Archives par mot-clé : tourisme

Le mont Ararat et son borderland, un espace marginalisé ?

Carte de l’Ararat. Clic droit pour afficher la carte dans ses dimensions originales

Nous sommes deux étudiants de Sciences Po Grenoble en master spécialisé sur le Moyen-Orient. Actuellement en année de césure, nous réalisons un projet d’aventure qui a pour but de faire l’ascension de 14 sommets transfrontaliers et d’étudier les dynamiques à ces frontières.

Pour en savoir plus sur le projet : https://thecbmt.com/

Le 4 février 2021, le gouvernement turc a déclaré la réouverture officielle du mont Ararat (Ağrı Dağı) aux alpinistes1. Entre 2015 et 2021, l’accès à cette montagne sacrée était interdit suite à la reprise des combats entre l’armée turque et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), entravant le potentiel touristique de l’Ararat. Si cette ouverture se révèle être durable, elle pourrait ainsi atténuer la marginalisation de la région.

Plus haut sommet turc, le mont Ararat est un volcan situé sur le haut plateau arménien à l’extrême est de la Turquie. Il est composé de deux sommets, le grand Ararat et le petit Ararat, culminant respectivement à 5137 et 3896 mètres d’altitude.

L’Ararat constitue un objet d’étude intéressant à plusieurs égards. Il reste un symbole identitaire pour l’Arménie bien qu’il soit entièrement en territoire turc depuis 1921. À cheval entre les provinces frontalières de Ağrı et Iğdır, peuplées majoritairement de Kurdes et Azéris et à proximité des frontières iraniennes, arméniennes et azerbaïdjanaises, il a une position géographique singulière. D’autre part, à partir des années 1990, il fait l’objet de préoccupations sécuritaires par les autorités turques, restreignant de fait l’accessibilité à la montagne. Sommet emblématique et connu mondialement, il est paradoxalement à la marge, ce sur quoi nous nous interrogeons dans cet article.

La situation actuelle du mont Ararat sera analysée à l’aune d’une contextualisation historique et géographique dans une perspective de Border Studies. Le borderland sera analysé in extenso, à la fois dans un processus interne par rapport au gouvernement central et dans un processus externe, à travers sa relation avec les frontières des pays voisins.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

L’Ararat, un sommet turc aux identités plurielles

Dans la tradition chrétienne, le mont Ararat est le lieu où l’Arche de Noé se serait échouée après le Déluge. Bien que la Bible ne mentionne pas explicitement le sommet, cette version est popularisée avec le passage des croisés dans la région2. Son caractère historiquement sacré et sa proximité avec l’ancienne province nommée « Ayrarat » ont largement contribué à l’identification de la montagne comme marqueur de la fin du Déluge3. L’Ararat a une dimension symbolique importante au-delà même du mythe de l’Arche de Noé. La montagne est sacrée dès la civilisation mésopotamienne car elle aurait procuré l’eau du Tigre et de l’Euphrate et serait dès lors à l’origine de leur civilisation4.

Par ailleurs, le mont Ararat a toujours eu une localisation géostratégique. Auparavant aux confins de l’Empire turc et l’Empire perse, le petit Ararat a même servi de tripoint frontalier entre l’Empire ottoman, l’Empire russe et l’Empire qajar à l’issue du traité de Turkmentchaï qui établit la frontière en 1828 entre la Perse et la Russie. Ce n’est cependant qu’en 1920-1921 que les frontières orientales sont presque définitivement fixées. En effet, après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres de 1920 reconnaît l’indépendance d’une grande Arménie incluant le mont Ararat. La guerre turco-arménienne contraint finalement l’Arménie à accepter un territoire réduit, entériné par le traité de Kars en 1921, aboutissant à la perte de l’Ararat au profit des Turcs.

Musala Peak, 2925m, Bulgarie

Bien que l’Ararat ne soit pas physiquement en Arménie, il reste un symbole identitaire structurant pour les Arméniens. Il demeure l’emblème du pays, son armoirie représente en effet le mont Ararat avec l’arche de Noé en son sommet. La montagne est sacrée pour les Arméniens qui s’identifient comme les premiers humains sur terre à la fin du Déluge5. En outre, la montagne est omniprésente dans le quotidien des Arméniens. Dominant la capitale arménienne Erevan, le nom de l’Ararat est récupéré par des enseignes commerciales, des clubs sportifs… Enfin, elle est la figure de l’irrédentisme arménien car historiquement à la frontière avec l’Arménie occidentale, ce qui symbolise la perte de ce territoire que formait la « grande Arménie »6.

De l’autre côté de la frontière, l’Ağrı Dağı ne fait pas office d’une sacralisation aussi forte mais son symbolisme est davantage lié à son histoire et son statut de plus haut sommet turc. L’organisation d’un congrès scientifique international sur le mont Ararat et l’Arche de Noé à Ağrı en 2019 ou encore l’intérêt porté par les découvertes de supposés restes de l’Arche participent à cette dynamique7. Plus haut sommet turc, il fait également l’objet d’un fort intérêt dans les milieux montagnards. Ainsi, lorsque la Fédération turque d’alpinisme a lancé un concours en 2017 pour trouver un nouveau logo avec les conditions suivantes : « avoir des valeurs nationales, représenter notre pays […] contribuer à la promotion, à l’image et au prestige de notre État sur la scène internationale »8, le mont Ararat a été promu. Disposant d’attributs majeurs, l’Ararat n’engendre pourtant pas de flux touristiques et économiques importants en raison de la politique turque dans la région.

La prédominance d’une approche sécuritaire

Le statut de l’Ararat et son accessibilité fluctuent et demeurent aux dépens des relations entre le gouvernement turc et les Kurdes, majoritairement présents dans la région. L’ascension du mont Ararat a été formellement interdite entre août 2015 et février 2021, résultat des préoccupations sécuritaires internes. En effet, l’armée turque effectuait des opérations militaires visant la branche armée kurde (PKK) dans la région de l’Ararat.

Le problème sécuritaire dans la région du mont Ararat émerge dès le 20e siècle, comme résultante de la négociation des frontières. À l’issue du traité de Kars, le mont Ararat est situé majoritairement en territoire turc ainsi que plus partiellement en territoire iranien. Le traité de Lausanne en 1923 rend caduc le traité de Sèvres, ce ne sont donc pas seulement les espoirs des Arméniens qui sont anéantis mais aussi ceux des Kurdes, qui ne voient pas naître un Kurdistan autonome. Dans la Turquie kémaliste, de nombreuses révoltes kurdes sont initiées par les mouvements nationalistes éponymes. L’insurrection du mont Ararat entre 1926 et 1930 marque un jalon pour le devenir de l’Ararat. D’une part, elle aboutit à une modification des frontières du volcan et d’autre part elle signifie la naissance d’une vision sécuritaire de la région de l’Ararat. En effet, lorsque la République kurde d’Ararat est auto-proclamée en 1927, le quartier général de la révolte réside dans les contreforts du mont9. Ankara et Téhéran concluent alors un accord sur le tracé de leur frontière commune en 1932, permettant à la Turquie de contrôler la totalité du petit Ararat et plaçant de fait, la totalité du sommet au sein du territoire turc10. Cette manœuvre diplomatique est significative, puisqu’elle permet à l’armée turque d’encercler les zones rebelles et d’empêcher les Kurdes de trouver refuge du côté iranien. De plus, l’ancrage d’un champ de bataille au mont Ararat n’est pas un hasard, la montagne est en effet une caractéristique de l’identité culturelle kurde et fait office de « montagne refuge ». Les Kurdes ont alors la maîtrise de ce relief accidenté, ce qui leur octroie un avantage tactique considérable par rapport à l’armée turque11.

L’Ararat fait donc surtout l’objet d’une politique sécuritaire du gouvernement turc dans le cadre de la lutte contre les mouvements nationalistes kurdes. Cette perception entrave toutefois la possibilité de développer de la région à des fins touristiques.

L’accessibilité de l’Ararat oscille entre périodes de restrictions et de détente. En 1990, l’Ararat est défini comme « zone militaire interdite » au premier degré au sens de la loi turque 256512. Le champ d’application de cette loi a été réduit en 2000, déclassant la zone au second degré13 permettant une ouverture significative au tourisme. Elle se matérialise par l’instauration du Parc national du mont Ararat en 2004, témoignant ainsi de la volonté turque de mettre en valeur son patrimoine naturel. S’ensuit l’entrée en vigueur d’un Protocole relatif aux activités de montagne dans les zones militaires restreintes et des zones sécuritaires octroyant la possibilité aux étrangers de gravir la montagne. Les candidats à l’ascension restent soumis à l’obligation de délivrance d’un permis et doivent être accompagnés par un guide local, qui au-delà d’encadrer l’activité sportive, surveille le respect des conditions du protocole. La pratique doit en effet être strictement liée à l’alpinisme et ne doit en aucun cas faire l’objet de recherches à visée scientifique, militaire, commerciale ou politique14.

Cette relative fenêtre d’ouverture est certainement liée à la conjoncture favorable au début des années 2000. En effet, le début des années 2000 est marqué par un changement de stratégie du PKK, la branche armée kurde avec l’abandon de la lutte armée. Un changement de politique à l’égard des Kurdes est également à l’œuvre, résultat de la montée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) et des perspectives d’adhésion à l’Union européenne.

L’accès à la montagne est à nouveau officiellement interdit entre 2015 et 2021, à la fois pour les citoyens turcs et étrangers. Cependant, des agences touristiques proposaient toujours l’ascension de manière illégale grâce à des accords tacites avec l’armée15. Cette interdiction de jure est liée à la rupture du processus de paix durant l’été 2015 entrepris entre le PKK et le gouvernement16 qui s’est accompagnée de la reprise des hostilités entre les deux camps. Le mont Ararat est alors déclaré « zone de sécurité militaire temporaire » conformément à la loi 256517, en raison de la présence du PKK sur les flancs de la montagne18. Des opérations militaires sont déployées, à l’instar de l’offensive « Yıldırım-3 mont Ararat » en juillet 202019. L’Ararat exerce toujours sa fonction de « montagne refuge » pour le PKK, comme l’attestent les perquisitions entreprises par l’armée dans les « grottes », utilisées comme dépôts d’armes et abris.

Un espace transfrontalier peu dynamique 

Le régime sécuritaire influe donc négativement l’Ararat et son borderland, cette instabilité ayant participé à leur marginalisation. Alors que la position frontalière avec l’Iran, l’Arménie et le Nakhitchevan pourrait compenser cet isolement, les dynamiques transfrontalières restent mineures. Ainsi, les provinces d’Ağrı et Iğdır font partie des provinces les plus pauvres de Turquie en 201820.

La frontière avec l’Arménie est fermée depuis 1993 et ce, malgré les tentatives d’ouverture motivées par des opportunités économiques. Le conflit dans le Haut-Karabakh21 et le coût politique empêchent toute avancée sur le sujet22. Alors que les Arméniens seraient les plus enclins à gravir l’Ararat, ils doivent emprunter la voie aérienne ou bien transiter par le poste frontalier du voisin commun géorgien, les contraignant à un détour de plus de 800 kilomètres.

Pour ce qui concerne l’Azerbaïdjan, le bordeland se caractérise par un flux transfrontalier mineur. Les Azéris viennent uniquement pour du commerce de faible intensité et un travail agricole saisonnier23.

Enfin, la frontière turco-iranienne connaît des flux transfrontaliers plus importants. Bien que la coopération se développe principalement sous un axe sécuritaire avec le contrôle des mouvements kurdes ou le trafic illicite24, les échanges touchent également de nombreux secteurs dont le tourisme25. Sur ce dernier point, c’est néanmoins la province de Van qui en profite le plus, en atteste la ligne ferroviaire entre Van et Téhéran26. Cependant, les sports de montagne connaissent un fort essor en Iran, ses ressortissants sont ainsi nombreux à venir gravir l’Ararat, un des seuls pays où ils peuvent obtenir un visa directement à la frontière.

Ainsi, la situation géographique isolée d’Ağrı et Iğdır face au pouvoir central n’a pas pu être contrebalancée par leur statut de provinces frontalières. Malgré le fait que la Turquie n’ait aucun conflit ouvert avec ses voisins orientaux et qu’elle entretienne même de bonnes relations avec l’Iran et l’Azerbaïdjan, les flux transfrontaliers dans le borderland restent faibles.

Quelles opportunités futures pour l’Ararat ?

Le mont Ararat jouit d’un fort potentiel touristique avec d’une part, un tourisme à dominante religieuse lié au mythe de l’Arche de Noé. La tenue du congrès scientifique sur l’Ararat traduit ce vif intérêt pour le caractère sacré de l’Ararat et ses légendes. D’autre part, l’Ararat possède de nombreux attributs pour le tourisme de montagne. Pour les alpinistes en quête d’exploit, il est non seulement le toit de Turquie, et constitue l’occasion de réaliser un 5000 mètres techniquement facile sans préparation préalable27. Excepté dans les chaînes himalayenne et andine, très peu de sommets culminant à cette altitude sont aussi aisément accessibles. Dans la région, seuls les monts Damavand (Iran), Elbrouz (Russie) ou Kazbek (Géorgie) peuvent constituer des objectifs similaires (l’exploit d’un 5000 mètres) mais ils restent en revanche plus difficiles techniquement et physiquement. Ces perspectives de tourisme à la fois religieux et sportif, montrent les dimensions plurielles que revêt le mont Ararat, qui pourrait alors attirer des touristes aux profils très hétérogènes.

En 2020, de nombreux projets à visée touristique ont été annoncés dans la région, présageant un fléchissement du régime restrictif. Sur le plan sportif, des aménagements sont prévus avec la construction d’un mur d’escalade sportive et l’ouverture d’une formation d’alpinisme à Ağrı28 ainsi que la prospection des zones humides du parc national du mont Ararat pour la pratique du canoë29 tandis que sur le plan religieux, la construction du jardin de Noé dans la ville d’Iğdır a été planifiée30. Puis en novembre 2020, le gouverneur d’Ağrı a déclaré qu’une ascension officielle de l’Ararat aura lieu cet hiver31, concrétisée le 4 février 2021 avec la fin de l’interdiction de l’ascension du sommet. Toutefois, nous ne disposons que de très peu d’informations concernant la reprise des activités pour l’Ararat. La haute saison touristique se déroulant pendant la période estivale, il faudra voir ce qu’il adviendra vraiment de la délivrance des permis d’ascension.

Enfin, les récentes évolutions sur le dossier du Haut-Karabagh pourraient amener à un réaménagement des flux transfrontaliers dans la région de l’Ararat. En effet, le corridor prévu entre l’Azerbaïdjan et le Nakhitchevan pourrait avoir un impact positif sur la région car il permettra à la Turquie d’avoir un accès direct à l’Azerbaïdjan à travers la province d’Iğdır. En ce sens, le gouvernement turc a annoncé la mise en place d’une ligne ferroviaire entre l’Azerbaïdjan et la Turquie via le Nakhitchevan, passant par la ville d’Iğdır32. De plus, si l’accord de fin d’hostilités de novembre 2020 entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan se révèle durable, les négociations à propos de la réouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie pourraient potentiellement reprendre et aboutir à des développements bénéfiques pour le borderland de l’Ararat. Le devenir de l’Ararat reste donc en partie subordonné à la géopolitique dans la région mais aussi à l’évolution de la question kurde en Turquie, la relation entre le PKK et les autorités pouvant s’envenimer à tout moment. Par conséquent, la politique sécuritaire dans la région de l’Ararat ne risque pas de s’infléchir considérablement.

  1. Abdullah Söylemez, “Terörden temizlenen ʽTürkiye’nin çatısı’ Ağrı Dağı 6 yıl sonra yeniden tırmanışa açıldı”, Anadolu Ajansi, 04/01/2021. https://www.aa.com.tr/tr/turkiye/terorden-temizlenen-turkiyenin-catisi-agri-dagi-6-yil-sonra-yeniden-tirmanisa-acildi/2133807. []
  2. Petrosyan Hamlet, “The Sacred Mountain”, in Abrahamian Levon et Sweezy Nancy Armenian Folk Arts, Culture, and Identity, Indiana University Press, 2001, p. 36. []
  3. Michel Thierry, « Le lieu d’échouage de l’arche de Noé dans la tradition arménienne », Syria 72, 1995, pp. 143-158. []
  4. Blake Wienner James, “Mount Ararat”, Ancient History Encyclopedia, 24/01/2018. https://www.ancient.eu/Mount_Ararat/. []
  5. “Mount Ararat”, Encyclopædia Britannica. https://www.britannica.com/place/Mount-Ararat. []
  6. Copeaux Étienne, « Quelques réflexions sur les représentations arméniennes de l’histoire », Hérodote 74/75, 3e-4e trimestre 1994, pp. 256-257. []
  7. Keneth L. Feder, Encyclopedia of Dubious Archeology, Greenwood, 2010, p. 198. []
  8. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Logo tasarım Yarışması Katılım Şartnamesi”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 2017. https://tdf.gov.tr/wp-content/uploads/2017/02/logosartname.pdf. []
  9. Bouvier Émile, « L’insurrection du mont Ararat (1926-1931), ou la consécration des rébellions nationalistes kurdes de l’entre-deux-guerres », Les clés du Moyen-Orient, 27/12/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/L-insurrection-du-mont-Ararat-1926-1931-ou-la-consecration-des-rebellions.html. []
  10. Ghaderi-Mameli Soheila, « L’histoire mouvementée des frontières orientales de la Turquie », Confluences Méditerranée 53, no2, 2005, pp. 91-102. []
  11. Bouvier Émile, « Les Kurdes, d’un statut de peuple à celui d’acteurs stratégiques », Les clés du Moyen-Orient, 07/06/2019. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Les-Kurdes-d-un-statut-de-peuple-marginalise-a-celui-d-acteurs-strategiques.html. []
  12. Turquie, Loi n° 2565, Askeri Yasak Bölgeler ve Güvenlik Bölgeleri Kanunu, 18/12/1981. https://www.lexpera.com.tr/mevzuat/kanunlar/askeri-yasak-bolgeler-ve-guvenlik-bolgeleri-kanunu-2565. []
  13. Doğubayazıt Kaymakamlığı, “Ağrı Dağı”, 11/06/2019. http://www.dogubayazit.gov.tr/agri-dagi. []
  14. Republic of Turkey, Ministery of Foreign Affairs, “Protocol Concerning Mountaineering Activities of Foreign National Citizens for Tourism And Sports Purposes at the Mountains Located Within Military Restricted Areas and Security Zones”. http://www.mfa.gov.tr/this-is-the-protocol-concerning-mountaineering-activities-of-foreign-national-citizens-for-tourism-and-sports-purposes-at-the-mo.en.mfa. []
  15. Nous avons contacté des agences touristiques qui organisent des tours pour réaliser l’ascension du mont Ararat. []
  16. Grojean, Olivier, « Entre dynamiques locales, régionales et internationales : les reconfigurations de la question kurde en Turquie », Mouvements 90, no2, 2017, pp. 149-156. []
  17. T.C Ağrı Valiliği, “Ağrı Dağı ve Tendürek dağı 15 gün süre ile Geçici Özel Güvenlik Bölgesi ilan edilmiştir”, 2/08/2015. http://www.agri.gov.tr/agri-dagi-ve-tendurek-dagi-15-gun-sure-ile-gecici-askeri-guvenlik-bolgesi-ilan-edilmistir. []
  18. “Ağrı ve Tendürek Dağı ’Geçici askeri güvenlik bölge’ ilan edildi”, Hürriyet, 03/08/2015. https://www.hurriyet.com.tr/gundem/agri-ve-tendurek-dagi-gecici-askeri-guvenlik-bolge-ilan-edildi-29710132. []
  19. “New phase of anti-terror op against PKK launched in eastern Turkey”, Daily Sabah, 27/07/2020. https://www.dailysabah.com/politics/war-on-terror/new-phase-of-anti-terror-op-against-pkk-launched-in-eastern-turkey. []
  20. “Gross domestic product by province”, Turkstat, 20/12/2019. https://data.tuik.gov.tr/Bulten/Index ?p =Gross-Domestic-Product-by-Provinces-2018-30889. []
  21. Cheterian Vicken, “The Last Closed Border of the Cold War : Turkey–Armenia 2017”, Journal of Border studies, 2017 pp. 71-90.  []
  22. Gültekin Burcu, « 5. L’enjeu de l’ouverture de la frontière : le cas de la Turquie », Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : Les contacts transfrontaliers entre la Turquie et lArménie, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 11], Istanbul, IFEA 2002. http://books.openedition.org/ifeagd/890. []
  23. Salomoni Gabio, Migrations, Borders and Boundaries, Post-soviet Armenians and Azerbaijanis in Turkey, The ISIS press, Istanbul, 2016. []
  24. Celui-ci est davantage concentré dans le sud-est de la Turquie, dans les provinces de Van et Hakkari. []
  25. Sinkaya Bayram, « Turkey-Iran Relations after the Islamic Revolution of 1979 », Turkey-Iran Relations after the JDP, [Dossiers de l’IFEA – La Turquie aujourd’hui 26], Istanbul, IFEA, 2019. https://books.openedition.org/ifeagd/3116. []
  26. Zaman Amberin, “Iranian tourists flocks to Turkish border towns”, Al-Monitor, 23/03/2017. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/03/turkey-iran-tourism-van-hotels-nightlife.html. []
  27. C’est une marche glaciaire qui nécessite des crampons, mais qui n’exige pas de compétences techniques et nécessite pas d’encordement comme il l’est nécessaire sur un glacier crevassé. []
  28. Türkiye Dağcılık Federasyonu, “Federasyon Başkanımız Ağrı Valisi, Belediye Başkanı ile Gençlik ve Spor İl Müdürümüzü ziyaret etti”, Türkiye Dağcılık Federasyonu, 02/09/2020. https://tdf.gov.tr/25387/federasyon-baskanimiz-agri-valisi-belediye-baskani-ile-genclik-ve-spor-il-mudurumuzu-ziyaret-etti/. []
  29. “Türkiyeʼnin çatısıʼnın kano sporuna kazandırılması için çalışma başlatıldı”, HaberTurk, 28/11/2020. https://www.haberturk.com/turkiye-nin-catisinin-kano-sporuna-kazandirilmasi-icin-calisma-baslatildi-2884897-spor. []
  30. “Ağrı Dağı’nın eteğine Nuh’un Bahçesi yapılacak”, HaberTurk, 15/12/2020. https://www.haberturk.com/kars-haberleri/83141161-agri-daginin-etegine-nuhun-bahcesi-yapilacak. []
  31. Yıldız Hüseyin, “Ağrı Dağıʼnın ʽtırmanışa açılacağı müjdesiʼ dağcılık camiasında sevinçle karşılandı”, Anadolu Ajansi, 14/11/2020. https://www.aa.com.tr/tr/yasam/agri-daginin-tirmanisa-acilacagi-mujdesi-dagcilik-camiasinda-sevincle-karsilandi/2043565. []
  32. « Railways will bring peace to South Caucasus », Anadolu Agency, 15/01/2021. https://www.aa.com.tr/en/info/infographic/21657. []

Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa

pres_dmsMai 2016
Türkçe çeviri

Depuis le début des années 2000, les publications culturelles se sont multipliées dans le Sud-est de la Turquie, particulièrement à Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa. Les récits historiques portant sur ces villes se reconstituent sous l’impulsion de redécouvertes patrimoniales et de politiques effrénées de développement du tourisme. On formule de nouveaux discours sur l’identité locale des lieux, ceci à destination des nouveaux publics que constituent les touristes mais aussi les habitants sensibles à un sentiment d’appartenance urbain.

L’analyse des modalités d’écriture et de publicisation des récits historiques et identitaires locaux ne peut se limiter à l’étude d’ouvrages universitaires, de manuels scolaires et de discours officiels de l’Etat. Les matériaux et supports de la production des identités locales se diversifient dans le cadre du développement touristique et territoriale. Prospectus et guides touristiques, documents de promotion de projets institutionnels, publications culturelles, productions artistiques et photographiques méritent ainsi de focaliser notre attention. Ces ouvrages, que l’on trouve autant dans les bibliothèques municipales et dans les administrations publiques que dans les offices de tourismes et les cafés des centres historiques, donne une visibilité nouvelle aux représentations historiques et identitaires.

Considérant ces nouvelles représentations des villes, simplifiées et banalisées par le tourisme, il semble bien qu’une réflexion sur la construction des identités locales ne puisse faire l’économie d’une analyse des productions culturelles et touristiques. C’est ce que nous proposons d’effectuer ici à travers l’étude d’un échantillon de publications relatives aux villes de Diyarbakır, Mardin et Şanlıurfa

Diyarbakır-Amed: forteresse et jardins, « cœur de l’Anatolie » et « capitale kurde »

Le processus d’inscription au patrimoine de l’UNESCO du paysage culturel de Diyarbakır, abouti en 2015, a suscité un véritable engouement patrimonial. L’identité de la ville est plus que jamais imprégnée des descriptions de ses murailles, qui font l’objet de multiples publications universitaires et institutionnelles depuis une quinzaine d’années (notamment par les traductions et expositions relatives aux travaux de l’archéologue Albert Gabriel, premier directeur de l’IFEA). Par ailleurs, les jardins de l’Hevsel sont désignés comme valeur esthétique et culturelle incontournable de la ville dans les guides touristiques et ouvrages photographiques alors même que leur « histoire millénaire » ne fait l’objet d’une redécouverte que très récemment.

Sur ces points, les constructions identitaires et patrimoniales semblent faire consensus. Mais en ce qui concerne la représentation de Diyarbakır (Amed en kurde) comme capitale du Kurdistan de Turquie ou comme « coeur de l’Anatolie » du Sud-est, les divergences sont profondes entre publications de la mairie métropolitaine (acquise au parti kurde) et la préfecture. Le conflit entre Etat turc et mouvement kurde est aussi une question de représentation du territoire et de l’identité locale.

Mardin: ville de la « mosaïque culturelle » et de l' »harmonie confessionnelle »

La profusion de publications culturelles et universitaires, produites par des fondations (religieuses ou non), des organisations publiques et privées, impose progressivement l’évidence d’une représentation de Mardin comme « mosaïque culturelle », où cohabiteraient pacifiquement depuis des siècles arabes, syriaques, turcs et kurdes. L’image du clocher s’alignant sur le minaret, banalisée par les couvertures d’ouvrages touristiques, célèbre une « harmonie confessionnelle » à laquelle les visiteurs comme les habitants de la ville veulent croire mais dont chacun sait qu’elle ne va pas de soi.

Qu’en est-il de la véritable histoire de cette localité, de son paysage urbain et de la vie de ces anciens et actuels habitants ? Plus ou moins détachées du récit fantasmé de la ville de la « diversité culturelle », diverses publications recherchent les identités multiples de la ville, s’attardant sur son architecture turque artukides ou bien parfois sur les patrimoines matériels et immatériels hérités des minorités chrétiennes, syriaques et arméniennes.

Şanlıurfa: la « ville des prophètes » et du Projet d’Anatolie du Sud-Est

Urfa, ou plutôt « Şanlı »urfa (la < glorieuse >, titre consacré en 1983 en référence au rôle des habitants de la ville dans le mouvement de résistance national de 1919), est aujourd’hui systématiquement affublée du qualificatif de < ville des prophètes > (pergamberler şehri). La promotion du pèlerinage vers cette < ville sainte > et la multiplication des infrastructures et publications touristiques se focalisent avant tout sur la légende d’Abraham et des poissons sacrés du balıklıgöl. Le patrimoine d’Urfa, ses héritages architecturaux et confessionnels pourraient, tout autant qu’à Mardin, faire de cette ville une localité de la < diversité culturelle >. C’est pourtant une autre histoire qui nous est raconté dans les publications des fondations locales (telles que ŞURKAV) travaillant en collaboration avec les autorités publiques.

Par ailleurs, l’identité que donne à voir la ville est aussi celle promue par l’administration du projet d’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi, GAP) qui, dès les années 1980, a placé Urfa au cour de son projet de développement. Une de ces publication s’intitulant < Urfa, la ville qui renaît des eaux > (The City Reborn of Water : Şanlıurfa) présente la ville de telle manière à promouvoir les barrages hydroélectriques comme des projets culturels et identitaires. Les récits historiques et culturels sont ici instruments de légitimation d’un projet civilisateur de l’Etat.

Bibliographie

  • AKDEMIR Nejla Akat, KARAMAN Metin, BURTAKAL Fathi (2015) Diyarbakır kalesi ve Hevsel medeniyetler bahçesi, publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 129p.
  • DIKEN Şeymus (2010) Diyarbakır, Editions Turquoise, Paris, 254 p.
  • Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi  (juin 2012-2015) Diyarbakır, travel guide, 3ème édition, Diyarbakır, Boyut, 240p.
  • Diyarbakır valiliği (2011) Diyarbakır, city guide, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed in the scope of the « bridge of civilisations from Mesopotamia to Anatolia » project, Diyarbakır, 119p.
  • Diyarbakır valiliği (2013) Diyarbakır, the heart of Anatolia, published by the Diyarbakır governorship, supported by the GAP regional development administers, printed by « promoting the cultural heritage of Diyarbakır » project applied within the scope of « supporting centers of attraction » of the governorship of Diyarbakır supported by the ministry of development », Diyarbakır, 113p.
  • Diyarbakır valiliği (juillet 2012) Hevsel bir kentin kileri, édité par Recep Tezgel, publié par la préfecture de Diyarbakır, 164p.
  • Diyarbakır valiliği ve Diyarbakır müze müdürlüğü (2011) Diyarbakır kültür envanteri, publié par la préfecture de Diyarbakır, 374p. (Disponible en pdf)
  • Diyarbakır muzesi müdürlüğü (2013) Ilisu barajı ve HES projesi arkeolojik kazıları 2004-2008 çalışmaları, publié par le ministère de la culture et du tourisme, Diyarbakır, 460p.
  • Gabriel Albert (1940) Voyages archéologiques dans la Turquie orientale, tome I Texte, Istanbul, Institut français d’archéologie de Stamboul, 375p.
  • Gabriel Albert (2014) Şarki Türkiye’de Arkeolojik Geziler,: Dipnot Yayınları, Ankara, 415p.
  • SÖZEN, M. (1976), Diyarbakır’da türk mimarisi, Diyarbakır’ı Tanıtma ve Turizm Derneği yayını, Istanbul.
  • Union of Southeastern Anatolia region municipalities (2013), Another look at East and Southeast Turkey, 2e édition (1e édition 2009), p.198-257 (Disponible en pdf)
  • Tigris Amed et Çakar Yıldız (2014) AMED, Coğrafya, tarih, kültür, Diyarbakır, publié en kurde et en turc par la municipalité Métropolitaine de Diyarbakır, 540p.
  • SARIBIYIK Mustafa (ed.) (Ocak 2015) İslam tarihinin ilk asrında Diyarbakır ve çevresi, Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°16, Diyarbakır, 150p.
  • SOYUKAYA Nevin (ed.) (2015) Diyarbakır fortress and Hevsel gardens cultural landscape, publication de publication de la Diyarbakır Büyüksehir Belediyesi, Diyarbakır, 197p.
  • YILDIZ Irfan (ed.) (2011) Medeniyetler mimarısı, Diyarbakır mimarısı,  Diyarbakır Valiliği kültür ve sanat yayınları n°3, Diyarbakır
  • ERDOĞAN Nihat (ed.) (2014) Anastasiopolis, Dara antik kenti, publication de Mardin Müzesi, Mardin, 40p.
  • BEKIN Doğan (2010) Tarihin Işığında Mardin, Mardin Valiliği Kültür Yayınları ve GENPA, Ankara
  • MARDİN VALİLIĞI VE ÇEKÜL (2013) Mardin Kültür Envanteri, ed. Mardin Valiliği İl Kültür ve Turizm müdürlüğü, Istanbul, 672p.
  • MANER Çiğdem (2006) A traveler’s guide to Mardin, Marev Yayınları, İstanbul, 307p.
  • URBAN İstanbul (2009) Mardin UNESCO’ya Doğru, MAREV Yayınları, İstanbul
  • AKYÜZ Gabriel (1998) Mardin ili’nin merkezinde civar köylerinde ve ilçelerinde bulunan kiliselerin ve manastır, publié par Mardin Kirklar Kilisesi, Mardin, 160p.
  • ÖZDEM Filiz (ed.) (2005) Taşın Belleği Mardin, Yapı Kredi Yayınları, Istanbul
  • ÖZTÜRKTALAY Lâtif (1995) Mardin ve Mardinliler, éd. T.C. Mardin belediyesi doğal ve kültürel koruma araştırma merdinar projeler.
  • SAKIP SABANCI KENT MÜZESI (2012) Mardin’i Dinlerken, Müzeyle Başlayan Değişim, publication SABANCI VAKFI, Mardin, .p.
  • ÇEKÜL VAKFI (2011) Mardin (Kendini Koruyan Kentler), Çekül Vakfı Yayınları, İstanbul, 104 p.
  • AVUKA Adnan (2010) Mardin Hoşgörülerin diyarı, publication Mardin Valiliği, 132p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat (2008) Şanlıurfa 1850-1950, ŞURKAV yayınları n°31, Şanlıurfa, 316p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat, GÜLER Selahaddin (2010) Tarih Turizm şehri Şanlıurfa, ŞURKAV yayınları n°30, Şanlıurfa, 116p.
  • KÜRKÇÜOĞLU Cihat,  GÜLER Selahaddin, AKALİN Müslüm, KÜRKÇÜOĞLU Sabri (2002) Şanlıurfa Uygarlığın doğduğu şehir, ŞURKAV yayınları n°27, Ankara, .p.
  • ŞANLIURFA PUBLICITY CENTER (2015) Şanlıurfa travel guide DVD, booklet, city map, production ŞANLIURFA VALİĞİ/ ŞURKAV, .p. + DVD
  • ŞANLIURFA MÜZESI (2015) Göbeklitepe tanıtım filmi, production X, DVD
  • ÖNAL Mehmet, KARABULUT Hasan, DERVIŞOĞLU Nedim (2011)  Haleplibahçe mozaikleri Şanlıurfa / Edessa, Arkeoloji ve sanat yayınları, Şanlıurfa belediyesi’nin katkılarıyla, Istanbul, 171p.
  • PEKDEMIR Neslihan, Özbek Ayşegül, Özcan Işılay (ed.) (2015) Haleplibahçe mozaikleri mosaıcs, publication de l’agence de développement Karacadağ en collaboration avec la direction du musée de Şanlıurfa, 97p.
  • KARLIKLI Şaziye (Ed.) (1998) The City Reborn of Water : Şanlıurfa, published by Creative Yayıncılık ve tanıtım supported by Garanti leasing, Istanbul, 359p.

Cite this article as: julien boucly, "Patrimoine et récits historiques dans le sud-est de la Turquie : Diyarbakır-Mardin-Şanlıurfa," in Dipnot, 12/05/2016, https://dipnot.hypotheses.org/2001.

Almanya-Alanya. Expérience de recherche avec des expulsés d’Allemagne dans la ville d’Alanya, Turquie

Panorama Alanya. 2009, Thomas van Ardenne. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Panorama Alanya. 2009, Thomas van Ardenne. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Cette note a pour but de présenter quelques observations sur Alanya où j’ai passé trois semaines lors de mes recherches. La ville d’Alanya, située sur la côte méditerranéenne dans le golfe d’Antalya, a une grande tradition de tourisme. Depuis 1950, la ville est un haut lieu du tourisme balnéaire. Le nombre de touristes allemands est d’environ 50 000 par année. D’ailleurs, Alanya accueille la plus grande population allemande résidant en Turquie. Le tourisme de masse figure comme la plus grande branche économique de la région.

L’objectif de mon voyage de recherche était de rencontrer des expulsés d’Allemagne d’origine turque afin de réaliser une thèse de bachelor sur leur cadre de vie. J’avais choisi Alanya parce que j’avais un contact (avec qui je n’ai finalement pas eu l’occasion de travailler) qui s’était proposé de m’introduire dans la grande communauté des expulsés d’Allemagne de la ville.

Le terme de « communauté » signifie dans le cas qui nous occupe un groupe de personnes ayant un arrière-plan de vie similaire. Il n’y a pas de représentants, ni d’organisation officielle. Il s’agit de personnes de la deuxième et troisième génération d’immigrants turcs en Allemagne qui se sont fait expulser de l’État allemand suite à des délits commis sur le territoire. Les quatre personnes interrogées venaient toutes du bassin de la Ruhr.

J’atterris à Gazipaşa le 14 août 2015. Il est 22 h 30 et l’air humide m’enveloppe. Entouré par des groupes de touristes, je sors de l’aéroport pour prendre un bus qui m’amène dans la ville d’Alanya. Sans connaître le lieu, les témoignages des gens qui ont passé du temps dans la région me reviennent à l’esprit :

« N’y va pas, il y fait très chaud et l’air humide est presque insupportable pour un organisme de l’Europe du nord ».

Je m’approche de la ville et le bus s’arrête devant de grands complexes d’hôtels alignés par des affiches illuminées qui attirent le regard. En arrivant au centre-ville, je sors du bus et me retrouve sur un grand boulevard, entouré de boutiques de vêtements, de lunettes de soleil, et d’accessoires de vacances. Des groupes de jeunes touristes européens se promènent sur le boulevard, la musique au son fort et pénétrant m’accable.

Je passe les deux premières nuits dans un hôtel bon marché directement au centre d’un quartier animé. La musique permanente fournit la bande son pour le spectacle qui se déroule dans les rues. Les touristes passent à côté des boutiques gardées par les vendeurs et qui essaient d’attirer l’attention des acheteurs potentiels en utilisant plusieurs langues différentes : allemand, anglais, russe, danois. Les marchandises et les boutiques sont les mêmes partout : sacs à mains et habits de marques chic et connues, maillots de foot, studios de tatouages, agences touristiques, bijouteries. Les bars offrent deux cocktails au prix d’un, en plus de la diffusion des grands matchs de football de ligues européennes. Les annonces lumineuses et le son permanent et brut de la musique pénètrent mes sens.

Afin de fuir cela, je m’éloigne du spectacle pour me rendre à la plage. Le même genre de musique m’agresse, cette fois elle vient des bateaux d’excursion au style pirate. En quittant la plage, le hasard me fait rencontrer un groupe de trois jeunes Turcs qui parlent allemand. Ils me racontent qu’ils ont étés expulsés d’Allemagne deux ans auparavant. Les trois ne semblent pas avoir les pieds sur terre, leurs sens sont visiblement altérés par les drogues. Ils me proposent d’acheter des drogues, mais ne souhaitent pas me revoir pour des entretiens. Ils réalisent que je ne suis pas venu à Alanya pour y passer des vacances. La méfiance qu’ils éprouvent à mon égard en raison de leur vécu est déjà assez lourde, mais elle s’accentue lorsqu’il est question d’en parler.

Le lendemain, je change de domicile. Désormais je loge chez un homme d’origine kurde qui me propose de rester chez lui durant tout mon séjour. Il travaille minimum 12h par jour, souvent plus comme vendeur chez un opticien. Rémunéré à la commission, c’est dire s’il est dépendant des clients. Il vaut mieux sourire alors. Son unique jour de congé hebdomadaire est synonyme de grasse matinée et de temps pour faire le ménage dans son appartement.

Il est 16 heures et je m’approche de la plage de Cléopâtre. Elle est située dans le quartier de Damlataş et désignée comme la plus belle plage de la ville, toute proche de la fameuse grotte du même nom. C’est autour d’elle que le tourisme s’est développé. Il est enfin possible de sortir au soleil, à condition de s’enduire de crème solaire. Pour la plupart des touristes, il paraît, la peau rouge sert de preuve visuelle d’avoir été en vacances. Deux jeunes Allemands m’éclairent :

« On n’est là que pour une semaine. Il faut que les vacances soient visibles sur nos visages en rentrant, même si cela fait mal. »

Around the hotel at night. 2010 - Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Around the hotel at night. 2010 – Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Les chaises longues et les parasols sont parfaitement alignés sur la plage. Toutes sortes de boissons sont disponibles pour les clients qui profitent de leurs vacances. Ils trouvent ici tout ce qu’ils désirent et à bon prix. Cela dit, on essaie quand même de baisser les prix encore plus, on ne sait jamais. J’entre en contact avec un vendeur saisonnier qui travaille à Alanya depuis dix ans. Il passe la moitié de l’année à la plage, des journées entières sans un jour de repos. Il me confirme une chose que j’avais pressentie : les employées à Alanya sont tous dépendant des touristes. Les conditions de travail sont très floues et pas vraiment humaines – tout cela pour garantir les bas prix souhaités par les vacanciers, issus majoritairement de la classe moyenne européenne.

En rentrant de la plage, je tombe sur un couple assis devant une agence de voyage et qui me parle en allemand. Ils me proposent un safari. Je leur pose ensuite quelques questions par rapport à mon sujet de recherche et nous nous donnons rendez-vous pour le lendemain. Le jour suivant,  autour d’un thé, le mari me raconte qu’il a été expulsé d’Allemagne voici dix ans. Il me parle beaucoup des conditions de vie et de travail en arrivant à Alanya, des difficultés de se faire accepter par la population locale et de l’impossibilité de trouver de l’amitié sans investir de l’argent. En tant qu’entrepreneurs qui proposent des safaris, ils sont désespérés, étant dépendants non seulement des touristes, mais surtout des hommes d’affaires locaux qui répartissent les commissions. Le fait d’être almancı et expulsé d’Allemagne, dégrade leur statut de citoyen turc. Cette hypothèse se valide les jours suivants au gré d’autres rencontres. La ville d’Alanya en tant que lieu touristique leur offre du travail sans pour autant satisfaire les besoins de reconnaissance en tant que citoyen turc, d’obtention d’un statut au sein de la population locale, sans être objet de discrimination et financièrement exploité. Le rapport/raccord à leur « pays d’origine » qui est l’Allemagne reste toujours présent, surtout au niveau des relations amicales et économiques avec la population locale qui sont superficielles et basées sur leur exploitation, selon les interrogés. C’est uniquement à cause de leur maîtrise de la l’allemand qu’ils ont une valeur sur le marché du travail, mais cela les lie à une position anomique au sens de Durkheim, une position en proie aux mécanismes d’un capitalisme néo-libéral.

Waves at Cleopatra beach. 2010 - Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0
Waves at Cleopatra beach. 2010 – Michael Fludkov. CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0

Après trois semaines à Alanya je prends le bus tôt le matin pour partir à l’aéroport. Les impressions de la vie et les bâtiments inachevés à la sortie de la ville se mêlent dans ma tête et je dois fermer les yeux. La forte domination de superficialité a laissé ses traces dans ma perception, j’ai hâte de voir mes amis à Istanbul.