Archives par mot-clé : frontières

Le mont Ararat et son borderland, un espace marginalisé ?

Carte de l’Ararat. Clic droit pour afficher la carte dans ses dimensions originales

Nous sommes deux étudiants de Sciences Po Grenoble en master spécialisé sur le Moyen-Orient. Actuellement en année de césure, nous réalisons un projet d’aventure qui a pour but de faire l’ascension de 14 sommets transfrontaliers et d’étudier les dynamiques à ces frontières.

Pour en savoir plus sur le projet : https://thecbmt.com/

Le 4 février 2021, le gouvernement turc a déclaré la réouverture officielle du mont Ararat (Ağrı Dağı) aux alpinistes1. Entre 2015 et 2021, l’accès à cette montagne sacrée était interdit suite à la reprise des combats entre l’armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), entravant le potentiel touristique de l’Ararat. Si cette ouverture se révèle être durable, elle pourrait ainsi atténuer la marginalisation de la région.

Plus haut sommet turc, le mont Ararat est un volcan situé sur le haut plateau arménien à l’extrême est de la Turquie. Il est composé de deux sommets, le grand Ararat et le petit Ararat, culminant respectivement à 5137 et 3896 mètres d’altitude.

L’Ararat constitue un objet d’étude intéressant à plusieurs égards. Il reste un symbole identitaire pour l’Arménie bien qu’il soit entièrement en territoire turc depuis 1921. À cheval entre les provinces frontalières de Ağrı et Iğdır, peuplées majoritairement de Kurdes et Azéris et à proximité des frontières iraniennes, arméniennes et azerbaïdjanaises, il a une position géographique singulière. D’autre part, à partir des années 1990, il fait l’objet de préoccupations sécuritaires par les autorités turques, restreignant de fait l’accessibilité à la montagne. Sommet emblématique et connu mondialement, il est paradoxalement à la marge, ce sur quoi nous nous interrogeons dans cet article.

La situation actuelle du mont Ararat sera analysée à l’aune d’une contextualisation historique et géographique dans une perspective de Border Studies. Le borderland sera analysé in extenso, à la fois dans un processus interne par rapport au gouvernement central et dans un processus externe, à travers sa relation avec les frontières des pays voisins.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

L’Ararat, un sommet turc aux identités plurielles

Dans la tradition chrétienne, le mont Ararat est le lieu où l’Arche de Noé se serait échouée après le Déluge. Bien que la Bible ne mentionne pas explicitement le sommet, cette version est popularisée avec le passage des croisés dans la région2. Son caractère historiquement sacré et sa proximité avec l’ancienne province nommée « Ayrarat » ont largement contribué à l’identification de la montagne comme marqueur de la fin du Déluge3. L’Ararat a une dimension symbolique importante au-delà même du mythe de l’Arche de Noé. La montagne est sacrée dès la civilisation mésopotamienne car elle aurait procuré l’eau du Tigre et de l’Euphrate et serait dès lors à l’origine de leur civilisation4.

Par ailleurs, le mont Ararat a toujours eu une localisation géostratégique. Auparavant aux confins de l’Empire turc et l’Empire perse, le petit Ararat a même servi de tripoint frontalier entre l’Empire ottoman, l’Empire russe et l’Empire qajar à l’issue du traité de Turkmentchaï qui établit la frontière en 1828 entre la Perse et la Russie. Ce n’est cependant qu’en 1920-1921 que les frontières orientales sont presque définitivement fixées. En effet, après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres de 1920 reconnaît l’indépendance d’une grande Arménie incluant le mont Ararat. La guerre turco-arménienne contraint finalement l’Arménie à accepter un territoire réduit, entériné par le traité de Kars en 1921, aboutissant à la perte de l’Ararat au profit des Turcs.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

Bien que l’Ararat ne soit pas physiquement en Arménie, il reste un symbole identitaire structurant pour les Arméniens. Il demeure l’emblème du pays, son armoirie représente en effet le mont Ararat avec l’arche de Noé en son sommet. La montagne est sacrée pour les Arméniens qui s’identifient comme les premiers humains sur terre à la fin du Déluge5. En outre, la montagne est omniprésente dans le quotidien des Arméniens. Dominant la capitale arménienne Erevan, le nom de l’Ararat est récupéré par des enseignes commerciales, des clubs sportifs… Enfin, elle est la figure de l’irrédentisme arménien car historiquement à la frontière avec l’Arménie occidentale, ce qui symbolise la perte de ce territoire que formait la « grande Arménie »6.

De l’autre côté de la frontière, l’Ağrı Dağı ne fait pas office d’une sacralisation aussi forte mais son symbolisme est davantage lié à son histoire et son statut de plus haut sommet turc. L’organisation d’un congrès scientifique international sur le mont Ararat et l’Arche de Noé à Ağrı en 2019 ou encore l’intérêt porté par les découvertes de supposés restes de l’Arche participent à cette dynamique7. Plus haut sommet turc, il fait également l’objet d’un fort intérêt dans les milieux montagnards. Ainsi, lorsque la Fédération turque d’alpinisme a lancé un concours en 2017 pour trouver un nouveau logo avec les conditions suivantes : « avoir des valeurs nationales, représenter notre pays […] contribuer à la promotion, à l’image et au prestige de notre État sur la scène internationale »8, le mont Ararat a été promu. Disposant d’attributs majeurs, l’Ararat n’engendre pourtant pas de flux touristiques et économiques importants en raison de la politique turque dans la région.

La prédominance d’une approche sécuritaire

Le statut de l’Ararat et son accessibilité fluctuent et demeurent aux dépens des relations entre le gouvernement turc et les Kurdes, majoritairement présents dans la région. L’ascension du mont Ararat a été formellement interdite entre août 2015 et février 2021, résultat des préoccupations sécuritaires internes. En effet, l’armée turque effectuait des opérations militaires visant la branche armée kurde (PKK) dans la région de l’Ararat.

Le problème sécuritaire dans la région du mont Ararat émerge dès le 20e siècle, comme résultante de la négociation des frontières. À l’issue du traité de Kars, le mont Ararat est situé majoritairement en territoire turc ainsi que plus partiellement en territoire iranien. Le traité de Lausanne en 1923 rend caduc le traité de Sèvres, ce ne sont donc pas seulement les espoirs des Arméniens qui sont anéantis mais aussi ceux des Kurdes, qui ne voient pas naître un Kurdistan autonome. Dans la Turquie kémaliste, de nombreuses révoltes kurdes sont initiées par les mouvements nationalistes éponymes. L’insurrection du mont Ararat entre 1926 et 1930 marque un jalon pour le devenir de l’Ararat. D’une part, elle aboutit à une modification des frontières du volcan et d’autre part elle signifie la naissance d’une vision sécuritaire de la région de l’Ararat. En effet, lorsque la République kurde d’Ararat est auto-proclamée en 1927, le quartier général de la révolte réside dans les contreforts du mont9. Ankara et Téhéran concluent alors un accord sur le tracé de leur frontière commune en 1932, permettant à la Turquie de contrôler la totalité du petit Ararat et plaçant de fait, la totalité du sommet au sein du territoire turc10. Cette manœuvre diplomatique est significative, puisqu’elle permet à l’armée turque d’encercler les zones rebelles et d’empêcher les Kurdes de trouver refuge du côté iranien. De plus, l’ancrage d’un champ de bataille au mont Ararat n’est pas un hasard, la montagne est en effet une caractéristique de l’identité culturelle kurde et fait office de « montagne refuge ». Les Kurdes ont alors la maîtrise de ce relief accidenté, ce qui leur octroie un avantage tactique considérable par rapport à l’armée turque11.

L’Ararat fait donc surtout l’objet d’une politique sécuritaire du gouvernement turc dans le cadre de la lutte contre les mouvements nationalistes kurdes. Cette perception entrave toutefois la possibilité de développer de la région à des fins touristiques.

L’accessibilité de l’Ararat oscille entre périodes de restrictions et de détente. En 1990, l’Ararat est défini comme « zone militaire interdite » au premier degré au sens de la loi turque 256512. Le champ d’application de cette loi a été réduit en 2000, déclassant la zone au second degré13 permettant une ouverture significative au tourisme. Elle se matérialise par l’instauration du Parc national du mont Ararat en 2004, témoignant ainsi de la volonté turque de mettre en valeur son patrimoine naturel. S’ensuit l’entrée en vigueur d’un Protocole relatif aux activités de montagne dans les zones militaires restreintes et des zones sécuritaires octroyant la possibilité aux étrangers de gravir la montagne. Les candidats à l’ascension restent soumis à l’obligation de délivrance d’un permis et doivent être accompagnés par un guide local, qui au-delà d’encadrer l’activité sportive, surveille le respect des conditions du protocole. La pratique doit en effet être strictement liée à l’alpinisme et ne doit en aucun cas faire l’objet de recherches à visée scientifique, militaire, commerciale ou politique14.

Cette relative fenêtre d’ouverture est certainement liée à la conjoncture favorable au début des années 2000. En effet, le début des années 2000 est marqué par un changement de stratégie du PKK, la branche armée kurde avec l’abandon de la lutte armée. Un changement de politique à l’égard des Kurdes est également à l’œuvre, résultat de la montée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) et des perspectives d’adhésion à l’Union européenne.

L’accès à la montagne est à nouveau officiellement interdit entre 2015 et 2021, à la fois pour les citoyens turcs et étrangers. Cependant, des agences touristiques proposaient toujours l’ascension de manière illégale grâce à des accords tacites avec l’armée15. Cette interdiction de jure est liée à la rupture du processus de paix durant l’été 2015 entrepris entre le PKK et le gouvernement16 qui s’est accompagnée de la reprise des hostilités entre les deux camps. Le mont Ararat est alors déclaré « zone de sécurité militaire temporaire » conformément à la loi 256517, en raison de la présence du PKK sur les flancs de la montagne18. Des opérations militaires sont déployées, à l’instar de l’offensive « Yıldırım-3 mont Ararat » en juillet 202019. L’Ararat exerce toujours sa fonction de « montagne refuge » pour le PKK, comme l’attestent les perquisitions entreprises par l’armée dans les « grottes », utilisées comme dépôts d’armes et abris.

Un espace transfrontalier peu dynamique 

Le régime sécuritaire influe donc négativement l’Ararat et son borderland, cette instabilité ayant participé à leur marginalisation. Alors que la position frontalière avec l’Iran, l’Arménie et le Nakhitchevan pourrait compenser cet isolement, les dynamiques transfrontalières restent mineures. Ainsi, les provinces d’Ağrı et Iğdır font partie des provinces les plus pauvres de Turquie en 201820.

La frontière avec l’Arménie est fermée depuis 1993 et ce, malgré les tentatives d’ouverture motivées par des opportunités économiques. Le conflit dans le Haut-Karabakh21 et le coût politique empêchent toute avancée sur le sujet22. Alors que les Arméniens seraient les plus enclins à gravir l’Ararat, ils doivent emprunter la voie aérienne ou bien transiter par le poste frontalier du voisin commun géorgien, les contraignant à un détour de plus de 800 kilomètres.

Pour ce qui concerne l’Azerbaïdjan, le bordeland se caractérise par un flux transfrontalier mineur. Les Azéris viennent uniquement pour du commerce de faible intensité et un travail agricole saisonnier23.

Enfin, la frontière turco-iranienne connaît des flux transfrontaliers plus importants. Bien que la coopération se développe principalement sous un axe sécuritaire avec le contrôle des mouvements kurdes ou le trafic illicite24, les échanges touchent également de nombreux secteurs dont le tourisme25. Sur ce dernier point, c’est néanmoins la province de Van qui en profite le plus, en atteste la ligne ferroviaire entre Van et Téhéran26. Cependant, les sports de montagne connaissent un fort essor en Iran, ses ressortissants sont ainsi nombreux à venir gravir l’Ararat, un des seuls pays où ils peuvent obtenir un visa directement à la frontière.

Ainsi, la situation géographique isolée d’Ağrı et Iğdır face au pouvoir central n’a pas pu être contrebalancée par leur statut de provinces frontalières. Malgré le fait que la Turquie n’ait aucun conflit ouvert avec ses voisins orientaux et qu’elle entretienne même de bonnes relations avec l’Iran et l’Azerbaïdjan, les flux transfrontaliers dans le borderland restent faibles.

Quelles opportunités futures pour l’Ararat ?

Le mont Ararat jouit d’un fort potentiel touristique avec d’une part, un tourisme à dominante religieuse lié au mythe de l’Arche de Noé. La tenue du congrès scientifique sur l’Ararat traduit ce vif intérêt pour le caractère sacré de l’Ararat et ses légendes. D’autre part, l’Ararat possède de nombreux attributs pour le tourisme de montagne. Pour les alpinistes en quête d’exploit, il est non seulement le toit de Turquie, et constitue l’occasion de réaliser un 5000 mètres techniquement facile sans préparation préalable27. Excepté dans les chaînes himalayenne et andine, très peu de sommets culminant à cette altitude sont aussi aisément accessibles. Dans la région, seuls les monts Damavand (Iran), Elbrouz (Russie) ou Kazbek (Géorgie) peuvent constituer des objectifs similaires (l’exploit d’un 5000 mètres) mais ils restent en revanche plus difficiles techniquement et physiquement. Ces perspectives de tourisme à la fois religieux et sportif, montrent les dimensions plurielles que revêt le mont Ararat, qui pourrait alors attirer des touristes aux profils très hétérogènes.

En 2020, de nombreux projets à visée touristique ont été annoncés dans la région, présageant un fléchissement du régime restrictif. Sur le plan sportif, des aménagements sont prévus avec la construction d’un mur d’escalade sportive et l’ouverture d’une formation d’alpinisme à Ağrı28 ainsi que la prospection des zones humides du parc national du mont Ararat pour la pratique du canoë29 tandis que sur le plan religieux, la construction du jardin de Noé dans la ville d’Iğdır a été planifiée30. Puis en novembre 2020, le gouverneur d’Ağrı a déclaré qu’une ascension officielle de l’Ararat aura lieu cet hiver31, concrétisée le 4 février 2021 avec la fin de l’interdiction de l’ascension du sommet. Toutefois, nous ne disposons que de très peu d’informations concernant la reprise des activités pour l’Ararat. La haute saison touristique se déroulant pendant la période estivale, il faudra voir ce qu’il adviendra vraiment de la délivrance des permis d’ascension.

Enfin, les récentes évolutions sur le dossier du Haut-Karabagh pourraient amener à un réaménagement des flux transfrontaliers dans la région de l’Ararat. En effet, le corridor prévu entre l’Azerbaïdjan et le Nakhitchevan pourrait avoir un impact positif sur la région car il permettra à la Turquie d’avoir un accès direct à l’Azerbaïdjan à travers la province d’Iğdır. En ce sens, le gouvernement turc a annoncé la mise en place d’une ligne ferroviaire entre l’Azerbaïdjan et la Turquie via le Nakhitchevan, passant par la ville d’Iğdır32. De plus, si l’accord de fin d’hostilités de novembre 2020 entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan se révèle durable, les négociations à propos de la réouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie pourraient potentiellement reprendre et aboutir à des développements bénéfiques pour le borderland de l’Ararat. Le devenir de l’Ararat reste donc en partie subordonné à la géopolitique dans la région mais aussi à l’évolution de la question kurde en Turquie, la relation entre le PKK et les autorités pouvant s’envenimer à tout moment. Par conséquent, la politique sécuritaire dans la région de l’Ararat ne risque pas de s’infléchir considérablement.

  1. Abdullah Söylemez, “Terörden temizlenen ʽTürkiye’nin çatısı’ Ağrı Dağı 6 yıl sonra yeniden tırmanışa açıldı”, Anadolu Ajansi, 04/01/2021. https://www.aa.com.tr/tr/turkiye/terorden-temizlenen-turkiyenin-catisi-agri-dagi-6-yil-sonra-yeniden-tirmanisa-acildi/2133807. []
  2. Petrosyan Hamlet, “The Sacred Mountain”, in Abrahamian Levon et Sweezy Nancy Armenian Folk Arts, Culture, and Identity, Indiana University Press, 2001, p. 36. []
  3. Michel Thierry, « Le lieu d’échouage de l’arche de Noé dans la tradition arménienne », Syria 72, 1995, pp. 143-158. []
  4. Blake Wienner James, “Mount Ararat”, Ancient History Encyclopedia, 24/01/2018. https://www.ancient.eu/Mount_Ararat/. []
  5. “Mount Ararat”, Encyclopædia Britannica. https://www.britannica.com/place/Mount-Ararat. []
  6. Copeaux Étienne, « Quelques réflexions sur les représentations arméniennes de l’histoire », Hérodote 74/75, 3e-4e trimestre 1994, pp. 256-257. []
  7. Keneth L. Feder, Encyclopedia of Dubious Archeology, Greenwood, 2010, p. 198. []
  8. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Logo tasarım Yarışması Katılım Şartnamesi”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 2017. https://tdf.gov.tr/wp-content/uploads/2017/02/logosartname.pdf. []
  9. Bouvier Émile, « L’insurrection du mont Ararat (1926-1931), ou la consécration des rébellions nationalistes kurdes de l’entre-deux-guerres », Les clés du Moyen-Orient, 27/12/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/L-insurrection-du-mont-Ararat-1926-1931-ou-la-consecration-des-rebellions.html. []
  10. Ghaderi-Mameli Soheila, « L’histoire mouvementée des frontières orientales de la Turquie », Confluences Méditerranée 53, no2, 2005, pp. 91-102. []
  11. Bouvier Émile, « Les Kurdes, d’un statut de peuple à celui d’acteurs stratégiques », Les clés du Moyen-Orient, 07/06/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Les-Kurdes-d-un-statut-de-peuple-marginalise-a-celui-d-acteurs-strategiques.html. []
  12. Turquie, Loi n° 2565, Askeri Yasak Bölgeler ve Güvenlik Bölgeleri Kanunu, 18/12/1981. https://www.lexpera.com.tr/mevzuat/kanunlar/askeri-yasak-bolgeler-ve-guvenlik-bolgeleri-kanunu-2565. []
  13. Doğubayazıt Kaymakamlığı, “Ağrı Dağı”, 11/06/2019. http://www.dogubayazit.gov.tr/agri-dagi. []
  14. Republic of Turkey, Ministery of Foreign Affairs, “Protocol Concerning Mountaineering Activities of Foreign National Citizens for Tourism And Sports Purposes at the Mountains Located Within Military Restricted Areas and Security Zones”. http://www.mfa.gov.tr/this-is-the-protocol-concerning-mountaineering-activities-of-foreign-national-citizens-for-tourism-and-sports-purposes-at-the-mo.en.mfa. []
  15. Nous avons contacté des agences touristiques qui organisent des tours pour réaliser l’ascension du mont Ararat. []
  16. Grojean, Olivier, « Entre dynamiques locales, régionales et internationales : les reconfigurations de la question kurde en Turquie », Mouvements 90, no2, 2017, pp. 149-156. []
  17. T.C Ağrı Valiliği, “Ağrı Dağı ve Tendürek dağı 15 gün süre ile Geçici Özel Güvenlik Bölgesi ilan edilmiştir”, 2/08/2015. http://www.agri.gov.tr/agri-dagi-ve-tendurek-dagi-15-gun-sure-ile-gecici-askeri-guvenlik-bolgesi-ilan-edilmistir. []
  18. “Ağrı ve Tendürek Dağı ’Geçici askeri güvenlik bölge’ ilan edildi”, Hürriyet, 03/08/2015. https://www.hurriyet.com.tr/gundem/agri-ve-tendurek-dagi-gecici-askeri-guvenlik-bolge-ilan-edildi-29710132. []
  19. “New phase of anti-terror op against PKK launched in eastern Turkey”, Daily Sabah, 27/07/2020. https://www.dailysabah.com/politics/war-on-terror/new-phase-of-anti-terror-op-against-pkk-launched-in-eastern-turkey. []
  20. “Gross domestic product by province”, Turkstat, 20/12/2019. https://data.tuik.gov.tr/Bulten/Index ?p =Gross-Domestic-Product-by-Provinces-2018-30889. []
  21. Cheterian Vicken, “The Last Closed Border of the Cold War : Turkey–Armenia 2017”, Journal of Border studies, 2017 pp. 71-90.  []
  22. Gültekin Burcu, « 5. L’enjeu de l’ouverture de la frontière : le cas de la Turquie », Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : Les contacts transfrontaliers entre la Turquie et lArménie, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 11], Istanbul, IFEA 2002. http://books.openedition.org/ifeagd/890. []
  23. Salomoni Gabio, Migrations, Borders and Boundaries, Post-soviet Armenians and Azerbaijanis in Turkey, The ISIS press, Istanbul, 2016. []
  24. Celui-ci est davantage concentré dans le sud-est de la Turquie, dans les provinces de Van et Hakkari. []
  25. Sinkaya Bayram, « Turkey-Iran Relations after the Islamic Revolution of 1979 », Turkey-Iran Relations after the JDP, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 26], Istanbul, IFEA, 2019. https://books.openedition.org/ifeagd/3116. []
  26. Zaman Amberin, “Iranian tourists flocks to Turkish border towns”, Al-Monitor, 23/03/2017. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/03/turkey-iran-tourism-van-hotels-nightlife.html. []
  27. C’est une marche glaciaire qui nécessite des crampons, mais qui n’exige pas de compétences techniques et nécessite pas d’encordement comme il l’est nécessaire sur un glacier crevassé. []
  28. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Federasyon Başkanımız Ağrı Valisi, Belediye Başkanı ile Gençlik ve Spor İl Müdürümüzü ziyaret etti”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 02/09/2020. https://tdf.gov.tr/25387/federasyon-baskanimiz-agri-valisi-belediye-baskani-ile-genclik-ve-spor-il-mudurumuzu-ziyaret-etti/. []
  29. “Türkiyeʼnin çatısıʼnın kano sporuna kazandırılması için çalışma başlatıldı”, HaberTurk, 28/11/2020. https://www.haberturk.com/turkiye-nin-catisinin-kano-sporuna-kazandirilmasi-icin-calisma-baslatildi-2884897-spor. []
  30. “Ağrı Dağı’nın eteğine Nuh’un Bahçesi yapılacak”, HaberTurk, 15/12/2020. https://www.haberturk.com/kars-haberleri/83141161-agri-daginin-etegine-nuhun-bahcesi-yapilacak. []
  31. Yıldız Hüseyin, “Ağrı Dağıʼnın ʽtırmanışa açılacağı müjdesiʼ dağcılık camiasında sevinçle karşılandı”, Anadolu Ajansi, 14/11/2020. https://www.aa.com.tr/tr/yasam/agri-daginin-tirmanisa-acilacagi-mujdesi-dagcilik-camiasinda-sevincle-karsilandi/2043565. []
  32. « Railways will bring peace to South Caucasus », Anadolu Agency, 15/01/2021. https://www.aa.com.tr/en/info/infographic/21657. []

Bakou 2015 : des jeux européens vraiment européens ? (2/3)

L’Azerbaïdjan : un pays historiquement au carrefour de plusieurs influences… notamment européenne

Lire le début de l’article
Lire la fin de l’article

L’Azerbaïdjan, une histoire d’abord « moyen-orientale »

Jusqu’au milieu du XIXe, l’Azerbaïdjan n’eut pas de contact réel avec l’« Europe » : bien que l’on ait retrouvé des inscriptions romaines en banlieue bakinoise, l’Empire romain et les entités politiques prenant la suite ne sont pas installés dans le Caucase orientale. Au contraire, après l’arrivée des Sassanides au IIIe, les territoires de l’actuelle République d’Azerbaïdjan furent surtout dominés par des empires perses et parfois turco-mongols. Cela est d’autant plus visible que l’Azerbaïdjan aujourd’hui est un pays majoritairement chiite à la suite de la décision du pouvoir séfévide d’imposer le chiisme comme religion de l’empire au début du XVIe. La langue par contre est turque, issue, d’après l’historiographie1, de la domination Seldjoukide au XIe. En cela, l’Azerbaïdjan se distingue de ses deux voisins caucasiens, la Géorgie et l’Arménie, que la géographie a tendance à lui associer. Au niveau culturel, les mouvements intellectuels et artistiques d’Europe ne sont pas connus dans les principautés musulmanes du Caucase. Les musulmans du Sud-Caucase ont une culture liée à son héritage islamo-persan. Jusqu’au XIXe aussi, le régime de gouvernement et d’administration des territoires azerbaïdjanais ne correspond pas aux régimes en place en Europe. En effet, depuis plusieurs siècles déjà et malgré une intégration au sein d’empires successifs, les régions actuelles d’Azerbaïdjan étaient le plus souvent régies par le biais de principautés de type féodal. Au XVIIIe, ces principautés prennent l’appellation de « khanats » suite à l’affaiblissement des Séfévides dans la région. Bakou dispose de son propre khanat. Mais ce khanat n’est pas le plus puissant de la région. Bakou n’est alors qu’une cité persane fortifiée et modeste de quelques milliers d’habitants.

L’histoire politique et culturelle des territoires de l’actuelle République d’Azerbaïdjan jusqu’au XIXe permet d’envisager plus précisément la question de l’européanité du pays et de la future capitale Bakou. Les territoires azerbaïdjanais étaient politiquement et culturellement asiatiques.

Centre ville médiéval, 1876 - Administration of State Historical and Architectural Reserve
Centre ville médiéval, 1876 – Administration of State Historical and Architectural Reserve

Le XIXe est un tournant ; surtout pour Bakou qui s’industrialise et prend l’allure d’une ville européenne

Mais les choses changent au cours du XIXe. D’abord, l’Empire russe, après plusieurs victoires dans la région dès le XVIIIe contre les Perses, impose définitivement sa domination sur Bakou et les régions septentrionales d’Azerbaïdjan après le Traité de Gulestan de 1813. L’ensemble des territoires de l’actuelle République d’Azerbaïdjan devient russe en 1828 après le Traité de Turkmenchaï. Les territoires peuplés d’azéris situés au sud de la frontière tracée par ce traité reste sous domination perse. C’est d’ailleurs à cette époque que la séparation entre les actuels azerbaïdjanais et les azéris d’Iran se met en place. Mais au XVIIIe le changement n’est pas seulement politique : c’est en effet à partir du milieu de ce siècle qu’on commence à exploiter de manière industrielle les réserves pétrolières de la baie d’Abchéron où se situe la ville de Bakou. Si l’ensemble des régions d’Azerbaïdjan ne va pas être touché par l’industrialisation pétrolière, Bakou, au contraire, va évoluer de manière radicale. Et si les changements sont si importants, c’est parce que la ville voit l’arrivée de nombreux industriels de la région mais aussi européens (famille Nobel) et américains (famille Rothschild) venus pour faire valoir leur savoir faire en matière d’ingénierie pétrolière et faire fortune. Politiquement, Bakou reste sous domination russe. Mais cette période dudit « 1er boom pétrolier » voit le développement d’une ville européenne2 et d’une économie capitaliste sur le modèle occidental3. En effet, d’abord, les oligarques européens font passer la ville d’une économie encore pré-industrielle à une économie à la pointe de l’industrialisation de l’époque. L’idée de progrès s’installe.

En 1900, Bakou concentre la moitié du total de l’extraction pétrolière dans le monde. Malgré sa situation périphérique, la ville prend une certaine importance ; une importance européenne. Encore plus visibles sont les évolutions architecturales et urbaines de la ville. Bakou n’est plus cette petite cité médiévale fortifiée. Autour de celle-ci, des rues sont tracées et les constructions se multiplient. Or, si les locaux se voient réduits à vivre dans des habitats précaires près des installations pétrolières de l’est de la ville, le nouveau centre ville est habité par des Européens et plus largement par des Occidentaux. Il reflète l’éclectisme architectural en vogue dans les pays européens durant la « Belle Époque » : marcher aujourd’hui dans les rues du centre ville de l’actuelle capitale de la République d’Azerbaïdjan permet encore d’observer des bâtiments néo-classiques faisant face à d’autres néo-gothiques. Certains, dans un style éclectique particulier à Bakou, mélangent d’une part l’héritage persan et islamique et d’autre part, une architecture influencée par l’Europe. Comme le rappellent souvent les guides touristiques, Bakou était considéré comme « le Paris du Caucase ». Car en plus de l’aspect esthétique européen, certains de ces bâtiments étaient dédiés à des activités très européennes comme le théâtre ou l’opéra. Cette Belle-Époque bakinoise connaît un premier coup d’arrêt avec les violents mouvements révolutionnaires de 1905, qui auront des conséquences durables pour l’activité pétrolière et la situation sociale de la ville (Violences inter communautaires : entre Arméniens et « Tatars »4). Le déclenchement de la Première Guerre mondiale clôt définitivement cette période. Bakou et l’Azerbaïdjan entrent dans une nouvelle phase.

Puits de pétrole, 1915, quartier Bibi Eybat - Wikimedia Commons
Puits de pétrole, 1915, quartier Bibi Eybat – Wikimedia Commons

Une première courte indépendance construite sur le modèle de la démocratie européenne

Pendant la Première Guerre mondiale, le Sud-Caucase voit s’affronter initialement la Russie tsariste et l’Empire ottoman. La situation devient d’autant plus instable au moment où les Bolcheviks prennent le pouvoir à Moscou. En effet, l’armée de l’Empire russe implose et se retire du Caucase. Au Caucase, les personnalités politiques locales (soit arméniennes, azéries ou géorgiennes), qui s’opposent à la prise de pouvoir par les Bolcheviks, profitent du chaos ambiant pour s’associer. D’abord sous la forme d’une assemblée parlementaire transcaucasienne (appelée « Sejm ») en novembre 1917 ; puis sous la forme d’une entité politique plus complète  avec la création en février 1918 de la République démocratique fédérative de Transcaucasie. Seule la ville de Bakou est contrôlée par les Bolcheviks (« Commune de Bakou »). Mais les Arméniens, Géorgiens et Azéris n’arrivent pas à s’entendre au sein de la république fédérative. Les préoccupations et les aspirations de ces trois nations naissantes sont trop différentes. La République démocratique fédérative de Transcaucasie ne sera qu’éphémère. Après la Géorgie, l’Azerbaïdjan prend pour la première fois son indépendance le 28 mai 1918 avec la mise en place de la République Démocratique d’Azerbaïdjan. La ville de Bakou n’est intégrée à cette République qu’en septembre 1918, récupérant du même coup le statut de capitale. L’indépendance aurait pu marquer la fin de l’histoire européenne de Bakou et plus largement de l’Azerbaïdjan commencée 30 ans plutôt. Mais comme son nom l’indique, la République Démocratique d’Azerbaïdjan fut construite sur le modèle politique européen de l’époque. C’était aussi le cas des deux autres Républiques du Caucase. On mit ainsi en place un État de droit, avec un Parlement dont le président est aussi le chef d’état et un gouvernement avec à sa tête un Premier ministre. Au regard de la Constitution, on peut même considérer que le pays était en « avance » par rapport à beaucoup de pays d’Europe occidentale. En effet, dans la République Démocratique d’Azerbaïdjan, les droits de l’Homme sont garantis et le droit de vote universel, à la fois pour les hommes et pour les femmes est institué ; une première dans le monde musulman. Autre première pour le monde musulman, le régime de la République Démocratique d’Azerbaïdjan se veut séculier5 : la constitution établie l’égalité entre les citoyens indépendamment de leur origine ou de leur confession.6

Maison des Frères Nobel dans la Ville Noire aux alentours de 1900, d'après des cartes postales françaises - Source photobaku.com
Maison des Frères Nobel dans la Ville Noire aux alentours de 1900, d’après des cartes postales françaises – Source photobaku.com d’après Azerview.

Une période soviétique singulière

Mais la République Démocratique d’Azerbaïdjan ne dure que 2 ans et prend fin en 1920 quand les Bolcheviks reprennent le contrôle de Bakou et du reste de l’Azerbaïdjan. Pendant 70 ans, l’Azerbaïdjan est soumis à la tutelle soviétique. Au niveau social, politique et culturel, la rupture est nette avec la période précédente. En particulier à Bakou qui venait de connaître quelques décennies d’influence occidentale. La démocratie naissante prend fin. L’économie, notamment pétrolière, est nationalisée. Culturellement, dès les premières années de la période soviétique, les autorités eurent la volonté de mettre en place une culture et un art nouveau reflétant les idéaux de la révolution bolchevique, de la musique à l’architecture en passant par la peinture. L’influence sur l’Azerbaïdjan est d’autant plus importante que le pouvoir central de Moscou ne laissait que très peu de marge de manœuvre aux Républiques Socialistes et Soviétiques (RSS). L’URSS se construit par essence comme un véritable contre-modèle face aux « dérives » du modèle capitaliste et bourgeois en Occident7. L’URSS serait donc une anti-Europe. Malgré tout, derrière les oppositions idéologiques, les républiques d’URSS restent dans leur mode de fonctionnement très européennes : la société y est séculière, l’économie y est industrielle ou encore, on cherche à imposer une discipline urbanistique. De plus, à défaut d’être pleinement européen, l’Azerbaïdjan soviétique n’en est pas plus asiatique (moyen-oriental) : par exemple, le fossé se creuse entre les Azéris soviétiques et les Azéris iraniens.

La période soviétique semble donc une période singulière qui rend vaine toute tentative de placer définitivement l’Azerbaïdjan en Europe ou en Asie. De surcroît, à l’époque, l’URSS ne cherche pas à se placer dans l’un des deux continents. L’Eurasie n’est plus considérée comme une interface continentale mais bien comme un continent à part entière8.

Opera theater building at Nizami street in Baku, built in 1910. Picture was made in 1914 - Wkimedia Commons
Opera theater building at Nizami street in Baku, built in 1910. Picture was made in 1914 – Wkimedia Commons

Au moment de son indépendance, l’Azerbaïdjan se place lui-même plus du coté européen

En 1991, au moment de l’indépendance, les autorités azerbaïdjanaises et les organisations internationales ne pouvaient pas, dans un certain nombre de cas, se satisfaire de considérer le pays comme simplement transcontinental.

Photo le jour (24 Septembre 1994) de la signature du "Contrat du siècle" entre l'Azerbaidjan et des compagnies étrangères, pour la plupart occidentales (80% des parts du partenariat) pour l'exploitation du champ pétrolier "Azeri Chirag Guneshli" (ACG), encore aujourd'hui, la plus importante source de revenues pour l'Azerbaidjan : parmi les principaux contractants Statoil de Norvège, BP de GB, Amoco des USA. Source bp.com
Signature le 24/09/1994 du « Contrat du siècle » entre l’Azerbaïdjan et des compagnies étrangères, pour la plupart occidentales (80% des parts du partenariat) pour l’exploitation du champ pétrolier « Azeri Chirag Guneshli » (ACG), encore aujourd’hui, la plus importante source de revenues pour l’Azerbaïdjan : parmi les principaux contractants Statoil de Norvège, BP de GB, Amoco des USA. Source bp.com

Tout d’abord, les autorités azerbaïdjanaises avaient à faire des choix de politique étrangère. L’Azerbaïdjan était au carrefour de zones d’influence de plusieurs puissances régionales. Au sud, l’Iran qui partageait majoritairement la même religion. Au sud-ouest, la Turquie qui voulait devenir à l’époque la puissance de référence dans l’ensemble des pays turcophones de l’ex-URSS. Enfin, au nord, la Russie qui était, comme l’Azerbaïdjan, en pleine recomposition au début des années 1990. Dans ce contexte, les premiers présidents de la République d’Azerbaïdjan décident d’abord de conserver un minimum de liens avec Moscou (le pays est membre de la Communauté des États Indépendants) sans pour autant être sous sa dépendance comme l’était l’Arménie avec qui l’Azerbaïdjan a été en guerre ouverte jusqu’au cessez-le-feu de 1994. Culturellement au moins, le pays se rapproche de la Turquie, notamment pendant la présidence d’Abulfez Eltchibey. Les relations avec son voisin iranien resteront froides. Mais pour autant, l’Azerbaïdjan réussit à ne pas se faire d’ennemis parmi les puissances limitrophes. Pour comprendre comment se place diplomatiquement l’Azerbaïdjan dans les mois qui suivent son indépendance, il est essentiel de rappeler que les autorités azerbaïdjanaises, très tôt, décidèrent de se rapprocher de l’Occident et de l’Europe. Le terrain d’entente était finalement surtout basé sur le celui de l’énergie et des hydrocarbures. D’un coté, l’Union Européenne cherchait à s’associer avec les pays du Caucase (et même d’Asie Centrale) pour son approvisionnement en énergie. La TRACECA (Transport Corridor Europe-Caucasus-Asia) et INOGATE (INterstate Oil and GAs Transportation to Europe) sont mis en place très tôt pour sceller l’accord entre l’Union Européenne et l’Azerbaïdjan notamment. De l’autre coté, l’Azerbaïdjan avait besoin des infrastructures d’extraction et du savoir-faire européens (et américains) pour utiliser les ressources pétrolières du pays. C’est ainsi qu’en 1994, le « contrat du siècle » a été signé entre l’Azerbaïdjan et des compagnies pour la plupart européennes et américaines. Dans les premières années d’indépendance donc, l’Azerbaïdjan se plaça dans une position qui rapproche le pays de l’Europe puisque il noua avec l’Union Européenne des partenariats stratégiques. Et la grande proximité avec Ankara ne l’éloignait pas de l’Europe dans la mesure où la Turquie était en passe d’être reconnue comme un candidat officiel à l’entrée dans l’Union européenne.

Les institutions internationales, elles, sont partagées sur la question

Heydar Aliev au moment de son discours d'intronisation au sein du Conseil de l'Europe, 25/01/2001. Source aliyevheritage.org
Heydar Aliev au moment de son discours d’intronisation au sein du Conseil de l’Europe, 25/01/2001. Source aliyevheritage.org

Comme l’Azerbaïdjan lui-même, un certain nombre d’organisations internationales placent le pays en Europe. Ainsi, le Conseil de l’Europe concède que l’Azerbaïdjan, au même titre que les autres pays du Caucase, n’est pas géographiquement en Europe mais que malgré tout, il pouvait être considéré comme un pays européen du fait de son « appartenance politique » à l’Europe9. L’UNESCO, dans le classement au patrimoine mondial, considère aussi l’Azerbaïdjan comme un pays européen (au sein de la division : « Amérique du Nord-Europe »10). Mais toutes les organisations internationales ne partagent pas cet avis. La Banque Mondiale ne tranche pas en considérant les pays du Caucase comme faisant partie de la région « Europe-Asie Centrale »11. Plus encore, l’Azerbaïdjan est parfois placé du coté asiatique. Par exemple, les Nations Unies classent l’Azerbaïdjan comme un pays d’Asie de l’Ouest puisque selon des critères géographiques, plus de la moitié de l’Azerbaïdjan se situe en Asie12. De façon un peu différente, le FMI a décidé d’associer l’Azerbaïdjan avec l’ensemble « Moyen-Orient-Asie Centrale »13. Enfin, notons que l’Union Européenne, même si elle s’associe avec l’Azerbaïdjan et le Caucase, ne considère pas cette région comme véritablement européenne. Le Caucase est une région à part. L’acronyme TRACECA est à cet égard assez révélateur : « Transport Corridor Europe-Caucasus-Asia » ; preuve qu’encore après son indépendance, l’Azerbaïdjan reste un pays à la nature foncièrement transcontinentale. Pourtant, le sport azerbaïdjanais, lui, a choisi son continent.

  1. GOLDEN Peter B., An Introduction to the History of the Turkic Peoples, Otto Harrasowitz, Wiesbaden, 1992, p 483. []
  2. TER MINASSIAN Anahide, « La belle époque à Bakou » in De Russie et d’ailleurs : feux croisés sur l’histoire, Paris, Institut d’études slaves, 1995, pp. 363-372. []
  3. Ibid. []
  4. À cette époque, on considère l’ensemble des musulmans du Caucase comme des « Tatars » ; y compris les musulmans de l’actuelle République d’Azerbaïdjan. []
  5. CORNELL Svante E., Azerbaijan Since Independence, Londres, M.E Sharpe, 2011 []
  6. ÇAĞLA Cengiz, « Les fondements historiques de l’État-nation en Azerbaïdjan », in CEMOTI, n°31, janvier-juin 2001, p.89-109, en ligne : http://cemoti.revues.org/708 []
  7. Où l’Europe restait encore à l’époque la partie la plus éminente. []
  8. REY Marie-Pierre, « La Russie et l’Europe occidentale : le dilemme russe », in Iee Document (Université catholique de Louvain), n°32, juin 2003, 14p, en ligne: https://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/euro/documents/Rey.pdf, consulté le 10 mai 2015. []
  9. Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, « Situation in Kazakhstan and its relations with the Council of Europe » (rapport), juillet 2006, en ligne: assembly.coe.int/ASP/Doc/XrefViewHTML.asp?FileID=9998&Language=en, consulté le 10 mai 2015 []
  10. UNESCO, « Manuel à l’usage des gestionnaires de sites », Rapport Périodique, 2012, en ligne: whc.unesco.org/uploads/pages/documents/document-153-11.pdf, consulté le 10 mai 2015 []
  11. Banque Mondiale, « Data/Europe & Central Asia (developing only) », data.worldbank.org/region/ECA, consulté le 10 mai 2015 []
  12. Organisation des Nations Unies (ONU), « Composition of macro geographical (continental) regions, geographical sub-regions, and selected economic and other groupings », mis à jour en octobre 2013, unstats.un.org/unsd/methods/m49/m49regin.htm, consulté le 10 mai 2015 []
  13. Fonds Monétaire International, « Middle East, North Africa, Pakistan and Afghanistan: Turning the Corner? », in Regional Economic Outlook, mai 2014, en ligne: www.imf.org/external/pubs/ft/reo/2014/mcd/eng/pdf/menacca0514.pdf, consulté le 10 mai 2015 []

Bakou 2015 : des jeux européens vraiment européens ? (1/3)

« Europe is the only continent without a game »1

Lire la deuxième partie de l’article
Lire la troisième partie de l’article

11245836_1580768838841284_964839352_n
Greeting #EuropeanGames #flame in #Gusar with national music. #Azerbaijan #Baku2015 #JourneyOfTheFlame<br /> Compte Instagram officiel Baku2015, 02/06/2015

Depuis l’annonce de la création des Jeux Européens en décembre 2012, les responsables des Comités Olympiques Européens (COE) puis bientôt ceux du BEGOC (Baku European Games Organising Committee) répètent cette même phrase. Les Jeux Européens tiendraient leur légitimité de leur capacité à mettre fin à cette anomalie européenne de ne pas avoir ses propres Jeux. Cet élément de communication basé sur l’appartenance continentale n’aurait pas posé question si les premiers Jeux Européens s’étaient déroulés en Europe de l’ouest par exemple. Mais, les COE ont décidé de confier cette première édition à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, dont l’appartenance européenne n’a rien d’une évidence. Face à cette ambiguïté naissante entre la communication des COE et le choix du pays-hôte, il est nécessaire de faire quelques rappels sur la notion de frontière européenne et se replonger dans la géographie et l’histoire de l’Azerbaïdjan.

Étudier les frontières est un travail complexe car on peut envisager la frontière du point de vue de la géographie mais aussi de la sociologie, de l’histoire, de l’ethnologie etc. On traitera d’abord de la frontière géographique, qui considère que les éléments à la base de la séparation continentale sont des éléments physiques. On verra que la partie caucasienne de la frontière eurasiatique fait l’objet depuis plusieurs siècles de débats au sein de la communauté des géographes. Après avoir mis en évidence que la frontière géographique n’avait rien de naturelle, on s’appuiera sur l’histoire culturelle et politique pour essayer de rendre l’appartenance continentale de l’Azerbaïdjan plus évidente. On verra que malgré une longue histoire persane (et donc asiatique), une partie de l’histoire de l’Azerbaïdjan mais surtout de Bakou a bien pour origine l’« Europe ». Enfin, après avoir montré que les incertitudes quant à l’appartenance continentale du pays persistaient même après l’indépendance, nous essayerons de comprendre comment et pourquoi l’Azerbaïdjan est considéré de manière unanime dans le monde du sport comme un pays européen, comme l’illustre sa participation à des événements sportifs européens et l’organisation sur son territoire des Jeux Européens.

* * *

Source du fond de carte : http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/physical-map-of-eurasia/cover_geograph55.eps/cover_geograph55.eps.400dpi.gif
Source du fond de carte : http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/physical-map-of-eurasia/cover_geograph55.eps/cover_geograph55.eps.400dpi.gif
Légende :
1v : Frontière « Kura – Rioni », soutenue par Anaximandre au VIe av. J-C. (note 5)
2o : Frontière « Don », soutenue par Ptolémée au IIIe av. J-C (note 7)
3n : Frontière « Don – Volga – Oural », soutenue par Philip Johan von Strahlenberg en 1725. (note 11)
4r : Frontière « Kouma-Manytch – Oural (fleuve) – Oural (Mts) », soutenue par Conrad Malte-Brun en 1811. (note 16)
5b : Frontière « Grand Caucase – Oural (fleuve) – Oural (Mts) », soutenue par A.J. Johnson en 1861. (note 18)

L’Azerbaïdjan : un pays géographiquement asiatique

La République d’Azerbaïdjan est un pays enclavé dont les territoires ont été historiquement dominés par les puissances persane, turque et russe qui l’entourent. Ce pays forme avec ses voisins arménien, géorgien et russe (District fédéral du Caucase du Nord) une aire géographique qui s’étend de part et d’autre du massif du Caucase. On distingue d’ailleurs la partie située au nord des crêtes du Grand Caucase (Caucase du Nord) de la partie située au sud (Caucase du Sud). L’actuelle République d’Azerbaïdjan créée à la suite de l’éclatement de l’URSS, se situe au sud de la ligne de crête du Grand Caucase2. Le Caucase, est-ce l’Asie ? L’Europe ? Existe-t-il un élément géographique de séparation claire entre Europe et Asie ?

Le concept de continent européen, un concept issu de l’Antiquité

Dans l’« Ancien Monde », dans l’Antiquité grecque, les géographes avaient entrepris un travail de délimitation des trois continents connus de l’époque : Afrique, Asie et Europe. Ainsi, par exemple, Anaximandre, au VIe av. J-C, avait imaginé une séparation fluviale entre Asie et Europe, où les fleuves Rioni (Géorgie) et Kura3 (Géorgie et Azerbaïdjan) servaient de frontière4). Cette thèse est cependant révisée pendant la période hellénistique et romaine : par exemple, Ptolémée5 défendait l’idée d’une frontière continentale qui ne passait pas par la région du Caucase puisque, de la mer Noire, la frontière remontait immédiatement vers le nord (par la mer d’Azov, puis le Don)6). Jusqu’au XVIIIe siècle, certains géographes tentèrent de dessiner de nouvelles frontières entre l’Asie et l’Europe. Mais aucune d’elles ne se dégage nettement. La mer d’Azov et le Don restaient, comme au temps de Ptolémée, à la base des frontières établies par les géographes.

Le tracé de la frontière Asie-Europe évolue au XVIIe et au XVIIIe siècle et un débat s’installe

Mais les choses vont progressivement évoluer au XVIIIe: d’abord, sous l’impulsion de Pierre Le Grand, des expéditions sont organisées pour étudier la géographie russe. Ainsi, Philip Johan von Strahlenberg, scientifique suédois fait prisonnier par les armées de Pierre Le Grand, est le premier à imaginer en 1725 que la frontière européenne n’est plus exclusivement fluviale. Il considère en effet que ce sera désormais le massif de l’Oural qui délimitera la frontière entre l’Asie et l’Europe. Le nom de Vasily Nikitich Tatishchev est parfois associé à la fixation du massif de l’Oural comme frontière transcontinentale7. Ce dernier déclarait à cette époque que c’était lui qui avait soumis cette idée à von Strahlenberg. Mais si ces deux derniers scientifiques font évoluer de manière décisive la partie nord de la frontière Asie-Europe, ils ne semblent toujours pas contester le Don comme frontière sud-est de l’Europe8. Quelques décennies plus tard toutefois, on entreprend d’imposer une frontière allant de la mer Noire à la mer Caspienne en passant par les fleuves Kouma et Manytch9 (dite frontière « Kouma-Manytch »). Selon les sources russes10, c’est le russo-allemand Peter Simon Pallas qui, en 1773, est le premier à mettre en évidence l’existence d’une dépression au niveau des fleuves Kouma et Manytch. En général, en France notamment, on estime que Conrad Malte-Brun dans Précis de la Géographie Universelle est le premier en 1811 à énoncer une frontière continentale passant par la dite Dépression Kouma-Manytch1112. Selon W.H. Parker, il faut aussi attribuer à Malte-Brun l’utilisation de la rivière Oural (située au sud de massif du même nom) comme frontière de l’Europe et de l’Asie ; frontière qui deviendra au XXe une convention unanimement reconnue1314). Considérer, au détriment du Don, la Dépression Kouma-Manytch comme frontière de l’Europe rapproche les pays du Caucase de l’Europe. Malgré tout, l’appartenance continentale de l’actuel Azerbaïdjan reste en tout point asiatique, puisque la frontière avec l’Europe géographique se trouve encore à plusieurs centaines de kilomètres au nord du territoire azerbaidjanais.

Mais à partir des années 1850, notamment après les travaux de Johnson and Browning15 (1861), l’idée que la frontière eurasienne se situerait finalement sur la ligne de crête du Grand Caucase s’impose aussi (dite frontière « Grand-Caucase »16 ) ; frontière qui permet toujours de relier la mer Caspienne à la mer Noire. Dans cette version, l’Europe se voit attribuer un territoire plus important, puisque la ligne de crête du Grand Caucase se trouve à plusieurs centaines de kilomètres au sud de la dépression « Kouma-Manytch ». Si on prend ce tracé comme référence, l’Azerbaïdjan est encore un pays majoritairement asiatique puisque comme on l’a dit, l’essentiel du territoire azerbaïdjanais (plus de 75%) se situe en Transcaucasie, au sud du massif du Grand Caucase et donc en Asie. Mais d’après ce tracé, la frontière passe par la capitale de l’Azerbaïdjan, Bakou. Ainsi, plus que le pays, sa capitale serait eurasiatique du fait de sa nature transcontinentale.

Encore aujourd’hui, le débat sur la fixation de la frontière géographie Europe-Asie est toujours ouvert…

Encore aujourd’hui, quand on évoque la frontière sud-est de l’Europe avec l’Asie, ces deux thèses (Frontière « Kouma-Manytch » et Frontière « Grand-Caucase ») font toujours référence chez les géographes. À la question de savoir quelle est la version la plus couramment admise, il est difficile de donner une réponse claire et définitive. En France par exemple, on apprend dans les écoles que la frontière eurasiatique est constituée par l’ensemble Oural-Caspienne-Caucase-Mer Noire. C’est donc la thèse « Grand Caucase » qui est utilisée. De même, l’organisme américain National Geographic Society et ses géographes optent pour cette « version »17. Même si cette frontière est souvent considérée comme la référence, il serait erroné de dire que la frontière « Grand Caucase » reste la seule frontière physique en vigueur. Selon plusieurs sources russes, le nom de la Dépression Kouma-Manytch est évoqué pour décrire cette frontière eurasiatique. Par exemple, des manuels scolaires russes enseignent bien que la frontière eurasiatique passe par la Dépression Kouma-Manytch1819.

… Mais qui place de manière unanime l’Azerbaïdjan du coté asiatique

Malgré les divergences qui persistent, quelle que soit la frontière continentale envisagée, l’Azerbaïdjan reste géographiquement un pays très largement asiatique. Mais face à ce premier constat, il est important de redire que la fixation des frontières terrestres géographiques reste le résultat d’une construction politique et idéologique; d’une instrumentalisation des données physiques. La mise en place d’une frontière asiatico-européenne n’est donc pas naturelle. C’est l’héritage d’une conception antique qui, comme on l’a dit, considérait que du fait des connaissances et des équilibres des empires et des cités de l’époque, il fallait séparer les terres connues en trois continents distincts. Par essence, la séparation Europe/Asie est frappée de contingence. La géographie physique ne doit pas être utilisée comme un argument d’autorité car au même titre que les autres conceptions de frontières (historiques, culturelles, religieuses), il y a toujours une part de subjectivité dans la façon dont elles sont fixées20. Pour appréhender en toute pertinence l’appartenance continentale de l’Azerbaïdjan, il est donc nécessaire de regarder ce que nous apprend l’histoire politique et culturelle des territoires azerbaidjanais.

  1. Aljazeera.com « Will Europe’s Olympic experiment work? », 12 décembre 2012, http://www.aljazeera.com/sport/2012/12/20121212103525734177.html, consulté le 10 mai 2015. []
  2. Seul l’extrême nord du pays, partie montagneuse se situant dans le Grand Caucase fait donc partie de la Ciscaucasie. []
  3. Le fleuve Kura est connu sous le nom de Mtkvari en Géorgie. []
  4. RENELL James, The geographical system of Herodotus examined and explained, Rivington, Londres, 1830, p. 244. Cf. annexe (frontière verte « 1v» []
  5. WOLFF Larry, Inventing Eastern Europe The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Standford University Press, Standford, 1991, 436p. []
  6. Cf. carte (frontière orange 2o []
  7. Чибилёв А.А., « Evroaziâtskaâ granica: istoriâ vorposa i sovremennye predstavleniâ », in orenburg.rgo.ru, en ligne : http://orenburg.rgo.ru/about/publikacii/evro-aziatskaya-granica-istoriya-voprosa-i-sovremennye-predstavleniya/, consulté le 10 mai 2015. []
  8. PARKER W. H., « Europe: How Far? », The Geographical Journal, Vol. 126, n°3, septembre 1960, p. 278-297 []
  9. Cf. carte (frontière grise 3g). []
  10. MAGIDOVICH, I.P., Очерки по истории географических открытий [Essais sur l’histoire des découvertes géographiques], MAGIDOVICH, I.P Ed., Moscou, 1957, en ligne : http://discover-history.com/chapter_303.htm, consulté le 10 mai 2015. []
  11. BELL James, A System of Geography, Popular and Scientific: Or A Physical, Political, and Statistical Account of the World and Its Various Divisions, Volume 1, A. Fullarton and co ed., 1832, 582 p. []
  12. PARKER W. H., « Europe: How Far? », The Geographical Journal, Vol. 126, n°3, septembre 1960, p. 278-297 []
  13. Ibid. []
  14. Cf. carte (frontière rouge 4r []
  15. Johnson, A. J., « Johnson’s Asia », in Johnson’s New Illustrated Family Atlas, with descriptions, Geographical, Statistical, and Historical, Johnson and Browning ed., 1861 en ligne []
  16. Cf. carte (frontière rouge 5b) []
  17. Sur son site de cartographie (http://maps.nationalgeographic.com/maps/atlas/europe-geopolitical.html, consulté le 10 mai 2015.), National Geographic, sur sa carte politique de l’Europe, met en évidence (ligne surlignée), en plus des frontières étatiques, la frontière eurasienne en suivant la ligne de crête du Grand Caucase. []
  18. LIPINSKI Leszek Jan, Eastern boundary of Europe reflected in internet presence of TNCs, Master Thesis supervised by STRANSDSBJERG Jeppe, WIGAN Duncan, Copenhagen Business School, 2011-2012, 100 p. []
  19. De même, toujours en Russie, la Société Géographique Russe, organisme créé en 1845 qui est parfois considéré comme l’équivalent russe de la National Geographic Society, estime qu’en effet, la référence reste la frontière formée par cette dépression. []
  20. LIPINSKI Leszek Jan, Eastern boundary of Europe reflected in internet presence of TNCs, Thèse de master dirigée par STRANSDSBJERG Jeppe, WIGAN Duncan, Copenhagen Business School, 2011-2012, 100 p. []

La Turquie et ses voisins syrien et irakien

Juin 2014

Türkçe çeviri

Présentoir préparé par Yohanan Benhaim et Jean-Baptiste Le Moulec
Dans le cadre du développement des activités entre l’IFEA et l’IFPO dont l’un des objectifs est d’étudier les relations de la Turquie avec son voisinage kurde et arabe, il est apparu nécessaire de revenir sur la littérature produite sur cette question et sur les différents débats qui l’animent.

Les frontières tracées à l’issue de la signature du traité de Lausanne en 1923 ont déterminé et continuent à définir une partie des relations entre la Turquie et son voisinage syro-irakien. Jusqu’aux années 2000, les questions de Hatay ou du partage des ressources hydrauliques continuent à être source de tensions entre la Turquie et la Syrie. Si cette thématique est présente dans la littérature en turc, elle l’est cependant moins que la question des frontières avec l’Irak. En effet, le vilayet de Mosul faisait partie des territoires revendiqués dans le cadre du Misak-ı Milli, Serment national voté par le parlement ottoman en 1920 pour définir les frontières du pays à défendre. Ce n’est qu’en 1926, à la suite d’un arbitrage de la Société des Nations, que ce vilayet fût définitivement annexé à l’Irak, alors sous mandat britannique. L’importance de cet épisode historique à l’origine des relations ambiguës liant la Turquie à cette région au Nord de l’Irak aujourd’hui sous l’autorité du Gouvernement Régional du Kurdistan irakien explique l’ampleur de la littérature en turc sur la question.

La première guerre du Golfe de 1990-1991 a aussi représenté un moment de prise de conscience par l’opinion publique turque de l’existence de populations kurdes de l’autre côté de la frontière et des interactions existantes entre les Kurdes de Turquie et d’Irak. Avec l’invasion américaine de 2003 et la constitution de la Région autonome du Kurdistan d’Irak en 2005, le débat sur les relations à entretenir avec cet espace a pris de l’ampleur. Parmi les questions les plus abordées figurent le statut de la ville de Kirkouk, thème clivant dans la littérature. Selon l’orientation politique des différentes maisons d’édition, proches de la diaspora Turkmène d’Irak en Turquie et de certains milieux militaires, ou favorables au contraire à un rapprochement avec les Kurdes d’Irak, le ton est en effet résolument différent face à cette question.

La Syrie et le conflit qui la divise sont aussi de plus en plus traités par diverses catégories de littérature. Vu de Turquie, la pérennisation du conflit a non seulement des répercussions du fait qu’il est son voisin –un voisin avec lequel s’étaient établies de bonnes relations entre 1998 et 2012-, mais engendre également des conséquences au plan intérieur, à commencer dans les régions turques limitrophes de la Syrie. Anxiogène car complexe et porteuse d’un potentiel de diffusion, la crise syrienne fait ainsi l’objet d’une production d’ouvrages assez intense, en Turquie comme en France. En Turquie, cette production a le mérite de faire se rencontrer deux sources d’expertises, celle de l’universitaire et celle du journalisme, la seconde apportant un surcroît de matériau empirique qui souvent fait défaut aux ouvrages académiques turcs portant sur le Moyen-Orient arabe. Cette crise de même que l’ensemble des troubles sociopolitiques survenus depuis 2010 dans plusieurs pays arabes ont aussi alimenté la rédaction et la diffusion de revues à prétentions académiques. Si l’on est parfois tenté d’en critiquer le contenu aussi académique que politique, ces revues sont également le lieu de rencontre international d’expertises et de grilles d’analyses professionnelles, qu’elles soient turques, européennes, américaines et moyen-orientales. On songera ainsi notamment aux revues Insight Turkey, Perception, Ortadoğu Etütleri, ou Akademik Orta Doğu.  Or suivre cette production est aussi d’un intérêt capital quant à tenter de comprendre et de cartographier les divers courants d’opinions et acteurs de cette expertise qui aspire sinon à dessiner tout au moins à orienter la politique étrangère, turque au premier chef. On notera d’ailleurs la transhumance de l’expertise qu’effectuent plusieurs auteurs, de l’Irak à la Syrie, du Caucase ou de l’Asie centrale –sujet phare des années 1990- à ce vaste « Moyen-Orient », région concentrant tous les risques.

En somme, ce à quoi invite ce présentoir, c’est une réflexion sur ces frontières orientales turques, non plus regardées en tant que marge mais comme épicentre de la politique étrangère turque, et ce en s’appuyant sur des lectures équilibrées tant en terme d’origine géographique que de format ou de spécialité des auteurs.

Bibliographie générale

  • Michel Seurat, L’Etat de barbarie, PUF, Proche Orient, 2012, 304 p.
  • Pierre-Jean Luizard, Comment est né l’Irak moderne ?, CNRS Editions, 2009, 566 p.
  • Çandar, Cengiz. Mezopotamya Ekspresi, Bir Tarih Yolculuğu. Istanbul: İlestişim, 2012.

Frontières, histoire des frontières

  • Serhan, Ada, Türk Fransız  ilişkilerinde Hatay Sorunu 1918-1939, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 2005, 266 p.
  • Fransız Belgeleriyle Sevr Lozan Musul Üçgeninde Kürdistan, Yazar Hasan Yıldız, DOZ, 2005
  • Lozan’dan Bugüne Musul-Kerkük ve Kuzey Irak, Yazar Oğuz Karaca, Resital 2007
  • Aydin, Mesut, Türkiye ve Irak Hududu Mes’elesi, ASAM, 2001, 306 p.
  • Gilquin, Michel, D’Antioche à Hatay. L’histoire oubliée du sandjack d’Alexandrette. Nationalisme turc contre nationalisme arabe. L’Harmattan, 2000, 226 p.
  • Daoudy, Marwa, Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie, CNRS editions, 2007, 269 p.

Les Kurdes de Syrie

  • Abdulbaset, Seida, La question kurde en Syrie, L’Harmattan, 2005, 206 p.

Le Kurdistan d’Irak

  • Ciğerli Sabri, Réfugiés kurdes d’Irak en Turquie, L’Harmattan, 1998, 320 p.
  • Barzani, Saywan, Le Kurdistan d’Irak, 1918-2008, L’Harmattan, 2009
  • Sunar, Ekrem, Barzan’dan Bağdat’a Kürtler: Irak’ta Kürtlerin yüzyıl savaşları, Doz Yayıncılık, 2007, 240 p.
  • Ali Riza Şeyh Attar, Kürtler, bölgesel ve bölgedışı güçler, Ağaç, 2008, 398 p.
  • ANDERSON, Liam, STANSFIELD, Gareth, Crisis in Kirkuk The Ethnopolitics of Conflict and Compromise, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009

La politique étrangère turque et le Kurdistan d’Irak vus depuis la Turquie

  • ÖZDEMIRKIRAN Merve, La politique de la Turquie vis-à-vis de l’Irak depuis 2003 : conflit ou coopération, Editions Universitaires Européennes, Paris, 2010, 92 p.
  • PARK, Bill, Turkey’s policy towards northern Iraq: problems and perspectives, Routledge, New York, 2005.
  • Z. Abidin Kızılyaprak, Irak Kürdistanı ve Etkileri, Türkî Korkunun Anatomisi, DOZ Yayınları, 2005
  • Ümit Özdağ Türkiye, Kuzey Irak ve PKK, ASAM  (10/1999)
  • Hacı Şoriş Kerkün’ün Araplaştırılması, DOZ 2006, 352 p.
  • Demirci, Nefi, Kerkük : Sönmeyen Ateş Dinmeyen Hasret, Ural, 2011, 512 p.

Visions turques sur les relations turco-syriennes et la guerre en Syrie

  • Albayrak, Hakan. İslâm Birliği’nin Nüvesi Olarak Türkiye-Suriye Birliği. 2ème ed. Ankara: Vadi, 2007.
  • Adıbelli, Barış. Arap Baharı ve Suriye. Istanbul: IQ Kültür Sanat Yayıncılık, 2012.
  • Özdağ, Ümit. Küçük Ortadoğu Suriye. Ankara : Krypto, 2012
  • Mahalli, Hüsnü. Diren Suriye. Istanbul: Destek Yayinlari, 2014

Türkiye ve komşuları Suriye ile Irak

Haziran 2014

Version française

Yohanan Benhaim ve Jean-Baptiste Le Moulec tarafından hazırlanmıştır.
IFEA gibi Fransa’nın yurtdışındaki araştırma merkezlerinden biri olan Fransız Orta Doğu Araştırmaları Enstitüsü’nün (IFPO) çalışma sahalarından biri de Türkiye’nin Kürt ve Arap komşuları ile sürdürdüğü ilişkileridir. IFEA ile IFPO arasındaki iş birliğini geliştirmek amacıyla bu ilişkiler üzerine şekillenmiş literatür ve tartışmaları ele almak gerektiği düşüncesindeyiz.

1923 tarihli Lozan Antlaşması’nın imzalanmasıyla çizilen sınırlar, Türkiye’nin Suriye ve Irak ile  olan komşuluk ilişkilerinde belirleyici olmuştur. Bu sınırlar, ülkeler arasındaki ilişkileri kısmi şekilde belirlemeye halen devam etmektedir. Hatay Meselesi ve su kaynaklarının paylaşımı, 2000li yıllara kadar Suriye ve Türkiye arasındaki gerginliğin nedenleri olmuştur. Bu konu ile ilgili kaynaklar, Türkçe literatürde bulunmakla birlikte, Irak sınırları mevzusuyla ilgili olanlarla karşılaştırıldığında sayıca daha kısıtlı kalmaktadır. Buna neden ise Musul Vilayeti’nin 1920’de Osmanlı Parlamentosu’nun Misak-ı Milli (günümüz Türkçesi ile Milli Yemin) çerçevesinde müdafasında karar kılınan bölgenin içinde kalmasıdır. Bu vilayet, ancak 1926’da Milletler Cemiyeti hakemliğinde o zamanlar İngiliz Mandası altındaki Irak’a eklenmiştir. Bugün Türkiye ile Kürdistan Bölgesel Yönetimi’nin idaresindeki Kuzey Irak Bölgesi arasındaki karmaşık ilişkinin temelindeki bu dönemin önemi, konu hakkındaki Türkçe literatürün gelişmişliğini açıklamaktadır.

1990-1991’deki Birinci Körfez Savaşı, sınırın diğer tarafında da Kürt halkının varlığının ve Türkiye Kürtleri ile Irak Kürtlerinin ilişkide olduklarının Türk kamuoyunca bilincine varıldığı bir süreç olmuştur. 2003’teki Amerikan işgali ve Irak Kürdistan Bölgesel Yönetimi’nin kuruluşu ile bu yöreye ilişkin takınılacak tavır hakkındaki tartışma önem kazanmıştır. En çok ele alınan konular arasındaki Kerkük Meselesi hakkında literatürde bölünmeler gözlemlenmektedir. Türkiye’deki Iraklı Türkmenlere ve birtakım askeri çevrelere yakın duran yayınevlerinden ya da tam tersi şekilde Irak Kürtleri ile yakınlaşma taraftarı olan yayınevlerine; yani sahip olunan siyasi çizgiye göre, bu konu hakkındaki tutumlar birbirinden büyük farklılık gösterir. 

Suriye ve ülkeyi anlaşmazlıklara düşüren çatışmalar, literatürün değişik kolları tarafından gittikçe daha fazla işlenmektedir. Türkiye açısından bakıldığında, çatışmaların devamı  Türkiye’nin -1998’den 2012’ye kadar iyi ilişkiler geliştirdiği- Suriye ile olan komşuluğundan  dolayı etkilenmesiyle sınırlı kalmamaktadır. Çatışmaların devamı, ayrıca Suriye sınırındaki Türk bölgeleri başta olmak üzere, Türkiye’nin iç siyaseti açısından da birtakım sonuçlar doğurmaktadır. Suriye Krizi’nin karmaşıklığı ile kaygı uyandırması ve sıçrama olasılığının bulunması, Türkiye’de olduğu gibi Fransa’da da, çok sayıda yayının türemesini beraberinde getirmiştir. Türk akademik çevrelerinin Orta Doğu Arap dünyası ile ilgili incelemeleri, gazeteciliğin konuya ilaveten kazandırdığı deneyimsel boyuttan yoksun olmakla birlikte,     Türkiye’de Suriye Krizi konulu yayınlar, akademi ve gazetecilik gibi iki uzmanlık alanını birbirleriyle buluşturma becerisine sahiptir. Bu kriz ile, tıpkı 2010’dan sonra birçok Arap ülkesinde meydana gelen sosyal ve siyasi olaylarında olduğu gibi, bilimsel olma iddiası taşıyan yayınlar boy göstermiştir. Bunların kimi zaman bilimsel olmanın yanında siyasi de olan içerikleri eleştirilse de bu yayınlar, uluslararası uzmanlık alanlarının, Türk, Avrupalı, Amerikalı ya da Orta Doğulu incelemelerin bir araya geldikleri bir yer olarak da karşımıza çıkmaktadır. Bunlara örnek olarak, Insight Turkey, Perception, Ortadoğu Etütleri ya da Akademik Orta Doğu yayınlarını sayabiliriz. Siyaseti, en başta da Türk dış siyasetini çizmek ya da en azından yönlendirmek isteyen bu yazıların arkasındaki değişik düşünce akımlarını anlayıp bunları masaya yatırmak için bu yayınların takibi aslında büyük önem taşımaktadır. Hatta burada, birçok uzmanın incelemelerini Irak’tan Suriye’ye, Kafkasya’dan veya Orta Asya’dan -1990lı senelerin gözde konusu, her türlü tehlikeyi içinde barındıran- o büyük “Orta Doğu”ya kaydırarak gerçekleştirdiğinin de altını çizelim.  

Sonuç olarak bu vitrin, yazarların coğrafi kökenleri, yayınlarının formatı, uzmanlık alanları açısından dengelenmeye çalışılmış okumalara dayanarak, Türkiye’nin doğu sınırlarını artık kenar yerler olarak değil de Türk dış siyasetinin tam da merkezi olarak ele almayı önermektedir.

Bibliyografya

  • Michel Seurat, L’Etat de barbarie, PUF, Proche Orient, 2012, 304 p.
  • Pierre-Jean Luizard, Comment est né l’Irak moderne ?, CNRS Editions, 2009, 566 p.
  • Çandar, Cengiz. Mezopotamya Ekspresi, Bir Tarih Yolculuğu. Istanbul: İlestişim, 2012.

Sınırlar, sınırların tarihi

  • Serhan, Ada, Türk Fransız  ilişkilerinde Hatay Sorunu 1918-1939, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 2005, 266 p.
  • Fransız Belgeleriyle Sevr Lozan Musul Üçgeninde Kürdistan, Yazar Hasan Yıldız, DOZ, 2005
  • Lozan’dan Bugüne Musul-Kerkük ve Kuzey Irak, Yazar Oğuz Karaca, Resital 2007
  • Aydin, Mesut, Türkiye ve Irak Hududu Mes’elesi, ASAM, 2001, 306 p.
  • Gilquin, Michel, D’Antioche à Hatay. L’histoire oubliée du sandjack d’Alexandrette. Nationalisme turc contre nationalisme arabe. L’Harmattan, 2000, 226 p.
  • Daoudy, Marwa, Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie, CNRS editions, 2007, 269 p.

Suriye Kürtleri

  • Abdulbaset, Seida, La question kurde en Syrie, L’Harmattan, 2005, 206 p.

Irak Kurdistan’ı

  • Ciğerli Sabri, Réfugiés kurdes d’Irak en Turquie, L’Harmattan, 1998, 320 p.
  • Barzani, Saywan, Le Kurdistan d’Irak, 1918-2008, L’Harmattan, 2009
  • Sunar, Ekrem, Barzan’dan Bağdat’a Kürtler: Irak’ta Kürtlerin yüzyıl savaşları, Doz Yayıncılık, 2007, 240 p.
  • Ali Riza Şeyh Attar, Kürtler, bölgesel ve bölgedışı güçler, Ağaç, 2008, 398 p.
  • ANDERSON, Liam, STANSFIELD, Gareth, Crisis in Kirkuk The Ethnopolitics of Conflict and Compromise, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2009

Türk Dış Politikası ve Türkiye’de  Irak Kurdistan’ı algısı

  • ÖZDEMIRKIRAN Merve, La politique de la Turquie vis-à-vis de l’Irak depuis 2003 : conflit ou coopération, Editions Universitaires Européennes, Paris, 2010, 92 p.
  • PARK, Bill, Turkey’s policy towards northern Iraq: problems and perspectives, Routledge, New York, 2005.
  • Z. Abidin Kızılyaprak, Irak Kürdistanı ve Etkileri, Türkî Korkunun Anatomisi, DOZ Yayınları, 2005
  • Ümit Özdağ Türkiye, Kuzey Irak ve PKK, ASAM  (10/1999)
  • Hacı Şoriş Kerkün’ün Araplaştırılması, DOZ 2006, 352 p.
  • Demirci, Nefi, Kerkük : Sönmeyen Ateş Dinmeyen Hasret  , Ural, 2011, 512 p.

Suriye Savaşı ve Türkiye-Suriye İlişkilerine Türkiye’nin Bakışı

  • Albayrak, Hakan. İslâm Birliği’nin Nüvesi Olarak Türkiye-Suriye Birliği. 2ème ed. Ankara: Vadi, 2007.
  • Adıbelli, Barış. Arap Baharı ve Suriye. Istanbul: IQ Kültür Sanat Yayıncılık, 2012.
  • Özdağ, Ümit. Küçük Ortadoğu Suriye. Ankara : Krypto, 2012
  • Mahalli, Hüsnü. Diren Suriye. Istanbul: Destek Yayinlari, 2014