Archives par mot-clé : investissements

Tour d’horizon de l’actualité énergétique de la Turquie 2012-2013

La feuille de route politique et économique du gouvernement AKP intitulée « Vision 2023 », en référence au futur centenaire de la République turque, se traduit pour le secteur énergétique par une inflation discursive. Ce secteur est d’autant plus stratégique que les perspectives de croissance économique présentées par ailleurs au travers de cette Vision 2023 requièrent de facto une consommation de plus en plus importante d’énergie. Il est attendu en effet que la demande énergétique du pays – qui enregistre déjà le second plus haut taux de consommation énergétique derrière la Chine – double dans la décennie à venir, soit une croissance annuelle prévue entre 6 et 9%. De ce contexte résulte une actualité énergétique très riche dont la présente note sélectionne quelques enjeux.

1) Du hub diplomatique au « deal énergétique »

L’examen d’une géopolitique de l’énergie spécifique à la Turquie se traduit par le recours systématique au qualificatif de hub ou pont énergétique qui traduit le rôle de synapse du territoire turc entre pays producteurs de ressources énergétiques d’un côté et pays consommateurs de l’autre. L’État turc utilise cet avantage géostratégique au service de sa diplomatie et de son émergence politique et économique dans la région. En première main, ce type d’analyse se prête par exemple parfaitement à une lecture du processus d’apaisement engagé par Israël vis-à-vis de la Turquie suite aux excuses officielles de Benyamin Netanyahou présentées le 22 mars dernier à l’encontre de son homologue turc Recep Tayip Erdoğan (voir ici). Durant une récente conférence sur les enjeux énergétiques tenue à Ankara, les propos d’un émissaire israélien spécialement mandaté pour l’occasion, sont explicites : « Peut-on utiliser l’énergie, peut-on utiliser le gaz au-delà de sa valeur commerciale au service de la politique, au service de la diplomatie ? »1. Dans l’optique d’exporter le gaz naturel découvert aux larges de ses côtes en 20092, cette tentative d’apaisement des relations avec la Turquie nous laisse donc penser qu’Israël aurait choisi le terminal de Ceyhan comme débouché d’un pipeline sous-marin. Dès lors, le refus actuel du ministre de l’Énergie turc d’entamer des pourparlers à propos de ce projet tant que les relations diplomatiques ne seront pas officiellement stabilisées, peut s’analyser comme une illustration de la puissance et de la confiance nourries de cette situation géostratégique. Alors que paradoxalement, la Turquie cherche à accroître et diversifier ses importations de gaz naturel, la position de hub énergétique semble effectivement légitimer à elle seule l’assurance affichée par les responsables politiques turcs. Toutefois, ces conjectures géopolitiques ne nous renseignent guère sur les conséquences « collatérales » qu’implique cette situation bipolaire de la Turquie qui est à la fois dépendante de ses voisins pour sa consommation mais dont dépendent ses voisins pour faire transiter leurs réserves. En coulisse ces « deals énergétiques » – accords plus ou moins tacites qui impliquent également des acteurs économiques privés potentiellement proches du pouvoir – ne pourraient-ils pas par exemple contribuer à expliquer les sommes impressionnantes investies en Turquie par SOCAR Turkey Enerji , filiale de la compagnie pétrolière nationale d’Azerbaïdjan (voir ici) et ce notamment à la lumière du projet de gazoduc transfrontalier TANAP. Dernier exemple en date, SOCAR vient de racheter au mois d’avril 2013, le groupe Star Media –  dont font partie le journal éponyme et la chaine télévisée Kanal 24 – propriétaire de l’homme d’affaire Fettah Tamince, également fondateur de la chaine d’hôtel Rixos et connu pour ses proches relations avec le premier ministre turc en personne.

2) Vers une production énergétique décarbonée ?

Malgré une capacité de production d’électricité installée qui a pratiquement doublé en Turquie ces 10 dernières années – de 32000 MW en 2002 à 57000 MW en 2012 – le pays connaît toujours des cycles de tensions électriques notamment l’été. Un pic de consommation a été atteint au mois de juillet dernier (752,7 millions de KW soit 11% de plus qu’en juillet de l’année précédente) du fait notamment de l’utilisation massive des appareils de climatisation. La Turquie s’est vue contrainte d’acheter de l’électricité à la Géorgie et à la Bulgarie en prévention d’éventuelles coupures de courant. Concernant le gaz naturel, cet hiver, un pic de consommation à été atteint (187 millions de m3) dont 1/5 est le seul fait d’Istanbul. En vue de répondre à cette demande croissante, tirer massivement avantage du potentiel des énergies renouvelables encore peu exploitées en Turquie semblerait une solution envisagée. L’autorité régulatrice du marché électrique (EPDK) prévoit ainsi d’accorder d’ici 2023 plus de 3000 MW de capacité de production d’électricité à partir du solaire. La construction de la première centrale à tour solaire vient par exemple d’être achevée à Mersin.

greenway_mersin
Figure 1: 50 millions de $ ont été investis par Greenway pour la 1ère ferme solaire de Turquie (cliché pris en mars 2013)

Les objectifs concernant l’éolien sont de même envergure. Durant les mois prochains, est notamment planifiée l’inauguration de 52 turbines éoliennes à Balikesir – la plus grande ferme éolienne de Turquie – avec une capacité totale de production de 143 MW. Ces investissements doivent conduire la Turquie à produire 30% d’électricité à partir des ENR en 2023. Au même moment, le nucléaire devrait contribuer pour 10% de la production nationale. La centrale d’Akkuyu financée, construite et gérée par les Russes (voir ici) devrait entamer sa production en 2019. Concernant la seconde centrale à Sinop, seuls un consortium franco-japonais (Mitsubishi-Areva) et une entreprise chinoise (Guangdong holding) seraient encore en lice pour remporter l’appel d’offre. Selon les dirigeants politiques turcs, ces choix de production se légitiment notamment par leur faible teneur en carbone. Pourtant, cette ruée vers ces nouvelles énergies ne doit pas cacher une autre réalité dont l’impact environnemental est beaucoup moins flatteur.

couv_hazard
Figure 2 : « Quand le charbon turc sera-t-il découvert? » (Dernier numéro du magasine publié par le Caspian Strategy Institute, think-thank basé à Istanbul dont l’objectif est de développer les connaissances sur la région caspienne autour des sujets spécifiques de la sécurité énergétique et des relations internationales)

Toujours guidée par cette volonté de réduire sa dépendance envers ses voisins – 90% du charbon provient d’Afrique du Sud, Colombie, Russie et d’Ukraine pour un coût estimé à 964 millions de dollars- la Turquie prospecte massivement son territoire à la recherche d’énergie fossile. Une réserve de charbon comptant pour 40% des réserves nationales sera prochainement exploitée par une entreprise des Émirats Arabes Unis dans la province de Kahramanmaraş. 1,8 billions de tonnes de charbons viennent d’être découverts dans la province de Konya, auquel il faut ajouter une découverte d’une possible réserve de 510 millions de tonnes par le ministère de l’Énergie en Thrace. Alors que la Turquie possède également des réserves importantes de lignite de très faible qualité énergétique, l’entreprise nationale TKI, dont l’activité économique a durement été touchée depuis l’utilisation massive du gaz naturel, se reconvertit désormais dans la valorisation du gaz synthétique dans la région égéenne (bassin minier de Manisa et Küthaya). Ces données prouvent que la valorisation des ressources minières est devenue priorité nationale, Taner Yıldız – le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles – ayant officiellement annoncé que le charbon devrait contribuer pour 30% de la production d’électricité en 2023. Les conséquences de cette réorientation de la production énergétique font déjà sentir leurs effets avec une croissance des licences accordées au secteur privé pour construire des centrales à charbon au détriment des centrales thermiques au gaz. Le gouvernement turc s’intéresse également de près au très controversé gaz de schiste en Anatolie centrale dans les provinces d’Ankara, Konya et Kirşehir. A noter enfin qu’une prospection importante concerne les ressources pétrolières dans la province de Diyarbakır ou dans les fonds sous-marins de la Mer noire.

3) Tarification sociale et privatisation des réseaux de distribution énergétique

carte_privatisation_elec
Figure 3: « Turkish government rakes in $3.5 bln in power grid tenders », Hurriyet Daily News, 15/03/13

Après quelques imbroglios juridico-administratifs concernant notamment le réseau de gaz d’Ankara et le réseau d’électricité de la rive européenne d’Istanbul, le processus de privatisation de l’ensemble des réseaux de distribution est désormais abouti.3. Début 2013, la vente des 4 plus importants réseaux a été finalisée. Cela concernait la partie asiatique d’Istanbul, les provinces de Toroslar, Van et Dicle (voir la carte ci-dessus). Il est important de souligner l’hétérogénéité de ces territoires avec des variations importantes concernant le niveau de développement économique, le statut à dominante rurale ou urbaine, le nombre de clients variant entre 458 000 dans la province de Van à 2,4 millions sur la partie asiatique d’Istanbul et un ratio d’électricité piratée variant entre 8% à Istanbul et 70% dans les provinces de l’Est. Au moment où les nouvelles factures délivrées vont commencer à refléter les réorientations stratégiques des entreprises privées, il n’est pas improbable que des tensions apparaissent entre ces dernières et les élites politiques locales, soucieuses de ne pas se couper de leur base électorale si elle venait à subir les effets négatifs de ces nouvelles mesures. Ceci a par exemple conduit à l’annulation en 2010 d’une première tentative de privatisation du réseau de Dicle. Les désaccords portaient essentiellement sur la mesure des pertes d’électricité captées illégalement. Pour éviter un nouvel échec, l’exploitant ayant remporté le récent appel d’offre (Groupe Iskaya Doğu) a présenté sa volonté de mener une étroite collaboration avec les autorités locales concernant ce problème. Ces questions du captage illégal et de la tarification de l’électricité sont particulièrement sensibles en Turquie notamment depuis qu’un projet de loi porté par l’EPDK au début des années 2000 prévoyait d’indexer régionalement les coûts facturés aux usagers selon le taux de captage illégal d’électricité. Par crainte des conséquences impopulaires d’une telle loi à la veille des élections présidentielles de 2007, le gouvernement AKP avait temporairement suspendu cette mesure jusqu’en 2013. Au vu d’une augmentation généralisée des prix de l’énergie depuis quelques années avec des inflexions à la hausse parfois brutales – en septembre 2012, le 1er ministre turc a annoncé une hausse des tarifs du gaz entre 10 et 15% pour les particuliers et de 9% pour l’électricité qui faisait déjà suite à des hausses de même niveau les mois précédents – les conséquences sociales seraient majeures si une telle mesure venait à être finalement adoptée. L’actualité dramatique des derniers mois à l’échelle de la seule métropole d’Istanbul nous rappelle à quel point l’accès sécurisé à des systèmes techniques fournissant un minimum confortable demeure une question non résolue en Turquie. Du fait d’une installation de gaz défectueuse, une famille entière de 5 personnes et 5 Afghans ont été retrouvés morts asphyxiés au monoxyde de carbone respectivement à Gaziosmanpaşa et Zeyntinburnu. Ce mois-ci la mort de 5 enfants à Esenyurt a été provoquée par un incendie déclenché par une lampe électrique chauffante. La réponse apportée à ce problème par l’exploitant du réseau de gaz naturel d’Istanbul parait bien dérisoire en se contentant de diffuser des messages préventifs. L’intérêt économique y est d’ailleurs difficilement masqué avec la crainte d’une réduction de la consommation de gaz naturel au bénéfice d’autres ressources énergétiques.

gaz_ne_tue_pas
Figure 4: « Le tueur silencieux ». Faites attention au monoxyde de carbone. Ce n’est pas le gaz naturel qui empoisonne mais le monoxyde de carbone. N’oubliez pas que le gaz naturel utilisé de manière adéquate est un combustible très sûr » www.igdas.com.tr

4) « Dönüşümle enerjiyi savurmayan binalar yapacağız » ((« Avec le renouvellement urbain, nous allons faire des logements économisant l’énergie », Milliyet, 17/04/13))

Liée à une autre actualité urbaine, celle qui concerne le gigantesque projet de rénovation urbaine lancée à l’échelle nationale par le gouvernement AKP, les questions de maîtrise et d’efficacité énergétique prennent une nouvelle ampleur au sein des agendas politiques nationaux et locaux. Erdoğan Bayraktar, à la tête du ministère de l’environnement et de l’urbanisation, ancien directeur de TOKI, déclare ainsi que 14 millions de logements ne respecteraient pas des critères standard en terme d’isolation thermique ou de revêtement de façade4. Agir sur la maîtrise énergétique à l’échelle du bâti parait légitime si l’on admet que le secteur résidentiel est responsable d’environ 30% des rejets de CO2 dans l’atmosphère en Turquie. Seuls 6% du parc immobilier turc disposeraient d’une isolation en toiture. Après avoir invoqué l’argument d’utilité publique du risque sismique pour légitimer l’ampleur des rénovations urbaines, et sans doute l’arbitraire du processus de mise en œuvre, il n’est pas exclu que celui de l’efficacité énergétique vienne s’adjoindre au précédent. Durant la conférence d’Ekodesign, Erdoğan Bayraktar s’est exprimé en ces termes « Une fois la rénovation urbaine achevée, nous voulons faire de la Turquie un pays très avancé avec des villes modernes dotées d’espaces verts, de transports organisés, de maisons intelligentes économes en énergie, des villes écologiques. Nous travaillons à ce que l’ensemble des constructions de notre pays soit conçu pour économiser l’énergie »5. Une nouvelle niche commerciale se constitue actuellement autour des figures du « bâtiment intelligent », de la « ville écologique », des bâtiments à « énergies positives ». Preuve de cet intérêt naissant, TOKI s’est engagé à produire « des logements zéro carbone » pendant que les entrepreneurs du bâtiment ont sollicité le TSE (Institution en charge d’édicter les standards à l’échelle de la Turquie) pour créer une certification nationale « bâtiment vert ». Cette manœuvre vise à  contourner la dépendance des certifications internationales LEED et BREAM dont les coûts jugés trop importants– entre 5000 et 100 000 dollars en fonction de la taille des projets standardisés – n’auraient pas un effet incitatif au changement des pratiques de construction.

« Güneş ve rüzgarda potansiyel yatırıma dönüşüyor », Dünya, Enerji Sektör Arastırması (supplément n°21), Novembre 2012
« Dönüsümle enerjiyi savurmayan binalar yapacağız », Milliyet, 17/04/13,
« Esenyurt’ta 5’i çocuk 6 kişi yangında öldü », Milliyet, 21/04/13, p.4
« Turkey’s Star Media Group sold to Azeri oil giant Socar: Report », Hurriyet Daily News, 24/04/13
« Urban transformation to make cities ‘greener’ », Hurriyet Daily News 19/02/13
« Israel sees ‘Med-Streams’ in service of regional diplomacy », Hurriyet Daily News, 12/04/13
« Turkish government rakes in $3.5 bln in power grid tenders », Hurriyet Daily News, 15/03/13
« Turkey’s electricity consumption hits a record », Hurriyet Daily News, 12/07/12


 

  1. « Israel sees ‘Med-Streams’ in service of regional diplomacy », Hurriyet Daily News, 12/04/13 []
  2. Pour une vision complète des tensions à l’œuvre dans la région suite à la découverte de plusieurs réserves off-shores, se reporter au récent article « East mediterranean gas : what kind of a game changer ? » de H. Darbouche, L.El-Katiri, B.Fattouh, NG 71, Dec 2012, Oxfort Institute for Energy Studies []
  3. À notre connaissance, seul le réseau de gaz naturel d’Istanbul (IGDAS) ne le serait pas encore. Le flou persiste cependant avec une procédure d’appel d’offre qui serait vraisemblablement en cours. []
  4. « Urban transformation to make cities ‘greener’ », Hurriyet Daily News 19/02/13 []
  5. « Kentsel dönüşümü tamamlanmış, meydanlara, yeşil alanlara sahip ve ulaşımı düzenli modern şehirler, enerji tasarrufu sağlayan akıllı evler ve ekolokik şehirlerle Türkiye’yi ileri bir seviyeye taşimal istiyoruz. Ülkemizin konut stokunun enerjiyi savurmayan binalardan oluşmasi için calışıyoruz » Milliyet, 17/04/13 []

L’évolution depuis 2002 des investissements directs turcs à l’étranger : un indicateur de rayonnement à suivre

Si l’habitude est grande d’étudier la Turquie comme un pays-cible pour les investissements directs étrangers (IDE) ou pour les investissements indirects, la littérature scientifique tarde à prendre en compte l’émergence de la Turquie comme pays émetteur d’investissements directs vers des pays étrangers plus ou moins proches. Or force est de constater que parallèlement à la “normalisation” de l’économie turque survenue au cours de la décennie 2000 (réduction de l’inflation, réduction du risque financier, chute des taux d’intérêt), les ID(E) turcs ont très sensiblement augmenté. S’ils restent inférieurs au total des IDE opérés en Turquie, leur augmentation n’est pas moins révélatrice du repositionnement de l’économie turque dans le jeu global. En évitant de céder à une euphorie de circonstance qui se complaît à décrire l’augmentation des exportations turques comme celle du PIB/habitant, sans prendre en compte d’autres indicateurs qui obligent à tempérer, on peut brièvement se pencher sur ce phénomène.

Alors qu’en 2002 le montant des ID(E) turcs réalisés dans l’année (on ne parle pas des IDE cumulés) n’était que de 251 millions de USD, celui-ci est passé pour les 10 premiers mois de 2012 à 3,583 milliards. En dix ans donc, ces IDE ont été multipliés par plus de 10. Le seuil du milliard a été franchi en 2003 et celui des 2 milliards en 2007. Si l’on considère cette fois le montant cumulé des IDE, en tenant compte des « sorties » survenues, on atteignait début 2011 un niveau de 25 milliards de dollars assuré par 3500 entreprises turques dans un peu plus de 103 pays.

Cet essor traduit la montée en puissance et en confiance de l’économie turque et la stratégie d’extraversion de celle-ci, soutenue par les gouvernements du parti AK. Ceux-ci pratiquent un soutien aux investisseurs turcs à l’étranger, ces derniers étant considérés comme les fers de lance du rayonnement international du pays et les relais de la diplomatie. La « nouvelle » politique d’influence internationale passe donc en partie par ces investissements qui donnent une visibilité à l’envergure que les dirigeants veulent donner au pays.

De plus, alors que les IDE en Turquie ont diminué de 30% les 10 premiers mois de l’année 2012 par rapport aux dix premiers mois de 2011, les ID turcs à l’étranger ont augmenté en 2012 de 85% par rapport aux dix premiers mois de 2011.

Le pays où le montant des investissements turcs a été le plus élevé en 2012 est les Pays-Bas (en 2011, n’oublions pas, c’était la France en raison de la prise de participation de Yıldırım Holding dans la compagnie CMA SGM), avec 2,398 milliards, suivi de l’Azerbaïdjan (309 millions USD), de la Croatie (95), des États-Unis et de la Fédération de Russie (59 millions) ; viennent ensuite, le Royaume-Uni, la Suisse, le Kazakhstan et l’Allemagne (45). Du point de vue du secteur d’activité, c’est dans l’agroalimentaire que les ID turcs ont été les plus importants (plus de 75% du montant total des ID turcs dans les 10 premiers mois de 2012). Secteur minier (pour l’Azerbaïdjan), transport-logistique et assurance apparaissent comme les autres secteurs-cible.

Cette évolution en dix ans doit être lue parallèlement à l’évolution spectaculaire du montant des exportations et des importations. Elle est en outre le résultat d’une politique d’encouragement conduite sous la houlette, notamment, du DEİK (Institution pour les Relations Economiques Extérieures), structure créée en 1986 sur instruction du Premier ministre d’alors, Turgut Özal. Cependant, répétons-le, cet accroissement significatif ne doit pas faire oublier que le montant total des ID(E) turcs pour les dix premiers mois de 2012 reste plus de deux fois inférieur au montant total des IDE en Turquie.

La SOCAR et les investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie

Fortement touchés par la crise économique mondiale de 2008, les investissements directs étrangers en Turquie reprennent progressivement le rythme d’avant crise. En effet, après avoir atteint le chiffre record de 22 milliards de dollars en 2007, les investissements directs étrangers étaient tombés à 9 milliards en 2010 avant de remonter à 15 milliards en 2011, soit plus de 70% d’augmentation en une seule année. Dans ce cadre, notre étude va porter sur le poids des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie, sur les origines de ces investissements, et enfin sur les enjeux géostratégiques qui vont de pair avec les intérêts économiques des deux pays.

Selon les chiffres donnés par la Banque Centrale de Turquie, la part de l’Azerbaïdjan dans les investissements directs étrangers en Turquie était de 8% en 2011, soit 1 265 milliards de dollars, ce qui a fait de Bakou le 6ème plus grand investisseur étranger en Turquie, devant des pays comme la France (985 millions), le Royaume-Uni (917 millions) et la Russie (761 millions). Les statistiques du TUIK (Türkiye İstatistik Kurumu) pour la période janvier / août 2012 placent l’Azerbaïdjan en 8ème position avec 282 millions de dollars d’investissements directs en Turquie. (Le poids des pays de l’UE est toujours très important (71% en 2011) dans la totalité des investissements directs étrangers en Turquie : sept pays des dix plus importants investisseurs directs étrangers sont les membres de l’Union européenne). Selon les premières estimations, l’Azerbaïdjan va investir en Turquie 17 milliards de dollars en cumul entre 2012 et 2018, ce qui en fera un des plus importants investisseurs directs étrangers dans ce pays. À titre comparatif, la France occupe la 6ème place parmi les investisseurs étrangers en Turquie pour l’année 2011, l’ensemble de ses investissements étant évalués à 11,2 milliards de dollars. Pourtant, comme on le voit dans le graphique I, le taux des investissements de l’Azerbaïdjan en Turquie ne dépassait même pas le seuil de 20 millions de dollars en 2010. Comment expliquer cette inflexion spectaculaire ?

Les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie sont faits par l’intermédiaire de la SOCAR (Initiales de State Oil Company of Azerbaijan Republic), Compagnie Pétrolière Nationale de l’Azerbaïdjan. En termes de stocks d’investissement, la SOCAR représente à ce jour plus de 90% des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie. Le bond des chiffres d’investissements à un niveau de 17 milliards de dollars en l’espace de sept ans est lié à deux pôles d’investissements de la SOCAR en Turquie :

D’une part, la SOCAR-Turkey Enerji a obtenu depuis 2008 le contrôle du Petkim Holding, l’un des plus grands sites de production de pétrochimie de Turquie qui fournit environ 25% des besoins du pays dans le domaine. La SOCAR-Turkey Enerji, la filiale turque de la SOCAR en Turquie, a été créée en janvier 2011 suite à l’achat par la SOCAR des actions de la TURCAS Petrol (ce dernier a formé avec SOCAR une « joint venture » SOCAR&TURCAS entre 2006-2011). Cette opération financière d’une somme de 1,55 milliards de dollars explique essentiellement le bond des investissements directs de l’Azerbaïdjan en Turquie de 12 millions de dollars en 2010 à 1,6 milliards de dollars en 2011. La SOCAR&TURCAS s’était déjà procuré 51% des actions du PETKIM Holding pour une somme de 2,04 milliards de dollars en 2008. Devenue plus tard la SOCAR Turkey Enerji, la compagnie azerbaïdjanaise a augmenté ses actions au Petkim à 61 % en achetant 10% d’actions supplémentaires pour 169 millions de dollars en mars 2012. Le total des investissements directs qui seront investis par la SOCAR aux projets liés à la modernisation et à l’augmentation de la capacité de production du Petkim s’élève à 7 milliards de dollars. À titre d’exemple, le projet de construction de la « Raffinerie Star » (évalué à 5,5 milliards de dollars) près de sites de production du Petkim dans la presqu’île d’Aliağa sera la plus grande opération d’investissements directs étrangers effectuée en une seule fois à un endroit donné en Turquie. Possédant sa propre raffinerie de matières premières pétrolières, et mettant fin à leur importation par la Turquie, la SOCAR augmentera la compétitivité de Petkim dans le marché régional.

D’autre part, le projet de gazoduc TANAP (Trans-Anatolian Natural Gas Pipeline ; en turc, TransAnadolu Doğal Gaz Boru Hattı – projet de tracé ci-contre), dont la valeur est évaluée à 7 milliards de dollars, prévoit l’acheminement du gaz azerbaïdjanais d’un volume annuel de 16 milliards de m3 vers les marchés turc (6 milliards de m3) et européen (10 milliards de m3). L’accord officiel pour le projet a été signé le 26 juin 2012 lors de la rencontre du président d’Azerbaïdjan avec le Premier Ministre turc R. T. Erdoğan. La SOCAR a obtenu une participation de 80% dans le projet, les 20% restant étant partagés entre les deux compagnies turques impliquées dans le projet, TPAO et BOTAŞ. L’accord n’exclut pas la participation d’autres pays, et en ce sens, donne à la SOCAR le droit de vendre 29% de ses actions aux entreprises étrangères (L’information relative à la vente par la SOCAR de 29% de ses parts dans le projet a été relayée par certains médias au début du mois de septembre 2012. Selon les premières estimations, une partie des actions de TANAP seraient vendue à Total (5%), Statoil (12%) et BP (12%) ; L’État turc va continuer de participer au projet à 20%). Le projet débutera d’ici la fin de l’année 2013 et la première phase d’acheminement est prévue pour 2018. Ce projet a une portée considérable pour les deux pays, tant du point de vue économique que stratégique. En effet, le projet de gazoduc TANAP va directement lier les marchés européens au bassin caspien en général et à l’Azerbaïdjan en particulier. L’Azerbaïdjan obtient ainsi la possibilité de devenir non seulement un pays fournisseur de gaz, mais aussi celui de transit via lequel le gaz de l’Asie Centrale pourra être exporté vers la Turquie et l’Europe en contournant les territoires iranien et russe. Par conséquent, la Turquie va renforcer ses efforts en vue de devenir un hub énergétique régional et de jouer à l’avenir un rôle important dans l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Un premier aperçu sur le trajet de TANAP nous permet de dire que le projet n’est pas une alternative à celui de Nabucco. Au contraire, le projet suit la même logique d’évacuation des hydrocarbures caspiennes, indépendemment des pays régionaux comme l’Iran et la Russie, d’où les déclarations de soutien de la part des bureaucrates de l’UE par rapport au projet TANAP. L’augmentation de l’importation du gaz azerbaïdjanais est aussi dans l’intérêt économique de la Turquie. En effet, ce dernier, à 330 dollars/1000m3, revient à la Turquie beaucoup moins cher que le gaz iranien (580) et russe (450).

Néanmoins, quelques autres éléments nous permettent d’affirmer que le pourcentage des autres domaines dans les investissements directs d’Azerbaïdjan en Turquie pourrait augmenter dans les années à venir. En effet, Bakou envisage actuellement le projet de construction d’un grand centre logistique régional à Kars et l’investissement dans le secteur immobilier en Turquie par l’intermédiaire du SOFAZ (initiales de The State Oil Fund of Azerbaijan), le fonds d’investissement de la SOCAR. Les informations relatives au projet d’investissement de 150 millions de dollars dans le secteur immobilier turc ont été confirmées par les responsables du SOFAZ lors d’un forum organisé à Bakou par HASEN, le Think Tank turco-azéri. (Les recherches de HASEN portent principalement sur les questions énergétiques dans la région caspienne. Voir plus). Disposant de 32,7 milliards de dollars de fonds, le SOFAZ est la 23ème plus grande fondation publique du monde. Elle possède actuellement 800 millions de lires dans les banques turques.

Le centre en question sera étendu sur un terrain de 35 hectares près de la gare de Kars sur la voie ferrée Bakou-Tbilissi-Kars (BTK) et se transformera par la suite en un centre de stockage servant à approvisionner l’Azerbaïdjan en produits turcs. L’ouverture de la voie ferroviaire BTK en 2013 et la construction d’un grand centre logistique régional devraient encourager les échanges commerciaux entre la Turquie et ses voisins régionaux. En effet, une liaison ferroviaire reliant la côte de la mer Caspienne à l’est de l’Anatolie permettra à l’industrie turque d’exporter, en se servant du port de Bakou (le plus grand de la mer Caspienne), vers les marchés de l’Asie centrale par une voie plus sûre que celles transitant par l’Iran ou la Russie. Pour le moment, le réseau ferroviaire iranien, relié à ceux de la Turquie et du Pakistan n’a pas de connexion directe avec l’Asie centrale. Mais, cette interconnexion est en voie de construction dans les années à venir. La Turquie entretient des relations commerciales avec les pays littoraux de la mer Caspienne en utilisant la route maritime entre la mer Noire et la mer Caspienne, via le canal Volga-Don. Mais, cette voie est paralysée en hiver à cause de l’englacement du nord de la mer Caspienne.

En plus de cela, la Turquie renforcera sa présence économique dans les trois pays du Caucase du Sud, avec lesquels elle n’a pas de nos jours de liaison ferroviaire. La seule liaison ferroviaire entre la Turquie et le Caucase du Sud passait par l’Arménie liant pendant l’époque soviétique la ville de Kars à Gumri. Cette voie a été fermée en avril 1993 par Ankara en réponse aux avancées militaires des forces arméniennes pendant la guerre du Haut-Karabagh. En cas de normalisation des relations russo-géorgiennes, elle pourrait aussi utiliser cette voie pour accéder par chemin de fer aux provinces russes de la mer Noire qui sont liées au réseau ferroviaire de Géorgie depuis l’époque soviétique. Il est aussi à souligner que ce projet va également contribuer au développement des provinces orientales turques fortement touchées par la fermeture des frontières arméniennes. L’Azerbaïdjan investit également dans d’autres domaines dans cette région, ce qui devrait lui aider à y améliorer son image. Par exemple, en septembre 2012, la construction d’un nouveau lycée à 22 millions de lires a été terminée dans la province Kars par la Fondation Haydar Aliyev (qui est présidée par l’épouse du Président de l’Azerbaïdjan). Cette fondation, évidemment financée par l’Etat azéri, envisage aussi de renouveler une partie du campus d’une université à Igdir, la seule province turque ayant les frontières avec l’Azerbaïdjan. (Selon les médias locaux turcs, en revanche des investissements azéris, la direction de l’Université a donné son accord pour que les nouveaux campus portent le nom de l’ancien président azéri et le père de l’actuel, Haydar Aliyev).

L’Azerbaïdjan est donc un nouveau venu dans le marché des investissements directs étrangers en Turquie. Pourtant, en l’espace de quelques années seulement, elle a réussi à renforcer sa position sur le marché turc en focalisant ses investissements principalement sur deux domaines : le secteur énergétique (projet TANAP) et le secteur pétrochimique (rachat d’une grande partie des sites de production pétrochimique de Petkim). Les étroites relations fraternelles turco-azerbaïdjanaises, la proximité géographique et bien d’autres facteurs aident en ce sens l’entrée du capital azerbaïdjanais en Turquie. La prise en compte de tous ces éléments nous permet de supposer que les investissements directs de l’Azerbaïdjan déployés par l’intermédiaire de la SOCAR feront de ce pays dans la prochaine décennie un des importants pays investisseurs en Turquie.

Le graphique, traduit en français, est extrait du Rapport pour l’année 2011 du Ministère turc de l’Économie sur les investissements directs étrangers en Turquie (T.C. Ekonomi Bakanlığı, Uluslararası doğrudan yatırımlar : 2011 yili raporu), En ligne, http://www.ekonomi.gov.tr/upload/ED2B2E29-9A73-1B4D-5F5154B1C7950F26/UDY_2011_tr.pdf consulté le : 05.10.12