Archives par mot-clé : gouvernance

Bref décryptage de la politique par les grands projets de l’AKP

17Mai 2015

Türkçe çeviri

La « Vision 2023 » ou encore la « Nouvelle Turquie », promues par l’AKP dans la perspective du centenaire de la République se composent de listes de grands projets supposés matérialiser, mesurer et attester des avancées technologiques et économiques de la Turquie sous la direction de ce parti. Au-delà de la question de la cohérence, des conséquences sociales et environnementales ou encore de la faisabilité de cette profusion de grands projets d’infrastructure (le troisième pont, le troisième aéroport, le canal d’Istanbul, etc.), énergétiques (construction de centaines de centrales thermiques, deux centrales nucléaires d’ici 2023, etc.) et de défense (indigénisation de la production de tanks, d’hélicoptères, d’avions de chasse, de satellites, etc.), ce présentoir vise à mieux éclairer ses effets et causes en termes de (dé)-légitimation du gouvernement. Bien que la politique des grands travaux impulsée par l’AKP ne soit l’apanage ni de ce parti ni de la Turquie, certaines significations socio-historiques tout comme le contexte actuel, en décalage apparent avec la prégnance de l’idéologie néolibérale et l’interdépendance croissante des économies nationales, n’en demeurent pas moins spécifiques.

Les grands projets de modernisation de l’économie turque -compris notamment en termes d’indépendance financière, industrielle et technologique- ont toujours été au cœur des priorités étatiques de la jeune République comme le prouvent le Congrès d’Izmir en 1923, la voiture nationale Devrim en 1961, le Fonds de Soutien à l’Industrie de la Défense en 1985 (SSDF) et aujourd’hui le char « 100% turc » Altay. Cette attention particulière dérive notamment du traumatisme de la défaite de l’Empire ottoman, généralement associé à sa forte dépendance aux savoir-faire et aux capitaux européens, auquel s’articule une foi positiviste fortement relayée par le pouvoir militaire turc comme l’atteste la création du DPT durant la junte 1960-1961. Le concept central de kalkınma utilisé fréquemment par les autorités turques traduit notamment ce glissement sémantique du développement comme progrès (terakki) vers le redressement économique. Kalkınma suppose donc une double comparaison à la fois temporelle (par rapport à l’Empire ottoman) et spatiale (par rapport à l’« Occident »).  Le K de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi), cette forte valorisation du développement réduite à la scène économique se situe ainsi à l’intersection de la montée en puissance de la logique néolibérale et de la réappropriation d’une tradition positiviste, source de prestige mais aussi de protection face aux accusations d’activités réactionnaires (irtica), traditionnellement faites à l’encontre de l’islam politique turc pour mieux le délégitimer. Ce passage d’un Empire vers un Etat-nation s’est également traduit par une indigénisation de l’économie, indissociable de l’éviction forcée et de la disparition d’une bourgeoisie cosmopolite, issue en grande partie des minorités, au profit d’une nouvelle élite turque, musulmane, sunnite jugée plus fidèle à l’Etat et à la patrie. Les grandes organisations patronales nationales telles que la Tüsiad mais aussi la dite « indépendante » Müsiad, sont les héritières de ces assimilations réciproques des élites politiques, étatiques et économiques sous la République turque. La nette accélération des privatisations enregistrées depuis 2005 ne constitue pas une rupture avec ces pratiques au profit des acteurs économiques mais bien une nouvelle modalité d’exercice du pouvoir étatique et politique par leur intermédiaire. Ces grands projets de modernisation de l’économie turque par la voie de sa libéralisation contribuent ainsi à une diversification des relations clientélistes qui entretiennent des liens ambivalents avec un cadre légal national, lui-même fortement politisé. Source de légitimation, ces chevauchements peuvent aussi, s’ils sont rendus visibles, délégitimer le pouvoir politique.

À l’échelle internationale, cette inflation de grands projets qui coïncide également avec l’éloignement de la perspective d’une adhésion européenne suscite de nombreuses interrogations. Dans quelle mesure peut-on même  considérer ces grands projets technologiques, énergétiques et urbains menés par le gouvernement turc comme des substituts réifiés du grand projet politique européen ou à l’inverse comme des symboles d’une extraversion nationale ambivalente ? L’obsession du positionnement de la Turquie et de la commensurabilité avec l’UE contrastent ainsi avec le déni turc de l’existence d’une compétition au sein du monde dit musulman au profit des concepts de complémentarité et coopération. Ce double standard contribue ainsi à naturaliser le leadership turc parmi ces « pays frères ». De la même façon, si ces grands projets industriels matérialisent officiellement une volonté affichée du gouvernement d’autonomisation vis-à-vis de l’économie et des technologies dites occidentales, dans la pratique ils contribuent à l’internationalisation de l’économie turque en faisant notamment l’objet de multiples réappropriations, détournements et négociations.  Fer de lance de la diplomatie économique, cette dépendance turque constitue également un instrument politique d’affirmation nationale et d’internationalisation de pratiques clientélistes face aux entreprises et gouvernements étrangers -en particulier européens- désireux d’élargir leur marché. Ainsi la non-ouverture, cette fois côté Turquie, du chapitre européen « Marchés publics » est révélatrice d’un usage politique et partisan des grands projets ainsi que du maintien d’une certaine marge de manœuvre vis-à-vis de ses « partenaires-fournisseurs » européens.

La politique des grands projets en Turquie ou plutôt cette politique par les grands projets se traduit également par une mise en chiffre du politique ainsi qu’un usage du temps et de la durée comme matières de la dernière utopie progressiste. Futur par crédit ou crédit sur le futur, cette fuite en avant par des grands projets contribue ainsi à la fois à la légitimation du pouvoir, à la suppression du politique tout en participant à un défaussement des responsabilités gouvernementales.

D’après ces différentes pistes, « Vizyon 2023 » s’inscrit donc pleinement dans la globalisation tout en gardant des significations propres, liées à la trajectoire socio-historique du pays et à son rapport  ambivalent avec l’Europe. Loin d’être anachronique par rapport à un supposé modèle à taille unique de développement européen, ces grands travaux sont la preuve d’une multiplicité de globalisations.

Cette bibliographie sélective (dont une partie est consultable à la bibliothèque de l’IFEA) cherche à fournir quelques pistes de lectures et de réflexion sur les significations socio-historiques de cette profusion de grands projets en Turquie.

Bibliographie

  • – BALI R. (2010), L’Affaire impôt sur la fortune, İstanbul, Libra Yayınevi
  • – BALKAN N., BALKAN E., ÖNCÜ A.(2014), Neoliberalizm, islamci sermayenin yükselişi ve AKP, Yordam Kitap, İstanbul
  • – BARE J-F (2007), «  De l’anthropologie au développement et retour », Revue du Tiers Monde, n°191, vol. 3,  juillet-septembre. cf: https://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=RTM_191_0591
  • – BATUR H. (1998), From rational reformism to neoliberal centralism: institutionnal politics of economic bureaucracy in Turkey, PhD of Political Science, Boğaziçi University.
  • – BIANCHI R. (1984), Interest Groups and Political Developpement in Turkey, Princeton, Princeton University Press
  • – BORATAV K. (1993), Türkiye İktisat tarihi (1908-1985), İstanbul, Gerçek Yayınevi.
  • – BORATAV K. TÜRKCAN E. (1993), Türkiye’de Sanayileşmenin yeni boyutları ve KİTler, İstanbul, Tarih Vakfı Yurt Yayınları
  • – BUĞRA, A. (1994), State and Business in Modern Turkey. A Comparative Study, Albany, State University of New York Press
  • – BUĞRA, A. (1995), Devlet ve Işadamları, Istanbul, İletişim
  • – BUĞRA A., SAVAKSAN O. (2014), Türkiye’de Yeni Kapitalizm. Siyaset, Din ve İş Dünyası, İstanbul, İletişim
  • – ELDEM, Edhem (2003), « Capitulations and Western Trade » in FAROQUI S. (ed.), The Cambridge History of Turkey, vol. 3, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 283-336.
  • – ELDEM, Edhem (1994), Banque impériale ottomane. Inventaire commenté des archives, Varia Turcica, n°XXV
  • – İNAN A. (1982), İzmir İktisat Kongresi 17 Şubat – 4 Mart 1923, Ankara, Türk Tarih Kurumu Basımevi, 1982
  • – İNSEL A. (1984), La Turquie entre l’ordre et le développement, Paris, L’Harmattan
  • – KANGAL S., « Fin de l’empire ottoman : insertion dans la division internationale du travail (1880-1913) », Communication au Vème Congrès international sur l’histoire économique et sociale de la Turquie, ERSI Amiens
  • – KANSU G. (2003), Planlı Yıllar (anılarla DTP’nin öyküsü), İstanbul, İş Kültür Yayınları
  • – KEYDER C. (1993), Türkiye’de Devlet ve Sınıflar, İstanbul, İletişim
  • – KEYDER C. (2009), The Definition of a peripheral economy: Turkey 1923-1929, Cambridge, Cambridge University Press.
  • – PAMUK, Şevket (2000), A Monetary History of the Ottoman Empire, Cambridge University Press, Cambridge
  • – PEROUSE J-F (2004), La Turquie en Marche. Les grandes mutations depuis 1980. Paris, Ed de la  Martinière, pp.259-347
  • – PEROUSE J-F (2013), « L’Etat sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif (TOKI) » dans AYMES M., GOURISSE B., MASSICARD E. (dir), L’art de l’Etat en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Istanbul, Karthala
  • – PEROUSE J-F (2014), « Planification régionale et territoriale en Turquie », présentoir IFEA décembre 2014
  • – ŞENSES F. (2004), « Neoliberal Küreselleşme kalkınma için bir fırsat mı, engel mi ? », Working Paper in Economics, n°4, vol.9, METU economic research center (ERC) http://www.erc.metu.edu/menu/series04/0409.pdf
  • – THOBIE J. (1995), « Les banques étrangères dans l’Empire ottoman jusqu’à la Première Guerre mondiale »,  Varia Turcica XXVII, p. 11-27
  • – THOBIE J.,  BACQUE-GRAMMONT J-L (dir.) (1987), « L’accession de la Turquie à la civilisation industrielle facteurs internes et externes », Varia Turcica, n°VI
  • – THOBIE J. «  L’emprunt ottoman 4% 1901-1905 : le triptyque Finance-Industrie-Diplomatie », Relations internationales, n°1, 1968, pp. 71-85
  • – THOBIE J., KANCAL S., Industrialisation, Communication et rapports sociaux en Turquie et en méditerranée orientale, Varia Turcica, n°XX.
  • – TOPRAK Z (2003), Ittihad-Terakki ve Cihan Harbi, Istanbul, Homer Kitabevi
  • – TUGAL C. (2009), Passive revolution. Absorbing the Islamic challenge to capitalism, Stanford, Stanford University Press
  • – ÖNİŞ Z., ŞENSES F. (2009), TK and the global economy. Neo-liberal restructuring and integration in the post-crisis era, Oxon, Routledge
  • – ÖZDEN, B.A.(2004), Turkey’s experience with Planning in the 60s, Thesis of MA, Atatürk Institute of Modern History of Turkey, Istanbul, Boğaziçi University
  • – VANER S. (1991), Modernisation autoritaire en Turquie et en Iran, Paris, l’Harmattan
  • – VANER S. (1995), La Turquie en mouvement, Paris, Complexe
  • – VEREZ J-C (2008), « La Turquie au carrefour des pays en développement, émergents et industrialisés », Revue du Tiers Monde, avril-juin
  • – VISIER C. (2015), « La Turquie et l’Union européenne », présentoir IFEA mart 2015
  • – YANKAYA D. (2012), La nouvelle bourgeoisie islamique, Paris, Presses Universitaires de France
  • – YELDAN E. (2002), « Neoliberal Küreselleşme ideolojisinin kalkınma söylemi üzerine değerlendirmeler », Praksis, n°7. cf: http://yeldane.bilkent.edu.tr/praksis-2002.pdf

“Après les élections locales du 30 mars 2014, 16 000 villages vont être rayés de la carte”

Güzlek Düzlüğü - Veyis Polat CC by-nc-nd 2010, Korkuteli, Antalya, Turquie
Güzlek Düzlüğü – Veyis Polat
CC by-nc-nd
2010, Korkuteli, Antalya, Turquie

C’est ainsi qu’Ali Ekber Yıldırım, le chroniqueur des questions agricoles du quotidien économique “Dünya”, titre son papier en date du 14 janvier 20141. À l’heure où les deux composantes du Parlement français s’interrogent une nouvelle fois sur une réforme/simplification du maillage administratif français, la Turquie poursuit à bâtons rompus sa réforme, malgré les nombreux recours déposés depuis la loi 5747 de mars 2008 qui a engagé le processus.

Dans la suite de la Dipnot de novembre 2012 consacrée à la création de treize nouvelles “municipalités métropolitaines”, nous souhaiterions ici reprendre l’argumentation de Yıldırım. La suppression de 16 082 villages (köy) au lendemain des élections locales du 30 mars 2014 va avoir un effet mécanique sur la statistique, puisqu’en une nuit la part de la population rurale dans le total de la population turque va passer de 24% à 9%  ! Ce qui fera de la Turquie, comme par magie, du jour au lendemain, un des pays officiellement les plus urbanisés au monde. Ces plus de 16 000 villages représentent près de la moitié du nombre total aujourd’hui : c’est dire l’ampleur du bouleversement envisagé. Le 31 mars 2014, sur les 34 351 villages actuels, il n’en subsistera que 18 201.

Ces villages voués à disparaître sont situés sur le territoire de compétence des municipalités métropolitaines,  élargi aux limites de l’ensemble du département concerné. De vastes zones rurales se trouvent donc englobées dans des territoires administratifs urbains et se voient privées de leurs qualités singulières. Pour Yıldırım, cette mesure est inquiétante à divers titres. Elle participe au recul des activités agricoles (le nombre des exploitations agricoles turques a déjà diminué de 500  000 ces dix dernières années), à leur perte d’indépendance et de crédit. En effet, et dans certaines nouvelles municipalités métropolitaines les premières injonctions ont été lancées aux anciens villageois de fermer leurs étables, le mode de développement désormais privilégié dans ces territoires métropolitains étendus est centré sur les activités tertiaires et industrielles et considère les activités agricoles négativement, comme nuisibles, voire archaïques. Le crédit – et l’importance symbolique – accordé aux activités agricoles par les politiques est donc faible : dans le mode de développement dominant, tout semble polarisé sur l’urbain – espace de toutes les opportunités et des meilleurs rapports – et organisé dans l’optique métropolitaine (en termes de type de mise en valeur, d’urbanisme et de fonctions). On peut ajouter que cette mesure est un coup porté à la démocratie locale dans la mesure où l’absorption dans une municipalité métropolitaine signifie une subordination des territoires à l’écrasant ordre métropolitain et urbain. Au-delà de la question agricole, on pourrait évoquer le mépris sous-jacent pour la ruralité. Mais celle-ci ne fait pas débat politique (ou même scientifique), l’espace rural n’étant pas reconnu comme un espace doté de qualités singulières à prendre en compte, à respecter et faire durer.

Parallèlement, outre les municipalités diluées parce que prises au sein des nouvelles municipalités métropolitaines, près de 600 municipalités de second rang (belde belediyeleri) seront supprimées et reléguées au rang de «  quartiers  ». Au terme de recours auprès du Conseil Constitutionnel, 282 municipalités ciblées par la loi de mars 2008 (qui envisageait 862 suppressions) ont réussi à échapper au couperet et pourront poursuivre leur existence de pouvoir local autonome. Et au total, à la suite de toutes ces transformations, de 2925 municipalités officiellement dénombrées2 fin 2013 – toutes catégories confondues -, on devrait passer à 1395 fin mars 2014. La seule forme municipale est en passe de concerner la gestion de plus de 90% de la population turque  : dans cette configuration, nul besoin de région ou même de département. Un pouvoir central fort, d’un côté, des municipalités fidèles au centre, de l’autre, tel est le modèle de gestion territoriale en voie d’instauration.

  1. « Yerel seçimle 16 bin köy haritadan silinecek!… » [En ligne] http://www.dunya.com/yerel-secimle-16-bin-koy-haritadan-silinecek-154507yy.htm []
  2. Pour les statistiques officielles du ministère de l’intérieur sur le nombre de villages, de municipalités… (sous forme de fichiers .pdf téléchargeables)  : https://www.e-icisleri.gov.tr/Anasayfa/MulkiIdariBolumleri.aspx []

La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale

Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux et même violents – adopté une loi relative à la création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines (Büyükşehir Belediyesi), qui s’ajoutent aux 16 existantes, instituées à la suite de la loi sur les municipalités métropolitaines de 1984. Les nouvelles municipalités métropolitaines sont Tekirdağ, Balıkesir, Manisa, Aydin, Denizli, Muğla, à l’ouest du pays ; et Trabzon, Hatay, Şanlıurfa, Kahramanmaraş, Mardin et Van, à l’est.

Les nouveaux départements métropolisés au terme de la loi no 5779 du 12/11/2012

Suite à cette nouvelle loi, 56 millions de citoyens turcs – soit beaucoup plus de la moitié de la population totale du pays – vont désormais dépendre dans leur vie quotidienne d’une municipalité métropolitaine, même s’ils habitent dans de lointains villages et hameaux périphériques (subitement transformés en “quartiers” urbains). En outre, le régime métropolitain va s’appliquer à l’ensemble du territoire des départements, absorbant des territoires ruraux et faiblement peuplés, voire déserts. Ce, pour certaines des anciennes municipalités métropolitaines encore entourées d’espaces ruraux départementaux (Adana, Ankara, Antalya, Bursa, Diyarbakır, Eskişehir, Erzurum, Gaziantep, İzmir, Kayseri, Konya, Mersin, Sakarya  et Samsun) et pour la totalité des nouvelles. Autrement dit, le maire d’Antalya sera responsable de l’aménagement des alpages des montagnes et des vallées des rivières du Taurus. Cette décision d’extension revient à une mainmise sur leurs périphéries par les métropoles. Le processus a commencé en juillet 2004 avec l’extension des limites de la municipalité métropolitaine d’Istanbul à l’ensemble du département (il) d’Istanbul.

Cette “extension du domaine de l’urbain” a suscité des objections surtout du côté des municipalités de second rang (belde belediyeleri) qui ont été supprimées par cette loi, soit plus de 1500 municipalités (1032, ravalées au rang de quartiers/mahalle de municipalités métropolitaines en expansion, et 559 reléguées au statut de villages/köy). Après le premier nettoyage de mai 2008, on assiste donc à une deuxième rétraction du semis municipal en Turquie. A l’heure de la décentralisation administrative, cette suppression assez radicale de niveaux de gestion territoriale et locale peut surprendre. Les arguments développés par les opposants à cette loi ont peu porté sur la question de la démocratie locale mais plutôt sur le fait que cette loi viserait en fait à faire disparaître nombre de municipalités d’opposition et à modifier la carte électorale au profit de l’AKP… en prévision des élections locales de mars 2014 (voir “Ne fermez pas nos petites municipalités”, Cumhuriyet 30-10-2012, p. 24 ; « Akyaka, le paradis contre la métropole », Cumhuriyet, 30-09-2012). En outre, dans les 29 départements pleinement métropolisés disparaît sans appel une des plus anciennes collectivités territoriales, l’Administration Spéciale du Département (İÖİ). Dans la mesure où l’AKP contrôle la plupart des Assemblées départementales concernées, cette mesure n’a pas suscité de tollé. Elle relève néanmoins d’un mode assez centralisateur et autoritaire de révision de la carte administrative…  et de l’architecture des pouvoirs locaux.

Au-delà de cet aspect “charcutage électoral” (Voir “45 000 voix ont d’un coup changé de lieu”, Radikal, 9-11-2012, p. 9), ce qui mérite attention dans cette loi c’est le rapport dominant au territoire qu’elle institue ou confirme. Pour l’AKP, le territoire turc n’existe, manifestement, que par et pour les métropoles qui le structurent et en premier lieu pour Istanbul. Autrement dit, il n’y a plus de rural – les villages des départements métropolisés, qui avaient une personnalité juridique, ont perdu celle-ci et sont devenus des quartiers urbains -, il n’y a plus de petite ville, plus de ville moyenne, il n’y a que des métropoles, acteurs et pivots uniques de “l’aménagement du territoire” en Turquie. Déjà, à l’inverse des mots d’ordre des premières élections sur le développement local, pour les élections de juin 2011 l’AKP avait mis l’accent sur les métropoles dans son programme politique pour la Turquie future. Il n’était de futur que dans, par et pour les métropoles. Il y a donc eu une inflexion de l’approche du développement territorial qui s’est traduite par une polarisation sur les métropoles. L’avenir est dans les grandes villes et le destin des territoires peu ou pas urbanisés semble être uniquement de servir les intérêts des métropoles auxquelles ils sont soumis, en ressources primaires et espaces de détente et de débordement. De nouveaux territoires, jusque-là préservés par leur statut rural, entrent ainsi dans la zone d’influence et de prédation de l’économie urbaine et de la politique urbaine, trop souvent définies à court terme et fondées sur la recherche d’une rente rapide et optimale.

L’ingénierie territoriale impulsée par l’AKP est donc de plus en plus exclusivement urbaine. Elle bouscule tous les cadres, elle ne recule devant rien, comme la perspective annoncée de renouveler en vingt ans la moitié du stock de bâtiments du pays… dans le cadre de la transformation urbaine généralisée (loi de mai 2012) qui fait office de politique urbaine unique et partout appliquée.

Références

  • Yılmaz Önder «Büyükşehir tartışması », Milliyet, 29-10-2012.
  • Güngör Uras, « 16 + 13 = 29 büyükşehirlerimiz oldu », Milliyet, 14-11-2012, p. 7.
  • Sönmez Mustafa « AKP Rejiminin Büyükşehir Oyunu », Cumhuriyet, 17-11-2012, p. 10.
  • Pérouse Jean-François. Les petites villes du département d’Ankara. In: Annales de Géographie. 1994, t. 103, n°575. pp. 29-40. doi : 10.3406/geo.1994.13723 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1994_num_103_575_13723 Consulté le 22 novembre 2012
  • Pérouse Jean-François. Istanbul et l’État turc. La métropole contre l’Ètat ?, in : Le pouvoir et la ville à l’époque moderne et contemporaine, Collection KUBABA, Série Actes I, Université de Paris I /Institut Catholique de Paris, Actes du colloque « La ville au cœur du pouvoir » Paris 7-8 décembre 2000, Vol. 2, 2002, p. 219-242 ;
  • Pérouse Jean-François. Is the “Marmara Region” really a developed region? Metropolis versus Region”, Geographische Rundschau International Edition, Vol. 5, No. 3/2009, pp. 40-46
  • Pérouse Jean-François. La difficile affirmation des villes moyennes turques comme symptôme de dysfonctionnements politico-économiques in : Charbonneau F, Lewis P. & Manzagol, C. (éd.) (2003), Villes moyennes et mondialisation, renouvellement de l’analyse et des stratégies, Actes du colloque international, Université de Montréal, du 18-20 septembre 2002, Montréal, Trames/UM, pp. 92-99).