaz : Yıldız Teknik Üniversitesi İstanbul 2003.
  • Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909), De l’Etat au quartier, Karthala, 2013.
  • Ruşen Çakır, Mahalle baskısı. Prof. Şerif Mardin’in Tezlerinden Hareketle Türkiye’de İslam, Cumhuriyet, Laiklik ve Demokrasi, Istanbul, Doğan Kitap, 2008
  • İrfan Bozan, Ruşen Çakır Mahalle baskısı var mı, yok mu ? Istanbul, Doğan kitap, 2009.
  • Alada, Adalet, Osmanlı-Türk Şehrinde Mahalle, Istanbul, Sümer Kitapevi, 2008.
  • Arıkboğa, E., « Yerel yönetimler, Katılım ve Mahalle Muhtarlığı », mémoire de master, Université de Marmara, 1998.
  • Şevran S., « The place of neighborhood administration in the Turkish administrative system: the case of Ankara », thèse de master, Middle East Technical University, 2005.
  • Türk Belediyecilik Derneği, Konrad Adenauer Vakfı, Mahalle muhtarları ve belediye ilişkileri, Ankara, 1998.
  • IULA-EMME, Kent Yonetimlerinin Demokratiklesmesi Surecinde Mahalle, Istanbul, Kent basımevi, 2000.
  • Ortaylı, İ. Tanzimat Devrinde Osmanlı Mahalli İdareleri (1840- 1880), Ankara: TTK Yayınları, 2000.
  • Erder, Sema, Istanbul’a bir kent kondu. Ümraniye, Istanbul, İletişim, 1996.
  • Hüseyin Irmak, İstanbul’da bir kadim semt yaşadığım Kurtuluş, Istanbul, Aras, 2003
  • Pinçon, Michel, Pinçon-Charlot, Monique, Les Ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Seuil, 2007.
  • Authier, Jean-Yves ; Guérin-Pace, France ; Bacqué, Marie-Hélène, Le quartier : Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2007.
  • Keller, Suzanne, The urban neighborhood : a sociological perspective, Random, 1968.

Quand les séries télévisées s’emparent de la transformation urbaine…Ville perdue?

kayipsehir

Türkçe çeviri

Pour la dernière fois, le 26 mars 2013, a été diffusé sur la chaîne Kanal D un épisode du feuilleton télévisé turc « ville perdue » (Kayıp şehir) ; l’occasion de revenir sur la fabrique symbolique du quartier à travers les séries télévisées et plus précisément sur leur nouveau sujet de prédilection : la transformation urbaine d’Istanbul.

Depuis le milieu des années 1980, et la première série Perihan Abla qui connu un succès tel qu’une des rues du quartier de Kuzguncuk, dans lequel elle a été tournée, a été renommée depuis du nom de la série, le quartier (mahalle) est le décor et à la fois le sujet récurrent des séries télévisées turques. En effet, nombreuses sont les séries qui prennent pour cadre un quartier précis d’Istanbul : Perihan Abla-Kuzguncuk, Süper baba-Çengelköy, Babaevi-Emirgan, Ikinci Bahar-Samatya, Avrupa Yakası-Nişantaşı, et enfin Kayıp şehir-Tarlabaşı. Par ailleurs, dans la série, Mahallenin muhtarları, le quartier n’était pas identifié ainsi que dans les récentes séries Cennet Mahallesi (le quartier du paradis) qui se déroule quelque part dans les quartiers périphériques d’Istanbul et Ağır Roman Yeni Dünya dans le quartier de Choléra, une version mythifiée du quartier de Dolapdere (voir le Dipnot de Timour Muhidine).

Selon Hulya Tufan Tanriöver, la présence pesante de la famille et du mahalle dans les feuilletons turcs peut s’expliquer par une certaine commodité technique spécifique au genre. En effet, les feuilletons nécessitent des lieux où les personnages peuvent se rencontrer d’une manière aussi réaliste et naturelle que possible. Le mahalle est également un contexte idéal pour la structure narrative parce qu’il offre la possibilité de passer de l’intérieur à l’extérieur, du privé au public (et vice-versa) sans coupure dans l’imaginaire du téléspectateur. En ce sens, le quartier constitue l’unité de lieu parfaite pour la dramaturgie des feuilletons turcs.

Outre cette commodité technique, en choisissant le thème du quartier, les producteurs de séries alimentent un nouveau regard porté sur le quartier. En effet, depuis une voire deux décennies, le recours à la référence du quartier est de plus en plus perceptible à Istanbul. Dans cette ville qui enregistre officiellement quinze millions d’habitants, l’imaginaire du quartier en tant qu’espace de proximité et de cordialité préservé de la modernité inhospitalière et de l’anonymat de la grande ville est activé. Cette activation symbolique se fait principalement par le biais des productions littéraires et télévisuelles et sert également les édiles municipaux qui veulent faire des quartiers centraux un lieu stratégique pour la finance et le tourisme.

Les séries contribuent donc à produire et à reproduire l’imaginaire du quartier qui se décline sur plusieurs chaînes et à toutes les plages horaires à tel point que le sociologue Tayfun Atay dans une récente interview donnée à HaberTurk parle de « televizüel mahalle baskısı » (pression télévisuelle du quartier).

Si le quartier est un des thèmes majeurs des séries télévisées depuis le milieu des années 1980, le fait qu’elles se soient récemment emparées du sujet de la transformation urbaine est en revanche une grande nouveauté.

Le 14 septembre 2012, une nouvelle série était diffusée sur les écrans. Du nom de « ville perdue », la série décrivait l’histoire de la famille Toptaş arrivée de Trabzon et installée dans le quartier de Tarlabaşı habité par des travestis, des çingene et connu pour ses problèmes de violence, notamment chez les enfants. La série a commencé à être diffusée tous les vendredi soirs à 22h30 puis a changé de plage horaire pour être retransmise les lundi matins. Puis, à la fin du mois de janvier, mécontent des changements d’horaires et du peu d’audience que récoltait la série, le réalisateur Cevdet Mercan quitte le projet. Au bout de seize épisodes, la série s’arrête donc. Il est difficile d’expliquer le peu de succès qu’a rencontré la série. De la même manière, que pour les mall qui, à Istanbul, se multiplient à une vitesse ahurissante, les nouvelles séries auraient-elles une durée de vie médiatique réduite au temps de leur lancement ? Autrement dit, l’effet de mode passé, la série s’essoufflerait.

Quelles que soient les raisons de son insuccès, et hormis le fait que prendre un sujet aussi sensible et le transformer en potentielle réussite économique dans le marché des dizi soit critiquable, c’est le choix du calendrier qui surprend. En effet, au moment même où le quartier de Tarlabaşı est un chantier à ciel ouvert, duquel ses habitants ont été déplacés ; au moment même où toute la nouvelle terminologie du renouvellement urbain promu par la municipalité (« Yenileme », « Guzelleştirme », « Kentsel Dönüşüm », « kentsel tasarım », « düzenleme », « restorasyon », « renovasyon », « modernleştirme ») sont autant de mots qui cachent une résolution de mettre à l’écart des populations considérées comme dangereuses, la série fait de Tarlabaşı un quartier qui appartient déjà au passé, « ville perdue ». Pas étonnant que le scénariste de la série soit Tomris Giritlioğlu, une productrice de cinéma qui aimait déjà traiter du passé, notamment dans son film sur les événements de 1955 (Güz Sancısı).

Dans une mauvaise concomitance donc, la série banalise et normalise le projet de transformation urbaine et réécrit l’histoire du quartier à peine détruit par les bulldozers. Dernière ironie du scénario, un des caractères principaux s’appelle Kadir Toptaş, à une lettre près comme le maire d’Istanbul (Topbaş).

Enfin la suppression de cette série suit également l’arrêt d’une autre série qui adapte sur les écrans télé le roman du récemment disparu Metin Kaçan, Ağır Roman. À croire que la transformation urbaine ne fait pas rêver les familles.

Le commerce : Un objet d’étude multiforme et pluridisciplinaire

Türkçe çeviri

Mars 2013

« Les clients continuent à venir chez moi car chez DIA, on fait passer les produits à la caisse et on ne dit que bonjour et au revoir. Ici, les gens me connaissent, ils prennent le temps de discuter. »

Ces paroles d’un épicier de Tophane illustrent le fait que le local commercial, lieu d’échanges de nature économique, est également un espace traversé de relations interpersonnelles variées ; la discussion avec un commerçant peut donner lieu à un échange d’informations, la sélection de tel ou tel lieu pour faire ses achats peut résulter de choix identitaires… Ces critères de choix associés à la recherche du moindre coût, à l’accessibilité des lieux et à la nature de l’offre donnent lieu à la création de territoires de consommation révélant l’évolution du profil social et de la structure urbaine des territoires d’Istanbul.
 Le commerce comme objet d’étude a un intérêt particulier à Istanbul, qui fut tout au long de son histoire une plaque tournante du commerce dont l’importance et l’ancienneté est encore visible dans le tissu urbain, notamment au sein de la péninsule historique. Le Grand Bazaar, parfois considéré comme le premier exemple de centre commercial (Rem Koolhaas), ou encore les han, ces ensembles de locaux commerciaux situés à Eminönü depuis le début de l’Empire ottoman, pouvant tout à la fois jouer le rôle d’atelier de production et de lieu de vente, témoignent du riche passé commerçant de la ville.
Aujourd’hui, Istanbul constitue un bassin de quatorze millions de consommateurs (auxquels s’ajoutent les neuf millions et demi de touristes annuels (chiffre de 2011)) établis sur un territoire en forte croissance spatiale. Portées par ces dynamiques, la quantité et la variété des formes de commerce ont considérablement augmenté depuis les années 1990. Aux petits commerces (épiciers, vendeurs de fruits…), vendeurs ambulants et marchés fermés ou ouverts se sont ajoutées des formes variées de lieux de consommation ; les centres commerciaux (dont le premier, Galleria, a été inauguré en 1988), les supermarchés et hypermarchés (arrivée de Carrefour en 1993 sur la rive asiatique), les surfaces spécialisées (Bauhaus, enseigne spécialisée dans le bricolage implantée en 1996 à côté du premier Carrefour), marques discount, enseignes franchisées, petits formats des grandes marques tels Carrefour Express… Le commerce est de plus en plus multiforme, favorisant les compétitions mais aussi les complémentarités. Cette progression de l’offre commerciale est parfois particulièrement intense; les AVM (alışveriş merkezi, centre commercial) sont non seulement présents en quantité (en 2010, le nombre des AVM achevés dans le département d’Istanbul était estimé à quatre-vingt-seize par l’Association des Investisseurs en Centres Commerciaux (AYD)) mais servent également d’outils à l’urbanisme. Supports du marketing urbain, ils sont très souvent associés aux projets résidentiels ou mixtes dont ils constituent parfois le fer de lance. Ainsi, le commerce était et devient encore davantage un élément central des projets urbains, particulièrement omniprésent à Istanbul.

Ainsi, une première série d’ouvrages reviendra sur les formes historiques du commerce stambouliote en revenant sur l’histoire des commerçants, des marchés et des han.
Une deuxième série d’ouvrages et d’articles illustre la variété des formes du commerce à Istanbul, du Grand Bazar (Story of Grand Bazaar, Çelik Gülersoy), aux vendeurs informels (Marchands de rue à Istanbul, Présence urbaine d’une offre commerciale en perpétuelle recomposition spatiale, Joël Meissonnier) en passant par les centres commerciaux (The shopping mall as an emergent public space in Turkey, Erkip) et les épiciers (journal de la chambre de commerce des épiciers).
Une troisième série de livres et d’articles se propose de fournir des exemples de travaux explorant le commerce, le commerçant et les pratiques de consommation comme des objets d’étude qui cristallisent et provoquent un certain nombre de dynamiques économiques, sociales et urbaines. La sélection ne s’est pas limitée au cas d’Istanbul mais a tenté de rendre compte avant tout de la richesse de cette approche en laissant la place à des ouvrages théoriques tels les travaux de Daniel Miller, un anthropologue qui a étudié pendant un an les pratiques de consommation d’une rue londonienne.

Ce présentoir, sans être exhaustif, souhaite illustrer à travers une variété de supports (articles, magazines, livres, thèses) et d’approches (études de cas, romans, ouvrages théoriques) les formes diverses que peuvent prendre les espaces de l’échange commercial et l’intérêt de leur analyse pour la compréhension de phénomènes de nature économique, sociale et urbaine, sur les territoires urbains en général et à Istanbul en particulier.

Liste des ouvrages sélectionnés pour le présentoir

  • CEZAR, Mustapha, (1985), Tipik yapılariyle Osmanlı şehirciliğinde çarşı ve klasik dönem imar sistemi,  MSÜ Mimarlık Fakültesi
  • BECH, Victoire, (2010), L’incidence de la gentrification sur la vie nocturne du quartier Tünel Asmalimescit à Beyoglu (Istanbul), enquête de terraindans le cadre du Séminaire sur la Turquie contemporaine, à l’Institut français des études anatoliennes d’Istanbul (IFEA)
  • DESSE., R-P, FOURNIE, A., GASNIER A., LEMARCHAND, N., METTON., A., SOUMAGNE., J., (sous la direction de), (2008), Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
  • ERKIP, F., (2003), « The shopping mall as an emergent public space in Turkey », Environment and Planning A, 2003, volume 35, pp. 1073-1093.
  • HARİS, Exertzoglou,(2003),  “The cultural uses of consumption: Negotiating class, gender, and nation in the ottoman urban centers during the 19th century” Int. J. Middle East Stud. 35
  • FİDAN, Mehmet Sadettin, (2009), Geçmişten günümüze Türk hanları, İstanbul Tıcaret odası
  • FOX Richard, T. LEARS, Jackson Editors (1983), The Culture of Consumption: Critical Essays in American History,1880-1980,
  • GÜLERSOY Çelik, (1990), Story of the Grand Bazaar, Istanbul Kitaplığı
  • GÜNDÜZ Özdeş, (1998), Türk çarşıları, Tepe yayıları.
  • İLKUÇAN, Altan, Gentrification, community and consumption: Constructing, conquering and contesting “the Republic of Cihangir”, Master of science in business administration in the department of management of Bilkent university, Ankara
  • İSTBAKO, Revue Bakkal Dünyası, (juillet-aout 2008) n°8
  • KOÇU, Reşad ekrem, (2002), Tarihte İstanbul esnafı, Doğan Kitapçılık
  • LEHMAN-FRISCH, Sonia, CAPRON, Guénola,  « Le sentiment de quartier en milieu gentrifié : de San Francisco à Bogotá », Le quartier, Collection Recherche, La Découverte, (2007)
  • MEISSONNIER, J., (2006), Marchands de rue à Istanbul, Présence urbaine d’une offre commerciale en perpétuelle recomposition spatiale, Les dossiers de l’Ifea (série : la Turquie aujourd’hui), n°19.
  • MILLER Daniel, « Une rue du nord de Londres et ses magasins : imaginaire et usages »,
    Ethnologie française, 2005/1 Vol. 35, p. 17-26. DOI : 10.3917/ethn.051.0017
  • İSTOÇ, Plaquette de promotion projet commercial
  • Revue Urbanisme (2011), «  Le centre commercial contre la ville ? », n°377
  • SHIELDS Rob, (1992), Lifestyle Shopping, The subject of consumption, The international library of Sociology
  • TANATAR-BARUH, Lorans,(1993), Study in Commercial Life and Practices in Istanbul at the Turn of the Century : The Textile market, I and II, BA in Economics : Boğaziçi University
  • UNDERHILL, P. 2004. Call of the Mall: The Geography of Shopping. Simon & Schuster.
  • ZOLA, Au bonheur des dames, Folio Classique

Çok şekilli ve disiplinlerarası bir çalışma konusu olarak ticaret

Version française

Mart 2013

« Müşteriler bana gelmeye devam ediyorlar çünkü Dia’da ürünler kasadan geçirilip sadece merhaba ile güle güle deniliyor. Burada, insanlar beni tanıyor, benimle sohbet ediyorlar. »

Tophane’deki bir bakkalın bu sözleri, alışveriş yeri olan ticarethanelerin çeşitli kişilerarası ilişkilere de gebe bir mekan olduğunu, esnafla yapılan sohbetin bilgi sağlayıcı tarafını ve alışveriş yapılacak yerin seçiminin de birtakım seçimlerden doğduğunu göstermektedir… Düşük fiyat arayışı, ulaşım kolaylığı ve de arzın özelliklerine bağlı olan bu seçim kıstasları, İstanbul’un kentsel yapısı ve toplumsal profilinin göstergesi olan tüketim bölgelerini doğurmaktadır.

 Çalışma konusu olarak İstanbul ticarethaneleri ayrı bir önem teşkil etmektedir. Tarih boyunca bir ticaret merkezi olmuş İstanbul’un bu anlamda önem ve geçmişi halen kent dokusunda kendisi bilhassa tarihi yarımadada göstermektedir. Bazen ilk AVM örneği olarak kabul gören (Rem Koolhaas) Kapalı Çarşı ya da Osmanlı İmparatorluğu başından bu yana  Eminönü’nde konuşlanmış ticarethane toplulukları olan hanlar, hem üretim hem de satış mekanları olabilmeleri bakımından şehrin ticari geçmişinin zenginliğine işaret etmektedir.  

Bugün İstanbul kuvvetli bir mekansal büyüme bölgesine konuşlanmış on dört milyonluk tüketici havuzuna tekabül etmektedir ki buna yılda dokuz buçuk milyon turist (2011 sayımları) eklenmektedir. Böylesi bir hareketlilik sonucu, 1990lı yıllardan itibaren ticarethanelerin sayı ve çeşitleri ciddi şekilde artış göstermiştir. Küçük ticarethane (bakkal, manav), işportacı, açık ya da kapalı pazar yerlerine çeşitli tüketim mekanları katılmıştır ; AVMler (ilki 1988’de açılan Galleria), süper ve hiper marketler (1993’de Asya tarafına Carrefour’un gelişi), temalı gros marketler (1996’da ilk Carrefour’un yanına ‘kendin kur’ temalı Bahaus kuruluşu), indirim süpermarketleri, özel isim kullanma hakkı gerektiren markalar, Carrefour Express gibi büyük markaların küçük boyutluları gibi… Alışveriş mekanlarının giderek çokşekillileşmesi rekabet ve tamamlayıcılığı kuvvetlendirmektedir. Ticari arzın bu ilerleyişi bazen kuvvetli şekilde kendini gösterebilir ; AVMler (alışveriş merkezleri) yalnızca rakam bakımından öne çıkmakla kalmayıp (2010’da Alışveriş Merkezi Yatırımcıları Derneği İstanbul’da bitirilen AVM sayısının tahmini olarak doksan altıyı bulacağı belirtmiştir) ayrıca şehircilik alanında bir araç görevi de görmektedir. AVMler şehircilik pazarlamasının bir aracı olarak çoklukla toplu konut projelerinin en önemli unsuru olarak öne çıkmaktadır. Yani alışveriş mekanları kentleşme projelerinde eskiden oldukları gibi hatta bugün daha da fazla kilit unsur olarak İstanbul’un her yerinde karşımıza çıkmaktadır.

İlk eser seçkisi İstanbullu ticaretin tarihsel boyutu hakkında olup esnaf, pazar ve hanların tarihini ele almaktadır.

İkinci seçki İstanbul’daki esnaf dükkanlarının çeşitliliğini, Kapalıçarşı’dan (Story of Grand Bazaar, Çelik Gülersoy), işportacılara (Marchands de rue à Istanbul, Présence urbaine d’une offre commerciale en perpétuelle recomposition spatiale, Joël Meissonnier), AVMlerden (The shopping mall as an emergent public space in Turkey, Erkip) bakkallara (bakkallar odası gazetesi) değinerek göstermeyi amaçlamaktadır.

Üçüncü kitap ve makale seçkisi, bir takım ekonomik, toplumsal ve kentsel hareketlenmeleri ateşleyen ve oluşturan ve bir çalışma konusu olarak ele alınan dükkan, esnaf ve tüketim alışkanlıkları üzerine yapılmış çalışma örneklerini sunmayı amaçlamaktadır. Seçki yalnızca İstanbul ile sınırlı olmaktansa yöntemin zenginliğini ortaya koymak adına, antropolog Daniel Miller’ın bir yıl boyunca Londra’da bir sokakta tüketim alışkanlıklarıyla ilgili yaptığı çalışması gibi kuramsal çalışmalara yer vermek istemiştir.

Bu vitrin, gerek belge (makale, dergi, kitap, tez) gerekse yöntem (saha çalışması, roman, kuramsal eser) çeşitliliği sayesinde alışveriş mekanlarının bürünebileceği şekil ve genel olarak kent alanları ve özellikle İstanbul’da görünürleşen ekonomik, toplumsal ve kentsel olguları anlamak adına yapılan incelemeleri sunmaya bir kapsam iddası olmaksızın çalışmaktadır.

Vitrin için seçilmiş kitap listesi:

CEZAR, Mustapha, (1985), Tipik yapılariyle Osmanlı şehirciliğinde çarşı ve klasik dönem imar sistemi,  MSÜ Mimarlık Fakültesi
BECH, Victoire, (2010), L’incidence de la gentrification sur la vie nocturne du quartier Tünel Asmalimescit à Beyoglu (Istanbul), enquête de terraindans le cadre du Séminaire sur la Turquie contemporaine, à l’Institut français des études anatoliennes d’Istanbul (IFEA)
DESSE., R-P, FOURNIE, A., GASNIER A., LEMARCHAND, N., METTON., A., SOUMAGNE., J., (sous la direction de), (2008), Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
ERKIP, F., (2003), « The shopping mall as an emergent public space in Turkey », Environment and Planning A, 2003, volume 35, pp. 1073-1093.
HARİS, Exertzoglou,(2003),  “The cultural uses of consumption: Negotiating class, gender, and nation in the ottoman urban centers during the 19th century” Int. J. Middle East Stud. 35
FİDAN, Mehmet Sadettin, (2009), Geçmişten günümüze Türk hanları, İstanbul Tıcaret odası
FOX Richard, T. LEARS, Jackson Editors (1983), The Culture of Consumption: Critical Essays in American History,1880-1980,
GÜLERSOY Çelik, (1990), Story of the Grand Bazaar, Istanbul Kitaplığı
GÜNDÜZ Özdeş, (1998), Türk çarşıları, Tepe yayıları.
İLKUÇAN, Altan, Gentrification, community and consumption: Constructing, conquering and contesting “the Republic of Cihangir”, Master of science in business administration in the department of management of Bilkent university, Ankara
İSTBAKO, Revue Bakkal Dünyası, (juillet-aout 2008) n°8
KOÇU, Reşad ekrem, (2002), Tarihte İstanbul esnafı, Doğan Kitapçılık
LEHMAN-FRISCH, Sonia, CAPRON, Guénola,  « Le sentiment de quartier en milieu gentrifié : de San Francisco à Bogotá », Le quartier, Collection Recherche, La Découverte, (2007)
MILLER Daniel, « Une rue du nord de Londres et ses magasins : imaginaire et usages »,
Ethnologie française, 2005/1 Vol. 35, p. 17-26. DOI : 10.3917/ethn.051.0017
İSTOÇ, Plaquette de promotion projet commercial
Revue Urbanisme (2011), «  Le centre commercial contre la ville ? », n°377
SHIELDS Rob, (1992), Lifestyle Shopping, The subject of consumption, The international library of Sociology
TANATAR-BARUH, Lorans,(1993), Study in Commercial Life and Practices in Istanbul at the Turn of the Century : The Textile market, I and II, BA in Economics : Boğaziçi University
UNDERHILL, P. 2004. Call of the Mall: The Geography of Shopping. Simon & Schuster.
ZOLA, Au bonheur des dames, Folio Classique

La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale

Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux et même violents – adopté une loi relative à la création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines (Büyükşehir Belediyesi), qui s’ajoutent aux 16 existantes, instituées à la suite de la loi sur les municipalités métropolitaines de 1984. Les nouvelles municipalités métropolitaines sont Tekirdağ, Balıkesir, Manisa, Aydin, Denizli, Muğla, à l’ouest du pays ; et Trabzon, Hatay, Şanlıurfa, Kahramanmaraş, Mardin et Van, à l’est.

Les nouveaux départements métropolisés au terme de la loi no 5779 du 12/11/2012

Suite à cette nouvelle loi, 56 millions de citoyens turcs – soit beaucoup plus de la moitié de la population totale du pays – vont désormais dépendre dans leur vie quotidienne d’une municipalité métropolitaine, même s’ils habitent dans de lointains villages et hameaux périphériques (subitement transformés en “quartiers” urbains). En outre, le régime métropolitain va s’appliquer à l’ensemble du territoire des départements, absorbant des territoires ruraux et faiblement peuplés, voire déserts. Ce, pour certaines des anciennes municipalités métropolitaines encore entourées d’espaces ruraux départementaux (Adana, Ankara, Antalya, Bursa, Diyarbakır, Eskişehir, Erzurum, Gaziantep, İzmir, Kayseri, Konya, Mersin, Sakarya  et Samsun) et pour la totalité des nouvelles. Autrement dit, le maire d’Antalya sera responsable de l’aménagement des alpages des montagnes et des vallées des rivières du Taurus. Cette décision d’extension revient à une mainmise sur leurs périphéries par les métropoles. Le processus a commencé en juillet 2004 avec l’extension des limites de la municipalité métropolitaine d’Istanbul à l’ensemble du département (il) d’Istanbul.

Cette “extension du domaine de l’urbain” a suscité des objections surtout du côté des municipalités de second rang (belde belediyeleri) qui ont été supprimées par cette loi, soit plus de 1500 municipalités (1032, ravalées au rang de quartiers/mahalle de municipalités métropolitaines en expansion, et 559 reléguées au statut de villages/köy). Après le premier nettoyage de mai 2008, on assiste donc à une deuxième rétraction du semis municipal en Turquie. A l’heure de la décentralisation administrative, cette suppression assez radicale de niveaux de gestion territoriale et locale peut surprendre. Les arguments développés par les opposants à cette loi ont peu porté sur la question de la démocratie locale mais plutôt sur le fait que cette loi viserait en fait à faire disparaître nombre de municipalités d’opposition et à modifier la carte électorale au profit de l’AKP… en prévision des élections locales de mars 2014 (voir “Ne fermez pas nos petites municipalités”, Cumhuriyet 30-10-2012, p. 24 ; « Akyaka, le paradis contre la métropole », Cumhuriyet, 30-09-2012). En outre, dans les 29 départements pleinement métropolisés disparaît sans appel une des plus anciennes collectivités territoriales, l’Administration Spéciale du Département (İÖİ). Dans la mesure où l’AKP contrôle la plupart des Assemblées départementales concernées, cette mesure n’a pas suscité de tollé. Elle relève néanmoins d’un mode assez centralisateur et autoritaire de révision de la carte administrative…  et de l’architecture des pouvoirs locaux.

Au-delà de cet aspect “charcutage électoral” (Voir “45 000 voix ont d’un coup changé de lieu”, Radikal, 9-11-2012, p. 9), ce qui mérite attention dans cette loi c’est le rapport dominant au territoire qu’elle institue ou confirme. Pour l’AKP, le territoire turc n’existe, manifestement, que par et pour les métropoles qui le structurent et en premier lieu pour Istanbul. Autrement dit, il n’y a plus de rural – les villages des départements métropolisés, qui avaient une personnalité juridique, ont perdu celle-ci et sont devenus des quartiers urbains -, il n’y a plus de petite ville, plus de ville moyenne, il n’y a que des métropoles, acteurs et pivots uniques de “l’aménagement du territoire” en Turquie. Déjà, à l’inverse des mots d’ordre des premières élections sur le développement local, pour les élections de juin 2011 l’AKP avait mis l’accent sur les métropoles dans son programme politique pour la Turquie future. Il n’était de futur que dans, par et pour les métropoles. Il y a donc eu une inflexion de l’approche du développement territorial qui s’est traduite par une polarisation sur les métropoles. L’avenir est dans les grandes villes et le destin des territoires peu ou pas urbanisés semble être uniquement de servir les intérêts des métropoles auxquelles ils sont soumis, en ressources primaires et espaces de détente et de débordement. De nouveaux territoires, jusque-là préservés par leur statut rural, entrent ainsi dans la zone d’influence et de prédation de l’économie urbaine et de la politique urbaine, trop souvent définies à court terme et fondées sur la recherche d’une rente rapide et optimale.

L’ingénierie territoriale impulsée par l’AKP est donc de plus en plus exclusivement urbaine. Elle bouscule tous les cadres, elle ne recule devant rien, comme la perspective annoncée de renouveler en vingt ans la moitié du stock de bâtiments du pays… dans le cadre de la transformation urbaine généralisée (loi de mai 2012) qui fait office de politique urbaine unique et partout appliquée.

Références

  • Yılmaz Önder «Büyükşehir tartışması », Milliyet, 29-10-2012.
  • Güngör Uras, « 16 + 13 = 29 büyükşehirlerimiz oldu », Milliyet, 14-11-2012, p. 7.
  • Sönmez Mustafa « AKP Rejiminin Büyükşehir Oyunu », Cumhuriyet, 17-11-2012, p. 10.
  • Pérouse Jean-François. Les petites villes du département d’Ankara. In: Annales de Géographie. 1994, t. 103, n°575. pp. 29-40. doi : 10.3406/geo.1994.13723 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1994_num_103_575_13723 Consulté le 22 novembre 2012
  • Pérouse Jean-François. Istanbul et l’État turc. La métropole contre l’Ètat ?, in : Le pouvoir et la ville à l’époque moderne et contemporaine, Collection KUBABA, Série Actes I, Université de Paris I /Institut Catholique de Paris, Actes du colloque « La ville au cœur du pouvoir » Paris 7-8 décembre 2000, Vol. 2, 2002, p. 219-242 ;
  • Pérouse Jean-François. Is the “Marmara Region” really a developed region? Metropolis versus Region”, Geographische Rundschau International Edition, Vol. 5, No. 3/2009, pp. 40-46
  • Pérouse Jean-François. La difficile affirmation des villes moyennes turques comme symptôme de dysfonctionnements politico-économiques in : Charbonneau F, Lewis P. & Manzagol, C. (éd.) (2003), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement de l’analyse et des stratégies, Actes du colloque international, Université de Montréal, du 18-20 septembre 2002, Montréal, Trames/UM, pp. 92-99).